Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 23 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château de Chaumont-sur-Loire
    Château de Chaumont-sur-Loire Chaumont-sur-Loire - Cadastre : 1809 A1 847 cadastre napoléonien 2017 AE 119
    Historique :
    sur ordre de Louis XI en représailles contre Pierre d'Amboise, la forteresse est rebâtie une première chapelle où apparaissent des éléments italianisants propres à la Renaissance. Louis XII et Anne de Bretagne La Morandière dans le style néo-Louis XII. Ce sont surtout le prince et la princesse Henri-Amédée de également la chapelle dans un style néo-Renaissance entre 1884 et 1886 (les vitraux de Georges Bardon sont
    Référence documentaire :
    BOSSEBOEUF, Louis-Auguste. Le château de Chaumont dans l’histoire et les arts. Tours : Alfred Mame
    Représentations :
    armoiries blason monogramme phylactère porc-épic de Louis XII hermine feuillage couronne accolade
    Auteur :
    [architecte] Boille Louis Marie Marcel [commanditaire] Amboise Georges (d')
    Annexe :
    II d'Amboise portées par deux hommes sauvages, et à gauche, celles de Georges d'Amboise surmontées siècle. L'entrée est quant à elle surmontée des armes de France avec le monogramme de Louis XII et d'Anne l’extrémité est ornée d’une sculpture représentant un cygne percé de flèches, emblème commun à Louise de . On retrouve également sur cette dernière les armoiries du cardinal Georges d’Amboise. La jonction -Amboise à Louis XII. Le linteau de la porte la plus au sud du rez-de-chaussée de l'aile est est orné d'un armoiries du cardinal Georges d’Amboise. Il est également ponctué, sur toute sa longueur, de gargouilles d'ardoise en référence au style Louis XII. A l'inverse, celles remaniées par Sanson sont faites d'un siècle réalisés par le maître verrier Georges Bardon (1846-1905) d’après les cartons du peintre " de Louis XII et "A" d’Anne de Bretagne) ornés de motifs végétaux (iris, œillets, bleuets et glaïeuls ), du duc de Bretagne et de Louis XII. Chacun des huit voûtains comporte ainsi l'un de ces motifs
    Illustration :
    Aile est. Façade sur cour : armoiries parlantes de Louis XII (porc-épic). IVR24_20084100668NUC2A 1477. Bardon, Georges (verrier). Laurens, Jean-Paul (peintre). IVR24_20094100099NUC2A , entrelacs, grotesques et armoiries du cardinal Georges d'Amboise. IVR24_20094100125NUC2A Tour d'Amboise. Décor peint dans l'embrasure de la fenêtre : porc-épic de Louis XII, devises sur Tour d'Amboise. Décor peint sur le pafond du premier étage : armoiries couronnées de Louis XII Aile ouest. Porte de l'escalier Louis XI situé dans l'angle sud-ouest de la cour
  • Leugny : château de Leugny
    Leugny : château de Leugny Azay-sur-Cher - Leugny - en écart
    Historique :
    de l’étude de Jacques Louis Dechaux, notaire royal à Amboise, atteste du commanditaire, de 1774, Il fait appel à l'architecte Louis Denis le Camus, qui avait aménagé le château de Chanteloup
    Référence documentaire :
    à Leugny pour Monsieur Ribot par Louis Denis Le Camus. Inséré au marché du 3 décembre 1774.
