Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 17 sur 17 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port de la Creusille
    Port dit port de la Creusille Blois - quai Henri Chavigny - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Jusqu'au milieu du XIXe siècle, le port de la Creusille semble n'avoir été constitué que d'un vaste rampes descendant de la levée. Le tableau réalisé par Gauché d'après Mandar en 1784 représente diverses activités fluviales sur le port, notamment le déchirage ou la réparation de bateaux. En 1841, les commerçants de la rive gauche souhaitent que le port soit aménagé mais rien ne se fait. L'année suivante , Alexandre Parfut, cordier au 8 rue de la Chaîne à Blois, demande l'autorisation d'établir un atelier de corderie sur le port mais la Préfecture refuse de la lui accorder car "l'endroit sert de lieu de dépôt pour chantier de la Creusille exclusivement. Les déchargements des bois à brûler, planches, cercles, carreaux , ardoises doivent également s'effectuer aux ports du Petit Pré ou de le la Creusille. La carte de l'ingénieur en chef Coumes (1848), les cartes de la Loire du milieu du XIXe siècle ne mentionnent pas de cale descendant vers la Loire. Le port est constitué d'un "port de déchargement" engazonné de forme irrégulière
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Saussaye (Louis de la), ' Blois et ses environs, guide artistique et historique ', 1867, Blois
    Description :
    Le port de la Creusille est établi sur la rive gauche, entre le déversoir de la Bouillie et un et la levée de Saint-Dyé par trois rampes.
    Titre courant :
    Port dit port de la Creusille
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Blois avec localisation des ports sur un fond de plan de 1845 et 1870 par Mandar, copié par Gauché en 1784. Détail du chantier de la Creusille. (musée des Beaux Arts, Blois par Mandar, copié par Gauché en 1784. Détail du chantier de la Creusille. (musée des Beaux Arts, Blois . Mandar, 1784. Détail sur le chantier de la Creusille. (musée des Beaux Arts, Blois). IVR24_19924100694X Extrait du cadastre napoléonien de 1809 : rive gauche en amont du pont de Blois (port de la Vue de Blois prise de la Croix des pêcheurs en Vienne, par Lecomte, vers 1840. (bibliothèque Abbé Plan des diverses parties du port de Blois à joindre au projet de règlement sur la police de la Plan des diverses parties du port de Blois à joindre au projet de règlement sur la police de la Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin en 1858 Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850) : détail sur le port de
  • Port dit port de Chailles
    Port dit port de Chailles Chailles - la Grange Saint-Jean - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Lors de la délibération du 12 mai 1846, le Conseil municipal de Chailles demande au Préfet de faire construire une rampe sur la commune pour "procurer à la marine l'avantage d'un bon port". L'ingénieur Coumes permettre l'embarquement des marchandises dans cette localité. La mention sur la carte dressée la même année par ce même ingénieur de deux cales d'abordage sur la commune de Chailles confirme cette construction , Chailles est mentionné sur la liste des ports de Loire dans le département du Loir-et-Cher.
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    de la route reliant le bourg au fleuve. Les deux cales figurant sur la carte dressée en 1848 par l'ingénieur Coumes ne sont plus visibles aujourd'hui (non repérées par la Diren).
