Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 14 sur 14 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Orléans : ensemble de quatre bas-reliefs provenant de la statue de Jeanne d'Arc par Edme Gois
    Orléans : ensemble de quatre bas-reliefs provenant de la statue de Jeanne d'Arc par Edme Gois Orléans - 21 rue Sainte-Catherine - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Les reliefs étaient placés à la partie inférieure du socle du monument à Jeanne d'Arc exécuté en 1804 par Edme Gois et installé à l'origine sur la place du Martroy (place disparue, située au sud de l'actuelle place du Martroi). En 1855, l'ensemble du monument est déplacé sur la rive sud de la Loire, à l'entrée du pont Royal. En 1955, le monument est partiellement démantelé et la statue déplacée un peu plus loin quai du Fort des Tourelles, à la jonction de la rue Croix-de-la-Pucelle et de la rue des Tourelles . Les reliefs ne peuvent être apposés sur le socle récupéré de la statue de Cérès figurant la République
    Observation :
    plus ancien de la Région, Jeanne d'Arc (et l'un des plus anciens de France) sous la forme qui s'est conservé tous ses bronzes (reliefs au musée des Beaux-Arts d'Orléans) et remploi du piédestal de la statue de la République fondue sous l'Occupation. -Ancrage local du monument extrêmement fort : en remplacement du monument de la Pucelle fondue sous la Révolution, sur la place principale de la ville
    Représentations :
    Charles, futur Charles VII, qui lui remet son épée ; la bataille du Fort des Tourelles à Orléans le 7 mai
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Orléans : ensemble de quatre bas-reliefs provenant de la statue de Jeanne d'Arc par Edme Gois
    Dimension :
    la 97.1 centimètre Largeur maximale d'un relief. Largeur minimale : 88,2.
  • Gien, Lycée Marguerite Audoux : bas-relief,
    Gien, Lycée Marguerite Audoux : bas-relief, "Le travail de l'homme donne vie à la matière" Gien - 20 rue 32-ème-R.I. - en ville
    Inscriptions & marques :
    "LE TRAVAIL DE L'HOMME DONNE VIE A LA MATIÈRE"
    Historique :
    technique de garçons de Gien. Le prix de ce projet est fixé à 21 600 NF. Placée à l'origine sur la façade
    Référence documentaire :
    du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1951-1970.
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    réalisée en pierre calcaire. Elle mesure 7.2 mètres de long et 2.6 mètres de haut. Dans la partie gauche de l’œuvre, un ensemble de formes géométriques droites et ondulées représente la matière dont une figure
    Titre courant :
    Gien, Lycée Marguerite Audoux : bas-relief, "Le travail de l'homme donne vie à la matière"
    Dimension :
    la 0.25 mètre
  • Olivet, Lycée hôtelier de l'Orléanais : bas-relief
    Olivet, Lycée hôtelier de l'Orléanais : bas-relief Olivet - 125 rue Claude-Debussy - en ville
    Représentations :
    la nature représentation animalière représentation végétale
    Datation principale :
    4e quart 20e siècle porte la date
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    et 1.3 m de haut. Le thème de sa représentation est la faune et la flore marine.
