Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 136 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit le port de Montlouis
    Port dit le port de Montlouis Vernou-sur-Brenne - isolé
    Historique :
    Le "Port de Montlouis" dépend de la commune de Montlouis-sur-Loire jusqu'en 1817, date à laquelle il passe sur le territoire de la commune de Vernou-sur-Brenne. Ce port est cité sur les listes des ports de Loire de 1857 (sous le nom de port de la Frillière) et de 1862. En 1845, le maire et les habitants de Vernou soumettent auprès du préfet d'Indre-et-Loire le souhait d'établir un port d'embarquement urgent. Il pensent que l'endroit le plus adapté à ce port serait le lieudit "le Port de Montlouis". La même année, l'ingénieur ordinaire Cormier propose un projet de "port" à cet emplacement pour le chargement et le déchargement des marchandises. L'ouvrage projeté doit présenter un développement total de , l'appellation "Port de Montlouis" a disparu de la carte IGN et aucun ouvrage n'a été repéré sur le terrain.
    Description :
    Le Port de Montlouis était situé sur la rive droite, un peu en amont du lieudit actuel de la
    Titre courant :
    Port dit le port de Montlouis
    Illustration :
    sur le Port de Montlouis. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 5027). IVR24_20063700012NUCA au lieudit le Port de Montlouis. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2035 Situation du lit de la Loire entre Amboise et Montlouis, 1852, par le conducteur Harmani. Détail sur le Port de Montlouis. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 4937). IVR24_20113702785NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial Loire), milieu XIXe siècle : le Port de Montlouis. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 12 Fi 7-28). IVR24_20073700142NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), milieu XIXe siècle : le Port de Montlouis. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). IVR24_20073700143NUCA
  • Port dit port de Pouilly
    Port dit port de Pouilly Pouilly-sur-Loire - le Bourg - en village
    Historique :
    d'arrivage mais il remarque que des vins (blancs essentiellement) séjournent souvent sur le port et qu'il y 1318, Agnès de Mauriac vend ses droits sur le port de Pouilly à Jean comte de Sancerre. Il n'y a pas de trace d'ouvrage maçonné sur le port avant le début du XIXe siècle. En janvier 1811, des affiches informent le public qu'une adjudication va être prochainement proposée pour l'exécution d'un quai au port de Pouilly. Cette adjudication a lieu le 26 février 1811 et c'est l'entrepreneur Pierre Sallé qui l'emporte figurent sur la carte de 1834 et sur le plan d'alignement dressé en 1845 pour fixer les alignements du quai le port de Pouilly a souffert de manque d'eau. Le ministre des Travaux public adresse le 3 août 1848 une lettre au préfet de la Nièvre dans lequel il rejette le projet de construire deux épis pour diriger les basses eaux vers le port de Pouilly. Il propose de construire, en échage et à titre d'essai finalement réalisés. Les vestiges d'un duit (?) dans le lit de la Loire vis à vis de la cale double amont du
    Description :
    Situé rive droite, de part et d'autre du pont, le port de Pouilly-sur-Loire se compose d'une cale
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Localisation :
    Pouilly-sur-Loire - le Bourg - en village
    Illustration :
    Plan général de la Loire, défense des rives entre le Bec d'Allier et Briare, 19 avril 1859
  • Port dit port de la Creusille
    Port dit port de la Creusille Blois - quai Henri Chavigny - en ville
    Historique :
    Jusqu'au milieu du XIXe siècle, le port de la Creusille semble n'avoir été constitué que d'un vaste rampes descendant de la levée. Le tableau réalisé par Gauché d'après Mandar en 1784 représente diverses activités fluviales sur le port, notamment le déchirage ou la réparation de bateaux. En 1841, les commerçants de la rive gauche souhaitent que le port soit aménagé mais rien ne se fait. L'année suivante corderie sur le port mais la Préfecture refuse de la lui accorder car "l'endroit sert de lieu de dépôt pour les bois qu'on y embarque ou qu'on y débarque journellement". Le règlement du port de Blois de 1845 , ardoises doivent également s'effectuer aux ports du Petit Pré ou de le la Creusille. La carte de descendant vers la Loire. Le port est constitué d'un "port de déchargement" engazonné de forme irrégulière actuelle mais cette ébauche semble avoir été ajoutée postérieurement à la carte. Le rapport du conducteur datation des ouvrages et à la configuration de l'endroit. Le texte accompagné d'un plan précise qu'au tout
