Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 361 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison (4 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison (4 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 4 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1115 2012 BN 276
    Historique :
    sur la façade de la maison, Edouard Fournier, historien, y serait né le 15 juin 1819. Les sources plaque couvrant le soupirail au milieu de la façade antérieure rappelle qu'un ferronnier d'art a occupé les lieux par le passé.
    Référence documentaire :
    -Blanc. 1863-1984.
    Description :
    ancien. Elle comporte deux étages carrés. Le rez-de-chaussé est construit en pierre de taille appareillée sur la rue, est couverte d'une verrière. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. La porte piétonne est surmontée d'une grille d'imposte en fer forgé à chiffres. Le soupirail de la cave est
    Localisation :
    Orléans - 4 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1115 2012 BN 276
    Titre courant :
    Maison (4 rue du Bourdon-Blanc)
    Illustration :
    maison le 15 juin 1819. IVR24_20144500769NUC4A
  • Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 20, 22 rue du Bourdon-Blanc 39 rue Desfriches 15,17 rue des Pensées 18 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1100, 1104 2012 BN 292, 293, 294
    Historique :
    Bourdon-Blanc et Desfriches. Le n°39 rue Desfriches qui a sans doute été construit entre 1851 et 1870 installée rue des Pensées. En 1901, des sources mentionnent la présence d'un pensionnat de jeunes filles. Le -Blanc. L'école s'étend sur les anciens numéros 18, 20, 20bis, 22, 24 (remanié), 26 (détruit) et 28 (déplacé et reconstruit) rue du Bourdon-Blanc, 39 rue Desfriches et 15 et 17 rue des Pensées. Depuis un pré -inventaire mené en 1977 sur la rue du Bourdon-Blanc, un important remaniement des édifices a été effectué , et appartenant toujours aux héritiers en 1969, avant qu'un édifice soit reconstruit pour l'école. Le , Jeu de Durin, Le Durin ou encore le Grand Durin. Du n°22 au n°28 étaient initialement situées des maisons. Le n°18 et le n°22, toujours en place, datent probablement respectivement du 1er quart du 19e siècle et de la 2e moitié du 18e siècle (datés par travaux historiques). Le n°24 qui datait probablement a été supprimée, les baies modifiées et l'étage de comble rehaussé. Le n°26 a été détruit et
    Description :
    L'école Saint-Paul Bourdon-Blanc est localisée sur les parcelles 2012 BN 292, 293 et 299 et donne à la fois rue du Bourdon-Blanc, rue Desfriches et rue des Pensées. La rue du Bourdon-Blanc se . Les élévations comprennent un étage carré et un étage de comble. Le n°22 a conservé une grille
    Localisation :
    Orléans - 20, 22 rue du Bourdon-Blanc 39 rue Desfriches 15,17 rue des Pensées 18 rue du Bourdon -Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1100, 1104 2012 BN 292, 293, 294
    Titre courant :
    Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc)
    Appellations :
    Saint-Paul-Bourdon-Blanc
    Illustration :
    Vue d'ensemble des bâtiments de l'école donnant sur la rue du Bourdon-Blanc. IVR24_20144500744NUC4A Vue d'une partie de l'école correspondant au 22 rue du Bourdon-Blanc, datant probablement de la
  • Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc)
    Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc) Orléans - 48 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 2012 BN 2
    Historique :
    que le n°64 rue Saint-Euverte, qui correspond vraisemblablement à cette maison, a été frappé Bourdon-Blanc. Les personnes y travaillant indiquent que la maison était celle du directeur de l'hôpital Jeanne d'Arc localisé au 50 rue du Bourdon-Blanc, mais les archives consultées n'en font pas mention.
    Référence documentaire :
    -Blanc. 1863-1984.
    Description :
    Cette maison située à l'angle des rues du Bourdon-Blanc et Saint-Euverte est construite en sa partie supérieure. Une cave se situe sous la maison. On y accède par une trappe située dans le bâtiment et depuis la cour par une porte. Le bâtiment est accessible par une porte cochère débouchant sur une cour. Un préau se situe au fond de cette dernière. Deux escaliers sont conservés dans le bâtiment charpente visible par endroit est à panne. Le premier étage de comble est orné, sur la façade donnant sur la rue du Bourdon-Blanc, de trois lucarnes en pierre au décor galbé atypique.
    Localisation :
    Orléans - 48 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 2012 BN 2
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc)
    Illustration :
    Facades sur les rues du Bourdon-Blanc et Saint-Euverte. IVR24_19774500773X
  • Maison, actuellement immeuble (38 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison, actuellement immeuble (38 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 38 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1091 2012 BN 307
    Historique :
    moitié du 18e siècle. Elle apparaît déjà sur le cadastre napoléonien de 1823.
