Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Fossé médiéval, jeu de paume et logis annexes
    Fossé médiéval, jeu de paume et logis annexes Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Nous disposons de très peu d'éléments historiques relatifs aux bâtiments qui longeaient le fossé et nous ne sommes pas en mesure de dire quand ils furent construits. Ils sont connus par les « Vues » de de Louis XIII, soit peu après 1630. Bien que le fossé, son portail et ses logis n'aient pas de réel rapport fonctionnel, il semble justifié de traiter ces trois éléments conjointement car leur proximité topographique les liait nécessairement les uns aux autres. Leur étude constitue l'un des meilleurs exemples de l'adaptation des logis du château d'Amboise aux bâtiments préexistants, de l'intégration de structures issues de plusieurs campagnes de construction et de leur fusion en un seul et même château.
    Référence documentaire :
    universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014. Vue cavalière du château d'Amboise du côté de la ville. Dessin de Jacques Androuet du Cerceau de Plan du château d'Amboise/Jacques Androuet du Cerceau, en 1579. (Bibliothèque nationale de France Plan du château d'Amboise. Attribué à Robert de Cotte, dessin à la plume et à l'encre de Chine aquarellée, 1708. (Archives Nationales; O1 1903, Cartes et Plans, n°1 et 3). Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 655. Procès-verbaux des réparations à effectuer au Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau d'Amboise du costé de la ville. Dessins de Jacques Androuet du Cerceau, vers 1579. (Londres, British Museum Fondation Saint-Louis, château d'Amboise. Compte de construction du château d'Amboise, tenu par ANDROUET, Jacques dit DU CERCEAU. Les plus excellents bastiments de France. présentation et
    Description :
    Le Fossé Il n'est jamais décrit mais il sert constamment de repère pour situer les pièces du château dans les procès-verbaux. En comparant les plans de Jacques Androuet du Cerceau aux quelques qui liait le logis dit de Louis XI à la rampe d'accès - on connait sa longueur, environ 46 m, sa profondeur, environ 5 m, et sa largeur qui marquait un décrochement au milieu de sa longueur pour passer d'environ 14 m au nord à 10-12 m au sud. Les textes mentionnent la présence d'un jeu de paume aménagé dans tribunes. Le portail Il sert également de point de repère dans les procès-verbaux mais il n'en existe aucune description. La « Vue du costé de la rivière de Loire » de Jacques Androuet du Cerceau montre un pont-levis apparemment à flèches qui assurait un passage de 2 m à 2,50 m de large dans le donjon. Il le secteur de la chambre de la Herse et du portail. Il est en effet possible que le concierge chargé de garder et d'ouvrir le château ait été logé à proximité de la herse et du pont-levis, voire que ses
    Titre courant :
    Fossé médiéval, jeu de paume et logis annexes
    Annexe :
    les niveaux à partir des « Plans » de Jacques Androuet du Cerceau, en suivant la visite des procès servent de points de repère pour suivre les descriptions : bordant le fossé, ce logis d'environ 46 m de long pour 8 m de large, était longé, de chaque côté, d'un portique au rez-de-chaussée et d'une galerie au premier étage qui permettaient de desservir horizontalement l'ensemble des pièces. La distribution jeu de paume installé dans le fond du fossé sert de point de repère pour décrire et situer les structures. Les localisations sont du type suivant : - Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 655, doc . 3 f°16r° : « Aux galleries haultes et basses tant du costé du donjon que du jeu de paulme, refaire en plusieurs endroitz du bouzillage et carrellage ». Les « Plans » de Jacques Androuet du Cerceau ne sont pas assez précis pour définir l'épaisseur des murs de cet édifice. Les inspecteurs du procès -verbal arrivent à l'extrémité sud du fossé, par le bâtiment de la Herse, ici nommé le « portal du donjon
    Illustration :
    Plan du château d'Amboise de Jacques Androuet du Cerceau de 1579. (B.n.f., département des estampes Dessin de Jacques Androuet du Cerceau de 1579 : Vue cavalière du château du côté de la ville. Le Relevés de l'archère donnant dans l'ancien fossé du donjon. IVR24_20093700460NUD Vue générale de l'emplacement de l'ancien fossé médiéval, aujourd'hui partiellement remblayé : il commence au nord, devant le logis du Tambour situé à droite de la photographie, et débouchait, au sud, à Dans l'ancien fossé du donjon, derrière l'arc de décharge la base d'une structure maçonnée circulaire est encore partiellement visible, il s'agit sans doute d'un four de cuisine. IVR24_20073701175NUCA Dans l'ancien fossé du donjon : vue de l'escalier en vis qui permettait de gagner le jeu de paume
