Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 125 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Verrière représentant le Christ bénissant
    Verrière représentant le Christ bénissant Châteauroux - Touvent - route de Velles - en ville
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Description :
    Cette verrière représente le Christ en pied sous un décor d'architecture, bénissant de la main figuré l'agneau couché sur le livre aux Sept Sceaux.
    Titre courant :
    Verrière représentant le Christ bénissant
    Illustration :
    Châteauroux, chapelle Notre-Dame-des-Victoires, baie 0 : le Christ bénissant. IVR24_20093602359NUCA
  • Verrière représentant le bienheureux Amédée de Savoie
    Verrière représentant le bienheureux Amédée de Savoie Châteauroux - Touvent - route de Velles - en ville
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Description :
    Cette verrière représente le roi Amédée IX de Savoie, en pied sous un décor d'architecture. Vêtu à
    Titre courant :
    Verrière représentant le bienheureux Amédée de Savoie
    Illustration :
    Châteauroux, chapelle Notre-Dame-des-Victoires, baie 4 : le bienheureux Amédée de Savoie Châteauroux, chapelle Notre-Dame-des-Victoires, baie 4 (détail) : le bienheureux Amédée de Savoie
  • Verrière représentant le Saint-Esprit, la Charité et l'Avarice
    Verrière représentant le Saint-Esprit, la Charité et l'Avarice Saint-Marcel - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur Inscription concernant le donateur : "A. Charron, Prster Compst". Inscription concernant l'auteur
    Description :
    entrecroisées vertes et bleues. Le médaillon inférieur représente l'Avarice (une femme plongeant sa main dans un coffre plein d'or). Le médaillon central figure la Charité, personnifiée par une femme donnant un manteau à un mendiant. Le médaillon supérieur présente la colombe du Saint-Esprit, portant le nimbe
    Titre courant :
    Verrière représentant le Saint-Esprit, la Charité et l'Avarice
    Illustration :
    Saint-Marcel, église paroissiale, baie 0 : le Saint-Esprit, la Charité, l'Avarice
  • Nogent-le-Rotrou : maquette de la statue du général Jules de Saint-Pol
    Nogent-le-Rotrou : maquette de la statue du général Jules de Saint-Pol Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature sur la plinthe : DE BAY. Inscription : Malakoff (sur le fût du canon).
    Historique :
    Jules de Saint-Pol (mort à Malakoff le 8 septembre 1855) inauguré le 18 octobre 1857 sur la place du Marché à Nogent-le-Rotrou. En 1943, la statue est fondue par les Allemands. Il ne subsiste que la plaque
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Représentations :
    Le général est représenté brandissant son épée (disparue), montant à l'assaut de la tour Malakoff
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Titre courant :
    Nogent-le-Rotrou : maquette de la statue du général Jules de Saint-Pol
  • Nogent-le-Rotrou : statue du général Jules de Saint-Pol (détruite)
    Nogent-le-Rotrou : statue du général Jules de Saint-Pol (détruite) Nogent-le-Rotrou - place Saint-Pol - en ville
    Inscriptions & marques :
    l’assaut de la Tour Malakoff / Le 8 septembre 1855 / La ville de Nogent-le-Rotrou.
