Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 58 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port de Tours
    Port dit port de Tours Tours - place Anatole France - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La fin du XVIIIe siècle voit à Tours la réalisation de travaux importants aux abords du fleuve Tours ne subit pas de modification notable durant la première moitié du XIXe siècle. La partie située en , l'ingénieur Jégou estime que, de tous les ports d'Indre-et-Loire, celui de Tours est « le plus important et le , l'ingénieur Jégou réaffirme que le port de Tours est dans un très mauvais état. Il déplore que la ville ne fait durant les années suivantes malgré des descriptions alarmantes du port de Tours. En 1847 deux projets proposés pour le port de Tours : le premier (date et auteur inconnus) « avance en lit de plaint que l'Etat ne fait rien pour l'amélioration des ports de Tours alors que les études sont depuis de Tours : ils dénoncent la présence d'ensablement interdisant l'accès au port en eaux moyennes et reprochent la pente trop raide des rampes de service (12 à 14 cm par mètre). Le port de Tours ne connaît pas : construction d'un nouveau pont sur la Loire (1765-1778), percement de l'actuelle rue Nationale (perpendiculaire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base Diren : 37261-12.
    Référence documentaire :
    Encre sur papier, Ech. 1/1000e. Par Cormier (ingénieur). (archives municipales de Tours, 3 O 1 Photographie aérienne noir et blanc. Fonds IGN : A 231.7. (archives municipales de Tours, 102 Fi 10 Photographie aérienne noir et blanc. (archives municipales de Tours, Fonds Meunier, sous série 105 (G) (architecte de la ville de Tours). (archives municipales de Tours, 1 O 114). (cf. illustration n (G) (architecte de la ville de Tours). (archives municipales de Tours, 1 O 114). (cf. illustration n ). (bibiothèque municipale de Tours, Ms 1200/29). (cf. illustration n° IVR24_20123700855NUCA). ) ; Lemercier (imprimeur). (bibiothèque municipale de Tours, LC Tours place Choiseul est 1). (cf. illustration n (ingénieur) ; De Basire (ingénieur). (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 4946). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur calque, sans Ech., 30,5 x 7 xm, 1869. (archives départementales d'Indre-et ). (archives nationales, F 14 6612). (cf. illustration n° IVR24_20113703038NUCA).
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    long (entre l'université François Rabelais et la Bibliothèque municipale de Tours). Il est constitué Situé rive gauche, de part et d'autre du pont Wilson, le port de Tours mesure environ 500 mètres
    Localisation :
    Tours - place Anatole France - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de Tours
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    novembre 1848, architecte de la ville de Tours Guérin.. (archives municipales de Tours, 1 O 114 . Détail sur le port de Tours et la section située en aval de ce port. (archives municipales de Tours, 3 O Abords du pont Wilson à Tours vers 1929-1930. Photographie aérienne. (archives municipales de Tours Abords du pont Wilson en 1946. Photographie aérienne. (archives municipales de Tours, Fonds Meunier Plan de la ville de Tours, entre 1765 et 1785 (présence des deux ponts). (bibiothèque municipale de port de Tours. (archives nationales, F 14 6612). IVR24_20113703038NUCA Plan du port de Tours depuis 1849 dressé par l'ingénieur Cormier, 12 décembre 1854. (archives , ingénieur ordinaire Pluyette, 27 octobre 1863 : le port de Tours. (archives départementales d'Indre-et-Loire Partie aval du port de Tours, vue vers l'aval. Carte postale ancienne. (archives départementales Partie aval du port de Tours, vue prise vers l'aval. Carte postale ancienne. (archives
  • Port dit port du canal de jonction Cher Loire
    Port dit port du canal de jonction Cher Loire Tours - quai de la Loire - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    des plans datés de 1787 et 1818. Le règlement des ports de Tours daté de 1830 précise qu'une portion Le canal de jonction du Cher à la Loire (2,4 kilomètres) est creusé entre 1824 et 1828. Au moment de son ouverture à la navigation, le canal est équipé de deux écluses (une à chaque bout) et d'une gare d'eau située à son extrémité nord, tout près de la Loire. Pour passer du canal au fleuve (et inversement), les bateaux empruntaient une ouverture large de 5,20 m (c'est la largeur d'une écluse du canal ) pratiquée dans la levée sud de la Loire et surmontée d'un pont. En 1828, il n'y a pas d'aménagement particulier du côté de la Loire. Seule une ancienne petite cale abreuvoir simple orientée vers l'aval est conservée. Située un peu en amont de l'entrée du canal, cette petite cale est en effet déjà mentionnée sur de la rive de la Loire située en amont du canal est réservée pour l'amarrage des bateaux à destination du canal de jonction. Cette consigne indique probablement un problème de stationnement à l'entrée
    Observation :
    Ouvrage non recensé par la Diren. Ouvrage situé sur deux communes : Tours et Saint-Pierre-des
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (bibiothèque municipale de Tours). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (bibiothèque municipale de Tours, Collection B. Leveel). (cf. illustration (ingénieur) ; De Basire (ingénieur). (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 4946). (cf. illustration n Encre sur calque, 118 x 37 cm, 1895. Par Faure (ingénieur) ; Prince (ingénieur). (archives Encre et aquarelle sur papier, 1787, détail. Par Mari. (archives nationales, F 14 1202). (cf . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20073700123NUCA). Plume et lavis, 65 x 100 cm, détail, 1818. Par Bellisle, Jacquemin. (archives départementales Encre et aquarelle sur papier, 66 x 49 cm, vers 1926. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S Encre et aquarelle sur papier, 55,5 x 44 cm, vers 1826. (archives départementales d'Indre-et-Loire . (archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P 2/261/6). (cf. illustration n° IVR24_20113703033NUCA).
