Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 86 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Issoudun : statue, La République
    Issoudun : statue, La République Issoudun - place de la Libération - en ville
    Inscriptions & marques :
    Marque de fondeur : MAURICE DENONVILLIERS /SERMAIZE-SUR-SAULX/PARIS" (sur la plinthe droite ). Plaque dédicace placée après la Seconde guerre mondiale portant les noms de maquisards tués.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Issoudun, place des marchés (actuelle place du 10-juin-1944) pour commémorer le centenaire de la Révolution . La statue de la République par Jean-François Soitoux constitue une édition de 1891 de celle qui lui fut commandée en 1848 par la Seconde République et maintenant exposée quai Malaquais à Paris. La fontaine complète est ensuite déplacée rue de l'Étape-au-vin (actuelle place de la Libération) puis démantelée en 1936, ne laissant au dernier emplacement que la statue sur son socle. Les lions assis, exécutés , essentiellement dans le sud de la France.
    Représentations :
    La figure de la République en pied, couronnée de feuilles de chêne, tient une épée de la main
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Placée au centre d'un bassin quadrilobé en pierre, la fontaine monumentale était constituée d'un piédestal central orné de têtes de lion, accosté de deux lions assis et portant une statue de la République
    Localisation :
    Issoudun - place de la Libération - en ville
    Titre courant :
    Issoudun : statue, La République
    Dimension :
    la 150.0 centimètre socle la 127.0 centimètre longueur d'un lion
    États conservations :
    altération de l'épaisseur de la matière l'Occupation par la société des usines du Pied-Selle à Fumay (08). L'état général des lions est moyen. Sont
    Dates :
    1891 porte la date
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la statue de trois quarts gauche. IVR24_20123600855NUC4A Vue d'ensemble de la statue de face. IVR24_20123600854NUC4A Vue d'ensemble de la statue de trois quarts arrière. IVR24_20123600857NUC4A Vue d'ensemble de la statue de trois quarts gauche. IVR24_20123600856NUC4A Vue d'ensemble de la statue de trois quarts arrière. IVR24_20123600858NUC4A Détail des attributs du côté gauche de la statue (couronne brisée, faisceau surmonté d'une couronne de chêne) et de la marque de fondeur sur la plinthe droite : "MAURICE DENONVILLIERS/ SERMAIZE-SUR Détail des attributs du côté droit de la statue (triangle de l'égalité, ruche, presse d'imprimerie Vue d'ensemble du piédestal. Sur la plinthe en bas, plaque portant la date d'inauguration : "14 Vue d'ensemble de la fontaine avec les deux lions (place du 10-juin-1944). IVR24_20123600700NUC4A
  • La Châtre : statue de George Sand
    La Châtre : statue de George Sand La Châtre - avenue George-Sand - en ville
    Historique :
    Dès 1878, la direction des Beaux-Arts commande à Aimé Millet un buste de George Sand (1804-1876 ) pour Versailles. Il n'est donc pas étonnant que la ville de La Châtre qui a ouvert, au début de l'année 1877, une souscription nationale pour honorer la "Dame de Nohant" songe au même artiste à la fin de 1879 pour exécuter le groupe assis, après avoir envisagé une copie en marbre de la statue assise en la souscription et 6 000 francs par une subvention de l'Etat décidée en janvier 1880. Il propose deux maquettes, l'une assise et l'autre en pied, cette dernière est conservée au musée de la vie romantique à albums du Salon - le groupe est inauguré le 10 août 1884 à La Châtre et figure la veille en couverture de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Référence documentaire :
    Inauguration de la statue de George Sand à La Châtre. L'Univers illustré. Couverture du 9 août 1884 Archives nationales. F 21/4374. Attributions d'œuvres d'art et de subventions (La Châtre). ). Inauguration de la statue de George Sand à La Châtre. 1884-1885. Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts. Inventaire général des richesses d'art de la
    Canton :
    La Châtre
    Statut :
    propriété de la commune
    Dates :
    1884 porte la date
    Annexe :
    DUMESNIL, Henri. Aimé Millet, souvenirs intimes. Paris : Lemerre et Rapilly, 1891. [A propos de la statue de George Sand de La Châtre] Deux maquettes, une debout, l'autre assise, ont été faites ; la dernière a été adoptée. Elle est d'un caractère bien moderne et conserve les qualités, la dignité de style
    Inscriptions & marques :
    Signature et date sur la plinthe senestre : AIME MILLET SCULPT. 1884 ; inscription concernant l'iconographie sur la face avant du socle : GEORGE SAND / AMANTINE LUCILE AURORE / DUPIN / BARONNE DUDEVANT /PARIS M.DCCC.IV /NOHANT M.DCCC.LXXVI ; inscription concernant le donateur et date sur la face arrière du dextre) INDIANA / LELIA /JACQUES / CONSUELO / LETTRES D'UN VOYAGEUR / Melle DE LA QUINTINIE / LE MARQUIS /FRANCOIS LE CHAMPI / LE MEUNIER D'ANGIBAULT / LA MARE AU DIABLE / LE PECHE DE Mr ANTOINE / LA PETITE
    Observation :
    la fois nationale et locale, femme de lettres (représentation assise assez convenue pour ce type de grand homme). - Œuvre d'un statuaire très sollicité sous le Second Empire et les débuts de la IIIe
    Représentations :
    George Sand est représentée dans la cinquantaine, en "Dame de Nohant" reconnue, assise les jambes et vêtue de la gandourah, longue robe de chambre qu'elle revêtait pour écrire. Elle tient une plume dans la main droite et un livre entrouvert dans l'autre main.
