Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • École primaire et collège Anatole-France
    École primaire et collège Anatole-France Tours - Quartier sinistré nord - 2 rue des Jacobins 1 rue des Amandiers - en ville - Cadastre : 2010 DX 290, 291
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    Appelée "école du Musée" au début du 20e siècle, l'ancienne école de garçons Anatole-France occupait avant-guerre un édifice de la place Anatole-France, avoisinant à l'est l'école des beaux-arts . Épargné dans un premier temps lors de l'incendie du quartier en juin 1940, cet imposant bâtiment est totalement sinistré par les bombardements de juin 1944, attaques aériennes touchant également l'école de filles de la rue Voltaire. Dès la Libération, les classes sont relogées dans des baraquements provisoires de groupe scolaire préconise le regroupement des écoles Anatole-France et Voltaire sur le terrain de dressé par l'architecte chef de groupe Henry Lhéritier de Chézelle. A la suite de l'établissement fin 1953 d'un projet d'exécution, la construction est lancée début 1956 par la réalisation de fondations spéciales. D'importantes modifications surviennent toutefois au cours de cette même année, suite à l'augmentation des effectifs scolaires : le programme est redéfini afin de permettre la construction de dix
    Référence documentaire :
    ) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire (éditeur). (archives municipales de Tours, 11 Fi 14.2340). (cf. illustration n° IVR24_20113700703NUC2A). Photogr. nég. n. et b., avril 1959. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356). (cf. illustration n , Henri (architecte) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de , Henri (architecte) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de , Henri (architecte) ; Tulasne, André (architecte) ; Boyer, R. (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 28 novembre 1944. Par Amalric, L. (architecte). (archives municipales de Photogr. nég. n. et b., avril 1959. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de Photogr. nég. n. et b., avril 1959. Par Germain, Jacques (photographe). (archives municipales de
    Canton :
    Tours-Centre
    Murs :
    pierre de taille plaquis
    Description :
    tours maçonnées, traitées en bas-relief et disposées en V, est apposé au centre de la façade principale ville de Tours. L'extension de l'établissement rue des Amandiers adopte un parti de composition , composés de deux bâtiments actuellement disposés en équerre le long du quai et de la rue des Amandiers. Une de ce même bâtiment ainsi que dans une aile plus récemment construite en retour sur la rue des Amandiers. L'édifice principal, composé d'un sous-sol, d'un rez-de-chaussée et de trois étages-carrés , une grille séparative distinguant les emprises de l'école primaire et du collège. Édifié sur de profondes fondations compte-tenu de la nature friable du terrain à proximité de la Loire, son gros-œœuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. Coté quai, la façade principale est recouverte d'un parement de pierre de taille. Le soubassement en béton imite un bossage continu alternant avec des ouvertures carrées groupées par trois, qui éclairent par des pavés de verre les préaux et
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Auteur :
    [architecte] Lhéritier de Chézelle Henry
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 2 rue des Jacobins 1 rue des Amandiers - en ville - Cadastre
    Annexe :
    intérieurs d'origine. Au rez-de-chaussée, un grand hall d'entrée jouxte le bureau du directeur et un vaste cantine est reliée à une petite cuisine et s'ouvre par une porte sur la cour de l'école primaire. Des toilettes filles et garçons s'alignent dans le prolongement de la cuisine. Un grand escalier partant du hall au nord du bâtiment et donnant accès aux quatre salles de classes par étage alignées dans la partie sud de l'édifice afin de tirer parti d'un ensoleillement maximum. Le sol du couloir et des différentes distribution semblable malgré les rénovations opérées il y a quelques années. L'extension de l'établissement réfectoire au rez-de-chaussée, un centre de documentation et une salle polyvalente au premier étage, des au sein d'un bâtiment annexe en rez-de-chaussée construit à l'angle sud-ouest de la cour.
