Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 19 sur 19 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort
    Moulin-Fort : moulin dit Moulin Fort Chisseaux - Le Moulin-Fort - isolé - Cadastre : 1824 C 479
    Historique :
    par Claude Dupin. Celui-ci fait construire un pont en bois pour relier le moulin à la rive droite du Cher. En 1794, la commission des Bien Nationaux ne le saisit pas. En 1825, le comte de Villeneuve , propriétaire du Chenonceau, transforme le Moulin Fort en moulin à tan. Il s'arrête en 1840 lorsque le barrage à écluse en rive droite du Cher construit. Vers 1910, le moulin est partie détruit ; il reste les piles et dans les années 1920, le moulin transformé en habitation est restauré vers 1985 puis 2011-2015. Sur la
    Hydrographies :
    le Cher
    Observation :
    le Cher.
    Référence documentaire :
    bâtiments de France. Paris : Picard/Le Passage/Cité de l'architecture et du patrimoine, 2010.
    Description :
    Le Moulin Fort est édifié en contrebas de l’église paroissiale, dans le cours du Cher, entre deux reconstruite en pierre de taille de tufeau et couverte d’un toit conique en ardoise. Le corps de logis est qu’une autre tourelle, à laquelle est accolée une souche de cheminée en brique, traverse le pan nord de
    Localisation :
    Chisseaux - Le Moulin-Fort - isolé - Cadastre : 1824 C 479
    Texte libre :
    . Ayant constitué un domaine suffisamment vaste, il envisage, en 1544, de le doter d’un moulin banal , situé sur une île du Cher entre le bourg de Chisseaux et Vrigny, où un moulin à foulon avait été installé auparavant. Le projet est soumis à l’approbation de la communauté des marchands « fréquentant la acquiert les eaux et pêcheries du Cher depuis le ruisseau de Bray (commune de Saint-Georges) jusqu’au domaine de Chenonceau. Le Port Olivier en est exclu. Le Moulin Fort est alors construit, sans que l’on du château antérieur à 1576 puisque la construction de la galerie sur le pont n’est pas commencée ). Le 23 février 1556, Adam de Hodon cède par contrat sa seigneurie de Chisseaux à Diane de Poitiers qui Médicis à Diane de Poitiers, le Moulin Fort fait toujours partie de celle de Chenonceau mais il brûle devient la propriété de Claude Dupin lorsque ce dernier achète Chenonceau. Le moulin semble être en mauvais été puisque Claude Dupin le fait reconstruire et relier à Chisseaux par un pont de bois. Ce pont
    Illustration :
    Le Cher en amont du moulin, vue prise depuis la terrasse est. IVR24_20123701900NUCA Le Cher en amont du moulin ; vue prise depuis la pointe Est de l'île. IVR24_20123701902NUCA
  • Cornilleau : moulin dit moulin de Cornilleau
    Cornilleau : moulin dit moulin de Cornilleau Villedômer - Cornilleau - en écart - Cadastre : 1835 D4 1053 1835 D4 1054 1835 D4 1055 2012 ZR 9 2012 ZR 10
    Historique :
    un second logis ont été édifiés entre 1784 et 1832. Le second logis est agrandi en 1855. Un déversoir est construit en 1824. Le moulin aurait servi de scierie au début du 20e siècle (avant 1906), il est remis en activité en 1913 par son propriétaire, le baron de Cools. Les anciennes écuries ont été
    Hydrographies :
    Le Madelon
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. S 5576. Moulins sur le Gault.