    Précision dénomination :
    port d'entrée de canal
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    Situé rive gauche sur les communes de Tours et de Saint-Pierre-des-Corps, à l'extrémité nord de l'ancien canal de jonction Cher /Loire, le port du canal de jonction est constitué d'une cale en tablier à
    Typologies :
    port d'entrée de canal : port aménagé à la jonction du fleuve et d'un canal. Le passage de l'un à
    Localisation :
    Tours - quai de la Loire - en ville
    Titre courant :
    Port dit port du canal de jonction Cher Loire
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    ). (bibiothèque municipale de Tours, Collection B. Leveel). IVR24_19763700134XB municipale de Tours). IVR24_20123700839NUCAB La traversée de la Loire à Tours avec localisation des ports sur un fond de plan de 1880 . Emplacement de la future entrée du canal de jonction Cher Loire (1824-1828). (archives nationales, F 14 1202 Plan général de la ville de Tours dressé par Jacquemin Bellisle en 1818, détail sur l'emplacement où sera établie la gare du canal de jonction Cher Loire en 1824-1828. (archives départementales . Détail sur l'entrée du canal de jonction Cher Loire. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 . Détail sur l'entrée du canal de jonction Cher Loire. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Plan des quais de Tours dressé le 16 juillet 1866 par les ingénieurs ordinaires Descombes et de Basire, détail sur l'entrée du canal de jonction Loire Cher. (archives départementales d'Indre-et-Loire
  • Port dit port de Jargeau
    Port dit port de Jargeau Jargeau - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En juin 1835, à la demande du conseil municipal, l'Etat soumet un avant projet de port et Tours. Cette disposition ne semble pas convenir localement puisque dès 1849, la municipalité de d'embarquement (100 mètres de long) à Jargeau en amont du pont suspendu. L'ingénieur Lefort propose en outre la dépourvu de cale et de tout moyen d'accession pour les bateaux et où les voitures ne circulent pas. Les justifier la dépense qu'exigerait la construction d'un port. En août 1847, le conseil municipal demande à implanté de part et d'autre du pont suspendu. C'est ce projet qui est semble-t-il réalisé par l'Etat entre 1848 et 1855. Il répond aux normes en vigueur : tablier placé à trois mètres au-dessus de l'étiage , perré présentant une pente de 3 mètres de base pour un mètre de hauteur. Ce port n'a pas été établi pour servir de dépôt de marchandises mais seulement pour permettre de les embarquer et les débarquer plus ordinaires. En 1852 le port, considéré comme inachevé, est la propriété de l'Etat et présente une étendue de
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Ech. 0,001 m pm, détail, 1900. (archives municipales de Jargeau, 11 Encre et aquarelle sur papier, Ech. 0,001 m pm, 1900. (archives municipales de Jargeau, 11 O 4 Encre et aquarelle sur papier, Ech. 0,002 m pm, 63 x 21, 1855. Par Boeckh (ingénieur). (archives -Maréchal (ingénieur). (archives départementales du Loiret, 2 S 85). (cf. illustration n ). (archives départementales du Loiret, 2 S 85). (cf. illustration n° IVR24_20074500268NUCA). Carte postale ancienne. (archives départementales du Loiret, Coll. Petit 301). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (archives départementales du Loiret, Coll. G Pouillot 1197). (cf ). (archives départementales du Loiret, Liasse 30872). (cf. illustration n° IVR24_20064500256NUCA). Encre et aquarelle sur papier, 63 x 30,5, 1864. Par Sainjon (ingénieur). (archives départementales Encre et aquarelle sur papier, 57 x 48, 1837. (archives départementales du Loiret, 2 S 85). (cf
    Précision dénomination :
    port de levée
    Description :
    Implanté de part et d'autre de l'ancien pont suspendu, rive gauche, le port de Jargeau mesure environ 400 mètres de long. Sa largeur maximum est de 20 mètres. Il est constitué d'une grande cale à tablier à quai incliné, et de trois cales abreuvoirs. L'abreuvoir, situé en amont de l'ancien pont
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Titre courant :
    Port dit port de Jargeau
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan du port de Jargeau établi par le conducteur le 8 mars 1900. (archives municipales de Jargeau d'accès. (archives municipales de Jargeau, 11 O 4). IVR24_20094500274NUCA déclassement comme levée de la rue des Moulins. (archives départementales du Loiret, Liasse 30872 Plan de la cale de débarquement et d'embarquement à construire à l'amont du pont de Jargeau, 22 mai 1837. (archives départementales du Loiret, 2 S 85). IVR24_20064500046NUCA Projet d'établir un port à Jargeau par l'ingénieur Coumes, 24 août 1847. (archives départementales Plan général pour l'établissement du chenal du port de Jargeau, par l'ingénieur Mutrécy-Maréchal, 6 mai 1840. (archives départementales du Loiret, 2 S 85). IVR24_20074500269NUCA Plan du bas-port de Jargeau avec rampe et abreuvoir à construire par l'ingénieur Boeckh, 10 juillet 1855. (archives départementales du Loiret, 2 S 85). IVR24_20074500270NUCA
  • Port dit port de Portillon
    Port dit port de Portillon Tours - Portillon - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    , lors du projet d'améliorer la navigation sur la Loire au moyen de digues et d'épis, entre Tours et établie du côté de la rive gauche pour maintenir le chenal contre le quai de Tours (la digue relie l'île Un lieu d'abordage (rampe de 8 m x 1 m) est mentionné à Portillon en l'an 7 (1799). En 1836-1837 Montlouis, les ingénieurs estiment que le trafic du port de Portillon est suffisamment important pour modifier le projet afin de maintenir à cet endroit un niveau d'eau satisfaisant les besoins du commerce proximité (fonderies, hauts-fourneaux et fours à chaux), un projet de construire un port pour le service exclusif de ces usines est présenté. L'administration demande à ce que les ouvrages présentent une pente de 0,25 m pm et qu'ils soient pavés sur toute leur surface. Des travaux sont réalisés : la carte de Coumes datée de 1848 figure un port équipé de deux cales abreuvoirs simples, une à l'aval et une à l'amont. Le port de Portillon est cité sur la liste des ports de Loire de 1857. En 1863, les industriels exposent
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, 118 x 31 cm, Ech. 2/1000e, 1873. (archives départementales d'Indre Encre et aquarelle sur papier tissé, Ech. 1/2500e, 1912. (archives départementales d'Indre-et-Loire (ingénieur). (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 5038). (cf. illustration n° IVR24_20063700041NUCA). . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20073700149NUCA). Encre et aquarelle sur papier, 17e feuille, détail, Ech. de 300 toises, 87 x 22, XVIIIe siècle . (archives départementales d'Indre-et-Loire, C 277). (cf. illustration n° IVR24_20063700016NUCA).
    Précision dénomination :
    port de levée
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    Situé rive droite, le port de Portillon comprend actuellement une cale abreuvoir simple dénommée cale de la Brétèche.
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Tours - Portillon - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de Portillon
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Carte des levées de Tours à Langeais, XVIIIe siècle, détail sur Portillon. (archives La traversée de la Loire à Tours avec localisation des ports sur un fond de plan de 1880 Plan du port de Portillon et de l'île Simon, 25 juin 1852, ingénieur Cormier. (archives Projet de réfection de la rampe amont du port de Portillon, 1873. (archives départementales d'Indre Port de Portillon, état des lieux dressé par le conducteur le 28 janvier 1912. (archives Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe siècle. Détail sur Portillon. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). IVR24_20073700149NUCA
  • Port dit port de Saint-Germain
    Port dit port de Saint-Germain Sully-sur-Loire - quai des Mariniers chemin de la Levée - en agglomération
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Il existe un port au faubourg de Saint-Germain depuis au moins le tout début du XIXe siècle. On relève notamment des plaintes relatives au peu de largeur donné au quai construit à cet endroit en 1808 . En outre, le cadastre napoléonien figure un "chemin du port" près de l'église en 1809. Cependant, il est difficile de savoir si cette appellation est en lien avec le port au bois tous proche ou avec le port de Saint-Germain. Actuellement, le port de Saint-Germain regroupe deux structures : une cale
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (bibliothèque municipale de Tours). (cf. illustration n ). (archives départementales du Loiret, 2 S 83). (cf. illustration n° IVR24_20094500194NUCA).
