Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : écoles, hospice, halle (rue Victor-Hugo)
    Bourg : écoles, hospice, halle (rue Victor-Hugo) Vernou-sur-Brenne - rue Victor-Hugo - en ville - Cadastre : 2009 AN 158
    Historique :
    une salle de classe pour les filles. Suite aux inondations des 21, 22 et 29 octobre 1846, le logement en 1864 ; les travaux sont réceptionnés en 1869. Les bâtiments longent l'actuelle rue Saint-Vincent . Le conseil municipal approuve, le 17 novembre 1873, les plans et devis pour la salle de l'école des garçons et de l'école des filles établis par Jousset architecte à Tours (non réalisé). En 1875, Jousset la mairie et des écoles. Ce projet est accepté et les travaux achevés en 1877. Il consiste en du salon des soeurs au rez-de-chaussée de l'hospice (les soeurs reçoivent en échange la pièce qui servait de deuxième salle de classe pour les filles), l'établissement d'une salle d'asile dans l'ancienne qu'un seul et même espace. En 1880, suite à une pétition signée par les habitants de plusieurs hameaux vallée de Cousse. En 1888-1889, un projet de construction de préau de Paul Raffet, architecte à Tours Centenaire). L'hospice fonctionne jusque dans les années 1940. En 1948, le conseil municipal décide
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P3 2860. Registre présentant les augmentations et diminutions survenues portées sur les matrices cadastrales. 1827-1914. JEANSON, Denis. Sites et monuments du Val de Loire. vol. 1. Tours : chez l'auteur, 1977.
    Description :
    centre de la façade, et de chaque côté une baie à croisée est ouverte, toutes les trois étant surmontées . Les bâtiments de l'école des filles sont en moellon enduit, côté rue, et moellon enduit et pierre de
    Illustration :
    Projet d'édification d'une salle d'asile pour les deux sexes et d'une salle pour les filles (non Projet d'édification d'une salle d'asile pour les deux sexes et d'une salle pour les filles (non Projet d'édification d'une salle d'asile pour les deux sexes et d'une salle pour les filles (non Projet d'édification d'une salle d'asile pour les deux sexes et d'une salle pour les filles (non Projet d'édification d'une nouvelle salle d'école pour les filles. Coupe horizontale du rez-de Projet d'édification d'une nouvelle salle d'école pour les filles. Coupe horizontale du premier Projet d'édification d'une nouvelle salle d'école pour les filles. Élévation de la façade de Projet d'édification d'une nouvelle salle d'école pour les filles. Élévation du pignon de l'hospice Projet d'édification d'une nouvelle salle d'école pour les filles. Extrait du plan des Projet d'édification d'une nouvelle salle d'école pour les filles. Élévation de la façade des
  • Bourg : mairie (1 rue Anatole-France)
    Bourg : mairie (1 rue Anatole-France) Vernou-sur-Brenne - 1 rue Anatole-France - en ville - Cadastre : 2009 AN 158
    Historique :
    d'après les plans de Bernard Guérin, architecte à Tours. Ces plans sont cités mais n'ont pas été retrouvés , débutent les travaux d'un "ensemble de constructions communales" composé d'une halle, d'une mairie, d'une école et d'un hospice. Les travaux sont exécutés par Châtain, entrepreneur de travaux publics à Vernou architecte à Tours, prévoyant la construction et la restauration de la salle d'asile, de la mairie et des écoles est accepté. Les travaux extérieurs sont achevés en 1877. L'étage situé au-dessus de la halle est les pavillons de chaque côté. Les bâtiments longeant les rues Victor-Hugo et Saint-Vincent accueillent
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P3 2860. Registre présentant les augmentations et diminutions survenues portées sur les matrices cadastrales. 1827-1914. JEANSON, Denis. Sites et monuments du Val de Loire. vol. 1. Tours : chez l'auteur, 1977.
    Description :
    inscrite sous les trois fenêtres centrales.
