Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 246 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Verrière représentant le Christ bénissant
    Verrière représentant le Christ bénissant Châteauroux - Touvent - route de Velles - en ville
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Description :
    Cette verrière représente le Christ en pied sous un décor d'architecture, bénissant de la main figuré l'agneau couché sur le livre aux Sept Sceaux.
    Titre courant :
    Verrière représentant le Christ bénissant
    Illustration :
    Châteauroux, chapelle Notre-Dame-des-Victoires, baie 0 : le Christ bénissant. IVR24_20093602359NUCA
  • Verrière représentant le bienheureux Amédée de Savoie
    Verrière représentant le bienheureux Amédée de Savoie Châteauroux - Touvent - route de Velles - en ville
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Description :
    Cette verrière représente le roi Amédée IX de Savoie, en pied sous un décor d'architecture. Vêtu à
    Titre courant :
    Verrière représentant le bienheureux Amédée de Savoie
    Illustration :
    Châteauroux, chapelle Notre-Dame-des-Victoires, baie 4 : le bienheureux Amédée de Savoie Châteauroux, chapelle Notre-Dame-des-Victoires, baie 4 (détail) : le bienheureux Amédée de Savoie
  • Ainay-le-Vieil : parc et jardin d’agrément du château
    Ainay-le-Vieil : parc et jardin d’agrément du château Ainay-le-Vieil - 7 rue du Château - en village - Cadastre : 2016 AM 172 à 174 ; 176 à 179 ; 181 ; 184 à 187 ; 189 à 198 ; 200 à 205 ; 213 ; 224 à 226 ; 229 ; 232 à 233 ; 236 à 239 ; 242 à 243
    Historique :
    Le domaine est acheté en 1467 par la famille de Bigny dont les propriétaires actuels sont les descendants. Face au château, deux pavillons Renaissance marquent l'entrée des jardins d'eau créés par le sur le système hydraulique hérité du Moyen Âge. Un plan du milieu du 19ème siècle dévoile , simultanément à la restauration du château, un parc paysager est aménagé. En 1954, le baron et la baronne d'Aligny décident d'ouvrir le château au public. A la suite de la tempête de 1984, la propriétaire Marie -Sol de la Tour d’Auvergne lance la réhabilitation des jardins d’eau. Jusqu’en 1997 et avec le
    Observation :
    Le parc et les jardins du château d’Ainay-le-Vieil bénéficient du label "Jardin remarquable" depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. En 2013, le plan de gestion du parc, outil de conduite de sa restauration, a reçu le prix Pictet-Jardin-Patrimoine. Le site possède une
    Référence documentaire :
    LUCINGE, Françoise de. Premier Inventaire des parcs et jardins en région Centre : Ainay-le-Vieil , Jardin du Château d’Ainay-le-Vieil. Union Régionale des CAUE du Cher. Juillet 1991. [dossier APJRC]. VELCHE, Anne. Inventaire des parcs et jardins en région Centre : Ainay-le-Vieil, Parc et jardins du BUCHARD, Sonia. Ainay-le-Vieil, une restauration qui coule de source. Demeure Historique, Côté BOUDON, Françoise. Les jardins d'eau d'Ainay-le-Vieil, jardins d'eau de la Renaissance. Archives Tableau d'assemblage de la commune d’Ainay-le-Vieil. [183?]. (Archives départementales du Cher coul. (Archives privées du château d’Ainay-le-Vieil).
