Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 22 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cornilleau : moulin dit moulin de Cornilleau
    Cornilleau : moulin dit moulin de Cornilleau Villedômer - Cornilleau - en écart - Cadastre : 1835 D4 1053 1835 D4 1054 1835 D4 1055 2012 ZR 9 2012 ZR 10
    Historique :
    un second logis ont été édifiés entre 1784 et 1832. Le second logis est agrandi en 1855. Un déversoir est construit en 1824. Le moulin aurait servi de scierie au début du 20e siècle (avant 1906), il est remis en activité en 1913 par son propriétaire, le baron de Cools. Les anciennes écuries ont été
    Hydrographies :
    le Madelon
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire. S 5576. Moulins sur le Gault.
    Description :
    Le moulin, le logis primitif et les anciennes écuries sont en rez-de-chaussée et étage de comble pour l'encadrement des baies et les chaînes d'angles. Le second logis en pan de bois à grille hourdé de
    Illustration :
    Vue d'ensemble du moulin, du logis primitif et de l'extension, depuis le nord
  • Petit Villiers : moulin, dit moulin du Petit Villiers
    Petit Villiers : moulin, dit moulin du Petit Villiers Neuillé-le-Lierre - Le Petit Villiers - isolé - Cadastre : 1819 C2 751, 752 2011 ZB 64
    Historique :
    1538 le moulin est vendu à Jean Morin, charge à lui de le réédifier. La famille Le Blanc acquiert progressivement plusieurs parties du moulin à partir de 1547. Vers 1610, il appartient en totalité à Laurent Le Blanc, seigneur de La Vallière. A l'origine moulin à blé, il est mentionné en 1787 comme étant un moulin à fouler le drap, avant d'être à nouveau utilisé comme moulin à blé. Au début du 19e siècle, il enrochement rive droite en amont. En 1878, le moulin à blé est converti en bâtiment rural, il sert aujourd'hui
    Référence documentaire :
    Plan des rivières de Brenne, du Bourot et des prairies (entre Neuillé-le-Lierre et Reugny). Non Neuillé-le-Lierre, plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1819. (Archives départementales d'Indre TROUPEAU, Gérard. Neuillé-le-Lierre, une paroisse tourangelle sous l'Ancien Régime. Tours : CLD
    Description :
    plate. Le bâtiment qui accueillait la grange et deux écuries est construit en moellon enduit et pan de
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - Le Petit Villiers - isolé - Cadastre : 1819 C2 751, 752 2011 ZB 64
    Illustration :
    Vue de la grange, depuis le nord-est. IVR24_20123700535NUC2A Le Boisseau. IVR24_20123700542NUC2A
  • Sainte Croix : moulin dit moulin de Sainte Croix
    Sainte Croix : moulin dit moulin de Sainte Croix Neuillé-le-Lierre - Sainte Croix - en écart - Cadastre : 1819 B1 123,124 2011 ZD 43
    Historique :
    Moulin acquis par Laurent Le Blanc, entre 1579 et 1596. Moulin à blé, il aurait ensuite servi de rivière avec une seule roue. Le règlement hydraulique est adopté en 1850. D'après les registres Brisgault, fabricant de meules à Cinq-Mars-la-Pile entre le milieu du 19e siècle et le milieu du 20e siècle . Le moulin fonctionne jusqu'au milieu du 20e siècle, époque à laquelle la force hydraulique est
    Référence documentaire :
    Neuillé-le-Lierre, plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1819. (Archives départementales d'Indre TROUPEAU, Gérard. Neuillé-le-Lierre, une paroisse tourangelle sous l'Ancien Régime. Tours : CLD
    Description :
    Le corps de bâtiment principal qui abritait la halle et le logis, en rez-de-chaussée et étage de
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - Sainte Croix - en écart - Cadastre : 1819 B1 123,124 2011 ZD 43
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20123700555NUC2A
  • Moulins d'A-Haut, actuellement bureau d'études (5b rue de Ruet)
    Moulins d'A-Haut, actuellement bureau d'études (5b rue de Ruet) Nogent-le-Rotrou - 5b rue de Ruet - en ville - Cadastre : 1990 AS 117
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    usine de pianos automatiques par les frères Magnan après 1905, celle-ci ferme ses portes en 1925. Le
    Référence documentaire :