    Référence documentaire :
    Plume et encre noire, lavis brun et bleu, aquarelle, gouache et rehauts de blanc, 56,5 x 75 cm Plume et encre noire, lavis brun et bleu, aquarelle, gouache et rehauts de blanc, 56,5 x 75 cm
    Description :
    Le port de la Creusille est établi sur la rive gauche, entre le déversoir de la Bouillie et un quai incliné et de trois cales abreuvoirs simples. Le port est desservi depuis le quai Henri Chavigny
    Typologies :
    port urbain : dans les grandes agglomérations, le caractère urbain prime sur l'implantation
    Illustration :
    . Mandar, 1784. Détail sur le chantier de la Creusille. (musée des Beaux Arts, Blois). IVR24_19924100694X navigation dans le port de Blois, 8 janvier 1845, par l'ingénieur ordinaire Delaitre. Détail sur le port de Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850) : détail sur le port de Plan d'alignement de la ville de Blois par le contrôleur, non daté (après 1850). (archives Carte de la Loire non datée (vers 1860) : détail sur le port de la Creusille. (archives Carte de la Loire non datée (vers 1860) : détail sur le port de la Creusille. (archives La Loire à Blois, vue prise de la rive gauche vers le pont. Photographie prise par Mieusement en Vue de la ville et des bords de Loire avec le port de la Creusille en premier plan, vers 1867 Le port de la Creusille vers 1900. Carte postale ancienne. (archives départementales du Loir-et Plan de l'extrémité aval du port de la Creusille à Blois, 31 mai 1909, par le conducteur
  • Port dit port de Tours
    Port dit port de Tours Tours - place Anatole France - en ville
    Historique :
    port est alors équipée d'une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval. Il semble que le port de , l'ingénieur Jégou estime que, de tous les ports d'Indre-et-Loire, celui de Tours est « le plus important et le , l'ingénieur Jégou réaffirme que le port de Tours est dans un très mauvais état. Il déplore que la ville ne existants. Cependant un nouveau projet est rédigé (on ne connaît malheureusement pas l'auteur) le 13 août 1845. On envisage alors de terminer le port côté fleuve par un quai incliné ("une murette d'un fruit gêner le service, le projet prévoit des escaliers pratiqués dans le massif de la maçonnerie de la doivent servir à amarrer les bateaux. En amont et en aval, le port doit se terminer par de vastes abreuvoirs. La surface du port doit être pavée sur dix mètres de large, le reste sera empierré. Rien ne se terminent par des cales de descente à la rivière. Aucun de ces ports ne satisfait à sa destination. Le partie supérieure sert de dépôt de bois. Le second est plus convenable sous le rapport de l'étendue, de
    Référence documentaire :
    Photographie aérienne noir et blanc. Fonds IGN : A 231.7. (archives municipales de Tours, 102 Fi 10 Photographie aérienne noir et blanc. (archives municipales de Tours, Fonds Meunier, sous série 105
    Description :
    Situé rive gauche, de part et d'autre du pont Wilson, le port de Tours mesure environ 500 mètres
    Typologies :
    port urbain : dans les grandes agglomérations, le caractère urbain prime sur l'impantation
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire à Tours, destiné à faire connaître le système d'après lequel la navigation de cette rivière pourrait être améliorée, 12 mars 1822, ingénieur en chef Cormier. Détail sur le Le port de Tours, vue prise depuis l'extrémité du pont de pierre côté rive droite, vers 1820 partie du fleuve, dressé par l'ingénieur Cormier le 15 juillet 1837. Détail. (archives nationales, F 14 Plan général du projet des nouvelles terrasses, 25 octobre 1848. En rouge le projet conçu par l'administration municipale, en bleu le projet conforme au plan de l'ingénieur en chef du 13 mai 1848. Plan dressé Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), détail sur le (présence du pont suspendu de Saint--Symphorien) et 1849 (le nouveau port n'est pas encore construit Plan du port de Tours avant les travaux de 1849, dressé par l'ingénieur Cormier le 12 décembre 1854 Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), détail sur le
  • Port dit port d'Ussé
    Port dit port d'Ussé Rigny-Ussé - l' Ile Saint-Martin - en écart
    Historique :