    Historique :
    Par un décret du 10 janvier 1856, Napoléon III autorise la ville de Nogent-le-Rotrou à élever une statue à la mémoire du comte Jules de Saint-Pol, général de brigade, mort à Malakoff le 8 septembre 1855 par De Bay Père, est inaugurée le 18 octobre 1857 (la première pierre avait été posée le 2 septembre 1857, comme le souligne la plaque apposée lors de l'événement). En 1943, la statue est fondue par les , et les deux plaques sont apposées sur le mur de la mairie situé du côté place de Saint-Pol.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Placé au centre de la place du marché, le monument, entouré d'une grille basse, était constitué
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - place Saint-Pol - en ville
    Titre courant :
    Nogent-le-Rotrou : statue du général Jules de Saint-Pol (détruite)
    Illustration :
    marché, dressé le 13 juillet 1857). IVR24_20142800213NUC4A Vue des plaques regroupées sur le mur de la mairie ; la plaque inférieure apposée en 1857, la
  • Autel secondaire : autel, retable, tabernacle, gradin d'autel, emmarchement ; clôture de chapelle, 2 bénitiers
    Autel secondaire : autel, retable, tabernacle, gradin d'autel, emmarchement ; clôture de chapelle, 2 bénitiers Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    Le retable fut exécuté à la fin du 17e siècle par le sculpteur flamand Verchafield, d'après un dessin de Werbreicht, pour le maître-autel de la chapelle, consacrée en 1590, de l'ancien hôtel-Dieu nouveau lieu de culte fut élevé dans lequel fut transféré le maître-autel. Un dessin daté de 1728 exécuté par l'architecte Jacques V Gabriel, chargé des travaux d'agrandissement de la cathédrale, le fait d'ailleurs figurer dans la future chapelle ; le dessin porte en légende secondaire : Cet autel est fait d'idée on y reposera celui de l'ancienne Eglise. En 1846, le retable fut déplacé et installé dans la chapelle Saint-Charles où il se trouve toujours. Les autres éléments constitutifs (excepté le tableau du l'installation du retable dans la chapelle. Werbreicht, auteur du dessin, réalisa le portail monumental de
    Référence documentaire :
    n° 3 [Exposition. Orléans, collégiale Saint-Pierre-le-Puellier. Avril 1982]. L’Art religieux en
    Représentations :
    Représentation de l'Agneau de l'Apocalypse couché sur le livre des sept sceaux dans une gloire sur la porte du tabernacle. Le décor de la clôture de chapelle est constitué d'une suite de fenestrages.
    Description :
    plaques de marbre blanc et noir, le décor rapporté qui ornait le devant d'autel a disparu. Les deux plaques de marbres noir veiné ou blanc. Le décor de la porte du tabernacle est rapporté. L'ensemble de l'autel secondaire formant chapelle dans le bras occidental du transept est composé d'un retable en bois peint faux-marbre constitué de planches assemblées et chevillées, le décor doré centre. Le gradin d'autel, le tabernacle et la contre-table sont également maçonnés et recouverts de
    États conservations :
    Le devant d'autel en marbre s'est entièrement détaché et brisé au sol en février 2013.
    Illustration :
    Le devant d'autel en marbre détaché et brisé au sol (février 2013). IVR24_20124500763NUCA
  • Chartres : statue du général Marceau
    Chartres : statue du général Marceau Chartres - place des Epars - en ville
    Inscriptions & marques :
    / MARCEAU" ; inscription concernant la date (face arrière du socle) : "ÉRIGÉ/ LE 21 SEPTEMBRE/ 1851".
    Historique :
    , soutenue par de nombreux intellectuels parisiens, ainsi que par le roi Louis-Philippe et le duc d’Aumale . Le sergent Marceau, frère du général, âgé de 96 ans, se félicite auprès du maire de ce nouvel hommage en avril 1845. La souscription lancée à Chartres la même année aboutit à la demande adressée par le profit de la place Marceau d’un commun accord entre le sculpteur et la Ville (ce qui suppose la destruction de la Colonne Marceau) avant d’être de nouveau déplacé vers la place des Épars le 9 mai 1851, à la le plan administratif et financier : le Gouvernement donne en avril 6 000 francs de subvention, à la demande de Charles Blanc (payés en avril 1849, août 1851 et avril 1852) ; l’autorisation présidentielle en septembre concernant le piédestal provisoire conçu par Jean-Baptiste Lassus. L’année 1850 voit l’aboutissement artistique : la ville choisit Eck et Durand comme fondeur, qui reçoit en décembre le modèle de le 28 juillet 1851, et exposée près du guichet du Louvre la première quinzaine de septembre