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Chailles - la Grange Saint-Jean - isolé
    Illustration :
    Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. Détail sur la commune de Chailles avec mention de deux cales d'abordage. (archives départementales du Loiret
  • Port dit port refuge du Beuvron ou gare de Candé
    Port dit port refuge du Beuvron ou gare de Candé Candé-sur-Beuvron - la Motte - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Au début du XIXe siècle (et probablement bien avant), l'embouchure de la rivière du Beuvron est utilisée par la navigation pour abriter les bateaux par mauvais temps. Un règlement est rédigé en 1842 pour faciliter l'exploitation de ce qu'on appelle localement la "gare de Candé". Un devis est rédigé par présente une longueur de 1600 mètres et une largeur de 25 mètres minimum. L'extrémité de la gare sert de Chenonceau. Sa faiblesse réside dans le fait que les prairies qui la bordent sont souvent recouvertes d'eau du pont et en exhausant la rive gauche du Beuvron pour former un chemin de halage de deux mètres de . Les travaux sont réalisés entre 1845 et 1848. Au milieu du XIXe siècle, la gare de Candé sert donc à la fois de refuge et d'embarquement. En 1860, le port d'embarquement mesure 65 mètres de long sur 12
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Description :
    l'embouchure de la rivière du même nom dans une anse de la Loire où l'on trouvait un mouillage suffisant. Il reste très peu de vestiges de la gare actuellement : une échelle hydrométrique et des anneaux servant à attacher les bateaux sont encore fixés sur l'ancien pont enjambant la rivière du Beuvron. La cale située
    Localisation :
    Candé-sur-Beuvron - la Motte - isolé
    Illustration :
    Plan de l'embouchure de la rivière du Beuvron dans la Loire aux abords de la commune de Candé par Plan du cours de la Loire dans le département du Loir-et-Cher, 15 mars 1834, détail. (archives Projet d'un port à établir en amont de la gare de Candé, non daté (probablement 1844). (archives Carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin en 1858. Détail Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail sur l'embouchure Carte de la Loire non datée (entre 1844 et 1858) : détail sur l'embouchure de la rivière du Beuvron Carte de la Loire non datée (entre 1844 et 1858) : détail sur la gare de Candé. (archives Carte de la Loire non datée (entre 1844 et 1858) : détail sur le port de Candé situé en amont de la L'embouchure de la rivière du Beuvron dans la Loire. IVR24_20104100828NUCA L'embouchure de la rivière du Beuvron dans la Loire. IVR24_20104100829NUCA
  • Port dit port des Bordes
    Port dit port des Bordes Courbouzon - les Bordes - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    , de 1812 et de 1834. La première mention d'ouvrages d'abordage à cet endroit date de 1812 : il s'agit importants soient réalisés en 1818 au port des Bordes. C'est ce que laisse supposer la mention à cette date de la construction d'un port "aux frais du Trésor". En 1857, le port des Bordes est cité parmi les 16
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : pas d'ouvrage repéré à cet endroit.
    Description :
    et ne sont plus en connexion avec le fleuve en raison des ensablements importants à cet endroit. La maison dite du Port existe encore et des escaliers dissimulés en partie sous la végétation sont également
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Cours de la Loire au XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, CP F 14 10066/3/dossier 3 Plan du cours de la Loire dans l'étendue du département du Loir-et-Cher, 2 mai 1812, par l'ingénieur Cabaille. Détail avec mention de la maison du Port au lieudit les Bordes. (archives nationales, F Plan du cours de la Loire dans le département du Loir-et-Cher, 15 mars 1834. Détail sur Courbouzon et Muides et mention de la maison du Port au lieudit les Bordes. (archives nationales, F 14 6628 Plan de la Loire à Muides et Courbouzon par l'ingénieur ordinaire, 5 juillet 1845. Détail sur les Plan de la Loire à Muides et Courbouzon par l'ingénieur ordinaire, 27 décembre 1855. Mention de Carte de la Loire, non datée (entre 1844 et 1858). Détail sur le lieudit les Bordes et mention de la Loire reliant Courbouzon et Muides-sur-Loire). (collection particulière). IVR24_20104100831NUCAB pont sur la Loire). IVR24_20104100832NUCA
  • Port dit port du Vivier
    Port dit port du Vivier Cour-sur-Loire - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port du Vivier est le plus important des rares ports établis sur la rive droite de la Loire entre Blois et Beaugency. En 1744, l'ingénieur de Régemortes rédige un devis dans lequel il propose la travaux aient été réalisés. Les trois cales centrales du port figurent pour la première fois sur le cadastre napoléonien de 1810 mais ne correspondent à aucune campagne de travaux connue. La partie amont du port a probablement été reprise en 1844-1845 lors des travaux d'amélioration de la gare du Vivier par fait partie des 16 ports établis sur la Loire dans le département du Loir-et-Cher. Les marchandises transitant au port du Vivier consistaient essentiellement en bois et en vins provenant du vignoble de la
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Etabli sur la rive droite, en aval de la gare refuge du Vivier, le port s'étend sur environ un
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Cours de la Loire au XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, CP F 14 100 66/3, pièce 3 Plan du cours de la Loire dans le Loir-et-Cher, 15 mars 1834. Détail. (archives nationales, F 14 Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail. (archives Carte de la Loire, non datée (entre 1844 et 1858). Détail. (archives départementales du Loiret Plan de la gare du Vivier, 8 janvier 1881, par l'ingénieur ordinaire Heude. (archives
  • Port dit port de Muides
    Port dit port de Muides Muides-sur-Loire - chemin du Méné - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    de 1808, un arrêté préfectoral autorise la commune à percevoir des droits de stationnement sur le . Suite à la construction du pont suspendu, l'anse formée par le fleuve en face du bourg est en effet comblée par les sables. En 1845, la construction d'une rampe conduisant à la Loire est réclamée par la quelques années plus tard et un peu plus en aval (première mention sur la carte de Coumes de 1848). En 1846 , de Montlivault et de Blois. En 1857, le port de Muides figure sur la liste des 16 ports du département du Loir-et-Cher. En 1887, la commune perçoit encore sur le port des droits de stationnement déposées sont essentiellement du bois en provenance de la Sologne. Le port n'est plus utilisé en tant que
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : pas d'ouvrage repéré à cet endroit.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Projet d'établir une rampe vis à vis du bourg de Muides à la demande de la municipalité en 1845 Carte de la Loire de Briare à Nantes par l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin Plan de la Loire à Muides et Courbouzon par l'ingénieur ordinaire, 27 décembre 1855. Mention d'une Carte de la Loire, non datée (entre 1844 et 1858), détail sur le bourg de Muides-sur-Loire. Mention
  • Port dit port de Veuves
    Port dit port de Veuves Veuves - le Bourg - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    aussi la présence à cet endroit d'une centaine de toises de pavés (environ 200 mètres). L'appellation
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    couronne la levée rythmée par des escaliers.