    On trouve mention du port d'Ussé sur le cadastre napoléonien de 1813. A cette date, il est relié au château d'Ussé par une large bande de terrain appelée "grande avenue d'Ussé". Le 9 juillet 1825, la mairie de Rigny-Ussé constate que depuis plusieurs années le port d'Ussé est continuellement encombré par les marchands de pierres et qu'il ne reste pas le plus petit espace libre. Ces marchands privent le public de faire usage du port. Pour remédier à ces abus et favoriser le commerce, la municipalité arrête qu'il sera laissé sur le port un espace libre de 12 x 12 mètres et que cet espace ne pourra être occupé plus de trois jours de suite. A cette époque le port ne semble pas être équipé d'ouvrage d'abordage. Il faut attendre 1876 pour que le conseil municipal de Rigny demande l'établissement au port d'Ussé d'une cale afin de permettre aux habitants de descendre sur la grève pour y extraire le sable nécessaire à sont d'avis de partager les dépenses entre l'Etat et la commune. Le conseil municipale vote le 12
    Canton :
    Azay-le-Rideau
    Description :
    Situé sur la rive gauche, à l'extrémité de la route départementale n° 16 reliant le château d'Ussé au fleuve, le port d'Ussé semble n'avoir été équipé d'aucune cale d'abordage jusqu'en 1876-1877
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Illustration :
    Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), milieu XIXe siècle : détail sur le port d'Ussé. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 12 Fi 7-28
  • Port dit port de Bréhémont
    Port dit port de Bréhémont Bréhémont - avenue du 11-Novembre - en village
    Historique :
    Un port est mentionné à Bréhémont sur le cadastre napoléonien de 1813 au lieudit les Bouillis, à pointe débordant très largement sur le fleuve. En 1844, l'ingénieur Cormier rédige un projet travaux sont réalisés de 1858 à 1866. Le nouveau port comprend une cale en tablier dite bas-port et deux maisons (portes supprimées, fenêtres surélevées). La même année, 50 tilleuls argentés sont plantés le long municipalité se plaint que les mariniers urinent le long du parapet). Les tilleuls ont été renouvelés et deux urinoirs subsistent encore aujourd'hui. Le port de Bréhémont est cité sur les listes des ports de Loire de 1857 et 1862. Dans le cadre de la politique de valorisation des ports de Loire menée par le Conseil
    Canton :
    Azay-le-Rideau
    Description :
    Situé rive gauche, vis à vis du bourg, le port de Bréhémont s'étend sur environ 700 mètres de
    Illustration :
    . Ce plan a été réalisé par l'ingénieur ordinaire de Vésian le 28 mai 1858 (daté par les profils Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial Loire), non daté (milieu XIXe siècle) : détail sur le port de Bréhémont. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Le port de Bréhémont, vers l'aval. IVR24_20153700717NUCA
  • Port dit port de la Chapelle-aux-Naux
    Port dit port de la Chapelle-aux-Naux La Chapelle-aux-Naux - les Taboureaux - en écart
    Historique :
    Le port est cité sur les listes des ports de Loire de 1857 et 1862 sous le nom de "port de la Chapelle-aux-Naux". Des ouvrages d'abordages existent au lieudit les Taboureaux depuis le tout début du
    Canton :
    Azay-le-Rideau
    Description :
    Situé rive gauche, le port de la Chapelle-aux-Naux comprend deux cales abreuvoirs simples, une cale
  • Port dit port refuge ou gare d'eau de l'embouchure de l'Indre
    Port dit port refuge ou gare d'eau de l'embouchure de l'Indre Avoine - le Néman - en écart
    Historique :
    le passage des bateaux. Selon lui, après ces travaux, la gare pourrait accueillir 130 bateaux préfectoral daté du 5 mars 1874 précise que le bras de la Loire compris entre l'île des Buteaux et la rive glace et de grandes crues pour le garage des bateaux. A cette date, on estime qu'il serait nécessaire
    Description :
    Le port refuge était situé entre la rive gauche du fleuve et l'île des Buteaux, près de
    Typologies :
    , les ingénieurs désignent ces structures sous le terme de gare d'eau
    Localisation :
    Avoine - le Néman - en écart
  • Port dit port de Veuves
    Port dit port de Veuves Veuves - le Bourg - en village
    Historique :
    "port de Veuves" figure également sur le cadastre napoléonien de 1818 et dans une liste des ports de
    Description :
    Situé rive droite, le port de levée de Veuves comprend trois cales abreuvoirs simples. Un parapet
    Localisation :
    Veuves - le Bourg - en village
    Illustration :
    Carte de la Loire non datée (entre 1844 et1858) : détail sur le village de Veuves. (archives Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail sur le bourg de
  • Port dit port de Chouzé
    Port dit port de Chouzé Chouzé-sur-Loire - le Bourg - en village
    Historique :