    Observation :
    le vaste espace des Épars). De plus, on dispose de la lithographie de Sergent-Marceau qui a influencé
    Référence documentaire :
    Le Général Marceau/par Sergent-Marceau. Aquatinte sur papier. (Paris, musée de l'Armée). [Exposition, Chartres, musée des Beaux-Arts, 21 septembre au 25 novembre 1996]. Le Général Marceau
    Représentations :
    Le général Marceau est représenté debout, en habit de hussard, s'appuyant à sa droite sur un cippe portant son shako (coiffure d'infanterie) et l'amorce d'une roue de canon ; le bras gauche s'appuie sur le pommeau de son sabre passé à la ceinture et la main droite pointe sur une carte placée sur le rocher en
    Description :
    Le monument est placé au centre de la place des Épars, face à la rue du Grand-Faubourg. La statue
    Illustration :
    Lettre de soutien à Préault pour le monument à Marceau, écrite par David d'Angers au maire de Vue générale de trois quarts gauche, avec les attributs sur le côté dextre. IVR24_20122800152NUC4A
  • Port dit port de Tours
    Port dit port de Tours Tours - place Anatole France - en ville
    Historique :
    port est alors équipée d'une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval. Il semble que le port de , l'ingénieur Jégou estime que, de tous les ports d'Indre-et-Loire, celui de Tours est « le plus important et le , l'ingénieur Jégou réaffirme que le port de Tours est dans un très mauvais état. Il déplore que la ville ne existants. Cependant un nouveau projet est rédigé (on ne connaît malheureusement pas l'auteur) le 13 août 1845. On envisage alors de terminer le port côté fleuve par un quai incliné ("une murette d'un fruit gêner le service, le projet prévoit des escaliers pratiqués dans le massif de la maçonnerie de la doivent servir à amarrer les bateaux. En amont et en aval, le port doit se terminer par de vastes abreuvoirs. La surface du port doit être pavée sur dix mètres de large, le reste sera empierré. Rien ne se terminent par des cales de descente à la rivière. Aucun de ces ports ne satisfait à sa destination. Le partie supérieure sert de dépôt de bois. Le second est plus convenable sous le rapport de l'étendue, de
    Référence documentaire :
    Photographie aérienne noir et blanc. Fonds IGN : A 231.7. (archives municipales de Tours, 102 Fi 10 Photographie aérienne noir et blanc. (archives municipales de Tours, Fonds Meunier, sous série 105
    Description :
    Situé rive gauche, de part et d'autre du pont Wilson, le port de Tours mesure environ 500 mètres
    Typologies :
    port urbain : dans les grandes agglomérations, le caractère urbain prime sur l'impantation
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire à Tours, destiné à faire connaître le système d'après lequel la navigation de cette rivière pourrait être améliorée, 12 mars 1822, ingénieur en chef Cormier. Détail sur le Le port de Tours, vue prise depuis l'extrémité du pont de pierre côté rive droite, vers 1820 partie du fleuve, dressé par l'ingénieur Cormier le 15 juillet 1837. Détail. (archives nationales, F 14 Plan général du projet des nouvelles terrasses, 25 octobre 1848. En rouge le projet conçu par l'administration municipale, en bleu le projet conforme au plan de l'ingénieur en chef du 13 mai 1848. Plan dressé Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), détail sur le (présence du pont suspendu de Saint--Symphorien) et 1849 (le nouveau port n'est pas encore construit Plan du port de Tours avant les travaux de 1849, dressé par l'ingénieur Cormier le 12 décembre 1854 Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), détail sur le
  • Ensemble de 2 maisons (18-20 rue Saint-Euverte)
    Ensemble de 2 maisons (18-20 rue Saint-Euverte) Orléans - 18, 20 rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 2012 BN 31, 32
    Historique :
    actuellement au 36 rue du Bourdon-Blanc. En 1880, ils s'installent dans l'abbaye Saint-Euverte. Le cadastre En octobre 1740, les Frères des Écoles chrétiennes, également connus sous le nom des Frères de la du Bourdon-Blanc et de la Treille (actuelle partie nord de la rue des Pensées) et correspondant indiquent ainsi qu'en 1863, le 18 rue Saint-Euverte comprend un salon, une salle à manger et une cuisine au rez-de-chaussée, 4 chambres et 2 cabinets aux étages. Concernant le 20 rue Saint-Euverte, elles nous
    Référence documentaire :
    doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823.
