Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port de la Madeleine
    Port dit port de la Madeleine Léré - la Madeleine la Turlunerie - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de la Madeleine correspond au lieu d'abordage du bac reliant Léré (rive gauche) et la Celle -sur-Loire (rive droite). Le port et le passage par eau de la Madeleine sont mentionnés depuis le début Léré (1812) et de la Celle-sur-Loire (vers 1835) y figurent en effet un décrochement de la rive. Un rapport de tournée d'inspection effectuée en 1813 expose que le port de la Madeleine est bien tenu. En " (sans doute la Madeleine) consistent en bois, grains et fruits. Au milieu du XIXe siècle, des atterrissements importants se sont accumulés vis à vis de la Madeleine. La carte de Coumes (1852) figure le passage du bac un peu en amont du port de la Madeleine, à l'extrémité d'un chemin menant au village du
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Description :
    Le port de la Madeleine était situé un peu au nord du village de la Madeleine, près de l'actuel lieudit "la Turlunerie".
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Léré - la Madeleine la Turlunerie - en écart
    Titre courant :
    Port dit port de la Madeleine
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de Léré, 1812 : le Port de la Madeleine. (archives départementales Extrait du cadastre napoléonien de la Celle-sur-Loire, non daté (vers 1835) : décrochements sur la rive gauche de la Loire (côté Léré). (hôtel des impôts de Nevers). IVR24_20125800157NUCA
  • Port dit port refuge de la Vauvise
    Port dit port refuge de la Vauvise Saint-Satur - Saint-Thibault - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'embouchure de la Vauvise a fait l'objet de plusieurs demandes de projets d'aménagement durant les préfet du Cher, l'établissement d'une gare à la confluence de la Loire et de la Vauvise. Quatre ans plus chargement dans l'ancien lit de la Vauvise pour mettre les bateaux de Loire à l'abri des grandes eaux et des glaces. La délibération du conseil précise en outre que le refuge formé naturellement par le cours de la
    Hydrographies :
    la) ; Vauvise Loire
    Référence documentaire :
    la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800797NUCA).
    Description :
    Située rive gauche, en amont du port de Saint-Thibault, l'embouchure de la rivière de la Vauvise a
    Titre courant :
    Port dit port refuge de la Vauvise
    Illustration :
    Extrait de l'Atlas de Trudaine. Carte de la généralité de Bourges, n°10 : route de Sancerre à -Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800797NUCA
  • Port dit port du Poids de Fer
    Port dit port du Poids de Fer Jouet-sur-l'Aubois - le Poids de Fer - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port du Poids de Fer est mentionné durant la seconde moitié du XVIIIe siècle (1745, 1790) et passage. Comme son nom l'indique, l'activité de ce port est étroitement liée à la métallurgie (minerai de semble que l'endroit était également réputé pour la construction de certains bateaux, notamment des que le port du Poids de Fer sert de lieu d'embarquement aux produits importants des usines de la vallée de l'Aubois. Il précise que le nombre et le chargement de voitures qui parcourent journellement la levée ont rendu indispensable la construction d'un pavé en blocage en pierre de Fourchambault. Ce pavé et de le prolonger de 360 mètres vers l'amont. Ce prolongement correspondent, d'après lui, à la soulève plusieurs questions. La longueur de 1560 m ou 1920 m ne peut correspondre à celle du port du Poids de Fer. S'agit-il de la levée située en amont du port ? Des ports d'Aubigny, de Conscience et du part les deux premières cales, ces ouvrages sont également représentés sur la carte de la Loire dressée
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    , subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n
    Canton :
    La Guerche-sur-l'Aubois
    Description :
    Situé rive gauche, entre la Loire et le canal latéral à la Loire, le port du Poids de Fer était
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le Poix de Fer. (école Plan d'une partie du port du Poids de Fer dressé en 1771 suite à la réclamation d'indemnités de la Plan d'alignement du Poids de Fer, 15 mai 1845, ingénieur en chef Mutrécy-Maréchal. Détail sur la Plan d'alignement du Poids de Fer, 15 mai 1845, ingénieur en chef Mutrécy-Maréchal. Détail sur la cale située la plus en aval. (archives nationales, F 14 6550). IVR24_20121800764NUCA Carte de la Loire, plan géométrique dressé par Auguste Grenier sous la direction de M. Zeiller
  • Port dit port du Bec d'Allier
    Port dit port du Bec d'Allier Cuffy - Bec d'Allier - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    On trouve les premières mentions du port du Bec d'Allier sous la forme de "portus de Conflant " (port du confluent) en 1356, 1506 et 1540. Sur ce site appellé aussi "port de Bédaillet" à la fin du XVIIe siècle, on chargeait notamment du fer en provenance de la forge de Fontbardais située à Germigny vicinaux rendait difficile la communication de la forge au port (plus de 15 kilomètres à parcourir entre l'embarquement. La municipalité se plaint des voituriers qui refusent de décharger ces gueuses sur la grève au transitant au port du Bec d'Allier, notamment ceux provenant de la rivière d'Allier. Ceux-ci étaient charbons de terre, vins et fruits d'Auvergne. Lorsqu'ils rentraient dans la Loire à Cuffy, les marchandises notamment au transport de la fonte, du fer, de la pierre et du bois sur la rivière d'Allier (ports du Veurdre, de Mornay, d'Apremont) et sur la Loire entre Nevers et Pouilly. Un projet d'alignement du port été délaissé au cours de la seconde moitié du XIXe siècle suite à l'ouverture du canal latéral à la
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800771NUCA).