    Au début du XIXe siècle, le bourg de Chouzé est équipé de deux petites cales opposées (type cale abreuvoir double à tablier haut) situées au niveau de l'église. Cet état est bien visible sur le cadastre commune et craignent que le port ne devienne impraticable. Selon eux, ces ensablements sont en grande d'établir de nouveaux ouvrages dans le lit de la Loire. Les digues complétentaires sont terminées en 1841 port. Les travaux sont adjugés le 25 juin 1841 et réalisés en 1841 et 1842. Ils consistent en tous niveaux d'eau (hors les cas de grandes crues seulement, le quai n'étant pas insubmersible). En 1842, l'ingénieur en chef Lemierre rapporte que le bourg de Chouzé était autrefois éloigné de près de été faits, longé par un beau chenal en toutes saisons. Il précise également que le nouveau port est équipé de "moyens d'accessions à la rivière pour le chargement et l'exportation des produits". En 1843 nouveau chargement à l'abri des courants. Le port de Chouzé figure parmi les ports de Loires sur les
    Description :
    Situé sur la rive droite, vis à vis du bourg (en amont), le port de Chouzé comprend une cale en
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Localisation :
    Chouzé-sur-Loire - le Bourg - en village
    Illustration :
    Projet de prolonger le quai du port de Chouzé vers l'aval, ingénieur ordinaire Seignobos, 23 Le port de Chouzé depuis la Loire, début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (collection Le port de Chouzé-sur-Loire. IVR24_20153700720NUCA Le port de Chouzé-sur-Loire, cale orientée vers l'aval. IVR24_20153700719NUCA
  • Port dit port de la Celle
    Port dit port de la Celle La Celle-sur-Loire - le Port - isolé
    Historique :
    Le port de la Celle correspond au lieu d'abordage du bac reliant Léré (rive gauche) à la Celle-sur ). L'appellation "port" semble disparaître par la suite. Le cadastre napoléonien (vers 1835) signale toutefois deux toponymes rappelant l'existence d'un port : le "Champ du Port" et le "Chemin du port" reliant le bourg à la droite au lieudit "Haut de la Folie". La carte IGN actuelle a abandonné l'appellation "la Folie" pour le toponyme "le Port".
    Description :
    Situé rive droite, à un kilomètre à l'ouest du bourg de la Celle-sur-Loire, le port de la Celle n'a
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Localisation :
    La Celle-sur-Loire - le Port - isolé
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien, vers 1835. Mention du Chemin du Port reliant le bourg à la Loire
  • Port dit port au Vin
    Port dit port au Vin Avaray - Le Port au Vin - en écart
    Historique :
    Le Port au Vin est mentionné comme lieu d'abordage du bac reliant Avaray et Saint-Laurent-des-Eaux à partir de l'an 7 (1799). Il figure également sur le cadastre napoléonien de 1813. A cette date il décrochement de la rive figurent sur le plan. La première mention de la cale actuelle date de 1848 (carte de Coumes). En 1857, le port d'Avaray est cité parmi les 16 ports du département du Loir-et-Cher.
    Description :
    Situé rive droite, le Port au Vin d'Avaray est établi un peu en aval de l'embouchure de la rivière
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Localisation :
    Avaray - Le Port au Vin - en écart
    Illustration :
    Carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin le 22 mai 1858
  • Port refuge dit gare du Lien
    Port refuge dit gare du Lien Avaray - Le Port au Vin - isolé
    Historique :
    Le premier projet d'établir une gare à l'embouchure de la rivière du Lien date de 1828. Un plan dressé en 1834 par l'ingénieur en chef mentionne encore une gare à construire à cet endroit. Le projet aménagement de la rivière. Il explique dans son rapport que le Lien sert déjà de gare et que le vaste bassin sur les sables déposés par le fleuve à l'embouchure de la rivière. Selon lui, cette gare serait d'une forcée de stationner faute de vent favorable. Le projet est rejeté par décision du secrétaire d'Etat du
    Description :
    est située sur la commune d'Avaray mais le bassin occupé par les bateaux devait se poursuivre sur la
    Typologies :
    , les ingénieurs désignent ces structures sous le terme de gare d'eau
    Localisation :
    Avaray - Le Port au Vin - isolé
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher avec projet d'améliorer le fleuve, par
  • Port dit port de Bondifer
    Port dit port de Bondifer Bou - le Port Bondifer - en écart
    Historique :
    Mentionné sur plusieurs cartes du XVIIIe siècle, le port de Bondifer semble perdre sa fonction portuaire au début du XIXe siècle. A cette période, les eaux de la Loire se sont en effet déplacées vers le sud et ne baignent plus le port. Le cadastre de 1834 mentionne encore le port ainsi qu'une "Croix du port" aujourd'hui disparue. A cette même date, le lieudit "Bondifer" est dénommé "quartier du bout de
    Description :
    Le port de Bondifer est situé rive droite le long de la levée de Bou, au sud-ouest du bourg.