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    . (archives municipales de Tours, 149 W 37). IVR24_20113700706NUC2A . Tulasne et R. Boyer arch., [1952]. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France 1953. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356 ., 17 décembre 1953. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356 ., 19 décembre 1953. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356 ., 31 janvier 1957. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole-France, boîte 356 . Tulasne et R. Boyer arch., 4 février 1957. (archives municipales de Tours, 4 M Groupe scolaire Anatole Vue depuis le quai du bâtiment réalisé, avril 1959. (archives municipales de Tours, Fonds Jacques Vue depuis le quai du bâtiment réalisé, avril 1959. (archives municipales de Tours, Fonds Jacques Vue de la cour depuis la rue des Jacobins, avril 1959. (archives municipales de Tours, Fonds
  • École primaire Blaise-Pascal - Denis-Diderot
    École primaire Blaise-Pascal - Denis-Diderot Tours - Quartier du Sanitas - 4 allée de Cangé - en ville - Cadastre : 2010 CR 74
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    municipale. Elle comprenait Charles Piot (architecte chef de groupe), Daniel Cotté, Jean Rouchaud et Pierre Architurone. Le vœu du conseil municipal était alors de ne pas laisser à Jacques Henri-Labourdette le monopole Sanitas, et comprenant une école primaire et une école maternelle, fut réclamée par la municipalité de Marcel Tribut dès le début des études de plan-masse par Jacques Henri-Labourdette à l'été 1954. Alors très proche de l'actuelle école Pascal-Diderot, au regret de la Ville. Celle-ci souhaitait en effet une équipe d'architectes chargé de la réalisation des deux écoles fut nommée en 1956 par délibération emplacement (au nord du secteur urbain concerté du Sanitas) fut trouvé, au début de l'année 1957, pour l'école maternelle Marie-Curie, disjointe de l'école primaire. Cette dernière, maintenue entre les bâtiments K et L , vit ses études avancer avec lenteur, les plans n'étant pas encore achevés lors de l'emménagement des , le reste de l'école primaire étant achevé en 1960. Dans le cadre de la convention ANRU conclue en
    Référence documentaire :
    Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi 186 (Archives communales de Tours, section contemporaine). (cf. illustration n° IVR24_20113701110NUC2A). Archives communales de Tours. Série M : 4 M 475. Archives communales de Tours. Série W : 1257 W 1. Négociations entre la Ville et le ministère sur la première tranche du SI, avant-projets de Labourdette, VRD, groupes scolaires, correspondances.
    Canton :
    Tours-Sud
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le groupe scolaire Blaise Pascal - Claude Bernard est constitué d'un corps de bâtiment en R+3 accueillant les salles de classes, ainsi que d'une extension à son angle sud-ouest intégrant en rez-de -chaussée les sanitaires et le restaurant scolaire, et dans un bâtiment en R+2 les logements de fonction du personnel. Le corps de bâtiment principal possède une structure en béton armé. Ses façades nord et sud sont parées de panneaux de tôle laquée de deux types. Les premiers, peints en gris et striés dans le sens verticaux, soulignant la structure du bâtiment. La façade est dissimule, derrière une paroi de blocs de verre, l'escalier de distribution des salles de classes. Celles-ci sont orientées au sud, et desservies par un couloir de distribution passant en façade nord.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 4 allée de Cangé - en ville - Cadastre : 2010 CR 74
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Plan-masse préliminaire (1957). (Archives communales de Tours, section contemporaine Vue générale - 1960. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi Plan de situation. IVR24_20113702263NUDA Vue générale de la façade sud. IVR24_20103701503NUC1A
  • Bourg : école publique primaire de filles, actuellement école publique primaire mixte
    Bourg : école publique primaire de filles, actuellement école publique primaire mixte Thiron-Gardais - Bourg - Avenue de la Gare - en village - Cadastre : 2014 AB 112
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    sœurs de Saint-Paul de Chartres, bénéficiant d'une subvention du conseil municipal qui permet la À partir de 1844, l'instruction des filles est dispensée par les religieuses de la congrégation des location d'une maison d'école. La municipalité, souhaitant laïciser l'école de filles et la rapprocher de la mairie-école de garçons, demande en 1899 à l'architecte nogentais Arthur Joseph Proust de dresser les plans et devis d'une nouvelle école de filles. Le cahier des charges précise, entre autres, la nature des matériaux employés : 3 types de brique (double, blanche et picarde), le moellon (?) pour la mise en œuvre, la pierre de taille de Chauvigny dans la Vienne (calcaire), la pierre de taille de granite d'Alençon, la chaux de Senonches et le sable maigre de première qualité. L'édifice est construit en 1903, conformément aux plans de l'architecte. Le décompte des dépenses s'élève à plus de 35 500 fr (et comprend le dégagement des abords de l'école de garçons). Dans les années 1950, le corps de
    Référence documentaire :
    Archives départementales d´Eure-et-Loir, 2 O 3375. École de filles.