    Description :
    Le monument s'inscrit au cœur du square George-Sand. La statue en marbre est posée sur un piédestal
    Localisation :
    La Châtre - avenue George-Sand - en ville
    États conservations :
    fissures du bloc, en particulier au niveau de la plinthe avant.
    Dimension :
    la 136.5 centimètre base du socle la 86.0 centimètre plinthe
    Titre courant :
    La Châtre : statue de George Sand
    Illustration :
    Vue générale du square George-Sand avec le monument de trois quarts arrière et la rue de Belgique Vue générale du square depuis la face arrière du monument. IVR24_20123600848NUC4A Détail de la statue de face. IVR24_20123600692NUC4A Détail de la statue de profil, avec la signature sur la plinthe droite : "AIME MILLET SCULP. 1884
  • La Châtre : monument à Henri de Latouche
    La Châtre : monument à Henri de Latouche La Châtre - avenue George-Sand - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Référence documentaire :
    CASO, Jacques de. David d’Angers : l’avenir de la mémoire. Paris : Flammarion, 1988.
    Canton :
    La Châtre
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Châtre - avenue George-Sand - en ville
    Titre courant :
    La Châtre : monument à Henri de Latouche
    Dimension :
    la 76.0 centimètre stèle
  • Beaune-la-Rolande, Lycée agricole de Beaune-la-Rolande : monument commémoratif
    Beaune-la-Rolande, Lycée agricole de Beaune-la-Rolande : monument commémoratif Beaune-la-Rolande - 7 rue des Déportés - en ville
    Inscriptions & marques :
    Sur la grande stèle : ILS / DOIVENT / AGIR / LES / UNS / ENVERS / LES / AUTRES / DANS / UN / ESPRIT / DE / FRATERNITÉ / 1994 / LES ÉLÈVES / D. FRESQUET / R. OULLIÉ. Sur la stèle moyenne : TOUS / LES / ÊTRES / HUMAINS / NAISSENT / LIBRES / ET / ÉGAUX / EN / DIGNITÉ / ET / EN/ DROITS. Sur la petite stèle
    Historique :
    Les trois stèles ont été élevées en 1994 par des élèves sous la direction de D. Fresquet et de R en souffrance : un homme, une femme et un enfant. Ce monument commémoratif célèbre entre autres la liberté, l'égalité et la fraternité.
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    Les trois stèles composent un monument commémoratif. La plus grande compte cinq blocs de calcaire superposés prenant la forme d'une silhouette fléchie, la moyenne de quatre blocs et la petite de trois blocs . La plus grande mesure 2 m de haut pour 0.6 m de large, la moyenne mesure 1.5 m de haut pour 0.5 m de large et la petite mesure 1.2 m de haut pour 0.4 m de large.
