Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 87 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison (Le Saugé)
    Maison (Le Saugé) La Riche - Saugé (le) - isolé
    Historique :
    époque ?) construites postérieurement. Le logis a fait l'objet d'importantes rénovations à la fin du 20e indépendant remanié au 20e siècle est accolé sur le pignon est.
    Observation :
    Demeure de qualité possiblement du 16e siècle implantée dans le lit mineur de la Loire face à la
    Référence documentaire :
    Crues de la Loire (15 et 21-22 oct. 1907) - 52 - Saint-Genouph : la Loire inondée, le Saugé, le 22 Prieuré de St Cosme : 2e plan, numéroté 26. Plan de la plantation à faire depuis le bardeau de St . Levé dans le cours de l'année 1788 à la requeste de Messieurs de l'Eglise de Tours, dimensions
    Localisation :
    La Riche - Saugé (le) - isolé
    Titre courant :
    Maison (Le Saugé)
    Illustration :
    Le Grand Saugé sur un plan de 1784 (Archives départementales d'Indre-et-Loire G 524 Le Saugé sur un plan de 1788 (Archives départementales d'Indre-et-Loire G 207 Le Saugé sur le cadastre de 1808 (voir n° 72 à 81) IVR24_20153700476NUCA
  • Maison (La Balaterie)
    Maison (La Balaterie) La Riche - Balaterie (la) - isolé
    Historique :
    pignon est, un logement a été construit au milieu du 19e siècle. Le corps de logis principal isolé à
    Observation :
    La demeure conserve une grange remarquable. La Balaterie, comme le Saugé, est établie dans le lit
    Référence documentaire :
    Prieuré de St Cosme : 2e plan, numéroté 26. Plan de la plantation à faire depuis le bardeau de St
    Illustration :
    La Balatrie sur le cadastre de 1808 IVR24_20153700475NUCA
  • Maison de maître, gentilhommière (Les Pavillons)
    Maison de maître, gentilhommière (Les Pavillons) La Riche - Pavillons (les) - en écart
    Représentations :
    Portrait de femme servant de clé sur un linteau à l'étage, façade nord sur le chemin.
  • Maison de notable (rue de la Mairie)
    Maison de notable (rue de la Mairie) La Riche - 45 rue de la Mairie - en ville
    Observation :
    : "A la mémoire de Louis Berthomeau tué par les allemands le 19 août 1940".
    Description :
    Maison de notable située rue de la Mairie à mi-distance entre l'église Sainte-Anne et le quartier notable de sa remise qui a été aliénée. Les volumes de la maison et le soin apporté à son décor (taille de pierre, ferronnerie...) la distinguent d'autres maisons de maître du quartier Sainte-Anne. Le décor
    Illustration :
    Vue depuis le sud-est. IVR24_20153700818NUCA
  • Maison (43 rue Néricault-Destouches)
    Maison (43 rue Néricault-Destouches) Tours - Quartier sinistré nord - 43 rue Néricault-Destouches - en ville - Cadastre : 2010 DZ 239
    Historique :
    Cette maison a été construite pour le docteur Tugler, propriétaire de la parcelle remembrée, sur de l'entreprise Métais, les travaux sont lancés courant 1952 et achevés en décembre 1954. Le spécifique a disparu lors du dernier changement de propriétaire. La maison est devenue le logement de
    Observation :
    le périmètre de reconstruction du quartier nord, il porte également en façade les noms de ses maîtres
    Description :
    l'institution, qui ne partagent pas de mur mitoyen. La transition entre le bâti ancien et le bâti reconstruit béton armé et une maçonnerie de moellons constituent le gros-œuvre. La toiture est formée de deux longs . Elle s'ouvre sur une petite cour-jardin dont la taille autorise le stationnement d'un véhicule. Cette
  • Maison (52 place Michel Debré)
    Maison (52 place Michel Debré) Amboise - 52 place Michel-Debré - en ville
    Historique :
    passant le long du mur gouttereau nord-ouest et reliant par une galerie la première maison donnant sur la rue à la seconde située en arrière-cour. Par ailleurs, la galerie est encore lisible sur le plan ne permettent pas d'évaluer s'il en existait d'autres ou non. La façade, les charpentes et le plan
    Description :