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Plan de la Loire de Candes à la limite des départements d'Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher, début Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin Carte de la Loire non datée (entre 1844 et1858) : détail sur le village de Veuves. (archives Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail sur le bourg de Extrait de la carte de Coumes (1848) complétée en 1863 (projet d'une banquette à exhausser en face La levée. IVR24_20104100661NUCA
  • Port dit port du Cavereau
    Port dit port du Cavereau Saint-Laurent-Nouan - le Cavereau - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1818, l'ingénieur ordinaire constate que la Loire fait un coude au hameau du Cavereau et que la ) et des bancs de sable se forment sur la rive opposée. Les riverains demandent qu'un perré soit réalisé pour protéger la rive sur 425 mètres de long. On observe en outre que des bois de marine et autres équipé de trois cales mais en 1822, on propose de diminuer la dépense : le nombre de rampe est réduit à tarif pour les dépôts de marchandises : gratuit la première journée puis 0,15 F par m² de terrain occupé . Le port du Cavereau est affermé par la ville de 1836 à 1895. Un règlement de police du port du Cavereau est projeté en 1905. Le texte précise que la commune est autorisée à percevoir des redevances pour 6 mètres de large le long du fleuve est réservée au halage et à la circulation, Une deuxième bande , parallèle à la première, est destinée au dépôt des marchandises. En 1860, le port mesure 415 m de long sur
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Situé sur la rive gauche, le port du Cavereau est équipé de trois cales abreuvoirs simples. Il
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Plan de la Loire aux abords du Cavereau, 6 juin 1818, par l'ingénieur en chef du département du Extrait de la carte de la Loire de Coumes complétée par l'ingénieur ordinaire Jollois, 4 avril 1868 Extrait de la carte de la Loire de Coumes complétée par l'ingénieur ordinaire Jollois, 4 avril 1868
  • Port dit port d'Ecures
    Port dit port d'Ecures Onzain - Ecures - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    jusqu'en 1858, date de la construction d'un pont suspendu. En 1816, le bac d'Ecures bénéficie d'un bateau partir de la fin des années 1840 et jusqu'à la construction du pont suspendu (1858). En 1849, les marchandises embarquées au port d'Ecures sont le fer, le vin, le bois, et les écorces. Une carte de la Loire aujourd'hui n'est pas mentionné. Le cadastre napoléonien de 1819 ne représente aucune cale sur la commune d'Onzain. Il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour voir figurer sur des plans la cale du bac située au bout de la route reliant Ecures au bourg ainsi que deux autres cales abreuvoirs simples, une en amont et une en aval. On sait qu'en 1849 celle d'amont est plus large que la cale du bac et qu'elle est praticable par les voitures. La grande crue de 1856 ouvre une brèche dans la levée à Ecures. On peut
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans l'étendue du département du Loir-et-Cher, 2 mai 1812 par l'ingénieur Plan de la Loire entre Candé-sur-Beuvron et la limite Indre-et-Loire/Loir-et-Cher, début du XIXe Carte de la Loire, non datée (entre 1844 et 1858). Détail sur Ecures. (archives départementales du Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin Carte de la Loire dans la traversée du département du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail
  • Port dit port Vieil
    Port dit port Vieil Blois - quai de la Saussaye - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Durant la période médiévale, l'enceinte de la ville empêche d'accéder au fleuve. Une poterne située immédiatement en aval du pont, donne accès à un espace sommairement aménagé pour l'abordage des bateaux. La comparable : seul un mur de quai a été ajouté entre le port et le fleuve. La construction du nouveau pont sur la Loire en 1724 entraîne la suppression de l'enceinte à cet endroit ainsi que la séparation du "Portus vetus" à laquelle on accède depuis la culée du nouveau pont. Le plan représente l'état antérieur éviter de détruire de nombreuses maisons, d'établir entre le fleuve et la ville une nouvelle partie de route à la suite du mur de quai d'aval joignant le pont. Cette route doit rejoindre la grande route à la ) comprend trois rampes pour descendre à la rivière : la cale la plus en amont correspond à la cale aval du quai de l'Abbé Grégoire). Le compte-rendu de la séance précise que le terrain doit être dégagé des précise que la rampe du port Vieux est à la fois un abreuvoir et un port destiné à l'approvisionnement de