  • Ville :  ancien hôtel de ville, halle et justice de paix (édifice détruit, place Jean-Jaurès)
    Ville : ancien hôtel de ville, halle et justice de paix (édifice détruit, place Jean-Jaurès) Château-Renault - place Jean-Jaurès
    Historique :
    , et fait estimer les travaux nécessaires pour l’établissement de la mairie et de la justice de paix en 1820. La municipalité achète les maisons Angot et Bertault pour la somme de 12 100 francs en 1856 et la Tours, et Meffre architecte à Tours, mais aucun n'est réalisé. Finalement c’est l’architecte parisien Blondel qui est chargé de réaliser les travaux de construction de la halle, à partir de 1867. En février 1868, elle est en cours de construction par l’entreprise Mabille Jaquinet (structure métallique) et les proposition du comte de Coubert en 1874. Les travaux de construction débutent par la mairie (1876) puis par la château et la donation devient effective en 1948. Les services municipaux s’y installent en 1962 . L’ancienne halle est démolie en août 1963 par Pindoche entrepreneur de Tours et l'ancienne mairie en 1969.
  • Église Notre-Dame-et-Saint-Florentin-en-Grèves (placette Saint-Florentin)
    Église Notre-Dame-et-Saint-Florentin-en-Grèves (placette Saint-Florentin) Amboise - placette Saint-Florentin - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    , probablement à l'initiative de Foulques Nerra. En 1469, Louis XI (1461-1483), à qui les allées et venues des château. Ne voulant pas priver les paroissiens de leurs devoirs religieux, il désire qu'une nouvelle église soit édifiée. La ville qui n'a pas les moyens financiers de supporter seule une telle dépense, se '« Anonnerie ». Il semble que les travaux tardèrent encore ; en 1499 la somme de 100 l. t. était allouée pour le chantier. Les travaux de couverture de l'église n'ont pas laissé de trace dans les archives de la furent menés, mais qui semble-t-il visaient à l'entretenir plus qu'à la modifier. Enfin, les archives de la Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine conservent une documentation abondante sur les XVIe siècle. Pour résumer l'ensemble de ces campagnes de restauration, les travaux se sont concentrés sur les voûtes et la charpente qui tombaient en ruine, sur les baies et sur la mise en place de
    Référence documentaire :
    des beaux arts de Tours). Tours : L. A. Amboise : Saint-Florentin ; R. 1, Ic. Auv. 816). À Amboise. Dessin à la mine, n.s., n.d. (Bibliothèque municipale de Tours : L. A. Amboise : Saint À Amboise. Dessin à la mine, n.s., n.d. (Bibliothèque municipale de Tours : L. A. Amboise : Saint
    Description :
    dotée d'un chevet à cinq pans. La surface constructible pour édifier l'église dans les murs de la ville par un escalier permettant l'accès au rempart de la ville. Les traces d'arrachement de maçonnerie sont 1477, le roi aurait désapprouvé la nouvelle construction et les projets auraient été modifiés. Sans plutôt dû à un collage de la nouvelle maçonnerie sur l'ancienne « Annonerie ». Les vestiges de cette édifiée en moyen appareil réglé de tuffeau. Les neuf baies qui l'éclairent ont été restaurées, aucun élément ne permet de vérifier leur authenticité. Ainsi, les grandes baies flamboyantes, divisées en
    Annexe :
    Les Archives de la ville d'Amboise au sujet de l'église Saint-Florentin au XVe et début du XVIe siècles Les délibérations du conseil de ville du 19 novembre 1469 rendent compte des décisions concernant diverses mentions dans les comptabilités de la ville. Dans une quittance signée de Jusqueau et de Masline : - Archives communales d'Amboise, CC 114, f°32v° : « Jehan Coqueau, notaire commis a faire les paiemenst de
    Illustration :
    des beaux arts de Tours). IVR24_19923700288X Vue, au Sud, du coup de sabre dans la maçonnerie de l'église signalant sa construction sur les
1