    Dates :
    1994 porte la date
  • Chinon : statue de Rabelais
    Chinon : statue de Rabelais Chinon - 2 rue Neuve de l'Hôtel de ville - en ville
    Inscriptions & marques :
    découpé (sur la face antérieure du piédestal) - EMILE-HÉBERT. Statuaire. 1880 / HIPPOCRATE / GALIEN (sur la face orientale du piédestal, sous le cuir découpé en bas à gauche) - 1880 EMILE-HEBERT. Statuaire / GARGANTUA / PANTAGRUEL (sur la face occidentale du piédestal, sous le cuir découpé en bas à droite). La face arrière, dépourvue d'un relief rapporté, porte la date de 1880 (en chiffres romains), la dédicace, les directement gravés dans la pierre.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    A la fin de 1878 ou au début de l'année suivante, la ville de Chinon organise à l'École des Beaux selon un programme iconographique basé sur le mémoire biographique "Simples notes sur la vie de François la création des quais de la Vienne à l'ancien emplacement des fortifications et de l'aménagement des espaces publics de la ville. 55 candidats présentent un projet et c'est Emile Hébert, sculpteur parisien 1882, par chemin de fer. Au préalable, la statue a figuré au Salon (n° 4470). Le monument est inauguré le 2 juillet suivant. Deux répliques en terre cuite, exécutées à partir de la maquette en plâtre sont conservées, l'une au musée d'art et d'histoire de Chinon (Inv. 2014.0.1125) et l'autre au musée Rabelais-La
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Chinon. 1M7-9. Érection de la statue de Rabelais. LACROIX, Paul dit Bibliophile Jacob. Simples notes sur la vie de François Rabelais, publiées par les soins du comité pour l'érection d'une statue à Rabelais dans la ville de Chinon. Paris : Librairie SUZANNE, Joseph-Jacques. La Statue de Rabelais d’Émile Hébert. Relation des fêtes données à Chinon
    Représentations :
    dans le règlement du concours, coiffé de la barrette et assis dans un fauteuil. Les faces latérales du
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue en bronze est placée sur un haut piédestal de plan carré en pierre de Chauvigny, orné de
    Dimension :
    h 250.0 centimètre hauteur de la statue seule
    Dates :
    1880 porte la date 1882 porte la date
    Illustration :
    de la statue de Rabelais", coupe transversale et vue du dessus, 13 juin 1881. (Archives de la statue de Rabelais", coupe longitudinale, 13 juin 1881. (Archives départementales d'Indre-et Concours pour la statue de Rabelais à Chinon (L'Illustration, n° 1928, 7 février 1880, p. 100 Récépissé de la compagnie des Chemins de fer d'Orléans pour le transport de la statue et de deux Caricature pour l'inauguration du monument à Rabelais de Chinon, par B. Moloch (couverture de La Vue générale du débouché de la rue Neuve de l'Hôtel de ville sur le quai Jeanne d'Arc Vue générale du débouché de la rue Neuve de l'Hôtel de ville sur le quai Jeanne d'Arc Relief ornant la face antérieure du piédestal : dédicace et dates, 1880 / 1882 (sur un cuir découpé Relief ornant la face orientale du piédestal : représentations d'Hippocrate, Galien, Rabelais Relief ornant la face occidentale du piédestal : représentations de Gargantua et Pantagruel et
  • Châteaudun, Lycée Émile Zola : bas-relief
    Châteaudun, Lycée Émile Zola : bas-relief Châteaudun - 26 rue de Civry - en ville
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    du lycée. Il représente trois figures féminines appartenant à la mythologie gréco-romaine avec, au centre de la composition, un globe céleste.
    Dates :
    1950 porte la date
  • 3 bas-reliefs : Le Christ secourant les malades et les infirmes, Christ souffrant, Vierge auréolée
    3 bas-reliefs : Le Christ secourant les malades et les infirmes, Christ souffrant, Vierge auréolée Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    Les médaillons sont signés : VITAL.DUBRAY. (à droite). Une inscription figure à gauche de la tête de la Vierge (non déchiffrée en raison de l'inaccessibilité du médaillon).
    Observation :
    Les bas-reliefs ont-ils été classés en même temps que la chapelle, le 17/07/1997 ?
    Représentations :
    Au tympan, la scène figure le Christ secourant les malades et les infirmes : un prêtre donne la enfant, puis un soldat en uniforme de zouave. A gauche, des femmes implorent le Christ. La Vierge
    Description :
    portail de la nef.