    Localisation :
    Bou - le Port Bondifer - en écart
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de 1834. Lieudit le Port. (archives départementales du Loiret, 3 P Plan du cours de la Loire dans le département du Loiret, 11 février 1834, par l'ingénieur Navarre . Détail sur le port situé près du quartier du bout de fer (l'actuel lieudit Bondifer
  • Port dit port du Pressoir
    Port dit port du Pressoir Meung-sur-Loire - le Pressoir - en écart
    Historique :
    Le port du Pressoir figure sur le cadastre napoléonien de 1829. Aucune autre donnée historique.
    Description :
    Situé rive droite, le port du Pressoir se compose de perrés rythmés par huit escaliers étroits. Vis à vis de ces perrés se trouvent une trentaine de caves creusées dans le coteau. Elles permettaient d'entreposer le vin produit par la propriété du Pressoir et probablement aussi celui provenant des vignobles des environs. Les escaliers présentent des marches dont le nez est plus bas que les bordures des
    Localisation :
    Meung-sur-Loire - le Pressoir - en écart
    Illustration :
    décembre 1837. Détail. A droite, le lieudit du Pressoir. (archives départementales du Loiret, 2 S 78 En amont de la maison d'habitation, une trentaine de caves creusées dans le coteau. Elles servaient à l'entrepôt du vin produit sur les communes voisines. Le vin était ensuite chargé sur les bateaux En amont de la maison d'habitation, une trentaine de caves creusées dans le coteau En amont de la maison d'habitation, une trentaine de caves creusées dans le coteau Caves creusées dans le coteau. IVR24_20054500485NUCA Caves creusées dans le coteau. IVR24_20054500486NUCA Escalier du perré de rive situé au lieudit le Pressoir. IVR24_20094500430NUCA
  • Port dit port refuge du Vivier
    Port dit port refuge du Vivier Cour-sur-Loire - le Vivier - en écart
    Historique :
    Le lit de la Tronne semble avoir été utilisé très tôt par la navigation : en 1516, un texte environ 700 mètres de l'embouchure). L'existence un peu plus en amont d'un lieudit "le grand Port", non durant tout le XIXe siècle. En 1812, les mariniers de Blois demandent au préfet du Loir-et-Cher d'améliorer la gare depuis son embouchure jusqu'au lieu appelé "le grand port" par l'arrachage des arbres et creuser une gare pouvant contenir 250 à 300 bateaux. Le 15 juillet 1835, un autre projet est rédigé par l'ingénieur Duffaud : il propose de créer une gare de 20 mètres de large entre le pont de Fleury et la Loire , moins ambitieux, est approuvé en 1842 et réalisé en 1844-1845 par l'Etat. Le lit de la Tronne est alors . Le 10 novembre 1845, un règlement de police est mis en place pour organiser le stationnent et la circulation des bateaux dans la gare : ceux-ci doivent notamment se ranger le long de la rive droite, sur deux -Cher. Le lit de la Tronne est curé en 1847-1848 et en 1895.
    Description :
    Le port refuge du Vivier est situé rive droite, à l'embouchure de la rivière de la Tronne (à
    Typologies :
    , les ingénieurs désignent ces structures sous le terme de gare d'eau
    Localisation :
    Cour-sur-Loire - le Vivier - en écart
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans le Loir-et-Cher, 15 mars 1834. Détail. (archives nationales, F 14 La gare du Vivier. Vue prise vers le nord-ouest. IVR24_20104101133NUCA
  • Port dit port de l'Orme
    Port dit port de l'Orme Argenvières - le Gué-au-Roi - en écart
    Historique :
    Le seul document faisant état d'un "port de l'Orme" est le cadastre napoléonien de 1829. Les plans cet endroit en figurant une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval. Le plan de 1857 indique également la présence d'une triple rampe permettant la descente depuis la levée vers le village ensablements accumulés le long de la levée. Actuellement, environ 700 mètres séparent l'emplacement de la cale (existe-elle toujours ?) et le fleuve. Les ensablements ont peut-être été provoqués par l'établissement et mentionné sur le plan de 1859.