    Précision dénomination :
    port de levée
    Description :
    Le port de Saint-Germain est situé rive gauche vis à vis du faubourg du même nom et à 500 mètres incliné. En 1860, il mesurait 300 mètres de long.
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Sully-sur-Loire - quai des Mariniers chemin de la Levée - en agglomération
    Titre courant :
    Port dit port de Saint-Germain
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Le port de Saint-Germain, carte postale ancienne. (bibliothèque municipale de Tours Emplacement du port de Saint-Germain, d'après le plan cadastral de 1811, détail. (collection Projet de réaliser un port vis à vis du faubourg Saint-Germain par l'ingénieur Delaitre, 18 juillet 1846. (archives départementales du Loiret, 2 S 83). IVR24_20094500194NUCA Marques de crues (1856 et 1866) sur le mur sud de la nef de l'église Saint-Germain à Sully
  • Port dit port de Saint-Cyr
    Port dit port de Saint-Cyr Tours - la Péraudière - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de Saint-Cyr appartient au chapitre de Saint-Martin de Tours du début du XIIe au XVIIIe également aux religieux de Saint-Martin de Tours. On ne connaît pas son emplacement exact mais on sait que (carte de Coumes). En 1789, suite à la chute de quatre arches du pont de Tours, un pont flottant a été siècle. A partir du milieu du XVIIe siècle, les revenus de ce port sont partagés entre le chapitre de Saint-Martin et les religieux de la Clarté-Dieu (commune de Saint-Paterne Racan). On ne sait rien des construite en face de Saint-Cyr "pour la facilité du commerce" : l'ouvrage est dégradé et doit être réparé le bac reliant Saint-Cyr et la Riche accostait vis à vis du bourg de Saint-Cyr en l'an 12 et en 1848 mis en place un peu en aval du port de Saint-Cyr : l'ouvrage était, paraît-il, d'une solidité à toute épreuve et permettait de faire passer dix à douze voitures à la fois avec les chevaux. La traversée s'effectuait en sept à onze minutes, non compris le chargement. Le port de Saint-Cyr figure sur les listes des
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, section A2, Ech. 1/2500e, détail, 1833. (archives départementales Document imprimé, 1848-1858, détail. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives (ingénieur). (archives nationales, CP F 14 100 66/1, pièce 3). (cf. illustration n° IVR24_20113701993NUCA).
    Précision dénomination :
    port de levée
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    Le port de Saint-Cyr est établi sur la rive droite, vis à vis du bourg de Saint-Cyr. Une seule cale
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Tours - la Péraudière - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de Saint-Cyr
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de Tours, 1833. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P 2 La traversée de la Loire à Tours avec localisation des ports sur un fond de plan de 1880 Carte du tracé de la Loire de Briare à Nantes (étude relative à l'amélioration de la Loire), 1835 , ingénieur Lemière. Détail sur Saint-Cyr. (archives nationales, CP F 14 100 66/1, pièce 3 Extrait de la carte de Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. Détail sur Saint-Cyr -sur-Loire. (archives départementales du Loiret, Liasse 30936). IVR24_20113701979NUCA
  • Port dit port de Médine
    Port dit port de Médine Nevers - quai de Médine - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    SIRS SA/CPIE Touraine Val de Loire
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1751, un terrain situé sur "les grands pâtureaux de Nevers, paroisse Saint-Arigle, entre les rivières de Loire et de Nièvre » est concédé par le duc de Nevers à Pierre Babaud de La Chaussade qui décide d'y établir un port. Nous n'avons pas connaissance de la nature des aménagements du site portuaire durant les premières décennies d'utilisation. On sait seulement que la levée de Médine est construite durant cette période et que le port de Médine était le lieu d'où étaient expédiés les produits des forges de La Chaussade situées à Guérigny à une douzaine de kilomètres en amont de Nevers. Ce port était donc à l'origine un port privé réservé à un usage privé. Le 8 mars 1781, Pierre Babaud de La Chaussade vend au roi les forges de La Chaussade ainsi que "le fief de Médine (...) consistant en une maison et considérable sur la Nièvre, près la Loire". Les plans de 1793-1794, de 1812 et de 1865 mentionnent une corderie immédiatement en amont du port de Médine. Actuellement, la présence d'une "rue des Corderies" à cet emplacement
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, 100 x 67 cm. (archives municipales de Nevers, Série O plan n° 13 Encre et aquarelle sur papier, 95 x 63 cm. (archives municipales de Nevers, Série O plan n° 22 Encre sur papier, 101 x 62 cm. (archives municipales de Nevers, Série O plan n° 51). (cf Encre et aquarelle sur papier, Ech. de 300 m, non daté (1er quart XIXe siècle). (archives ). (archives départementales de la Nièvre, S 633). (cf. illustration n° IVR24_20125800388NUCA). (ingénieur). (archives départementales de la Nièvre, S 634). (cf. illustration n° IVR24_20125800391NUCA). départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800435NUCA). Encre et aquarelle sur papier, Ech. de 0,005 m pour 4 m, 1812, détail. Par Tibord (ingénieur Encre sur papier, Ech de 1 cm pour 1 m, grand plan de format irrégulier, détail, 1790. Par Coinchon
    Précision dénomination :
    port de levée
    Description :
    Situé rive droite, entre la rivière de la Nièvre et la Loire (près de l'embouchure de la Nièvre ), le port de Médine était équipé d'une cale abreuvoir simple (côté Loire) et d'une grue (côté Nièvre ). De forme triangulaire, il mesurait environ 375 mètres de long pour une largeur en son milieu d'environ 40 mètres. Aujourd'hui, seules la cale simple et une partie de la levée qui formait sa limite côté
    Auteur :
    [propriétaire] Babaud de La Chaussade, Pierre
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Nevers - quai de Médine - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de Médine
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    . (archives municipales de Nevers, Série O plan n° 13). IVR24_20125800549NUCA . (archives municipales de Nevers, Série O plan n° 22). IVR24_20125800548NUCA Nièvre. (archives municipales de Nevers, Série O plan n° 51). IVR24_20125800543NUCA l'ingénieur ordinaire Tibord le 4 février 1812. Détail sur le port de Médine. (archives départementales de la ouvrages à leurs abords, par l'ingénieur Coinchon, 8 janvier 1812. Détail sur le port de Médine. (archives Plan du port de Médine, non daté (1er quart XIXe siècle). (archives départementales de la Nièvre La traversée de la Loire à Nevers avec la localisation des ports reportés sur un fond de plan de 1878 par Dumoulin (médiathèque de Nevers). IVR24_20155800001NUDA Plan général des abords de la levée du port de Nevers au coteau de Saint-Eloi présenté par Plan général des ponts de Nevers sur la Loire avec les chemins, quais, ports, levées et autres
  • Port dit port de la Nièvre (quais de Nevers)
    Port dit port de la Nièvre (quais de Nevers) Nevers - boulevard Pierre de Coubertin - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    SIRS SA/CPIE Touraine Val de Loire
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de la Nièvre longeait les rives droites de la Nièvre et de la Loire. Une inscription gravée sur une pierre d'une maison située à l'angle de la rue Casse-Cou et du quai de Mantoue rappelle d'ailleurs la présence vis à vis de la Nièvre du "quay de Loire". Contrairement au port de Médine établi sur la rive gauche de la Nièvre et réservé aux dépôts des forges de la Chaussade, le port de la Nièvre est un port « commun à tous les commerçants » (1801). Il est difficile de savoir à partir de quand cet emplacement sert de port. A la fin du XVIIIe siècle (voir plan de 1793-1794), il est bordé du côté de la ville par un mur de quai percé d'une rampe assurant une liaison entre le port et la ville mentionné un peu plus en aval à partir de 1812. A cette période, il semble que le port ne bénéficie d'aucun ouvrage d'abordage construit. Le mur de quai date probablement des travaux exécutés au milieu du XVIIIe siècle le long de la Loire mais aucune preuve n'a pu être apportée à ce sujet. En 1813, les marchands de