    Localisation :
    Beaune-la-Rolande - 7 rue des Déportés - en ville
    Titre courant :
    Beaune-la-Rolande, Lycée agricole de Beaune-la-Rolande : monument commémoratif
    Dates :
    1994 porte la date
    Illustration :
    Une stèle : les inscriptions sur la face concave. IVR24_20144500092NUCA La petite et la grande stèle. IVR24_20144500093NUCA
  • Saint-Lubin-de-la-Haye : buste de Louis Pelletier
    Saint-Lubin-de-la-Haye : buste de Louis Pelletier Saint-Lubin-de-la-Haye - La Haye - rue du général Pelletier rue du Milieu - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Monument élevé en l'honneur du général Louis Pelletier (1754-1843), natif de la commune . L'édification est décidée par un décret ministériel en date du 22 février 1886 et l'inauguration a lieu la même année. Le monument subit des modifications après la Première guerre mondiale : le piédestal est
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Saint-Lubin-de-la-Haye - La Haye - rue du général Pelletier rue du Milieu - en ville
    Titre courant :
    Saint-Lubin-de-la-Haye : buste de Louis Pelletier
  • Aubigny-sur-Nère : groupe sculpté, Le Passé et l'Avenir ou La Défense nationale 1870-1871
    Aubigny-sur-Nère : groupe sculpté, Le Passé et l'Avenir ou La Défense nationale 1870-1871 Aubigny-sur-Nère - Les Grands-Jardins - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature et date sur la plinthe senestre : "Mme Vve Ch-E QUINQUAUD 1901" ; Titre sur la plinthe le socle avant : "DON DE L'ETAT" ; Inscription sur la base senestre du socle : "CARRIERE / DE LA [BIC
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    de Tananarive (Madagascar). L'arrêté du 29 janvier 1902 commande la transcription en marbre marbre est achevé en 1904, année de son exposition au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts (n °2066), et entre au Dépôt des marbres (n°1871), après son exposition. A la suite de la demande du député du Cher H. Maret, la Ville d'Aubigny-sur-Nère obtient le dépôt du groupe en 1905 (lettre du 5 août 1905 du Sous-secrétaire d’État aux Beaux-arts au préfet), après que l'attribution en 1902 de la statue commandés autour de 1900 en hommage aux morts de la Guerre de 1870, et son installation dans un jardin dès création, vers celle d'une sculpture purement décorative. La mention "don de l’État" du socle est erronée groupe est aujourd'hui le seul ornement de statuaire publique de la ville d'Aubigny-sur-Nère.
    Référence documentaire :
    p.38-39 CHAMBRION, Matthieu. Statues dans la ville. Un musée à ciel ouvert en Région Centre-Val de
    Représentations :
    Le groupe représente une allégorie des ravages de la Guerre de 1870 : un enfant nu accourt vers sa mère, en l'absence du père de famille. La femme en habit de paysanne des années 1870 est assise sur un canon de la Guerre de 1870, et sur la terrasse dextre sont placés deux écus brisés aux armes de la
    Description :
    coupés, qui se rétrécit au-dessus de la base.
    Titre courant :
    Aubigny-sur-Nère : groupe sculpté, Le Passé et l'Avenir ou La Défense nationale 1870-1871
    Dimension :
    la 127.0 centimètre statue seule
    Dates :
    1901 porte la date
    Illustration :
    " et "DON DE L'ETAT" sur la plinthe et la face avant du socle. IVR24_20121800917NUC4A Vue d'ensemble du groupe de trois-quarts droit, avec le titre sur la plinthe avant "LE PASSE ET L'AVENIR" et la signature sur la plinthe : "MME VVE CH. E. QUINQUAUD 1901". IVR24_20121800920NUC4A Vue de trois quarts arrière gauche, avec les armes de l'Alsace et de la Lorraine sur le côté gauche Détail du socle, avec l'inscription : "CARRIERE DE LA P?CH?". IVR24_20121800922NUC2A
  • Tours : monument, La Touraine couronnant ses enfants, Bretonneau, Velpeau, Trousseau (détruit)
    Tours : monument, La Touraine couronnant ses enfants, Bretonneau, Velpeau, Trousseau (détruit) Tours - place François Sicard - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    En 1886, l'Association des médecins d'Indre-et-Loire demande à la ville de Tours d'ériger un monument à la gloire des médecins Bretonneau, Velpeau et Trousseau. Le monument, élevé par souscription Laloux en est l'architecte, François Sicard, le sculpteur de la statue allégorique de La Touraine et des médaillons, H. Fusil l'exécutant du piédestal. Le monument est démantelé pendant l'Occupation et la statue de La Touraine fondue. Les trois médaillons représentant les médecins, à l'origine scellés sur le piédestal, sont enlevés, ils sont conservés actuellement dans le hall de la faculté de médecine de Tours.
    Référence documentaire :
    Velpeau - Discours prononcé à Tours le 30 octobre 1887, par J.C. Félix Guyon, professeur à la
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Tours : monument, La Touraine couronnant ses enfants, Bretonneau, Velpeau, Trousseau (détruit)
    États conservations :
    altération chromatique de la surface Médaillons : altération chromatique de la matière, traces d'oxydation sur les parties abritées.