    Auteur :
    [architecte] Camus le Louis Denis
  • Vallière : château dit château de La Vallière
    Vallière : château dit château de La Vallière Reugny - La Vallière - en écart - Cadastre : 1819 E 123, 124, 125, 126 2009 ZD 87
    Historique :
    II Le Blanc. Le fils de celui-ci, Jean, obtient de Louis XIII en 1635 le droit de s'appeler La Baume Louise de La Baume Le Blanc, dite Mademoiselle de La Vallière, en faveur de laquelle est constitué en Conti, fille naturelle et légitimée de Louis XIV, et les terres à son frère Jean-François de La Baume Le
    Représentations :
    un portrait de Louise de la Vallière et sur l'autre la devise des Millon "Tantum pro liliis
    Auteur :
    [propriétaire] La Baume Le Blanc Françoise Louise
    Illustration :
    Cheminée décorée du portrait de Louise de la Vallière et portant la devise "Ad principem ut ad
  • Château du Plessis-lès-Tours
    Château du Plessis-lès-Tours La Riche - Plessis (le) - Rue du Plessis - en ville
    Historique :
    dénommé Montils-lès-Tours avant 1472. Le roi Louis XI réaménage vers 1478 le château qu'il acquiert en
    Observation :
    Conservé à l'état de vestige, le château de Plessis-les-Tours reconstruit pour Louis XI pourrait
    Référence documentaire :
    Veüe du Chasteau Royal du Plessis Lez Tours, bastie par le Roy Louis onziesme, dessiné du costé du parq, 1699. [par Louis Boudan ?], collectionneur : Gaignières, Roger de (1642-1715) (Bibliothèque Veüe de l'entrée du chasteau de Plessis Lez Tours, avec la chapelle St Jean. [dessin par Louis Veüe du chasteau du Plessis lez Tours, dessiné du dedans de la court, 1699. [Dessin de Louis Boudan SALAMAGNE, Alain. Le Plessis et les résidences royales en Touraine à l'avènement de Louis XI
  • Château Saint-Jean
    Château Saint-Jean Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Historique :
    « dit pavillon Louis XIII » lui est attribuée.
    Référence documentaire :
    p. 189. FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 4-15, 113. JOUSSET DE BELLÊME, Georges. Le château féodal de Saint-Jean. Mamers : Impr. Fleury
    Description :
    d’enceinte. La basse-cour, située 5 m en contrebas, est bordée au nord par le « pavillon Louis XIII ». Il se
    Texte libre :
    1424, le comte de Salisbury enlève le château de Nogent à Louis Ier de Bar, petit-fils de Yolande de l’image de Julien-René-Louis Etiembre qui en 1826 détruit le couronnement des courtines, éventre la tour Louis XIII se développant au revers de la courtine nord. Elle communique avec la haute cour par deux Louis XIII ont fait l'objet d'un sous dossier. Le donjon L'enceinte Le logis seigneurial Le pavillon Louis XIII Conclusion Implantation Barrant le plateau Saint-Jean, le castrum de Nogent commande la . D’abord défensif, avec la dite salle des gardes, et certainement résidentiel avec le pavillon Louis XIII pavillon Louis XIII. Le fait est certainement à mettre en relation avec la personnalité de Rotrou III qui
    Illustration :
    Enceinte, vue du sud-ouest, pavillon Louis XIII, tours de Saint-Victor et de Brunelles Pavillon Louis XIII, vue du sud-est. IVR24_20132800010NUC4A
  • Château de Blois (place du Château)
    Château de Blois (place du Château) Blois - place du Château - en ville - Cadastre : 1980 DN 414
    Historique :
    de Louis XII, bâtiments est et sud, chapelle Saint Calais, galerie du bâtiment ouest, aménagement des château à la ville ; 1845, 1855 : restauration des bâtiments de Louis XII et de François Ier ; 1866
    Référence documentaire :
    BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. CHATENET, M. Les logis royaux de Louis XII. In [Catalogue d'exposition Château et Musée de Blois MELOT, Michel. Politique et architecture, essai sur Blois et le Blésois sous Louis XII. Gazette des des bâtiments prise du sud. Vue de l'aile Louis XII (côté avant-cour) et de la chapelle Saint-Calais costé de l'avant-cour. Face du bastiment de Louis XII du costé de la cour. Veüe du bastiment de François
