Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Amboise : jardin d'agrément du château
    Amboise : jardin d'agrément du château Amboise - Château d'Amboise - en ville - Cadastre : 2019 BI 151 à 157 ; 159 à 160 ; 176 à 177 ; 194
    Historique :
    de deux jeux de paume. Les modifications et les diverses adaptations des jardins qu'il subit au cours chronologique : les comptes de l'argenterie des souverains ayant habité à Amboise ; le compte de construction du château d'Amboise pour l'année 1495-1496 ; un compte de 1497 qui cite Pacello da Mercogliano comme jardinier ; le fragment d'un compte de construction daté du 11 avril 1500 avant Pâques ; les "Vues" de Jacques Androuet du Cerceau qui présentent un état plus ou moins réaliste du château et de son jardin autour de 1579 ; le procès-verbal d'estimation des travaux de 1761 ; le procès-verbal de démolition du rapport des sondages de la terrasse est du château d'Amboise, réalisés par Vincent Belbenoit, Élisabeth aménagements du duc de Penthièvre (1786-1790), ni ceux qui les ont précédés. Si l'on peut supposer que le jardin ne fut pas vraiment modifié durant la période de relatif abandon du château (1562-1786), il en va tout autrement pour la Renaissance. Aussi, les "Vues" de Jacques Androuet du Cerceau (1579) constituent
    Référence documentaire :
    Archives nationales ; KK 289/2. Compte de l'argenterie du roi François Ier. 1517-1518. Archives nationales ; KK 289/1. Compte de l'argenterie du roi François Ier. 1517-1518. Archives nationales : O2 1383. Prise de possession du château d'Amboise par la sénatorerie colloque tenu à Tours du 1er au 4 juin 1992, sous la direction de Jean Guillaume, Paris, 1991, p. 137-183. universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014. colloque tenu à Tours du 1er au 4 juin 1992, sous la direction de Jean Guillaume, Paris, 1991, p. 103-136. Tours du 1er au 4 juin 1992, Architecture, jardin et paysage. L'environnement du château et de la villa Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 655. Procès-verbaux des réparations à effectuer au d'Orléans le XI brumaire de l'an 12. Rapport des architectes en 1803-1811. Démolitions au château à la même Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 950. 1699-1761. Procès-verbal d'estimation du château
    Statut :
    assurer la pérennité des biens historiques de la maison d’Orléans. Elle est domiciliée au château
    Annexe :
    Gaugain, chercheur à l'université François Rabelais de Tours a réalisé ses recherches dans le cadre de son Les archives concernant le jardin du château d'Amboise Dès la fin de l'année 1497, Pacello da (1498-1515). Sont mentionnés : des tours de charroi pour du bois carré ; dix livres de plâtre ; des » (Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 950, f°9r°-11r°). Dans son procès-verbal de 1708, Robert de Précision méthodologique Ce dossier électronique résulte du travail de plusieurs chercheurs. Lucie doctorat à partir de 2006. Elle a rédigé un dossier électronique sur le jardin du château d'Amboise en 2013 . Michèle Quentin et Charlène Potillion, spécialisées dans l'histoire des jardins et travaillant au sein de l'association des parcs et jardins de la Région Centre-Val de Loire ont travaillé notamment à partir de données présent dossier « Jardin du château d’Amboise » résulte de la fusion des données issues de ces différentes Mercogliano est cité dans un compte : - Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 11350, f°1 r° : « Estat des
    Texte libre :
    Les jardins de 2 hectares sont entièrement clos par les murs et remparts qui ceinturent le site . L’accès par la montée de l’Emir Abd-el-Kader est prolongée par une rampe piétonne bordée d’une glycine et de massifs plantés de fleurs annuelles. La cour d’honneur accueille les vestiges du château. Les deux tours permettent d'admirer le panorama sur la Loire. La chapelle Saint-Hubert au sud dont l’allée d’accès est bordée de quatre tilleuls et de quelques massifs de buis. Le jardin de Naples est aménagé le logis du roi, par des pots médicéens et rehaussés par des touches verticales et colorées de plantes et de fleurs, à dominante jaune et blanche au printemps et bleue et blanche en été. Quelques tilleuls alignés en quinconce sont visibles dans la partie ouest de la terrasse. L’ancienne butte canonnière est recouverte d’un moutonnement de boules de buis, surmonté de charmes taillés en boule, et de vignes de muscat. Le jardin paysager présente des pelouses ponctuées de massifs arbustifs et de quelques
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Association parcs et jardins région Centre-Val de Loire
    Observation :
    label est décerné par le ministère de la Culture.
    Précisions sur la protection :
    parcelles classées du château (cad. BI 150 à 156, 159, 160 et 194 ) : classement par liste de 1840.
