Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : presbytère (rue de l'Église)
    Bourg : presbytère (rue de l'Église) Brunelles - Bourg - rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C2 98 1992 C1 36, 287
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    des lieux dressé par l'architecte Ducoeurjoly de Nogent-le-Rotrou. Il faut attendre 1862 et la construction de la mairie-école pour que ces bâtiments retrouvent leur fonction initiale. Les délibérations et Le presbytère semble remonter au 18e siècle comme le montrent les ouvertures surmontées de plates ancien (présence de caves voûtées en sous-sol). En 1834, une partie des dépendances servait de maisons d'école et l'ancien fournil servait de logement pour l'instituteur, comme l'atteste le plan géométrique procès-verbaux du conseil municipal signalent une campagne importante de restauration effectuée en 1857
    Référence documentaire :
    Plan géométrique de toute la dépendance du presbytère, 1834/par Ducoeurjoly, architecte à Nogent-le Plan géométrique de toute la dépendance du presbytère/par Ducoeurjoly, architecte à Nogent-le Plan géométrique de toute la dépendance du presbytère/par Ducoeurjoly, architecte à Nogent-le Plan géométrique de toute la dépendance du presbytère/par Ducoeurjoly, architecte à Nogent-le Archives départementales d'Eure-et-Loir, 4 Z Art. 131. Plan géométrique de toute la dépendance du Extrait du plan cadastral de 1811, commune de Brunelles, section C1. (Archives départementales Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 572. Devis de réparation de l'église et du presbytère Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 à 3 P 3865. Plans cadastraux de 1811.
    Description :
    droit donne un accès direct à la cour du presbytère depuis le cimetière. Clos de murs, il comprend trois bâtiments distincts : - Le bâtiment principal, au centre de la parcelle, est destiné au logement du curé l'école et de cour de récréation). - A l'angle sud-est de la propriété, se situe l'ancien fournil du de taille de calcaire. Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate. Le presbytère se situe directement à l'est de l'église paroissiale et du cimetière. Un escalier : un sous-sol (à usage de cave), un rez-de-chaussée surélevé (trois pièces à feu : cuisine, salon , salle) et un étage carré (un petit cabinet, une antichambre et trois chambres à feu). Le rez-de-chaussée surélevé est accessible depuis l'extérieur par un escalier à deux volées, en façade principale. La façade ouest est également pourvue d'une porte donnant accès au jardin. Un petit corps en rez-de-chaussée baies sont dans l'ensemble surmontées de plates-bandes délardées ; à l'est, elles sont surmontées d'arcs
    Localisation :
    Brunelles - Bourg - rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C2 98 1992 C1 36, 287
    Titre courant :
    Bourg : presbytère (rue de l'Église)
    Annexe :
    géométrique : "Plan géométrique représentant toute la dépendance du presbytère de la commune de Brunelles , ainsi que plusieurs propriétés contigües : dressé par ordre des administrateurs de la sus dite commune . Description des objets représentés au plan ci-à-côté : A - Perron pour monter au rez-de-chaussée de la maison . F - Une belle salle où il y a aussi une cheminée. G - La cage de l'escalier. H - Arrivée de l'escalier au premier étage. I - Palier au haut de cet escalier. J - Chambre à feu sur la cuisine. K - Petite feu sur la salle d'en bas. O - Une alcôve dépendante de cette chambre. P - Chambre à feu, ancien . U - Ancien fournil du presbytère présentement habité par l'instituteur de la commune. V - Principal - Petit verger clos de haies vives, qui a été formé à même la cour. AE - Cour pour la récréation des écoliers. OE - Autre petit jardin potager. W - Portail et petite porte, pour clore l'entrée de la cour du dit presbytère. Ü - Circuit de terre clos à claire-voie servant de cour à la maison habitée par
    Illustration :
    Plan géométrique de toute la dépendance du presbytère, ainsi que plusieurs propriétés contigües Détail du plan géométrique (étage de la maison presbytérale). (Archives départementales d'Eure-et Vue générale de la maison presbytérale depuis l'ouest. IVR24_20082800308NUCA Extrait du cadastre de 1811, section C. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 - 3865 Vue de situation du presbytère depuis le sud-ouest (état en 2008). IVR24_20082800945NUCA
  • Bourg : presbytère (4 rue de l’Église) actuellement maison
    Bourg : presbytère (4 rue de l’Église) actuellement maison Chisseaux - 4 rue de l'Église - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    de la seconde moitié du 18e siècle. Il comprend alors deux bâtiments parallèles orientés est-ouest architecte à Montrichard, en vue de la construction d'une chambre de bonne, renseigne sur les évolutions empiétant sur la cour est créée. La chambre de bonne à construire communique avec cette cuisine Le presbytère de Chisseaux a été, selon l’historien Carré de Busserolle, presque entièrement reconstruit en 1765 par Claude Dupin, seigneur de Chenonceau et de Chisseaux. Un plan non signé ni daté mais dont l’échelle est en toises nous renseigne sur l'emplacement et la distribution du presbytère au cours , délimitant une cour fermée à l'est par un mur la séparant du jardin attenant à l'église. A l'ouest, la cour est délimitée par deux pièces en retour d'équerre de part et d'autre des bâtiments principaux tout en ménageant une porte donnant accès à la cour. L'écurie, la grange et la cuisine occupent l'aile nord tandis réalisées entre ces deux dates. Ainsi au nord, l’écurie a disparu ; la grange est conservée mais la cuisine