    Canton :
    La Guerche-sur-l'Aubois
    Description :
    Situé rive gauche, à la confluence de l'Allier et de la Loire, le port du Bec d'Allier était équipé orientées vers l'aval (mentionnées sur le cadastre de 1828 et sur la carte de Coumes de 1852 mais non
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Plan du Bec d'Allier, 1869. Détail. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800771NUCA
  • Port dit port de Givry
    Port dit port de Givry Cours-les-Barres - Givry - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La première mention connue d'un port à Givry date de 1178. Deux cartes de la Loire du XVIIIe siècle l'actuel pont sur la Loire). En outre, un arrêt du Conseil d'Etat confirme en 1730 le sieur Marion dans des droits de péage et de bac sur la Loire au port de Givry. Le site portuaire est également mentionné en 1813, les ports du Bec d'Allier, des Bouillots à Cuffy et de Givry sont confiés à la garde d'un même marchandises. Il semble que le site perde ses fonctions portuaires à partir de la fin des années 1830 et du début des années 1840. C'est en effet à cet endroit et à cette période qu'un pont suspendu sur la Loire également l'abandon du bac devenu inutile depuis la réalisation du pont. La fonction commerciale du port -ci était, en 1897, le deuxième grand port du canal latéral à la Loire par importance de tonnage : 90 de ces ouvrages réalisés lors de la construction du pont sont détruits en 1843 lors de l'alignement du chemin de halage de part et d'autre de l'ouvrage d'art. Seule la cale située immédiatement en aval
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Encre sur papier, Ech. 1/2000e, 1839, détail. (direction départementale de l'équipement de la la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800692NUCA).
    Canton :
    La Guerche-sur-l'Aubois
    Description :
    Situé rive gauche, à l'emplacement de l'actuel pont sur la Loire, le port de Givry n'existe plus
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le port de Givry et Carte de la Loire, XVIIIe siècle. Détail sur le port de Givry. (archives nationales, CP F 14 100 66 Projet d'aligner la berge et le chemin de halage aux abords du pont sur la Loire à Givry (suite à une demande des mariniers), 15 août 1839. Détail. (direction départementale de l'équipement de la Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre
  • Port dit port des Vallées
    Port dit port des Vallées Couargues - les Vallées - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le hameau des Vallées était situé sur l'ancien chemin reliant la Charité à Sancerre. Les plans du XVIIIe siècle (Atlas de Trudaine et carte de la Loire par Matthieu) montrent que le village était alors protégé des crues de la Loire par des épis déflecteurs qui déviaient l'eau du fleuve. Un port est attesté garde-port pour la surveillance des ports de Pouilly, Tracy, Saint-Thibault, les Vallées et les Barreaux . Le port des Vallées figure également sur la liste des ports établie en 1839 par Henri Chevalleau , garde-port de Neuvy-sur-Loire. Enfin, en 1845, l'ingénieur en chef du Service spécial de la Loire , 1823 (cadastre napoléonien), 1843 et 1898. En 1903, on projette de réparer la rampe d'accès à la Loire contradictoires avec l'évolution du lit de la Loire vis à vis des Vallées. En effet, l'accumulation des sables à plus lié directement au fleuve : le cadastre napoléonien (1823) et la carte de Coumes (1852) figurent un éloignement respectif d'environ 450 mètres et 250 mètres. La carte IGN actuelle mentionne une
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Aucun ouvrage repéré par la Diren sur la commune de Couargues.
    Référence documentaire :
    Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800707NUCA). la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800708NUCA).