    Moulins d'en-Haut. Peinture. (Musée Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). 348 - Nogent-le-Rotrou, les moulins d'en-haut. 1905. Impr. photoméc. Carte postale. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-Le-Rotrou). Nogent-le-Rotrou (E. et L.). Manufacture de pianos automatiques, Magnan Frères. Entre 1905 et 1925 . Impr. photoméc. Carte postale. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-Le-Rotrou). FAUQUET, Remy. Les moulins à eau - Le Colombier de Saint-Jean (Nogent-le-Rotrou). Cahiers p. 10, Pl. 19. JUBAULT, A. Album Percheron. Nogent-le-Rotrou : G. Fauquet, 1926.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Flamandière où coule le bief des Arcisses. Le canal est composé d’un ensemble de murs et de vannes qui permet Moulins, ses bâtiments sont disposés selon un plan en U, et sont échelonnés le long de la pente du plateau éléments de chaînage et les ouvertures. Ces dernières sont constituées de plates-bandes dont le chambranle
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 5b rue de Ruet - en ville - Cadastre : 1990 AS 117
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Vallière : moulin dit moulin de La Vallière
    Vallière : moulin dit moulin de La Vallière Reugny - La Vallière - en écart - Cadastre : 1819 G1 717 2009 ZC 64
    Historique :
    acquis par Jean le Blanc, seigneur de La Vallière, en 1573. Il a fait l'objet de plusieurs travaux de Un moulin est présent à cet emplacement depuis au moins le milieu du 16e siècle puisqu'il est réparation en 1774 et 1782. Au début du 19e siècle, le moulin à blé "se compose d'une halle, chambre à moulin est adopté en 1852. En 1896, le moulin est décrit comme "une usine à blé à deux paires de meules comme maison. Les bâtiments présents sur le plan cadastral napoléonien ont été modifiés au 19e siècle tourelle adossée à la façade sud a été édifiée sur le four à pain. La grange a été reconstruite (ou d'alimenter en eau le château de La Vallière, situé au sud-ouest des bâtiments du moulin. Une marque de la
    Description :
    . Le logis élevé d'un étage carré est couvert d'un toit à longs pans en ardoise. L'ancienne écurie en le bâtiment abritant le bélier hydraulique sont couverts de toits coniques en ardoise.
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20123700359NUC2A Bâtiment abritant le bélier hydraulique. IVR24_20123700362NUC2A
  • Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison
    Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison Argenvilliers - Le Moulin Guillaume - isolé - Cadastre : 1811 A 146, 147 1992 ZA 20
    Historique :
    Le moulin a probablement été construit (ou reconstruit) en 1762, comme le montre la date portée sur une pierre de taille. Plusieurs bâtiments - dont trois principaux - sont présents en plan sur le plan conversion du moulin en "bâtiment rural" pour François Letertre en 1890. Dès lors, le moulin devient une
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    dont les deux principaux sont organisés en équerre : - Le bâtiment nord-est abrite sous le même toit le moulin (à l'est, au niveau de l'étage de soubassement) et le logis du meunier (à l'ouest, au rez d'une pierre sculptée du monogramme "IHS" et d'une croix. - Le second bâtiment, organisé
    Localisation :
    Argenvilliers - Le Moulin Guillaume - isolé - Cadastre : 1811 A 146, 147 1992 ZA 20
    Illustration :
    Vue générale du moulin depuis le sud. IVR24_20092800148NUCA
  • Beffroi, tour de l'Horloge (14 rue Nationale)
    Beffroi, tour de l'Horloge (14 rue Nationale) Amboise - 14 rue Nationale - en ville
    Historique :
    qu'à partir de 1495, date à laquelle il revêt son apparence actuelle. Il demeure le seul vestige éloquent de la première enceinte urbaine. Cette porte qui enjambe le cours de la Masse est appelée dans les comptabilités de la ville « la porte pres le moulin de l'Aumosne ». De fait, un moulin avait été placé sur le l'Horloge. Mais les priorités financières ne manquant pas, le rehaussement de l'édifice dut attendre l'année de viz de 4 piez et demi et de 5 piez de long pour faire la tour pres le molin de la Masse, que la rémunéré « pour mectre la charpenterie du portal pres le molin de l'Aumosne pour mectre une orloge que les l'année 1502 et la cloche de l'horloge en juin 1503. Les comptes de la ville donnent le détail des
    Référence documentaire :
    Amboise, n.s., photographie noir et blanc, juin 1891. (Bibliothèque municipale de Tours : L. A . Rapports des restaurations de la tour de l'Horloge (1937 et 1983) ; dossier sur le manoir de La Menaudière (1947) ; dossier sur le Logis des Pages (1947) ; dossier sur la maison du Grenier à sel (1947) ; dossier sur le manoir dit « Le Sauvage » (1947) ; dossier sur les vieilles maisons en pan de bois : 11,13 et GABEAU, Alfred. Le beffroi municipal d'Amboise (1495-1502). Tours, 1897, 15 p.