    Précisions sur la protection :
    Les jardins, le parc et les murs de clôture sont inscrits au titre des monuments historiques depuis 1993. Les chartreuses, pavillons d’entrée du jardin, pièces d’eau et le potager avec le canal qui
    Représentations :
    l’extrémité de l’allée desservant les chartreuses. Deux sphinges se faisant face agrémentent le parterre de
    Description :
    Le domaine s’étend sur une superficie d’environ 13 ha. Le château médiéval est entouré de douves et
    Localisation :
    Ainay-le-Vieil - 7 rue du Château - en village - Cadastre : 2016 AM 172 à 174 ; 176 à 179 ; 181
    Titre courant :
    Ainay-le-Vieil : parc et jardin d’agrément du château
    Appellations :
    Jardins du château d'Ainay-le-Vieil
    Illustration :
    Représentation du site sur le cadastre napoléonien vers 1830. IVR24_20073701255NUCA Plan du potager et du parc / Monsieur de Bigny. Archives privées du château d’Ainay-le-Vieil. [1850 Vue aérienne du jardin du château d'Ainay-le-Vieil, orthophotographie en 2010-2011 de Géo-Centre L'entrée du château et le pont dormant. IVR24_20171800415NUCA Canal entourant le carré en l'île. IVR24_20171800405NUCA Première chartreuse: le jardin bouquetier. IVR24_20171800406NUCA Troisième chartreuse: le jardin de méditation. IVR24_20171800408NUCA Quatrième chartreuse: le cloître des simples. IVR24_20171800409NUCA Cinquième chartreuse: le parterre de broderie. IVR24_20171800410NUCA Canal entourant le carré en l'Isle. IVR24_20171800411NUCA
  • Verrière représentant le Saint-Esprit, la Charité et l'Avarice
    Verrière représentant le Saint-Esprit, la Charité et l'Avarice Saint-Marcel - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur Inscription concernant le donateur : "A. Charron, Prster Compst". Inscription concernant l'auteur
    Description :
    entrecroisées vertes et bleues. Le médaillon inférieur représente l'Avarice (une femme plongeant sa main dans un coffre plein d'or). Le médaillon central figure la Charité, personnifiée par une femme donnant un manteau à un mendiant. Le médaillon supérieur présente la colombe du Saint-Esprit, portant le nimbe
    Titre courant :
    Verrière représentant le Saint-Esprit, la Charité et l'Avarice
    Illustration :
    Saint-Marcel, église paroissiale, baie 0 : le Saint-Esprit, la Charité, l'Avarice
  • Nogent-le-Rotrou : maquette de la statue du général Jules de Saint-Pol
    Nogent-le-Rotrou : maquette de la statue du général Jules de Saint-Pol Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature sur la plinthe : DE BAY. Inscription : Malakoff (sur le fût du canon).
    Historique :
    Jules de Saint-Pol (mort à Malakoff le 8 septembre 1855) inauguré le 18 octobre 1857 sur la place du Marché à Nogent-le-Rotrou. En 1943, la statue est fondue par les Allemands. Il ne subsiste que la plaque
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Représentations :
    Le général est représenté brandissant son épée (disparue), montant à l'assaut de la tour Malakoff
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Titre courant :
    Nogent-le-Rotrou : maquette de la statue du général Jules de Saint-Pol
  • Nogent-le-Rotrou : statue du général Jules de Saint-Pol (détruite)
    Nogent-le-Rotrou : statue du général Jules de Saint-Pol (détruite) Nogent-le-Rotrou - place Saint-Pol - en ville
    Inscriptions & marques :
    l’assaut de la Tour Malakoff / Le 8 septembre 1855 / La ville de Nogent-le-Rotrou.
    Historique :
    Par un décret du 10 janvier 1856, Napoléon III autorise la ville de Nogent-le-Rotrou à élever une statue à la mémoire du comte Jules de Saint-Pol, général de brigade, mort à Malakoff le 8 septembre 1855 par De Bay Père, est inaugurée le 18 octobre 1857 (la première pierre avait été posée le 2 septembre 1857, comme le souligne la plaque apposée lors de l'événement). En 1943, la statue est fondue par les , et les deux plaques sont apposées sur le mur de la mairie situé du côté place de Saint-Pol.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Placé au centre de la place du marché, le monument, entouré d'une grille basse, était constitué
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - place Saint-Pol - en ville
    Titre courant :
    Nogent-le-Rotrou : statue du général Jules de Saint-Pol (détruite)
    Illustration :
    marché, dressé le 13 juillet 1857). IVR24_20142800213NUC4A Vue des plaques regroupées sur le mur de la mairie ; la plaque inférieure apposée en 1857, la
  • Petit Aslon : ferme, actuellement maison
    Petit Aslon : ferme, actuellement maison Lingé - Le Petit Aslon - - en écart - Cadastre : 2015 ZD 112, 122-123 1813 E 251, 254, 255, 258
    Historique :
    Le lieu-dit est porté sur la carte de Cassini (vers 1765).
