Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cours : ferme
    Cours : ferme Sublaines - Cours - en écart
    Historique :
    ancienne métairie a appartenu à la collégiale Saint-Martin de Tours. Une vaste grange au nord a été datée
    Référence documentaire :
    p. 215 MONTOUX, André. Vieux Logis de Touraine. Chambray-les-Tours : C.L.D., 1982.
    Description :
    Les bâtiments de la vaste ferme de Cours déterminent une cour fermée. Le pigeonnier porche de plan carré est construit en petit moellon enduit. Les arcs sont désormais murés ce qui a transformé l'espace règne un cordon en saillie (localement appelé "randière"). Les boulins se répartissent en 3 niveaux de
    Illustration :
    Détail du portail accolé au pigeonnier et au bâtiment d'exploitation sud : vue prise depuis les prise depuis les champs. IVR24_20103702463NUCA Vue d'ensemble prise à l'ouest, montrant les façades postérieures de la grange à porteau à gauche
  • Chamoisière : ferme
    Chamoisière : ferme Athée-sur-Cher - La Chamoisière - isolé - Cadastre : 2015 Yi01 44
    Historique :
    ouverte ; du côté est, une grange à auvent est bordée par une mare. Les parties les plus anciennes (reste , propriétaire du château de la Chesnaye, fait établir le plan masse de chacune de ses fermes : tous les bâtiments visibles actuellement à la Chamoisière y figurent. Les plus anciens ont été modifiés, comme les jours son emplacement reste exempt de construction. Les bâtiments élevés ou remaniés au milieu du 19e siècle sont bien reconnaissables avec leurs baies cintrées. Les granges n°3 et 6 semblent avoir été
    Référence documentaire :
    présentant les augmentations et diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878.
    Description :
    construits en moellon de tufeau enduit. Les bâtiments les plus anciens ne sont pas chaînés aux angles. Ceux qui présentent des ouvertures cintrées sont couverts de toits à longs pans en tuile mécanique. Les
  • Souillard : Ferme
    Souillard : Ferme Argenvilliers - Le Souillard - en écart - Cadastre : 1811 E 34 à 37 1992 ZK 90
    Historique :
    (bâtiment principal abritant le logis et plusieurs dépendances) : les matrices cadastrales mentionnent la
    Description :
    possède des ouvertures en brique ainsi que trois lucarnes (deux rampantes à jouées en bois, une en brique ). Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein. - Disposé à l'est perpendiculairement au premier, le second bâtiment est une grange-étable. A l'ouest, les murs sont en moellons de -bois hourdé de torchis sur un solin en moellons de silex et de grès. Les chaînages d'angle et certains encadrements de baie sont en pierre de taille de grès, d'autres en brique. Les toits sont à longs pans
  • Bonnelière : maison forte et ferme
    Bonnelière : maison forte et ferme Néons-sur-Creuse - La Bonnelière - isolé - Cadastre : 2015 B 154 1812 B 1104, 1105
    Historique :
    relevait de la baronnie d'Angles, et passe au cours des siècles entre les mains de plusieurs familles : du dans la ferme ou collectés lors de prospections pédestres menées dans les parcelles agricoles alentours indique que les lieux ont été investis durablement par l'homme (Benarrous 2012). La Bonnelière et ses
    Référence documentaire :
    TIERCELIN, Arnaud. Les châssis de fenêtres du 15e au 18e siècle. (Étude n°36001 : Néons-sur-Creuse
    Description :
    toits à pignons couverts (hormis les tours de la maison forte). Les accès sont en murs gouttereaux. Le l’élévation ouest. Il est en rez-de-chaussée surélevé tandis que les tours d’angles possèdent un étage carré comprend également un fournil et un toit à porcs-poulailler. Les bâtiments sont partiellement enduits et à corps principal de bâtiment, orienté sud-ouest/nord-est, est flanqué de deux tours carrées de part et (ou en surcroît). La toiture est, à pignons couverts, en tuile plate ; celles des tours, en pavillon du toit. Un écusson est gravé sur son linteau. Les murs sont percés de nombreuses meurtrières (à -fausse- rotule, archères simples et canonnières) tant en rez-de-chaussée qu’à l’étage des tours ou au les murs de refend. La maison compte plusieurs cheminées adossées aux murs-pignons. Elles sont à
  • Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison
    Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison Argenvilliers - Le Moulin Guillaume - isolé - Cadastre : 1811 A 146, 147 1992 ZA 20
    Historique :
    remaniements : en attestent les dates 1872 et 1873 portées sur la porte charretière de la dépendance pour la
    Description :
    dont les deux principaux sont organisés en équerre : - Le bâtiment nord-est abrite sous le même toit -de-chaussée). Les ouvertures sont quadrangulaires, à l'exception de la porte et de la fenêtre de anse de panier (une porte charretière et deux portes piétonnes). Les murs sont en moellons de calcaire calcaire. Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont en pierre de taille de calcaire. Une corniche en brique souligne la descente de toit du moulin. Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate et interrompus par des lucarnes à jouées et à frontons en pierre de taille moulurés.
