Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Couvent d'ursulines, actuellement établissement pour les handicapés physiques André Beulé
    Couvent d'ursulines, actuellement établissement pour les handicapés physiques André Beulé Nogent-le-Rotrou - 86 rue Gouverneur - en ville - Cadastre :
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Le couvent d’Ursulines est fondé par Maximilien de Béthune le 27 juillet 1631. L’installation des conservés en élévation confirment le développement de la communauté sur la rue Dorée au cours du 17e siècle . Ils attestent également les travaux réalisés sur les façades sur cour durant le 18e siècle, époque de l’apogée de la communauté. Le couvent est supprimé en mars 1791, puis vendu comme bien national. Ce dernier l'ouest. L’établissement existe encore aujourd’hui sous le nom de l’Institut André Beulé.
    Référence documentaire :
    Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou Nouveau plan géométral de la ville de Nogent-le-Rotrou / Alexis Manceau. 1884. (AD Eure-et-Loir Nogent-le-Rotrou, communauté des sœurs de l'Immaculée Conception. Impr. photoméc. Carte postale Nogent-le-Rotrou, l'Immaculée Conception. Impr. photoméc. (carte postale). (Bibliothèque municipale Institut André Beulé. Photographie. (Mairie de Nogent-le-Rotrou, services techniques, photographies). p.161 DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916. p.220-221 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 55 GOUVERNEUR, Aristide et DAUPELEY, Gustave. Documents sur Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou p. 66 JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le couvent est articulé autour d’une cour bordée par quatre corps de bâtiments. L’aile est est située le long de la rue Gouverneur au contact entre cette dernière et la cour du couvent. On accède à visible et accessible de cette dernière, ainsi que de la cour du couvent dont elle barre le flanc sud un vaisseau unique accoté à l’est par une abside semi-circulaire. Le couvent est redoublé à l'ouest matériaux mis en œuvre sur les façades sur rue contrastent avec ceux sur cour où le parement de pierre de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 86 rue Gouverneur - en ville - Cadastre :
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Le champ chronologique de l'étude topographique engagée à Nogent-le-Rotrou s’arrêtant à la fin du 18e siècle, aucune des constructions postérieures à cette date n'a été étudiée dans le cadre de cette monographie. Historique Les sœurs de Sainte-Ursule Le couvent des Ursulines est fondé par Maximilien de Béthune le 27 juillet 1631. L’établissement des sœurs dans la rue Dorée n’est attesté qu’à partir de 1633 d’une sous prieure. Situé dans le bourg de Nogent, le couvent doit hommage à son seigneur. Néanmoins, à de Saint-Denis. Les sœurs sont tenues de déclarer leurs biens immeubles. Le couvent est implanté dans la partie sud de la rue Dorée à proximité des marches Saint-Jean et de la rue Bourg-le-Comte. Il bâtiment construit en 1639. A cette première tenue s’ajoute : une chapelle (non attestée) et le jardin de et le premier quart du 18e siècle, témoigne de la pérennité du couvent. Entre 1720 et 1726, le nombre patrimoine foncier de la ville. Le développement du couvent contraste avec sa rente annuelle seulement fixée
    Illustration :
    Nouveau plan géométral de Nogent-le-Rotrou (1884). Archives départementales d'Eure-et-Loir Aile nord, et chapelle, vues de l'est (vers 1970). Document Mairie de Nogent-le-Rotrou
  • Couvent de Capucins
    Couvent de Capucins Nogent-le-Rotrou - rue de la Touche - en ville - Cadastre : 1990 BS 120
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Le couvent des Capucins est fondé en 1601. Plusieurs personnalités proches du pouvoir royal l’église des capucins sous l’office de l’évêque de Meaux, le 15 octobre 1606. Les frères sont chassés et le
    Référence documentaire :
    Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). p.153 DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916. p. 222 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 31 MALCOR, Bernard. Le protestantisme à Nogent-le-Rotrou. In : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la veille de la Révolution. Nogent-le-Rotrou : éd. Musée
