Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Orléans : monument à Charles Péguy
    Orléans : monument à Charles Péguy Orléans - square Charles-Péguy - en ville
    Inscriptions & marques :
    du bronze) : "Fonderie des artistes/ Paris" ; inscription concernant l'iconographie (sur la face avant du socle) : "CHARLES PEGUY/ 1873-1914" ; inscription concernant l'histoire du monument (sur la base avant du socle) : " LORS DES BOMBARDEMENTS DE/ JUIN 1940, UN ÉCLAT EST VENU FRAPPER/ CE BUSTE A
    Historique :
    Compagnie des Tramways, proche du domicile de la mère de Charles Péguy. Le devis de 42 000 francs se Le comité pour l'érection du monument à Charles Péguy (1873-1914), placé sous la présidence du décompose comme suit : 25 000 f. pour le buste fourni par l'ami de l'écrivain, le sculpteur Paul Niclausse , 2 000 f. pour le socle réalisé par Charles Million (orné lors de l'inauguration de vers tirés de son fait partie des bronzes "à enlever" en janvier 1943, avant d'être définitivement écarté des listes en du faubourg-Bourgogne (square Charles-Péguy).
    Observation :
    Critères pour la protection au titre des Monuments historiques : - Représentativité d'un hommage à
    Référence documentaire :
    Archives nationales. F21 ; 073. (Enlèvements des monuments en bronze sous l'Occupation 22 avril 1930. Projet d'érection d'un monument à Charles Péguy. Le monument de Charles Péguy. L'Illustration, n°4557, 5 juillet 1930 (non paginé). (Bibliothèque
    Auteur :
    [architecte] Million Charles [fondeur] Fonderie coopérative des Artistes
    Localisation :
    Orléans - square Charles-Péguy - en ville
    Titre courant :
    Orléans : monument à Charles Péguy
    États conservations :
    Le buste a été touché à l'arcade sourcilière gauche et en bas à gauche de la nuque lors des
    Annexe :
    département) : "(...) Buste de Charles Péguy Ce buste, d'un poids de 100 kgs, a été élevé à la mémoire de Charles Péguy à quelques pas de sa maison natale. Péguy est certes, une gloire locale incontestable, mais la commission estima de plus, que dans les circonstances présentes, Charles Péguy doit être considéré noter, que lors des combats d'Orléans, le 16 juin 1940, un éclat de bombe a causé à l'effigie de Péguy
    Illustration :
    Le Monument de Charles Péguy, avec photographie du buste. (Article de l'Illustration, n°4557, 5 Vue d'ensemble du monument, avec le square Charles-Péguy en second plan. IVR24_20114501153NUC4A Détail de la signature des fondeurs : Fonderie des Artistes. IVR24_20114501157NUC4A
  • Immeuble (10 rue des Orfèvres)
    Immeuble (10 rue des Orfèvres) Blois - rive droite - 10 rue des Orfèvres - en ville - Cadastre : 2010 DN 314
    Historique :
    L'immeuble du 10 rue des Orfèvres est inscrit dans l'îlot E qui fut conçu sous la direction de m² avec des vitrines donnant sur la rue des Orfèvres et des arrière-boutiques sur la cour, côté rue de conforts variés y étaient représentés : deux appartements de trois pièces dans chacun des deux étages carrés, et deux appartements et deux studios à l'étage attique. Un des deux locaux de boutique a
    Description :
    L'immeuble est implanté sur la plus grande des parcelles de l'îlot E, entre la rue des Orfèvres et la rue Emile-Laurens. Sur la partie saillante que l'îlot forme sur la placette du croisement des rues du Commerce et des Orfèvres, son volume s'impose par sa largeur et sa hauteur toutes deux plus importantes que celles des autres immeubles de l'îlot. Sa façade sur la rue des Orfèvres, en outre, est donnent toutes les baies du second étage, le traitement en bandeau des baies du troisième étage, la ; l'encadrement des baies y est simple, fin, peint en blanc. L'immeuble est également exemplaire par la qualité la spécificité de ne disposer que d'un très faible éclairage naturel fourni par une baie zénithale . L'ensemble des appartements bénéficie en revanche d'une large ouverture sur l'extérieur. Ceux des premier et second étages sont traversants et ouverts de part et d'autre par des porte-fenêtres. Ceux de l'étage attique qui donnent côté rue des Orfèvres y sont largement ouverts et disposent d'un petit espace
    Localisation :
    Blois - rive droite - 10 rue des Orfèvres - en ville - Cadastre : 2010 DN 314
    Titre courant :
    Immeuble (10 rue des Orfèvres)
    Annexe :
    Henri Lafargue Fils de l'architecte blésois Arsène Lafargue, il étudia à l'école des beaux-arts commença une double carrière d'architecte des monuments historiques et d'architecte décorateur. Il se l'époque moderne à des fins de villégiature pour une clientèle fortunée. A la fin des années trente, il Blois en collaborant avec Paul Robert-Houdin à l'élaboration d'un plan dès l'été 1940. Quand l'urbaniste Charles Nicod fut finalement nommé par le Commissariat à la Reconstruction Immobilière en mars 1941, il participa aux débats que suscita sa proposition de plan. Ainsi, dès l'été 1941, s'exprima-t-il . Leur comparaison montre qu'il sut s'adapter à leur contexte d'implantation et adopter des lignes plus anciens épargnés. C'est le cas notamment des immeubles de l'îlot N, reconstruits à l'emplacement de l'hôtel Hurault-de-Cheverny endommagé en 1940, aux pieds des grands degrés du Château. En revanche, les par des lignes sobres et modernes d'une grande qualité d'exécution et des plans complexes et originaux