  • Hôpital Jeanne d'Arc, actuellement résidence étudiante Saint-Vincent (50 rue du Bourdon-Blanc)
    Hôpital Jeanne d'Arc, actuellement résidence étudiante Saint-Vincent (50 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 50 rue du Bourdon-Blanc 7, 7bis, 9 rue des Bouteilles - en ville - Cadastre : 2012 BN 373, 374, 391, 390, 337, 336, 329
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cet édifice a sans doute été construit, pour la partie située le long de la rue du Bourdon-Blanc des années 1920, lorsqu'un médecin en fait une maison de santé privée, d'après les fiches auxiliaires cadastrales. Celles-ci indiquent par ailleurs qu'en 1884, la maison est constituée d'une cuisine et de son office en rez-de-chaussée, de six pièces avec cabinet au premier et au second, de mansardes et d'un d'une maison encore en place (7 rue des Bouteilles) et d'une partie de parcelle non construite jouxtant à la construction d'une aile affectée à l'hôpital, s'étendant du corps de bâtiment du 50 rue du
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 603. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue du Bourdon
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    ancienne, construite sur la rue du Bourdon-Blanc, est en maçonnerie enduite et pierre de taille en assise du mur. Elle possède deux étages carrés et un étage de comble. Elle comprend également une cave. Du côté de la rue des Bouteilles, l'aile du bâtiment est probablement construite en béton et possède deux office de parking auquel on accède par la rue des Pensées.
    Étages :
    étage de comble
  • Logis des Sept Vertus (détruit)
    Logis des Sept Vertus (détruit) Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    archives de la ville rapportent de la survenue d'un incendie en 1788 ; les dégâts de cet accident sont La date précise du début des travaux de construction du logis des Sept Vertus est indirectement donnée par trois éléments : premièrement les mentions dans les comptes de la ville du transport de 6 480 charretées de « terriers » depuis le pied du château jusqu'aux marais de la ville, sur la période bisannuelle 1489-1491, qui correspond sans doute aux travaux de terrassement en vue de la construction . Deuxièmement, dans les derniers folios du compte de construction de 1495-1496, des paragraphes ont été ajoutés Blandin qui tint les comptes des travaux du château d'Amboise de 1492 à avril 1498, soit jusqu'à la mort de Charles VIII. On en conclut donc que les travaux de construction débutèrent en 1492 à la suite du terrassement achevé en 1491. Enfin, troisièmement, le compte de construction de 1495-1496 nous apprend que le logis reçoit sa couverture à l'automne 1495 et que les vitres des cuisines et de « la grant gallerie
    Référence documentaire :
    municipale de Tours : L.C. Amboise : Château ; R. 1, Ic. 3159/10). Rigaud, lithographie, v. 1730. (Bibliothèque municipale de Tours : L.C. Amboise : Est. 7, Ic. Auv. 451). , lithographie, Jacques Rigaud, v. 1730. (Bibliothèque municipale de Tours : L.C. Amboise : Château ; est. 2, Ic municipale de Tours : L. A. Amboise : R. 6, Ic. Auv. 3752). Le ci-devant Château d'Amboise, Eugène Brion, aquatinte, 1795. (Bibliothèque municipale de Tours Bibliothèque municipale de Tours ; ms. fr. 1206. Copie d'un manuscrit de la Bibliothèque Mazarine Le ci-devant Château d'Amboise/Eugène Brion, aquatinte, 1795. (Bibliothèque municipale de Tours rez-de-chaussée du logis d'Henri II. (Archives Nationales, Cartes et Plans, O 1 1903). Archives nationales : O2 1383. Prise de possession du château d'Amboise par la sénatorerie Château : façade sur la ville/ docteur Lesueur, fin XIXe siècle. (Archives départementales de Loir
    Description :
    Le logis des Sept Vertus prenait place le long du rempart sud, à l'extrémité orientale de la rampe placer entre le bâtiment de la Herse et l'actuelle cour du Pansage ; les relevés de terrain corroborent les sources décrivant un bâtiment de 40 m sur 20 m. Le procès-verbal de démolition de 1806 donne sa hauteur prise depuis le niveau du promontoire : « Treize mètres de hauteur depuis le sol du rez-de -chaussée jusqu'à la charpente du comble », laquelle ne semble pas comprise. D'après le plan de 1708, c'est une construction solide dont les murs atteignent 1,80 m d'épaisseur, à l'exception de celui du sous -sol côté ville qui approche 5 m. Le bâtiment est divisé, à chaque niveau, par deux puissants murs de refend (1,20 m) en trois pièces : deux de 12 m de long encadrant une pièce centrale de 13 m. Les deux petite contre le pignon ouest, une autre de taille moyenne au centre de la façade nord et la plus rampe cavalière droite permettant d'accéder au niveau des logis royaux. Le procès-verbal de démolition
