Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 22 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : pont de chemin de fer
    Bourg : pont de chemin de fer Tournon-Saint-Martin - Bourg - en village - Cadastre : 2013 E 454
    Historique :
    Le pont a été créé à l'occasion de l'ouverture de la ligne ferroviaire Port-des-Piles-Le Blanc, en
  • Dubellerie : pont de chemin de fer
    Dubellerie : pont de chemin de fer Tournon-Saint-Martin - La Dubellerie - en écart - Cadastre : 2013 D 990
    Historique :
    Le pont a été créé à l'occasion de l'ouverture de la ligne ferroviaire Port-des-Piles-Le Blanc en
  • Boutetterie : pont
    Boutetterie : pont Tournon-Saint-Martin - La Boutetterie - en village - Cadastre :
    Historique :
    de la voie Port-des-Piles-Le Blanc (en 1886). Ce pont, qui enjambe le chemin de fer, a certainement été construit peu de temps après la création
  • Bourg : pont
    Bourg : pont Bléré - - sur le Cher - en ville - Cadastre : Non cadastré.
    Historique :
    Le premier pont en pierre de Bléré a été construit vers 1168 par Hugues II d’Amboise, fils de Sulpice Ier, sur ordre d’Henri II Plantagenêt, et se situait dans le prolongement de l’actuelle rue du Pont. Il a certainement été élevé, comme c’est souvent le cas, à l’emplacement d’un ancien gué sur le Cher. Entre 1434 et 1450, les fortifications de la ville, auxquelles le pont est intégré, sont reconstruites. Le pont mentionné au 18e siècle comme "ayant toujours été sur l'état des ponts et chaussées et fondations de l'ancien pont de pierre, détruit en 1904, situé dans le prolongement de l'actuelle rue du Pont de prison. Au 19e siècle, la tour du milieu est transformée en moulin sans que le tablier ne soit construction d'un nouveau pont plus large situé quelques mètres en aval du premier ; l'ancien et le nouveau pont ont coexisté pendant 4 ans. En juillet 1944, le bombardement d'une partie du pont occasionne assez peu de dégâts. Le pont actuel est toujours celui construit entre 1900 et 1904.
    Hydrographies :
    le Cher
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 251. Plan et élévation du pont de Bléré sur le Cher p. 174 ALARY, Éric. Le canton de Bléré sous l'Occupation : une position unique en France. Paris p. 151-153 ; p.187-188 SERNA, Virginie (dir.). Le Cher. Histoire et archéologie d’un cours d’eau
    Description :
    . Le pont actuel est un pont routier en pierre comportant 6 arches en arc segmentaire. Les arcs, les piles et les avant-becs de forme demi-cylindrique sont en pierre de taille, le reste en moellon. Le trottoir de chaque côté. Le garde-corps du tablier est élevé de 3 rangs de pierre de taille.
    Localisation :
    Bléré - - sur le Cher - en ville - Cadastre : Non cadastré.