    sont mitoyens des autres maisons, est montée en pierre de taille de tuffeau. Le pan-de-bois emploie des (12,70 cm). Le premier étage surplombe légèrement le rez-de-chaussée par un encorbellement conforme à premier étage, deux aisseliers ont été installés entre le poteau cornier et la sablière. Le niveau du sablière de plancher du niveau 3 et celles longeant les murs gouttereaux. Le hourdis visible par endroits importantes et il est possible que l'allège ait été abaissée, mais rien ne le prouve pour autant formellement vestiges de latrines qui descendaient sous le sol de la cave ainsi qu'un puits restent encore en place. La authenticité. Le rez-de-chaussée de la seconde maison dispose d'une porte de communication avec la cour est une création récente. Cette dernière est encore lisible dans le mur côté cour, par un linteau chanfreiné qui se trouve contre le mur pignon nord-ouest. Cette porte ouvrait ainsi au-dessus de la cave (environ 65 cm de rayon), mais les contremarches à cavet permettent de poser le pied même à côté du noyau
    Annexe :
    Précisions sur les charpentes du 52 place Michel Debré à Amboise Le comble de la petite maison arrière est intéressant. Le niveau du sol se trouve 1 m sous le niveau des sablières longeant les murs le chêne et la pente du toit atteint 56 degrés. Même parmi les bois les plus épais - les poteaux quartiers. La qualité générale est assez médiocre, le bois présentant beaucoup de noeuds et de flaches dans le mur pignon, un poinçon reliant le faîte à l'entrait. Un faux-entrait venait de part et d'autre du poinçon le lier aux arbalétriers. Longitudinalement, le faîtage était soutenu par de petits -entraits soutenaient les chevrons. Des tuiles plates couvraient le tout. Les analyses dendrochronologiques datent les structures primitives de 1504 environ. Le comble de la première maison donnant sur la rue décrit comme suit : les fermes montrent un poinçon reliant le faîtage à l'entrait et un faux-entrait longeant le mur pignon. Cette sablière est, au nord-ouest comme au sud-est, constituée de deux sections de
    Illustration :
    Vue d'un graffito réalisé sur le parement du bâtiment sur rue. IVR24_20073701025NUCA Vue d'un graffito réalisé sur le parement du bâtiment sur rue. IVR24_20073701026NUCA Vue du comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue. IVR24_20073701030NUCA Vue de la charpente de comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue Vue de la charpente de comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue Vue de la charpente de comble du 52 place Michel Debré : le bâtiment donnant sur la rue pour le passage du conduit de cheminée. IVR24_20073701031NUCA Vue du pignon dont le hourdis n'a pas été achevé, du côté du 54 place Michel Debré
  • Maison de notable (Doyenné)
    Maison de notable (Doyenné) La Riche - 19 rue du Doyenné - en ville
    Historique :
    Maison construite possiblement au cours du 16e siècle. Elle est présente dans le cadastre de 1808
    Illustration :
    Le doyenné sur le cadastre de 1808. IVR24_20153700091NUCA
  • Maison (18 rue de la Concorde)
    Maison (18 rue de la Concorde) Amboise - 18 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    Le 18 rue de la Concorde a longtemps été identifié comme la bâtisse édifiée en 1484 et 1485 pour des peintures murales situées dans le vaisseau voûté en berceau de l'actuelle cave du 25 quai Charles Guinot, vaisseau communicant avec les caves du 18 rue de la Concorde. Aujourd'hui le bâtiment est divisé
    Référence documentaire :
    . Rapports des restaurations de la tour de l'Horloge (1937 et 1983) ; dossier sur le manoir de La Menaudière (1947) ; dossier sur le Logis des Pages (1947) ; dossier sur la maison du Grenier à sel (1947) ; dossier sur le manoir dit « Le Sauvage » (1947) ; dossier sur les vieilles maisons en pan de bois : 11,13 et
    Description :