    Description :
    Le moulin, le logis primitif et les anciennes écuries sont en rez-de-chaussée et étage de comble pour l'encadrement des baies et les chaînes d'angles. Le second logis en pan de bois à grille hourdé de
    Illustration :
    Vue d'ensemble du moulin, du logis primitif et de l'extension, depuis le nord
  • Petit Villiers : moulin, dit moulin du Petit Villiers
    Petit Villiers : moulin, dit moulin du Petit Villiers Neuillé-le-Lierre - Le Petit Villiers - isolé - Cadastre : 1819 C2 751, 752 2011 ZB 64
    Historique :
    1538 le moulin est vendu à Jean Morin, charge à lui de le réédifier. La famille Le Blanc acquiert progressivement plusieurs parties du moulin à partir de 1547. Vers 1610, il appartient en totalité à Laurent Le Blanc, seigneur de La Vallière. A l'origine moulin à blé, il est mentionné en 1787 comme étant un moulin à fouler le drap, avant d'être à nouveau utilisé comme moulin à blé. Au début du 19e siècle, il enrochement rive droite en amont. En 1878, le moulin à blé est converti en bâtiment rural, il sert aujourd'hui
    Référence documentaire :
    Plan des rivières de Brenne, du Bourot et des prairies (entre Neuillé-le-Lierre et Reugny). Non Neuillé-le-Lierre, plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1819. (Archives départementales d'Indre TROUPEAU, Gérard. Neuillé-le-Lierre, une paroisse tourangelle sous l'Ancien Régime. Tours : CLD
    Description :
    plate. Le bâtiment qui accueillait la grange et deux écuries est construit en moellon enduit et pan de
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - Le Petit Villiers - isolé - Cadastre : 1819 C2 751, 752 2011 ZB 64
    Illustration :
    Vue de la grange, depuis le nord-est. IVR24_20123700535NUC2A Le Boisseau. IVR24_20123700542NUC2A
  • Sainte Croix : moulin dit moulin de Sainte Croix
    Sainte Croix : moulin dit moulin de Sainte Croix Neuillé-le-Lierre - Sainte Croix - en écart - Cadastre : 1819 B1 123,124 2011 ZD 43
    Historique :
    Moulin acquis par Laurent Le Blanc, entre 1579 et 1596. Moulin à blé, il aurait ensuite servi de rivière avec une seule roue. Le règlement hydraulique est adopté en 1850. D'après les registres Brisgault, fabricant de meules à Cinq-Mars-la-Pile entre le milieu du 19e siècle et le milieu du 20e siècle . Le moulin fonctionne jusqu'au milieu du 20e siècle, époque à laquelle la force hydraulique est
    Référence documentaire :
    Neuillé-le-Lierre, plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1819. (Archives départementales d'Indre TROUPEAU, Gérard. Neuillé-le-Lierre, une paroisse tourangelle sous l'Ancien Régime. Tours : CLD
    Description :
    Le corps de bâtiment principal qui abritait la halle et le logis, en rez-de-chaussée et étage de
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - Sainte Croix - en écart - Cadastre : 1819 B1 123,124 2011 ZD 43
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20123700555NUC2A
  • Vallière : moulin dit moulin de La Vallière
    Vallière : moulin dit moulin de La Vallière Reugny - La Vallière - en écart - Cadastre : 1819 G1 717 2009 ZC 64
    Historique :
    acquis par Jean le Blanc, seigneur de La Vallière, en 1573. Il a fait l'objet de plusieurs travaux de Un moulin est présent à cet emplacement depuis au moins le milieu du 16e siècle puisqu'il est réparation en 1774 et 1782. Au début du 19e siècle, le moulin à blé "se compose d'une halle, chambre à moulin est adopté en 1852. En 1896, le moulin est décrit comme "une usine à blé à deux paires de meules comme maison. Les bâtiments présents sur le plan cadastral napoléonien ont été modifiés au 19e siècle tourelle adossée à la façade sud a été édifiée sur le four à pain. La grange a été reconstruite (ou d'alimenter en eau le château de La Vallière, situé au sud-ouest des bâtiments du moulin. Une marque de la
    Description :
    . Le logis élevé d'un étage carré est couvert d'un toit à longs pans en ardoise. L'ancienne écurie en le bâtiment abritant le bélier hydraulique sont couverts de toits coniques en ardoise.
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20123700359NUC2A Bâtiment abritant le bélier hydraulique. IVR24_20123700362NUC2A
  • Beffroi, tour de l'Horloge (14 rue Nationale)
    Beffroi, tour de l'Horloge (14 rue Nationale) Amboise - 14 rue Nationale - en ville
    Historique :
    qu'à partir de 1495, date à laquelle il revêt son apparence actuelle. Il demeure le seul vestige éloquent de la première enceinte urbaine. Cette porte qui enjambe le cours de la Masse est appelée dans les comptabilités de la ville « la porte pres le moulin de l'Aumosne ». De fait, un moulin avait été placé sur le l'Horloge. Mais les priorités financières ne manquant pas, le rehaussement de l'édifice dut attendre l'année de viz de 4 piez et demi et de 5 piez de long pour faire la tour pres le molin de la Masse, que la rémunéré « pour mectre la charpenterie du portal pres le molin de l'Aumosne pour mectre une orloge que les l'année 1502 et la cloche de l'horloge en juin 1503. Les comptes de la ville donnent le détail des
    Référence documentaire :
    Amboise, n.s., photographie noir et blanc, juin 1891. (Bibliothèque municipale de Tours : L. A . Rapports des restaurations de la tour de l'Horloge (1937 et 1983) ; dossier sur le manoir de La Menaudière (1947) ; dossier sur le Logis des Pages (1947) ; dossier sur la maison du Grenier à sel (1947) ; dossier sur le manoir dit « Le Sauvage » (1947) ; dossier sur les vieilles maisons en pan de bois : 11,13 et GABEAU, Alfred. Le beffroi municipal d'Amboise (1495-1502). Tours, 1897, 15 p.