    Illustration :
    les répérations à faire. Non signé, non daté ; XVIIIe siècle. Détail vers le nord en direction de La Vue du pont sur le Cher depuis la rive droite, côté Est. IVR24_20133700962NUCA
  • Pont Châtré ou Chartrain
    Pont Châtré ou Chartrain Blois - chemin des Ponts Chartrains - en écart
    Historique :
    -Bourges, ouvrages constitués de digues et d' arches permettant le passage du val inondable et des bras du
    Hydrographies :
    le Cosson
    Illustration :
    Le Pont Chatré sur l'Atlas Trudaine : en Vienne au sud est IVR24_20074100061NUCA
  • Pont Saint-Michel
    Pont Saint-Michel Blois - Vladivostok - en écart
    Hydrographies :
    le Cosson
  • Pont dit de bois (détruit, rue Saint-Laurent)
    Pont dit de bois (détruit, rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre :
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Les historiens percherons datent la construction du pont de bois entre le 12e et le 13e siècle. Il cours des 19e et 20e siècles. Les textes concernant le pont de bois sont très peu nombreux et ne le , Jousselin et Pegray, le pont aurait été reconstruit en pierre en 1577, cependant la source originale n’ayant de 1690. Le doyenné de Saint-Denis déclare alors détenir le droit de péage sur toutes les marchandises ou denrées qui passent sur le pont d’Huisne anciennement appelé Pont de Bois, ce qui fait des moines de Saint-Denis les propriétaires du pont. « […] Item nous avons et nous appartient le droit de péage ou travers de toutes les marchandises ou denrée qui passent sur le pont d’Huigne en nostre seigneurie lequel se nommeroit autrefois le pont de bois […]. » (in Déclaration et dénombrement de Saint -Denis (1690), AN. P938). Le pont est reconstruit une première fois en 1857, puis une seconde fois en le terminus ante quem assez tardif du pont-de-Bois, il y a fort à penser qu’il ait existé un pont sur
    Référence documentaire :
    Archives Municipales de Nogent-le-Rotrou. Registres des délibérations (1857 et 1883). p.157. JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions Alan -CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de cent ans. Nogent-le-Rotrou : 2004 DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916. p. 19 LEPAREUR, Florence. Nogent-le-Rotrou de la seconde moitié du XIVe siècle à la fin du XVe
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Selon le plan de l’ingénieur Joly et le tableau de Moulin, le pont dit de Bois est construit en
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre :
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Pont Saint-Hilaire (détruit, rue Saint-Hilaire)
    Pont Saint-Hilaire (détruit, rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Hilaire - en ville - Cadastre :
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Le pont Saint-Hilaire aurait été construit au 12e siècle, il est attribué au comte du Perche Rotrou III (1100-1144) par les historiens percherons. Le pont, qui aurait été exclusivement piéton,est datée d’avant 1190 figurant dans le cartulaire des Clairets. Dès lors, si le pont peut être l’oeuvre de Rotrou IV (1144-1191). Au 17e siècle, le pont Saint-Hilaire fait l’objet d’attentions régulières, comme 1811, le pont Saint-Hilaire enjambait les deux bras de l’Huisne immédiatement au nord est de l’église l’ancien pont est achevée en 1858. Le terminus ante quem du pont Saint-Hilaire est fixé à 1190. Le droit de péage étant un droit seigneurial, le pont et son péage étaient alors certainement en possession de
    Référence documentaire :
    Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). JUBAULT. A, FAUQUET, G (éd.). Album Percheron. Nogent-le-Rotrou, 1926. pl. 17). Archives municipales de Nogent-le-Rotrou. Dossier rues et alignements. Plans de construction. 1852. JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions Alan JUBAULT, A. Album Percheron. Nogent-le-Rotrou : G. Fauquet, 1926. , Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de cent ans. Nogent-le-Rotrou : 2004. p 50-53. LEPAREUR, Florence. Nogent-le-Rotrou de la seconde moitié du XIVe siècle à la fin du XVe siècle
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    de Méliand. Le pont comporte huit arches et sept piles. Celles-ci sont dotées de becs côté amont et de contreforts plats côté aval. A l’est, le tablier semble former un dos d’âne tandis qu’à l’ouest , le pont accueille un moulin sous trois de ses arches. Implanté sur un des bras de l’Huisne, le dernière pile laissée libre. Ainsi les vannes canalisent l’eau dans le bief et maintiennent un niveau d’eau
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Hilaire - en ville - Cadastre :
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Pont de Tournon-Saint-Martin
    Pont de Tournon-Saint-Martin Tournon-Saint-Martin - Le Pont - isolé - Cadastre : Le pont est implanté sur deux communes : Tournon-Saint-Martin et Néons-sur-Creuse.
