Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 42 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hôtel Saint-Pierre, actuellement immeuble (17 rue du Docteur Desplantes)
    Hôtel Saint-Pierre, actuellement immeuble (17 rue du Docteur Desplantes) Nogent-le-Rotrou - 17 rue du Docteur Desplantes - en ville - Cadastre : 1990 BO 172
    Référence documentaire :
    L'Hôtel Saint-Pierre, planche IV. 19e siècle. Aquarelle et collage. (Musée-Château Saint-Jean
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    construite en pan-de-bois. La tour d’escalier est appareillée en moellons de silex et en pierre de taille
    Titre courant :
    Hôtel Saint-Pierre, actuellement immeuble (17 rue du Docteur Desplantes)
    Appellations :
    hôtel Saint-Pierre
  • Hôtel Parseval, actuellement bibliothèque municipale (76 rue Gouverneur)
    Hôtel Parseval, actuellement bibliothèque municipale (76 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 76 rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BH 158
    Historique :
    est attribuée à Pierre Parseval (1658-1728) conseiller du Roi, et maire perpétuel de Nogent-le-Rotrou
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    ouvertures et les chaînages sont en pierre de taille et les toits sont couverts de tuiles.
    Auteur :
    [commanditaire] Parseval Pierre
    Annexe :
    a pierre lormaye et depuys a michel hubert et gregoire denysot et de present a me jacques chasteau
  • Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent)
    Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 47 rue Saint-Laurent - en ville
    Historique :
    La date de construction de l’édifice, ainsi que ses commanditaires Pierre Durant et son épouse porte l'inscription suivante : "DE PIERRE BLANCHE DURANT FEVRIER JE FU FAICTE 1542". Pierre Durant était (fille de Pierre Durand) à Jacqueline du Bellay, dame de la Reine et de la Chesneliere. Il est alors
    Référence documentaire :
    . Paris : de l'imprimerie de Pierre Le-Mur, 1620. p. 251-263. GARRUS, Anne-France. Pierre Durand, Bailli célèbre, écrivain oublié. Bulletin de
    Description :
    disposés en deux U irréguliers et accolés. Sa façade antérieure est composée d'un moyen appareil de pierre de taille, tandis que les façades postérieures sont constituées de moellons et d'un enduit à pierre
    Auteur :
    [commanditaire] Durand Pierre
    Annexe :
    cinq cent quatre vingts et onze zn la maison du [lieu] après midi.fut présent honnorable homme Pierre sa devant Pierre Barbier et Samuel Guillot Tabellions [...] [...]cognud et confessa avoir vendu cedde succession a elle venue sucedde et echue a la mort et tres pas de deffunct honorable homme m[aitre] Pierre Renaissance, principalement du milieu du XVIe siècle un certain nombre de maisons en pierre d'un caractère importance et sa conservation en est le plus bel exemple. Construite par Pierre Durant Bailli de St. Denis ainsi qu'en fait foi un cartouche situé au-dessus de la porte, dans lequel on lit : Pierre Blanche logis contenant diverses pièces sans grand intérêt et un escalier en pierre avec noyau central formant présente un intérêt. Cette façade assez sobre, très bien construite en pierre est en bon état de
    Texte libre :
    -dessus de son portail d’entrée. Celui-ci porte l’inscription suivante : "DE PIERRE BLANCHE DURANT FEVRIER JE FU FAICTE 1542". Au-delà de la date portée, la phrase indique les noms du commanditaire "Pierre lecture. Pierre Durant est à la fois connu pour son titre de bailli de la seigneurie de Saint-Denis , fille de Pierre Durand, vend la "Grande Maison" à Jacqueline du Bellay, dame de la reine et de la maison était alors occupée par Pierre de Vieupont, mari de Catherine de Dampierre, capitaine, conseiller bâtiments 5, 6 et 8 (du rez-de-chaussée jusqu’au comble), et par un escalier tournant en pierre de taille prenant place sous des toits à deux versants de hauteur différente. Le parement est composé de pierres l’inscription « DE PIERRE BLANCHE DURANT FEVRIER JE FU FAICTE 1542 ». L’ensemble est marqué par deux coups de rampants à crossettes en pierre de taille. Le comble est éclairé par une lucarne (L-1131) encadrée de surmonté d’une coquille sculptée, il est accolé par deux pierres laissées nues. La fenêtre de la lucarne
  • Hôtel (2 rue de la Concorde)
    Hôtel (2 rue de la Concorde) Amboise - 2 rue de la Concorde - en ville
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    pierre de taille. Les matériaux de construction cachés par un enduit seraient d'après la propriétaire , des pierres de taille de tuffeau, mais à l'extérieur de la tour, seuls les chaînages d'angle demeurent en pierre de taille. La vis est éclairée par un oeil de boeuf, deux baies à petits bois et deux construite en pierre de taille de tuffeau et présentant des traces de layage. La porte qui donne sur le quai