    Description :
    L'école de filles se situe à l'entrée de l'avenue de la Gare, face à l'hôpital cantonal (de l'autre côté par rapport à la rue de Gardais) et face à la mairie-école (de l'autre côté de l'avenue de la Gare ). Elle comprend 3 corps de bâtiments alignés et dont la façade principale, orientée sud, s'ouvre sur la cour de récréation close de murs. - Au centre, le corps principal de plan carré, réservé à l'habitation de l'institutrice, s'élève sur trois niveaux : étage de soubassement accessible depuis l'extérieur par une porte au nord (buanderie, cave et bucher), un rez-de-chaussée surélevé (cuisine, salle à manger et vestiaire des élèves) et un étage carré (2 chambres et un cabinet de travail) surmonté d'un pièces du rez-de-chaussée surélevé, trois autres les chambres et cabinet de l'étage carré. Des travées d'ouvertures régulières et symétriques (portes et fenêtres) éclairent les pièces. - Le corps est, en rez-de -chaussée surélevé, accueille la salle de classe. Celle-ci est éclairée par deux grandes fenêtres sur chaque
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Bourg - Avenue de la Gare - en village - Cadastre : 2014 AB 112
    Titre courant :
    Bourg : école publique primaire de filles, actuellement école publique primaire mixte
    Illustration :
    Plan d'ensemble du bourg de Thiron avec l'emplacement projeté de la future école de filles (dressé Projet de construction de l'école de filles et de dégagement des abords de l'école de garçons, plan d'ensemble des écoles et plans détaillés de l'école de filles (dressé par l'architecte Arthur Joseph Proust Projet de construction de l'école de filles et de dégagement des abords de l'école des garçons , coupes et élévations de l'école de filles (dressées par l'architecte Arthur Joseph Proust en 1899 Vue générale de la façade sud-est (carte postale, 1er quart 20e siècle - collection particulière de Élévation sud-est, vue de détail du corps principal. IVR24_20142800272NUC2A Façade postérieure, détail de la corniche et de la chaîne d'angle. IVR24_20142800274NUC2A
  • École primaire Claude-Bernard
    École primaire Claude-Bernard Tours - Quartier du Sanitas - 2 rue Eugène-Pic-Paris - en ville - Cadastre : 2010 CV 295
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    . A la demande du ministère de l'Éducation Nationale, la ville de Tours accepta, en mai 1960 La construction de l'école Claude-Bernard, à l'origine appelée Louis-Pasteur, fut rendue nécessaire par la réalisation de la deuxième tranche du quartier du Sanitas. Celle-ci impliquait l'arrivée de groupe Pascal-Diderot, réalisé dans le cadre de la première tranche. Connu comme "groupe SNCF II", un construction de trente classes pour les élèves de primaire sur les terrains immédiatement situés au sud des bâtiments 7 à 10. La conception de l'établissement fut confiée aux architectes Maurice Poussard et aux frères Pierre et Jacques Boille. Lancées au début de l'année 1960, les études retinrent la réalisation de deux écoles primaires, l'une de garçons et l'autre de filles, disposés en vis-à-vis autour d'une cour centrale. L'école maternelle Pauline-Kergomard était quant à elle transférée dans le secteur de la Rotonde , l'utilisation de procédés standardisés de préfabrication. Le modèle proposé par l'entreprise GEEP fut retenu à
    Référence documentaire :
    Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi 248 Auteur inconnu. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi, cote 104 Fi 407 Archives communales de Tours. Série M : 4 M 453.
