Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chauvelière : manoir puis ferme
    Chauvelière : manoir puis ferme Lureuil - La Chauvelière - 5 - en écart - Cadastre : 2015 D 624, 627, 629, 630, 1176, 1261, 1263, 1264, 1276 1812 D 609-612, 624-634
    Historique :
    Le logis seigneurial et une partie de la ferme sont portés sur le plan cadastral de 1812. Le fief de la Chauvelière relevait, aux 17e et 18e siècles, des seigneuries du Blanc-en-Berry et du Blanc-en -Poitou (La Véronne 1962 ; Plaux s.d.). Ses seigneurs sont mentionnés dès le milieu du 16e siècle (Plaux s.d.). Le symbole d’une gentilhommière est associé au lieu-dit sur la carte de Cassini (vers 1760 Tournon-Saint-Martin (Plaux 2013). Le logis est daté du 17e siècle par ses caractères morphologiques poutraison et de la charpente (abattage des bois en 1648 ; ARC17/R4232D). La porte piétonne condamnée dans le mur du toit à porcs aurait porté la date en chiffres romains (presque illisible en 2016). Le logement dendrochronologie (ARC17/R4227D). Une maison à étage (et escalier de distribution extérieur) représentée sur le plan
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury LA VERONNE, Chantal. Histoire du Blanc, des origines à la Révolution de 1789. Poitou : Société des
    Description :
    l’étable sud) et plusieurs appentis dont un toit à porcs en bordure de route au nord-ouest. Le manoir est surmontée d’un oculus et d’un fronton triangulaire. Au dessus, le plein de mur est appareillé (récentes) ont été percées dans le mur-pignon est. En haut de l’élévation sud se trouve un pigeonnier bâtière, dans le versant sud, et d’une lucarne à fronton triangulaire surmonté de trois boules, dans le versant nord. Deux appentis (toits à porcs ?) s’appuient sur deux des élévations du manoir. Le bâtiment en anse de panier porterait les inscriptions (en grande partie effacées) "Vive le Roi" et une date
    Annexe :
    d’éléments en place de la pièce ouest des étages et du comble. Le plafond du rez-de-chaussée est composé de solives sur poutres (2). Le plafond de l’étage comprend 11 solives numérotées arbitrairement à partir de manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), par Christian Dormoy, le 25 novembre 2016 charpente de la bergerie en retour ont été retenu le poinçon sectionné de la ferme sud et l’arbalétrier est finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), par Christian Dormoy, le 25 novembre 2016. Datations : éch. 1 ("bergerie") a été abattu entre 1710 et 1715 ; le poinçon de l'étable a été abattu entre 1738 et 1740.
    Illustration :
    Le lieu-dit (symbole d'une gentilhommière) figure sur la carte de Cassini (vers 1760 Des bâtiments (dont le logis principal) sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles D 624 à 634), dans le bas droit de l'image.(Archives départementales de l'Indre). IVR24_20153600437NUC2A Vue du manoir depuis le nord. IVR24_20163600414NUC2A Vue du manoir depuis le sud. IVR24_20163600413NUC2A Vue du manoir depuis le sud-ouest. IVR24_20163600412NUC2A Vue du logement de la ferme depuis le sud-ouest. IVR24_20163600418NUC2A Vue de la grange-étable depuis le nord-est. IVR24_20163600426NUC2A Vue de l'entrée et d'une fenêtre à linteaux délardés du logement de la ferme depuis le sud Vue du toit à porcs situé à l'ouest de la cour près de l'entrée, depuis le ouest
  • Retable dit retable du maître-autel
    Retable dit retable du maître-autel Le Boulay
    Inscriptions & marques :
    "Fecit Charpantier" (signature sur le mur à deux reprises). Monogrammes de la Vierge "AM" et du
    Historique :
    actif en Anjou, en Touraine, en Berry, en vallée du Loir et dans l'Orléanais, au milieu et dans le 3e quart du 17e siècle. Le retable a probablement été construit sous le priorat de Françoise de Montgarny , entre 1631 et 1661, qui restaura le prieuré au milieu du 17e siècle.
