Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hôtel-Dieu
    Hôtel-Dieu Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    d'agrandir l'établissement. De plus, avec l'élévation de la façade occidentale et des tours de la cathédrale Le projet de déplacement du vieil hôtel-Dieu situé près de la cathédrale Sainte-Croix prit corps au de circulation de l'air, les dangers épidémiques encourus par le voisinage du fait de son implantation au cœur de la cité, le faible nombre de lits offerts aux malades (269) et l'impossibilité (1739-1785), les autorités civiles et religieuses décidèrent le dégagement des abords immédiats de l'édifice religieux afin de favoriser sa mise en valeur. La difficulté pour trouver un lieu approprié et sans lourdes contraintes ainsi que les problèmes financiers de la ville retardèrent la concrétisation faubourg Madeleine, le déplacement dans les bâtiments de l'abbaye bénédictine Notre-Dame du Calvaire, près de l´hôpital général, alors occupés par une unique religieuse et celui dans l'ancien couvent des Jacobins situé près de l'hôtel-Dieu. Le 19 vendémiaire an V (10 octobre 1796), l'ancien hôpital Saint
    Référence documentaire :
    Archives de l'aumônerie du Centre Hospitalier Régional d'Orléans. Dossier II, 1ère série, 100. Archives de l'aumônerie du Centre Hospitalier Régional d'Orléans. Dossier II, 2ème série, 10, 13bis. Archives municipales d'Orléans. Série 3Q/46 à 48 : Bâtiments. Hôtel-Dieu, place Sainte-Croix Archives départementales du Loiret. Série H dépôt 10/3L/45. Délibérations de la commission Archives départementales du Loiret. Série H dépôt 10/3O/7. Quatre plans de l'hôtel-Dieu signés par Archives départementales du Loiret. Série H dépôt 10/3O/7. Trois plans de masse (correspondant aux Archives départementales du Loiret. Série H dépôt 10/3O/20 : Banque de sang et laboratoire Archives départementales du Loiret. Série H dépôt 10/3O/45. Pavillon de pneumologie. 1954-1963. Archives départementales du Loiret. Série X/273/1 à 3. Translation de l'hôtel-Dieu, construction du Archives départementales du Loiret. Série X/1006. Hôtel-Dieu d'Orléans. Translation de l'hôtel
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'architecture de l'hôtel-Dieu se rattache à l'architecture ventilée dont les préceptes furent 1772 de l'emblématique hôtel-Dieu de Paris qui fut le point de départ d'un long et profond débat autour calqué sur l'hôpital militaire anglais de Stonehouse à Plymouth. Il s´agissait de refuser la concentration architecturale et par conséquent celle des malades. Il suggéra donc de créer une segmentation des bâtiments (ou pavillons), reliés entre eux par des galeries ouvertes permettant la circulation de l'air, de part et d'autre de vastes cours, donnant une apparence de double peigne à ces hôpitaux. L'hôtel-Dieu d’Orléans qui adopte ce plan en double peigne constitue un exemple précoce de cette nouvelle norme architecturale. Il est contemporain de l'hôpital de la Reconnaissance de Garches (1835-1843), qui fait référence , et réalisé avant l'hôpital Lariboisière à Paris (1839-1854), considéré comme l'hôpital modèle de la principal d'accueil percé de grandes arcades en plein cintre, donnant sur la cour d'entrée ouverte sur la
    Annexe :
    lesquels il serait édifié. Les jugements du tribunal de Grande Instance d'Orléans concernant sur l'expropriation ne faisait pas mention des établissements de charité. Elles commencèrent dès le 23 décembre pour les maisons de la rue Porte-Madeleine. Il y eut environ 85 maisons concernées sur les rues avoisinantes, outre Porte-Madeleine, du Four-à-Chaux, de la Charpenterie, Saint-Jacques-le-Brûlé, du Corbillon et des Carmes. Afin de fournir les ressources financières nécessaires à l'édification de l'hôtel -Dieu, une estimation détaillée des matériaux et du mobilier de l'ancien hôtel-Dieu fut dressée à l'automne 1843 afin de déterminer ce qui pourrait être réutilisé et ce qui serait vendu (terrains, jardins concepteur de l'hôtel-Dieu et assura l'achèvement de la chapelle Saint-Charles. Il donna sa démission le 29 d'architecte honoraire. L'hôtel-Dieu fut la dernière construction de François-Narcisse Pagot (1780-1844) ; il fut remplacé par l'architecte Clouet car il mourut avant l'achèvement de la construction.
