Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 14 sur 14 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Vallée : moulin dit de La Vallée
    Vallée : moulin dit de La Vallée Margon - La Vallée - en écart - Cadastre : 1811 F 23 à 25 1990 F 243
    Historique :
    Le moulin de La Vallée est attesté au troisième quart du 18e siècle, sur la carte de Cassini à vis du moulin et du logement semblent dater de la première moitié du 19e siècle. Au début du 20e mètre de long, étaient livrés aux cafés et aux poissonniers de la région. Le moulin a été restauré dans les années 1990. La turbine, mise en place à cette occasion, ne fonctionne pas.
    Hydrographies :
    la Cloche
    Observation :
    Les moulins de Beaudolet et de la Vallée, similaires architecturalement (trois ou quatre niveaux la rivière de la Cloche, matrices cadastrales), constituent un ensemble patrimonial important à
    Référence documentaire :
    Reproduction d'une photographie : vue aérienne du moulin de la Vallée, vers 1980. (Collection Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du moulin de la Vallée. 1860. (Archives Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du hameau de la Vallée. 1860. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 84. Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plans Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 289. Moulin de la Vallée : devis et plans. 1857-1892.
    Description :
    Le moulin de La Vallée se situe à l'est du hameau éponyme, au bord de la rivière de la Cloche des appuis en saillie. La partie la plus au sud, qui s'avance dans la rivière, reçoit une partie importante du mécanisme, dont la roue. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit plein ; les encadrements des baies, la corniche moulurée et les chaînages d'angle (à l'exception de la partie inférieure au sud de l'édifice, au niveau de la roue, en pierre de taille de grès ferrugineux dit "roussard") sont
    Localisation :
    Margon - La Vallée - en écart - Cadastre : 1811 F 23 à 25 1990 F 243
    Titre courant :
    Vallée : moulin dit de La Vallée
    Appellations :
    moulin de la Vallée
    Illustration :
    Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du hameau de la Vallée, 1860. (AD, Eure-et-Loir, 7 Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plan du moulin de la Vallée, 1860. (AD, Eure-et-Loir, 7 Vue d'ensemble du moulin et de la rivière de la Cloche depuis l'ouest. IVR24_20082800210NUCA Vue de trois-quarts de la façade est et du mur-pignon sud. IVR24_20082800213NUCA Vue de détail de la chambre à turbine. IVR24_20082800215NUCA Détail de la turbine, datant des années 1990. IVR24_20082800216NUCA
  • Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison
    Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison Argenvilliers - Le Moulin Guillaume - isolé - Cadastre : 1811 A 146, 147 1992 ZA 20
    Historique :
    Le moulin a probablement été construit (ou reconstruit) en 1762, comme le montre la date portée sur cadastral de 1811. A la fin du troisième quart du 19e siècle, l'ensemble des bâtiments subit des remaniements : en attestent les dates 1872 et 1873 portées sur la porte charretière de la dépendance pour la première, sur la lucarne du moulin pour la seconde. L'examen des matrices cadastrales fait état de la
    Hydrographies :
    la Berthe
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien de la commune d'Argenvilliers, section A. 1811. (Archives départementales
    Description :
    Cet ancien moulin isolé, qui utilisait la force motrice de la Berthe, comprend plusieurs bâtiments -de-chaussée). Les ouvertures sont quadrangulaires, à l'exception de la porte et de la fenêtre de surmontée d'une pierre gravée de la date 1762 : celle-ci est comprise dans un décor sculpté figurant deux perpendiculairement au premier, accueille la grange et l'étable. En rez-de-chaussée, il possède trois ouvertures en couverts d'un enduit à pierre vue, à l'exception d'une partie de la grange-étable, en pierre de taille de corniche en brique souligne la descente de toit du moulin. Les toits sont à longs pans couverts en tuile
    Dates :
    1762 porte la date 1872 porte la date 1873 porte la date
    Illustration :
    Grange-étable, élévation est, claveau central de la porte charretière portant la date de 1872
  • Moulin Gaillard : moulin
    Moulin Gaillard : moulin La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Historique :
    Le moulin semble remonter, en ce qui concerne la partie la plus ancienne au nord du bâtiment, à 1830 (date portée sur le linteau de la porte). A cette époque, il appartient à François Rivière domaine comprenant plusieurs bâtiments et 250 ha de terre, est vendu à la famille Silvy. D’après l’examen en 1863 en conservant la partie nord de l’édifice (fenêtre datée et chaînage d’angle en pierre de du 19e siècle ou du premier quart du 20e siècle. En activité jusqu’après la seconde guerre mondiale