    Description :
    le toit en ardoise. L'édifice ne dispose pas de porte piétonne mais d'une porte cochère centrale avec pilastres et entablement. L'escalier, situé dans la partie droite du bâtiment, est accessible par le passage
    Localisation :
    Orléans - 38 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1091 2012 BN 307
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (38 rue du Bourdon-Blanc)
  • Le Plessis, demeure
    Le Plessis, demeure Néons-sur-Creuse - Plessis (le) - - en écart - Cadastre : 2015 D 290 1812 D 1439 à 1448
    Historique :
    dimensions des communs figure sur le plan cadastral de 1812. Il a pu être tout ou partie reconstruit à la fin du 19e siècle (peut-être en 1884 selon les matrices cadastrales). Le château d’eau et le lavoir semblent dater du début du 20e siècle. Le portail, provenant de la ferme de la Chauvellerie (cf. dossier existait un château médiéval au Plessis dont il ne resterait que le souterrain vouté (non datable). Le fief du Plessis de Néons, qui relevait de la châtellenie d’Angles en Poitou, serait cité dès le 13e siècle
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de
    Description :
    des encadrements complets ou partiels à chanfreins. La maison compte trois cheminées : dans le corps , avant le 20e siècle, encastrée dans la cheminée en pierre de la pièce voisine. A l’ouest de la maison , le logement de domestiques aurait également servi un temps de chai. Il est partiellement enduit et en -ouest, appelé communs. Il abrite des écuries et des remises. Ses accès sont en gouttereaux. Le mur
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Plessis (le) - - en écart - Cadastre : 2015 D 290 1812 D 1439 à 1448
    Titre courant :
    Le Plessis, demeure
    Illustration :
    Le lieu-dit, indiqué château (avec le pennon d'une gentilhommière), est porté sur la carte de Des bâtiments sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles D 1439 à 1448), dans le centre Vue de la maison depuis le sud-ouest IVR24_20163600736NUC2A Vue de la maison depuis le sud IVR24_20163600737NUC2A Vue de la maison (extrémité aile ouest) depuis le sud IVR24_20163600738NUC2A Vue de l'ancien logement des domestiques devenu un temps chai, depuis le sud-est Vue des communs depuis le nord-ouest IVR24_20163600740NUC2A Vue d'entrées des communs depuis le sud IVR24_20163600726NUC2A Vue du château d'eau et du lavoir depuis le nord-est IVR24_20163600725NUC2A Vue de la date portée (1779) sur le linteau d'une fenêtre de la maison IVR24_20153600396NUC2A
  • Maison (Le Saugé)
    Maison (Le Saugé) La Riche - Saugé (le) - isolé
    Historique :
    époque ?) construites postérieurement. Le logis a fait l'objet d'importantes rénovations à la fin du 20e indépendant remanié au 20e siècle est accolé sur le pignon est.
    Observation :
    Demeure de qualité possiblement du 16e siècle implantée dans le lit mineur de la Loire face à la
    Référence documentaire :
    Crues de la Loire (15 et 21-22 oct. 1907) - 52 - Saint-Genouph : la Loire inondée, le Saugé, le 22 Prieuré de St Cosme : 2e plan, numéroté 26. Plan de la plantation à faire depuis le bardeau de St . Levé dans le cours de l'année 1788 à la requeste de Messieurs de l'Eglise de Tours, dimensions
    Localisation :
    La Riche - Saugé (le) - isolé
    Titre courant :
    Maison (Le Saugé)
    Illustration :
    Le Grand Saugé sur un plan de 1784 (Archives départementales d'Indre-et-Loire G 524 Le Saugé sur un plan de 1788 (Archives départementales d'Indre-et-Loire G 207 Le Saugé sur le cadastre de 1808 (voir n° 72 à 81) IVR24_20153700476NUCA
  • Le Champ du Bateau, maison
    Le Champ du Bateau, maison Néons-sur-Creuse - Champ du Bateau (le) - 14 chemin de l'Ecluse - en écart - Cadastre : 2015 D 3
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Champ du Bateau (le) - 14 chemin de l'Ecluse - en écart - Cadastre : 2015 D 3
    Titre courant :
    Le Champ du Bateau, maison
    Illustration :
    Vue de la maison depuis le sud-ouest IVR24_20163600923NUC2A
  • Maison Michelet (4 rue Bourg-le-Comte)
    Maison Michelet (4 rue Bourg-le-Comte) Nogent-le-Rotrou - 4 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    certainement de Marguerite Michelet mariée à Thomas Champin, sieur de Launay, et de Françoise Michelet dont le établissement scolaire, nommé le cours Saint-Jean, à partir de 1957. Elle appartient à un particulier, au moment
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648. 4 rue Bourg-le-Comte. Planche XIII / Élodie Hurvoy. 1903. Crayon et aquarelle. (Archives privées). Nogent-le-Rotrou (E. et L.), Maison du XVIe siècle. 20e siècle. Impr. photoméc. (carte postale ). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-Le-Rotrou).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    La maison Michelet est alignée sur la rue Bourg-le-Comte qui relie le château à l'abbaye Saint -Denis, deux pôles de pouvoir importants de Nogent-le-Rotrou. Elle est constituée de plusieurs corps de chaînes d'angle et encadrements de fenêtres sont en pierre de taille. Le toit est couvert de tuiles plates pour le bâtiment sur rue. Ce dernier, correspondant au logis, compte un étage carré et un étage de circulaire et est accessible depuis le jardin. L'aile en retour donnant sur celui-ci dispose également, sous