    Historique :
    Le premier pont de Tournon, venant se substituer au bac, est construit en 1847. Il était en bois ). Le pont actuel a été construit en 1970 : son tablier en béton précontraint est posé sur les piles
    Référence documentaire :
    Le pont métallique sur la Creuse et ses abords. Blanc (Le) : E. Perraguin, photographe-éditeur DE LA TREMBLAIS, M., DE LA VILLEGILLE, M., DE VORYS, J. Esquisses pittoresques sur le département Le pont métallique sur la Creuse et ses abords. Tournon-Saint-Martin : Édition Gousset buraliste , [ca 1910]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives Le pont métallique sur la Creuse et ses abords. Le lavoir au premier plan. [s.l.] : Édition Rolland -Berthomier, [ca 1906]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image Le pont métallique sur la Creuse et ses abords. Mâcon : Combier imprimerie, [ca 1936]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc, photographie coloriée ; 9 x 14 cm (image). (Archives , [s.d.]. 1 impression photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives
    Description :
    Le pont enjambe la Creuse et relie les communes de Tournon-Saint-Martin et de Néons-sur-Creuse (route dite de Tournon à Angles). Le tablier à poutres en béton précontraint s'appuie sur les piles du
    Localisation :
    Tournon-Saint-Martin - Le Pont - isolé - Cadastre : Le pont est implanté sur deux communes
    Illustration :
    Le pont métallique sur la Creuse et ses abords, carte postale vers 1910. (Archives départementales Le pont métallique sur la Creuse et ses abords. Le lavoir au premier plan. Carte postale vers 1906 Le pont métallique sur la Creuse et ses abords, carte postale vers 1936. (Archives départementales Le pont métallique sur la Creuse et ses abords, carte postale non datée. (Archives départementales Vue du pont depuis le nord-est. IVR24_20133601663NUC2A
  • Pont Jacques Gabriel
    Pont Jacques Gabriel Blois - rue du Maréchal de Lattre de Tassigny quai Villebois Mareuil - en ville
    Historique :
    Après l' écroulement du pont médiéval, le régent autorise le 14 novembre 1716 la construction d' un nouveau pont suivant le devis dressé par Jacques Gabriel, architecte et premier ingénieur des ponts et chaussées ; le nouvel ouvrage doit être édifié en amont du pont médiéval ; les travaux commencent en avril 1717 et s' achèvent le 4 mai 1724 ; dès 1723 on aménage les quais des deux rives. Du côté de la ville on détruit une grande portion du mur de la ville, et le pont ne se trouvant pas dans l' axe de l ' ancienne grande rue, on le fait communiquer avec la rue de la Poissonnerie qui est élargie ; en 1724 on lors des bombardements de 1940. Le 18 juin 1940, l'armée française fit sauter sa 10e arche pour freiner l'avancée de l'armée allemande. Une fois Blois occupée, cette dernière rétablit rapidement le qui fut menée en 1941-1942. Le pont ne fut pas touché par les bombardements alliés des 10 au 14 juin Normandie. Mais deux mois plus tard, le 16 août 1944, les Allemands firent sauter les trois arches centrales
    Référence documentaire :
    généralité d'Orléans, le 29 août 1716. Nov.-Déc. 1936, n° 21. CHAVIGNY, J. L'ancien et le nouveau pont de Blois. Le flambeau du Centre. photog. noir et blanc. Par Doré Jean-François (photographe). (Archives Départementales de Loir-et photog. noir et blanc. Auteur inconnu. (Archives communales, Blois, 2 Fi 22). photog. noir et blanc. Auteur inconnu. (Archives communales, Blois, 13 Z 21).