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Observation :
    approfondie. L’ensemble formé par le moulin, la maison de maître et la ferme constitue un site patrimonial et
    Description :
    par l’étang de Gaillard, la chute d’eau actionne une roue métallique placée sous un appentis contre le , placé au centre du bâtiment, dessert chaque niveau. Les murs, couverts d’un enduit plein à la chaux clapiers à lapins, le poulailler, un toit à porcs, une grange, une écurie, une étable et une remise. La maçonnés. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein ou à pierre vue à la chaux. Les au sud de l’ensemble. Ses murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein à la chaux. Ses
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Dates :
    1830 porte la date
    Illustration :
    Façade pricnipale, vue de détail de la porte centrale et de la lucarne passante Fournil, détail de la gueule du four. IVR24_20132800408NUC2A
  • Chesneau : moulin, actuellement maison
    Chesneau : moulin, actuellement maison La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Historique :
    A Chesneau, la présence d’un moulin sur la Foussarde est attestée en 1667. Un certain Marin Grosse la seconde moitié du 20e siècle, le moulin a été à nouveau très transformé : percements d'ouvertures
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Description :
    Situé à l’extrémité sud-est de la commune, le moulin du Chesneau comprend deux bâtiments en vis-à alimentée par un bief de la rivière de la Foussarde permet une chute qui actionne une roue (en l'état de dans l’épaisseur du mur en moellons de silex couvert d’un enduit à la chaux à pierre vue. Un toit à porcs est accolé au sud de la grange-étable. Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate.
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Illustration :
    Vue générale du moulin et de la retenue d’eau depuis le nord-ouest. IVR24_20132800372NUC2A Moulin, intérieur, vue de détail : vestiges de la roue et chute d’eau. IVR24_20132800374NUC2A
  • Moulin Trouvé : moulin
    Moulin Trouvé : moulin Thiron-Gardais - Moulin Trouvé - isolé - Cadastre : 1814 B3 383, 384 2013 ZC 38, 39, 40, 41 1814 C1 79, 81
    Historique :
    Sous l'Ancien Régime, le moulin Trouvé, implanté dans la paroisse de Gardais, dépend de la seigneurie de Thiron comme le montre le plan géométrique réalisé par Canuël en 1759. La structure du moulin semble dater du 17e siècle : en témoigneraient le pan de bois, la mise en œuvre en moellons équarris en lits réguliers au nord-ouest de l'édifice, plusieurs jours en pierre de taille et la plupart des fermes . La maison du meunier, notamment la partie nord-ouest, remonte probablement à la même période. Présent sur le cadastre de 1814 (parcelle C 79), un second logis a été construit à la fin du 18e siècle ou au été détruit dans la seconde moitié du 20e siècle. En 1814, le moulin et les maisons appartiennent à la la seconde moitié du 19e siècle, de nombreuses modifications sont apportées au moulin gouttereau est [aménagement possible d'un logement], modification de la charpente avec la création d'une croupe au nord, modification probable du mécanisme) et à la maison du meunier (agrandissement vers le sud
    Hydrographies :
    La Thironne
    Référence documentaire :
    Plan géométrique de la seigneurie de Gardais par Canuël en 1759. (Archives départementales d’Eure
    Description :
    Le lieu-dit comprend le moulin et la maison du meunier : - Le moulin se situe à l'est de l'ensemble . Le bief, dérivé de la Thironne, alimente une retenue d'eau qui actionnait la roue (à l'état de
    Illustration :
    Extrait du plan géométrique des seigneuries de la paroisse de Gardais, dressé par Canuël en 1759 Moulin, vue générale depuis le sud-ouest - emplacement de la retenue d'eau au premier plan (cliché Moulin, vue générale de la façade est (cliché ancien, vers 1980, en cours de rénovation Moulin, intérieur, vue générale de la charpente (cliché ancien, vers 1980, avant rénovation Moulin, intérieur, vestiges de la roue. IVR24_20142800353NUC2A
  • Moulin d'Ézanville : moulin et maison
    Moulin d'Ézanville : moulin et maison Frazé - Le Moulin d'Ézanville - isolé - Cadastre : 1813 C1 38 2016 YE 16
    Historique :
    D'après Édouard Lefèvre, la première mention du moulin d'Ézanville remonte à 1379. Ce moulin à farine était rattaché à une seigneurie éponyme dont le château, détruit avant la Révolution, se situait . Dépendant de la seigneurie de Frazé, le moulin appartient à la famille Thiroux de Gervilliers jusqu'en 1869 responsable des modifications intervenues dans la seconde moitié du 19e siècle : suppression du pan de bois en
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir. 7 S 88. Aménagements sur La Foussarde.