    Description :
    rupture d'appareil entre le soubassement, dont l'appareil est plus cubique, et le reste de l'élévation marque nettement le rehaussement de la fin du XVe siècle. Une voûte en berceau brisé couvre le passage pierre de taille. À l'origine, le bâtiment continuait du côté de la rue Mably, d'où les portes murées visibles dans la cage de la vis. Le service des Monuments historiques a pu lever son plan avant toute marches de « 4 piez et demi de large pour 5 piez de long », forment le noyau de 25 cm de diamètre. Sur la éclairée d'une croisée nord-est et d'une demi-croisée au sud-ouest. Le plafond d'origine est encore visible avec ses trois travées de solives qui prennent appui sur des sablières installées dans le mur et sur pêne est enfoncée dans le mur, son extrémité droite butte contre la longue barre du verrou, empêchant épannelés, ne sont pas ornés, un simple liseré les séparant du fût. La pièce du troisième étage adopte le savamment taillés sur trois niveaux ; chacun des niveaux allant en s'élargissant vers le haut est séparé par
    Illustration :
    Vue ancienne du beffroi, depuis le bas de la rue Nationale (côté extérieur de la première enceinte Vue depuis le promontoire du château de la situation dans la ville du beffroi Vue de graffiti gravés dans le parement du 3e étage. IVR24_20073700892NUCA Vue de graffiti gravés dans le parement du 3e étage. IVR24_20073700893NUCA Vue de la vis de la tour de l'Horloge depuis le niveau de comble. IVR24_20073700860NUCA centraux qui soutiennent le clocheton. IVR24_20073700856NUCA
  • Grand Villiers : moulin dit moulin du Grand Villiers
    Grand Villiers : moulin dit moulin du Grand Villiers Neuillé-le-Lierre - Le Grand Villiers - en écart - Cadastre : 1819 C2 313, 314, 315 2011 ZB 92, 93
    Historique :
    nécessaires en 1657 et 1698. Le moulin à fouler les draps est décrit en 1735 comme "composé d'un corps de précédent bâtiment ayant comble et couverture de tuile". En 1757, le bâtiment logeable est composé : de , virants et ustensiles dudit moulin couverts de tuiles et de bardeaux, cour, jardin au midi de la cour, le moulin auprès de l'abbaye depuis au moins le début du 18e siècle. En 1829, le moulin possède une vanne mètres de celui qui existe déjà, entre le moulin et le déversoir. Un règlement hydraulique est adopté en 1852. Le propriétaire est autorisé à faire passer la largeur de la roue de 0,50 à 2m sans modifier les vannes de décharge, ni le déversoir en 1874. Le moulin est agrandi en 1877. Il était encore en activité au début du 20e siècle. Le corps de bâtiment principal qui accueillait la halle du moulin et le logis d'importantes modifications ultérieures. Le bâtiment qui servait d'écurie et d'étable pourrait dater de la fin
    Référence documentaire :
    Plan des rivières de Brenne, du Bourot et des prairies (entre Neuillé-le-Lierre et Reugny). Non Neuillé-le-Lierre, plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1819. (Archives départementales d'Indre
    Description :
    Le bâtiment principal, qui abritait la halle et le logis, en rez-de-chaussée et étage en surcroît d'un toit à longs pans en tuile. Le pignon ouest a conservé deux fenêtres à meneau (dont une murée ) dont l'encadrement et le remplage sont chanfreinés. Un arc brisé en pierre de taille, aujourd'hui compris dans la maçonnerie, est partiellement visible sur le pignon est. L'extension du logis vers l'ouest
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - Le Grand Villiers - en écart - Cadastre : 1819 C2 313, 314, 315 2011 ZB 92, 93
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR24_20123700612NUC2A
  • Moulin d'Ézanville : moulin et maison
    Moulin d'Ézanville : moulin et maison Frazé - Le Moulin d'Ézanville - isolé - Cadastre : 1813 C1 38 2016 YE 16
    Historique :
    farine était rattaché à une seigneurie éponyme dont le château, détruit avant la Révolution, se situait dans un petit bois près de l'Orme. Le bâtiment principal conserve des vestiges pouvant remonter au 17e . Dépendant de la seigneurie de Frazé, le moulin appartient à la famille Thiroux de Gervilliers jusqu'en 1869 façade remplacé par des murs en moellons de silex et encadrements d'ouvertures en brique. Le moulin est
    Référence documentaire :
    Charles Tremblay (le 1er décembre 1869).