    Représentations :
    Statue équestre de louis XII ; emblèmes de louis XII ; françois ier ; anne de bretagne ; claude de
    Illustration :
    Plan d'ensemble schématique du château et des jardins au début du XVIe siècle, à la mort de Louis Plan au niveau du rez-de-chaussée établi par le corps royal du Génie. Détails : bâtiments de Louis Plan au niveau du rez-de-chaussée établi par le corps royal du Génie. Détail : bâtiment de Louis Plan au niveau du 3ème étage avec retombes pour l'étage de comble du bâtiment de Louis XII et Façades sur cour (ailes Louis XII et François Ier). (état avant restauration). IVR24_19924100163X Façades sur cour (ailes Louis XII et François Ier). (état avant restauration). IVR24_19924100158X Aile Louis XII ; façade sur avant-cour et pavillon de la voûte IVR24_19894100099XA Aile Louis XII, façade sur avant cour, portail et statue équestre. IVR24_19904100344VA Aile Louis XII IVR24_19884100252X Aile Louis XII et facade sur cour IVR24_19884100246X
  • Château d'Amboise
    Château d'Amboise Amboise - Montée de l'Emir Abd el Kader - en ville
    Historique :
    pillée par les Normands à deux reprises en 853 et 877-878. Pour maîtriser la situation, Louis le Bègue (1373-1422) et enfin Louis d'Amboise (1422-1434). En 1431, Louis d'Amboise fut accusé de traîtrise par a été modifié sous Charles VII dont les séjours sont rares et brefs. Louis XI (1461-1483) Louis XI de France (même après son mariage avec Louis d'Orléans, futur Louis XII) et du dauphin Charles. Louis Heurtault sont commencés. Des artistes et artisans italiens sont amenés à Amboise par le roi. Louis XII (1498-1515) Les travaux continuent sous Louis XII mais avec une intensité moindre. Le couple royal s'installe à Blois et délaisse quelque peu Amboise, d'autant plus que Louis XII a demandé à Louise de Savoie , le château est donné à la duchesse de Berry par Louis XIV. Au vu de l'importance des travaux envisagés pour rendre le château habitable, Louis XV lui fait finalement don du château de Meudon. En 1761 matériaux vendus. À la Restauration, Louis-Philippe s'installe à Amboise. Les travaux portent sur les
    Référence documentaire :
    BRICARD, Georges. Un serviteur et compère de Louis XI, Jean Bourré seigneur du Plessis, 1424-1506 PEYRONNET, Georges. Les complots de Louis d'Amboise contre Charles VII (1428-1431) : un aspect des dit de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, rez logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII-François Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI l'hôtel du roi Louis XI. 1er octobre 1468-30 septembre 1469. de l'argenterie du roi Louis XI. 1466-1471.
    Annexe :
    royal de la fin du Moyen Âge. Confisqué en 1434 à Louis d'Amboise, le château demeure habité par la d'Amboise. Cette phase d'habitation coïncide avec les campagnes de construction successives que mènent Louis XI, Charles VIII, Louis XII, François Ier et Henri II. Après les cinq campagnes de travaux, le trouvait donc côte à côte les formes gothiques de la résidence de Louis XI, les formes des logis et retour d'Italie (1497-1498). Louis XII et François Ier ajoutèrent à l'ensemble leur empreinte Louis XI à François Ier, on construit sur ce site naturellement défensif où l'on préfère adapter
    Texte libre :
    totalité des corps de logis étaient encore conservés dans le premier tiers du XVIIe siècle, lorsque Louis accentué à partir du règne de Louis XI (1461-1483) mais il développa aussi son caractère résidentiel avec enfants. Louis XI repensa et renforça les accès par la construction de la tour Garçonnet (1466), la porte deux derniers étaient couronnés d'un chemin de ronde. Le château de Louis XI Les travaux à vocation auraient pu être hérités du château antérieur. La chronologie des chantiers de Louis XI reste toutefois les déblais et instruisent sur la localisation des travaux. De plus, dans sa correspondance, Louis XI 1474, débuta une seconde campagne : Louis XI entreprit la construction de la chapelle du Saint-Sépulcre à elles, liées aux jardins. Durant cette période, Charles VIII ajouta au logis de Louis XI du dispositif sécuritaire. Contrairement à Louis XI qui avait interdit l'accès au château à toute personne Louis XI, Hans Haquelebac, rendu célèbre par les récits de Philippe de Commynes (1447-1511) . Ainsi, le