    Description :
    Située sur la rive gauche, le port des Vallées était établi vis à vis du village du même nom. Il
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Vichy, levée entre 1727 et 1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le village des Vallées Extrait du plan terrier de la seigneurie de Saint-Bouize, vers 1770. Détail sur le village des Plan des bords de la Loire depuis les Vallées jusqu'à Couargues et d'un projet de levée avec passes Plan général de la Loire à l'état d'étiage, 1824. Détail sur le village des Vallées (mention d'une cale). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800726NUCA . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Plan du village des Vallée mentionnant une cale sur le ruisseau de la Boère, 12 août 1896 Carte de la Loire entre Pouilly et Couargues (les Vallées), 24 octobre 1898. Mention du passage du bac. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires
  • Port dit port de Passy
    Port dit port de Passy La Chapelle-Montlinard - Passy - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Au milieu du XVIIIe siècle (atlas de Trudaine), des épis déflecteurs protégeaient la rive gauche de la Loire vis à vis de Passy. Les berges étaient également renforcées à cet endroit mais il est difficile de préciser la nature de ces ouvrages (maçonnerie et/ou bois). La présence d'un lieu d'abordage à Passy est indiquée sur le plan de la Loire de 1824 (deux cales), sur le cadastre napoléonien de 1829 plan relatif à la défense de la levée de la Charité mentionne en 1847 deux cales vis à vis du village
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration Document imprimé, Ech. 1/20 000e, détail, 1852. Par Coumes (ingénieur). (site Internet de la DREAL
    Description :
    Située rive gauche, à environ deux kilomètres en amont du pont de La Charité, le port de Passy
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    La Chapelle-Montlinard - Passy - en écart
    Illustration :
    Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Planche 34 : Passy (la Chapelle-Montlinard) et la Charité. (bibliothèque nationale, Cartes et Plans : GeFF 17578 (res Redressement du lit de la Loire depuis le pont de la Charité jusqu'à la tête des ouvrages de Passy Plan général de la Loire à l'état d'étiage, 1824. Détail sur le village de Passy. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre la cale aval. (archives nationales, F 14 6549). IVR24_20121800765NUCA la cale amont. (archives nationales, F 14 6549). IVR24_20121800766NUCA Défense de la levée de la Charité sur 1575 mètres. Plan dressé par l'ingénieur ordinaire Ducros le Carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes, édition de 1852 : détail sur Passy-les-Patouillas . (site Internet de la DREAL Centre). IVR24_20121800716NUCA
  • Port dit port de l'Orme
    Port dit port de l'Orme Argenvières - le Gué-au-Roi - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    également la présence d'une triple rampe permettant la descente depuis la levée vers le village d'Argenvières. Au milieu du XIXe siècle, la cale ne propose plus un accès direct au fleuve en raison des ensablements accumulés le long de la levée. Actuellement, environ 700 mètres séparent l'emplacement de la cale d'un barrage en tête de l'île de La Marche, projeté en 1845, non signalé sur la carte de Coumes de 1852
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Aucun ouvrage repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n (ingénieur) ; Zeiller (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800727NUCA).
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Carte de la Loire dressée par Auguste Grenier en 1851 sous la direction de Seiller ingénieur en Projet de reconstruire une rampe supprimée après la crue de 1856 (à gauche) et mention d'une cale Plan général de la Loire, défense des rives entre le Bec d'Allier et Briare dressé le 19 avril 1859 par l'ingénieur ordinaire Biard. Mention d'un barrage en tête de l'île de La Marche (Nièvre . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la
  • Port dit port d'Aubigny ou port Lamireau
    Port dit port d'Aubigny ou port Lamireau Marseilles-lès-Aubigny - Port Lamireau - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle, "port de la Loire" au milieu du XIXe siècle et "port Lamireau" au XXe siècle. La comptabilité relative à la navigation dans le département du Cher mentionne chargé de la garde des ports du Poids de Fer (Jouet-sur-l'Aubois), d'Aubigny (Marseilles-les-Aubigny) et des Roches (= les Rauches à Beffes). En 1845, l'ingénieur en chef du Service spécial de la Loire d'Aubigny était desservi par une unique cale abreuvoir simple orientée vers l'aval (mention sur la carte de
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Aucun ouvrage repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    , subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n
    Description :
    la rivière de l'Aubois.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le port d'Aubigny. (école Carte de la Loire, plan géométrique dressé par Auguste Grenier sous la direction de M. Zeiller , 1851. Détail sur Marseilles-les-Aubigny. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800733NUCA
  • Port dit port Conscience
    Port dit port Conscience Marseilles-lès-Aubigny - Port Conscience - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port Conscience figure sur le cadastre napoléonien de1829, sur la carte de la Loire dressée par Grenier en 1851 et sur la carte de Coumes du milieu du XIXe siècle. Le nom de ce port n'est pas mentionné
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Aucun ouvrage repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    , subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Plan d'alignement (plan et profils), 7 mai 1850. Partie située entre le canal latéral à la Loire et la Loire. (archives départementales du Cher, 173 O 1). IVR24_20121800941NUCA Carte de la Loire, plan géométrique dressé par Auguste Grenier sous la direction de M. Zeiller
  • Port dit port de Rognon
    Port dit port de Rognon Boulleret - Rognon - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    ("port établi depuis nombre d'années") et indique sa longueur (2000 mètres) et la présence de trois cales servait à transporter les marchandises par bateaux du port de Rognon à la ville de Cosne. Ce cours d'eau amont, vis à vis de la ville de Cosne.