    Canton :
    Tours-2
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    parpaing de béton essentage d'ardoise
    Description :
    Raspail, Vénien, Pic-Paris et Nioche. Elle est composée de deux bâtiments identiques en R+2 de 15 classes , ouvrant en miroir sur une cour centrale. Les salles de classe sont orientées à l'est pour le bâtiment occidental, et à l'ouest pour le bâtiment oriental. Au sud de la cour commune, un petit bâtiment à un niveau d'étage sert de logements pour les directeurs de l'école. Les bâtiments d'enseignement sont réalisés suivant les principes de construction du procédé industrialisé GEEP. Leur ossature métallique est formée de poutres et de poteaux tubulaires, modulés suivant une trame de 1,80 mètres de largeur. Cette ossature soutient les deux niveaux de planchers en béton armé, fait de dallettes préfabriquées. Les façades , non porteuses, sont formées par un mur-rideau de panneaux de verre et d'aluminium, les allèges des , sont réalisés en parpaings enduits, le rez-de-chaussée recevant un bardage en ardoise identique à celui (rue Michel-Baugé), conçu pour l'opération de logements du même nom également due à Jacques Henri
    Localisation :
    Tours - Quartier du Sanitas - 2 rue Eugène-Pic-Paris - en ville - Cadastre : 2010 CV 295
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Construction du bâtiment Ouest - 1961. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Construction du bâtiment Est - 1961. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série Fi Plan de situation. IVR24_20113702264NUDA Vue aérienne de l'école primaire claude-Bernard, au premier plan (vers 1965-66). IVR24_19883703302N
  • École primaire Victor-Hugo
    École primaire Victor-Hugo Blois - rive droite - 6-10 rue d' Angleterre - en ville - Cadastre : 1980 DO 13, 513, 615
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    De Decker Aurélie
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    , le conseil municipal de Blois nomma André Aubert et son associé Pronier pour la maîtrise d’œuvre de L'école de filles Victor-Hugo était installée avant la guerre dans des locaux que lui louait le bureau de Bienfaisance de Blois : l'ancien collège des Jésuites, place Victor-Hugo. Dans un état vétuste d'installation de la poste sur ses terrains. Ce projet fut repris dans le programme de reconstruction de la ville . Les bâtiments furent expropriés en application du plan de Reconstruction et d'Aménagement, dans la perspective de la construction de l'hôtel des postes. Le transfert et la reconstruction de l'école de filles Victor-Hugo devint alors le préalable à la construction de l'hôtel des postes sur le terrain et dans le bâtiment de l'ancien collège des Jésuites. On envisagea dans un premier temps de reconstruire l'école à l'usine Rousset qui devait être expropriée. En 1944, sur proposition du conseil municipal, le commissaire décida en 1946 que l'école serait construite dans l'îlot B, à l'emplacement de l'ancienne propriété Rétif
    Référence documentaire :
    photog n. et b. Par Martinaud, Pierre (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf photog n. et b. Par Martinaud, Pierre (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf photog n. et b. Par Martinaud, Pierre (photographe). (Archives municipales de Blois, 13 Z 21). (cf . Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives Xxe siècle, 072 IFA : 322). (cf / Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 72 IFA : 322). (cf. illustration n / Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). (cf. illustration n / Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). (cf. illustration n . SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). (cf. illustration . Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). (cf , André (architecte). (Fonds A. Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    pavillon en ardoise, ces derniers signalent les espaces de logements. A proximité de deux tours des L'école est implantée à l'arrière du palais de Justice, entre les rues Trouessard, d'Angleterre et des Cordeliers sur un terrain en pente. L'architecte a tiré parti de cette implantation en concevant un bâtiment en L sur soubassement,ouvert sur une cour tout à la fois orientée au sud et isolée de la Cordeliers. Le plan du bâtiment adopte une distribution fonctionnelle. La partie en rez-de-chaussée à cantine. A ses deux extrémités deux corps de bâtiment à deux étages carrés abritent une dizaine de logements de fonction ainsi que les salles d'étude. En retour d'équerre, le long de la parcelle du tribunal , un bâtiment à un étage-carré comprend huit salles de classe, à raison de quatre par niveau . L'ensemble du bâtiment est abondamment éclairé. Les salles de classe ainsi que les couloirs qui les distribuent sont ouverts de larges baies en bandeaux dans un dispositif traversant très lumineux. Les
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Annexe :
    travaux de chauffage - PICHAREAU-GUILLOUX, Tours, pour les travaux de serrurerie, ferronnerie - HUGUET le revêtement de la cour - entreprise Jean CRETE, Tours, pour les travaux de couverture Programme de reconstruction de l'école des filles Victor-Hugo. 1950. (IFA. fonds Aubert : Boite 4 . Groupe scolaire Victor Hugo à Blois. 1947-55.) « Académie de Paris, Inspection académique de Loir-et -Cher. École de filles de Blois, Place Victor-Hugo. Transfert et reconstruction. Programme. Dans le programme de reconstruction de la ville de Blois est compris la cession au service des Postes du terrain où est actuellement installée l'école de filles de la place V. Hugo. Cette école doit être transférée sur un terrain disponible (emplacement de l'ancienne prison) et reconstruite. Il est certain que, dans deux ans, l'effectif de toutes les écoles de Blois augmentera en raison de l'élévation notable récente de la moyenne annuelle des naissances. Mais, à ce moment, l'ouverture du groupe nouveau Cabochon
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Façade sud sur cour, fin des années cinquante. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21 Salle de classe, fin des années cinquante. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21 Escalier sud, fin des années cinquante. (Archives municipales de Blois, 13 Z 21 . Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 119 / Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). IVR24_20114100084NUC2A . SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322 . (Fonds A. Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322 / Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). IVR24_20114100105NUC2A de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). IVR24_20114100104NUC2A de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 322). IVR24_20114100101NUC2A
  • Ville :  école primaire dite école du mail, actuellement salles communales (6 rue du Château)
    Ville : école primaire dite école du mail, actuellement salles communales (6 rue du Château) Château-Renault - 6 rue du Château - en ville - Cadastre : 2014 AD 571
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    En 1794, le conseil municipal projette l'installation de six instituteurs, mais l'enseignement municipal choisi d'édifier la future école sur une partie du mail et la réception des travaux de primaire ne semble commencer qu'en 1810 avec l'installation de deux maîtres. Le premier devis estimatif l'ouest de l'école primaire, à l'emplacement du mail. En mars 1882, Prath, architecte tourangeau, dresse des plans et devis pour apporter des améliorations à l'école communale de garçons qui consiste notamment dans la construction de deux salles de classe ; l'agrandissement de la cour ; la construction d'un nouveau préau couvert ; l'agrandissement d'une chambre de sous-maître ; la transformation de la grande salle de classe en salle de laboratoire, de collection d'instruments de physique, d'histoire naturelle et de dessin et le renouvellement du mobilier pour un total de 23 000 fr. Les travaux sont adjugés en une partie de la salle de laboratoire trop grande ; établissement au-dessus de cette salle de trois