    Description :
    Le moulin se situe à l'extrémité est de la commune, à environ quatre kilomètres du bourg. La rivière de la Foussarde alimentait un étang qui servait de retenue d'eau. La chaussée actuelle se trouve sur l'ancienne levée de terre retenant l'étang. La différence de niveau permettait une chute d'eau suffisante pour actionner une roue verticale (aujourd'hui disparue). La propriété comprend deux bâtiments principal abrite à la fois le logis (salle et chambre) et la partie "usine", placée à l'arrière du logis. Il en brique est également en place. Le bâtiment secondaire abrite la grange, une remise, un toit à
    Annexe :
    . 3° Une grange à avoine à la suite et séparée du précédent par un pavage conduisant à l'eau. 4° D'un
  • Moulin de Carcahut : moulin et ferme
    Moulin de Carcahut : moulin et ferme Frazé - Le Moulin de Carcahut - isolé - Cadastre : 1813 E1 8 2016 E1 8, 9, 11
    Historique :
    La seigneurie de Carcahut ayant droit de justice sur tous ces sujets, ainsi que le droit de colombier, de moulin, de pêche et de chasse, est citée dès la fin du 15e siècle dans le notariat de Frazé moulin de Carcahut sera rattaché à la seigneurie de Frazé. En ce qui concerne les bâtiments, les plus anciens (le moulin et la grange) semblent remonter au 17e ou au 18e siècle, comme tendent à le montrer (intérieurs non vus). Les autres bâtiments (étable et fournil) datent certainement de la seconde moitié du 19e siècle (emploi de la brique dite flammée, assez tardive, pour la cheminée du fournil et les chaînes années 1870 à Olivier Chellet de Kerdréan, propriétaire de la Pihourdière à La Croix-du-Perche. Le moulin construit dans le second quart du 20e siècle, mais sont sans affectation lors de la réalisation de l'étude (2016). Après la Seconde Guerre mondiale, l'activité agricole s'arrête et les bâtiments sont rénovés au
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir. 7 S 88. Aménagements sur La Foussarde.
    Description :
    Le moulin se situe à l'ouest de la commune, à un peu plus de deux kilomètres du bourg. Il est alimenté par un bief dérivé de la Foussarde. La propriété comprend quatre bâtiments et un hangar. - Le bâtiment principal abrite sous un même toit la partie "usine" du moulin, le logis (salle unique) et une dépendance. La roue du moulin, disparue, était placée au niveau du pignon sud-ouest. L'emplacement de l'ancienne retenue d'eau est encore visible. - Plus au nord se situe un bâtiment regroupant la grange et une en pan de bois hourdé en torchis ou en brique (suite à la rénovation), à l'exception de ceux de d'angle font alterner la pierre de taille calcaire et la brique. Les toits à longs pans sont couverts en
    Illustration :
    Fournil, intérieur, vue de la cheminée et de l'entrée du four. IVR24_20162801114NUCA
  • Moulin de l'Étang : moulin et ferme
    Moulin de l'Étang : moulin et ferme Frazé - L' Moulin de l'Étang - isolé - Cadastre : 1813 D1 40, 41 2016 YA 97
    Historique :
    cadastral de 1813, les bâtiments les plus anciens - la partie ouest du bâtiment principal et le fournil la structure en pan de bois (façade postérieure du bâtiment principal). Dépendant de la seigneurie de Frazé, le moulin reste la propriété de la famille Thiroux de Gervilliers (seigneurs de Frazé) jusqu'aux certainement du milieu du 19e siècle. Quant à la remise, elle semble remonter à la fin du 19e ou au début du 20e siècle. Produisant de la farine jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le moulin est déclassé en ferme dans la seconde moitié du 19e siècle.