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (archives municipales de Nevers, 5 Fi 2042). (cf. illustration n Encre sur papier, 39,5 x 71 cm. Par Mutrécy-Maréchal (ingénieur). (archives municipales de Nevers Carte postale ancienne. (archives municipales de Nevers, 5 Fi 2190). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (archives municipales de Nevers, 5 Fi 2491). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur papier, 56 x 208 cm. (archives municipales de Nevers, Série O plan n° 55 Encre et aquarelle sur papier, 56 x 208 cm. (archives municipales de Nevers, Série O plan n° 55 Encre et aquarelle sur papier, Ech. de 300 m, non daté (1er quart XIXe siècle). (archives ). (archives départementales de la Nièvre, S 633). (cf. illustration n° IVR24_20125800388NUCA). Photographie ancienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi Nevers 844). (cf. illustration . Par Coinchon (ingénieur). (archives départementales de la Nièvre, S 634). (cf. illustration n
    Précision dénomination :
    port de rive
    Description :
    Situé rive droite, à l'embouchure de la Nièvre dans la Loire, le Port de la Nièvre mesurait environ 270 mètres de long (depuis l'île des Pâtis jusqu'au pont de Loire). Le port était établi à la fois sur les rives de la Nièvre et de la Loire. Avec la construction du pont Mal Placé (1865), le port est recouvert par la déviation de la RN 7 entre 1958 et 1962.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    Nevers - boulevard Pierre de Coubertin - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de la Nièvre (quais de Nevers)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    ), détail. (archives municipales de Nevers, Série O plan n° 55). IVR24_20125800542NUCA ). (archives municipales de Nevers, Série O plan n° 55). IVR24_20125800541NUCA Vicaire. (archives municipales de Nevers, 3 O 227/2). IVR24_20125800551NUCA ancienne. (archives municipales de Nevers, 5 Fi 2190). IVR24_20125800576NUCAB Médine. Carte postale ancienne. (archives municipales de Nevers, 5 Fi 2491). IVR24_20125800579NUCAB ouvrages à leurs abords, 8 janvier 1812, ingénieur Coinchon. (archives départementales de la Nièvre, S 634 l'ingénieur ordinaire Tibord le 4 février 1812. Détail sur l'embouchure de la Nièvre.. (archives Plan du port de Médine, non daté (1er quart XIXe siècle). (archives départementales de la Nièvre Nevers, 30 mai 1879, ingénieur en chef Moreau. (archives départementales de la Nièvre, S 4823 . Carte postale ancienne (début XXe siècle). (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi Nevers 6992
  • Port dit port de Luynes
    Port dit port de Luynes Luynes - le Port de Luynes - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de Luynes est attesté à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il est alors équipé d'une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval. Un curé voisin écrit en 1770 que le nouveau port de Luynes est commencé, "beaucoup plus large et plus commode que l'ancien" et qu'il doit être "plus haut de six pieds". En 1799, il est nécessaire de refaire les "pavés et blocage de la rampe de Luynes". Les napoléonien), et au milieu du XIXe siècle (carte de Coumes de 1848 et carte de la Loire). Le port lui-même est mentionné sur les listes de ports de Loire de 1857 et 1862. L'abordage du bac reliant les communes de Luynes et de Berthenay (port Maillé) abordait côté rive droite au Port de Luynes. Le passage s'effectuait en deux fois, de part et d'autre de lîle du Passage (voir carte de Coumes de 1848).
    Référence documentaire :
    départementale de l'équipement, Tours). (cf. illustration n° IVR24_20113702019NUCA). . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20073700155NUCA). Carte postale ancienne. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 139-131). (cf siècle. (archives départementales d'Indre-et-Loire, C 277). (cf. illustration n° IVR24_20063700020NUCA).
    Précision dénomination :
    port de levée
    Description :
    Etabli sur la rive droite, le port de Luynes était desservi par une cale abreuvoir simple non ne permet de la dater. Le port est aujourd'hui complètement déconnecté du fleuve (à environ 200
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Luynes - le Port de Luynes - en écart
    Titre courant :
    Port dit port de Luynes
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Carte des levées de Tours à Langeais, seconde moitié du XVIIIe siècle, détail sur le Port de Luynes siècle. Détail sur le Port de Luynes. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Le Port de Luynes lors de la crue de la Loire du 22 octobre 1907. Carte postale ancienne. (archives départementale de l'équipement, Tours). IVR24_20113702019NUCA . (archives départementales d'Indre-et-Loire, C 277). IVR24_20063700020NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe Plan des rives de la Loire par l'ingénieur topographe Jarre, 1922, détail. (direction
  • Port dit port de Cosne
    Port dit port de Cosne Cosne-Cours-sur-Loire - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    SIRS SA/CPIE Touraine Val de Loire
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    municipal qui s'inquiète en 1842 des dommages que pourraient causer les assauts de la Loire sur la partie L'histoire du port de Cosne est étroitement liée aux Forges de La Chaussade fondées en 1735 par Pierre Babaud de La Chaussade (1706-1792) et rachetées par l'Etat en mars 1781. L'établissement est 4 août 1746 (signature illisible), il est précisé que la forge de Cosne « où se fabriquent les eaux de la Loire qui depuis quelques années ont enlevé plus de 150 toises de terrain du côté de la forges). On ne connaît pas la date exacte de la décision de faire construire un quai maçonné vis-à-vis de Cosne mais on sait que le roi a ordonné la construction d'un quai "quelques temps avant de faire butte artificielle de terre et pierres dite « tour Froide » et qu'en décembre 1781 les notables de la ville se félicitent qu'un quai le long de la Loire ait été construit avec les pierres de démolition de , l'entrepreneur Moreau travaille encore sur les quais. Le plan de 1785 mentionne quant à lui des "quai
    Référence documentaire :
    . (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire, DD 8). (cf. illustration n° IVR24_20125800187NUCA). (géomètre). (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire, 1 O 1). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur papier, détail, 1836. (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire, 1 O 2 Encre et aquarelle sur papier, détail, 1836. (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire, 1 O 2 Encre et aquarelle sur papier, section A (annexe), 1834, détail. (archives municipales de Cosne (géomètre). (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire, 1 O 1). (cf. illustration n (lithographe). (archives départementales de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20045800207NUCA). ). (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800349NUCA). Encre et aquarelle sur papier, Ech. de 50 perches et 22 pieds de roi chacune, détail. (archives Encre et aquarelle sur papier, Ech. de 50 toises, 1785, détail. (archives nationales, F 14 167 a
    Précision dénomination :
    port de rive
    Description :
    Situé rive droite, de part et d'autre du pont, le port de Cosne-Cours-sur-Loire est établi à la confluence de la rivière du Nohain et de la Loire. Le port est composé des éléments suivants, de l'amont vers l'aval : - une cale abreuvoir simple construite vers 1845 située à l'emplacement de l'ancien Port de la Madeleine ou Port aux Ancres (en amont du pont, vis à vis des Forges) - une plateforme recevant autrefois une grue - une grande cale abreuvoir en long à tablier haut située de part et d'autre tard) située à l'emplacement de l'ancien port de la Pêcherie (en aval du pont).