    Description :
    Ces deux maisons sont construites en maçonnerie enduite à deux étages carrés. Le toit à longs pans
    Illustration :
    A gauche de l'abbaye Saint-Euverte sur le plan, un carré noir indique l'emplacement de l'Ecole des
  • Tableau : l'ancien hôtel-Dieu d'Orléans
    Tableau : l'ancien hôtel-Dieu d'Orléans Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur D'ORLEANS ADMINISTRATEUR DES HOSPICES (sur le cartel rapporté sur le cadre).
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Description :
    Peinture à l'aquarelle avec rehauts de gouache, le cadre d'origine est en bois doré.
    Dimension :
    h = 41,5 ; la = 56,5. Dimensions de l'aquarelle. Dimensions avec le cadre : h = 82 ; la = 96.
    Illustration :
    Vue d'ensemble avec le cadre. IVR24_20114501176NUC4A
  • Verrière représentant la Vierge à l'Enfant
    Verrière représentant la Vierge à l'Enfant Châteauroux - place Saint-Cristophe - en ville
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    États conservations :
    Le panneau supérieur de la verrière est manquant.
  • Tableau : l'ancien hôtel-Dieu d'Orléans
    Tableau : l'ancien hôtel-Dieu d'Orléans Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Description :
    Peinture à l'aquarelle avec rehauts de gouache, le cadre d'origine est en bois doré.
    Dimension :
    h = 40,3 ; la = 56. Dimensions de l'aquarelle. Dimensions avec le cadre : h = 79,5 : la = 93,5.
    Illustration :
    Vue d'ensemble avec le cadre. IVR24_20114501175NUC4A
  • Bourg : maison n°1 (chemin du Vieux-Puits)
    Bourg : maison n°1 (chemin du Vieux-Puits) La Gaudaine - Bourg - chemin du Vieux-Puits - en village - Cadastre : 1987 A1 126
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    l'exception de la lucarne pendante en brique de l'ancienne écurie). Les corniches (simple pour le logis, à
  • Ciboire des malades
    Ciboire des malades Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    le bord de la coupe et le bord du couvercle.
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    Le ciboire des malades est utilisé pour porter le Saint Sacrement aux malades. Celui-ci fut exécuté d'après le calice d'Hervée, évêque de Troyes mort en 1223, découvert dans son tombeau en 1844 et conservé
    Description :
    Le ciboire est en argent, seuls l'intérieur de la coupe et du couvercle sont dorés. Les différentes
    États conservations :
    Le ciboire fut accidenté nécessitant la pose d'une tige d'enfilage.
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port de Veuves)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de Veuves) Veuves - le Bourg - en village
    Historique :
    1812, l'ouvrage est légèrement remanié en 1849, lors de la construction de banquettes le long de la la rampe soit modifiée le moins possible à cette datre. Elle sert alors d'abreuvoir et au
    Typologies :
    cale abreuvoir simple : rampe d'accès à l'eau parallèle au fleuve orientée vers l'amont (le plus
    Localisation :
    Veuves - le Bourg - en village
    Illustration :
    Atlas de Trudaine, entre 1745 et 1780, détail sur le bourg de Veuves. (archives nationales, CP F 14 Carte de la Loire non datée (entre 1844 et 1858) : détail sur le village de Veuves. (archives Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail sur le bourg de Exhaussement des banquettes le long du bourg de Veuves, plan dressé par l'ingénieur ordinaire Pluyette le 23 décembre 1863. (archives départementales du Loir-et-Cher, 3 S 116). IVR24_20104100436NUCA
  • 2 verrières ornementales
    2 verrières ornementales Tendu - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    États conservations :
    La baie 1 présente de nombreuses lacunes, principalement dans le bas de la composition.
  • Statue : ange
    Statue : ange Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Représentations :
    L'ange, le genou droit en terre, tient de la main gauche un livre posé sur son autre genou.
    États conservations :
    La figure constituait le support de la cuve de la chaire à prêcher de la chapelle Saint-Charles et fut transformée en porte-pupitre après le démontage de celle-ci. L'attribut tenu dans la main droite a disparu. En 2014, le pupitre a été ôté et la figure nettoyée et restaurée.