    Description :
    Le pont franchit la Loire à hauteur du centre ancien et reconstruit de Blois. Il est composé de
    Texte libre :
    fois réparé et consolidé, ne résista pas à la débâcle des eaux de la Loire, prises par le gel depuis deux mois. Dans un premier temps, les deux tiers du pont sont emportés, puis le lendemain, les treize perdait toute possibilité de franchir la Loire et toute communication avec le faubourg de la rive gauche Jacques Gabriel se rende sur les lieux au début de l'été 1716. Le 29 août, un arrêt du Conseil d'Etat ratifie l'adjudication de la démolition des ruines jusqu'à 18 pouces sous l'étiage, puis, le 14 novembre , Philippe d'Orléans accorde par lettres patentes l'autorisation de construire. Le devis est établi par les s'achever qu'en 1724 pour le pont, en 1726 pour l'aménagement des abords immédiats, et son coût atteignit près du double de la somme prévue, car le chantier devait rencontrer de nombreuses difficultés. Un manuscrit de la bibliothèque des Ponts-et-Chaussées permet de suivre le déroulement des travaux, tandis que le projet de Gabriel est connu par de nombreux dessins (45). Plus anecdotique, mais non sans intérêt
    Illustration :
    Profil du batardeau qui envelopera la première pille et la cullée du pont de Blois avec le plan des Profil d'une pille avec la crèche et Profil d'une pille avec le bastardeaux. IVR24_19884100095Z Le pont de Blois en cours de construction IVR24_19934100001VA Le pont vu depuis la rive gauche en 1943. L'arche détruite en 1940 a été réparée. Auteur inconnu Le pont, 1943. Par René Millet (Fonds René Millet, Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois Pont détruit, vu depuis le nord-est de la ville, 1944. Par René Millet (Fonds René Millet, Archives Bords de Loire, le bac, été 1944. Par René Millet (Fonds René Millet, Archives départementales de Le pont en cours de réparation, vers 1948-1949. (Archives communales, Blois, 13 Z 21 Le pont depuis le sud-est en 2006 IVR24_20064100112NUCA Le pont vu depuis le nord-est en 2007 IVR24_20074100986NUC2A
  • Bourg : pont
    Bourg : pont Martizay - Bourg - en écart - Cadastre : 2016 espace public 1812 C, A Pont présenté
    Référence documentaire :
    Martizay (Indre). Le Pont. [s.d.]. Carte postale. (Collection privée). Le pont sur la Claise. [S.l.] : Guérin Gerbier coiffeur. 1 impression photomécanique (carte postale ), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). [ca 1908]. (Archives départementales de l'Indre, 11 Fi 113/4). photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). [ca 1916]. (Archives départementales de p.24-25 GOMENDY, Charles, SOUBRIER, Jean-Louis, MOURY, Jean. Images d'hier et d'aujourd'hui -le NAVION, Michel. Le pont de Martizay était-il romain ? Bulletin des Amis du Vieux Martizay, 2009, n
    Illustration :
    L'ancien pont est représenté sur le plan cadastral de 1812 (section C), dans le haut de l'image Le pont de Martizay avec son tablier en poutrelles métalliques posées dans les années 1880 (s.d Le pont sur la Claise (élargi vers 1888) sur cette carte postale vers 1908. (Archives
  • Bourg : pont
    Bourg : pont Frazé - Le Bourg - - isolé - Cadastre :
    Historique :
    Présent sur le plan des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le Châtellier et la Flohorie daté de 1767, le pont qui enjambe la rivière de Frazé (la Foussarde) et qui conduit du bourg de Frazé à Illiers Basile Doirat, maçon à Thiron. Ils doivent être exécutés avant le 1er novembre 1835. Les matériaux à extraits des carrières environnant Frazé et choisis parmi les plus forts pour la maçonnerie. Le sable sera pris à la mine de M. Baudoin sur le chemin de Frazé à l'Orme, il sera pur et graveleux, sans mélange de cuite et non fusée. Le mortier sera composé de trois parties de sable et d'une partie de chaux noire
    Description :
    Le pont se situe au nord du bourg, en prolongement de la rue du 19 mars 1962. Il est constitué de pierre de taille de roussard. Le gros-œuvre est en moellons de silex et en pierre de taille de grison (vestiges de l'ancien pont). Le parapet, qui ne devait pas être maçonné à l'origine, est également en
    Localisation :
    Frazé - Le Bourg - - isolé - Cadastre :
    Illustration :
    Vue latérale depuis le sud-est. IVR24_20162800317NUCA
  • Moulin d'Ézanville : pont
    Moulin d'Ézanville : pont Frazé - Le Moulin d'Ézanville - - isolé - Cadastre :
    Historique :
    Le pont a été construit en 1875, comme le montre un courrier de Louis Jules Montéage, propriétaire
    Description :
    Le pont se situe à l'extrémité est de la commune, à une trentaine de mètres au sud du Moulin calcaire reposant sur des piles maçonnées en pierre, dont les faces sont en brique. Le gros-œuvre est en moellons de silex rejointoyés, tout comme le parapet. Ce dernier est souligné par un bandeau de deux rangs de briques - matériau qui le couronne également.