    Description :
    rupture d'appareil entre le soubassement, dont l'appareil est plus cubique, et le reste de l'élévation marque nettement le rehaussement de la fin du XVe siècle. Une voûte en berceau brisé couvre le passage pierre de taille. À l'origine, le bâtiment continuait du côté de la rue Mably, d'où les portes murées visibles dans la cage de la vis. Le service des Monuments historiques a pu lever son plan avant toute marches de « 4 piez et demi de large pour 5 piez de long », forment le noyau de 25 cm de diamètre. Sur la éclairée d'une croisée nord-est et d'une demi-croisée au sud-ouest. Le plafond d'origine est encore visible avec ses trois travées de solives qui prennent appui sur des sablières installées dans le mur et sur pêne est enfoncée dans le mur, son extrémité droite butte contre la longue barre du verrou, empêchant épannelés, ne sont pas ornés, un simple liseré les séparant du fût. La pièce du troisième étage adopte le savamment taillés sur trois niveaux ; chacun des niveaux allant en s'élargissant vers le haut est séparé par
    Illustration :
    Vue ancienne du beffroi, depuis le bas de la rue Nationale (côté extérieur de la première enceinte Vue depuis le promontoire du château de la situation dans la ville du beffroi Vue de graffiti gravés dans le parement du 3e étage. IVR24_20073700892NUCA Vue de graffiti gravés dans le parement du 3e étage. IVR24_20073700893NUCA Vue de la vis de la tour de l'Horloge depuis le niveau de comble. IVR24_20073700860NUCA centraux qui soutiennent le clocheton. IVR24_20073700856NUCA
  • Grand Villiers : moulin dit moulin du Grand Villiers
    Grand Villiers : moulin dit moulin du Grand Villiers Neuillé-le-Lierre - Le Grand Villiers - en écart - Cadastre : 1819 C2 313, 314, 315 2011 ZB 92, 93
    Historique :
    nécessaires en 1657 et 1698. Le moulin à fouler les draps est décrit en 1735 comme "composé d'un corps de précédent bâtiment ayant comble et couverture de tuile". En 1757, le bâtiment logeable est composé : de , virants et ustensiles dudit moulin couverts de tuiles et de bardeaux, cour, jardin au midi de la cour, le moulin auprès de l'abbaye depuis au moins le début du 18e siècle. En 1829, le moulin possède une vanne mètres de celui qui existe déjà, entre le moulin et le déversoir. Un règlement hydraulique est adopté en 1852. Le propriétaire est autorisé à faire passer la largeur de la roue de 0,50 à 2m sans modifier les vannes de décharge, ni le déversoir en 1874. Le moulin est agrandi en 1877. Il était encore en activité au début du 20e siècle. Le corps de bâtiment principal qui accueillait la halle du moulin et le logis d'importantes modifications ultérieures. Le bâtiment qui servait d'écurie et d'étable pourrait dater de la fin
    Référence documentaire :
    Plan des rivières de Brenne, du Bourot et des prairies (entre Neuillé-le-Lierre et Reugny). Non Neuillé-le-Lierre, plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1819. (Archives départementales d'Indre
    Description :
    Le bâtiment principal, qui abritait la halle et le logis, en rez-de-chaussée et étage en surcroît d'un toit à longs pans en tuile. Le pignon ouest a conservé deux fenêtres à meneau (dont une murée ) dont l'encadrement et le remplage sont chanfreinés. Un arc brisé en pierre de taille, aujourd'hui compris dans la maçonnerie, est partiellement visible sur le pignon est. L'extension du logis vers l'ouest
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - Le Grand Villiers - en écart - Cadastre : 1819 C2 313, 314, 315 2011 ZB 92, 93
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR24_20123700612NUC2A
  • Moulin Bailly : moulin dit moulin Bailly
    Moulin Bailly : moulin dit moulin Bailly Céré-la-Ronde - le Moulin Bailly - en écart - Cadastre : 2009 OE 388
    Historique :
    Le moulin Bailly, appelé aussi Moulin de la Chaussée, relevait au moins depuis le 18e siècle de la châtellenie de Montpoupon dont il devait vraisemblablement constituer le moulin banal. Il figure sur le plan cadastral de 1826, où l'on voit qu'il est alimenté, comme le moulin Gauthier et le moulin Brouillon situés en amont, par le ruisseau dit du moulin Brouillon.