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Seul le niveau de cave d'une partie du bâtiment sud-est est conservé. Construit selon un plan -cintre. Le niveau de cave est accessible au nord par un escalier droit ménagé sous un arc en plein-cintre
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue de la Touche - en ville - Cadastre : 1990 BS 120
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Historique Le couvent des Capucins est fondé en 1601. Les frères mineurs capucins font partie du premier ordre de la famille franciscaine. Ils vivent sous la règle de saint François d’Assise. Le nombre de frères, comme leur organisation hiérarchique, sont inconnus à Nogent-le-Rotrou. La fondation fait suite à une décision prise par l’assemblée des habitants de Nogent-le-Rotrou qui, dans un vœu pieux -le-Rotrou (Enghien-le-François), qui donne une pièce de terre pour la construction du couvent et pose la première pierre des travaux le 18 juin 1601 ; ou de Charles de Bourbon (1566-1612), comte de consécration de l’église des Capucins effectué par Jean de Vieuxpont, évêque de Meaux (Seine-et-Marne), le 15 octobre 1606. Les capucins reçoivent également le soutien d’établissements religieux, à l’image de l’abbaye des Clairets (Mâle, Eure-et-Loir) qui offre le bois nécessaire à la construction des bâtiments du couvent. L’aveu de la seigneurie de Saint-Denis mentionne en 1690 le couvent dans les limites du bourg
  • Couvent des Minimes (rue Louis XI ; 34 quai Charles Guinot)
    Couvent des Minimes (rue Louis XI ; 34 quai Charles Guinot) Amboise - rue Louis-XI 34 quai Charles-Guinot - en ville
    Historique :
    , qu'il ne demeure quasiment rien des bâtiments. Aujourd'hui le lieu est transformé en deux hôtelleries : Les Minimes et Le Choiseul. L'abbé Bosseboeuf a établi l'historique du lieu. Entre 1421 et 1525, les archives de la ville ne mentionnent pas la construction du couvent. Le couvent se situant hors les murs délibérations du conseil qui touchent les ponts et les fortifications d'Amboise. Le couvent des Minimes prit rejoindre le roi au Plessis. On raconte que le dauphin Charles, futur Charles VIII (1483-1498), vint à la rencontre de l'ermite à l'entrée de la ville, plus tard en gage de souvenir il donna le terrain sur lequel ils s'étaient rencontrés et le couvent des Minimes y fut construit. Selon l'abbé Bosseboeuf, Charles VIII fonda le couvent des Minimes en 1491, l'année de son mariage. Jacqueline Melet-Samson situe quant , de l'autre côté de l'actuelle rue Louis XI. Par ailleurs, dans le compte de construction du château on fait de present audit chastel devers le Petit Fort (...) ». L'abbé Bosseboeuf mentionne que dans
    Référence documentaire :
    MELET-SAMSON, Jacqueline. Le développement historique de la ville d'Amboise des origines à la fin BOSSEBOEUF, Louis-Auguste. Amboise, le château, la ville et le canton. Tours : Société
    Description :
    Le plan cadastral dit napoléonien, établi en 1808-1810, présente le plan du couvent : quatre grands
    Annexe :
    , soit les moellons sont issus de la cave que nous avons inventoriée au 1 rue Louis XI, puisque le texte situe le « moison » par rapport à la douve et l'église et non par rapport à un chantier. Le couvent des Minimes dans les comptabilités amboisiennes Les Minimes assuraient le guet à la . pour : « [...] Avoir taillé et assis la marielle du puiz estant pres les bons hommes oultre le Petit
  • Couvent de Cordeliers
    Couvent de Cordeliers Blois - rue des Cordeliers - en ville - Cadastre : 1810 A 1047
    Historique :
    extension de l' enceinte urbaine et par deux tours carrées (voir fortifications d' agglomération) ; dès le la Cène, attribuée à Andrea Solario, présent à Blois vers 1509, le couvent possédera aussi un tableau de ville ; vers 1730 : aménagement d' une allée plantée d' ormes dans le fossé entre la porte cordeliers était commune avec celle de la prison du côté de la rue Beauvoir ; 1786 : le couvent est supprimé palais de justice ; après le déplacement de la prison, les bâtiments sont rasés, pour la construction d
    Référence documentaire :
    Archives départementales de Loir-et-Cher. Série H : 56 H 1. Devis de réparations du couvent, le 24 de la prison le 15 mai 1810. Archives départementales de Loir-et-Cher. Série N : 31 N. Vente d'un bâtiment de la cour, le 3 mai Archives départementales de Loir-et-Cher. Série Q : Q 34. Estimation des terrains, pour le percement d'une rue dans le jardin, 9 Fructidor AN II. t. XIX, p. 73-87. DUFAY, P. Le tombeau de Jean de Morvilliers et les pleureuses de Germain Pilon p. 141-145 LESUEUR, F. Le couvent des Cordeliers. Congrès Archéologique de France, 88e session t. XXVII, p. 188-196. RAYMOND, M. Projet d'ouverture d'une rue dans le jardin des Cordeliers de