  • Port dit port de Chouzé
    Port dit port de Chouzé Chouzé-sur-Loire - le Bourg - en village
    Historique :
    Au début du XIXe siècle, le bourg de Chouzé est équipé de deux petites cales opposées (type cale abreuvoir double à tablier haut) situées au niveau de l'église. Cet état est bien visible sur le cadastre commune et craignent que le port ne devienne impraticable. Selon eux, ces ensablements sont en grande d'établir de nouveaux ouvrages dans le lit de la Loire. Les digues complétentaires sont terminées en 1841 port. Les travaux sont adjugés le 25 juin 1841 et réalisés en 1841 et 1842. Ils consistent en tous niveaux d'eau (hors les cas de grandes crues seulement, le quai n'étant pas insubmersible). En 1842, l'ingénieur en chef Lemierre rapporte que le bourg de Chouzé était autrefois éloigné de près de été faits, longé par un beau chenal en toutes saisons. Il précise également que le nouveau port est équipé de "moyens d'accessions à la rivière pour le chargement et l'exportation des produits". En 1843 nouveau chargement à l'abri des courants. Le port de Chouzé figure parmi les ports de Loires sur les
    Description :
    Situé sur la rive droite, vis à vis du bourg (en amont), le port de Chouzé comprend une cale en
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Localisation :
    Chouzé-sur-Loire - le Bourg - en village
    Illustration :
    Projet de prolonger le quai du port de Chouzé vers l'aval, ingénieur ordinaire Seignobos, 23 Le port de Chouzé depuis la Loire, début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (collection Le port de Chouzé-sur-Loire. IVR24_20153700720NUCA Le port de Chouzé-sur-Loire, cale orientée vers l'aval. IVR24_20153700719NUCA
  • Port dit port de Chaumont
    Port dit port de Chaumont Chaumont-sur-Loire - le Bourg - en village
    Historique :
    Un port est construit à Chaumont durant le quatrième quart du XVIIIe siècle par l'ingénieur en chef Bouchet. Le projet de port est approuvé en juin 1784 et les travaux se terminent vers 1792. La réalisation ou menacées par le fleuve sont supprimées. On construit une cale aval pour la charge du bois et escaliers n'aient pas tous été construits. En 1846, l'ingénieur en chef Floucaud constate que le port de Chaumont "n'est pas sans importance pour le commerce des vins et des bois" mais que sa faible dimension a poussé l'administration à l'agrandir et à l'améliorer, notamment par le rétablissement du chemin de halage interrompu par les corrosions de la berge. Le port est effectivement prolongé vers l'amont arrêté préfectoral du mois d'avril 1855 stipule que les marchandises qui séjournent sur le port de 0,15 F par m² suivant les emplacements choisis par les mariniers. La commune est autorisée à louer le port à un fermier qui fait pour son compte personnel la perception des droits de dépôt suivant le tarif
    Description :
    Situé rive gauche et vis à vis du bourg, le port de Chaumont-sur-Loire comporte trois cales abreuvoirs simples et une cale abreuvoir en long. Le port actuel mesure environ 900 mètres de long (300 mètres pour l'ancien port du XVIIIe auxquels il faut ajouter le prolongement du milieu du XIXe siècle
    Localisation :
    Chaumont-sur-Loire - le Bourg - en village
    Illustration :
    Projet de cinq escaliers pour le port de Chaumont, 10 septembre 1860. (archives départementales du Parapet en pierre bordant le haut du perré. IVR24_20104100408NUCA Echelle hydrométrique et marque de crue (1872) sur le port de Chaumont. IVR24_20074100418NUCA
  • Maison (La Balaterie)
    Maison (La Balaterie) La Riche - Balaterie (la) - isolé
    Historique :
    pignon est, un logement a été construit au milieu du 19e siècle. Le corps de logis principal isolé à
    Observation :
    La demeure conserve une grange remarquable. La Balaterie, comme le Saugé, est établie dans le lit
    Référence documentaire :
    Prieuré de St Cosme : 2e plan, numéroté 26. Plan de la plantation à faire depuis le bardeau de St
    Illustration :
    La Balatrie sur le cadastre de 1808 IVR24_20153700475NUCA
1 2 3 4 7 Suivant