    Auteur :
    [propriétaire] Babaud de La Chaussade, Pierre
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Titre courant :
    Port dit port de Cosne
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    , port de la Madeleine et place du port de la Pêcherie). (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire , non daté (probablement vers 1810). Détail sur les quais de Loire. (archives municipales de Cosne-Cours Extrait du cadastre napoléonien de 1834. (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire Plan d'alignement de 1836. Détail sur les quais en amont et en aval du pont. (archives municipales levé au mois de décembre 1786. Détail sur les quais. (archives nationales, F 14 167 a , non daté (probablement vers 1810). Détail sur le port aux Ancres ou de la Madeleine. (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire, 1 O 1). IVR24_20125800351NUCA . Détail sur le port aux Ancres. (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). IVR24_20125800349NUCA Plan d'alignement de 1836. Détail sur les forges royales et le port aux Ancres. (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire, 1 O 2). IVR24_20125800340NUCA
  • Port dit port de Billereux (quais de Nevers)
    Port dit port de Billereux (quais de Nevers) Nevers - quai des Eduens quai des Mariniers - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    SIRS SA/CPIE Touraine Val de Loire
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de Billereux tient son nom du « coteau de Bilereux » (plan de 1789) et de la levée de Billereux (plan de 1812) situés à proximité. Il était situé vis-à-vis d'une manufacture de Porcelaine années 1840. Les plans dressés en 1789 et 1812 montrent qu'à ces dates les berges de Loire ne sont pas aménagées à l'emplacement du port de Billereux. Celui de 1812 figure un projet de régulariser et probablement maçonner la rive depuis la levée de Billereux jusqu'au pont sur la Loire. Nous manquons d'information pour les années suivantes. Le plan de 1835 figure encore une rive irrégulière qui ne semble pas construite, ceux de 1839 et 1841 représentent quant à eux une berge rectiligne. Il semble par conséquent que le port ait été construit entre 1835 et la fin des années 1830. Une grue établie près de la Loire , vis-à-vis de la manufacture de Porcelaine est mentionnée en 1823 et sur le plan de 1834. Cet engin de 1836, on projette de le démolir car en très mauvais état. En 1841, à l'occasion de la construction du
    Référence documentaire :
    Encre sur papier, 30 x 21 cm. (archives municipales de Nevers, 3 O 227/2). (cf. illustration n . Par Coinchon (ingénieur). (archives départementales de la Nièvre, S 634). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur papier, 61 x 47 cm. (archives départementales de la Nièvre, S 7034). (cf Encre et aquarelle sur papier, Ech. de 1/5000e, feuille 7, 69 x 200 cm. (archives départementales Encre sur papier, 55,5 x 43 cm. Par Couppery (conducteur). (archives départementales de la Nièvre Encre sur papier, Ech. 0,002 m pm, non daté (vers 1843-1844). (archives départementales de la Encre sur papier, Ech. 1 cm pour 2 décamètres, format irrégulier (environ 160 cm de haut), détail de la Nièvre, S 3066). (cf. illustration n° IVR24_20125800519NUCA). ) ; Caillet, R (imprimeur). (médiathèque de Nevers, I 3 carton 1). (cf. illustration n° IVR24_20125800426NUCA). Document imprimé, Ech. 50 m, 1835, détail. (médiathèque de Nevers, I 20 carton 1). (cf
    Précision dénomination :
    port de rive
    Description :
    Situé rive droite, de part et d'autre du pont de chemin de fer (entre la rue de Billereux et la rue de la Verrerie), le port de Billereux s'étendait sur environ 400 mètres de long. En face de l'abattoir (actuellement détruit), il mesurait environ 33 mètres de large. Il était équipé de deux cales
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Titre courant :
    Port dit port de Billereux (quais de Nevers)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan d'une partie du port de Billereux dressé par le voyer municipal le 14 janvier 1851. (archives ouvrages à leurs abords, 8 janvier 1812, ingénieur Coinchon. (archives départementales de la Nièvre, S 634 . (archives départementales de la Nièvre, S 3066). IVR24_20125800519NUCA Plan de l'abattoir et de ses abords, non daté (1842 ?). (archives départementales de la Nièvre, S porcelaine, non daté (vers 1843-1844). (archives départementales de la Nièvre, S 10919 municipales de Nevers, 3 O 227/2). IVR24_20125800552NUCA La traversée de la Loire à Nevers avec la localisation des ports reportés sur un fond de plan de 1878 par Dumoulin (médiathèque de Nevers). IVR24_20155800001NUDA Plan général des Ponts de Nevers sur la Loire avec les chemins, quais, ports, levées et autres Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail. Mention d'une grue
  • Port dit port de Travers
    Port dit port de Travers Villandry - Bec du Cher - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    A partir du début du XIXe siècle, les archives mentionnent la présence d'un site portuaire près de la confluence Cher / Loire. Certains documents signalent un port sous le nom de port de Travers "port du Bec du Cher" (listes des ports de Loire de 1857 et 1862). Un port du Bec du Cher figure également sur une carte de la Loire du milieu du XIXe siècle mais il est situé sur la rive droite du Cher , ce qui fait penser à la présence de deux sites portuaires à l'embouchure du Cher. Nous n'avons aucune connaissance concernant l'équipement de ce (ou ces) port.