  • Ancien couvent de Filles Dieu puis de chanoinesses régulières de saint Augustin Sainte-Véronique
    Ancien couvent de Filles Dieu puis de chanoinesses régulières de saint Augustin Sainte-Véronique Blois - rue du Bourg-Neuf rue d' Artois - en ville - Cadastre : 1810 B
    Historique :
    A l' emplacement du couvent des véroniques existait dès le 12e siècle un couvent de filles Dieu reconstruits sur un plan plus vaste qu' à l' origine. Le couvent désaffecté à la Révolution fut vendu à divers acquéreurs et l' église fut détruite. Après 1820, la partie gauche abrita le petit séminaire, où il subsiste quelques vestiges des bâtiments et le puits, tandis que la partie droite devait être occupée par une école
    Référence documentaire :
    construction de la chapelle des Véroniques. Le 3 mai 1635. p. 152 LESUEUR, F. Le couvent des Véroniques. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à
  • Couvent de Capucins
    Couvent de Capucins Blois - avenue Gambetta allée des Lices - en ville - Cadastre : 1810 A 448 1810 A 453 1810 A 454
    Historique :
    Les capucins, arrivés à Blois sous le régime de Henri III s' installent dans un premier temps dans Poussin, de passage à Blois lors de l' exil de Marie de Médicis. En 1793, le couvent désaffecté devient pour établir le nouveau cimetière, et l' église, conservée, devient une chapelle funéraire. Elle est
    Référence documentaire :
    p. 152-153. LESUEUR, F. Le couvent des Capucins. Congrès Archéologique de France, 88e session A.D. de Loir-et-Cher. F 1568, pièce 3. Le couvent des Capucins. Notes manuscrites de P. Lesueur.
  • Couvent de visitandines Sainte-Marie, actuellement hôtel du département et préfecture
    Couvent de visitandines Sainte-Marie, actuellement hôtel du département et préfecture Blois - place de la République - en ville - Cadastre : 1980 DP 534, 217
    Historique :
    -François de Sales, construite par les familles Ardier et Fieubet. Le décor intérieur de l' église est cloître, puis, en 1655 par le côté sud, enfin des constructions annexes furent élevées entre 1677 et 1679 . Le couvent supprimé à la Révolution reçoit des affectations successives : prisons, asile, gendarmerie le conseil général occupent l' ancien palais de l' évêché. En 1824, lors du rétablissement du diocèse , le palais est restitué à l' évêque de Blois et l' on cherche un autre lieu pour héberger les administrations préfectorale et départementale. Après le refus de la municipalité de céder le collège, le choix se décentralisation, le conseil général conserve l'ensemble des bâtiments conventuels, tandis que les services
    Référence documentaire :
    président Ardier. Le 16 janvier 1672. p.153 LESUEUR, F. Le couvent des Saintes Maries ou de la Visitation. Congrès Archéologique de
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée de l'ancien couvent des Saintes-Maries pour le projet de l'installation du Plan du rez-de-chaussée de l'ancien couvent des Saintes-Maries pour le projet de l'installation du Plan du rez-de-chaussée de l'ancien couvent des Saintes-Maries pour le projet de l'installation du
  • Couvent de Carmélites
    Couvent de Carmélites Blois - rue des Carmélites rue du Sermon - en ville - Cadastre : 1980 DN 573 1980 DN 574 1980 DN 587
    Historique :
    Révolution, le couvent sert de prison pour les suspects. Le plan établi en l' an V montre la disposition d abritent le haras et l'architecte Pinault y effectue d'importants travaux. Les derniers vestiges du couvent
  • Couvent de Jacobins
    Couvent de Jacobins Blois - rue des Jacobins - en ville - Cadastre : 1810 A 976, 977, 978, 979 1980 DN 369
    Historique :
    Le couvent est fondé en 1273 par Jean de Châtillon, comte de Blois, qui donne aux dominicains l
    Référence documentaire :
    p. 145-146. LESUEUR, F. Le couvent des Jacobins. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue
    Illustration :
    Eglise : plan de la partie nord de l'église et de ses abords, établi le 16 juillet 1642 pour la Bâtiments conventuels, état actuel. Bâtiment ouest coupé par le percement de la rue nouvelle
1