  • Orléans : statue équestre de Jeanne d'Arc
    Orléans : statue équestre de Jeanne d'Arc Orléans - place du Martroi - en ville
    Inscriptions & marques :
    Marques de fondeur et date : (sur la plinthe nord de la statue) "FONDU PAR St DENIS PARIS 1853 " ; inscription concernant l'iconographie (face avant du socle) : "A JEANNE D'ARC/ LA VILLE D'ORLEANS/ AVEC LE CONCOURS/ DE LA FRANCE ENTIERE" "Messire m'a envoyée/ pour secourir la bonne ville/ d'Orléans / QUATRE CENT VINGT-SIXIEME ANNIVERSAIRE/ DE LA DELIVRANCE D'ORLEANS/ CETTE STATUE/ A ETE INAUGUREE/ EN PRESENCE DE M. ABBATUCCI MINISTRE DE LA JUSTICE/ ET BENIE PAR Mr. DUPANLOUP EVEQUE D'ORLEANS/ M. F. BOSELLI ETANT PREFET DU LOIRET/ M. GENTEUR MAIRE DE LA VILLE." "LE VIII MAI MDCCCLKI/ LES RELIEFS DU PIEDESTAL le donateur (côté sur du socle, sur la base) : "CETTE STATUE GRAVEMENT ENDOMMAGEE/ AU COURS DE LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE/ A ETE RESTAUREE EN 1950/ GRACE A LA GENEROSITE/ DES HABITANTS DE LA NOUVELLE
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Le premier hommage à Jeanne d'Arc sur la petite place du Martroy apparaît assez vite anachronique et trop guerrier. La Ville émet dans les années 1840 le souhait de voir un grand monument équestre honorer la Pucelle, et les contacts noués avec le sculpteur Denis Foyatier lui font obtenir en 1846 la commande du monument dans son ensemble (statue, reliefs et socle) dont il achève les modèles en 1850. La souscription est lancée par la suite, mais ne permet pas de couvrir tous les frais. Après un certain retard pris pendant les évènements de 1848, la statue est finalement fondue par les fonderies de Saint-Denis en 1853 grâce au métal de neuf canons donné par le Ministère de la Guerre, et inaugurée sur un socle costumes. Il faut attendre la loterie exceptionnelle autorisée cette même année pour que les sommes reçues Foyatier et la Ville, le premier jugeant que la Ville n'a pas respecté les termes du contrat quant à son dédommagement pour les reliefs : ce procès (au terme duquel Foyatier est soldé de 30 000 francs) occupe toute la
    Observation :
    Critères pour la protection au titre des Monuments historiques : -Monument iconique de la ville d'Orléans, commande ancienne et à l'histoire fort riche (liens avec trois fêtes johanniques pour les inaugurations, exception constante aux envois à la fonte sous l'Occupation...). -Monument complet, avec un cycle
    Référence documentaire :
    Les bas-reliefs de la statue de Jeanne d'Arc. in L'Illustration : journal universel. Mai 1861, p contre la Ville d'Orléans. Archives départementales du Loiret. 10T ; 42. Orléans, monument à la Pucelle par Gois - projets an Archives municipales d'Orléans. Dossier documentaire sur la statue de Jeanne d'Arc. Réalisé par PINGEOT, Anne. Cent Ans de Jeanne d'Arc sculptées. Images de Jeanne d'Arc. Paris : Hôtel de la [Exposition. Paris, Hôtel de la Monnaie, juin-septembre 1979]. Images de Jeanne d’Arc : hommage pour le 550e anniversaire de la libération d’Orléans et du sacre. Paris : musée de la Monnaie, 1979.
    Représentations :
    tendant son épée, la tête levée vers le ciel et le regard tourné vers la cathédrale, la main gauche reposant sur la bride, à l'instant où elle rend hommage après le combat qui lui a donné la victoire. Le cheval est à l'arrêt, animé d'une certaine tension, la tête baissée et les jambes avant droit et arrière
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument est placé au cœur de la ville, au centre de la place du Martroi, dont elle constitue le point de mire de toutes les rues qui y aboutissent. La statue équestre en bronze est placée sur le socle
    Dimension :
    h 440.0 centimètre Hauteur de la statue seule
    Annexe :
    Archives départementales du Loiret. 10T/42. Monuments commémoratifs. Extrait de la souscription s'agit de célébrer la France victorieuse, la France délivrée du joug étranger par Jeanne d'Arc Jeanne d'Arc. Art.2 – la ville d'Orléans souscrira pour vingt mille francs Art.6 – l'exécution de la de la garantie qu'il recevra de la ville, dès que la souscription aura atteint cent mille francs. Art .10 – Si dans l'année la souscription ne s'élève pas à 100 000, les fonds versés seront rendus aux dépenses accessoires du monument. Art.14 – Lorsque la souscription aura atteint le chiffre de 100 000 f, un 6000 Souscriptions particulières à Orléans 8000 Souscriptions de la commission de Paris 7000 Le département de la Seine 1000 le Conseil municipal de Dijon de l'Intérieur vient d'ajouter une attribution de 9000 il convient de joindre à cet actif la valeur des bronzes concédés par le ministère de la guerre dont le prix est de