    Description :
    Etabli rive gauche, en amont de l'île au Page et au niveau du bourg d'Argenvières, le port de l'Orme était équipé d'une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval qui n'a pas été retrouvée sur le
    Localisation :
    Argenvières - le Gué-au-Roi - en écart
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de 1829 : le port de l'Orme (partie amont). (archives Extrait du cadastre napoléonien de 1829 : le port de l'Orme (partie aval). (archives chef des Ponts-et-Chaussées. Détail sur le port de l'Orme (actuellement lieudit le Gué au Roi Plan général de la Loire, défense des rives entre le Bec d'Allier et Briare dressé le 19 avril 1859
  • Port dit port de Luynes
    Port dit port de Luynes Luynes - le Port de Luynes - en écart
    Historique :
    Le port de Luynes est attesté à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il est alors équipé d'une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval. Un curé voisin écrit en 1770 que le nouveau port de napoléonien), et au milieu du XIXe siècle (carte de Coumes de 1848 et carte de la Loire). Le port lui-même est Luynes et de Berthenay (port Maillé) abordait côté rive droite au Port de Luynes. Le passage s'effectuait
    Description :
    Etabli sur la rive droite, le port de Luynes était desservi par une cale abreuvoir simple non repérée sur le terrain. Actuellement, une grande cale double à tablier haut est visible mais aucun élément ne permet de la dater. Le port est aujourd'hui complètement déconnecté du fleuve (à environ 200
    Localisation :
    Luynes - le Port de Luynes - en écart
    Illustration :
    Carte des levées de Tours à Langeais, seconde moitié du XVIIIe siècle, détail sur le Port de Luynes Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe siècle. Détail sur le Port de Luynes. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Le Port de Luynes lors de la crue de la Loire du 22 octobre 1907. Carte postale ancienne. (archives
  • Port dit port d'Ouzouer
    Port dit port d'Ouzouer Ouzouer-sur-Loire - le Port - en écart
    Historique :
    puisque le port est en très bon état en 1812. Le port d'Ouzouer porte des noms différents au cours du XIXe du Loiret. Le port d'Ouzouer a souffert de la crue de 1846 qui aurait notamment emporté tous les bois déposés. On propose de l'exhausser en 1857 mais l'ingénieur considère que le coût des travaux est trop important. En 1922 on projette, en vain, de construire une rampe d'accès pour le bac entre les deux cales existantes et encore conservées actuellement. En 1854, le garde-port Jean Midoux, en résidence à Ouzouer-sur
    Description :
    présentant une pente douce de manière à servir à l'embarquement. En 1852, le port présente une superficie d'environ un hectare et 56 ares. En 1857, le terre plein du port d'Ouzouer est à 4,85 m au-dessus de l'étiage de la Loire. Le talus est perreyé du côté de la Loire et incliné de 3 de base sur 1 de hauteur. Le
    Localisation :
    Ouzouer-sur-Loire - le Port - en écart
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans le département du Loiret, 11 février 1834, par l'ingénieur Navarre . Détail sur le port d'Ouzouer. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier 1, pièce 1 Le port royal, extrait du cadastre napoléonien, 1837. (archives départementales du Loiret, 3 P 244 Extrait du cadastre napoléonien, détail sur le Climat du Port, 1837. (archives départementales du Port d'Ouzouer, projet de construire une rampe d'accès pour le bac, 1922. (direction départementale Port d'Ouzouer, projet de construire une rampe d'accès pour le bac, 1922. (direction départementale
  • Port dit port de Berthenay ou port Maillé
    Port dit port de Berthenay ou port Maillé Berthenay - le Grand Moreau Picou - en écart
    Historique :
    Le port Maillé figure sur le cadastre napoléonien de la commune de Luynes (1811) et sur la carte de Coumes de 1848. On voit sur ce deuxième document que le bac reliant Berthenay et Luynes abordait au port Maillé. Il semble qu'au milieu du XIXe siècle, le port prenne le nom de port de Berthenay. Celui-ci est
    Description :
    Le port de Berthenay est situé sur la rive gauche près de l'actuel lieudit le Grand Moreau Picou.
    Localisation :
    Berthenay - le Grand Moreau Picou - en écart
1 2 3 4 7 Suivant