  • Ferme, maison (rue de Blois)
    Ferme, maison (rue de Blois) Amboise - rue de Blois - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Description :
    colonnette au pied droit se fait par l'intermédiaire d'un talon ; en revanche sur les jouées extérieures, la dans le mur mais y a été simplement accolé. Le chapiteau couronnant les colonnettes, se développe également sur double octogone. Les colonnettes sont séparées du chapiteau par un tore, au dessus duquel
  • Guignaudrie : ferme
    Guignaudrie : ferme Cigogné - La Guignaudrie - en écart - Cadastre : 1823 E2 619 à 622
    Historique :
    . Les maisons ont connu d'importantes transformations au 19e siècle. Le fronton d'une lucarne porte la
    Description :
    Moyen Age. Cependant, les aménagements réalisés ne permettent plus d'établir avec certitude une datation . Les vestiges d'un four à pain indépendant sont visibles dans le jardin.
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20103700751NUCA Vestiges d'un ancien logis en fond de cour avec les fragments d'une cheminée. IVR24_20103700644NUCA
  • Haut-Mortier : ferme
    Haut-Mortier : ferme Vernou-sur-Brenne - Le Haut-Mortier - isolé - Cadastre : 1817 B2 1522 2009 ZE 102, 103
    Historique :
    Le Haut-Mortier est un ancien fief relevant du Haut-Cousse, dont les seigneurs sont connus dès la fin du 15e siècle. En 1607, Le Haut-Mortier appartient à Michel Maldant, maire de Tours. C'est un
    Description :
    échelle, était utilisé comme grenier. Les toits à longs pans sont en tuile plate avec rive en ardoise. La
  • Brosse : demeure et ferme
    Brosse : demeure et ferme Lureuil - La Brosse - en village - Cadastre : 2015 A 580, 581, 582 1812 A 514 à 523
    Description :
    dans un même espace. Les bâtiments sont partiellement enduits et à toitures à croupes (ou en appentis ) en tuile plate (hormis le manoir couvert d’ardoises). Les murs sont très majoritairement en moellons de calcaire ; les accès principaux, tous en murs gouttereaux. Le manoir, orienté sud-ouest/nord-est , est à un étage carré et un étage de comble. Il est flanqué de deux tours à toit en poivrière. Ses élévations en mur gouttereau sont ordonnancées. Les lucarnes (versant oriental du toit) porte les lettres A accompagnée d’appentis et possède un sous-sol (cellier ?). Elle a été remaniée en logement. Les bâtiments
    Illustration :
    Vue du auvent donnant accès au bâtiment (réaménagé) abritant les anciennes granges Vue des escaliers d'accès au bâtiment abritant les anciennes granges et accès au sous-sol (entrée à
  • Villetivrain : ferme
    Villetivrain : ferme Courçay - Villetivrain - en écart - Cadastre : 1827 G1 162 2019 G 524
    Historique :
    Pour l'ensemble des bâtiments alignés fermant la cour à l'ouest : les analyses dendrochronologiques effectuées dans le logis et dans les charpentes des deux granges révèlent plusieurs dates de construction. Le poutre qui ont permis de le dater du début du 17e siècle (entre 1603 et 1606) mais sa disposition et les
    Illustration :
    , Tours, 3 P). IVR24_20123700211NUCA Façade antérieure du logis formant bloc-à-terre avec les granges, à l'est. IVR24_20123701846NUCA
  • Marqueterie : ferme
    Marqueterie : ferme Cigogné - La Marqueterie - en écart - Cadastre : 1823 E2 685 à 688, 709-710 2008 YA01 84
    Historique :
    La maison et le bâtiment qui abritait vraisemblablement les ouvriers agricoles figurent sur le plan
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20103700766NUCA Vue générale avec à gauche le bâtiment abritant les quatre logis et à droite la maison. Vue prise
  • Rochefort : château et ferme
    Rochefort : château et ferme Sauzelles - Rochefort - isolé - Cadastre : 1812 I 420, 423, 433 1987 I 299, 533, 534, 535
    Historique :
    vestiges. Un nouveau château est construit à la fin du 19e siècle, à l'angle sud-est des dépendances. Les écuries pourraient dater du 17e siècle, ainsi que les étables au nord-ouest de la cour. Les autres
    Description :
    emplacement. Les dépendances sont organisées autour d'une vaste cour fermée de plan carré, au centre de passage et les anciennes écuries. A l'angle sud-est, le château de la fin du 19e siècle. Au sud, des