    Description :
    Le moulin se situe à l'extrémité est de la commune, à environ quatre kilomètres du bourg. La disposés en "L" (un troisième bâtiment, présent en plan en 1813, a été détruit au 20e siècle). Le bâtiment principal abrite à la fois le logis (salle et chambre) et la partie "usine", placée à l'arrière du logis. Il en brique est également en place. Le bâtiment secondaire abrite la grange, une remise, un toit à
    Localisation :
    Frazé - Le Moulin d'Ézanville - isolé - Cadastre : 1813 C1 38 2016 YE 16
    Annexe :
    le 1er décembre 1869 (AD d'Eure-et-Loir, 2 E 33-887). " [...] Moulin 1° Un moulin appelé le moulin ustensiles. Le tout situé commune de Frazé. Bâtiments, cour et jardin 2° Les bâtiments d'habitation et
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20162800249NUCA Vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20162800251NUCA
  • Moulin Gaillard : moulin
    Moulin Gaillard : moulin La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Historique :
    Le moulin semble remonter, en ce qui concerne la partie la plus ancienne au nord du bâtiment, à 1830 (date portée sur le linteau de la porte). A cette époque, il appartient à François Rivière , commanditaire de sa reconstruction ou son agrandissement (inscription sur le linteau et mention dans les tables des propriétaires des matrices cadastrales). Peu de temps après, le moulin, faisant partie d’un vaste des matrices cadastrales, un des membres de cette famille, Camille Silvy, fait reconstruire le moulin , le moulin pouvait encore fonctionner dans les années 1990. Tout son mécanisme reste intact, dans un
    Observation :
    Dans un très bon état de conservation (tout le mécanisme est en place, peu de remaniements, bonne approfondie. L’ensemble formé par le moulin, la maison de maître et la ferme constitue un site patrimonial et
    Description :
    Le Moulin Gaillard se situe à environ un kilomètre à l’ouest du bourg, en bordure de l’étang de Gaillard. Le lieu-dit comprend trois bâtiments dont deux, en vis-à-vis, délimitent une cour ouverte. Le bâtiment principal abrite le moulin et le logement du meunier. Il s’élève sur deux niveaux accessibles de plain-pied (à l’est pour l’étage de soubassement, à l’ouest pour le rez-de-chaussée surélevé). Alimenté par l’étang de Gaillard, la chute d’eau actionne une roue métallique placée sous un appentis contre le pignon sud du bâtiment principal. Les mécanismes (arbre, engrenage, etc.) ainsi que le logis du meunier -chaussée surélevé et sous le comble à surcroît. Un escalier en vis en bois, suspendu et sans mur de cage surcroît. Le bâtiment secondaire, à l’est du premier, sert de dépendances. Du nord au sud, il abrite des clapiers à lapins, le poulailler, un toit à porcs, une grange, une écurie, une étable et une remise. La
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Illustration :
    Bâtiment principal, vue depuis le sud-ouest. IVR24_20172800464NUCA Bâtiment secondaire, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20172800465NUCA Bâtiment secondaire, vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20132800410NUC2A
  • Moulin Neuf : moulin dit moulin Neuf ou moulin de Bacchus
    Moulin Neuf : moulin dit moulin Neuf ou moulin de Bacchus Chançay - Le Moulin Neuf - isolé - Cadastre : 1816 A3 2970 2009 ZC 128
    Historique :
    Le Moulin Neuf est cité comme moulin à blé dès 1613, époque où Louis de Lafons, seigneur de Chançay , constitua une rente sur ce moulin au profit de la chapelle de Vaumorin. En 1829, le moulin ne possède pas de 1875. Le moulin et la maison font l'objet d'une augmentation en 1878. Les couvertures et les lucarnes nouvelles lucarnes. Le moulin cesse son activité dans les années 1950, puis sert d'habitation, de restaurant . Le mécanisme datant du dernier quart du 19e siècle a été conservé mais la roue en très mauvais état a
    Référence documentaire :
    Chancay, Le Moulin Neuf. Plans et coupes. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, S 5575).