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 4 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Titre courant :
    Maison Michelet (4 rue Bourg-le-Comte)
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. [...] Item six paires de gands ou pour chacune paire dix sieur de la bigotterye et de present a ses enfants scize en ladicte rue du bourg le conte en ladicte avecques ce un jardin derriere lesdictz logis derniers declarez contenant le tout ensemble quatorze perches de terre ou environ et autres bastiments comme estables appentils et comoditez le tout en un tenant joignant par ledevant a ladicte rue du bourg le conte ayant sur icelle quarante cinq piedz de longueur
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Michelet dont le contrat de mariage avec Jacques Aubin, sieur des Epinais est daté de 1647. En 1648, la Malaffre sur laquelle elle possède un édifice en appentis au bout de son jardin. Le cadastre de 1811 montre l’édifice composé de plusieurs bâtiments disposés selon un plan en L, le long de la rue Bourg-le-Comte. Il la gendarmerie de Nogent-le-Rotrou. Celle-ci est déplacée durant le deuxième quart du 19e siècle dans établissement scolaire, nommé le cours Saint-Jean, à partir de 1957. Le dessin réalisé par Elodie Hurvoy et cour des bâtiments 1, 3 et 4 depuis le début du 20e siècle. Des travaux ont été engagés en 2004 par le , permettent là encore de mesurer les changements effectués. DESCRIPTION Implantation L'édifice est implanté le long de la rue Bourg-le-Comte à proximité d'un carrefour que celle-ci forme avec la rue des Marches, la rue du Paty et la rue Gouverneur. Ainsi situé, l'édifice est en connexion avec l'axe reliant Le Mans à aux ouvertures et aux éléments porteurs. Le bâtiment 2 est intégralement enduit. Structure Le
  • Le Plessis, maison dite
    Le Plessis, maison dite "grande maison" Néons-sur-Creuse - Plessis (le) - - en écart - Cadastre : 2015 D 393
    Historique :
    Le manoir a été construit en 1899-1900 (information orale). Elle appartenait à la famille Keller
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Plessis (le) - - en écart - Cadastre : 2015 D 393
    Titre courant :
    Le Plessis, maison dite "grande maison"
    Illustration :
    Vue de la maison depuis le sud-est (voie publique) IVR24_20163600789NUC2A
  • Le Soudun, maisons en cours de destruction
    Le Soudun, maisons en cours de destruction Néons-sur-Creuse - Soudun (le) - - en écart - Cadastre : 2015 D 429, 430 1812 D 414
    Historique :
    certainement du 19e siècle. L'autre, à l'est, était plus ancienne. Elle figure sur le plan cadastral de 1812
    Localisation :
    Néons-sur-Creuse - Soudun (le) - - en écart - Cadastre : 2015 D 429, 430 1812 D 414
    Titre courant :
    Le Soudun, maisons en cours de destruction
    Illustration :
    Vue des maisons (en cours de destruction en 2014) depuis le sud IVR24_20163600905NUC2A La maison, située à l'est, est portée sur le plan cadastral de 1812 (parcelle D 414), dans le haut
  • Maison dite La Papotière (3 rue Bourg-le-Comte)
    Maison dite La Papotière (3 rue Bourg-le-Comte) Nogent-le-Rotrou - 3 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    étant construite en pierre de taille et étant située entre la rue Bourg-le-comte et l'hôtel de Carpentin . Il pourrait s'agir de l'édifice situé actuellement au 3 rue Bourg-le-Comte. Divers documents
    Référence documentaire :
    Fol 28 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le pp. 17. SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le 3-5 rue Bourg-le-Comte. Seconde moitié du 20e siècle. Plans. (Archives privées). Département d'Eure-et-Loir, Nogent-le-Rotrou et ses environs / Goubert (architecte). 1906. Relevés Maison gothique rue Bourg le Comte / lith. Gouverneur. 19e siècle. Lithographie. (Bibliothèque Maison rue Bourg-Le-Comte, planche X / Élodie Hurvoy. 1903. Crayon et aquarelle. (Archives privées). 328 - Nogent-le-Rotrou (E. et L.) 3 rue Bourg-le-Comte. Date inconnue. Impr. photoméc. (carte postale). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-Le-Rotrou).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    La parcelle qui accueille l’édifice est implantée le long de la rue du Bourg-le-Comte. Celle-ci est située dans le prolongement de la rue Saint-Laurent. Les deux rues forment un des axes principaux de Nogent-le-Rotrou, reliant le prieuré-doyenné de Saint-Denis au pied du château Saint-Jean. L’édifice est étage carré, le bâtiment sur rue comptant également un étage de comble. La façade sur rue de ce dernier construite en moellons de calcaire enduits. Le bâtiment en retour d'équerre sur la cour comprend en rez-de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 3 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Titre courant :
    Maison dite La Papotière (3 rue Bourg-le-Comte)
