Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hallebarde d'honneur de l'escorteur d'escadre
    Hallebarde d'honneur de l'escorteur d'escadre "Châteaurenault" Château-Renault
    Historique :
    Le croiseur italien "Attilio Regolo", construit en 1938, est donné à la France en 1948. Il est transformé en escorteur d'escadre et prend le nom de "Châteaurenault". Après son désarmement en 1962, le offerte à la Ville de Château-Renault après le désarmement du navire.
    Représentations :
    Ornementation végétale sur le fer de la hache.
  • Bourg : cimetière (rue Nationale)
    Bourg : cimetière (rue Nationale) Neuillé-le-Lierre - rue Nationale - en village - Cadastre : 1819 D1 148 2011 OD 252
    Historique :
    Le cimetière primitif jouxtant l'église aurait été transféré à son emplacement actuel, sur la route d'Auzouer, dès le 16e siècle. En 1879, les piliers d'entrée sont détruits, reconstruits et les murs restaurés. En 1895, le conseil municipal décide l'édification d'une croix par Allette et Courtault à Tours . Les portes en fer sont installées en 1901. La même année, le cimetière est légèrement agrandi vers le
    Référence documentaire :
    Neuillé-le-Lierre, plans et élévations. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 166 1). TROUPEAU, Gérard. Neuillé-le-Lierre, une paroisse tourangelle sous l'Ancien Régime. Tours : CLD
    Description :
    Le cimetière est de plan rectangulaire, l'entrée est située dans l'angle coupé sud-ouest. Il est
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - rue Nationale - en village - Cadastre : 1819 D1 148 2011 OD 252
    Illustration :
    Projet d'érection d'une croix dans le cimetière. Plan, 1895. (Archives départementales d'Indre-et
  • Secteur urbain concerté du Sanitas
    Secteur urbain concerté du Sanitas Tours - Quartier du Sanitas - en ville
    Historique :
    situées au sud-ouest de la gare furent totalement détruites. Le Plan de Reconstruction et d'Aménagement à partir de juillet 1954 par Jacques Henri-Labourdette et s'inscrivit finalement dans le cadre de la recours à différents procédés de préfabrication. Dans ce contexte, le secteur urbain du Sanitas fut le tranches se poursuivirent à partir du mois de février 1958 jusqu'en 1969. Parallèlement, le quartier de la
    Référence documentaire :
    COLLAS, Rolande, Histoire d'un quartier de Tours, le Sanitas des origines à nos jours, Paris Tours, le Sanitas des origines à nos jours, Paris : Office d'édition et de diffusion du livre d'histoire LOTHY, Marc, Le Sanitas, premier grand ensemble d'habitation à Tours, mémoire de maîtrise LUSSAULT, Michel. Approche comparée de trois grands ensembles tourangeaux : Le Sanitas - Les Rives MASSIRE, Hugo, Généalogie d'un dessein : le Sanitas, entre Reconstruction et grand ensemble, 1954 de Tours François-Rabelais, 2011 (3 vol.). MASSIRE, Hugo, Généalogie d'un dessein : le Sanitas VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.
    Description :
    Comprenant environ 3 500 logements, le secteur urbain du Sanitas est situé à proximité immédiate du . S'articulant autour d'un axe nord-sud (le boulevard de Lattre-de-Tassigny) et d'un autre axe est-ouest (l'avenue du Général-de-Gaulle), il regroupe des immeubles gérés, en quasi totalité, par le bailleur social taille au grès cérame en façade en passant par le béton armé pour la structure porteuse.
    Texte libre :
    . Ces immenses emprises, entourées par des zones d'habitation, formaient une enclave dans le tissu urbain tourangeau. Le déplacement de la gare, dont la position en cul-de-sac pénalise la circulation , d'Extension et d'Embellissement (PAEE) de 1933, étudié par l'urbaniste Alfred Agache. Le coût rédhibitoire de sa réalisation. 1 - Le Sanitas : du Plan de Reconstruction et d'aménagement (PRA) à la politique des reliant à la nouvelle, et l'autre Est-Ouest, allant de la place de la Liberté à Saint-Pierre-des-Corps. Le refus des commerçants du centre-ville de voir la gare déplacée gela une fois de plus le projet. Les construction de logements. Enserrée entre la Loire et le Cher, la ville de Tours faisait alors face à un grave manque de terrains constructibles pour son Office d'habitations à loyers modérés, alors même que le en 1951 le programme national des secteurs industrialisés. A vocation expérimentale, celui-ci visait opération pilote après que ce dernier ait reporté sine die le projet de gare unique lors d'une visite en
    Illustration :
    Vue aérienne du secteur urbain concerté du Sanitas, prise depuis le sud-ouest (vers 1965-66 Vue aérienne du secteur urbain concerté du Sanitas, prise depuis le nord (vers 1965-66 Vue aérienne du secteur urbain du Sanitas, prise depuis le sud-est (vers 1965-66
  • Verrière : saint Médard (baie 17)
    Verrière : saint Médard (baie 17) Reugny
    Inscriptions & marques :
    s'abat sur des danseurs profanant le dimanche".
  • Hôtel (16 place Richelieu)
    Hôtel (16 place Richelieu) Amboise - 16 place Richelieu - en ville
    Historique :
    récentes lui ont ôté tout son caractère. Les photographies anciennes le présentent avant restauration. Sa construction en pierre de taille et les deux lucarnes qui percent le toit informent sur son statut d'hôtel et non de simple maison, mais orientent aussi la datation de l'édifice vers le milieu du XVIe siècle.
    Description :
    cheminée ait été installée contre chacun des murs pignon. Le toit à deux versants semblait reposer sur une tourelle en pan-de-bois et brique assure la distribution ; il est possible qu'elle soit originale. Le portail qui jouxte le bâtiment est en revanche postérieur au premier état. D'après le style des lucarnes
  • Villepou : ferme
    Villepou : ferme Cigogné - Villepou - isolé - Cadastre : 1823 A2 386 2010 YA 39
    Historique :
    L'un des logis date de la fin du 18e ou du début du 19e siècle. Le premier plan cadastral indique de nos jours. Le second logis a été fortement remanié au milieu du 20e siècle. Sa date de construction initiale est inconnue mais il figurait sur le cadastre de 1823. La grange qui lui est accolée, à
    Description :
    grange en moellons est couverte d'un toit à longs pans en tuile mécanique, le logis en rez-de-chaussée -étable est couverte d'un toit à longs pans en tuile plate et ne semble pas avoir été remaniée depuis le occupe la partie ouest, couverte en tuile mécanique. A l'emplacement où se tenait initialement le
  • Bourg : école primaire (13-15 rue des Écoles)
    Bourg : école primaire (13-15 rue des Écoles) Chançay - 13-15 rue des Écoles - en village - Cadastre : 1816 A2 1722 2009 AD 219, 220, 221
    Historique :
    En 1833, le conseil municipal décide d'acquérir une portion de maison appartenant à Pierre Fillet pour la somme de 1 600 francs, afin d'y établir une école primaire mixte et le logement de classe est construite en 1946. En avril 1974, le conseil municipal décide de fusionner les deux écoles en
1