    Dimension :
    l = 225 ; la = 78. Dimensions approximatives de la scène. Diamètre approximatif des médaillons : d
  • Blois, Lycée Augustin Thierry : bas-relief formant tableau
    Blois, Lycée Augustin Thierry : bas-relief formant tableau Blois - 13 avenue de Châteaudun - en ville
    Historique :
    cuivre réalisée en 2012 dans le cadre de l'opération "Aux Arts Lycéens" par les élèves de 1ELEEC sous la
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    tableau composé de boîtes de conserve (?) découpées, martelées, pliées et soudées prenant la forme de
    Dimension :
    la 0.86 mètre
  • Orléans : monument à Léon Chenault
    Orléans : monument à Léon Chenault Orléans - - 10 rue Pierre 1er de Serbie - en ville
    Inscriptions & marques :
    Dédicace : L'HORTICULTURE / MONDIALE / A / LEON / CHENAULT / 1853-1930 (sous la déesse Flore , restaurée en 2013 avec la participation de la ville d'Orléans.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Le monument est offert à la Ville d'Orléans par les Sociétés d'Horticulture et Horticole d'Orléans
    Représentations :
    Léon Chenault, célèbre horticulteur, est représenté en buste. Un bas-relief de la déesse Flore orne la partie centrale du piédestal dans sa partie supérieure. Elle est figurée en pied, nue sous un léger drapé, la main droite levée tenant une rose au-dessus de sa tête, dans un encadrement de
    Statut :
    propriété de la commune
    Dimension :
    la 270.0 centimètre
    Illustration :
    Vue partielle : le buste et la figure en relief. IVR24_20124500153NUC4A
  • Châteauroux, Lycée Pierre et Marie Curie : bas-relief,
    Châteauroux, Lycée Pierre et Marie Curie : bas-relief, "Cela s'appelle l'aurore" Châteauroux - 31 rue Pierre-et-Marie-Curie - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature à la base, à gauche : COULON Georges ; inscription : CELA / S'APPELLE / L'AURORE
    Historique :
    Georges Coulon, sollicité par l'architecte Jacques Barge, est agréé par la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics pour réaliser un décor en bas-relief ayant pour thème la 3 octobre 1957. L'arrêté est signé le 8 décembre 1957. La somme de 2 200 200 francs est attribué à
    Référence documentaire :
    de Châteauroux. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961-1980.
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    pierre calcaire, probablement en pierre de Lavoux, et est implanté sur la façade sud du bâtiment C (CDI lyre, la plus jeune sans attribut. Derrière les jeunes filles sont représentés du blé, du laurier et
    Dimension :
    la 2.25 mètre
    Annexe :
    est constituée par un bas-relief sculpté dans la pierre destiné à rappeler les œuvres de quelques œuvre de Jean Giraudoux." "Le bas-relief de l'externat rappellera aux élèves les grands noms de la évoquer la littérature écrite en ces lieux calmes et reposants, et en perpétuer le souvenir chez celles
    Illustration :
    Signature et inscription à la base. IVR24_20143600081NUCA
  • Ensemble de bas-reliefs
    Ensemble de bas-reliefs Blois - rive droite - 2 rue Gallois - en ville - Cadastre : 2010 DP 813
    Historique :
    Cet ensemble de bas-reliefs a été créé au moment de la construction de l'hôtel des postes dans le contexte de la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale de la ville de Blois.Il est signé par les sculpteurs L.A. Lejeune et Martial. La poste est le seul exemple d'intégration de l'art à l'architecture dans la reconstruction de Blois.
    Représentations :
    scène Reconstruction allégorie la paix chantier cadre urbain ouvrier Présentation du plan du château (niveau cinq, pilier gauche) : la première partie de la composition Châtillon qui apparaissent dans la seconde partie ; Départ de Jeanne d'Arc (niveau quatre, pilier gauche d'église portant un étendard et accompagnée d'un cavalier. La seconde partie montre un prêtre la bénissant et une foule en arme ; Naissance de Louis XII (niveau trois, pilier gauche) : la première partie de la composition représente Marie de Clèves alitée et entourée d'un homme (médecin ?) et d'une servante . Dans la seconde partie, un évêque bénit le roi nouveau-né, Louis XII, porté par un homme (Charles Ier États généraux (niveau un, pilier gauche) : la composition en deux parties représente les États généraux réunis à Blois en 1588-89. Dans la première, le roi Henri III est entouré de sa cour composée, notamment de sa mère Catherine de Médicis. Dans la seconde, les membres de l'assemblée sont visibles assis sur