    Description :
    d'une cour. Le moulin à deux étages carrés et étage de comble est couvert d'un toit à longs pans et formant le logis, en rez-de-chaussée et rez-de-chaussée et étage de comble, situés dans le prolongement du moulin à l'ouest, sont couverts de toits à longs pans en ardoise. Le bâtiment situé de l'autre côté de la
    Localisation :
    Chançay - Le Moulin Neuf - isolé - Cadastre : 1816 A3 2970 2009 ZC 128
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR24_20113700196NUC2A Le moulin, façade sud. IVR24_20113700197NUC2A Le logis, façade sud. IVR24_20113700198NUC2A Le déversoir. IVR24_20113700203NUC2A
  • Chesneau : moulin, actuellement maison
    Chesneau : moulin, actuellement maison La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Historique :
    époque, il ne semble rien subsister. D’après l’examen des matrices cadastrales, le moulin a été très modifié en 1864 pour Louis Rivière, meunier au Chesneau. Le bâtiment secondaire, une grange-étable, semble la seconde moitié du 20e siècle, le moulin a été à nouveau très transformé : percements d'ouvertures , agrandissement de baies, enduit ciment. Le moulin a cessé son activité en 1962.
    Description :
    Situé à l’extrémité sud-est de la commune, le moulin du Chesneau comprend deux bâtiments en vis-à -vis. Le bâtiment principal abrite sous le même toit le moulin et le logis du meunier. Si les façades et les ouvertures ont été entièrement transformées, le mécanisme est conservé. Une retenue d’eau vestiges). Le mécanisme se trouve au rez-de-chaussée et les deux meules (l’une sur l’autre) se situent dans le comble à surcroît. Le bâtiment secondaire abrite une grange et une étable. Les encadrements
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Illustration :
    Vue générale du moulin et de la retenue d’eau depuis le nord-ouest. IVR24_20132800372NUC2A Vue générale du moulin depuis le sud-ouest. IVR24_20132800373NUC2A
  • Moulin de Carcahut : moulin et ferme
    Moulin de Carcahut : moulin et ferme Frazé - Le Moulin de Carcahut - isolé - Cadastre : 1813 E1 8 2016 E1 8, 9, 11
    Historique :
    La seigneurie de Carcahut ayant droit de justice sur tous ces sujets, ainsi que le droit de colombier, de moulin, de pêche et de chasse, est citée dès la fin du 15e siècle dans le notariat de Frazé . Il semble que le moulin de Carcahut ait été séparé de sa seigneurie éponyme avant 1526 : le Petit Frazé. D'ailleurs, ces derniers le vendent à Jacqueline Girard, dame de Frazé, en 1569. Dès lors, le anciens (le moulin et la grange) semblent remonter au 17e ou au 18e siècle, comme tendent à le montrer d'angle de l'étable). Propriété des Thiroux de Gervilliers (seigneurs de Frazé) en 1813, le moulin est vendu à Jean-Baptiste Esnault qui le possède au milieu du 19e siècle, avant de le revendre dans les années 1870 à Olivier Chellet de Kerdréan, propriétaire de la Pihourdière à La Croix-du-Perche. Le moulin construit dans le second quart du 20e siècle, mais sont sans affectation lors de la réalisation de l'étude
    Description :
    Le moulin se situe à l'ouest de la commune, à un peu plus de deux kilomètres du bourg. Il est alimenté par un bief dérivé de la Foussarde. La propriété comprend quatre bâtiments et un hangar. - Le bâtiment principal abrite sous un même toit la partie "usine" du moulin, le logis (salle unique) et une remise. - À l'est se trouve une étable et des toit à porcs. - Tout au sud, longé par le bief, se situe le
    Localisation :
    Frazé - Le Moulin de Carcahut - isolé - Cadastre : 1813 E1 8 2016 E1 8, 9, 11
    Illustration :
