Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Immeuble (10 rue des Orfèvres)
    Immeuble (10 rue des Orfèvres) Blois - rive droite - 10 rue des Orfèvres - en ville - Cadastre : 2010 DN 314
    Historique :
    L'immeuble du 10 rue des Orfèvres est inscrit dans l'îlot E qui fut conçu sous la direction de m² avec des vitrines donnant sur la rue des Orfèvres et des arrière-boutiques sur la cour, côté rue de conforts variés y étaient représentés : deux appartements de trois pièces dans chacun des deux étages carrés, et deux appartements et deux studios à l'étage attique. Un des deux locaux de boutique a
    Description :
    L'immeuble est implanté sur la plus grande des parcelles de l'îlot E, entre la rue des Orfèvres et la rue Emile-Laurens. Sur la partie saillante que l'îlot forme sur la placette du croisement des rues du Commerce et des Orfèvres, son volume s'impose par sa largeur et sa hauteur toutes deux plus importantes que celles des autres immeubles de l'îlot. Sa façade sur la rue des Orfèvres, en outre, est donnent toutes les baies du second étage, le traitement en bandeau des baies du troisième étage, la ; l'encadrement des baies y est simple, fin, peint en blanc. L'immeuble est également exemplaire par la qualité la spécificité de ne disposer que d'un très faible éclairage naturel fourni par une baie zénithale . L'ensemble des appartements bénéficie en revanche d'une large ouverture sur l'extérieur. Ceux des premier et second étages sont traversants et ouverts de part et d'autre par des porte-fenêtres. Ceux de l'étage attique qui donnent côté rue des Orfèvres y sont largement ouverts et disposent d'un petit espace
    Localisation :
    Blois - rive droite - 10 rue des Orfèvres - en ville - Cadastre : 2010 DN 314
    Titre courant :
    Immeuble (10 rue des Orfèvres)
    Annexe :
    Henri Lafargue Fils de l'architecte blésois Arsène Lafargue, il étudia à l'école des beaux-arts commença une double carrière d'architecte des monuments historiques et d'architecte décorateur. Il se l'époque moderne à des fins de villégiature pour une clientèle fortunée. A la fin des années trente, il Blois en collaborant avec Paul Robert-Houdin à l'élaboration d'un plan dès l'été 1940. Quand l'urbaniste Charles Nicod fut finalement nommé par le Commissariat à la Reconstruction Immobilière en mars 1941, il participa aux débats que suscita sa proposition de plan. Ainsi, dès l'été 1941, s'exprima-t-il . Leur comparaison montre qu'il sut s'adapter à leur contexte d'implantation et adopter des lignes plus anciens épargnés. C'est le cas notamment des immeubles de l'îlot N, reconstruits à l'emplacement de l'hôtel Hurault-de-Cheverny endommagé en 1940, aux pieds des grands degrés du Château. En revanche, les par des lignes sobres et modernes d'une grande qualité d'exécution et des plans complexes et originaux
    Illustration :
    Façade sur la rue des Orfèvres vue depuis le nord-est. IVR24_20124100459NUC4A
1