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 v°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 v°. [...] Item un denier de cens par chacun an au jour sainct symon hamenniere scize en ladicte rue du bourg le conte parroisse nostre dame contenant deux logis ayans petitte court joignant par le devant a ladicte rue du bourg le conte par le derriere a la tenue du sieur de montgobert et françoyse le sueur son espouze dun coste a la susdicte tenue et dautre costé a la
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    gendarmerie de Nogent-le-Rotrou. Il est donc possible que l’appellation de l’édifice soit le résultat d’une , possède une allée en appentis ainsi qu’une petite cour joignant par le devant la rue du Bourg-le-Comte, et par derrière l’hôtel dit de Carpentin. S’il n’a pas été possible d’identifier le propriétaire parmi le corps de logis décrit dans l’aveu de l’édifice étudié. En effet les bâtiments en pierre de taille Bourg-le-Comte. La façade nord du bâtiment sur rue est représentée à plusieurs reprises au cours des par une demi-croisée à gauche et une croisée à droite. Sur le relevé de 1906, la croisée a été . Un rampant sculpté de feuilles de choux frisés et une crossette sculptée sont visibles sur le pignon qu’on lui connaît aujourd’hui. Le soubassement, encore visible en 1906, a été intégralement repris. La . L’appui de la fenêtre accolée à l’angle nord-ouest de la façade semble avoir été abaissé. Le rampant sculpté a disparu. DESCRIPTION Situation La parcelle qui accueille l’édifice est implantée le long de la
  • L'habitat civil de Nogent-le-Rotrou (12e au 16e siècle)
    L'habitat civil de Nogent-le-Rotrou (12e au 16e siècle) Nogent-le-Rotrou
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648. DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye, 1895. p.197 DUBY, Georges (dir.), LE GOFF, Hervé, LE GOFF, Jacques, CHEDEVILLE, A. La Ville en France au p.415-450 GARRIGOU-GRANDCHAMP, Pierre. L’architecture civile dans le paysage architectural urbain p. 9-23 GUILLAUME, Jean, TOULIER, Bernard. Tissu urbain et types de demeures, le cas de Tours. In p.44-49 LEPAREUR, Florence. Nogent-le-Rotrou à la fin du Moyen-Age. In : LECUYER-CHAMPAGNE , Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée ROZIER, Hadrien. Nogent-le-Rotrou du Moyen Âge au début de l’époque moderne approches : soutenue le 1er décembre 2017. (dir. SALAMAGNE, Alain).
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou
    Titre courant :
    L'habitat civil de Nogent-le-Rotrou (12e au 16e siècle)
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    manières d’habiter à Nogent-le-Rotrou du 11e au 16e siècle, ainsi que la corrélation entre le parti l’espace urbain, ce qui permet d’interroger leurs interactions avec le milieu dans lequel ils prennent pour la période...". Le nombre total des édifices repérés dans le cadre de cette étude sur la ville de relevant de la typologie de l’habitat civil en pierre et bâtis entre le 12e et le 14e siècle a été identifiée à Nogent-le-Rotrou. Deux d’entre eux ont été détruits, les édifices restants sont inégalement pouvant être présents dans les demeures urbaines à partir du 13e siècle. Le gros œuvre est composé de fourchette chronologique admise pour ces édifices varie entre le 12e siècle pour le grenier à sel, le 13e siècle, et le début du 14e siècle. La largeur des bâtiments sur rue ainsi que la distance marquée avec indicateur d’opulence. Ce matériau, très onéreux, est souvent limité à un mur, voire à une partie de mur. Le cellier ou des espaces non habitables au premier niveau, et le logis composé de la salle et de la chambre
    Illustration :
    L’hôtel avec portail sur rue (type 1a), tourelle d'escalier, 2 rue Bourg-le-Comte Maison à accès central (type 2a), croisée, 3 rue Bourg-le-Comte. IVR24_20162801443NUCA Maison à accès central (type 2a), décor sculpté, 4 rue Bourg-le-Comte. IVR24_20162801466NUCA La maison à accès central (type 2a), linteaux sculptés, 3 rue Bourg-le-Comte. IVR24_20162801446NUCA La maison à accès central (type 2a), porte d'escalier en vis, 4 rue Bourg-le-Comte
  • Maison, actuellement cinéma Le Rex (26 place du Général-Saint-Pol)
    Maison, actuellement cinéma Le Rex (26 place du Général-Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 26 place du Général-Saint-Pol - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    cellules permettent, malgré le caractère inhabituel de la voûte à nervures multiples, de les dater du 13e siècle. L’édifice est cité dans un texte de 1648 comme "le grand logis". Il appartient alors à Florent permet tout au plus d’affirmer qu’elle a été construite avant le 19e siècle. Les bâtiments 2 et 3 et 4 , ne figurant pas sur le cadastre de 1811, lui sont donc postérieurs. Le bâtiment sur rue était alors doté d’une cour et d’une aile perpendiculaire. Le bâtiment 3 est certainement construit au 19e siècle , avant que la cour ne soit occupée par le bâtiment 2. La voûte métallique et les marqueurs stylistiques identifiés sur la façade du bâtiment permettent de la dater entre le 4ème quart du 19e siècle et le 1er quart du 20e siècle. L'édifice accueille le cinéma Le Rex durant la seconde partie du 20e siècle . Aujourd'hui fermé, le cinéma appartient à la commune.