    Description :
    Le moulin, comme les bâtiments construits à proximité, est bâti en moellons de calcaire avec enduit . Les encadrements (les baies et chaînages d'angle) sont en pierre de taille. Le toit à longs pans est couvert en tuile plate. La poquerie a disparu. D'après le plan cadastral ancien, la roue du moulin était
    Localisation :
    Céré-la-Ronde - le Moulin Bailly - en écart - Cadastre : 2009 OE 388
    Illustration :
    Vue générale du moulin et de la ferme, avec le lavoir au premier plan. IVR24_20083700483NUCA
  • Moulin Neuf : moulin dit moulin Neuf ou moulin de Bacchus
    Moulin Neuf : moulin dit moulin Neuf ou moulin de Bacchus Chançay - Le Moulin Neuf - isolé - Cadastre : 1816 A3 2970 2009 ZC 128
    Historique :
    Le Moulin Neuf est cité comme moulin à blé dès 1613, époque où Louis de Lafons, seigneur de Chançay , constitua une rente sur ce moulin au profit de la chapelle de Vaumorin. En 1829, le moulin ne possède pas de 1875. Le moulin et la maison font l'objet d'une augmentation en 1878. Les couvertures et les lucarnes nouvelles lucarnes. Le moulin cesse son activité dans les années 1950, puis sert d'habitation, de restaurant . Le mécanisme datant du dernier quart du 19e siècle a été conservé mais la roue en très mauvais état a
    Référence documentaire :
    Chancay, Le Moulin Neuf. Plans et coupes. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, S 5575).
    Description :
    d'une cour. Le moulin à deux étages carrés et étage de comble est couvert d'un toit à longs pans et formant le logis, en rez-de-chaussée et rez-de-chaussée et étage de comble, situés dans le prolongement du moulin à l'ouest, sont couverts de toits à longs pans en ardoise. Le bâtiment situé de l'autre côté de la
    Localisation :
    Chançay - Le Moulin Neuf - isolé - Cadastre : 1816 A3 2970 2009 ZC 128
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20113700196NUC2A Le moulin, façade sud. IVR24_20113700197NUC2A Le logis, façade sud. IVR24_20113700198NUC2A Le déversoir. IVR24_20113700203NUC2A
  • Pomigny : moulin dit moulin de Pomigny
    Pomigny : moulin dit moulin de Pomigny Neuillé-le-Lierre - Pomigny - en écart - Cadastre : 1819 C2 303, 304, 305 2011 ZB 68, 69
    Historique :
    Un moulin est mentionné en 1594. En 1735, le moulin et métairie de Pomigny consistent en plusieurs bâtiments habitables, composés de "trois chambres à feu à cheminée, four en l'une d'icelle, vers le midi, la étant au bout sur la rivière et le pressoir à l'autre bout ; un pressoir garni d'une cuve liée en cercle comble dessus, couvert de tuiles et bardeau ; la part du moulin où est le passage de l'eau faisant boulangerie ; une grange et une grande écurie". Moulin à fouler le drap, dépendant de l'abbaye de Fontaine-les -Blanches, il est vendu comme bien national en 1791 avec le moulin voisin du Grand-Villiers. En 1817, le est mentionnée dans le registre d'augmentations et diminutions portées sur les matrices cadastrales en 1857 (année d'imposition). Le moulin aurait cessé son activité à la limite des 19e siècle 20e siècles (avant 1906) et aurait servi de ferme, puis de logis. La roue et les mécanismes ont été supprimés et le
    Référence documentaire :
    Plan des rivières de Brenne, du Bourot et des prairies (entre Neuillé-le-Lierre et Reugny). Non TROUPEAU, Gérard. Neuillé-le-Lierre, une paroisse tourangelle sous l'Ancien Régime. Tours : CLD
    Description :
    anciennes écuries, le logis primitif et le corps de bâtiment au sud de la cour sont en rez-de-chaussée et