    Illustration :
    Prospectus de la souscription nationale pour la statue de Jeanne d'Arc à élever sur la grande place Affiche de la loterie Jeanne d'Arc de 1855 destinée à couvrir les frais du monument. (Archives Plan du piédestal de la statue de Jeanne d'Arc sur la place du Martroi, échelle de 0.02 par mètre Dessin d'un projet de médaille avec le monument de la place du Martroi (avers) et quelques lignes page. "Principales pièces de la collection d'estampes exposées à Nancy"). IVR24_20144500224NUC4A Le monument vu dans l'axe de la rue Royale. IVR24_20124500285NUC4A La statue de Foyatier, vue depuis le sud. IVR24_20124500175NUC4A Détail de la marque de fonderie sur la plinthe nord : "FONDU PAR St DENIS PARIS 1853 Prise du fort des Tourelles, délivrance de la ville d'Orléans par Jeanne d'Arc (relief situé au sommet de la face sud du socle). IVR24_20124500174NUC4A
  • Tours : fontaine dite monument François Sicard (partiellement détruite)
    Tours : fontaine dite monument François Sicard (partiellement détruite) Tours - 26 boulevard Heurteloup - en ville - Cadastre : 2012 DW 601
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    La fontaine Sicard est exécutée d'après la fontaine Archibald élevée en 1932 à Sidney. Cette éditeur australien, afin de commémorer l'alliance franco-australienne pendant la Première Guerre Mondiale . La volonté d'honorer la mémoire de François Sicard (1862-1934) par l'une de ses oeuvres-phare est forte et le projet voit le jour à peine deux ans après la mort de l'artiste : ses amis, en accord avec sa famille, choisissent les modèles au tiers de la fontaine Archibald de Sydney (1932), augmentés de . L'ensemble, produit par la famille, les amis, une souscription et deux subventions successives (1936 et 1938 la Préfecture de Tours (angle nord-est). Il constitue l'un des rares ensembles à ne pas être touché par la mobilisation des métaux non ferreux sous l'Occupation. Il est l'objet d'un vol dans les années
    Représentations :
    Au centre de la composition, Apollon, portant la lyre, se dressait au sommet d'un haut pylône
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La fontaine, connue par des plans et des photographies, est exécutée sur le modèle de la fontaine
    Précision localisation :
    Jardin de la préfecture
    Dimension :
    la 800.0 centimètre
    Origine :
    lieu de provenance jardin de la Préfecture de Tours
    Illustration :
    Salon de 1930 : détail des groupes en bronze destinés à la fontaine Archibald élevée à Sidney Salon de 1930 : la fontaine Archibald élevée à Sydney (gravure reproduite dans L'Illustration, n Vue d'ensemble de la fontaine dans le jardin de la Préfecture à Tours. Photographie ancienne
  • Tours : statue d'Anatole France
    Tours : statue d'Anatole France Tours - square de la Préfecture - en ville
    Inscriptions & marques :
    FRANCE / PARIS 1844 / LA BECHELLERIE 1924 (sur le socle en pierre, devant).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    En 1933, la ville de Tours passe commande à François Sicard d'un monument à la mémoire d'Anatole probablement réalisé et prêt à être remis à la ville à l'été 1939 mais l'inauguration ne peut avoir lieu en raison des évènements de la Seconde Guerre mondiale. Il sera finalement inauguré le 12 octobre 1949 (ayant été sauvé de l'envoi à la fonte).
    Matériaux :
    bronze fondu à la cire perdue
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue en bronze est posé sur un socle très bas en pierre.
    Localisation :
    Tours - square de la Préfecture - en ville
    Dimension :
    la 105.0 centimètre statue seule
  • Montgivray : monument à André Boillot
    Montgivray : monument à André Boillot Montgivray - côte d'Ars - en ville
    Inscriptions & marques :
    BOILLOT A TROUVE ICI UNE / MORT GLORIEUSE. IL JOIGNIT / AU COURAGE ET A LA MAITRISE ; SPORTIVE LES PLUS . ; PILOTE DE GUERRE (symboles de la médaille militaire et de la croix de guerre) (5 CITATIONS) / TARGA
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    qu'André Boillot (1891-1932), pilote et aviateur, avait quitté la route avec sa Peugeot le 5 juin 1932 pendant les essais de la course de la Côte d'Ars créée en 1927. Il décède des suites de ses blessures quelques jours après à l'hôpital de La Châtre.
    Observation :
    Critères pour la protection au titre des Monuments historiques : - Monument original par sa
    Référence documentaire :
    Musée d'Orsay (documentation sculptures). La Châtre.
