Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de 2 maisons (18-20 rue Saint-Euverte)
    Ensemble de 2 maisons (18-20 rue Saint-Euverte) Orléans - 18, 20 rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 2012 BN 31, 32
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    situées au 18 et au 20 rue Saint-Euverte. Les archives municipales nous apprennent que quelques années En octobre 1740, les Frères des Écoles chrétiennes, également connus sous le nom des Frères de la doctrine chrétienne, sont appelés à Orléans par l'évêque Nicolas Joseph de Pâris. La même année, ils actuels n°18 et 20 de la rue Saint-Euverte. En effet, un plan daté de 1773 dressé par P. Perdoux et un second plan daté de 1777 attestent de la présence de l'établissement à cet emplacement. Les Frères ont ensuite été chassés lors de la Révolution. Ils s'installent à nouveau rue Saint-Euverte lors du Concordat du Bourdon-Blanc et de la Treille (actuelle partie nord de la rue des Pensées) et correspondant napoléonien de 1823 indique une seule et longue parcelle correspondant à l'actuel emplacement des maisons plus tard, au moment du déménagement des Frères des Écoles chrétiennes en 1837, ce bâtiment de la rue Saint-Euverte comprenait une chapelle, 4 cellules et une chambre commune de trois lits au premier étage
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série M : 11 M 251. Bâtiments municipaux. École des Frères de la Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 728. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue Saint Plan de la ville d'Orléans par Perdoux, gravé sur cuivre, 1778, feuille quinzième. (Archives doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Titre courant :
    Ensemble de 2 maisons (18-20 rue Saint-Euverte)
    Illustration :
    A gauche de l'abbaye Saint-Euverte sur le plan, un carré noir indique l'emplacement de l'Ecole des Vue d'ensemble des façades antérieures des maisons donnant sur la rue Saint-Euverte et de la façade
  • Maison (29 rue Saint-Euverte)
    Maison (29 rue Saint-Euverte) Orléans - 29 rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 2012 BN 193
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cette maison pourrait dater en partie de la fin du 16e ou du 17e siècle et aurait subi des de la façade est en effet un mode constructif fréquent à partir du 16e siècle à Orléans. Elle est occupée dès 1770 par les Dames des écoles qui y organisent une école de jeunes filles. Celles-ci semblent cadastre ancien et de l'actuel montre que la bâtisse qui existait alors, couvrait les numéros 25, 27, 29 et peut-être le 31 de l'actuelle rue Saint-Euverte. Les sources rapportent également que les religieuses de la Visitation auraient occupé les n° 25, 27 et 29 de la rue Saint-Euverte de 1804 à 1838 période, au 19 de la même rue. Il est probable que le grand bâtiment visible sur le cadastre napoléonien
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 728. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue Saint p.67 GAILLARD, Louis (abbé), DEBAL, Jacques. Les lieux de culte à Orléans de l´antiquité au XXe siècle. Bulletin de la Société archéologique et historique de l´Orléanais, 1987, n° hors-série. 72 p.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Cette maison est construite en pan de bois à grille. Elle comporte un étage carré et un étage de comble à lucarnes. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. La partie droite de la
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500758NUC4A
  • Hôtel-Dieu
    Hôtel-Dieu Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    d'agrandir l'établissement. De plus, avec l'élévation de la façade occidentale et des tours de la cathédrale Le projet de déplacement du vieil hôtel-Dieu situé près de la cathédrale Sainte-Croix prit corps au de circulation de l'air, les dangers épidémiques encourus par le voisinage du fait de son implantation au cœur de la cité, le faible nombre de lits offerts aux malades (269) et l'impossibilité (1739-1785), les autorités civiles et religieuses décidèrent le dégagement des abords immédiats de l'édifice religieux afin de favoriser sa mise en valeur. La difficulté pour trouver un lieu approprié et sans lourdes contraintes ainsi que les problèmes financiers de la ville retardèrent la concrétisation faubourg Madeleine, le déplacement dans les bâtiments de l'abbaye bénédictine Notre-Dame du Calvaire, près de l´hôpital général, alors occupés par une unique religieuse et celui dans l'ancien couvent des Jacobins situé près de l'hôtel-Dieu. Le 19 vendémiaire an V (10 octobre 1796), l'ancien hôpital Saint