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - Pomigny - en écart - Cadastre : 1819 C2 303, 304, 305 2011 ZB 68, 69
  • Moulin du Courbat : moulin dit moulin de Courbat
    Moulin du Courbat : moulin dit moulin de Courbat Céré-la-Ronde - Le Moulin du Courbat - isolé - Cadastre : 2009 OF 60, 62
    Historique :
    On ne connaît pas la date de construction de ce moulin, qui figure sur le plan cadastral de 1826 . Le rez-de-chaussée, l'étage et le comble semblent avoir été construits ou reconstruits au cours du 19e siècle, tandis que la partie basse des murs, ainsi que le chambranle à feuillure de la porte
    Description :
    Ce moulin était alimenté par le ruisseau du Courbat qui actionnait une roue "par en-dessous retaillée récemment. Le toit à deux pans est couvert en tuile plate. Un escalier intérieur a été installé , mais à l'origine les différents niveaux étaient desservis de l'intérieur par des échelles, sauf le
    Localisation :
    Céré-la-Ronde - Le Moulin du Courbat - isolé - Cadastre : 2009 OF 60, 62
  • Villée : moulin dit moulin de Villée
    Villée : moulin dit moulin de Villée Le Boulay - Villée - en écart - Cadastre : 1835 E2 211 1835 E2 213 2018 E 95
    Historique :
    Cormery. Le moulin dépend par la suite du prieuré de Bénédictines du Boulay, puis à partir de 1765, comme foulon. Le moulin est décrit en 1698 comme "consistant en maison manable pour le fermier [...] moulin à également le coursier de 0,50 m, de créer un fossé parallèle au bassin et enfin de rouvrir le chemin supprimé. En 1828, M. Armfield, propriétaire d'une « usine hydraulique » située au Bas Villée, demande le règlemente le niveau d'eau et préconise des travaux. Le 26 février 1841, il est constaté que le propriétaire janvier 1860, le déversoir et les vannes de décharge sont placées dans la chaussée du moulin et auprès de l'entrée de la cour de l'usine. Dans la seconde moitié du 19e siècle, le moulin est un moulin à tan, qui ). Au début du 20e siècle, le moulin est utilisé pour alimenter le château de Valbrenne (Neuville) en
    Localisation :
    Le Boulay - Villée - en écart - Cadastre : 1835 E2 211 1835 E2 213 2018 E 95
    Illustration :
    Extrait du plan figuratif du moulin de Villée et de ses environs dressé le 31 janvier 1824
  • Bourg : moulin (route des Moulins)
    Bourg : moulin (route des Moulins) Épeigné-les-Bois - 2 route des Moulins - en village
    Historique :
    Le moulin du bourg est cité en 1786, mais a vraisemblablement été construit au 17e siècle où il constituait une dépendance du prieuré Saint Georges. Il figure sur le plan cadastral de 1826 et est activité jusque dans les années 1980, c'est actuellement une habitation. Le bâtiment situé le long de la route est le plus ancien et date du 17e ou du 18e siècle.
    Description :
    Le moulin était mû par le ruisseau de la Chézelle. Le bâtiment principal, construit en moellons étage de comble. Un bandeau sépare le rez-de-chaussée de l'étage, lui-même surmonté d'une corniche en pierre de taille. Le toit à longs pans et croupes est couvert en ardoise.
  • Fontenay : moulin
    Fontenay : moulin Cigogné - Fontenay - isolé
    Historique :
    Bien qu'un moulin soit signalé avant le 19e siècle à Fontenay, aucun bâtiment ne figure à l'emplacement du moulin actuel sur le premier plan cadastral levé en 1823. L'emplacement du premier moulin n'est pas connu. Le moulin actuel date de la seconde moitié du 19e siècle.