    Vue de situation depuis le nord-est. IVR24_20162801117NUCA Vue générale depuis le nord-est. IVR24_20162801111NUCA Vue générale depuis le sud-ouest. IVR24_20162801115NUCA Étable et toit à porcs, vue depuis le sud-ouest. IVR24_20162800232NUCA Étable et toit à porcs, vue depuis le nord-est. IVR24_20162800233NUCA Grange et remise, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20162800234NUCA Fournil, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20162801113NUCA
  • Pomigny : moulin dit moulin de Pomigny
    Pomigny : moulin dit moulin de Pomigny Neuillé-le-Lierre - Pomigny - en écart - Cadastre : 1819 C2 303, 304, 305 2011 ZB 68, 69
    Historique :
    Un moulin est mentionné en 1594. En 1735, le moulin et métairie de Pomigny consistent en plusieurs bâtiments habitables, composés de "trois chambres à feu à cheminée, four en l'une d'icelle, vers le midi, la étant au bout sur la rivière et le pressoir à l'autre bout ; un pressoir garni d'une cuve liée en cercle comble dessus, couvert de tuiles et bardeau ; la part du moulin où est le passage de l'eau faisant boulangerie ; une grange et une grande écurie". Moulin à fouler le drap, dépendant de l'abbaye de Fontaine-les -Blanches, il est vendu comme bien national en 1791 avec le moulin voisin du Grand-Villiers. En 1817, le est mentionnée dans le registre d'augmentations et diminutions portées sur les matrices cadastrales en 1857 (année d'imposition). Le moulin aurait cessé son activité à la limite des 19e siècle 20e siècles (avant 1906) et aurait servi de ferme, puis de logis. La roue et les mécanismes ont été supprimés et le
    Référence documentaire :
    Plan des rivières de Brenne, du Bourot et des prairies (entre Neuillé-le-Lierre et Reugny). Non TROUPEAU, Gérard. Neuillé-le-Lierre, une paroisse tourangelle sous l'Ancien Régime. Tours : CLD
    Description :
    anciennes écuries, le logis primitif et le corps de bâtiment au sud de la cour sont en rez-de-chaussée et
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - Pomigny - en écart - Cadastre : 1819 C2 303, 304, 305 2011 ZB 68, 69
  • Villée : moulin dit moulin de Villée
    Villée : moulin dit moulin de Villée Le Boulay - Villée - en écart - Cadastre : 1835 E2 211 1835 E2 213 2018 E 95
    Historique :
    Cormery. Le moulin dépend par la suite du prieuré de Bénédictines du Boulay, puis à partir de 1765, comme foulon. Le moulin est décrit en 1698 comme "consistant en maison manable pour le fermier [...] moulin à également le coursier de 0,50 m, de créer un fossé parallèle au bassin et enfin de rouvrir le chemin supprimé. En 1828, M. Armfield, propriétaire d'une « usine hydraulique » située au Bas Villée, demande le règlemente le niveau d'eau et préconise des travaux. Le 26 février 1841, il est constaté que le propriétaire janvier 1860, le déversoir et les vannes de décharge sont placées dans la chaussée du moulin et auprès de l'entrée de la cour de l'usine. Dans la seconde moitié du 19e siècle, le moulin est un moulin à tan, qui ). Au début du 20e siècle, le moulin est utilisé pour alimenter le château de Valbrenne (Neuville) en
    Localisation :
    Le Boulay - Villée - en écart - Cadastre : 1835 E2 211 1835 E2 213 2018 E 95
    Illustration :
    Extrait du plan figuratif du moulin de Villée et de ses environs dressé le 31 janvier 1824
  • Gâtine : moulin et ferme
    Gâtine : moulin et ferme Thiron-Gardais - Le Moulin de la Gâtine - isolé - Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 2013 ZD 32, 33, 34, 35
    Historique :
    Sous l'Ancien régime, le Moulin de la Gâtine dépend de la seigneurie de Thiron. Les bâtiments les plus anciens semblent remonter au 18e siècle, période de reconstruction du moulin, comme le montrent d'une inscription, probablement celle du commanditaire, en partie effacée). En 1814, le lieu-dit appartient à la famille Taulé et comprend le moulin et une maison (probablement un logis de ferme avec moulin. Elle sera transformée en dépendance à la fin du 19e siècle. Le moulin est très remanié en 1886