    Référence documentaire :
    Fol n°22. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le 418 bis - Nogent-le-Rotrou (E-et-L). La place Saint-Pol, panorama vers le nord-ouest. Vers 1920 . Impr. photoméc. (carte postale). (Mairie de Nogent-le-Rotrou, services techniques). Cinéma le Rex, état actuel. 1990. Plans, coupes, et élévations. (Mairie de Nogent-le-Rotrou
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    identifiables. Le premier est implanté sur la place. Il est composé d’un plan rectangulaire ayant son grand côté n°2 d'une voûte en berceau plein-cintre. Le second bâtiment, couvert au rez-de-chaussée par un toit étage. Le troisième bâtiment est doté d’un plan rectangulaire double en profondeur et de 3 niveaux . Le bâtiment 4 possède un plan rectangulaire, il est doté d'un niveau d’élévation couvert par une
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 26 place du Général-Saint-Pol - en ville
    Titre courant :
    Maison, actuellement cinéma Le Rex (26 place du Général-Saint-Pol)
    Appellations :
    Le Rex
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°22. Item la jurisdiction et justice directesur troys corps de logis bastys au bas de ladicte grande place du marche lun nommé le grand logis qui fut a me florent brouard bastimentz au derriere caves courts jardins contenant le tout ensemble quarante perches ou environ le tout en un tenant joignant par le devant a ladicte grande place du marche ayant de longueur sur icelle
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    l’édifice : le grand Logis, la Beche Lotterye et la maison de l’enseigne Sainte-Barbe. Ils font tous trois d’écriture de l’aveu (du nord vers le sud) et du fait que la parcelle étudiée soit accolée par le nord à une 1592. Le cadastre de 1811 figure deux ailes disposées sur la place du marché selon en plan en L. Une occupe pratiquement la totalité de la place disponible. Quatre bâtiments sont identifiables. Le premier fronton triangulaire. Le rez-de-chaussée est occupé par une vitrine tandis que le premier étage est doté de balustres et de fenêtres à crossettes. Distribution intérieure Le bâtiment 1 est accessible depuis la rue par une vitrine, le rez-de-chaussée ne comporte qu’une seule salle, située au-dessus du niveau de la place. Le bâtiment 2 prend position à la suite du premier, leur jonction est marquée par un léger coude dans le mur gouttereau est. Les caves du bâtiment 1 sont accessibles par plusieurs escaliers droits en ciment, ainsi qu'une trappe donnant sur le rez-de-chaussée du bâtiment 2. La salle n°1 est
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée (1990 ; Mairie de Nogent-le-Rotrou, Services techniques Plan des caves et du premier étage (1990 ; Mairie de Nogent-le-Rotrou, Services techniques Coupe transversale (1990 ; Mairie de Nogent-le-Rotrou, Services techniques). IVR24_20162801715NUCA Carte postale, place Saint-Pol, panorama vers le nord-ouest (vers 1920). IVR24_20162801712NUCA
  • Bourg : maisons, actuellement restaurant le Grèbe (6-8 place de l'Eglise)
    Bourg : maisons, actuellement restaurant le Grèbe (6-8 place de l'Eglise) Lureuil - Bourg - 6-8 place de l'Eglise - en village - Cadastre : 2015 B 349, 350, 351 1812 A 891, 892
    Historique :
    Des maisons sont portées sur le plan cadastral de 1812. En 1841, un document d'archives les indique remanié dans le dernier quart du 20e siècle (et certainement aussi avant).