    le pignon sud-sud-est permet d'envisager une construction ancienne. À l'intérieur, les murs ont été isolés, et les espaces divisés. Il demeure, parmi les structures anciennes, le rez-de-chaussée primitif , à présent situé environ 2 m sous le niveau de la rue de la Concorde qui fait office de caves. Il pénétrantes, dont le profil est prismatique. Cette particularité constructive est révélée par certaines pierres d'ogives tombées à terre. Cette pièce communique avec le rez-de-chaussée du 25 Quai Charles Guinot surbaissé est prismatique. Le comble a été aménagé en appartements sur deux niveaux, au niveau des blochets par l'isolation ce qui empêche de donner le nombre exact de fermes. La pente du toit est de 56 degrés . L'essence employée est le chêne. Les chevrons-arbalétriers se composent de deux pièces de bois, l'assemblage -mêmes sur deux sablières, l'une interne et l'autre externe. Deux faux-entraits, le premier fait de deux éléments et le second monoxyle, s'assemblent aux chevrons. Aisseliers et jambettes déchargent l'angle de
    Illustration :
    A droite de l'hôtel bossages, vue du mur gouttereau Ouest du 18 rue de la Concorde, depuis le Vue ancienne de l'escalier à balustres tournés, situé dans le comble. IVR24_19893701400X
  • Maison partagée (rue de la Métairie)
    Maison partagée (rue de la Métairie) La Riche - 5-7 Rue de la Métairie - bâti lâche
    Historique :
    Rares maisons doubles sur le territoire larichois.
    Description :
    traverse la commune, la maison est remarquable par le traitement de ses entrées. Deux baies symétriques, en plein-cintre, ouvrent sur un escalier menant à l'entrée de chacune des maisons. Le rez-de chaussée est
  • Maison (13 rue Manuel)
    Maison (13 rue Manuel) Amboise - 13 rue Manuel - en ville
    Référence documentaire :
    . Rapports des restaurations de la tour de l'Horloge (1937 et 1983) ; dossier sur le manoir de La Menaudière (1947) ; dossier sur le Logis des Pages (1947) ; dossier sur la maison du Grenier à sel (1947) ; dossier sur le manoir dit « Le Sauvage » (1947) ; dossier sur les vieilles maisons en pan de bois : 11,13 et MELET-SAMSON, Jacqueline. Le développement historique de la ville d'Amboise des origines à la fin
    Description :
    de comble à surcroît. Il est fort possible qu'il ait perdu sa lucarne. Le toit aujourd'hui couvert en partie basse en ardoise devait l'être en tuile plate, comme le haut du toit. Le bas du toit est percé de deux velux. Le pan de bois à grille présente un hourdis de briques dont la mise en oeuvre est soignée . Au rez-de-chaussée, les trois poteaux élargis répartis le long de la façade ont été tronqués, si bien qu'ils ne reposent plus au sol. Le colombage comme le hourdis sont à présent cachés sous un crépi qui ne indique la présence d'une cave. On se trouve en effet dans un secteur assez éloigné de la Masse. Le premier étage et le surcroît qui se trouve à son aplomb sont en encorbellement sur le rez-de-chaussée. La le profil est d'inspiration gothique. À l'étage, le pan de bois à grille est contre-venté de deux façade, une ancienne croisée est source de lumière. Le haut de son meneau apparaît encore sous le linteau
    Illustration :
    Détail de la façade : le premier étage. IVR24_20073700607NUCA
  • Maison : cave (24 rue de la Concorde ; 22 quai Charles Guinot)
    Maison : cave (24 rue de la Concorde ; 22 quai Charles Guinot) Amboise - 24 rue de la Concorde 22 quai Charles-Guinot - en ville
    Description :
    murs comme les bois ont été très restaurés et sont peints ou enduits. Le mur côté Loire est doublé d'un second mur, construit 1 m en avant. Le premier mur mesurant 1,70 m d'épaisseur pourrait correspondre au . Elle repose sur un socle carré d'où monte un fût fuselé, sans base. Le chapiteau mouluré d'un simple
    Illustration :
    Vue du mur de la cave : le mur intérieur montre l'alignement du mur d'enceinte du Petit Fort, le mur extérieur, doublant le premier, a été ajouté à l'époque moderne, une fois construit le quai
  • Ferme, actuellement maison (La Varenne)
    Ferme, actuellement maison (La Varenne) La Riche - Varenne (la) - 2 rue du Pigeonnier - isolé
    Historique :
    cadastral de 1808, parcelle 638, laisse peu de doute sur le type de la grange largement répandu dans la région : une grange dite "à porteau", ou à porche, devançant le corps de bâtiment.