    Canton :
    La Châtre
    Dimension :
    la 80.0 centimètre chacun des reliefs latéraux
    Illustration :
    Vue générale du monument au bord de la route de La Châtre. IVR24_20123600849NUC4A Détail des deux reliefs de gauche : la voiture de course et l'avion. IVR24_20123600851NUC4A Détail de la partie centrale, avec le portrait d'André Boillot et les inscriptions : ANDRE / BOILLOT / 1891-1932 ; la signature : J.J. MARTEL et la signature sur le retour : P. FERRE CONSTeur Détail des reliefs de droite : une scène de course avec un palmier, une scène de course avec la mer
  • Vendôme : statue de Ronsard
    Vendôme : statue de Ronsard Vendôme - rue Poterie - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Le principe de l'exécution de la statue de Ronsard, par souscription publique, est adopté en 1867 par le conseil municipal ; Aimé-Charles Irvoy, natif de la ville, propose d'offrir son travail. La fonte n'étant pas terminée, c'est le plâtre bronzé qui est inauguré le 23 juin 1872 dans la cour du piédestal en pierre est sculpté sous la direction de MM. Bioret et Crinière, entrepreneurs, et la surveillance de l’architecte de la ville, Edouard Marganne. Le 28 janvier 1942, la statue est descendue de son piédestal pour être envoyée à la fonte. Le 17 mars 2012, elle est remplacée par la fonte actuelle réalisée à partir du plâtre original conservé dans les réserves du château de Blois. Un moulage en plâtre de la
    Statut :
    propriété de la commune
    Emplacement dans l'édifice :
    devant la bibliothèque municipale
    Dimension :
    la 150.0 centimètre socle
    Illustration :
    Enlèvement de la statue le 28 janvier 1942 : reportage photographique. (Association Images et Sons Enlèvement de la statue le 28 janvier 1942 : reportage photographique. (Association Images et Sons Enlèvement de la statue le 28 janvier 1942 : reportage photographique. (Association Images et Sons Enlèvement de la statue le 28 janvier 1942 : reportage photographique. (Association Images et Sons Enlèvement de la statue le 28 janvier 1942 : reportage photographique. (Association Images et Sons Vue d'ensemble du monument avec la statue en bronze réalisée en 2011. IVR24_20124100428NUC4A
  • Brèches : buste d'Alfred Velpeau
    Brèches : buste d'Alfred Velpeau Brèches - rue Velpeau - en ville
    Inscriptions & marques :
    D'ESPELOSIN (sur le socle). A VELPEAU / LA COMMUNE DE / BRECHES (sur le socle).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Brèches. Ce bronze figure la même année au Salon des Champs-Elysées et est donné à la commune par l'artiste. Il est envoyé à la fonte en 1942, et remplacé par un nouveau buste, de la main d'Espelosin, qui
    Canton :
    Château-la-Vallière
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue générale du monument sur la place de l'église. IVR24_20123701055NUC4A Vue du buste de profil gauche avec signature sur la tranche. IVR24_20123701057NUC4A
  • Châtillon-Coligny : statue d'Antoine Becquerel
    Châtillon-Coligny : statue d'Antoine Becquerel Châtillon-Coligny - place de la Croix-Blanche - en ville
    Inscriptions & marques :
    Eug. GUILLAUME. / 1882 (sur la plinthe droite ) ; THIEBAUT FRERES. Fondeurs (sur la plinthe).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    conseil municipal de Châtillon-Coligny en adopte le principe mais la commune manque de moyens. Une souscription est alors lancée par le chimiste Jean-Baptiste Dumas, secrétaire de l’Académie des Sciences. La à la fonte mais à la suite d'un rapport du préfet du Loiret demandant sa sauvegarde, elle est épargnée en échange du versement de son poids en bronze. Le maire refuse, et cache la sculpture.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue en bronze d'Antoine Becquerel est posée sur un dé.
    Localisation :
    Châtillon-Coligny - place de la Croix-Blanche - en ville
    Dimension :
    la 524.0 centimètre statue et socle la 210.0 centimètre largeur maximale
    Dates :
    1882 porte la date
    Illustration :
    La statue de trois quarts arrière. IVR24_20134500001NUC4A La statue de dos. IVR24_20134500002NUC4A Signature : Eug. GUILLAUME. / 1882 (sur la plinthe droite). IVR24_20124500588NUC2A Marque de fondeur : THIEBAUT FRERES. Fondeurs (sur la plinthe). IVR24_20124500587NUC2A
  • Chartres : statue du général Marceau
    Chartres : statue du général Marceau Chartres - place des Epars - en ville
    Inscriptions & marques :
    Daté et signé (sur la plinthe senestre) : "A. PREAULT Fit 1851" ; marque de fondeur (sur la plinthe / MARCEAU" ; inscription concernant la date (face arrière du socle) : "ÉRIGÉ/ LE 21 SEPTEMBRE/ 1851".
