Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Vallière : château dit château de La Vallière
    Vallière : château dit château de La Vallière Reugny - La Vallière - en écart - Cadastre : 1819 E 123, 124, 125, 126 2009 ZD 87
    Historique :
    II Le Blanc. Le fils de celui-ci, Jean, obtient de Louis XIII en 1635 le droit de s'appeler La Baume Louise de La Baume Le Blanc, dite Mademoiselle de La Vallière, en faveur de laquelle est constitué en Conti, fille naturelle et légitimée de Louis XIV, et les terres à son frère Jean-François de La Baume Le
    Représentations :
    un portrait de Louise de la Vallière et sur l'autre la devise des Millon "Tantum pro liliis
    Auteur :
    [propriétaire] La Baume Le Blanc Françoise Louise
    Illustration :
    Cheminée décorée du portrait de Louise de la Vallière et portant la devise "Ad principem ut ad
  • Château du Plessis-lès-Tours
    Château du Plessis-lès-Tours La Riche - Plessis (le) - Rue du Plessis - en ville
    Historique :
    dénommé Montils-lès-Tours avant 1472. Le roi Louis XI réaménage vers 1478 le château qu'il acquiert en
    Observation :
    Conservé à l'état de vestige, le château de Plessis-les-Tours reconstruit pour Louis XI pourrait
    Référence documentaire :
    Veüe du Chasteau Royal du Plessis Lez Tours, bastie par le Roy Louis onziesme, dessiné du costé du parq, 1699. [par Louis Boudan ?], collectionneur : Gaignières, Roger de (1642-1715) (Bibliothèque Veüe de l'entrée du chasteau de Plessis Lez Tours, avec la chapelle St Jean. [dessin par Louis Veüe du chasteau du Plessis lez Tours, dessiné du dedans de la court, 1699. [Dessin de Louis Boudan SALAMAGNE, Alain. Le Plessis et les résidences royales en Touraine à l'avènement de Louis XI
  • Château Saint-Jean
    Château Saint-Jean Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Historique :
    « dit pavillon Louis XIII » lui est attribuée.
    Référence documentaire :
    p. 189. FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre
    Description :
    d’enceinte. La basse-cour, située 5 m en contrebas, est bordée au nord par le « pavillon Louis XIII ». Il se
    Texte libre :
    1424, le comte de Salisbury enlève le château de Nogent à Louis Ier de Bar, petit-fils de Yolande de l’image de Julien-René-Louis Etiembre qui en 1826 détruit le couronnement des courtines, éventre la tour Louis XIII se développant au revers de la courtine nord. Elle communique avec la haute cour par deux Louis XIII ont fait l'objet d'un sous dossier. Le donjon L'enceinte Le logis seigneurial Le pavillon Louis XIII Conclusion Implantation Barrant le plateau Saint-Jean, le castrum de Nogent commande la . D’abord défensif, avec la dite salle des gardes, et certainement résidentiel avec le pavillon Louis XIII pavillon Louis XIII. Le fait est certainement à mettre en relation avec la personnalité de Rotrou III qui
    Illustration :
    Enceinte, vue du sud-ouest, pavillon Louis XIII, tours de Saint-Victor et de Brunelles Pavillon Louis XIII, vue du sud-est. IVR24_20132800010NUC4A
  • Château de Blois
    Château de Blois Blois - place du Château - en ville - Cadastre : 1980 DN 414
    Historique :
     : constructions de Louis XII, bâtiments est et sud, chapelle Saint Calais, galerie du bâtiment ouest, aménagement château à la ville ; 1845, 1855 : restauration des bâtiments de Louis XII et de François Ier ; 1866
    Référence documentaire :
    BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. p. 82-83. CHATENET, M. Les logis royaux de Louis XII. In [Catalogue d'exposition Château et Musée sous Louis XII. Gazette des Beaux-Arts, 1967 nord-ouest. Vue des bâtiments prise du sud. Vue de l'aile Louis XII (côté avant-cour) et de la chapelle de l'avant-cour. Ornements de la face du costé de l'avant-cour. Face du bastiment de Louis XII du
    Représentations :
    Statue équestre de louis XII ; emblèmes de louis XII ; françois ier ; anne de bretagne ; claude de
    Illustration :
    Plan d'ensemble schématique du château et des jardins au début du XVIe siècle, à la mort de Louis Plan au niveau du rez-de-chaussée établi par le corps royal du Génie. Détails : bâtiments de Louis Plan au niveau du rez-de-chaussée établi par le corps royal du Génie. Détail : bâtiment de Louis Plan au niveau du 3ème étage avec retombes pour l'étage de comble du bâtiment de Louis XII et Façades sur cour (ailes Louis XII et François Ier). (état avant restauration). IVR24_19924100163X Façades sur cour (ailes Louis XII et François Ier). (état avant restauration). IVR24_19924100158X Aile Louis XII ; façade sur avant-cour et pavillon de la voûte IVR24_19894100099XA Le château depuis l'église Saint-Nicolas. IVR24_19764102458XB Aile Louis XII, façade sur avant cour, portail et statue équestre. IVR24_19904100344VA Aile Louis XII IVR24_19884100252X
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Historique :
    transformée en habitation et rehaussée d'un niveau entre 1770 et 1780 pour Louis Thiroux d'Arconville
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/70. Notariat - Étude de Frazé - Nicolas Chahuteau (1660-1666).