    Localisation :
    Frazé - Le Moulin d'Ézanville - - isolé - Cadastre :
    Illustration :
    Extrait d'un plan réalisé en 1877 à l'occasion du réglement d'eau : le pont se situe en haut sur le Vue générale depuis le sud. IVR24_20162800318NUCA
  • Pont médiéval (détruit)
    Pont médiéval (détruit) Blois - quai de la Saussaye quai Villebois Mareuil - en ville
    Historique :
    don de deux moulins sur le pont au prieuré de Saint-Jean-en-Grève ; rien ne permet d' affirmer que ce 13e siècle et 14e siècle lors de la construction des fortifications. Le pont comportait au 14e siècle arche unique pour faciliter le passage des bateaux. La chapelle Saint-Fiacre est rebâtie dans les tours du côté du faubourg de Vienne ; lors de la débâcle du 5 février 1716, le pont s' écroule sur deux tiers de sa longueur : de la porte de ville à la tour du pont ; le 20 août on procède à l' adjudication des matériaux de la démolition le 14 novembre le régent autorise la construction d' un nouveau pont.
    Référence documentaire :
    HARDEL, Ch. Une fondation à la chapelle Saint-Fiacre de l'ancien pont de Blois. In : Le Loir-et Nov.-Déc. 1936, n° 21. CHAVIGNY, J. L'ancien et le nouveau pont de Blois. Le flambeau du Centre. toises (11,5 cm sur l'original), copie sur calque d'après "le sieur Poictevin ingénieur et architecte du Travaux Publics. Paris le 4 novembre 1871". (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois)
    Texte libre :
    Le pont de pierre, qui franchit la Loire dans le prolongement de la grande voie nord-sud, est l'un moitié du XIe siècle, le pont de pierre ne paraît pas antérieur au début du XIIIe. Cette construction parachève le développement de la ville, dont la vocation fluviale initiale s'enrichit d'une voie de passage importants, favorisant les échanges et les activités commerciales. Le pont, d'une longueur d'environ 320 m , un "duit" -petit barrage de pilotis- détournait le courant vers l'arche centrale, plus large afin d'augmenter le tirant d'eau pour le passage des gabares ; mais cet aménagement ne date peut-être que du XVIe la navigation. Le pont possédait, nous l'avons vu, son propre système défensif composé de trois tours commandant le faubourg de Vienne. La porte Saint-Fiacre ou porte du pont n'était pas construite le relevé de Poictevin effectué en 1716, et qui a été confirmée par les fouilles de 1940 (102). Elles ont mis en évidence un raccordement maladroit entre la porte et le mur de ville, et ont dégagé une
  • Sablon : pont
    Sablon : pont Martizay - Le Sablon - en écart - Cadastre : 2016 ZL 4 et espace public
    Description :
    Pont maçonné qui enjambe le canal des Cinq-Bondes (ancien ruisseau du Blizon redressé au 20e siècle).