    Illustration :
    Evolution du château d'Amboise, des seigneurs d'Amboise au règne de Louis XIII Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis du logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur
  • Chenonceaux : château de Chenonceau
    Chenonceaux : château de Chenonceau Chenonceaux - Chenonceau - en écart
    Annexe :
    . Histoire de l'architecture. Tome second. Paris : Librairie Georges Baranger, 1943. DEMEZIL, Jean-Martin Louis XIII d'après Jodocus Sincerus : Itinerarium Galliae. Bulletin de la Société Archéologique de Hachette, 1890. 115 p. : ill. LA SAUSSAYE, Louis de. Blois et ses environs : guide artistique et historique historiques relatives à la chastellenie de Chenonceau sous Louis XII, François 1er et Henri II, Diane de . Perrin et Marinet, 1879. GRANDMAISON de, Charles-Louis. Château de Chenonceau, fin des constructions Touraine. Châteauroux : Berger éditions, 2006. COYAUD, Louis-Marie. Au jardin de la France, innovation et françaises, décembre 1998, n° 175, p. 34-43. SUREAU, Jean-Louis. De la forteresse aux châteaux d'agrément -Baptiste, SUREAU, Jean-Louis. Jardins en Touraine. Paris : Actes Sud ; 2007. VALERY, Marie-Françoise
    Texte libre :
    ans de luttes. Il rend hommage à Louis XII pour sa seigneurie de Chenonceau le 17 février 1513 au Charles VIII en 1494, Louis XII en 1507 puis en 1512, François 1er en 1515, puis en 1521 avec le comte de cardinal Georges d’Amboise entre 1502 et 1510 et Chenonceau sont visibles, notamment la frise de demi ; en 1531, à la mort de Louise de Savoie, Antoine est déclaré débiteur envers le Trésor pour une somme , le château a acquis pour l’essentiel la configuration qu’il a encore aujourd’hui. Louise de Lorraine la reine. Marie de Luxembourg habite le château de façon continue, où elle reçoit Louis XIII en 1615 et 1619. Françoise de Lorraine et César de Vendôme ne résident pas à Chenonceau. Louis Joseph et en donnent d’autres à Louis XIV pour Versailles. La veuve de Louis-Joseph de Vendôme, Marie-Anne de
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Historique :
    transformée en habitation et rehaussée d'un niveau entre 1770 et 1780 pour Louis Thiroux d'Arconville
    Auteur :
    [commanditaire] THIROUX d'ARCONVILLE Louis Lazare
    Annexe :
    seigneurie d'Ezanville de MM. Tensin et Robert de l'Ancé. En 1529, Louis Girard, qui avait hérité de la Fleuveries. Le 9 octobre 1539, devant maître Mathieu Baigneaux, notaire à Chartres, Louis Girard acquiert de Vérigny, veuve de Louis Girard, fait l'acquisition de la seigneurie de la Perrine le Roi sur la paroisse
    Texte libre :
    , la tour a été reconstruite en 1780 pour Louis Lazare Thiroux d’Arconville, tandis que la tour nord propriétaire d’alors, Louis de Neuville, marquis de Villeroy. Quelques marchés passés consignés dans le Florentin, la terre et seigneurie de Frazé passe par droit d’héritage en 1526 à son fils Louis Girard de domaine de Frazé. Elle épouse Louis François duc de Bouflère, maréchal de France et gouverneur de Lille en , devant maître Brouand, notaire à Paris, Gabriel Louis de Neuville, marquis de Villeroi, gouverneur de d’ailleurs sous la minorité de Gabriel Louis de Neuville que l’ancien logis seigneurial (dans la haute cour , notaire à Paris, M. de Villeroi vend le domaine de Frazé à Louis Lazare Thiroux d’Arconville, président du pour y accueillir les appartements seigneuriaux entre 1770 et 1780 pour Louis Lazarre Thiroux
  • Ville : logis du château, actuellement hôtel de ville (rue du château)