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration (ingénieur), Zeiller (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800691NUCA).
    Description :
    Situé sur la rive gauche, le port de Rognon était autrefois desservi par trois cales abreuvoirs
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Planche 39 : Rognon à Plan établi pour supprimer un des bras de la Loire vis à vis de Cosne, 1781. Détail sur le village de Rognon et la levée (pas de mention de cale). (archives nationales, F 14 1201 Plan général de la Loire à l'état d'étiage, 1824. Détail sur le hameau des Rognons. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre Plan de l'isle de Cosne et du cours de la Loire depuis l'extrémité de cette isle jusqu'à Myennes Plan de l'isle de Cosne et du cours de la Loire depuis l'extrémité sud de cette isle jusqu'au Carte de la Loire par Auguste Grenier, 1850, détail sur le port de Rognon. En bas, la cale figurant
  • Port dit port de Saint-Thibault
    Port dit port de Saint-Thibault Saint-Satur - Saint-Thibault - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de Saint-Thibault est établi près de la voie antique reliant Bourges Auxerre et Troyes via rives rongées par la Loire. Avant la fin du XVIIIe siècle, les cartes ne figurent pas d'ouvrage d'abordage sur le port. L'atlas de Trudaine signale seulement la présence d'un épi déflecteur et l'emplacement de l'abordage d'un bac. Le 15 mai 1784 Normand, l'ingénieur en chef des turcies et levées de la haute Loire, dresse un devis pour la réalisation d'un port au village de Saint-Thibault et d'une digue pour resserrer le lit de la Loire en aval du domaine de la Gargaude (située en amont de Saint-Thibault sur la commune de Ménétréol-sous-Sancerre). C'est l'entrepreneur Gabriel Beaucheton qui remporte escaliers en pierre dure et de 14 boucles de fer à fixer dans toute la longueur du port aux endroits indiqués par les mariniers. Normand prévoit de tirer les moellons nécessaires à la réalisation des travaux de la carrière de Bulcy (près de Mesves-sur-Loire) et de celle de Bannay. Un mémoire rédigé en
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Encre sur papier, Ech. 1/200e. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121801093NUCA). Encre sur papier, 64 x 49 cm, détail. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121801098NUCA). d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf ). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la
    Description :
    abreuvoir en long simple et de trois cales abreuvoirs simples (deux en amont de l'ouvrage d'art, la
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la direction du sieur Matthieu. Détail sur le port de Saint-Thibault Extrait de l'Atlas de Trudaine, carte de la généralité de Bourges, n° 18 : route de Paris à Bourbon Carte de la Loire au XVIIIe siècle. Détail sur le port de Saint-Thibault à Saint-Satur. (archives Plan général de la Loire à l'état d'étiage en 1834, revu par l'ingénieur Mutrécy-Maréchal le 9 juin Amélioration de la navigation de la Loire, plan général des îles à acquérir en amont du pont de Amélioration de la navigation de la Loire entre les ports de Pouilly et de Saint-Thibault, plan Rive gauche de la Loire, profils de la levée submersible au-dessous du domaine de la Gargaude, du quai de Saint-Thibault et de la levée insubmersiblme de Bannay, mai 1856. IVR24_20121801093NUCA Vue d'ensemble vers l'aval de la section du port située en amont du pont. IVR24_20121800790NUCA Vue d'ensemble vers l'amont de la section du port située en amont du pont. Vue prise depuis le pont
  • Port dit port refuge de l'Aubois
    Port dit port refuge de l'Aubois Marseilles-lès-Aubigny - le Bourg - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    A Marseilles-les-Aubigny, la rivière de l'Aubois débouche dans le fleuve perpendiculairement. Elle servait autrefois d'abri pour les bateaux lors des débâcles et des crues. La carte de la Loire levée en étaient alors aménagés (présence d'épis). En 1820 l'ingénieur ordinaire Dumas fait observer que la existant. L'entrée de la gare doit être resserrée par deux musoirs demi coniques pour empêcher les glaces 1820 par le Conseil général des ponts-et-Chaussées mais en 1821, à la demande du même Conseil, il est décidé de ne réaliser qu'un seul des deux bassins (celui qui communique avec la Loire). Le nouveau projet réalisés, peut-être en raison du début des travaux du canal latéral à la Loire en 1822. Le plan Grenier la construction du pont-canal franchissant l'Aubois.
    Hydrographies :
    la) ; Aubois Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    , subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n
    Description :
    à l'embouchure de la rivière de l'Aubois.
    Illustration :
    Carte de la Loire, plan géométrique dressé par Auguste Grenier sous la direction de M. Zeiller , 1851. Détail sur Marseilles-les-Aubigny. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800733NUCA
1