    Auteur :
    [commanditaire] THIROUX d'ARCONVILLE Louis Lazare
    Annexe :
    seigneurie d'Ezanville de MM. Tensin et Robert de l'Ancé. En 1529, Louis Girard, qui avait hérité de la Fleuveries. Le 9 octobre 1539, devant maître Mathieu Baigneaux, notaire à Chartres, Louis Girard acquiert de Vérigny, veuve de Louis Girard, fait l'acquisition de la seigneurie de la Perrine le Roi sur la paroisse
    Texte libre :
    toute cette partie de l'édifice). Au nord-ouest, la tour a été reconstruite en 1780 pour Louis Lazare détruit entre 1740 et 1750 par le propriétaire d’alors, Louis de Neuville, marquis de Villeroy. Quelques Louis Girard de Barenton. Sa fille Jacqueline épouse en 1540 Charles d’O, seigneur de Vérigny et fait Frazé" en juillet 1586 . Vers 1600, Marie de Conan, fille de Nicolas de Conan, seigneur de Rabestan et : - Marché de maçonnerie passé avec Nicolas Levasseur, marchand maçon, le 15 novembre 1664 : rehaussement , Catherine Charlotte de Gramont hérite de ses parents du domaine de Frazé. Elle épouse Louis François duc de Louis de Neuville, marquis de Villeroi, gouverneur de Lyon, fait l’acquisition de la terre et seigneurie de Frazé par son tuteur nommé Vignier. C’est d’ailleurs sous la minorité de Gabriel Louis de Neuville Frazé à Louis Lazare Thiroux d’Arconville, président du parlement et seigneur d’Arconville, Chassant pour y accueillir les appartements seigneuriaux entre 1770 et 1780 pour Louis Lazarre Thiroux
  • Razay : château de Razay
    Razay : château de Razay Céré-la-Ronde - Razay - isolé - Cadastre : 1826 E3 270, 274 2009 OE 485
    Historique :
    connu est Pierre de Pons, mort en 1512. En 1574, le château est vendu ou saisi au bénéfice de Nicolas de Cigogné, devint alors adjudicataire de Razay. A sa mort en 1724, c'est son fils, Louis Gaëtan de Thienne qui en hérite ; lui-même le transmet à sa fille unique dont le fils, Louis Gaëtan Marie de Saint premières noces du maréchal Duroc puis de Charles Nicolas Fabvier. Elle vend Razay en 1846 à Charles
  • Ville : logis du château, actuellement hôtel de ville (rue du château)
    Ville : logis du château, actuellement hôtel de ville (rue du château) Château-Renault - rue du château - en ville - Cadastre : 1835 B 174 2014 AD 16
    Représentations :
    cintré orné d’oves, dards et modillons. Armoiries de François-Louis Rousselet, vice-amiral et maréchal de
  • Château d'Amboise
    Château d'Amboise Amboise - Montée de l'Emir Abd el Kader - en ville
    Historique :
    pillée par les Normands à deux reprises en 853 et 877-878. Pour maîtriser la situation, Louis le Bègue (1373-1422) et enfin Louis d'Amboise (1422-1434). En 1431, Louis d'Amboise fut accusé de traîtrise par a été modifié sous Charles VII dont les séjours sont rares et brefs. Louis XI (1461-1483) Louis XI de France (même après son mariage avec Louis d'Orléans, futur Louis XII) et du dauphin Charles. Louis Heurtault sont commencés. Des artistes et artisans italiens sont amenés à Amboise par le roi. Louis XII (1498-1515) Les travaux continuent sous Louis XII mais avec une intensité moindre. Le couple royal s'installe à Blois et délaisse quelque peu Amboise, d'autant plus que Louis XII a demandé à Louise de Savoie , le château est donné à la duchesse de Berry par Louis XIV. Au vu de l'importance des travaux envisagés pour rendre le château habitable, Louis XV lui fait finalement don du château de Meudon. En 1761 matériaux vendus. À la Restauration, Louis-Philippe s'installe à Amboise. Les travaux portent sur les