    Ville : logis du château, actuellement hôtel de ville (rue du château) Château-Renault - rue du château - en ville - Cadastre : 1835 B 174 2014 AD 16
    Représentations :
    cintré orné d’oves, dards et modillons. Armoiries de François-Louis Rousselet, vice-amiral et maréchal de
  • Prinçais : château
    Prinçais : château Tournon-Saint-Martin - Prinçais - isolé - Cadastre : 2013 C 1197, 1198, 1205, 1206, 1207, 1613
    Référence documentaire :
    Ruines du château de Prinçais./Jean-Louis Soubrier, septembre 1957. (Musée archéologique de Ruines du château de Prinçais./Jean-Louis Soubrier, septembre 1957. (Musée archéologique de
    Illustration :
    Ruines du château de Prinçais. Jean-Louis Soubrier, 1957. (Musée archéologique de Martizay, photo n Vue de cheminées (démantelées) du château de Prinçais. Jean-Louis Soubrier, 1957. (Musée
  • Coteau : château
    Coteau : château Azay-sur-Cher - Le Coteau - isolé
    Référence documentaire :
    Azay-sur-Cher, plan cadastral de 1826./exécuté par Jean-Baptiste Louis Lecoy, géomètre, sous la
  • Jartraux : château actuellement demeure
    Jartraux : château actuellement demeure Tournon-Saint-Martin - Jartraux - isolé - Cadastre : 2013 D 2136, 2138 1812 D 2980
    Référence documentaire :
    Tournon et Louis de Gréaulmes, seigneur de Varennes et des Gresves, demeurant à Jartreaux. 1665. Pigeonnier de Jartraux. /Jean-Louis Soubrier. (Musée archéologique de Martizay, photo n°880).
    Illustration :
    Pigeonnier de Jartraux. Jean-Louis Soubrier. (Musée archéologique de Martizay, photo n° 880
  • Étoile : château dit de l’Étoile
    Étoile : château dit de l’Étoile Vernou-sur-Brenne - L'Étoile - chemin du Clos à l'Étoile - en ville - Cadastre : 1817 G 3446 2009 AL 209
    Référence documentaire :
    DUBREUIL-CHAMBARDEL, Louis. Les cadrans solaires tourangeaux. Mémoire de la Société Archéologique
  • Madères : château dit des Madères
    Madères : château dit des Madères Vernou-sur-Brenne - Les Madères - en écart - Cadastre : 1817 G 3259 2009 AK 204
    Référence documentaire :
    DESBUQUOIS, Georges. Robert Debré et la Touraine. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine
  • Razay : château de Razay
    Razay : château de Razay Céré-la-Ronde - Razay - isolé - Cadastre : 1826 E3 270, 274 2009 OE 485
    Historique :
    Cigogné, devint alors adjudicataire de Razay. A sa mort en 1724, c'est son fils, Louis Gaëtan de Thienne qui en hérite ; lui-même le transmet à sa fille unique dont le fils, Louis Gaëtan Marie de Saint
  • Bourg : château de Néons et ferme (5 place des Marronniers)
    Bourg : château de Néons et ferme (5 place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - 5 place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 B 109, 110 1812 B 563 à 570
    Description :
    initiales de René Louis Ovide du Trochet accompagnées de la date de construction du bâtiment. La charpente
    Illustration :
    commanditaire de sa construction (René Louis Ovide du Trochet). IVR24_20183600644NUCA
  • Soudun : château et ferme
    Soudun : château et ferme Néons-sur-Creuse - Le Soudun - en village - Cadastre : 2015 D 143, 144, 145, 146 1812 D 394, 390
    Historique :
    est acheté par le sieur de Néons, René Louis Frédéric du Trochet. Sa réserve seigneuriale comprenait 1911, la propriété est acquise par Louis-Henri Moranvillé, qui engage alors d’importants travaux de
  • Bourg : château
    Bourg : château Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Historique :
    seigneur du Val d’Orquaire à Bléré, vendit la châtellenie d’Azay à Louis XI, qui en fit don à la collégiale
  • Boisnière : château dit château de La Boisnière
    Boisnière : château dit château de La Boisnière Villedômer - La Boisnière - en écart - Cadastre : 1835 C2 140, 146, 149, 152 2012 C 140, 143, 149, 632
    Historique :
    , Louis Félix de Forestier, comte de Coubert, entre en possession du château, dont il était l'intendant