    Description :
    Retable architecturé en pierre sculpté, peint et doré, occupant le mur de l'abside. Le retable est
    Localisation :
    Le Boulay
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le choeur
  • Statue : saint Sulpice
    Statue : saint Sulpice Le Boulay
    Représentations :
    main gauche et mitre posée à ses pieds. L'église est placée sous le vocable de saint Sulpice.
    Localisation :
    Le Boulay
  • Statue : saint Benoît
    Statue : saint Benoît Le Boulay
    Représentations :
    dans la main gauche. Le prieuré appartenait à l'ordre bénédictin.
    Localisation :
    Le Boulay
  • Plaque funéraire de Michel Gallant
    Plaque funéraire de Michel Gallant Villedômer
    Historique :
    la Côte et de Beauregard, décédé le 22 novembre 1650. Elle fut à l'origine placée, à la demande du défunt, sur le pilier de son banc. Elle fut retrouvée dans la sacristie après la Révolution. Le 26 avril 1833, le desservant faisant rétablir le plomb de la flèche de l'église a fait couper cette plaque en la fin) qui auraient été découverts lors de la réfection de la toiture. Le début du texte fut
    Référence documentaire :
    d'inhumation de Michel Gallant le 1er décembre 1650.
    Annexe :
    BINARDIERE DE LA COTE ET DE BEAUREGARD LEQUEL DECEDA EN SA MAISON DE LA COSTE LE 22me JOUR DE NOVEMBRE 1650 PAR SON TESTAMENT ESCRIPT ET SIGNE DE SA MAIN LE PREMIER JOUR DE MARS DE LANNEE 1650 DONT LEXTRAIT EST CONTREVENIR A LA FABRIQUE DE LA PARROISSE DE VILLEDOSME POUR FAIRE LIRE ET CELEBRER LE SERVICE CY APRES QUATRE SOUBZDIACRE SAVOIR UNE A TEL JOUR DE MON DECEDZ ET LES QUATRE AUSTRES LE LENDEMAIN DES QUATRE FESTES ANNUELLES
  • Valmer : ferme
    Valmer : ferme Chançay - Valmer - en écart - Cadastre : 1816 B1 487 2018 B 712 2018 B 713 2018 B 714
    Historique :
    pigeons le tout couvert de tuille, plusieurs cave en roch (...) deux grands porteaux pour entrer dans la pour le fermier actuel, ayant deux chambres à cheminée dans l'une desquelles est un four, des cabinets et deux greniers régnant sur le tout, deux caves dans le roc, l'une derrière la maison et l'autre à d'une porte sur le jardin, de grandes portes au midi".
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20173701138NUCA Logis, depuis le sud. IVR24_20163703028NUCA Pigeonnier, depuis le sud-ouest. IVR24_20113700318NUC2A Pigeonnier, depuis le nord. IVR24_20163703025NUCA
  • Madères : château dit des Madères
    Madères : château dit des Madères Vernou-sur-Brenne - Les Madères - en écart - Cadastre : 1817 G 3259 2009 AK 204
    Historique :
    de la châtellenie de Pocé. Le corps de logis, du milieu du 17e siècle, a été agrandi d'une aile en retour d'équerre au sud en 1793 pour Alexandre Gidouin. Le pigeonnier passe également pour avoir été construit en 1793, mais il ne figure pas sur le cadastre napoléonien (1816). En 1844, Les Madères deviennent qu'une maison (parcelle G 3264) sont construites en 1876. Le château est acquis en 1932 par Robert Debré fils Olivier, artiste-peintre, qui installe son atelier dans les caves troglodytiques. Le pigeonnier et
    Description :
    . Des caves et habitations troglodytiques sont creusées dans le coteau, au nord de la propriété.
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR24_20163702913NUCA
1