    Description :
    Le moulin et la ferme comprennent quatre bâtiments : - Situé au nord, le bâtiment où se trouve le moulin abrite également le logis du meunier et un fournil. La roue du moulin, disparue, était placée contre le pignon est. Une chute d'eau d'environ 2 mètres alimentée par un bief dérivé de la rivière de la THEILL À NOGENT-LE-ROTROU" indiquant leur provenance. La cheminée du logis a été détruite, celle du aucune trace ne subsiste (plus de cheminée, ni de souche, ni même de conduit). - Plus au sud se trouve le porcs, un cellier, cinq étables et/ou écuries et une grange. Le corps central (qui abrite les cinq étables et/ou écuries) semble être le plus ancien. Sa charpente repose sur des poteaux de bois isolés du probablement la date de construction (18e siècle) et le nom du maître d’œuvre ou celui du maître d'ouvrage. La bâtiment d'exploitation, au sud-ouest de l'ensemble, se situe le bâtiment principal de la ferme abritant le
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Le Moulin de la Gâtine - isolé - Cadastre : 1814 C1 52, 57, 58, 59, 60, 61 2013
    Illustration :
    Moulin, vue générale depuis le sud. IVR24_20142800328NUC2A Moulin, vue générale depuis le nord. IVR24_20142800331NUC2A Vue générale du bâtiment d'exploitation depuis le nord-ouest. IVR24_20142800336NUC2A Bâtiment de ferme avec logis (face au précédent bâtiment), vue depuis le nord
  • Moulin de l'Étang : moulin et ferme
    Moulin de l'Étang : moulin et ferme Frazé - L' Moulin de l'Étang - isolé - Cadastre : 1813 D1 40, 41 2016 YA 97
    Historique :
    D'après Édouard Lefèvre, le Moulin de l'Étang est mentionné dès 1477. Présents sur le plan cadastral de 1813, les bâtiments les plus anciens - la partie ouest du bâtiment principal et le fournil - semblent remonter au 17e ou au 18e siècle, comme tendent à le montrer les fortes pentes de toit ainsi que Frazé, le moulin reste la propriété de la famille Thiroux de Gervilliers (seigneurs de Frazé) jusqu'aux années 1880. Il est alors vendu à Joseph Dulong de Rosnay, qui le cède à son tour en 1897 à Didier Boutrou, meunier à Saint-Denis-Les-Ponts (à proximité de Châteaudun). Le bâtiment secondaire date très 20e siècle. Produisant de la farine jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le moulin est déclassé en
    Description :
    Le moulin se situe à l'est de la commune, à environ 700 mètres du bourg. La retenue d'eau alimentée répartis autour d'une cour ouverte. - Placé au nord, le bâtiment principal comprend la partie domestique (salle et deux chambres) et l'atelier de meunerie. L'eau, qui passe sous le bâtiment, actionnait une roue postérieure, en pan de bois hourdé en torchis, témoigne de l’ancienneté de la construction. - Au sud, le une vaste remise. - Au sud-ouest, se trouve le fournil. La voûte du four, localement appelé "butte" du four, est protégée par le toit en croupe. Une échelle de meunier placée contre le pignon ouest permet d'accéder au comble à usage de grenier. Deux toits à porcs s'appuient contre le pignon est. Les murs sont
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le sud. IVR24_20162800237NUCA Bâtiment principal, vue générale depuis le sud. IVR24_20162800238NUCA Retenue d'eau et partie "usine" du moulin, vue depuis le sud. IVR24_20162800239NUCA Fournil et toits à porc, vue depuis le nord-est. IVR24_20162800244NUCA
  • Perchêne : moulin dit moulin de Préchêne ou de Perchêne
    Perchêne : moulin dit moulin de Préchêne ou de Perchêne Neuville-sur-Brenne - Perchêne - en écart - Cadastre : 1835 C 35 2018 C 518
    Historique :