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Localisation :
    Lingé - Le Petit Aslon - - en écart - Cadastre : 2015 ZD 112, 122-123 1813 E 251, 254, 255, 258
    Illustration :
    Le lieu-dit est porté sur la carte de Cassini (vers 1765). IVR24_20163601077NUC2A Les bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1813 (parcelles E 251, 254, 255, 258). (Archives Vue de la maison depuis le sud-est. IVR24_20163601309NUC2A Vue du cellier et de l'écurie depuis le sud. IVR24_20163601308NUC2A Vue des ruines de la grange-étable depuis le sud-est. IVR24_20163601311NUC2A
  • Tout-y-Faut : ferme 02
    Tout-y-Faut : ferme 02 Lingé - Tout-y-faut - en écart - Cadastre : 2015 ZC 199, 200, 226, 227 1813 F 1085, 1083, 1096, 1097
    Historique :
    Le lieu-dit ("Touttifaut") figure sur la carte de Cassini (vers 1765). Il ne semble quasiment rien rester des bâtiments de ferme portés sur le plan cadastral de 1813 (en ruines ou modifiés au cours de l’Époque contemporaine). La ferme date d'entre le milieu du 19e et le début du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    également une étable, un toit à porcs et d’autres bâtiments de ferme en ruines. Le logement, orienté nord
    Illustration :
    Le lieu-dit ("Touttifaut") figure sur la carte de Cassini (vers 1765). IVR24_20163601077NUC2A Des bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles F 1083, 1085, 1096, 1097 Vue générale de la ferme depuis le sud-ouest IVR24_20163601300NUC2A Vue du logement et du four depuis le sud-ouest IVR24_20163601301NUC2A Vue de la grange depuis le nord-ouest IVR24_20163601299NUC2A Vue du toit à porcs et de l'étable en ruine depuis le sud-est IVR24_20163601302NUC2A le sud-ouest IVR24_20163601303NUC2A
  • Touche : ferme
    Touche : ferme Lingé - La Touche - isolé - Cadastre : 2015 AE 64 1813 D 32, 33
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Quelques bâtiments de la ferme portée sur le plan cadastral de 1813 semblent avoir été reconstruits : l’étable à vaches et l’ancien logement seconde moitié du 19e et du début du 20e siècle. Le logement nord a été reconstruit dans les années 1940
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    . Le logement principal, orienté nord-sud, est en rez-de-chaussée à surcroît et à accès en mur principaux sont en mur-pignon. Un toit à porcs couvre le mur gouttereau nord. La toiture en tuile plate est
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20163601077NUC2A Une ferme est figurée sur le plan cadastral de 1813 (section D). (Archives départementales de Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20163601191NUC2A Vue d'un logement et toit à porcs depuis le sud. IVR24_20163601186NUC2A Vue de l'écurie et des étables à vaches depuis le nord. IVR24_20163601187NUC2A Vue de l'étable à vaches et de l'écurie depuis le sud. IVR24_20163601188NUC2A Vue de l'étable en appentis avec pierre d'évier depuis le sud-ouest. IVR24_20163601190NUC2A
  • Chopinerie : ferme 01
    Chopinerie : ferme 01 Lingé - La Chopinerie - - en écart - Cadastre : 2015 ZD 135, 149 1813 E 487, 488, 489
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Une ferme (remaniée) est portée sur le plan cadastral de 1813. Le logement de cette ferme a été remanié dans la seconde moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20163601077NUC2A Des bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles E 487, 488, 489). (Archives Vue générale de la ferme depuis le sud. IVR24_20163601222NUC2A Vue du logement remanié depuis le nord-est. IVR24_20163601218NUC2A Vue du logement remanié depuis le sud-est. IVR24_20163601221NUC2A Vue du mur-pignon (et emplacement d'un four détruit) du logement depuis le nord-est Vue de la grange-étable depuis le sud-ouest. IVR24_20163601220NUC2A Vue de l'étable indépendante depuis le sud. IVR24_20163601219NUC2A Vue du toit à porcs depuis le sud-est. IVR24_20163601215NUC2A
  • Japperenards : ferme 02
    Japperenards : ferme 02 Lingé - Les Japperenards - en écart - Cadastre : 2015 AC 370, 371, 374, 451 1813 B 115, 116, 118
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Des bâtiments contigus figurent sur le plan ancienne. Le grès utilisé dans ces constructions provient d’une carrière située non loin de l’écart.