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port Vieil est située sur la rive droite en aval du pont Jacques Gabriel. Il est équipé d'une
    Localisation :
    Blois - quai de la Saussaye - en ville
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Blois avec localisation des ports sur un fond de plan de 1845 et 1870 Le Vray Portraict de la ville de Bloys, vue cavalière vers 1575. Détail sur le port Vieil Vue cavalière de la ville de Blois vers 1575. Détail. (archives départementales du Loir-et-Cher, 33 Vue de Blois au XVIIe siècle, copie de la vue de Maugier (1675) par A. Trouëssart, 1895. Détail sur Plan des diverses parties du port de Blois à joindre au projet de règlement sur la police de la Plan du quai de la Galère jusqu'à la Croix du Foix à Blois au XVIIIe siècle, détail. (archives Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, vers 1850. Détail sur la partie en aval du Carte de la Loire non datée (vers 1860) : détail sur la ville de Blois en aval du pont Jacques La rive droite en aval du pont Jacques Gabriel vers 1900. Carte postale ancienne. (bibliothèque La rive droite en aval du pont Jacques Gabriel. Carte postale ancienne. (archives départementales
  • Port dit port de Chaumont
    Port dit port de Chaumont Chaumont-sur-Loire - le Bourg - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Bouchet. Le projet de port est approuvé en juin 1784 et les travaux se terminent vers 1792. La réalisation du port a pour objet principal de préserver la ville du courant de la Loire. On construit une cale abreuvoir en long sur toute la longueur du chantier situé vis à vis du bourg. Les maisons gênant les travaux ou menacées par le fleuve sont supprimées. On construit une cale aval pour la charge du bois et halage interrompu par les corrosions de la berge. Le port est effectivement prolongé vers l'amont jusqu'au lieudit la Tuilerie entre 1845 et 1848. La cale de la Tuilerie est réalisée à cette période. Un 0,15 F par m² suivant les emplacements choisis par les mariniers. La commune est autorisée à louer le port à un fermier qui fait pour son compte personnel la perception des droits de dépôt suivant le tarif au libre accès à la Loire (le port est semble-t-il continuellement encombré). En1860, la municipalité fait borner la partie amont du port pour mettre fin aux envahissements des riverains. La même année, on
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans l'étendue du département du Loir-et-Cher, 2 mai 1812 par l'ingénieur La Loire à Chaumont-sur-Loire par Deroy, vers 1835. (archives départementales du Loir-et-Cher, 33 Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin en 1858 Carte de la Loire, détail sur la ville de Chaumont-sur-Loire, entre 1848 (présence de la cale de la
  • Port dit port de Saint-Dyé
    Port dit port de Saint-Dyé Saint-Dyé-sur-Loire - le Bourg - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La proximité (environ 5 kilomètres) entre la ville de Saint-Dyé-sur-Loire et le château de Chambord construit entre 1519 et 1547 a entrainé le développement du port à cette période. La plupart des matériaux nécessaires aux travaux (notamment la pierre de Bourré, la pierre d'Apremont, les ardoises de Trélazé ) transitaient en effet par Saint-Dyé, les routes terrestres étant peu nombreuses et la plupart du temps à terre et par eau, de Rouen au port de Saint-Dyé, 100 milliers de plomb destiné à la plomberie de fleuve en convoquant en 1529 l'ingénieur hydraulicien Pietro Caccia pour savoir « la manière qu'il était besoing () pour faire passer () partye de la rivière de Loyre par ledict lieu de Chambord ». En 1750, un arrêt du Conseil d'Etat maintient les chanoines de Saint-Sauveur de Blois dans la propriété de la moitié du port et passage sur la Loire de Saint-Dyé, l'autre moitié appartenant au prieur de Saint-Dyé. La débarquement des approvisionnements de la subsistance de son régiment de cavalerie légère qui se trouve à