    Illustration :
    La Varenne sur le cadastre de 1808 (en haut à droite) IVR24_20153700069NUCA
  • Maison (rue du Plessis)
    Maison (rue du Plessis) La Riche - 80 Rue du Plessis - en ville
    Historique :
    La maison est présente dans le cadastre ancien de 1808 (Section Sainte-Anne, parcelle 706).
    Description :
    permettent de dater sa construction avant le 17e siècle. Certaines de ses menuiseries datent de sa période de
  • Maison (22 rue de la Concorde)
    Maison (22 rue de la Concorde) Amboise - 22 rue de la Concorde - en ville
    Description :
    Certains des éléments, comme la ferme débordante qui n'est pas cachée sous le lierre, sont visibles depuis le promontoire du château. Leur aspect semble assez neuf, mais nous ne savons pas s'ils sont le
    Illustration :
    de la Concorde, depuis le promontoire du château. IVR24_19903700216X
  • Maison (2bis rue Chaptal)
    Maison (2bis rue Chaptal) Amboise - 2 bis rue Chaptal - en ville
    Description :
    Aujourd'hui la façade donnant sur la rue est construite en pierre de taille de tuffeau. Le seul datant. Seul le rapport d'antériorité entre le numéro 6 et le numéro 2 bis permet d'avancer que cette
    Illustration :
    Vue générale du 2 rue Chaptal dont le toit est dominé par la charpente à la Philibert de l'Orme
  • Maison : cave avec peinture monumentale (25 quai Charles Guinot)
    Maison : cave avec peinture monumentale (25 quai Charles Guinot) Amboise - 25 quai Charles-Guinot - en ville
    Historique :
    Seul le niveau de caves du 25 quai Charles Guinot suscite notre intérêt. Il communique avec la cave du XVe siècle ou au début du XVIe, en témoigne le type de charpente mis en oeuvre. L'extension du 25 datation révélée par ces analyses dendrochronologiques a confirmé le remploi de bois abattus vers 1270 dévêtissement latéral, peuvent être mis en relation avec la datation des peintures murales situées dans le
    Description :
    palette de couleurs employées se situe dans les tons ocres. Le style est assez peu naturaliste, en autres combattants portant le heaume et des rondaches (protection obsolète lorsque le bouclier en amande
    Illustration :
    Vue de la voûte d'ogives de l'actuelle cave, qui devait être le rez-de-chaussée : la retombée sud Vue de la voûte d'ogives de l'actuelle cave, qui devait être le rez-de-chaussée, la retombée Sud Vue de la voûte d'ogives de l'actuelle cave, qui devait être le rez-de-chaussée : détail d'une clef Vue de la voûte d'ogives de l'actuelle cave, qui devait être le rez-de-chaussée : clef de voûtes et Vue de la voûte d'ogives de l'actuelle cave, qui devait être le rez-de-chaussée : retombée d'ogive Vue de la voûte d'ogives de l'actuelle cave, qui devait être le rez-de-chaussée : arc formeret du Vue de la voûte d'ogives de l'actuelle cave, qui devait être le rez-de-chaussée : arc formeret et Vue rapprochée des peintures murales : le cavalier. IVR24_20073701067NUCA Vue rapprochée des peintures murales : le cavalier devant un arbre écotté, un soldat à ses pieds Vue rapprochée des peintures murales : le soldat à terre devant le cavalier. IVR24_20073701069NUCA