    Annexe :
    (Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 655, f°1r° et 5r°) et nous avons beaucoup de mal à déterminer Le logis des Sept Vertus dans les archives Le compte de construction du château d'Amboise de 1495 un escalier de pierre dont l'entrée est bouchée du costé du premier office » (Archives escallier qui va aux offices de dessoubz » (Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 655, doc. 3 f°5v d'origine de trois grandes pièces voûtées disposant chacune de deux cheminées, éclairées de deux baies vers la ville. De ce côté, le profil du rempart marque un décrochement de 6 m de large sur 15 m de long dessous du niveau de la ville. La fonction de ce massif n'est pas évidente ; le trou du puits existant -Philippe qui traverse de part en part le promontoire et il se présente comme un puits d'extraction ; mais documents d'archives, ait disparu lors du percement du tunnel. Dans la ville, au 7 montée Abd el-Kader rocher prouve que l'on a implanté le rempart en suivant la forme naturelle du promontoire. Du côté de la
    Illustration :
    Gravure d'une « Vue » cavalière du château du côté de la ville, par Jacques Androuet du Cerceau, en 1579. Le logis des Sept Vertus se trouve au premier plan, à gauche de la grosse tour cavalière Plan du château d'Amboise de Jacques Androuet du Cerceau, en 1579. (B.n.f., département des Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez -de-chaussée du logis d'Henri II. IVR24_20083700354NUCA Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nuoveau logis de Charles VIII sur les jardins
  • Logis ouest (détruit)
    Logis ouest (détruit) Amboise - Château-d'Amboise - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La date de construction de ce logis disparu après 1579 - date à laquelle il apparaît dans son intégralité sur les « Vues » de Jacques Androuet du Cerceau -, sans doute vers 1630 - date à laquelle le
    Référence documentaire :
    rez-de-chaussée du logis d'Henri II. (Archives Nationales, Cartes et Plans, O 1 1903). Vue cavalière du château du côté de la Loire/par Jacques Androuet du Cerceau, en 1579 . (Bibliothèque nationale de France, département des estampes, Va 37 Tome 1. H 125704). Vue cavalière du château d'Amboise du côté de la ville. Dessin de Jacques Androuet du Cerceau de Plan du château d'Amboise/Jacques Androuet du Cerceau, en 1579. (Bibliothèque nationale de France Château d'Amboise, plan de 1708. Passage d'entrée, premiers offices du logis des Sept Vertus , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et fondations du logis d'Henri II. (Archives nationales, Cartes et Plans, O 1 1903). Château d'Amboise, plan de 1708. Deuxième étage du Logis des Sept Vertus, premier étage du logis dit de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII
    Description :
    vraisemblablement les cuisines desservant le logis dit de Louis XI, quasiment attenant au sud. Il se trouvait en
    Annexe :
    travaux de couverture : - Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 655, doc 3 f°3v° : « Plus au logis « Vues » et ses « Plans », mais les représentations de cet auteur sont à prendre avec précaution, et à plus forte raison quand il s'agit de bâtiments secondaires. Vers 1630, lorsque les premiers procès trouvent alors puisque sur le plan de 1708 ils ont disparu. Ils ont certainement été abattus en même temps que les logis du Fossé. Servaient-ils déjà de remises en 1630 ? Le procès-verbal n'y mentionne que des joignant ladite tour Bourbon, jusque a la tour razée, fault faire aux couvertures cent huit thoises de une gouttière de bois neufve de deux thoises de long et réparer le reste desdites couvertures. Plus aux trois arpenties joignant lesdits logis et la tour razée, couvertz de thuilles fault manier la la tour Garçonnet - pourrait être celle du logis dit de Louis XI mais la surface de couverture décomptée de 216 m² d'ardoises est loin de correspondre à la surface de couverture du logis de Louis XI et
    Illustration :
    Vue de l'emplacement du logis ouest, entre la tour Pleine - au premier plan - et la tour Garçonnet Plan du château d'Amboise de Jacques Androuet du Cerceau, en 1579. (B.n.f., département des Gravure d'une « Vue » cavalière du château du côté de la Loire, par Jacques Androuet du Cerceau, en 1579. Le logis Ouest aujourd'hui disparu apparaît à l'extrémité droite de la gravure, au bout du donjon Gravure d'une « Vue » cavalière du château du côté de la ville, par Jacques Androuet du Cerceau, en Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez -de-chaussée du logis d'Henri II. IVR24_20083700354NUCA
1