    moulin. Le propriétaire du moulin est dans l’obligation de construire un déversoir de 4,35 m de longueur dont le couronnement doit être arasé à 1,73 m en contrebas d’un glyphe tracé sur la cage du moulin au , il est demandé par le préfet que le déversoir, situé à 226 m en amont de l’usine, qui a 4,50 m de longueur soit porté à 7 m, et que sa crête soit abaissée de 0,105 m ; que le vannage de décharge présentera une surface totale de 3,40 m ; que les vannes de décharge seront conservées. Le premier vannage, à 216 m sous la retenue légale. Le deuxième vannage, à 15 m en amont de l’usine, est composé de deux vannes de 1,12 m de largeur. En 1860, le niveau légal de la retenue est établie à 1,73 m en contrebas l’ouest, servant de repère provisoire. Le déversoir est resté placé sur la rive droite à 2,27 m en amont , ont été conservées dans leurs emplacements et dimensions. D’après le rapport de l'ingénieur du 30 août 1897, le vannage est composé de deux vannes de 1,64 m de largeur libre, situées à 10 m en aval du
    Illustration :
    Extrait du plan de la rivière de la Brenne dressé le 29 septembre 1897. (Archives départementales Vue d'ensemble, depuis le nord. IVR24_20163702940NUCA
  • Moulin Trouvé : moulin
    Moulin Trouvé : moulin Thiron-Gardais - Moulin Trouvé - isolé - Cadastre : 1814 B3 383, 384 2013 ZC 38, 39, 40, 41 1814 C1 79, 81
    Historique :
    Sous l'Ancien Régime, le moulin Trouvé, implanté dans la paroisse de Gardais, dépend de la seigneurie de Thiron comme le montre le plan géométrique réalisé par Canuël en 1759. La structure du moulin semble dater du 17e siècle : en témoigneraient le pan de bois, la mise en œuvre en moellons équarris en sur le cadastre de 1814 (parcelle C 79), un second logis a été construit à la fin du 18e siècle ou au début du 19e siècle (il ne figure pas sur le plan géométrique de Canuël datant de 1759). Ce bâtiment a été détruit dans la seconde moitié du 20e siècle. En 1814, le moulin et les maisons appartiennent à la (agrandissements et nouveaux percements d'ouvertures en brique, construction d'une cheminée contre le mur croupe au nord, modification probable du mécanisme) et à la maison du meunier (agrandissement vers le sud
    Description :
    Le lieu-dit comprend le moulin et la maison du meunier : - Le moulin se situe à l'est de l'ensemble . Le bief, dérivé de la Thironne, alimente une retenue d'eau qui actionnait la roue (à l'état de souche de cheminée en brique. - Le logis du meunier se trouve au sud-ouest du moulin, de l'autre côté du
    Illustration :
    Moulin, vue générale depuis le sud-ouest - emplacement de la retenue d'eau au premier plan (cliché Moulin, vue rapprochée depuis le nord-ouest (cliché ancien, vers 1980, avant rénovation Moulin, vue générale depuis le sud-est. IVR24_20142800352NUC2A
  • Bourg : moulin dit moulin des Landes (10-12 rue Aristide-Briand)
    Bourg : moulin dit moulin des Landes (10-12 rue Aristide-Briand) Vernou-sur-Brenne - 10-12 rue Aristide-Briand - en ville - Cadastre : 1817 F 142, 143 2009 AN 458, 600
    Historique :
    Moulin qui a peut être servi au 15e siècle à "fourbir harnois" c'est à dire à travailler le métal moulin à blé en 1756. Le corps de bâtiment central a été construit vers 1625 pour Louis de Houdan de Romand, propriétaire du moulin. A la même époque, il fait également élargir le chenal de la roue d'habitation et chambres d'hôtes. Un ensemble de bâtiments figurant sur le cadastre napoléonien a probablement
    Description :
    de bâtiment en équerre (divisé entre le n°10 et le n°12), dont une partie est située sur la Brenne
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le nord-ouest. Au premier plan la construction en appentis sur le pavillon Louis XIII et le bâtiment à longs pans limite 18e siècle-19e siècle. IVR24_20103700489NUC2A , depuis le sud-est. IVR24_20103700490NUC2A