    Titre courant :
    Bourg : maisons, actuellement restaurant le Grèbe (6-8 place de l'Eglise)
    Illustration :
    Deux maisons (et dépendances) figurent sur le plan cadastral de 1812 (parcelles A 891 et 892), dans le centre de l'image. (Archives départementales de l'Indre). IVR24_20153600439NUC2A Vue de l'édifice depuis le sud-ouest IVR24_20153600539NUC2A Vue du poteau inséré près de l'entrée principale du restaurant dans le mur de façade sud-ouest Vue de la fenêtre à encadrement en cavet dans le mur nord-est de la maison (étage Vue de la pierre d'évier posée dans le jardin et à l'origine située à l'étage d'habitation Vue de la cheminée de l'étage insérée dans le mur-pignon sud-est IVR24_20163600377NUC2A
  • Hôtel dit Maison du Chapitre, groupe scolaire dit institution Delfeuille, actuellement maison dite l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte)
    Hôtel dit Maison du Chapitre, groupe scolaire dit institution Delfeuille, actuellement maison dite l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte) Nogent-le-Rotrou - 2 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    . L'aveu de 1648 mentionne également le fait que la tenue, anciennement séparée en deux, a été reconstituée
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648. Feuille A1 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Monuments Nogentais / G. Massiot, vers 1950. Aquarelles. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le p.17 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 17. SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'édifice, en forme de H irrégulier, est implanté en partie à l'alignement sur la rue du Bourg-le -Comte, l'un des axes majeurs de Nogent-le-Rotrou reliant le château Saint-Jean à l'abbaye Saint-Denis
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 2 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Titre courant :
    l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte)
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. [...] Item deux trezains de cens par chacun an audict jour rue du bourg le conte parroisse nostre dame dudict nogent, ce concistant en une tenue de logis de gouasbin et le reste par ledict hubert acquis de francoys de fegues escuyer sieur du grand et petit damoyselle marguerite de gaubert son espouze, joignant par ledevant a ladicte rue du bourg le conte ayant de leglise de nostredame en partye et autre partye a la maison et jardin dediez pour le predicateur de
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    pour avoir été bailli d’Enghien-le-François (Nogent-le-Rotrou), conseiller du roi et lieutenant de propriétaire de l’édifice est Louise Hubert, veuve du sieur de Villeroussien et fille de Denys Hubert. Le entre cour et jardin. Au 20e siècle, ses bâtiments sont occupés par le groupe scolaire dit institution . DESCRIPTION Situation La parcelle qui accueille l’édifice est implantée le long de la rue du Bourg-le-Comte . Celle-ci est située dans le prolongement de la rue Saint-Laurent. Les deux rues forment un des axes principaux de Nogent-le-Rotrou reliant le prieuré-doyenné de Saint-Denis au pied du château Saint-Jean. Le flanquée à l’ouest par un centre médico-social, au nord-ouest par le collège Delfeuille, et à l’est par la bâtiments 1, 2 et 3 d’une part, et le bâtiment 4 d’autre part. Les bâtiments 1 et 2 comportent deux étages carrés et un niveau de comble. Le bâtiment 3 compte lui 4 niveaux. Il présente deux étages carrés sur un combles. Le premier niveau du bâtiment 1 est doté d’un plan proche du carré. Il est accessible depuis la
  • Maison dite Cave des Templiers (3 rue du Paty)
    Maison dite Cave des Templiers (3 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 3 rue du Paty - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    l'édifice étudié. Celui-ci est identifié comme la cave des Templiers depuis le début du 20e siècle. La cave occupe alors le rez-de-chaussée de la maison Lancelin avant d’être occupée par l’épicerie-mercerie « A la Renommée », exploitée par le couple Langlais. La maison est aujourd’hui propriété de la mairie de Nogent-le
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648. -le-Rotrou). 115- Le vieux Nogent. L'ancienne cave des templiers (Maison Langlais) / N.D. Phot, début du 20e 451 - Nogent-le-Rotrou (E. et L.) rue du Paty n°2. 20e siècle. Impr. photoméc. (carte postale ). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). p. 68. JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions p.44-49 LEPAREUR, Florence. Nogent-le-Rotrou à la fin du Moyen-Age. In : LECUYER-CHAMPAGNE , Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée ROZIER, Hadrien. Eure-et-Loir. Nogent-le-Rotrou. La maison dite « des Templiers » (XIIIe siècle
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 3 rue du Paty - en ville
    Annexe :