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/10 000e, détail, 1865. Par De Basire (ingénieur). (archives ). (direction départementale de l'équipement, Tours). (cf. illustration n° IVR24_20113702040NUCA). Encre et aquarelle sur papier, section E, Ech. 1/2500e, détail, 1808. (archives départementales . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20073700132NUCA). Document imprimé, 1848-1858, détail. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives
    Précision dénomination :
    port de levée
    Description :
    Le port de Travers était établi à la confluence du Cher et de la Loire, sur la rive gauche de la
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Titre courant :
    Port dit port de Travers
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de 1808. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P 2/272/7 Basire, 11 novembre 1865. Détail sur l'embouchure du Cher et le port de Travers. (archives nationales, F départementale de l'équipement, Tours). IVR24_20113702040NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe siècle. Détail sur l'embouchure du Cher. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. Détail . (archives départementales du Loiret, Liasse 30936). IVR24_20113702039NUCA Désensablement du bras droit de l'île César en amont du viaduc de Cinq-Mars, ingénieur ordinaire de Plan des rives de la Loire par l'ingénieur topographe Jarre, 1922. Détail. (direction
  • Port dit port de Langeais
    Port dit port de Langeais Langeais - en agglomération
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    On trouve mention d'un port à Langeais en l'an 7 (1799) alors que les rampes de ce port sont à difficile de savoir si les ouvrages dont il est question correspondent aux cales représentées sur le cadastre napoléonien de 1829 (deux grandes cales divergentes). Ce qui est sûr c'est que le port est principaux ports de Loire du département d'Indre-et-Loire. En 1843, un projet d'amélioration du port de Langeais est proposé alors que des digues viennent d'être établies vis à vis de la ville pour ramener le l'époque) soit construite à cette période. La réalisation du pont suspendu de Langeais en 1848 a probablement un peu modifié le port puisqu'il est établi au milieu des deux cales existantes. Le port de Langeais est cité sur les listes des ports de Loire de 1857 et 1862. En 1869, il est desservi par trois
    Référence documentaire :
    de l'équipement, Tours). (cf. illustration n° IVR24_20113702048NUCA). Document imprimé, 1848-1858, détail. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives Encre et aquarelle sur papier, section I, Ech. 1/1250e, 1829, détail. (archives départementales Encre et aquarelle sur papier, 1847. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2038). (cf Encre et aquarelle sur calque, Ech. 1/1000e et 1/100e, 1869. (archives départementales d'Indre-et Encre sur papier, 1847. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2036). (cf. illustration n . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20073700158NUCA).
    Précision dénomination :
    port de levée
    Description :
    Situé rive droite, de part et d'autre du pont suspendu, le port de Langeais comprend une cale en
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Titre courant :
    Port dit port de Langeais
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de 1829. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P 2/123/20 Plan du port de Langeais et de la ligne de chemin de fer reliant Tours à Nantes, dressé par . (direction départementale de l'équipement, Tours). IVR24_20113702048NUCA Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, milieu XIXe siècle. Détail sur le port de Langeais. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). IVR24_20073700158NUCA l'ingénieur ordinaire le 24 février 1847. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2038 Plan du port de Langeais attaché au rapport daté du 13 septembre 1847 et relatif à l'occupation illicite du port par une baraque construite par le fermier du bac. (archives départementales d'Indre-et Extrait de la carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. (archives départementales du Loiret, Liasse 30936). IVR24_20113702041NUCA
  • Port dit port de Candes
    Port dit port de Candes Candes-Saint-Martin - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    municipal, l'ingénieur Cormier propose d'abattre les murs de clôture qui gênent la circulation et de créer Tourelle. Le projet est repris en 1869 par le conseil municipal. Il s'agit à nouveau de rectifier la rive Le port de Candes est mentionné sur les listes des ports de Loire de 1857 et 1862 mais il est difficile de savoir précisément à quelle partie de la rive ces documents font références. La lecture du règlement de police rédigé le 12 septembre 1843 pour le port de Candes pourrait nous éclairer. Il n'a malheureusement pas été retrouvé. Les plans anciens (le cadastre napoléonien de 1837 et le plan de 1844 notamment ) et la situation des ouvrages actuels permettent de localiser vis à vis du bourg trois sites d'abordage : à proximité de la rue du Bac, vis à vis de la place de l'Ormeau et au niveau de la rue de la Vienne (anciennement "la Douve" puis la rue de la Tourelle). Le projet de port à Candes daté de 1844 concerne toute la rive située vis à vis du bourg (depuis la rue du Bac jusqu'au delà de l'actuelle rue de
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur calque, Ech. 0,001 m pm, 55 x 30 cm, 1869. (archives départementales d'Indre . (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2046). (cf. illustration n° IVR24_20113702824NUCA). Encre et aquarelle sur papier, 1864. Par Béard (ingénieur). (archives départementales d'Indre-et Encre sur papier, Ech. 6 lignes par décamètre, 36 x 22 cm, 1839. (archives départementales d'Indre Encre et aquarelle sur papier tissé, 81 x 35 cm, Ech. 0,001 m pm, détail, 1844. (archives (ingénieur). (archives nationales, F 14 6614). (cf. illustration n° IVR24_20073700454NUCA). Encre et aquarelle sur papier, détail, 1864. Par Béard (ingénieur). (archives départementales Encre et aquarelle sur papier, section B, Ech. 1/2500e, détail, 1837. (archives départementales Encre et aquarelle sur papier, section B2, Ech. 1/625e, détail, 1837. (archives départementales
    Précision dénomination :
    port de pied de coteau
    Description :
    Situé rive gauche, vis à vis du bourg, le port de Candes s'étend sur environ 600 mètres de long. Il est constitué de trois lieux d'abordages indépendants : à proximité de la rue du Bac (une cale abreuvoir en long simple et une cale abreuvoir simple), vis à vis de la place de l'Ormeau (une cale abreuvoir simple et une cale en tablier à quai incliné) et au niveau de la rue de la Vienne (deux cales
    Typologies :
    port de pied de coteau : port aménagé côté val sur la pente du pied de coteau
    Titre courant :
    Port dit port de Candes
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de 1837 : mention du port. (archives départementales d'Indre-et Extrait du cadastre napoléonien de 1837. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P 2/042/2 Plan du Grand Port de Candes, 27 décembre 1839. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2036 Plan de la Loire à Candes, projet de port annexé au rapport daté du 4 février 1869. (archives Plan de la Loire à Candes, projet de port annexé au rapport daté du 17 novembre 1869. (archives Plan d'alignement de la rive gauche de la Loire vis à vis du bourg de Candes, dressé par l'ingénieur Cormier le 17 juillet 1844. Détail (partie amont). (archives nationales, F 14 6614 Plan d'alignement de la rive gauche de la Loire vis à vis du bourg de Candes, dressé par l'ingénieur Cormier le 17 juillet 1844. Détail (partie aval). (archives nationales, F 14 6614 Plan de la Loire à Candes, projet de port dressé par l'ingénieur Béard le 25 décembre 1864. Détail
  • Port dit port refuge ou gare d'eau de Langeais
    Port dit port refuge ou gare d'eau de Langeais Langeais - en agglomération
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    de la "gare artificielle" de Langeais, la seule de ce type avec celle de Tours (canal de jonction Cher/Loire) dans le département d'Indre-et-Loire. La gare de chemin de fer de Langeais (ligne Tours qui n'est effectué que deux ans plus tard. En 1913, le conseil municipal demande l'autorisation de A Langeais, la rivière de la Roumer se jetait autrefois dans la Loire au moyen de deux bras, le premier en amont du port, le second en aval de ce même port. En 1819, l'ingénieur en chef Cormier rapporte que l'embouchure de la Roumer (le bras aval semble-t-il) présente une surface de huit mètres de large sur 150 mètres de long et qu'il faudrait l'élargir et l'approfondir pour qu'elle puisse abriter d'amélioration du lit sont réalisés. L'idée d'établir un refuge à l'embouchure de la Roumer n'est, en tout cas , pas écartée puisqu'en 1835 un projet de créer une gare à l'emplacement du bras amont est proposé. Il s'agit cette fois de creuser un bassin dans l'intérieur des terres. La gare doit être mise à l'abri des
    Référence documentaire :
    de l'équipement, Tours). (cf. illustration n° IVR24_20113702047NUCA). Document imprimé, 1848-1858, détail. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives Encre et aquarelle sur papier, 1847. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2038). (cf ) ; Tartrat (ingénieur). (archives départementales du Loiret, Liasse 30934). (cf. illustration n . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20073700157NUCA).