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de Saint-Dyé, situé sur la rive gauche de la Loire et en face du bourg, mesure un peu plus ) et d'une petite cale abreuvoir double à tablier bas. Le port est déconnecté de la Loire pendant la
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Plan de la Loire au XVIIIe siècle. Détail sur le bourg de Saint-Dyé. Mentions de petits accès au Extrait de l'Atlas de Trudaine, entre 1745 et 1780. Mention d'une cale en amont de la ville de Carte du tracé de la Loire de Briare à Nantes par l'ingénieur Lemière, 1835. Etude relative à l'amélioration de la navigation sur le fleuve. Détail. (archives nationales, CP F 14 100 66/1, pièce 3 Atlas de la Loire depuis son embouchure à la mer jusqu'au canal d'Orléans à Combleux, 1843, par Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail. (archives Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Delaitre en Prolongement du chemin de halage le long de la Loire pour relier le quai de Saint-Dyé à la levée Carte de la Loire, non datée (entre 1844 et 1858). Détail sur la ville de Saint-Dyé. (archives Plan du quai et de la rampe projetés à Saint-Dyé en 1860. (archives nationales, F 14 6629
  • Port dit port au Vin
    Port dit port au Vin Avaray - Le Port au Vin - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    décrochement de la rive figurent sur le plan. La première mention de la cale actuelle date de 1848 (carte de
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Situé rive droite, le Port au Vin d'Avaray est établi un peu en aval de l'embouchure de la rivière
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin le 22 mai 1858
  • Port refuge dit gare du Lien
    Port refuge dit gare du Lien Avaray - Le Port au Vin - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le premier projet d'établir une gare à l'embouchure de la rivière du Lien date de 1828. Un plan aménagement de la rivière. Il explique dans son rapport que le Lien sert déjà de gare et que le vaste bassin parfaitement à l'abri du choc des glaces et des corps flottants mais l'entrée de la gare est difficile voire impratricable quand la Loire est basse. Il propose de construire un barrage à poutrelles pour opérer des chasses sur les sables déposés par le fleuve à l'embouchure de la rivière. Selon lui, cette gare serait d'une grande utilité car elle est située à l'amont d'une grande courbe du fleuve où la navigation est souvent
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    La gare du Lien est située rive droite, à l'embouchure de la rivière du Lien. L'entrée de la gare est située sur la commune d'Avaray mais le bassin occupé par les bateaux devait se poursuivre sur la
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher avec projet d'améliorer le fleuve, par
  • Port dit port Saint-Jean
    Port dit port Saint-Jean Blois - Promenade Pierre Mendes-France - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    semble que la demande n'aboutisse pas dans l'immédiat mais à partir de 1770 la grève est enfin 1790, les commissionnaires et mariniers de la ville de Blois demandent à ce que les trois boucles d'amarrage du glacis du bourg Saint-Jean emportées par la débâcle soient remplacées, qu'il en soit ajoutées -Jean pour garantir le faubourg et la ville basse des inondations. L'ingénieur en chef reprend cette besoins du commerce et la ville a l'intention de réduire sa longueur en prolongeant le terre plein du Mail dans les travaux de défense contre les inondations à Blois. L'ingénieur expose que la ville est partout terrasse (tablier) surplombant la partie basse appelée "bas-port". En outre, on établirait une double rampe 1849, lorsque les ingénieurs du Service Spécial de la Loire présentent un projet de défense contre les inondations au conseil municipal, ils exposent le danger que les crues de la Loire pénètrent dans la ville par atteint par la Loire en 1846 tandis que les autres quais dominent ce niveau d'environ 50 cm. Les
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port Saint-Jean est situé sur la rive droite en amont du Mail. Il se compose d'une cale à toute sa longueur (du même type que celui de la culée du pont Jacques Gabriel).