    Référence documentaire :
    dit de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, rez logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII-François Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI l'hôtel du roi Louis XI. 1er octobre 1468-30 septembre 1469. de l'argenterie du roi Louis XI. 1466-1471. roi Louis XI. 1er octobre 1469-30 septembre 1470. Archives Nationales ; KK 63. Compte de Martin Berthelot, compte de l'hôtel du roi Louis XI. 1er
    Annexe :
    royal de la fin du Moyen Âge. Confisqué en 1434 à Louis d'Amboise, le château demeure habité par la d'Amboise. Cette phase d'habitation coïncide avec les campagnes de construction successives que mènent Louis XI, Charles VIII, Louis XII, François Ier et Henri II. Après les cinq campagnes de travaux, le trouvait donc côte à côte les formes gothiques de la résidence de Louis XI, les formes des logis et retour d'Italie (1497-1498). Louis XII et François Ier ajoutèrent à l'ensemble leur empreinte Louis XI à François Ier, on construit sur ce site naturellement défensif où l'on préfère adapter
    Texte libre :
    totalité des corps de logis étaient encore conservés dans le premier tiers du XVIIe siècle, lorsque Louis accentué à partir du règne de Louis XI (1461-1483) mais il développa aussi son caractère résidentiel avec enfants. Louis XI repensa et renforça les accès par la construction de la tour Garçonnet (1466), la porte deux derniers étaient couronnés d'un chemin de ronde. Le château de Louis XI Les travaux à vocation auraient pu être hérités du château antérieur. La chronologie des chantiers de Louis XI reste toutefois les déblais et instruisent sur la localisation des travaux. De plus, dans sa correspondance, Louis XI 1474, débuta une seconde campagne : Louis XI entreprit la construction de la chapelle du Saint-Sépulcre à elles, liées aux jardins. Durant cette période, Charles VIII ajouta au logis de Louis XI du dispositif sécuritaire. Contrairement à Louis XI qui avait interdit l'accès au château à toute personne Louis XI, Hans Haquelebac, rendu célèbre par les récits de Philippe de Commynes (1447-1511) . Ainsi, le
    Illustration :
    Evolution du château d'Amboise, des seigneurs d'Amboise au règne de Louis XIII Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis du logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur
  • Étoile : château dit de l’Étoile
    Étoile : château dit de l’Étoile Vernou-sur-Brenne - L'Étoile - chemin du Clos à l'Étoile - en ville - Cadastre : 1817 G 3446 2009 AL 209
    Référence documentaire :
    DUBREUIL-CHAMBARDEL, Louis. Les cadrans solaires tourangeaux. Mémoire de la Société Archéologique
  • Montpoupon : château de Montpoupon
    Montpoupon : château de Montpoupon Céré-la-Ronde - Montpoupon - en écart - Cadastre : 2010 OE 376
    Historique :
    partielle du corps de logis. En 1484, Louis de Prie rend hommage au roi pour sa seigneurie de Montpoupon 1920. En 1763, Nicolas Tristan, capitaine au régiment de Richelieu, achète le château et ses dépendances (son fils Nicolas Marie Tristan devient le premier maire d'Orléans de 1789 à 1794.) La terre de
  • Bourg : château de Néons et ferme (5 place des Marronniers)
    Bourg : château de Néons et ferme (5 place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - 5 place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 B 109, 110 1812 B 563 à 570