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    accès en murs gouttereaux et à toitures à longs pans en tuile plate. Le logement double est enduit et en
    Illustration :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20163601077NUC2A Des bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1813 (parcelles B115, 116, 118). (Archives Vue du logement depuis le sud-ouest. IVR24_20163601474NUC2A
  • Foncené : ferme
    Foncené : ferme Lureuil - Foncené - isolé - Cadastre : 2015 ZE 54 1812 A 459-461
    Historique :
    Le lieu et "village" de "Foncenee" est mentionné au plus tard en 1511-1512 (Archives ). Une ferme à cour ouverte comprenant quatre bâtiments figure sur le plan cadastral de 1812. L'édifice de la cour, a été en partie reconstruite suite à un incendie dans le deuxième quart du 20e siècle. Le
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    enduits et presqu’exclusivement en moellons de grès (sauf la grange-étable ouest). Le logement (peut-être où se trouvent les accès. Au sud de la cour, le toit à porcs, à toiture en tôle nervurée, est à accès
    Illustration :
    Le lieu-dit ("Foncenay") figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Une ferme, aux proportions proches de l'actuelle, est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelles A 459 à 461), dans le haut de l'image. (Archives départementales de l'Indre Vue de la cour de la ferme depuis le sud. IVR24_20163600035NUC2A Vue de la grange et du toit à porcs, situés au nord de la cour, depuis le sud Vue du toit à porcs situé au sud de la cour, depuis le nord. IVR24_20163600034NUC2A Vue de l'ancien four à pain devenu étable depuis le sud. IVR24_20163600037NUC2A Vue du puits depuis le sud. IVR24_20163600036NUC2A
  • Jaulerie : ferme 01
    Jaulerie : ferme 01 Lingé - La Jaulerie - en écart - Cadastre : 2015 ZD 124 à 126, 129 1813 C 720, 721
    Historique :
    Le lieu-dit est porté sur la carte de Cassini (vers 1760). La ferme, implantée en T, figure sur le plan cadastral de 1813. Le logement (est), qui pourrait dater du 18e siècle, aurait brûlé vers 1800 et ailleurs été étendu sur un ancien espace agricole (étable ?), possiblement dès le début du 19e siècle. La
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    , sont en rez-de-chaussée. Le logement est présente, pour sa partie la plus ancienne, trois ouvertures à
    Illustration :
    La ferme (implantée en L) est portée sur le plan cadastral de 1813 (section C). (Archives Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20163601233NUC2A Vue du logement ouest depuis le sud. IVR24_20163601515NUC2A Vue du logement est, du cellier et de l'écurie depuis le sud. IVR24_20163601516NUC2A Vue du hangar agricole depuis le nord-ouest. IVR24_20163601231NUC2A
  • Cadetterie : ferme
    Cadetterie : ferme Lingé - La Cadetterie - isolé - Cadastre : 2015 ZC 237 1813 F 675, 676
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Une ferme à cour ouverte est portée sur le
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    accès sont en murs gouttereaux. Le bâtiment à l’est de la cour, inclut un logement et un cellier (partie nord). Le logement est en rez-de-chaussée surélevé à surcroît. A l’ouest de la cour, sont accolées une
    Illustration :
    La ferme est portée sur le plan cadastral de 1813 (parcelles F 675, 676). (Archives départementales Vue générale de la ferme depuis le sud. IVR24_20163601101NUC2A Vue des toits à porcs et des étables attenantes, depuis le sud-ouest. IVR24_20163601096NUC2A Vue du four et de la remise depuis le nord. IVR24_20163601095NUC2A
  • Ermite : ferme
    Ermite : ferme Lingé - L'Ermite - isolé - Cadastre : 2015 AC 308 1813 B 289, 290
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Une ferme est par ailleurs représentée sur le plan cadastral de 1813. Elle se trouvait en partie à l’emplacement du logement remanié actuel (étables et granges ; remaniement datant de 1984). Le logement porte les dates de 1777 et de 1847 ; celles siècle au moment de la construction (ou de la reconstruction ; un bâtiment est porté sur le plan de 1813 (notamment la création du toit à porcs dans le bâtiment à l’est de la cour).