  • Hôtel (4 place Michel Debré)
    Hôtel (4 place Michel Debré) Amboise - 4 place Michel-Debré - en ville
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    cave et à l'escalier. La cave couverte d'un berceau surbaissé en pierre de taille de tuffeau s'étend place Michel Debré. L'escalier est une grande vis en pierre de taille. Les murs de cage (2,50 m de côté ) sont construits en pierre enduite, mais nous n'avons toutefois pas pu déterminer s'ils étaient en pierre de taille ou en moellon. L'escalier est éclairé de petits jours dont on ne peut vérifier
    Illustration :
    Départ de la vis en pierre à noyau tore. IVR24_20073700965NUCA
  • Hôtel Saint-Thomas (1 mail Saint-Thomas)
    Hôtel Saint-Thomas (1 mail Saint-Thomas) Amboise - 1 mail Saint-Thomas - en ville
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    significatifs se traduit par l'emploi de la pierre de taille de tuffeau pour le pignon donnant sur la place pierre de taille. Une cape à la française terminée par des chimères borde les rampants du toit couvert doute été repris dans les parties restaurées - parties visibles tant à la blancheur des pierres qu'à la
  • Hôtel (27 quai Charles Guinot)
    Hôtel (27 quai Charles Guinot) Amboise - 27 quai Charles-Guinot - en ville
    Murs :
    pierre de taille
  • Hôtel (24 quai Charles Guinot ; 20 rue de la Concorde)
    Hôtel (24 quai Charles Guinot ; 20 rue de la Concorde) Amboise - 24 quai Charles-Guinot - en ville
    Murs :
    pierre de taille
  • Hôtel : cave (27 quai Charles Guinot ; 14 rue de la Concorde)
    Hôtel : cave (27 quai Charles Guinot ; 14 rue de la Concorde) Amboise - 14 rue de la Concorde - en ville
    Murs :
    pierre de taille
  • Hôtel : cave (20 rue de la Concorde)
    Hôtel : cave (20 rue de la Concorde) Amboise - 20 rue de la Concorde - en ville
    Murs :
    pierre de taille
  • Hôtel Morin, ancien Hôtel de ville, actuellement Musée (10-11 quai Charles-Guinot)
    Hôtel Morin, ancien Hôtel de ville, actuellement Musée (10-11 quai Charles-Guinot) Amboise - 10-11 quai Charles-Guinot - en ville
    Historique :
    L'histoire de l'hôtel Morin est partiellement connue. Jacques Coqueau et Pierre Nepveu auraient été lorsque Françoise Prevost, veuve de Pierre Morin, est en procès contre la ville. La famille Morin À Amboise, on rencontre Jehan et Pierre Morin, marchands, dans les comptabilités urbaines et dans les
    Référence documentaire :
    Ancienne mairie d'Amboise, façade du côté de la Loire/ Eugène Maglin, lithographie (del. Hrg Lag de Hôtel de ville d'Amboise, cheminée de la salle du conseil/Eugène Maglin. Lithographie aquarellée Hôtel de ville d'Amboise, façade principale sur le quai./Eugène Maglin, lithographie aquarellée
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    . Construit en moyen appareil de pierre de taille de tuffeau, les restaurations conduites aux XIXe et XXe aspect originel. Certaines pierres sur les cheminées ont été remployées ; on trouve aussi des briques installées dans un bâtiment en fond de cour. Sur la vue de Pierre Lenfant, l'hôtel semble en effet pourvu
    Annexe :
    octogonale de 4,50 m de diamètre extérieur et 1,60 m de rayon. La pierre employée est le calcaire coquiller 1506 lorsque Françoise Prevost, veuve de Pierre Morin, est en procès contre la ville. Elle revendique baillé contant le derrenier jour de ce present moys, que ladicte dame a donné aux chamberiers de Pierre . ». Pour l'abbé Bosseboeuf, Pierre Morin serait le frère de Jehan Morin, pour Jean-Phillipe Aubert ce serait son fils. Pierre Morin réalise une ascension sociale importante : en 1498, il est nommé Trésorier
    Illustration :
    Vue sommet de la vis en pierre. IVR24_20073701244NUCA Vue du couronnement du noyau de la vis en pierre. IVR24_20073701242NUCA
  • Hôtels d'Amboise et d'Epernon
    Hôtels d'Amboise et d'Epernon Blois - rive droite - 4 et 6 place du Château - en ville - Cadastre : 2011 DN 409, 413
    Historique :
    , les hôtels présentent des façades en pierre de taille et en maçonnerie masquée sous un enduit. Cet appareil reconstitue en partie l'appareil de pierre d'origine. L'alternance irrégulière avec des pans
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    -est de la façade Louis-XII du monument. Il s'agit de deux édifices construits en pierre de taille et
  • Hôtel, manoir dit Le Sauvage ou Le Sevrage (rue du Sevrage)
    Hôtel, manoir dit Le Sauvage ou Le Sevrage (rue du Sevrage) Amboise - rue du Sevrage - en ville
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    nos jours, et auquel on a ajouté un petit bâtiment en brique et pierre vers le commencement du XVIIe matériaux de construction employés sont bien le moellon enduit et la pierre de taille de tuffeau.