    Représentations :
    porc-épic de Louis XII
    Jardins :
    parterre de gazon
    Auteur :
    [auteur commanditaire] de Bourbon Louis-Jean-Marie
    Description :
    Le jardin appartient au projet général de Charles VIII (1483-1498), or la magnificence des jardins en Italie - et en particulier celui de Poggio Reale à Naples - fut l'une des choses qui frappa le plus les Français durant la conquête ultramontaine. De retour de sa campagne d'Italie, Charles VIII part de réalisation qui lui revient car Charles VIII avait commencé à agencer ses jardins avant l'arrivée du jardinier, en témoignent certaines parties du compte de construction de 1495-1496. Louis XII (1498-1515) acheva le chantier de Charles VIII, et engagea le jardinier napolitain pour la réalisation des jardins du château de Blois. Au fond du jardin, dans l'angle nord-ouest, une porte a été épargnée lors de la destruction de la galerie. On connaît plusieurs représentations du 19ème siècle de cette porte qui semble avoir été redécouverte en 1832. Elle est surmontée du porc-épic de Louis XII, et les anciens auteurs ont sans doute attribué le jardin à Louis XII à cause de cet emblème. Il est donc
    Illustration :
    Vue des bâtiments disparus du château, d'aprés une « Vue » de Jacques Androuet du Cerceau : les édifices disparus apparaissent de couleur brune. Le jardin en terrasse est visible sur la gauche Plan du château d'Amboise de Jacques Androuet du Cerceau, en 1579. (B.n.f., département des Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Plan restitué du château d'Amboise représentant le bâti autour du jardin (d'après un plan de 1708 (orthophotographie extraite en 2020 du Géo-portail de l'IGN). IVR24_20193700530NUDA Vue aérienne des jardins du château d'Amboise, orthophotographie extraite en 2019 du Géo-portail de Vue du portique des Quatre Travées du côté de l'ancien cabinet. IVR24_20083700755NUCA Vue de la porte basse de la tourelle d'escalier nord du nouveau logis de Charles VIII sur les
  • Cale dite cale en tablier à quai incliné (port d'Amboise)
    Cale dite cale en tablier à quai incliné (port d'Amboise) Amboise - quai Charles Guinot quai du Général De-Gaulle - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Suite à la demande en 1841 de la municipalité d'Amboise d'utiliser à des travaux d'élargissement du quai à l'aval du pont (rive gauche) des terres provenant de travaux réalisés au château, l'ingénieur en chef Lemierre propose la construction d'une "cale à tablier" vis à vis de la ville. L'ouvrage rivière de l'Amasse" et permettrait d'effectuer les chargements et déchargements avec "la plus grande aisance". Les plans de ce projet non abouti n'ont malheureusement pas été retrouvés et il faut attendre l'année suivante pour que de nouveaux projets concernant Amboise voient le jour. Le 25 décembre 1842 , l'ingénieur ordinaire Cormier dresse un avant projet de travaux propres à ramener et à fixer le thalweg de la Loire contre les quais de la ville d'Amboise ; il propose également de construire un port côté rive gauche. Ces constructions sont adoptées en principe et l'ordre est donné de dresser le projet définitif le 18 janvier 1843. Cormier propose d'établir un port de chaque côté du pont car cet ouvrage "indique
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base Diren : 37003-15 et 37003-18.
    Référence documentaire :
    Encre sur papier, 1870. (archives municipales d'Amboise, Sans cote). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (archives municipales d'Amboise, CP n° 207). (cf. illustration n Carte postale ancienne colorisée. (archives municipales d'Amboise, CP n° 473). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 3-46). (cf. illustration Carte postale ancienne. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 3-257). (cf. illustration Carte postale ancienne. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 3-52). (cf. illustration Carte postale ancienne. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 3-61). (cf. illustration Document imprimé, 1848-1858, détail. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives Encre sur pelure collée sur papier, 30,5 x 21 cm, 1860. (archives nationales, F 14 6615). (cf Encre et aquarelle sur calque, détail, non daté (probablement entre 1856 et 1866). (archives
    Description :
    Située sur la rive gauche, la cale en tablier à quai incliné était établie de part et d'autre du l'amont. L'ouvrage a été surélevé sur toute sa surface, d'un mètre environ, et sert de parking . L'extrémité amont de l'ouvrage présente un plan arrondi. En amont de la cale se trouvent quatre escaliers chemin de halage de trois mètres de large environ. Le perré haut est rythmé par des escaliers simples ou doubles. La partie basse de l'ouvrage est ensevelie sous la végétation et est illisible. Actuellement l'ouvrage se poursuit jusqu'à l'embouchure de l'Amasse mais au milieu du XIXe siècle, le pont divisait la
    Typologies :
    l'eau car relayé par un petit mur de quai incliné qui plonge dans l'eau
    Localisation :
    Amboise - quai Charles Guinot quai du Général De-Gaulle - en ville
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    tablier. Situation des travaux en décembre 1870, suite à la destruction partielle de l'ouvrage. (archives 1904. (archives municipales d'Amboise, CP n° 473). IVR24_20113701914NUCAB Atlas de la Loire comprenant toute la partie du cours du fleuve depuis son embouchure jusqu'au Extrait de la carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes en 1848, complétée par l'ingénieur Collin en 1858 : détail sur Amboise. (archives départementales du Loiret, Liasse 30936 Situation du lit de la Loire entre Amboise et Montlouis, par le conducteur Harmani, 1852. Détail sur Amboise. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 4937). IVR24_20113701912NUCA Défense de la ville d'Amboise contre les inondations de la Loire et de l'Amasse. Plan de la rive gauche en amont du pont, détail, non daté (probablement entre 1856 et 1866). (archives départementales Elévation de la travée suspendue du pont d'Amboise avec mention du port sous une des arches, non
1