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Château-Renault. 4 M 1. Archives municipales de Château-Renault. 4 M 4. Archives municipales de Château-Renault. 4 M 5. École de garçons. 1863-1924. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 63 45). Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 63 45. École de garçons. 1863-1924. HUTEAU, Lucette. Histoire des écoles de Château-Renault. Informations municipales de Château Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 63 43. École maternelle. 1883-1936. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 63 42. École mixte. 1833-1927. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 63 43. École maternelle. 1883-1936.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'édifice est à un étage carré, à travées, construit en moellon enduit et pierre de taille couvert d'un toit à longs pans et croupes, encadré de deux pavillons. L'édifice est prolongé vers l'ouest par un corps de bâtiment en rez-de-chaussée construit en moellon enduit et pierre de taille couvert d'un toit à longs pans en ardoise. Les corniches sont en pierre de taille. Le rez-de-chaussée est éclairé
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Plan indiquant la localisation des écoles de Château-Renault en 1886. (Archives départementales Plan et élévation dessinés par Raphaël Sauger, agent voyer, le 22 juin 1861. (Archives Plan certifié exact le 18 janvier 1883. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 63 45 Plan général dessiné par Prath, architecte, le 9 mars 1882. (Archives départementales d'Indre-et Coupe et élévation dessinées par Prath, architecte, le 9 mars 1882. (Archives départementales Façade nord de l'aile l'ouest et façade ouest du corps de bâtiment principal Façade nord du corps de bâtiment principal. IVR24_20143703695NUC4A
  • Bourg : école
    Bourg : école Cigogné - bourg - en village - Cadastre : 2008 D1 25,26
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Les plans d’une première école qui devait également abriter une salle de mairie sont dessinés par l’agent-voyer Boutier en 1842. En 1861, la commune demande à l’architecte Auguste Alizon de réaliser les plans d’une nouvelle maison d’école mixte avec logement de l’instituteur, sur la parcelle qu’occupe l’école actuelle. La disposition des bâtiments est cependant différente car le logement de l’instituteur , d’une superficie de 41,60 mètres carrés, se trouvait approximativement à l’emplacement de l’actuelle salle de classe, tandis que la classe était à l’emplacement de la maison qui longe la route de Courçay . Cette école, en très mauvais état en 1908, doit être refaite. Le conseil municipal vote la destruction l’agent-voyer Audin en décembre 1910. Le procès-verbal de réception définitive des travaux est signé le 27
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, dossiers d'administration communale, sous-série 2 O
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La maison de l’instituteur est construite en moellons enduits et comprend un étage carré . L'élévation ordonnancée de la façade antérieure comporte trois travées. Les angles sont chaînés en pierre de taille ; les plates-bandes des baies sont en brique, de même que les deux bandeaux qui animent la façade et celui qui court en haut du mur gouttereau, en imitant une corniche. L’emploi de la brique, banal ailleurs, doit cependant être noté ici, car l’usage, dans ce secteur de la Touraine, est d’associer le moellon enduit et la brique uniquement. Le même parti a été adopté pour la salle de classe, au nord de la cour, mais le bâtiment est en rez-de-chaussée uniquement, agrandi de part et d’autre par une salle
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Projet de restauration et d'appropriation d'un local pour servir d'école communale. Par Auguste Projet de reconstruction de l'école mixte par Audin, agent-voyer, 1910. IVR24_20153700421NUC2A Projet de reconstruction de l'école mixte ; plan et élévation de la salle de classe. Par Audin Projet de reconstruction de l'école mixte ; plan et élévation de la maison de l'instituteur. Par Projet de reconstruction de l'école mixte ; coupes longitudinale et transversale de la salle de Maison de l'instituteur : façade antérieure sur rue. IVR24_20103700610NUCA Vue d'une salle de classe et des bâtiments fermant la cour. Vue prise au nord
1