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Description :
    Le moulin se situe à l'est de la commune, à environ 700 mètres du bourg. La retenue d'eau alimentée par un bief dérivé de la Foussarde est toujours présente. La propriété comprend quatre bâtiments répartis autour d'une cour ouverte. - Placé au nord, le bâtiment principal comprend la partie domestique (disparue) transférant la force motrice aux meules du rez-de-chaussée surélevé. Si la façade principale , moderne, possède des murs en moellons de silex et des encadrements d'ouvertures en brique, la façade postérieure, en pan de bois hourdé en torchis, témoigne de l’ancienneté de la construction. - Au sud, le une vaste remise. - Au sud-ouest, se trouve le fournil. La voûte du four, localement appelé "butte" du
    Illustration :
    Bâtiment secondaire, vue de détail de la façade nord. IVR24_20162800242NUCA
  • Beffroi, tour de l'Horloge (14 rue Nationale)
    Beffroi, tour de l'Horloge (14 rue Nationale) Amboise - 14 rue Nationale - en ville
    Historique :
    L'histoire de la tour de l'Horloge, édifice éminemment important pour la ville, n'est bien connue éloquent de la première enceinte urbaine. Cette porte qui enjambe le cours de la Masse est appelée dans les comptabilités de la ville « la porte pres le moulin de l'Aumosne ». De fait, un moulin avait été placé sur le bras aval de la rivière. D'après les archives communales, la ville eut l'intention dès 1470 de de viz de 4 piez et demi et de 5 piez de long pour faire la tour pres le molin de la Masse, que la rémunéré « pour mectre la charpenterie du portal pres le molin de l'Aumosne pour mectre une orloge que les l'année 1502 et la cloche de l'horloge en juin 1503. Les comptes de la ville donnent le détail des rédigé en 1937, puis un autre en 1956 concernant la restauration des façades de la tour. En 1983 une l'origine il existait une pièce supplémentaire à côté de la tourelle. En revanche la restauration des façades et de la charpente est restée fidèle à son état originel, connu au travers des comptabilités de la
    Référence documentaire :
    Amboise. La tour de l'Horloge, lithographie, n.s., n.d., XXe siècle, avant les restaurations de Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, 81/037/0010. Édifices de la ville d'Amboise . Rapports des restaurations de la tour de l'Horloge (1937 et 1983) ; dossier sur le manoir de La Menaudière (1947) ; dossier sur le Logis des Pages (1947) ; dossier sur la maison du Grenier à sel (1947) ; dossier
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    8,70 m). Surmonté d'un clocheton abritant la cloche, il se détache nettement du paysage urbain. La marque nettement le rehaussement de la fin du XVe siècle. Une voûte en berceau brisé couvre le passage édifices édilitaires de la ville, il est construit en pierre de taille de Bourré, de Malvau, et de Lussault . Les maçonneries atteignent 75 cm d'épaisseur. La brique y est également ponctuellement employée pour pierre de taille. À l'origine, le bâtiment continuait du côté de la rue Mably, d'où les portes murées visibles dans la cage de la vis. Le service des Monuments historiques a pu lever son plan avant toute destruction. L'escalier à vis, d' 1 m de largeur de passage, est documenté par les comptes de la ville. Ces marches de « 4 piez et demi de large pour 5 piez de long », forment le noyau de 25 cm de diamètre. Sur la façade de la tourelle pourtant assez restaurée, l'emplacement des marches traversant la maçonnerie (seulement 25 cm d'épaisseur pour la tourelle) est encore visible par endroit. On remarque au rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue ancienne de la façade de la tour de l'Horloge, côté château, avant restauration Vue ancienne du beffroi, depuis le bas de la rue Nationale (côté extérieur de la première enceinte Vue depuis le promontoire du château de la situation dans la ville du beffroi Vue d'une sculpture sur la façade du beffroi, du côté du château. IVR24_20073700999NUCA Vue de la porte du 2e étage donnant dans la vis de la tour de l'Horloge. IVR24_20073700864NUCA Vue de la serrure de porte du 3e étage de la tour de l'Horloge. IVR24_20073700895NUCA Vue d'un judas de porte du 3e étage de la tour de l'Horloge. IVR24_20073700871NUCA Vue de la vis de la tour de l'Horloge depuis le niveau de comble. IVR24_20073700860NUCA Vue de la vis de la tour de l'Horloge. IVR24_20093701023NUCA Vue de la vis de la tour de l'Horloge. IVR24_20093701022NUCA