    Localisation :
    Martizay - Le Sablon - en écart - Cadastre : 2016 ZL 4 et espace public
  • Bray : pont
    Bray : pont Martizay - Bray - en écart - Cadastre : 2016 espace public
    Illustration :
    Vue du pont depuis le sud. IVR24_20173600463NUCA
  • Pont
    Pont Amboise - Pont d'Amboise - en ville
    Historique :
    scindés en deux sections qui n'étaient pas dans le prolongement l'une de l'autre. Les « vieux ponts de pierre de qualité médiocre n'étant plus utilisée depuis longtemps. Ainsi, en 1940, disparut le pont joignant l'île à la rive gauche, puis en 1944, le pont allant de l'île à la rive droite. Dans les rapports moellons et des pierres de taille. Le nouveau parapet fut plus élevé que l'ancien et la chaussée moins
    Référence documentaire :
    par le géomètre en chef d'après les ordres de Monsieur le Préfet du département d'Indre-et-Loire, en
    Description :
    Les ponts existaient avant le début de nos sources textuelles et il est difficile de différencier ponts se sont poursuivis entre la fin de notre ère chronologique d'étude et le début des documents . Au début du XVe siècle, le pont existait depuis près de trois siècles et rien n'interdit de penser ). L'emplacement des ponts d'Amboise est donné par le relevé du plan cadastral dit napoléonien (1808-1810). Ils étaient décalés, si bien que l'entrée dans la ville se trouvait dans le prolongement de la rue de représentent treize piles pour les ponts de bois et dix pour les ponts de pierre. Tout le problème consiste à évaluer la part du pont médiéval. Le pont médiéval se reconnaît principalement par l'emploi de l'arc brisé , l'arc en plein cintre n'étant pas pour autant gage de modernité. Sur le relevé de Nicolas Poictevin, les surmontées d'arches en arcs brisés. Son projet prévoyait d'aligner le pont de bois sur le pont de pierre, de ponts de bois, les piles disposaient d'avant-becs et d'arrière-becs. Le projet, s'il avait abouti
    Annexe :
    , le déroulement des opérations (mise en place d'une enceinte de pieux étanche, écopage de l'enceinte , sayer des traynes desdits ponts de boys et estayer [...] ou le Petit Fort est contribuable en la partie , charpentier, « (...) environ 200 pichons de boys qui ont esté mis a faire le fondement du pillier de pierre
    Illustration :
    par le géomètre en chef d'après les ordres de Monsieur le Préfet du département d'Indre-et-Loire, en Vue prise en été, en période de basses eaux : le lit du fleuve découvrait des pieux plantés dans le
  • Pont Sainte-Anne (détruit)
    Pont Sainte-Anne (détruit) La Riche - Sainte-Anne - Place Sainte-Anne - en ville
    Référence documentaire :
    Plan, élévation et coupe du pont avec porte busquée à construire sur le canal de communication de la Loire avec le Cher. Projet non réalisé, Lemarié, 7 février 1789, papier, plume, encre et lavis Projet d'un petit pont de bois provisionnel pour livrer sur le pont Sainte-Anne de Tours le passage
    Illustration :
    Le prieuré et le pont Sainte-Anne sur une vue de 1625 IVR24_19853700767X Réparations sur le pont Sainte-Anne au milieu du 18e siècle (Archives départementales d'Indre-et
  • Pont de chemin de fer de Saint-Cosme
    Pont de chemin de fer de Saint-Cosme La Riche - Saint-Cosme - en écart
    Historique :
    Le pont de chemin de fer de Saint-Cosme est construit en 1856. Il aboutit rive droite de la Loire
    Référence documentaire :
    FONDETTES-St-CYR (I.-et-L.). Le pont de chemin de fer sur la Loire et sur la route de Tours à
    Illustration :
    Le Pont dit de la Motte en 1856 IVR24_19783701567XB Au début du 20e siècle, le pont de chemin de fer de Saint-Cosme et le pont dit de la Motte au 1er Le pont après les destructions de la guerre 39-45. IVR24_19753704975X Le pont après les destructions de la guerre 39-45 IVR24_19753704942X
  • Dubes : pont
    Dubes : pont Preuilly-la-Ville - Les Dubes - isolé - Cadastre : 1987 B non cadastré
    Illustration :
    Vue du pont des Dubes assurant le passage au-dessus de la voie ferrée au sud du Querroir, depuis le Vue du pont des Dubes assurant le passage au-dessus de la voie ferrée au sud du Querroir, depuis