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    sont en murs gouttereaux. Le logement, orienté nord-sud, a été étendu sur d’anciennes étables et
    Illustration :
    Le lieu-dit ("l'hermite") figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20163601077NUC2A Une ferme figure sur le plan cadastral de 1813 (section B). (Archives départementales de l'Indre, 3 Vue générale depuis le sud-est. IVR24_20163601401NUC2A Vue du logement remanié (agrandi sur des bâtiments agricoles) depuis le sud-ouest Vue de la grande étable située au sud de la cour, depuis le nord. IVR24_20163601458NUC2A Vue du fournil depuis le sud-ouest. IVR24_20163601398NUC2A Vue du pigeonnier dans le comble du toit à porcs. IVR24_20163601396NUC2A
  • Étang Plault : ferme
    Étang Plault : ferme Lureuil - L'Étang Plault - isolé - Cadastre : 2015 B 315 1812 B 593, 594, 595
    Historique :
    -1737 dans le terrier de Lureuil (Archives départementales de l'Indre, H 616). Elle est appelée "les figure sur le plan cadastral de 1812. Les bâtiments paraissent avoir été reconstruits (ou en grande partie modifiés) au milieu ou dans la seconde moitié du 19e siècle. Le logement a été rénové dans la
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    -est. Tous les accès des bâtiments sont en murs gouttereaux. Le logement (double ?) se compose de deux appentis contre le mur gouttereau. L’entrée à porteau est à toit en bâtière avec remplissage en brique au
    Illustration :
    Le lieu-dit "les Templaux" figure sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section B). (Archives départementales de Vue du logement depuis le sud. IVR24_20163600095NUC2A Vue des étables à vaches et à chevaux depuis le nord. IVR24_20163600097NUC2A
  • Fertauderie : ferme
    Fertauderie : ferme Lureuil - La Fertauderie - isolé - Cadastre : 2015 B 20 1812 B 313, 314
    Historique :
    -1737 dans le terrier de Lureuil (Archives départementales de l'Indre ; H 616). Le lieu-dit "Fertanderie " figure sur la carte de Cassini (vers 1760). Une ferme, implantée différemment (hormis peut-être le logement) de l’édifice actuel, est portée sur le plan cadastral de 1812. Le logement, figuré en 1812, a été en partie remanié dans la seconde moitié du 20e siècle. Le reste de la ferme daterait du milieu du
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Description :
    à porcs. Le logement, orienté, nord-sud, est enduit et en rez-de-chaussée surélevé. La partie nord d’équerre depuis l’élévation sud-ouest de la grande étable. Le portail de l’entrée ouest de la ferme est devant le cellier.
    Illustration :
    Le lieu-dit "la Fertanderie" est porté sur la carte de Cassini (vers 1760). IVR24_20153600435NUC2A Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812 (section B). (Archives départementales de Vue de la grange-étable depuis le nord-est. IVR24_20163600105NUC2A Vue de l'ancienne bergerie convertie en remises, depuis le nord. IVR24_20163600109NUC2A
  • Autel secondaire : autel, retable, tabernacle, gradin d'autel, emmarchement ; clôture de chapelle, 2 bénitiers
    Autel secondaire : autel, retable, tabernacle, gradin d'autel, emmarchement ; clôture de chapelle, 2 bénitiers Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    Le retable fut exécuté à la fin du 17e siècle par le sculpteur flamand Verchafield, d'après un dessin de Werbreicht, pour le maître-autel de la chapelle, consacrée en 1590, de l'ancien hôtel-Dieu nouveau lieu de culte fut élevé dans lequel fut transféré le maître-autel. Un dessin daté de 1728 exécuté par l'architecte Jacques V Gabriel, chargé des travaux d'agrandissement de la cathédrale, le fait d'ailleurs figurer dans la future chapelle ; le dessin porte en légende secondaire : Cet autel est fait d'idée on y reposera celui de l'ancienne Eglise. En 1846, le retable fut déplacé et installé dans la chapelle Saint-Charles où il se trouve toujours. Les autres éléments constitutifs (excepté le tableau du l'installation du retable dans la chapelle. Werbreicht, auteur du dessin, réalisa le portail monumental de
    Référence documentaire :
    n° 3 [Exposition. Orléans, collégiale Saint-Pierre-le-Puellier. Avril 1982]. L’Art religieux en
    Représentations :
    Représentation de l'Agneau de l'Apocalypse couché sur le livre des sept sceaux dans une gloire sur la porte du tabernacle. Le décor de la clôture de chapelle est constitué d'une suite de fenestrages.