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'entrée de la poste est soulignée par deux piliers décorés de bas-reliefs figurés. Ces bas-reliefs sont sculptés sur deux des faces de chacun des dix blocs de pierre qui encadrent la porte. Les bas sont figurés successivement : la construction du Château, le départ de Jeanne d'Arc de Blois en 1429 , la naissance de Louis-XII en 1462, la rencontre de Charles Quint et de François Premier, les États généraux de Blois en1588, l'assassinat du Duc de Guise la même année, la création du diocèse de Blois en mariniers de Loire et les évènements révolutionnaires de la bénédiction des drapeaux et du serment fédératif . La dernière étape qui ponctue cette grande fresque n'est autre que la reconstruction après-guerre moments de l'histoire blésoise. La représentation de chacun de ces thèmes est très contrainte par la réunit entre deux et quatre figures, représentées au premier plan et occupant quasiment toute la hauteur . Le décor de chaque scène est simplement évoqué voire symbolisé. Ainsi la Loire est-elle par exemple
    Illustration :
    Bas-relief évoquant la construction du château de Blois par la représentation de l'architecte et de Bas-relief représentant la naissance de Louis XII, niveau trois, pilier gauche (première partie Bas-relief représentant la naissance de Louis XII, niveau trois, pilier gauche (seconde partie Bas-relief représentant la rencontre de Charles Quint et de François Ier, niveau deux, pilier Bas-relief représentant la rencontre de Charles Quint et de François Ier, niveau deux, pilier Bas-relief évoquant des épisodes révolutionnaires : ici la bénédiction des drapeaux, niveau deux Bas-relief évoquant la destruction de Blois en 1940, niveau un, pilier droit Bas-relief consacré à la reconstruction : "la paix, bâtir", niveau un, pilier droit
  • Lucé, Lycée Philibert de l'Orme : bas-relief monumental,
    Lucé, Lycée Philibert de l'Orme : bas-relief monumental, "Donne et tu recevras" Lucé - 7 rue Jules-Ferry - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature sur la colonne de droite à hauteur d'homme : U GEMIGNANI
    Historique :
    Le projet du sculpteur Ulysse Gémignani est accepté par la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics le 6 décembre 1963. L'arrêté est signé le 26 décembre 1963 et la somme de 34
    Référence documentaire :
    technique de garçons de Lucé. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961-1970.
    Statut :
    propriété de la région
    États conservations :
    Bon état général, mais nécessite un nettoyage. D'après un témoignage oral, sous la mention du lycée , manque la citation : DONNE ET TU RECEVRAS (elle aurait été déposée vers 1999-2000 lors des travaux
  • Vendôme, Lycée André Ampère : bas-relief formant cloison,
    Vendôme, Lycée André Ampère : bas-relief formant cloison, "Les moissonneurs" Vendôme - 11 rue Jean-Bouin - en ville
    Historique :
    Le 16 octobre 1958, la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics émet un avis favorable au projet d'Henri Navarre. L'arrêté est signé le 19 février 1959 et la somme de 1 050 l'origine située dans le bâtiment 1 d'administration, face à la rue Ampère. Elle a été déplacée dans la
    Référence documentaire :
    masculin de Vendôme. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1951-1960.
    Statut :
    propriété de la région
    Illustration :
    Vue générale à son emplacement initial, bâtiment administratif, face à la rue Ampère
  • Blois, Lycée Augustin Thierry : composition de bas-relief,
    Blois, Lycée Augustin Thierry : composition de bas-relief, "Les cavaliers" Blois - 13 avenue de Châteaudun - en ville
    Historique :
    Le 14 décembre 1962, la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics émet un bâtiments civils et des palais nationaux. L'arrêté est signé le 9 avril 1963 et la somme de 17 000 francs
    Référence documentaire :
    Blois. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961-1970.
    Statut :
    propriété de la région
  • Argenton-sur-Creuse, Lycée Châteauneuf : décor mural (disparu)
    Argenton-sur-Creuse, Lycée Châteauneuf : décor mural (disparu) Argenton-sur-Creuse - 83 avenue Rollinat - en ville
    Historique :
    Le 12 décembre 1961, Robert Barriot est agréé par la Commission nationale des travaux de décoration est signé le 17 janvier 1962 et la somme de 15 000 francs est attribuée à l'artiste pour son œuvre. Il s'agissait d'un motif sculpté représentant le métier de la couture, sous la forme de personnages de près de 2 mètres de haut, qui devait être exposé sur le pignon ouest de l'externat au-dessus de la porte d'entrée
    Référence documentaire :
    féminin d'Argenton-sur-Creuse. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961-1970.
    Statut :
    propriété de la région
1