  • Gâtine : moulin et ferme
    Gâtine : moulin et ferme Thiron-Gardais - Le Moulin de la Gâtine - isolé - Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 2013 ZD 32, 33, 34, 35
    Historique :
    Sous l'Ancien régime, le Moulin de la Gâtine dépend de la seigneurie de Thiron. Les bâtiments les moulin) ou uniquement en pierre de taille de calcaire (fournil). C'est également au 18e siècle que la appartient à la famille Taulé et comprend le moulin et une maison (probablement un logis de ferme avec moulin. Elle sera transformée en dépendance à la fin du 19e siècle. Le moulin est très remanié en 1886 bâtiment (à usage de logis et de dépendance) est construit face à la dépendance en pan de bois. L'activité d'élévation, modification de la charpente, couverture en fibrociment).
    Référence documentaire :
    Plan géométrique de la seigneurie de Gardais par Canuël en 1759. (Archives départementales d’Eure
    Description :
    Le moulin et la ferme comprennent quatre bâtiments : - Situé au nord, le bâtiment où se trouve le moulin abrite également le logis du meunier et un fournil. La roue du moulin, disparue, était placée contre le pignon est. Une chute d'eau d'environ 2 mètres alimentée par un bief dérivé de la rivière de la Thironne, actionnait la roue. À l'intérieur, une partie du mécanisme est conservée : bâti, engrenages (en THEILL À NOGENT-LE-ROTROU" indiquant leur provenance. La cheminée du logis a été détruite, celle du fournil existe toujours, mais la voûte du four a disparu. - Face au moulin, au nord-ouest de l'ensemble , se situe la grange-étable qui abritait à l'origine un logis (d'après les matrices cadastrales) dont probablement la date de construction (18e siècle) et le nom du maître d’œuvre ou celui du maître d'ouvrage. La bâtiment d'exploitation, au sud-ouest de l'ensemble, se situe le bâtiment principal de la ferme abritant le l'exception des ouvertures du moulin où la pierre de taille calcaire alterne (ou non) avec la briquette plus
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Le Moulin de la Gâtine - isolé - Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 2013
    Illustration :
    Moulin, élévation sud, vue de détail des ouvertures de la partie logis. IVR24_20142800329NUC2A Moulin, élévation sud, vue de la partie fournil. IVR24_20142800330NUC2A
  • Bourg : moulin dit de Beaudolet (11 rue de Beaudolet)
    Bourg : moulin dit de Beaudolet (11 rue de Beaudolet) Margon - Bourg - 11 rue de Beaudolet - en village - Cadastre : 1811 C 86 1990 AB 21
    Historique :
    l'origine destiné à la mouture du blé, est alors agrandi et devient une minoterie. La maison, également , l'ensemble figure en plan dans le règlement d'eau du moulin voisin de La Vallée réalisé par l'ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées. A la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle, un bâtiment de grandes
    Référence documentaire :
    Plan géométrique de la rivière de la Cloche. 1834. Par Lavie. (Archives départementales d'Eure-et Plan du règlement d'eau de la rivière de la Cloche de 1856. Par l'Ingénieur ordinaire des Ponts et Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 84. Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plans
    Description :
    Les trois bâtiments composant l'édifice se situent à l'ouest du bourg sur la rivière de la Cloche encadrements des baies, les chaînages d'angle et la corniche moulurée, en pierre de taille de calcaire. Le toit est à longs pans couverts en tuile plate. - La maison du meunier, située directement au nord du chaînages d'angle, en pierre de taille. Le toit est à longs pans couverts en tuile plate. - La grange
    Illustration :
    Plan géométrique de la rivière de la Cloche dressé par le géomètre Lavie en 1834. (Archives Plan du règlement d'eau de la rivière de la Cloche dressé par l'ingénieur ordinaire des Ponts en Vue générale de la grange. IVR24_20082800076NUCA
  • Moulin des Pierres : moulin
    Moulin des Pierres : moulin Brunelles - Le Moulin des Pierres - isolé - Cadastre : 1811 C 33 à 37 1992 C2 125
    Historique :
    Le lieu-dit du Moulin des Pierres est mentionné pour la première fois en 1599. Ce toponyme peut indiquant la présence d'un passage empierré sur la rivière (gué, pont) ou de mégalithes. Le moulin fait été détruit par la suite, puis reconstruit in situ probablement dans le premier quart du 20e siècle (emploi de la brique pour, entre autres, les chaînages d'angle et les encadrements d'ouverture).
