Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ouvrage avancé : la demi-lune
    Ouvrage avancé : la demi-lune Amboise - Château-d'Amboise - en ville
    Historique :
    constructives (proches de celles de l'enceinte bastionnée de Saumur) que le contexte historique le laissent
    Référence documentaire :
    Château d'Amboise, plan de 1708. 2e étage dans le comble du logis des Sept Vertus, 1er étage du Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau COMTE, François. Le château et la ville : Angers (XIII e -XVIe s). Revue archéologique du Centre de
    Description :
    témoigne la canonnière à la française découverte dans le soubassement de la tour ruinée. Cette distance permet en effet d'être couverte par le tir d'une arquebuse légère qui couvre aisément 40 m à 50 m sans le fossé a été étayée de deux puissantes maçonneries. Deux coups de sabre se distinguent et rien pointe - dite capitale - face au pont qui traverse le fossé. Elle est bordée d'un large fossé de 16 m environ 1 m au-dessus du niveau du fond du fossé, tandis que le terre-plein de la demi-lune se situe environ 1,5 m sous le niveau du chemin couvert faisant le tour du fossé. On peut en effet parler de chemin , sur le plan de 1815 - qui en raison des remaniements récents est plus complet que ce que nous pouvons relever aujourd'hui sur le terrain - son emplacement apparaît. Toutefois son parapet de défilement a déjà disparu en 1815. Le procès-verbal de 1761 complète notre connaissance des lieux. Aujourd'hui on accède à arborait, selon le procès-verbal de 1761, « en dehors au dessus de ladite porte [...] trois écussons aux
    Annexe :
    Les archives concernant la demi-lune Le procès-verbal de 1761 propose une description assez détaillée de la porte des Lions. Au-delà du tambour, il semble que le pont ait été bordé de deux murs petitte porte par laquelle nous sommes entrés dans les douves qui reignent le long desdits casemat, de huit toises de largeur [...] ». On peut supposer que cette porte permettait de rejoindre le chemin
    Illustration :
    Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : 2e étage dans le comble du logis des Sept Vertus,1er étage Vue extérieure de la porte des Lions depuis le Sud-Est. IVR24_20083700160NUCA
  • Fossé médiéval, jeu de paume et logis annexes
    Fossé médiéval, jeu de paume et logis annexes Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Historique :
    Nous disposons de très peu d'éléments historiques relatifs aux bâtiments qui longeaient le fossé et laquelle on leva le plan du château. Cependant, il est possible qu'ils aient disparu lors des aménagements de Louis XIII, soit peu après 1630. Bien que le fossé, son portail et ses logis n'aient pas de réel
    Référence documentaire :
    Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau LESUEUR, Docteur Frédéric. Le château d'Amboise. Paris, 1935, 112 p. THOMAS, Évelyne. Le jeu de paume du château d'Amboise. In Jeu des rois, roi des jeux : le jeu de
    Description :
    Le Fossé Il n'est jamais décrit mais il sert constamment de repère pour situer les pièces du vestiges restant sur le terrain - l'extrémité septentrionale du fossé qui a été dégagée et la petite vis qui liait le logis dit de Louis XI à la rampe d'accès - on connait sa longueur, environ 46 m, sa le fond du fossé et dont les portiques et galeries des logis longeant le fossé constituaient les tribunes. Le portail Il sert également de point de repère dans les procès-verbaux mais il n'en existe pont-levis apparemment à flèches qui assurait un passage de 2 m à 2,50 m de large dans le donjon. Il devait exister une chambre placée au-dessus du pont-levis. Le « logis du concierge » est mentionné dans le secteur de la chambre de la Herse et du portail. Il est en effet possible que le concierge chargé de garder et d'ouvrir le château ait été logé à proximité de la herse et du pont-levis, voire que ses rapport aux autres. Le plan gravé de Jacques Androuet du Cerceau concorde presque parfaitement avec la