    Description :
    l'embouchure de l'un des bras de la rivière de la Roumer.
    Typologies :
    , les ingénieurs désignent ces structures sous le terme de gare d'eau
    Titre courant :
    Port dit port refuge ou gare d'eau de Langeais
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan de la gare d'eau de Langeais et de la ligne de chemin de fer reliant Tours à Nantes, dressé de Langeais. (direction départementale de l'équipement, Tours). IVR24_20113702047NUCA par l'ingénieur ordinaire le 24 février 1847. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2038 Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, milieu XIXe siècle. Détail sur la gare d'eau . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). IVR24_20073700157NUCA Extrait de la carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. (archives départementales du Loiret, Liasse 30936). IVR24_20113702041NUCA Plan général de la défense de Langeais contre les inondations et de la gare d'eau, 18 juin 1901 , ingénieurs Mille et Tartrat. (archives départementales du Loiret, Liasse 30934). IVR24_20093700002NUCA Plan des rives de la Loire par l'ingénieur topographe Jarre, 1922, détail sur la gare d'eau comblée
  • Port dit port de Négron
    Port dit port de Négron Nazelles-Négron - Négron - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Un texte indiquant les ouvrages à réaliser sur la Loire en 1782 entre Amboise et Tours mentionne une "rampe du côté de Négron". Les cartes du milieu du XIXe siècle indiquent deux cales d'abordage à "Négron" et à la "Collinetterie". Entre ces deux cales figure une rampe descendant de la levée jusqu'à un banc de sable : il est possible que cette rampe constituait aussi à l'origine un abordage direct à la Loire. La dénomination "port de Négron" apparaît dans des listes de ports de Loire datées de 1857 et
    Observation :
    Pas d'ouvrage repéré par la Diren sur la commune de Nazelles-Négron.
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2500e, détail, 1852. Par Harmani (conducteur). (archives . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20113701794NUCA). . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20113701793NUCA). . (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20113701795NUCA). Document imprimé, 1848-1858, détail. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives
    Précision dénomination :
    port de levée
    Description :
    Le port de Négron est situé rive droite, à environ un kilomètre en aval des ports d'Amboise et
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Titre courant :
    Port dit port de Négron
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Extrait de la carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin en 1858. (archives départementales du Loiret, Liasse 30936). IVR24_20113701792NUCA Situation du lit de la Loire entre Amboise et Montlouis, plan par le conducteur Harmani, 1852 . Détail sur Négron. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 4937). IVR24_20113702783NUCA Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur le lieudit la Collinetterie avec mention d'une cale. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur le lieudit Négron avec mention d'une rampe descendant de la levée vers un banc de sable (côté fleuve ). (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). IVR24_20113701795NUCA Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur le
  • Port dit port de Guihut
    Port dit port de Guihut Jargeau - rue du 71ème-Bataillon-de-Chasseurs-à-pieds - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Au milieu du XIXe siècle, la ville de Jargeau afferme le port de Guihut par bail de trois ans. Le construit le mur de quai séparant la Loire de la ville. Il faut distinguer le port de Guihut proprement dit (terre-plein) de l'arche Barrault (rampe d'accès au port de Guihut). Le terre-plein était semble-t-il situé dans l'axe et au sud de l'arche Barrault jusqu'aux années 1820. Les plans le localisent ensuite à l'ouest de cette arche. En 1822, l'ingénieur ordinaire Gretry propose, suite à la demande des habitants , de construire une rampe d'abordage vis à vis l'arche Barrault et d'élargir cette dernière, ceci pour améliorer l'accès du bac. En 1852, la surface du port de Guihut est de 3,5 ares. La nature des marchandises débarquées consiste en charniers, lattes, houille, carreaux, tuiles, merrains, planches de sapin et de chêne , toutes destinées à l'approvisionnement de la commune. Aucune marchandise n'est embarquée, le port étant élevé et mal commode. Les droits de dépôt sont perçus conformément au tarif prescrit par la loi du 28
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Ech. 0,001 m pm, détail, 1900. (archives municipales de Jargeau, 11 Encre et aquarelle sur papier, Ech. De 300 m, détail, 1822. Par Gretry (ingénieur). (archives Encre et aquarelle sur papier, Ech. De 50 m, détail, 1822. Par Gretry (ingénieur). (archives Encre sur papier, Ech. 0,15 m pm, détail, 1822. Par Gretry (ingénieur). (archives départementales ). (archives départementales du Loiret, Liasse 30872). (cf. illustration n° IVR24_20064500256NUCA).
    Précision dénomination :
    port de levée
    Description :
    Situé rive gauche, le port de Guihut est constitué d'une rampe perpendiculaire au fleuve (l'arche marchandises (le port proprement dit). Les dimensions de l'esplanade ne semblent pas avoir changé depuis le milieu du XIXème (25 x 15 mètres). L'arche mesure environ 25 mètres de long sur 5 mètres de large. Côté ville, en haut de la rampe, des coulisses permettaient de placer des batardeaux pour arrêter les eaux en cas de crue. En complément de ce dispositif, côté Loire, l'arche est munie d'une feuillure qui permettait probablement aussi de l'obturer (une planche de bois pouvait être maintenue par la pression de
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Jargeau - rue du 71ème-Bataillon-de-Chasseurs-à-pieds - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de Guihut
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan du port de Jargeau établi par le conducteur le 8 mars 1900, détail. (archives municipales de déclassement comme levée de la rue des Moulins. (archives départementales du Loiret, Liasse 30872 Projet élargissement de l'arche Barrault passant sous le quai, par l'ingénieur Gretry, 15 février 1822. (archives départementales du Loiret, 2 S 85). IVR24_20094500304NUCA Projet d'une rampe d'abordage à construire en avant du mur de quai, vis à vis de l'arche Barrault , par l'ingénieur Gretry, 25 septembre 1822. (archives départementales du Loiret, 2 S 85 Projet, à la demande des habitants de Jargeau, de construire une rampe en avant du mur de quai vis à vis l'arche Barrault, par l'ingénieur ordinaire Gretry, 25 septembre 1822. (archives Plan du port de Jargeau et du port à Guihut par l'ingénieur Guillon, 17 avril 1889. Proposition de L'arche à Barrault, vue prise du haut de la rampe. A gauche se trouve la place du port de Guihut
  • Port dit port de Chailles
    Port dit port de Chailles Chailles - la Grange Saint-Jean - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Lors de la délibération du 12 mai 1846, le Conseil municipal de Chailles demande au Préfet de faire par ce même ingénieur de deux cales d'abordage sur la commune de Chailles confirme cette construction . Toutefois nous ne savons pas lequel des deux ouvrages est concerné par les travaux de 1846-1848. En 1857 , Chailles est mentionné sur la liste des ports de Loire dans le département du Loir-et-Cher.