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Blois avec localisation des ports sur un fond de plan de 1845 et 1870 Vue de la ville de Blois et de la Loire, en amont du pont, rive droite, non datée (entre 1730 et Plan dit de Boyer, non daté, entre 1730 et 1770. Détail sur la rive droite en amont du pont Plan de Blois au XVIIIe (avant 1770 : le port Saint-Jean n'est pas aménagé). Détail du plan de la Plan de la Loire dans la traversée du département du Loir-et-Cher, 2 mai 1812, ingénieur Cabaille . Détail sur la ville de Blois. (archives nationales, F 14 608/1). IVR24_20104100699NUCA Extrait du plan de la ville de Blois, 9 juillet 1828 par l'ingénieur en chef. Détail. (archives Vue de Blois au XIXe siècle (vers 1830), par E. Burges. Vue prise depuis le port de la Creusille Plan de la jonction entre le port Saint-Jean et le Mail, 1832. (archives municipales de Blois, 1 O Plan de la jonction entre le port Saint-Jean et le Mail, 16 septembre 1832, ingénieur en chef
  • Port dit port du Petit Pré
    Port dit port du Petit Pré Blois - levée des Tuileries - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    général des travaux à exécuter pour la défense de la ville de Blois, d'améliorer la partie aval du port ouvrages sont finalement réalisés (ils sont encore visibles aujourd'hui). La même année, l'ingénieur en 1873) pour le service d'élévation des eaux de la Loire au milieu du port du Petit Pré.
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    jusqu'à la levée des Tillières sur environ 620 mètres de long. Il est aujourd'hui équipé de deux petites
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Blois avec localisation des ports sur un fond de plan de 1845 et 1870 Carte de la Loire non datée (entre 1844 et 1858), détail. (archives départementales du Loiret Plan des diverses parties du port de Blois à joindre au projet de règlement sur la police de la Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail. (archives Plan de la ville de Blois dressé par les soins de l'administration municipale, Bressler géomètre voyer de la ville, 1855. Détail sur le port du Petit Pré. (archives nationales, CP F 14 10216/4, pièce 2 Nouveau plan de la ville de Blois avec les agrandissements et les nouvelles voies projetées, par J . Bressler géomètre voyer de la ville, publié en 1857. Détail. (bibliothèque Abbé Grégoire, Blois, RLV 351 Plan général des travaux à exécuter pour la défense de la ville de Blois contre les inondations par Défense de la ville de Blois contre les inondations de la Loire, 27 avril 1860, ingénieur ordinaire
  • Port dit port refuge du Vivier
    Port dit port refuge du Vivier Cour-sur-Loire - le Vivier - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le lit de la Tronne semble avoir été utilisé très tôt par la navigation : en 1516, un texte mentionne sur cette rivière un "port de Nuzaye" près du pont de Fleury (actuellement lieudit "la Nuzée" à loin du bourg de Suèvres, confirme cet usage. L'utilisation de l'embouchure de la Tronne comme refuge d'améliorer la gare depuis son embouchure jusqu'au lieu appelé "le grand port" par l'arrachage des arbres et état descriptif de la dépense est rédigé l'année suivante par l'ingénieur Cabaille qui propose de l'ingénieur Duffaud : il propose de créer une gare de 20 mètres de large entre le pont de Fleury et la Loire , moins ambitieux, est approuvé en 1842 et réalisé en 1844-1845 par l'Etat. Le lit de la Tronne est alors . Le 10 novembre 1845, un règlement de police est mis en place pour organiser le stationnent et la circulation des bateaux dans la gare : ceux-ci doivent notamment se ranger le long de la rive droite, sur deux files et suivant leur ordre d'arrivée. La rive gauche est réservée au halage. La gare a, semble-t-il
    Hydrographies :
    la) ; Tronne Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n
    Description :
    Le port refuge du Vivier est situé rive droite, à l'embouchure de la rivière de la Tronne (à environ 9 kilomètres en amont de Blois). L'embouchure de la rivière a tendance à se déplacer vers l'aval
    Illustration :
    Cours de la Loire au XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, CP F 14 100 66/3, pièce 3 Extrait de la carte de Trudaine, entre 1745 et 1780. (archives nationales, CP F 14 bis 8493 Plan du cours de la Loire dans le Loir-et-Cher, 15 mars 1834. Détail. (archives nationales, F 14 Plan de la gare du Vivier par l'ingénieur Delaitre, 13 août 1852. (archives départementales du Loir Plan de la gare du Vivier, 8 janvier 1881, par l'ingénieur ordinaire Heude. (archives Plan de la gare du Vivier par l'ingénieur ordinaire Humbert, 19 février 1886. (archives L'embouchure de la Tronne au début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie La rivière de la Tronne au Vivier au début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (musée de la La rivière de la Tronne au Vivier au début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (musée de la Embouchure de la Tronne, vers 1900. Carte postale ancienne. (archives départementales du Loir-et
1