    Annexe :
    Château d'Amboise : description des logis disparus qui longeaient le fossé du donjon Nous décrirons servent de points de repère pour suivre les descriptions : bordant le fossé, ce logis d'environ 46 m de le prolongement des galeries. Il semble que ces galeries aient également assuré la liaison des logements avec les bâtiments contigüs, à savoir le logis du Donjon et le portail du Donjon. Par ailleurs, le jeu de paume installé dans le fond du fossé sert de point de repère pour décrire et situer les -verbal arrivent à l'extrémité sud du fossé, par le bâtiment de la Herse, ici nommé le « portal du donjon galerie et communiquait par une porte avec la galerie du jeu de paume. En face de la cheminée, sur le mur aucune porte et le procès-verbal précise « ladite croisée qui sert de porte ». Aussi cette pièce faisant appelée troisième chambre dans le procès-verbal qui était sans doute une garde-robe commune aux deuxième chambre de la cinquième. Elles ne sont pas mentionnées dans le procès-verbal. Le sas déjà cité donnait
    Illustration :
    Dessin de Jacques Androuet du Cerceau de 1579 : Vue cavalière du château du côté de la ville. Le fossé du donjon et les logis le longeant se trouve en retour d'équerre à droite. (B.n.f., département commence au nord, devant le logis du Tambour situé à droite de la photographie, et débouchait, au sud, à l'endroit depuis lequel le cliché est pris. IVR24_20083700117NUCA Dans l'ancien fossé du donjon : vue de l'escalier en vis qui permettait de gagner le jeu de paume
  • Porte des Lions
    Porte des Lions Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Historique :
    La porte des Lions constitue l'accès par le coteau au promontoire rocheux du château, qui ouvre à l'Est au deux tiers d'un mur d'enceinte de 190 m de long pour 2,50 m à 3,50 m d'épaisseur. Le mur centrée sur le rempart, mais située à 73 m de l'extrémité sud et à environ 115 m de celle du nord. Il s'agit indéniablement de l'accès le plus ancien du château, antérieur aux tours et certainement aussi à maçonneries permet de distinguer trois états successifs de la porte : le premier datant probablement des XIIIe -XIVe siècles, le second de la fin de l'époque médiévale (XVe siècle) et le troisième du premier tiers restauration a été menée en 1991 par le service des Monuments historiques ; une autre en 2013-2014. Dans leurs parvenus se lisent dans les archives de la ville où elle apparaît sous le nom de "poterne du chastel le fossé du château, comme cela se faisait pour la ménagerie d'Angers par exemple.
    Référence documentaire :
    Château d'Amboise, plan de 1708. 2e étage dans le comble du logis des Sept Vertus, 1er étage du d'Amboise, procès-verbal de prise de possession par le duc de Choiseul. 1761. Le château d'Amboise/attribué à Francesco Melzi. Sanguine, 1517-1519. (Royal Collection Trust Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau COMTE, François. Le château et la ville : Angers (XIII e -XVIe s). Revue archéologique du Centre de
    Description :
    bâtiment nommé « corps de garde », d'environ 11 m sur 7 m occupait, au Nord, le côté gauche de la porte des Lions, côté basse-cour. Une cheminée chauffait la pièce, installée sur le mur gouttereau nord. Sur le gouttereau opposé, deux fenêtres étaient sources de lumière. À droite de la porte sur le plan, figure un escalier qui devait permettre de monter sur les buttes qui épaulent le rempart est du château. Deux ponts vestiges prouvent qu'ils fonctionnaient avec des flèches. En avant de cette porte, le fossé était franchi par un pont dormant, dont on ne connaît pas le profil d'origine mais Léonard de Vinci en donne la sur le plan de 1708 est signalée sous le terme de « tour ruinée ». Elle a été restaurée au minimum ; son plan pentagonal, et non circulaire comme le suppose le plan de 1708, est toujours lisible. Ces haut, elle se divise en deux registres. Le premier accueille la porte cavalière (3,15 m) couverte d'un arc en anse de panier et le passage piéton (0,85 m) couvert d'un simple linteau monolithe ; le second