    Référence documentaire :
    Extrait du cadastre actuel de la commune de Brunelles, section C2, 1992. Le Moulin des Pierres.
    Description :
    Le moulin, isolé, se situe au bord de la rivière l'Arcisses. L'ensemble comprend trois bâtiments : deux petits non vus et dont la fonction initiale est indéterminée, et le bâtiment principal. Ce dernier d'un enduit plein, à l'exception de la partie supérieure du pignon nord-est de l'aile est, maçonnée en brique. Les encadrements des baies, les chaînages d'angle et la corniche sont en brique. Les toits sont à
  • Moulin d'Arcisses  : moulin, actuellement maison
    Moulin d'Arcisses : moulin, actuellement maison Brunelles - Le Moulin d'Arcisses - isolé - Cadastre : 1811 A 18, 19, 41 1992 A 22
    Historique :
    de la Madeleine de Réno (dans l'Orne, qui dépendait de l'abbaye bénédictine de Thiron) à l'abbé logis ont été agrandies dans la seconde moitié du 19e siècle. Suite à l'arrêt de l'activité du moulin , ce dernier a été restauré dans la seconde moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Cadastre actuel de la commune de Brunelles, section A, 1992. Le Moulin d'Arcisses, Le Thuret
    Description :
    Le site du moulin d'Arcisses se situe au bord de la rivière éponyme et comprend le moulin, un bief , qui a conservé sa roue verticale extérieure, utilisait la force motrice de la rivière d'Arcisses déviée quatre cent mètres en amont. Une chute d'eau de plus d'un mètre cinquante actionnait la roue. Le , quadrangulaires, sont en pierre de taille de calcaire, de même que la corniche en doucine. Les chaînages d'angle enduit à pierre vue. Les encadrements des baies, les chaînages d'angle et la corniche en doucine sont en de taille de calcaire. Le bief, les vannes et la roue sont visibles mais en mauvais état.
  • Moulins d'A-Haut, actuellement bureau d'études (5b rue de Ruet)
    Moulins d'A-Haut, actuellement bureau d'études (5b rue de Ruet) Nogent-le-Rotrou - 5b rue de Ruet - en ville - Cadastre : 1990 AS 117
    Historique :
    la chute du bief d’Arcisses. L’aile sud prenait alors place sous un toit à deux versants et croupes . Mises à part la tour octogonale de l’aile est et la corniche du pignon de l’aile sud, qui comportent (corniche), aucun élément antérieur au 19e siècle n’a pu être observé. La mécanisation du moulin opérée à cette époque entraîne certainement la réfection du site comme en témoignent l’utilisation de plates
    Description :
    L’édifice est implanté entre la rue de Ruet et la rue des Cinq Moulins qui limitent respectivement sa parcelle à l’ouest et au sud. A l’est, les bâtiments sont accolés au pied du plateau de la la dérivation du cours d’eau. L’édifice est organisé autour d’une cour ouverte sur la rue des Cinq Moulins, ses bâtiments sont disposés selon un plan en U, et sont échelonnés le long de la pente du plateau
1