  • Maison (103-105 rue Victor Hugo)
    Maison (103-105 rue Victor Hugo) Amboise - 103-105 rue Victor-Hugo - en ville
    Description :
    en pierre, tandis que les étages sont en pan-de-bois avec un léger encorbellement pour le n° 103 et sans encorbellement pour le n° 105. Les murs pignons sont construits en moellon de tuffeau jaune avec . Le crépi de la façade empêche de déceler leurs emplacements primitifs. Le n° 103 s'ouvre au rez-de ouvre la façade. Le n° 105 puise quant à lui son jour d'une première baie étroite au rez-de-chaussée et , à l'étage, d'une seconde baie placée sous le toit. Cette fenêtre était peut-être à l'origine une fenêtre passante puisque le bas du rampant présente des traces de réfections récentes matérialisées par des ardoises. La façade nord-est tournée vers le coteau s'avère plus authentique. À en croire les deux construite en pan-de-bois sur un plan pentagonal et l'un de ses murs se trouve dans le prolongement du pignon du n°105. Le motif associant la grille et les croix de Saint-André s'apparente à celui de la tourelle
    Illustration :
    Vue de la tourelle d'escalier située derrière le 105 rue Victor Hugo. IVR24_20073700788NUCA Vue des façades arrières des 103-105 rue Victor Hugo donnant sur le coteau. IVR24_20073700789NUCA
  • Maison (22 quai Charles Guinot)
    Maison (22 quai Charles Guinot) Amboise - 22 quai Charles-Guinot - en ville
    Historique :
    Le 22 quai Charles Guinot correspond à la façade côté Loire du 24 rue de la Concorde.
    Description :
    Le balcon que l'on distingue au premier étage au-dessus de l'entrée de cave correspond bien au doublement du mur de cave côté Loire signalé dans la notice du 24 rue de la Concorde. Dans le cas de cet
  • Maison (35 rue Nationale)
    Maison (35 rue Nationale) Amboise - 35 rue Nationale - en ville
    Historique :
    Notre étude s'est concentrée sur le premier étage et le surcroît en pan-de-bois de la maison qui
    Description :
    La maison présente sur la rue sa façade Nord-Ouest de rive de 4,20 m de large. Le rez-de-chaussée sablière, un niveau de potelet annonce la présence d'un comble à surcroît. Le curieux décroché du poteau
  • Ferme, maison (rue de Blois)
    Ferme, maison (rue de Blois) Amboise - rue de Blois - en ville
    Historique :
    -chaussée, une cheminée dont le jambage droit est rapporté, a été mise en place récemment. Son profil est
    Description :
    A une cheminée accueillant sur son contrecoeur l'ouverture d'un four à pain, le propriétaire des lieux a récemment fait rapporter le jambage d'une cheminée de style Louis XII (1498-1515). Le jambage droit de la cheminée se compose de deux colonnettes engagées dans le piédroit de la cheminée, reposant transition est plus savante : le première colonnette engagée au tiers est séparée par une gorge d'une seconde colonnette engagée aux trois quarts dans le pied droit ; enfin un bandeau permet le raccord au mur. La dans le mur mais y a été simplement accolé. Le chapiteau couronnant les colonnettes, se développe s'élève une succession de gorge-tore-cavet-tore-gorge-bandeau. Le style gothique tardif, semblable à celui
1 2 3 4 5 Suivant