    Annexe :
    le commandement et ordonnance du roy a faire tout de neuf le pont de la poterne du chastel d'Amboise communales d'Amboise, CC 104 et CC 197, 1480 à 1482) où il est question de poser des gardes corps le long du chemin qui va du Clos-Lucé à la « poterne du chastel » et de restaurer le pont de la poterne. En 1494 , : - Archives nationales, KK 84, f°90r°-v° : « [...] A Jehannin Le double, portier du chastel d'Amboise, pour » ou de « faire une gueritte de charpente sur la porte des Lions ». Le procès-verbal de 1761 est plus d'une grande chambre à cheminée occupée par le nommé Bouchet contenant vingt neuf pieds de longueur de une petite cave de l'autre costé de ladite grande porte [...} ». Le procès-verbal de 1761 mentionne en
    Illustration :
    Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : 2e étage dans le comble du logis des Sept Vertus,1er étage Vue extérieure de la porte des Lions depuis le sud-est. IVR24_20083700160NUCA
  • Rempart oriental
    Rempart oriental Amboise - Château-d'Amboise - en ville
    Historique :
    Le rempart oriental a été peu restauré avant la campagne de 2013-2014.
    Référence documentaire :
    Château d'Amboise, plan de 1708. 2e étage dans le comble du logis des Sept Vertus, 1er étage du Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau COMTE, François. Le château et la ville : Angers (XIII e -XVIe s). Revue archéologique du Centre de
    Description :
    . Le tracé en crémaillère présente des angles parfaitement chaînés à l'exception du décrochement le primitif. On peut donc considérer qu'entre le premier décrochement proche de la tour ruinée et le dernier décrochement, le mur est médiéval. La contre-escarpe présente deux types d'appareillage et deux coups de -lune grâce à un orillon. Le mur sud de l'enceinte surplombant cet orillon présente des caractéristiques remplacer une structure plus ancienne. Enfin, on observe que le fossé de plus de 182 m de long situé plus de comme côté Loire un simple mur de berme paremente le promontoire et clôt le fossé.
    Illustration :
    Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : 2e étage dans le comble du logis des Sept Vertus,1er étage Vue extérieure de la porte des Lions depuis le sud-est. IVR24_20083700160NUCA
  • Tour ruinée et corps de garde de la porte des Lions
    Tour ruinée et corps de garde de la porte des Lions Amboise - Château-d'Amboise - en ville
    Historique :
    Les vestiges d'archère comme le tracé polygonal de la tour proposent une fourchette de datation
    Référence documentaire :
    Château d'Amboise, plan de 1708. 2e étage dans le comble du logis des Sept Vertus, 1er étage du Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau COMTE, François. Le château et la ville : Angers (XIII e -XVIe s). Revue archéologique du Centre de
    Description :
    oeuvrées dans le fossé, elle atteignait au minimum 15 m de haut. Étant engagée pour moitié dans le rempart gorge de manière à communiquer avec le logis à cheval sur le rempart ; ce qui explique les coups de entre la tour et le reste du corps de garde, ni le profil de son couronnement. Le mur du corps de garde a conservé dans sa maçonnerie les innombrables traces de modifications du logement. Le relevé pierre lacunaire. Le mur se divise en trois pans de murs séparés les uns des autres par des coups de sabre : la pentagonale au rempart. À droite de ces pierres d'arrachement, soit à l'extérieur de la tour, le pan de mur qui se présente comme une poterne donnant dans le fossé. Cette porte aurait donc donné à l'extérieur
    Illustration :
    Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : 2e étage dans le comble du logis des Sept Vertus,1er étage Vue extérieure de la porte des Lions, depuis le sud-est. IVR24_20083700160NUCA
1