    Illustration :
    Plan de l'hôtel-Dieu projeté sur l'enceinte urbaine en 1806 (Archives nationales Plan de l'hôtel-Dieu projeté sur l'enceinte urbaine en 1806, détails des inscriptions (Archives Élévation de l'hôtel-Dieu projeté sur l'enceinte urbaine en 1806 (Archives nationales Plan partiel d'une façade de l'hôtel-Dieu. (Archives départementales du Loiret Détail de la façade principale. (Archives départementales du Loiret). IVR24_20124500706NUC4A Plan des promenoirs à construire sur la face orientale de l'hôtel-Dieu. (Archives départementales Cour d'entrée, vers 1907 (carte postale éditée par Berthaud Frères). (Archives municipales éditée par Neurdein Frères). (Archives municipales d'Orléans, 2Fi 442). IVR24_20124500596NUC2AB Projet d'implantation de l'hôtel-Dieu sur l'enceinte urbaine daté de 1806 (sur un fond de plan de Emblème de l'hôtel-Dieu : une croix posée sur un croissant (dessin, CHR d'Orléans
  • Ancien hôtel-Dieu
    Ancien hôtel-Dieu Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    de deux tours, réalisée entre 1739 et 1773) ayant pour conséquence la destruction des bâtiments de La date de fondation de l'hôtel-Dieu est inconnue. Au début du 9e siècle, Théodulfe, évêque Sanctae Crucis (aumône de Sainte-Croix). Ce premier hôpital constitua sans doute l'hôtel-Dieu primitif. Un mémoire de 1775 indique que l'hôtel-Dieu ou maison-Dieu d'Orléans est "de la plus haute antiquité, nous lettres patentes du 19 septembre 1731 confirmant les privilèges de la maison, écrivait : "l'hôtel-Dieu est l'un des plus anciens du royaume, et fut établi au Xe siècle". Avant le milieu du 12 siècle, Étienne de Garlande (1070-1148), doyen du chapitre de Sainte-Croix de 1112 à sa mort, fit don de propriétés qu'il trouvés et abandonnés (placés en nourrice). Il accueillit également, au moins à partir de la fin du 18e siècle, les militaires en garnison ou de passage. Édifice modeste à l'origine, il s'agrandit au gré des legs successifs et des aménagements urbains, en particulier après la destruction de la première
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série 3Q/46. Entretien (1819), adjudication des matériaux BELLU, Claude-François (abbé). Archives de l'aumônerie des Hospices civils. 1855. Figure de la ville d'Orléans / Jean Fleury. 1640. (Bibliothèque municipale d'Orléans, Rés ZHOO34). Plan de la ville d'Orléans. Paris : Nicolas de Fer, 1705. (Bibliothèque municipale d'Orléans BELLU, Claude-François (abbé). Les Archives de la Charité, Éphémérides religieuses des hospices Lettres de Tours, dir. Bernard Chevalier et Françoise Michaud-Fréjaville, 1988, 2 vol. (T.1, Introduction municipal sous la Monarchie de Juillet. Histoire urbaine 2002-1, n° 5. : Comment le Conseil municipal d'Orléans sacrifia le vieil Hôtel-Dieu à l'aménagement des abords de la AD Loiret. Série H dépôt 2/A. Actes de fondation et privilèges. (DOINEL, Jules. Inventaire sommaire des Archives hospitalières d'Orléans antérieures à 1790).
    Description :
    programmation de la construction de la façade occidentale et des tours de la cathédrale. L'entrée principale de Les plans et descriptions de l'établissement du Moyen Age, dont il ne subsistait rien vers 1560 , font défaut mais il est cependant possible, à partir des comptes, d'avoir une idée de son organisation générale. Il était adossé au rempart de la première enceinte urbaine et accolé au flanc nord de la cathédrale ; il n'existait pas de passage à l'origine entre les deux édifices. Aux 14e et 15e siècles, les bâtiments ne présentaient pas de véritable cohésion ; il s'agissait essentiellement d'édifices ajoutés les uns aux autres au gré des nécessités et de l'usage. A partir du 16e siècle, la construction de l'hôtel -Dieu obéit à un programme déterminé et les bâtiments furent regroupés de manière fonctionnelle . L'organisation des bâtiments au 18e siècle est connue par les plans de Jacques V Gabriel dressés en 1728 après la vers l'est, bordée par les bâtiments de l'administration et de l'intendance ainsi que par ceux destinés
    Annexe :
    Historique de l'Hôtel-Dieu d'Orléans ADMINISTRATION A l'origine, l'hôtel-Dieu relevait exclusivement de l’Église, d'abord de l'évêque puis, à partir du concile d'Aix-la-Chapelle de 816, du chapitre -Dieu d'Orléans était toujours noté Domus Dei Sanctae Crucis (La maison de Dieu de Sainte Croix) ou Domus Dei hujus ecclesiae (La Maison de Dieu de cette église) et ceci pour deux raisons : les bâtiments étaient contigus à la cathédrale et aux maisons canoniales et le chapitre se prévalait du droit de propriété de l'hôpital, charité et assistance étant parmi les vertus fondamentales du christianisme. La choisi parmi les clercs desservants, ou à défaut un prêtre du dehors, qui prêtait serment de fidélité à l'administration de la maison-Dieu, le gouvernement temporel fut partagé par un arrêt du 7 mai 1529, entre le Maître et une commission constituée de trois religieux et trois laïcs, partage conforté par un arrêt du Parlement de Paris du 7 septembre 1558 ou la représentation laïque augmenta encore : quatre notables
    Illustration :
    Elévation de la nouvelle église de l'hôtel-Dieu d'Orleans (Archives Nationales, E/2088, fol. 250 Elévation du portail de la nouvelle église de l'hôtel Dieu d'Orleans (Archives Nationales, E/2088 Profil de l'Eglise de l'hôtel-Dieu d'Orléans. Façade de la chapelle projetée en 1728 (Archives Profil de l'Eglise de l'hôtel Dieu d'Orleans. Intérieur de la chapelle projetée en 1728 (Archives Plan de la nouvelle église de l'hôtel Dieu d'Orleans (Archives Nationales, E/2088, fol. 249 Plan de situation. IVR24_20134500152NUDA L'hôtel-Dieu est situé en bas, au-dessus et légèrement à gauche de la cathédrale Sainte-Croix L'hôtel-Dieu figure au milieu à droite. Plan dressé en 1640 (Bibliothèque Municipale d'Orléans L'hôtel-Dieu figure au milieu à droite. Plan dressé en 1705 par Nicolas de Fer (BM Orléans Plan de l'hôtel Dieu et plan partiel de la cathédrale. Etat avant les travaux projetés en 1728
1