    Description :
    initiales de René Louis Ovide du Trochet accompagnées de la date de construction du bâtiment. La charpente
    Illustration :
    commanditaire de sa construction (René Louis Ovide du Trochet). IVR24_20183600644NUCA
  • Soudun : château et ferme
    Soudun : château et ferme Néons-sur-Creuse - Le Soudun - Le Soudun - en village - Cadastre : 2015 D 143, 144, 145, 146 1812 D 394, 390
    Historique :
    . En 1776, il est acheté par le sieur de Néons, René Louis Frédéric du Trochet. Sa réserve seigneuriale . 1882). En 1911, la propriété est acquise par Louis-Henri Moranvillé, qui engage alors d’importants
  • Boisnière : château dit château de La Boisnière
    Boisnière : château dit château de La Boisnière Villedômer - La Boisnière - en écart - Cadastre : 1835 C2 140, 146, 149, 152 2012 C 140, 143, 149, 632
    Historique :
    , Louis Félix de Forestier, comte de Coubert, entre en possession du château, dont il était l'intendant
  • Vaux : château, ancien château de Vaux
    Vaux : château, ancien château de Vaux Chançay - Vaux - 31 rue du Château de Vaux - en écart - Cadastre : 1816 A1 160 2009 A 308
    Historique :
    : Martin d'Argouges en 1483-1484, Jean Binet, propriétaire de Valmer, en 1524, Nicolas d'Argouges en 1525 de la Martellière acquiert Vaux en 1724, puis Nicolas Chaban en 1761 qui le lègue en 1763 à Thomas
  • Valmer : château dit château de Valmer
    Valmer : château dit château de Valmer Chançay - Valmer - en écart - Cadastre : 1816 B1 446 1816 B1 467 1816 B1 468 1816 B1 469 1816 B1 470 1816 B1 471 1816 B1 473 1816 B1 474 1816 B1 475 1816 B1 476 1816 B1 477 1816 B1 478 1816 B1 479 1816 B1 480 1816 B1 481 1816 B1 483 1816 B1 484 1816 B1 485 1816 B1 490 1816 B1 491 1816 B1 492 1816 B1 493 1816 B1 494 1816 B1 495 1816 B1 496 1816 B1 497 1816 B1 498 1816 B1 499 1816 B1 500 1816 B1 501 1816 B1 502 1816 B1 503 1816 B1 504 1816 B1 505 1816 B1 506 1816 B1 507 1816 B1 508 1816 B1 509 1816 B1 510 1816 B1 511 1816 B1 513 1816 B1 514 1816 B1 515 1816 B1 516 2018 B 133 2018 B 143 2018 B 144 2018 B 145 2018 B 146 2018 B 147 2018 B 148 2018 B 149 2018 B 150 2018 B 151 2018 B 152 2018 B 153 2018 B 154 2018 B 155 2018 B 156 2018 B 157 2018 B 158 2018 B 159 2018 B 160 2018 B 161 2018 B 162 2018 B 163 2018 B 166 2018 B 168 2018 B 170 2018 B 703 2018 B 704 2018 B 707 2018 B 708 2018 B 712 2018 B 713 2018 B 714
    Historique :
    salon depuis 1890. Valmer appartient à Nicolas de Chaban en 1746, puis à la famille Valleteau de
  • Oursières : château
    Oursières : château Argenvilliers - Oursières - isolé - Cadastre : 1811 H1 22 à 25 1987 ZV 23
    Historique :
    héritiers émigrent, et l´on confisque les biens de Nicolas Charles de Mauduison. Sa femme, Marie-Antoinette
  • Jallanges : château dit château de Jallanges
    Jallanges : château dit château de Jallanges Vernou-sur-Brenne - Jallanges - en écart - Cadastre : 1817 C1 639, 640 2009 C 1528, 1452
    Historique :
    Nicolas Gaudin, "marchand à Tours" en 1494, puis "notaire et secrétaire du roi, receveur des aides et
  • Côte : château dit château de La Côte
    Côte : château dit château de La Côte Reugny - La Côte - en écart - Cadastre : 1819 H2 643 2009 YE 997
    Texte libre :
    (1654), Rouillé (1669), de Châtelain (1711), de Réal (1717), de La Martellière (1719). En 1760, Nicolas
1