    Description :
    plaques de marbre blanc et noir, le décor rapporté qui ornait le devant d'autel a disparu. Les deux plaques de marbres noir veiné ou blanc. Le décor de la porte du tabernacle est rapporté. L'ensemble de l'autel secondaire formant chapelle dans le bras occidental du transept est composé d'un retable en bois peint faux-marbre constitué de planches assemblées et chevillées, le décor doré centre. Le gradin d'autel, le tabernacle et la contre-table sont également maçonnés et recouverts de
    États conservations :
    Le devant d'autel en marbre s'est entièrement détaché et brisé au sol en février 2013.
    Illustration :
    Le devant d'autel en marbre détaché et brisé au sol (février 2013). IVR24_20124500763NUCA
  • Amandiers : ferme
    Amandiers : ferme Lureuil - Les Amandiers - isolé - Cadastre : 2015 C 202, 213 1812 C 310-314
    Historique :
    Le lieu-dit figure sur la carte de Cassini au milieu du 18e siècle. Vers 1736, le terrier de l'Indre, H 616). Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812. Elle a été en partie reconstruite au
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury
    Illustration :
    Une ferme est portée sur le plan cadastral de 1812, dans la droite de l'image. (Archives Vue générale de la ferme depuis le nord-ouest (chemin public). IVR24_20163600140NUC2A
  • Amboise : jardin d'agrément du château
    Amboise : jardin d'agrément du château Amboise - Château d'Amboise - en ville - Cadastre : 2019 BI 151 à 157 ; 159 à 160 ; 176 à 177 ; 194
    Historique :
    A la Renaissance, le seul jardin connu du château d'Amboise demeure celui qui existe toujours face à la Loire, sur la terrasse nord-est. Disposé en terrasse et dominant la Loire, le jardin se situait le jardin. Il aurait été accompagné d’une pépinière sur le plateau, d’une ménagerie, d’un vivier et des siècles sont complexes. Le lieu d'implantation du jardin est bien lisible sur le terrain et chronologique : les comptes de l'argenterie des souverains ayant habité à Amboise ; le compte de construction du jardinier ; le fragment d'un compte de construction daté du 11 avril 1500 avant Pâques ; les "Vues" de autour de 1579 ; le procès-verbal d'estimation des travaux de 1761 ; le procès-verbal de démolition du château et d'aménagement des lieux pour le sénateur Roger Ducos en 1806-1808, qui comprend la réhabilitation des jardins ; le plan géométral du château d'Amboise par J. Jacquemin le 20 juin 1807 (BnF) ; le aménagements du duc de Penthièvre (1786-1790), ni ceux qui les ont précédés. Si l'on peut supposer que le
    Observation :
    Les jardins du château royal d’Amboise possèdent le label "Jardin remarquable" depuis 2017. Ce label est décerné par le ministère de la Culture.