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    L’idée d’ériger un nouveau monument à Marceau à Chartres apparaît dès la Monarchie de Juillet en avril 1845. La souscription lancée à Chartres la même année aboutit à la demande adressée par le avril 1846) et à la constitution d’une commission chargée de l’érection, qui choisit Préaux [sic] comme sculpteur et la place des Épars comme site (12 novembre 1846). Ce site est dénoncé en février 1850, au profit de la place Marceau d’un commun accord entre le sculpteur et la Ville (ce qui suppose la destruction de la Colonne Marceau) avant d’être de nouveau déplacé vers la place des Épars le 9 mai 1851, à la suite de la pression des Chartrains qui ont envoyé une pétition au préfet. L’année 1849 est décisive sur le plan administratif et financier : le Gouvernement donne en avril 6 000 francs de subvention, à la l’aboutissement artistique : la ville choisit Eck et Durand comme fondeur, qui reçoit en décembre le modèle de , Guizard – chef de la division Beaux-Arts du Ministère de l’Intérieur). La statue est définitivement coulée
    Observation :
    Critères pour la protection au titre des Monuments historiques : - Mobilisation forte des élites pour cette place (Préault donne ainsi du volume aux jambes de Marceau pour que la statue occupe mieux le vaste espace des Épars). De plus, on dispose de la lithographie de Sergent-Marceau qui a influencé fortement la composition du sculpteur.
    Représentations :
    pommeau de son sabre passé à la ceinture et la main droite pointe sur une carte placée sur le rocher en
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument est placé au centre de la place des Épars, face à la rue du Grand-Faubourg. La statue en bronze est posée sur un piédestal, en forme de simple dé gravé d'inscriptions, qui constitue la
    Dates :
    1851 porte la date
    Illustration :
    Affiche annonçant la souscription pour l'érection d'une statue au général Marceau. (Archives Dessin du piédestal par Lassus, envoyé au Conseil général des Bâtiments civils et examiné dans la La statue de trois quarts arrière gauche, avec les attributs. IVR24_20122800154NUC4A Détail de la marque de fondeur sur la plinthe dextre : "Fie de ECK ET DURAND Détail de la date et de la signature : "A. PREAULT Fit 1851". IVR24_20122800156NUC4A Avers de la médaille distribuée pour l'inauguration du monument, portant une représentation de la statue en relief et la signature : "CAQUE". (Collection particulière). IVR24_20132800052NUC2A Revers de la médaille distribuée lors de l'inauguration du monument, portant une inscription : "AU / GENENERAL/ MARCEAU/ LA VILLE DE/ CHARTRES/ 1851" (Coll. part.). IVR24_20132800053NUC2A
  • Blois : statue équestre de Jeanne d'Arc
    Blois : statue équestre de Jeanne d'Arc Blois - place Saint-Louis - en ville
    Inscriptions & marques :
    STATUE FUT OFFERTE / A LA FRANCE ET A / LA VILLE DE BLOIS / PAR UN CITOYEN AMERICAIN / J. SANFORD SALTUS (sur le piédestal) - JEANNE / LA LORRAINE (à l'avant) - A LA GLORIEUSE JEANNE D'ARC / A SON NOBLE PAYS LA LORRAINE / A SA CHERE PATRIE LA FRANCE / LA REPUBLIQUE DES ETATS UNIS ET LA CITE DE NEW YORK JEANNE D'ARC S'EST REVELE COMME L'AME HEROIQUE DE LA FRANCE / UNE FOIS DE PLUS SA VISION S'EST JUSTIFIEE PAR LA VISION INFAILLIBLE D'UNE GRANDE NATION / UNE FOIS DE PLUS LA VOIX QUI L'INSPIRAIT A ETE CONSACREE PAR LA VOIX IMPERISSABLE / DE SON PEUPLE UNI - C'EST L'ESPRIT DE JEANNE QUI TRIOMPHE TOUJOURS DANS LE / COURAGE DE LA FRANCE ET SON ETENDARD BRILLERA DESORMAIS D'UN ECLAT NOUVEAU (à gauche) - CETTE
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Cette statue équestre, réplique de la statue inaugurée le 6 décembre 1915 à New York (Riverside des magasins du Louvre, réalisées par l'artiste à Paris. Le bronze est fondu par la principale fonderie américaine de l'époque, la maison Gorham de New York et la statue offerte par J. Sanford Sultus
    Référence documentaire :
    CARDONNE, Henry de. Unveiling of the statue of Joan of Arc. Inauguration de la statue de Jeanne d'Arc. The American Legion at Blois. La légion américaine à Blois. Blois : imprimerie R. Duguet, 1921.