    Référence documentaire :
    Archives de l'aumônerie du Centre Hospitalier Régional d'Orléans. Dossier II, 1ère série, 100. Archives de l'aumônerie du Centre Hospitalier Régional d'Orléans. Dossier II, 2ème série, 10, 13bis. Archives municipales d'Orléans. Série 3Q/46 à 48 : Bâtiments. Hôtel-Dieu, place Sainte-Croix Archives départementales du Loiret. Série H dépôt 10/3L/45. Délibérations de la commission Archives départementales du Loiret. Série H dépôt 10/3O/7. Quatre plans de l'hôtel-Dieu signés par Archives départementales du Loiret. Série H dépôt 10/3O/7. Trois plans de masse (correspondant aux Archives départementales du Loiret. Série H dépôt 10/3O/20 : Banque de sang et laboratoire Archives départementales du Loiret. Série H dépôt 10/3O/45. Pavillon de pneumologie. 1954-1963. Archives départementales du Loiret. Série X/273/1 à 3. Translation de l'hôtel-Dieu, construction du Archives départementales du Loiret. Série X/1006. Hôtel-Dieu d'Orléans. Translation de l'hôtel
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'architecture de l'hôtel-Dieu se rattache à l'architecture ventilée dont les préceptes furent 1772 de l'emblématique hôtel-Dieu de Paris qui fut le point de départ d'un long et profond débat autour calqué sur l'hôpital militaire anglais de Stonehouse à Plymouth. Il s´agissait de refuser la concentration architecturale et par conséquent celle des malades. Il suggéra donc de créer une segmentation des bâtiments (ou pavillons), reliés entre eux par des galeries ouvertes permettant la circulation de l'air, de part et d'autre de vastes cours, donnant une apparence de double peigne à ces hôpitaux. L'hôtel-Dieu d’Orléans qui adopte ce plan en double peigne constitue un exemple précoce de cette nouvelle norme architecturale. Il est contemporain de l'hôpital de la Reconnaissance de Garches (1835-1843), qui fait référence , et réalisé avant l'hôpital Lariboisière à Paris (1839-1854), considéré comme l'hôpital modèle de la principal d'accueil percé de grandes arcades en plein cintre, donnant sur la cour d'entrée ouverte sur la
    Annexe :
    lesquels il serait édifié. Les jugements du tribunal de Grande Instance d'Orléans concernant sur l'expropriation ne faisait pas mention des établissements de charité. Elles commencèrent dès le 23 décembre pour les maisons de la rue Porte-Madeleine. Il y eut environ 85 maisons concernées sur les rues avoisinantes, outre Porte-Madeleine, du Four-à-Chaux, de la Charpenterie, Saint-Jacques-le-Brûlé, du Corbillon et des Carmes. Afin de fournir les ressources financières nécessaires à l'édification de l'hôtel -Dieu, une estimation détaillée des matériaux et du mobilier de l'ancien hôtel-Dieu fut dressée à l'automne 1843 afin de déterminer ce qui pourrait être réutilisé et ce qui serait vendu (terrains, jardins concepteur de l'hôtel-Dieu et assura l'achèvement de la chapelle Saint-Charles. Il donna sa démission le 29 d'architecte honoraire. L'hôtel-Dieu fut la dernière construction de François-Narcisse Pagot (1780-1844) ; il fut remplacé par l'architecte Clouet car il mourut avant l'achèvement de la construction.
    Illustration :
    Plan de l'hôtel-Dieu projeté sur l'enceinte urbaine en 1806 (Archives nationales Plan de l'hôtel-Dieu projeté sur l'enceinte urbaine en 1806, détails des inscriptions (Archives Élévation de l'hôtel-Dieu projeté sur l'enceinte urbaine en 1806 (Archives nationales Plan partiel d'une façade de l'hôtel-Dieu. (Archives départementales du Loiret Détail de la façade principale. (Archives départementales du Loiret). IVR24_20124500706NUC4A Plan des promenoirs à construire sur la face orientale de l'hôtel-Dieu. (Archives départementales Cour d'entrée, vers 1907 (carte postale éditée par Berthaud Frères). (Archives municipales éditée par Neurdein Frères). (Archives municipales d'Orléans, 2Fi 442). IVR24_20124500596NUC2AB Projet d'implantation de l'hôtel-Dieu sur l'enceinte urbaine daté de 1806 (sur un fond de plan de Emblème de l'hôtel-Dieu : une croix posée sur un croissant (dessin, CHR d'Orléans
1