    Référence documentaire :
    d'Orléans le XI brumaire de l'an 12. Rapport des architectes en 1803-1811. Démolitions au château à la même d'Amboise, procès-verbal de prise de possession par le duc de Choiseul. 1761. Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau BOUDON, Françoise, BLECON, Jean, collab. GRODECKI, Catherine. Le château de Fontainebleau de DAGNAS-THOMAS, Évelyne. Amboise, le grand dessein de Charles VIII. Poitiers : Université de GUILLAUME, Jean. Le jardin mis en ordre, jardins et château en France du XVe au XVIIe siècles. In
    Description :
    Le jardin appartient au projet général de Charles VIII (1483-1498), or la magnificence des jardins en Italie - et en particulier celui de Poggio Reale à Naples - fut l'une des choses qui frappa le appela un certain nombre d'artisans et d'artistes à le suivre à Amboise, dont un jardinier, Pacello da (1498-1515) acheva le chantier de Charles VIII, et engagea le jardinier napolitain pour la réalisation anciens auteurs ont sans doute attribué le jardin à Louis XII à cause de cet emblème. Il est donc pourrait supposer que les buttes situées derrière le jardin et tout au long du rempart oriental furent -dessus le mur d'enceinte, elles peuvent avoir joué un rôle dans l'épaulement du mur qui est assez mince incidence : le mur en brique bordant le jardin au sud - couramment appelé "mur du logis canonial" - est un mur de soutien qui retient les terres du terrain dominant le jardin au sud. De fait, il est l'authenticité de la butte la plus septentrionale qui se trouve derrière le mur de l'escalier à double volée
    Annexe :
    Gaugain, chercheur à l'université François Rabelais de Tours a réalisé ses recherches dans le cadre de son doctorat à partir de 2006. Elle a rédigé un dossier électronique sur le jardin du château d'Amboise en 2013 rassemblées par Xavière Desternes formalisées en 2008. Elles ont actualisé le dossier d'inventaire en 2019. Le Les archives concernant le jardin du château d'Amboise Dès la fin de l'année 1497, Pacello da gaiges que le roy nostre sire a ordonnez aux ouvriers et gens de mestier qu'il a fait venir de son ung an entier commencant le premier jour de janvier mil CCCC IIIIXX dix sept et finissant le dernier journées de travail de manoeuvres et de maçons « au talus dudit chastel devers le Petit Fort » ; des le procès-verbal d'état des lieux de 1761, le verger est positionné au-dessus du logis canonial alors que le jardin est situé à côté, emplacement qui correspondrait sur le plan de 1708 au « terre plein Cotte énonce clairement le rôle des buttes orientales du rempart de la porte des Lions qui dominent le
    Texte libre :
    Les jardins de 2 hectares sont entièrement clos par les murs et remparts qui ceinturent le site tours permettent d'admirer le panorama sur la Loire. La chapelle Saint-Hubert au sud dont l’allée d’accès est bordée de quatre tilleuls et de quelques massifs de buis. Le jardin de Naples est aménagé le logis du roi, par des pots médicéens et rehaussés par des touches verticales et colorées de vignes de muscat. Le jardin paysager présente des pelouses ponctuées de massifs arbustifs et de quelques représentant Léonard de Vinci entouré d’une charmille en demi-cercle est placé à l’entrée de cet espace. Le lièges, de jasmin et d’arbousiers. Le jardin d’Orient sert à la méditation et la contemplation. Il sept cyprès comme sept gardiens veillant sur le repos des défunts. Au-delà des remparts et de la porte des Lions, une conception champêtre a été réalisée afin de préserver le paysage.
    Illustration :
    Le jardin du Midi sur la terrasse sud présente, sur une pente douce, des rosiers blancs entre des édifices disparus apparaissent de couleur brune. Le jardin en terrasse est visible sur la gauche Plan restitué du château d'Amboise représentant le bâti autour du jardin (d'après un plan de 1708 Vue aérienne détaillant le plan des aménagements paysagers et architecturaux du château d'Amboise Vue du portique des Quatre Travées depuis le sud. IVR24_20083700743NUCA Depuis la tour Garçonnet, vue vers le panorama de la ville et de la Loire, les vestiges du château Le buste de Léonard de Vinci est encadré par des pots d’essences méditerranéennes et une charmille Le jardin de Naples avec, à son extrémité, un tertre recouvert de boules de buis offrant des perspectives vers le château et le paysage ligérien. IVR24_20193700436NUCA Le dessin du jardin de Naples est organisé autour d’un axe médian matérialisé par un ample tapis
1 2 3 4 13 Suivant