Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : école primaire (13-15 rue des Écoles)
    Bourg : école primaire (13-15 rue des Écoles) Chançay - 13-15 rue des Écoles - en village - Cadastre : 1816 A2 1722 2009 AD 219, 220, 221
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    pour la somme de 1 600 francs, afin d'y établir une école primaire mixte et le logement de l'instituteur. L'école primaire est séparée en deux écoles distinctes, lors de la construction d'une école pour construits dans la cour afin d'y installer la maternelle et l'école est baptisée du nom de Pierre Halet , auteur et vigneron ayant habité la commune pendant près de 50 ans. En 1833, le conseil municipal décide d'acquérir une portion de maison appartenant à Pierre Fillet les filles achevée en 1872. Une école de garçons et une mairie sont construites en 1883. Une nouvelle classe est construite en 1946. En avril 1974, le conseil municipal décide de fusionner les deux écoles en une école mixte à partir de l'année suivante. Dans les années 2000, des bâtiments modulaires sont
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 052 37. École de filles. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 052 38. École de garçons. Archives communales de Chançay. Registre des délibérations du conseil municipal. 1956-1985.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Ensemble composé de trois bâtiments principaux : ancienne école primaire (actuelle maison
    Dates :
    1883 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de l'école, réalisé à partir d'un extrait du plan cadastral de
  • Secteur urbain concerté du Sanitas
    Secteur urbain concerté du Sanitas Tours - Quartier du Sanitas - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Après les dommages liés à l'invasion allemande de 1940, la ville de Tours subit de nouveaux dégâts situées au sud-ouest de la gare furent totalement détruites. Le Plan de Reconstruction et d'Aménagement à partir de juillet 1954 par Jacques Henri-Labourdette et s'inscrivit finalement dans le cadre de la tranches se poursuivirent à partir du mois de février 1958 jusqu'en 1969. Parallèlement, le quartier de la lors des bombardements alliés de 1943 et 1944. Parmi les zones touchées, les installations ferroviaires (PRA) de Jean Dorian engloba donc ce secteur. L'étude d'urbanisme qu'il produisit fut toutefois reprise recours à différents procédés de préfabrication. Dans ce contexte, le secteur urbain du Sanitas fut le premier grand ensemble de l'agglomération tourangelle. Les travaux de construction des quatre premières
    Référence documentaire :
    sciences de la ville, sous la direction de Michèle Cointet, Université de Tours François-Rabelais, 1993. d'histoire de l'art, sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert, Université de Tours François-Rabelais, 1998 , Fontaines ; Du projet à la réalisation, procédures et formes urbaines, mémoire de DEA de sciences de la ville, sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert, Université de Tours François-Rabelais, 1999. -1971, mémoire de Master 2 d'histoire de l'art, sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert, Université , entre Reconstruction et grand ensemble, 1954-1971, mémoire de Master 2 d'histoire de l'art, sous la ), mémoire de Master 1 d'histoire de l'art, sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert, Université de Tours siècle de mutation (1844-1944), mémoire de Master 1 d'histoire de l'art, sous la direction de Jean , mémoire de Master 2 d'histoire de l'art, sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert, Université de Tours dynamique centrale de Tours, mini-projet individuel de maîtrise de Sciences et Techniques, sous la direction
    Description :
    centre-ville de Tours, au sud-est de la gare, et couvre une superficie d'une quarantaine d'hectares de la ville de Tours au moment de l'étude (2011). Comptant entre cinq et seize niveaux, les constructions prennent la forme de tours ou de barres. Les matériaux utilisés sont variés : de la pierre de taille au grès cérame en façade en passant par le béton armé pour la structure porteuse. . S'articulant autour d'un axe nord-sud (le boulevard de Lattre-de-Tassigny) et d'un autre axe est-ouest (l'avenue du Général-de-Gaulle), il regroupe des immeubles gérés, en quasi totalité, par le bailleur social
    Auteur :
    [maître d'ouvrage] Ville de Tours, OPMHLM
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    pierre de taille et la distribution des logements par coursives, caractéristiques des deux premières toutefois par la qualité des matériaux employés (pierre de taille porteuse pour les deux premières tranches Important carrefour des voies de communication routières et ferroviaires, la ville de Tours fut urbain tourangeau. Le déplacement de la gare, dont la position en cul-de-sac pénalise la circulation sa réalisation. 1 - Le Sanitas : du Plan de Reconstruction et d'aménagement (PRA) à la politique des secteurs industrialisés Les destructions de la Seconde Guerre mondiale firent brutalement rejaillir cette problématique. Jean Dorian, urbaniste chargé du plan de reconstruction de la ville de Tours après la Libération ferroviaires. Il s'organisait autour de deux axes, l'un Nord-Sud, partant de la place de l'ancienne gare et la reliant à la nouvelle, et l'autre Est-Ouest, allant de la place de la Liberté à Saint-Pierre-des-Corps. Le refus des commerçants du centre-ville de voir la gare déplacée gela une fois de plus le projet. Les
    Illustration :
    Vue de la construction de la partie nord de la première tranche - 1958. (Archives communales de Plan général de situation. IVR24_20113702271NUDA Immeubles d'habitation faisant l'objet de l'étude IVR24_20113702237NUDA Tranches de construction des immeubles d'habitation IVR24_20113702240NUDA Date d'achèvement de construction des immeubles d'habitation IVR24_20113702241NUDA Plan général du réseau de voirie. IVR24_20113702272NUDA arch., 1933. (archives municipales de Tours, 3 D 1). IVR24_20103701810NUC2A Premier modificatif du plan d'aménagement et de reconstruction : état futur, J. Dorian arch., 1946 . (archives municipales de Tours, 149 W 5). IVR24_20113700607NUC2A Vue du site de construction du secteur industrialisé - 1954. (Archives communales de Tours, section
  • Hôtel (16 place Richelieu)
    Hôtel (16 place Richelieu) Amboise - 16 place Richelieu - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    construction en pierre de taille et les deux lucarnes qui percent le toit informent sur son statut d'hôtel et non de simple maison, mais orientent aussi la datation de l'édifice vers le milieu du XVIe siècle.