    joignant par le devant a ladicte rue doree ayant sur icelle (blanc) de longueur dautre par derriere au Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 34 r°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 34 r°. Item la justice et jurisdiction sur cinq maisons et leurs nostredame, le sieur de mongobert et me philipes jacquelin chirurgean et autres se tenant lune l’autre et chemin neuf montant du bourg leconte a st jean d’un bout ladicte halle du bourg le conte et dautre bout a
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    HISTORIQUE L’édifice est identifié comme la cave des templiers depuis le début du 20e siècle. La cave occupe alors le rez-de-chaussée de la maison Lancelin avant d’être occupée par l’épicerie-mercerie « A la Renommée » exploitée par le couple Langlais. La maison est aujourd’hui propriété de la mairie de Nogent-le-Rotrou. L’emplacement de l’édifice est occupé par une tenue de cinq maisons dont les construction étudiée. Malheureusement, le nom de son propriétaire est cité parmi d’autres, non cités dans situé le long du coteau limitant le plateau Saint-Jean. Ses caves sont creusées dans la craie à silex qui compose le plateau à cet endroit. Côté ouest, le premier niveau de la construction est bordé par tronçons qui compose l’axe principal de Nogent-le-Rotrou, tandis que la rue des Marches permet un accès direct mais non carrossable au château Saint-Jean, situé sur le plateau. Structure La construction est dotée de deux niveaux d’élévation et adopte un plan proche du carré (9 m de large pour 10 m de long). Le
    Illustration :
    , Nogent-le-Rotrou). IVR24_20162801298NUCA
  • Maison, actuellement magasin de commerce et logement (42 place Saint-Pol)
    Maison, actuellement magasin de commerce et logement (42 place Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 42 place Saint-Pol - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    campagnes de construction, bornées entre le 17e et le 19e siècles, dont sont certainement issus les bâtiment 1 est datée du 18e siècle. Le rez-de-chaussée du bâtiment 1, déjà occupé par une boutique au début
    Référence documentaire :
    fol 23 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le 419 - Nogent-le-Rotrou, le bureau de poste. 20e siècle. Impr. photoméc., carte postale. (Archives
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    surface au sol de 480 m². Le magasin de commerce qui occupe actuellement le rez-de-chaussée et une partie 6 ainsi que l’étage et le comble du bâtiment 1 ont été étudiés. Au rez-de-chaussée, on peut tout au en berceau d’orientation et de profil différents, l’une d’elles possède un four (5). Le second est
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 42 place Saint-Pol - en ville
    Annexe :
    droictz a prendre audict coing et d’autre bout par le bas a la susdicte tenue du cheval blanc qui fut a Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 23 v°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 23 v°. [...] Item deux deniers de cens et douze deniers de rente doree que sur le marché au baistial contenant deux cens quattre vingtz sept piedz et demy de longueur greniers petittes courts et autres aysances et comoditez le tout en un tenant joignant d’un costé a ladicte place du marché ayant deux cens seize piedz de longueur sur ladicte place, d’autre par le derriere a la tenue du cheval blanc et jeux de boulles d’un bout a la rue doree qui commance au coing du hault de
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    , soit à l’angle formé par le marché au bétail et la rue Dorée, en face de l’église de l’aumône. Une porte disposée au centre de la façade. Le toit comporte des rampants en pierre de taille, une crossette sculptée est visible sur le mur pignon ouest. Trois souches de cheminées sont également visibles sur le toit. Un plan de 1973 figure le rez-de-chaussée de l’édifice. Celui-ci est composé de 8 bâtiments disposés selon un plan en U, autour d’une cour centrale (9). Le bâtiment 1 est doté d’un plan rectangulaire poutres visibles sur le plan. Celles-ci sont visibles sur une photographie prise dans le bâtiment 1 à la végétaux. Le plan est accompagné d’une élévation de la façade nord du bâtiment 1. Elle est composée de deux niveaux prenant place sous un comble percé de trois lucarnes. Le rez-de-chaussée comporte six travées , le mur est percé par une fenêtre et une demi-fenêtre, ménagées sous des arcs surbaissés. Une porte au ouvertures du rez-de-chaussée. Les trois lucarnes visibles sur le toit sont ménagées sous des linteaux
  • Hôtel, maison dite Écu de Bretagne (5 rue du Paty)
    Hôtel, maison dite Écu de Bretagne (5 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 5 rue du Paty - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    de le dater entre 1540 et la deuxième moitié du 16e siècle. La cave à cellules pourrait être plus -fripier. Un acte de 1765 décrit son organisation. En 1811, l’édifice est figuré sur le cadastre ancien sur rue entre 1890 et 1900. L’Ecu de Bretagne est inscrit aux Monuments historiques le 2 mars 1993. Il commune de Nogent-le-Rotrou.