    Annexe :
    bastis à la moderne, tenans les uns aux autres et dans lesquels il y a plusieurs logemens, chambres et chaque bout couverts d'ardoise entre lesquels sont les grandes écuries voutées en berceau, les dits pavillons servant en partie de logement pour les fermiers ; un portail pour l'entrée des dites écuries et du côté de Sauzelles est un abreuvoir pour les chevaux sur la droite, revestu de murs et parure de
    Illustration :
    Vestiges d'une des tours du château médiéval. IVR24_20123600391NUC2A Vue du passage entre les écuries et les étables à l'est de la cour. IVR24_20123600402NUC2A Détail de la porte du passage entre les écuries et les étables depuis l'est. IVR24_20123600406NUC2A
  • Érable : ferme
    Érable : ferme Athée-sur-Cher - L'Érable - isolé - Cadastre : 2011 ZY01 28
    Historique :
    le plan cadastral de 1826. Tous les bâtiments d'exploitation visibles de nos jours ont été soit
    Référence documentaire :
    et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878.
    Description :
    son centre une fosse maçonnée. Tous les bâtiments sont construits en moellons de calcaire et sont
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20113702151NUCA Vue d'ensemble de la cour avec les bâtiments qui la délimitent au nord et à l'est Vue d'ensemble de la cour avec la fosse au centre et les bâtiments alignés à l'ouest et au nord
  • Tabardières : ferme
    Tabardières : ferme Cigogné - Les Tabardières - isolé - Cadastre : 1823 C2 215, 216 2010 C02 198, 526,527
    Historique :
    Les Tabardières figurent sur la carte de Cassini. Logis déclassé en remise dont subsiste une
    Description :
    granges et logis dont certains ont été déclassés en remises. Les divers bâtiments sont construits en moellons enduits. Les toits à longs pans sont couverts en tuile plate. Des hangars modernes ont été construits pour abriter les machines de l'exploitation, toujours en activité. Le logis n°1 est élevé en partie sur cave. Les corbeaux de la cheminée posés en boutisse ressortent à l'extérieur du pignon. La poutre de chêne. Le manteau en bois de cette cheminé est sculpté d'un écu dont les armes ont été effacées
    Localisation :
    Cigogné - Les Tabardières - isolé - Cadastre : 1823 C2 215, 216 2010 C02 198, 526,527
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20103700740NUCA Vue d'ensemble du corps de bâtiment abritant les logis n°1 et 2. IVR24_20103700972NUCA Maison (logis n°3) avec abri pour les porcs et sa cour accolée. IVR24_20103700966NUCA
  • Bourg : château de Néons et ferme (5 place des Marronniers)
    Bourg : château de Néons et ferme (5 place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - 5 place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 B 109, 110 1812 B 563 à 570
    Historique :
    est repris par les Français aux Anglais. Charles V le confisque alors à Huguet d’Aloigny, et le cède à transformations au cours des 17e et 18e siècles : remaniement des tours avec création de grandes fenêtres principale (élévation sud), avec la création d’un fronton d’inspiration classique. Les fossés défensifs /R4137D1). Les autres bâtiments semblent avoir été en partie reconstruits dans la seconde moitié du 19e
    Description :
    La propriété se compose de deux espaces : d’une part, une ferme dont les bâtiments sont répartis autour d’une cour ; d’autre part, un château entouré d'un jardin et ses dépendances. Les bâtiments sont propriété, les deux cours se succèdent dans une perspective d’axe nord-ouest/sud-est. Tous les bâtiments dit vinicole et une écurie-remise. Le château, de plan carré, est flanqué de quatre tours. Son plan éclairent les combles. Sa façade est ordonnancée (trois “travées” réparties en symétrie axiale). Il abrite ). La clé de la plate-bande de l’entrée centrale porte l’inscription : RLO 1740 DT, c’est-à-dire les et d’une porte piétonne. Les armoiries figurant dans son encadrement ont été endommagées. Un dans les murs du dernier niveau de la tour nord-ouest du château.