    Référence documentaire :
    GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.
    Description :
    La description qui suit se réfère au cliché ancien présentant un état proche de l'état primitif corniche qui s'interrompait au niveau des lucarnes, si bien que les allèges en pierre de taille nue , comme sur l'hôtel de la placette Saint-Florentin par exemple. Aujourd'hui, une vis placée dans une tourelle en pan-de-bois et brique assure la distribution ; il est possible qu'elle soit originale. Le . Présentant sa rive sur l'actuelle place Richelieu, l'hôtel s'élevait sur trois niveaux, dont un niveau de élançaient la construction encore davantage. Les rampants du toit semblent avoir reçu une cape à la française visibles sur les clichés, la construction pourrait dater du milieu du XVIe siècle.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Vue générale ancienne de la façade donnant sur la place Richelieu, vers 1950, cliché Bernard Vitry Vue de la tourelle d'escalier en pan-de-bois. IVR24_20073700763NUCA
  • Port-Olivier : moulin ; minoterie
    Port-Olivier : moulin ; minoterie Francueil - Le Port-Olivier - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    point de passage pour traverser le Cher. Le conseil municipal du 13 octobre 1815 avait voté la Le fief de Port-Olivier est cité dès 1516 et appartenait à Pierre Bérard, seigneur de Bléré. Un port existait au 16e siècle, assorti d’un droit de passage qui furent vendus par Jacques Bérard à Thomas Bohier, propriétaire de Chenonceau. Il n’est pas question d’un moulin à cette date puisque le construction d’ « une arche de pierre », en remplacement du pont de bois. Le moulin de Port-Olivier a été témoigne d’une activité semi-industrielle plutôt qu’artisanale ; le terme de minoterie semble plus approprié pour le désigner. Une construction supplémentaire, vraisemblablement à usage de stockage, a été
    Référence documentaire :
    p. 247 DAZUT, Mireille. Histoire de Francueil, village de Touraine. Maulévrier : Hérault-Editions
    Description :
    toutes les baies sont harpés en pierre de taille ; ces dernières sont surmontées d’épais larmiers à la porte d’entrée, de trois baies horizontales au niveau supérieur et d’une seule au milieu du fronton du pignon. Les angles sont renforcés par des poteaux engagées de section carrée jusqu’à la base comprend 2 étages carrés. Le toit à longs pans est couvert en ardoise. Les angles et les encadrements de retour. Deux pavillons bas, en rez-de-chaussée, couverts d’un toit à une seule croupe, sont accolés au grand bâtiment. A l’est le bâtiment de stockage est construit en béton ; son toit à longs pans est couvert en ardoise. Le pignon ouest est percé de deux baies horizontales à damiers de part et d’autre de
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Emplacement de la roue. IVR24_20113702114NUCA Bâtiment de stockage. IVR24_20113702115NUCA
  • Villepou : ferme
    Villepou : ferme Cigogné - Villepou - isolé - Cadastre : 1823 A2 386 2010 YA 39
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    L'un des logis date de la fin du 18e ou du début du 19e siècle. Le premier plan cadastral indique construction initiale est inconnue mais il figurait sur le cadastre de 1823. La grange qui lui est accolée, à l'est, lui est postérieure. Au 19e siècle, une mare se trouvait au centre de la cour. qu'au cours du premier quart du 19e siècle, la cour était fermée à l'ouest par un bâtiment qui a disparu de nos jours. Le second logis a été fortement remanié au milieu du 20e siècle. Sa date de
    Description :
    La ferme s'organise en deux rangées parallèles de bâtiments accolés, orientés est-ouest. Elle comprend deux logis et quatre granges. Ensemble de bâtiments situé au nord de la cour, de l'est : la bâtiment qui fermait la cour à l'ouest s'élève de nos jours un hangar en tôle ondulée, en mauvais état . Ensemble des bâtiments situés au sud de la cour, de l'est : vestiges d'un ancien logis en moellons, avec souche de cheminée en pierre de taille. En face : bâtiment abritant un four à pain, couvert en tuile plate et ardoise, de même que la grange accolée dont les piédroits de la porte dépassent légèrement la hauteur des murs gouttereaux. A l'ouest, troisième corps de bâtiment remanié en parpaings et dont la grange en moellons est couverte d'un toit à longs pans en tuile mécanique, le logis en rez-de-chaussée est surmonté d'un comble auquel on accède par une lucarne en façade interrompant l'avant-toit. La couverture a été refaite en tuile plate en 2010. La façade est recouverte d'un crépi peint en bleu. La grange
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
1