  • Hôtel (10 rue de Rhône)
    Hôtel (10 rue de Rhône) Nogent-le-Rotrou - 10 rue de Rhône - en ville
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    pierre de taille et ornés de crossettes sculptées. L’aile en retour sur cour est couverte d’un toit en baguettes ainsi que d’un toit à deux pans avec rampants et crossettes en pierre de taille.
  • Hôtel (15 rue de l'Île d'Or)
    Hôtel (15 rue de l'Île d'Or) Amboise - 15 rue de l'Île d'Or - en ville
    Historique :
    hôtel dont le corps de logis principal est en pierre et les communs en pan de bois. Mais en l'absence de
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'édifice présente un plan en L. Le corps de logis en pierre, dans un style plus ou moins gothique , présente cependant un mur gouttereau en pierre de taille de tuffeau dont le soubassement semble ancien, les pierres de restauration se distinguant des pierres d'origine par leur blancheur. Le corps de bâtiment en pan de bois semble être une extension du premier corps de logis en pierre. Ces bois sont toutefois type à Amboise. Du côté de la rue Émile Gounin, le corps en pan de bois présente un pignon en pierre second pignon implique sans doute une construction similaire en pierre. D'un côté comme de l'autre relative des campagnes de construction. Le logis en pierre est couvert d'ardoises tandis que celui en bois la construction en pierre - qui reviendrait à un personnage au statut relativement important - ait sont connus à Angers et Orléans -, auquel cas la partie en pierre de taille, antérieure, correspondrait
    Illustration :
    Vue générale du 15 rue de l'Île d'Or, composé de deux corps de logis, l'un en pierre de taille Vue de la façade arrière de l'aile en pan de bois donnant côé Loire, avec son pignon en pierre de
  • Hôtel (9 rue Victor-Hugo ; 11 rue Victor-Hugo)
    Hôtel (9 rue Victor-Hugo ; 11 rue Victor-Hugo) Amboise - 9 rue Victor-Hugo 11 rue Victor-Hugo - en ville
    Historique :
    Heurtault. Jean-Pierre Babelon désigne cet édifice comme la demeure du régisseur du château au XVIe siècle
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    pierre de taille, comme celle du 1 mail Saint-Thomas par exemple. Aujourd'hui l'édifice, dont le pignon par une vis en pierre ancienne à l'aplomb de la vis de l'hôtel, aménagement sans doute médiéval. La berceau surbaissé. La stéréotomie des pierres est typique d'un travail de la fin du XVIIIe siècle. Notons doute contemporain de la vis en pierre. La distribution primitive de l'hôtel peut être en partie
  • Hôtel dit Hôtel Carpentin, actuellement immeuble (6 rue du Paty)
    Hôtel dit Hôtel Carpentin, actuellement immeuble (6 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 6 rue du Paty - en ville - Cadastre : 1990 BO 56
    Historique :
    le toit à crossettes en pierres de taille témoignent d’une origine ancienne, on peut attribuer au 17e
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    encadrements des ouvertures sont en pierre de taille calcaire, les toitures sont couvertes de tuiles plates.
  • Hôtel, manoir (5 rue du Clos-Lucé)
    Hôtel, manoir (5 rue du Clos-Lucé) Amboise - 5 rue du Clos-Lucé - en ville
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    est bâti en moellon partiellement enduit, pan de bois et pierre de taille. Le bâtiment a été construit porte à droite et d'une croisée de pierre à gauche, d'une croisée de menuiserie placée au centre du de pierre, mais celles qui sont visibles aujourd'hui ne présentent plus aucun élément ancien. Lors comble, par sa taille et les pierres de son encadrement, paraît neuve. Sur le mur gouttereau sud, la baie pierre de taille.
  • Hôtel de Turin (40-42 rue Saint-Laurent)
    Hôtel de Turin (40-42 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 40-42 rue Saint-Laurent - en ville
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    et de deux niveaux d’élévation. Elle est montée en pierre de taille. Deux passages carrossables
  • Hôtel (6 rue de la Concorde ; 31 quai Charles-Guinot)
    Hôtel (6 rue de la Concorde ; 31 quai Charles-Guinot) Amboise - 6 rue de la Concorde 31 quai Charles-Guinot - en ville
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    encadrements des baies en pierre de taille de tuffeau, deux petites baies murées ont été remplacées par deux
1 2 3 Suivant