    Statut :
    propriété de la commune
    Dimension :
    la 250.0 centimètre plinthe de la statue pr 90.0 centimètre plinthe de la statue la 290.0 centimètre socle
    Dates :
    1921 porte la date
    Illustration :
    Vue générale depuis la terrasse de l'Évêché. IVR24_20124100503NUC4A Détail, marque de fondeur : THE GORHAM CO. NEW YORK. (sur la plinthe côté Loire
  • Bourges : buste de Joseph-Aignan Sigaud de Lafond
    Bourges : buste de Joseph-Aignan Sigaud de Lafond Bourges - Jardin de l'Archevêché - en ville
    Inscriptions & marques :
    Jules Dumoutet 1870 (signé sur la tranche gauche du buste) - F. BARBEDIENNE FONDEUR (à l'arrière du buste) - SIGAUD DE LAFOND (devant, sur la base du piédouche) - PHYSICA (devant, sur le socle).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Ce buste en bronze est exécuté par Jules Dumontet pour la Ville de Bourges grâce au legs de l'ingénieur berruyer Paul-Adrien Bourdalouë, mort en 1868. La commande est passée en décembre 1869. Un buste
    Statut :
    propriété de la commune
    Dimension :
    la 65.0 centimètre
    Dates :
    1870 porte la date
    Illustration :
    Vue d'ensemble du monument, avec les inscriptions : SIGAUD DE LAFOND, sur la base du piédouche et Détail, signature sur la tranche gauche du buste : Jules Dumoutet 1870. IVR24_20141800474NUC4A
  • Montargis : monument à Georges Pallain (buste détruit)
    Montargis : monument à Georges Pallain (buste détruit) Montargis - avenue du Général de Gaulle avenue Cochery (en face de l') - en ville
    Inscriptions & marques :
    / .SCULP. /MCMXXV (sur le côté) - GEORGES / PALLAIN / 1847-1923 / GOUVERNEUR / DE LA / BANQUE / DE / FRANCE / IL FUT UN GRAND / SERVITEUR DE LA / FRANCE ET DES / HUMBLES (sur le pilier au centre, de haut en bas l'exèdre) / CONSEILLER d'ETAT / MAIRE DE GONDREVILLE LA FRANCHE (sur le côté droit de l'exèdre).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Le monument à Georges Pallain (1847-1923), gouverneur de la banque de France de 1897 à 1920, est
    Statut :
    propriété de la commune
    Dimension :
    la 400.0 centimètre exèdre
    Dates :
    1925 porte la date
  • Gondreville : monument commémoratif à Georges Pallain
    Gondreville : monument commémoratif à Georges Pallain Gondreville - square - en ville
    Inscriptions & marques :
    Devant : GEORGES PALLAIN / 1847-1923 / GOUVERNEUR / DE LA / BANQUE DE FRANCE / MAIRE DE / ETRANGERES / DIRECTEUR / GENERAL / DES / DOUANES / CONSEILLER D'ETAT (sur la face gauche) - "ACCOMPLIR / LES DEVOIRS DE SON /MANDAT JUSQU A / L'EXTREME LIMITE / DES FORCES HUMAINES / C'EST POUR NOUS LA / SEULE
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    La stèle commémorative dont l'auteur est inconnu est exécutée après 1923. Georges Pallain (1847 -1923) fut maire de Gondreville et gouverneur de la banque de France de 1897 à 1920.
    Statut :
    propriété de la commune
    Dates :
    1923 porte la date
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la face arrière. IVR24_20144500113NUC4A
  • Argenton-sur-Creuse, Lycée Châteauneuf : monument commémoratif
    Argenton-sur-Creuse, Lycée Châteauneuf : monument commémoratif Argenton-sur-Creuse - 83 avenue Rollinat - en ville
    Historique :
    Ce monument commémoratif a été élevé à la mémoire de Jean Moulin et réalisé à l'issue d'un concours monument une stèle en granit poli porte une Inscription à la mémoire de Jean Moulin.
    Statut :
    propriété de la région
    Dates :
    2002 porte la date
    Annexe :
    Inscription sur une stèle en granit poli dans la proximité du monument. A la mémoire de Jean Moulin Préfet de l'Eure et loir, profondément attaché aux valeurs fondamentales de la République, il refuse dès confie la mission d'unifier la Résistance, de constituer et de présider le Conseil National de la Résistance. Il organise la première réunion le 27 mai 1943. Arrêté le 21 juin 1943 à Calluire, emprisonné , torturé jusqu'à la mort par la Gestapo son décès est déclaré le 18 juillet 1943 en gare de Metz. Il
    Illustration :
    La maquette de l'oeuvre au stade de la conception. IVR24_20103600413NUC
1 2 3 4 5 Suivant