    Description :
    Un long corps de bâtiment orienté XXX abrite le moulin (partie gauche, entrée façade antérieure) et deux granges. Le moulin était mû par une roue à eau. Le grand intérêt du moulin de Fontenay est d'avoir
    Illustration :
    Corps de bâtiment abritant deux granges et étables, ainsi que le moulin dans la partie droite. Vue Dans la poquerie : le hérisson et les deux pignons latéraux qui actionnent les deux paires de
  • Brosse : moulin
    Brosse : moulin Luzillé - Brosse - isolé - Cadastre : 2009 OE 262
    Historique :
    Le bâtiment actuel date de la seconde moitié du 19e siècle. Il a servi à produire de l’électricité
    Description :
    Les étangs de Brosse couvrent 44,4 hectares et constituent un site classé depuis le 14 septembre 1981. Le plus grand étang, situé au sud du site, est un ouvrage du 16e siècle. Le moulin actuel étages carrés. Le pignon sud est percé d’une paire de baies cintrées à chaque étage et d’une seule baie au niveau du comble. Le toit à longs pans est couvert en ardoises. A la place de la roue, une turbine
    Illustration :
    Le grand étang de Brosse. IVR24_20093701162NUCA Vue du site avec le petit étang et le bief. IVR24_20093701171NUCA
  • Perchêne : moulin dit moulin de Préchêne ou de Perchêne
    Perchêne : moulin dit moulin de Préchêne ou de Perchêne Neuville-sur-Brenne - Perchêne - en écart - Cadastre : 1835 C 35 2018 C 518
    Historique :
    moulin. Le propriétaire du moulin est dans l’obligation de construire un déversoir de 4,35 m de longueur dont le couronnement doit être arasé à 1,73 m en contrebas d’un glyphe tracé sur la cage du moulin au , il est demandé par le préfet que le déversoir, situé à 226 m en amont de l’usine, qui a 4,50 m de longueur soit porté à 7 m, et que sa crête soit abaissée de 0,105 m ; que le vannage de décharge présentera une surface totale de 3,40 m ; que les vannes de décharge seront conservées. Le premier vannage, à 216 m sous la retenue légale. Le deuxième vannage, à 15 m en amont de l’usine, est composé de deux vannes de 1,12 m de largeur. En 1860, le niveau légal de la retenue est établie à 1,73 m en contrebas l’ouest, servant de repère provisoire. Le déversoir est resté placé sur la rive droite à 2,27 m en amont , ont été conservées dans leurs emplacements et dimensions. D’après le rapport de l'ingénieur du 30 août 1897, le vannage est composé de deux vannes de 1,64 m de largeur libre, situées à 10 m en aval du
    Illustration :
    Extrait du plan de la rivière de la Brenne dressé le 29 septembre 1897. (Archives départementales Vue d'ensemble, depuis le nord. IVR24_20163702940NUCA
  • Bourg : moulin dit moulin des Landes (10-12 rue Aristide-Briand)
    Bourg : moulin dit moulin des Landes (10-12 rue Aristide-Briand) Vernou-sur-Brenne - 10-12 rue Aristide-Briand - en ville - Cadastre : 1817 F 142, 143 2009 AN 458, 600
    Historique :
    Moulin qui a peut être servi au 15e siècle à "fourbir harnois" c'est à dire à travailler le métal moulin à blé en 1756. Le corps de bâtiment central a été construit vers 1625 pour Louis de Houdan de Romand, propriétaire du moulin. A la même époque, il fait également élargir le chenal de la roue d'habitation et chambres d'hôtes. Un ensemble de bâtiments figurant sur le cadastre napoléonien a probablement
    Description :
    de bâtiment en équerre (divisé entre le n°10 et le n°12), dont une partie est située sur la Brenne
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le nord-ouest. Au premier plan la construction en appentis sur le pavillon Louis XIII et le bâtiment à longs pans limite 18e siècle-19e siècle. IVR24_20103700489NUC2A , depuis le sud-est. IVR24_20103700490NUC2A
  • Vasrole : moulin dit moulin de Vasrole
    Vasrole : moulin dit moulin de Vasrole Villedômer - Vasrole - en écart - Cadastre : 1835 D3 850 2013 ZD 30
    Historique :
    , baille le moulin de Varole composé d'un moulin à blé et de dépendances pour le fermier (grange, écurie halle tombant de vétusté, le coursier en mauvais état, remplacer la vanne motrice, les vannes de
    Description :
    Le moulin, à un étage carré et étage de comble, composé de trois corps de bâtiment contigus, est
  • Bourg : moulin dit moulin du Pont (rue Louise-de-La-Vallière)
    Bourg : moulin dit moulin du Pont (rue Louise-de-La-Vallière) Reugny - rue Louise-de-La-Vallière - en village - Cadastre : 1819 G 696, 697 2009 G 1517, 504
    Historique :
    Le moulin du Pont, appelé primitivement moulin Blanchard, aurait été construit par Denis Blanchard du 15e siècle. Au début du 19e siècle, le moulin se compose d'une halle, de deux chambres à cheminées son moulin et fixe le régime hydraulique. Deux maisons sont construites en 1856, dont l'une est
1