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648. p. 46. THOMASSU, J. L. F. M. Recherches historiques sur Nogent-le-Rotrou, l'abbaye de Thiron, le château de Villebon, les châteaux de Bélesme et Mortagne et l'abbaye de la Trappe. Nogent-le-Rotrou : [s.n p. 13. SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'édifice situé au n°5 de la rue du Paty est implanté à l'alignement, en bas du coteau limitant le donne également accès à une cave à cellules creusée dans le coteau en fond de parcelle. Le bâtiment sur en moellons de pierre calcaire enduits. Le bâtiment en retour d'équerre directement accolé au premier de calcaire enduits. Enfin, le troisième bâtiment situé en continuité du précédent ne comprend qu'un plates. Un escalier tournant à retours disposé dans le deuxième bâtiment distribue l'ensemble des niveaux
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 5 rue du Paty - en ville
    Annexe :
    joignant par le devant a ladicte rue doree ayant sur icelle (blanc) de longueur dautre par derriere au porte a sortir dans le creux chemin [...] Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 34 r°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol. 34 r°. Item la justice et jurisdiction sur cinq maisons et leurs nostredame, le sieur de mongobert et me philipes jacquelin chirurgean et autres se tenant lune l’autre et chemin neuf montant du bourg leconte a st jean d’un bout ladicte halle du bourg le conte et dautre bout a
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Regnouard, messire Nicolas Lormeau, le sieur de Montgobert, Philippes Jacquelin et autres. Bertrand Louise Le Sueur. Le couple possède plusieurs propriétés à Nogent-le-Rotrou, dont certaines sont situées possession de Mortagne, avant d’être cédé en 1755 à Gabriel Legindre, marchand-fripier. L’acte de 1765 le commodités et une cave sur laquelle des galetas prennent place. En 1811, l’édifice est figuré sur le cadastre rue entre 1890 et 1900. L’Écu de Bretagne est inscrit à l’inventaire des Monuments historiques le 2 détenue par la commune de Nogent-le-Rotrou. DESCRIPTION Situation et composition d’ensemble La parcelle au sol de 564 m². Elle est implantée entre la rue du Paty à l’ouest, et le coteau limitant le plateau Saint-Jean à l’est. La rue des Marches, également située à l’est, prend place le long des pentes du plateau Saint-Jean. Elle borde le second niveau des bâtiments de l’édifice, situés en fond de cour. La rue du Paty est un des tronçons qui compose l’axe principal de Nogent-le-Rotrou, tandis que la rue des
  • Maison, restaurant (22 place du Général-Saint-Pol)
    Maison, restaurant (22 place du Général-Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 22 place du Général-Saint-Pol - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    moitié du 16e siècle. Néanmoins le fait que celui-ci dispose de deux tours d’escaliers, dont l’une (3 tour d’escalier desservant leurs étages. Le remembrement aurait ensuite entraîné la destruction de l’escalier en vis du bâtiment 2, le percement d’une porte centrale en plein cintre et la construction de la
    Référence documentaire :
    418 bis - Nogent-le-Rotrou (E-et-L). La place Saint-Pol, panorama vers le nord-ouest. Vers 1920 . Impr. photoméc. (carte postale). (Mairie de Nogent-le-Rotrou, services techniques).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Saint-Pol et une cour arrière. Il compte deux niveaux d’élévation sous comble. Le bâtiment 1 est fois le rez-de-chaussée du bâtiment 2, une tour circulaire demi-hors-œuvre (3) contenant un escalier en vis desservant les étages du bâtiment 1, et une cave située sous le bâtiment 2. Celle-ci est voûtée en contient un escalier en vis débouchant sur le rez-de-chaussée par une trappe. La cave est dotée de un noyau à base polygonale. Le bâtiment 1 est couvert par une charpente à fermes et pannes assemblées
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 22 place du Général-Saint-Pol - en ville
    Appellations :
    restaurant le saint-Pol
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Carte postale, place du Général-Saint-Pol, panorama vers le nord-ouest (vers 1920 ; Mairie de Nogent-le-Rotrou, Services techniques). IVR24_20162801712NUCA
  • Les maisons du quartier Saint-Euverte d'Orléans
    Les maisons du quartier Saint-Euverte d'Orléans Orléans - Cadastre : 2012 BN
    Référence documentaire :
    doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823.
    Description :
    utilisés pour le gros œuvre. Toutefois, on a pu confirmer dans quelques cas qu’il s’agissait de moellons de pierre calcaire. Le pan de bois, apparent ou enduit, est également présent dans le périmètre étudié, de même que les appareils de pierre de taille calcaire. A partir du 19e siècle, le recours à la brique est
    Texte libre :
    particulièrement concentrées rue du Bourdon-Blanc (3) et rue Saint-Euverte (3) en lien avec le caractère bourgeois Bourdon-Blanc constituait en effet le fossé enserrant les murs. 80 maisons, quant à elles, pourraient se situent le long des rues Saint-Euverte, de Bourgogne et du Bourdon-Blanc. Enfin, 170 maisons ont -Blanc ou encore le 12 rue de Bourgogne. En outre, l’étude des maisons à pan de bois d’Orléans a démontré construits dans un passé récent en lien avec une pression immobilière grandissante sur le centre d’Orléans . Il faut noter que le repérage ayant été systématique sans pouvoir être toujours accompagné de recherches en archives sur l’ensemble du bâti, le doute demeure pour la désignation de certains édifices. Il s’agit d’immeubles n’ayant jamais eu un usage d’habitation mono-familiale. Le corpus pourrait donc du bâti du quartier Saint-Euverte et le parcellaire correspondant. Toutefois, cette enquête n’ayant maison du 16 rue du Dévidet. Les parcelles les plus étroites sont, quant à elles, concentrées le long des
    Illustration :
    qui possède le seul mur pignon aligné sur rue du quartier. IVR24_20144500775NUC4A
1 2 3 4 19 Suivant