    Référence documentaire :
    Encre sur papier, détail, 1848-1858. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives
    Précision dénomination :
    port de levée
    Description :
    Nous ne sommes pas en mesure de localiser sûrement le port de Chailles, probablement à l'extrémité de la route reliant le bourg au fleuve. Les deux cales figurant sur la carte dressée en 1848 par
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Titre courant :
    Port dit port de Chailles
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    sur la commune de Chailles avec mention de deux cales d'abordage. (archives départementales du Loiret Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. Détail
  • Port dit port de Bouteille
    Port dit port de Bouteille Guilly - Bouteille - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    la carte de l'ingénieur Collin. En 1863, suite à une demande du conseil municipal de Guilly de Le port de Bouteille est mentionné depuis le XVIIIe siècle sur la commune de Guilly. Une carte de Bouteille en 1818. En 1852 le port, situé à 50 m en amont du hameau de Bouteille, mesurait 50 mètres sur 30 mètres et présentait une surface de 15 ares. C'était un port privé et aucune indemnité n'était perçues pour le dépôt des marchandises. Ces dernières consistaient en charbon de bois, planches de chêne, bois de charpente et à brûler (marchandises embarquées) et à environ 350 hectolitres de houille et 40 hectolitres de plâtre par an (marchandises débarquées). Les trois cales actuelles sont mentionnées en 1858 sur construire une rampe au port de Bouteille, l'ingénieur Sainjon propose la réalisation d'une rampe de 4 mètres de large présentant une pente de 12 cm par mètre. Il semble que ce projet consistait à remplacer une rampe ancienne plus étroite (2 mètres) et plus pentue (20 cm par mètre). Il n'a pas été possible de
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Ech. 300 toises, 115 x 53, détail. (archives nationales, site de Encre sur papier, détail, 1848-1858. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2500e, section E, détail, 1809. (archives départementales du Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/5000e, détail, 1834. Par Navarre (ingénieur). (archives nationales, site de Paris, CP F 14 10066/1, dossier 1, pièce 1). (cf. illustration n° IVR24_20094500212NUCA).
    Précision dénomination :
    Port de levée
    Description :
    Situé rive gauche, ce port se compose de trois cales abreuvoirs simples et d'un perré comprenant des escaliers, une échelle de crues et un anneau d'amarrage en pierre.
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Titre courant :
    Port dit port de Bouteille
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Cours de la Loire, rive gauche, XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 Plan du cours de la Loire par l'ingénieur en chef du Loiret Navarre, 1834, détail. (archives , 25 mai 1858 : détail mentionnant les trois cales du port de Bouteille. (archives départementales du Extrait du cadastre napoléonien de 1809, détail sur les hameaux de Bouteille et de la Tuilerie . (archives départementales du Loiret, 3 P 164). IVR24_20094500213NUCA nationales, site de Paris, CP F 14 10066/1, dossier 1, pièce 1). IVR24_20094500212NUCA Carte de la Loire de Briare à Nantes par l'ingénieur Coumes (1848) annotée par l'ingénieur Collin
  • Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe) La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    SIRS SA/CPIE Touraine Val de Loire
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'île de La Charité, et particulièrement sa partie amont, a toujours été sujette aux assauts destructeurs du fleuve. En 1784, on projette de construire un quai sur l'île mais il n'est pas spécifié à quel endroit. Un plan de la fin du XVIIIe siècle (vers 1787) apporte quelques précisions à ce sujet en figurant des berges maçonnées (perrés) sur quasiment tout le pourtour de l'île (excepté la rive située en aval du pont côté bras gauche du fleuve). Durant la débâcle de janvier 1789, l'éperon construit en pierre de taille à la pointe de l'île et qui partage les eaux des deux bras de la Loire est fortement dégradé dans sa partie supérieure par les glaces dont les amas se sont élevés jusqu'à 10 pieds de hauteur (3,25 m). Il est urgent de le faire réparer pour éviter que l'île ne soit emportée. La partie amont de l'île de La Charité bénéficiait de plusieurs sites d'embarquement et de débarquement de marchandises : le plan de 1846 distingue un "port au Bois à brûler" (au niveau de l'éperon) et un "port aux
    Référence documentaire :
    Encre sur papier, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 O 26). (cf Encre et aquarelle sur papier, Ech. de 1/5000e, feuille 12, 69 x 200 cm. (archives départementales Encre sur papier, Ech. 0,01 m pm, 90 x 125 cm. Par Mutrécy-Maréchal (ingénieur). (archives départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800507NUCA). Encre sur papier, Ech. 0,01 m pm, 90 x 125 cm. Par Mutrécy-Maréchal (ingénieur). (archives départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800506NUCA). de la Nièvre, S 3064). (cf. illustration n° IVR24_20125800516NUCA). Encre sur papier, 46 x 37,5 cm, détail, 1840. Par Ducros (ingénieur). (archives nationales, F 14 Encre et aquarelle sur papier, détail, 1868. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800292NUCA).
    Précision dénomination :
    port de rive
    Description :
    Situé sur l'île de La Charité, en amont des ponts, le port de la tête de l'Ours est relié par sa pointe (éperon) à la chevrette de La Charité. Malgré la présence attestée au milieu du XIXe siècle de deux cales abreuvoirs simples sur cette partie de l'île, un seul ouvrage a été repéré sur le terrain
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Titre courant :
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan du port de la tête de l'Ours, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail sur La Charité. (archives -Maréchal. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800506NUCA -Maréchal. Détail sur l'île : port aux marchandises destinées à la navigation. (archives départementales de Extrait du cadastre napoléonien de 1818. (service des impôts de Nevers). IVR24_20125800296NUCA départementales de la Nièvre, S 3064). IVR24_20125800516NUCA Plan de l'île de La Charité dressé par l'ingénieur de l'arrondissement de Sancerre Ducros, 8 novembre 1840. (archives nationales, F 14 6550). IVR24_20125800302NUCA Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy
1 2 3 Suivant