    Illustration :
    Façade sur la rue des Orfèvres vue depuis le nord-est. IVR24_20124100459NUC4A
  • Place du Château
    Place du Château Blois - rive droite - place du Château - en ville - Cadastre : 2011 DN non cadastré ; domaine public
    Historique :
    le tout début des années cinquante, Charles Dorian proposa des études pour les fontaines est et ouest bordée sur ses deux autres côtés par des maisons et des hôtels particuliers. Les bombardements de juin 1940 et l'incendie qu'ils déclenchèrent détruisirent la totalité des immeubles bordant son côté sud la reconstruction des immeubles qui avant les destructions de juin 1940 bordaient le côté sud de la place en une ligne continue. La solution préconisée par Charles Nicod de ne pas les reconstruire l'emporta finalement, sur l'argument de sa réversibilité. L'architecte parisien Charles Dorian fut chargé dès mai 1942 d'effectuer une étude spéciale d'architecture précisant les nouvelles dispositions de végétal, composé des hôtels d'Epernon et d'Amboise reconstruits, puis d'une double rangée de tilleuls ou d'ormes taillés en rideau. La vaste terrasse surplombant la place Louis-XII, ainsi délimitée, devait être plantée de trois parterres à la française en broderies et être ponctuée à l'est et à l'ouest par des
    Référence documentaire :
    p. 10-12 BELLENGER, S. (dir.), GUIGNARD, B., DUSSEAUX, S. Cimetière Saint-Saturnin. Catalogue des HUBERT-FILLAY. La Reconstruction de Blois : la place du Château, le nouvel Hôtel des Postes. Le Charles Nicod, Louis Arretche, André Aubert, Charles Dorian. 31 planches. 1942-1944.
    Description :
    une rue en pente douce passant devant la salle des États, et depuis la place Louis-XII et la ville
    Auteur :
    [architecte] Nicod Charles [architecte] Dorian Charles
    Annexe :
    HUBERT-FILLAY. La Reconstruction de Blois : la place du Château, le nouvel Hôtel des Postes. Le . (extrait) Dès la fin de l'année 1941, l'érudit et grand défenseur du patrimoine blésois, Hubert-Fillay blancheur du tuffeau ouvragé et par le bleu gris de l'ardoise des toitures, pour comprendre que le joyau qui surplombe notre Cité. Il n'est pas possible d'édifier des maisons d'une certaine hauteur des hôtels d'Amboise et d'Epernon, telle est certainement la solution que commandent les faits, - et le souci des intérêts de Blois. On ne peut pas songer à faire du vieux neuf, à construire des bâtiments copiant ceux du passé. Si les propriétaires des terrains y consentaient, je doute fort que les tâche. Refaire les remparts qui ne sont plus étayés par les maisons de la rue des Violettes, ouvrir de , recueillies chez nous : arcades, colonnades, etc..., œuvres de choix noyées, perdues en des musées lapidaires s'improvise pas. Il faudra surement mûrement réfléchir, préparer même des maquettes, des "rendus" avant de
    Texte libre :
    de Charles Dorian, 1942-1943. L'architecte parisien Charles Dorian fut chargé dès mai 1942 cinquante, Charles Dorian proposa des études pour les fontaines est et ouest ponctuant cet espace. Dans ces était avant la guerre bordée sur ses deux autres côtés par des maisons et des hôtels particuliers, qui titre des monuments historiques. Les bombardements de juin 1940 et l'incendie qu'ils déclenchèrent détruisirent la totalité des immeubles bordant le sud de la place du Château. Les hôtels d'Amboise et d'Epernon adossés avant-guerre les immeubles de la rue des Violettes se trouva découvert sur une longueur de plus de les décombres de la place du Château des fragments lapidaires qui apportèrent des éléments nouveaux de la reconstruction des immeubles qui avant les destructions de juin 1940 bordaient le côté sud de 1940 prévoyait de les reconstruire en imposant toutefois un alignement et des servitudes. Nommé par le Commissariat Technique à la Reconstruction Immobilière, l'architecte parisien Charles Nicod lui succéda en mars
    Illustration :
    Projet de jardins pour la place du Château, par Charles Dorian, vers la fin des années quarante Plan de Reconstruction et d'Aménagement de Blois par Charles Nicod approuvé par arrêté 6-11-1942 Dossier administratif du projet de Charles Nicod, mars 1942, annexe 10.- Vue perspective du château Dossier administratif du projet de Charles Nicod, mars 1942, annexe 11.- Vue perspective du château Etude spéciale d'architecture par Charles Dorian : plan, 1943. IVR24_20114100376NUC2A Etude spéciale d'architecture par Charles Dorian : façade sur la Loire, 1943 Etude spéciale d'architecture par Charles Dorian : vue prise de l'étage du château, 1943 Etude spéciale d'architecture par Charles Dorian : vue à vol d'oiseau, 1943. IVR24_20114100379NUC2A Projet d'aménagement de l'extrémité est de la place du Château, par Charles Dorian, 04-1949 Projet de fontaine à l'ouest de la place du Château par Charles Dorian,12-1949
1