    Annexe :
    cinq fermes numérotées arbitrairement depuis le sud. Les poutres du plafond de l’étage sont les entraits de la charpente. Les éléments architecturaux en place ont été échantillonnés manuellement à la 4, arbalétrier ouest : se rattache à 1743 Interprétation : D’après les résultats obtenus : Un arbalétrier de la charpente et les poutres (entraits) du plafond de l’étage forment un ensemble
    Illustration :
    Vue du fossé séparant les deux cours. IVR24_20153600358NUC2A
  • Bourg : ferme puis entrepôt de commerce, actuellement restaurant (7 bis route du Blanc)
    Bourg : ferme puis entrepôt de commerce, actuellement restaurant (7 bis route du Blanc) Tournon-Saint-Martin - Bourg - 7 bis route du Blanc - en village - Cadastre : 2013 E 1859
    Historique :
    vin. Les bâtiments servaient au stockage et à la préparation de vins obtenus en mélangeant des vins notamment envoyée à Tours (informations communiquées par le propriété des lieux). La maison à étage a été
    Description :
    Les bâtiments, tous enduits, forment un L. Une partie est alignée à la rue de Bel-Air ; l’autre forme un retour tirant vers l’ouest. Les bâtiments alignés à la rue sont du nord au sud ; un logement à ardoise. Deux accès sont localisés en murs gouttereaux opposés. Les ouvertures sont harpées. On compte lucarne pendante. L’accès principal est en mur gouttereau, rue de Bel-Air. Les bâtiments implantés en -chaussée. Les murs, enduits, du chai sont, en partie, à poteaux de bois et briques de remplissage. Enfin, à
  • Grandinière : ferme
    Grandinière : ferme Cigogné - La Grandinière - isolé - Cadastre : 1823 C4 491-492 2010 C4 528
    Historique :
    La Grandinière figure sur la carte de Cassini. Ensemble nord : on y observe les vestiges de la mural en place, qui constituent les éléments les plus anciens vus lors de l'enquête. Ensemble sud : le
    Description :
    long corps de bâtiment en moellons, qui abrite les vestiges d'un ancien logis, dont subsistent des du pignon est. La charpente à pannes possède un contreventement. Les arbalétriers s'arrêtent au niveau des faux entraits dont les extrémités creusées en V supportent les pannes. Enfin, à l'ouest, est
    Illustration :
    , Tours). IVR24_20103700743NUCA Ensemble nord : bâtiments accolés abrtitant les anciens logis, étable et grange : vue prise au nord
  • Soudun : château et ferme
    Soudun : château et ferme Néons-sur-Creuse - Le Soudun - en village - Cadastre : 2015 D 143, 144, 145, 146 1812 D 394, 390
    Historique :
    ). L’existence d’un château semble rapportée dès 1369 ; cette année là, en pleine guerre de Cent Ans, les Anglais alors notamment les métairies de la Coudre et de la Groue, et le moulin du Puy (détruit). Sur le plan cadastral de 1812, le domaine du Soudun inclut le château (dont un donjon et quatre tours), une chapelle et l’oeuvre projetée en maquette). L’intégralité du château n’est pas reconstruite quand s’achèvent les cave seraient plus anciennes ; Plaux s.d.). Les bâtiments de ferme portés sur le plan cadastral de 1812 a fonctionné jusque dans les années 1980. La chapelle romane du Soudun daterait des 12e-13e siècles . Elle a été restaurée par M. de Moranvillé dans les années 1920. Sous le patronage de Marie-Madeleine
    Description :
    ). Les bâtiments sont partiellement enduits et à toits à pignons couverts, en tuile mécanique (hormis la grande étable et les bâtiments en ruine). Les murs sont en moellons de calcaire. Le logement, orienté nord-sud, est en rez-de-chaussée surélevé. Il dispose d’un sous-sol. Les accès en mur gouttereau et en l’entrepôt, se trouve une porcherie (avec enclos) à accès en mur-pignon. Au nord, subsistent les murs d’une grande grange (incendiée dans les années 1940). Au nord de ces ruines, se trouvent une forge associée à
1