    Référence documentaire :
    CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition). Plan du presbytère de Chisseaux, non daté non signé (échelle en toises). Tours : Archives Projet de construction d'une chambre de domestique à réaliser dans le presbytère. Tours : Archives
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    sud. Les encadrements des baies cintrées sont en pierre de taille de même que la corniche moulurée. Le en tuiles plates, à l'exception de la partie construite en 1881 qui est en ardoise. Les souches de Au nord de l'église paroissiale, deux bâtiments parallèles édifiées en rez-de-chaussée et reliés par des murs à l'est et à l'ouest déterminent une cour rectangulaire. Le logis (bâtiment sud) de plan rectangulaire est édifié en moellons de calcaire avec enduit partiel côté cour (au nord) et enduit couvrant côté pignon ouest est percé de deux baies et d'un oculus. Le toit à longs pans et pignon découvert est couvert
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Chisseaux - 4 rue de l'Église - en village
    Titre courant :
    Bourg : presbytère (4 rue de l’Église) actuellement maison
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Plan pour la construction d'une chambre de domestique. Agrandissement par Ernest Chauvigny à Plan du presbytère de la commune de Chisseaux. En toises. Non signé, non daté. (Archives de l'église et l’ancien cimetière. (Archives départementales d'Indre-et-Loire). IVR24_20123700224NUCA
  • Bourg : presbytère (28 rue des Écoles)
    Bourg : presbytère (28 rue des Écoles) Chançay - 28 rue des Écoles - en village - Cadastre : 1816 A2 1690 2009 AD 247
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Édifice datant vraisemblablement du 16e siècle. Le 30 avril 1766, les habitants de la paroisse de Chançay achètent à Élisabeth Descombles, veuve de Pierre Lambert receveur de la duchesse de La Vallière , une maison pour servir de logement au curé et vicaires de la paroisse consistant en "un corps de logis d'un jardin situé de l'autre côté de la route de Vernou à Reugny", afin d'y installer à nouveau le les eaux pures de la fontaine de saint Avit, afin que puisse y boire l'hôte, ainsi que le cultivateur proviendrait de la fontaine du château de Vaux (Chançay). Une pierre (aujourd'hui cachée ou disparue) portant la date de 1766 était visible au début du 20e siècle, entre cette plaque de marbre et la porte d'entrée, elle correspond à la date de l'installation du presbytère dans cette maison. composé par bas, rez de chaussée, de deux chambres à cheminée ayant chacune vingt un pieds de long et dix huit pieds de large de dedans en dedans, un petit vestibule entre les deux chambres dans lequel est un
    Référence documentaire :
    tenans et habitans de la paroisse de Chançay. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 12 J 74. Fonds de La Côte Valmer. Terres de La Côte et Séance du 29 novembre 1905. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1905, t. 15, p. 144. Plans, presbytère de Chançay. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 052 42. Presbytère). Archives départementales d'Indre-et-Loire. C 299. Contrat de vente de Madame Lambert aux biens Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 052 39. Bureau de poste.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Maison à étage construite en moellon enduit et pierre de taille (chaînes d'angles, encadrements des . Une plaque de marbre portant une inscription latine est placée sous la baie centrale de la façade fond de la cour, à l'arrière de l'édifice. baies) et couverte d'un toit à longs pans en tuile plate à pignons découverts. La corniche est en bois insérées dans les murs et recouvertes de tapisseries cachant totalement leur emplacement. Seul l'escalier cloison en pan de bois et torchis (peut-être lors de l'aménagement du bureau de poste et du logement du dans le sol du grenier. La charpente à chevrons-portant-fermes possède quatre poinçons, dont les
    Étages :
    étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Destinations :
    bureau de poste
    Illustration :
    Détail de la plaque portant l'inscription latine. IVR24_20113702487NUCA Projet d'acquisition. Plan du rez-de-chaussée, Descombes, 1812. (Archives départementales d'Indre Projet de transformation du presbytère en bureau de poste. Plan du rez-de-chaussée, Goupy, 1911 Projet de transformation du presbytère en bureau de poste. Plan du premier étage, Goupy, 1911 Détail du noyau de l'escalier. IVR24_20113700173NUC2A
  • Bourg : presbytère, actuellement maison (6 rue Voltaire)
    Bourg : presbytère, actuellement maison (6 rue Voltaire) Reugny - 6 rue Voltaire - en village - Cadastre : 1819 G1 101 2009 G 263
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    de presbytère. Une pierre portant la date "1703" et les initiales "PL", placée à l'envers sur un la possession de la commune en 1907. En 1909, la commune s'en sépare au profit de Gaudron, acquéreur L'édifice dont la première pierre fut posée le 15 mars 1736, par le curé Nicolas Pommier, fut construit pour servir de presbytère. Il est situé à l'emplacement d'un édifice plus ancien et servant déjà pignon, témoigne d'un remploi. La mairie s'y établit en l'an VIII, mais il est si délabré deux ans plus tard que l'on préfère ne plus s'y réunir. L'édifice est de nouveau utilisé comme presbytère à partir de l'an XI, et fait l'objet de plusieurs campagnes de restauration au 19e siècle (1816, 1823, 1879 pour le compte de l'abbé Jules Badier, curé de l'époque. L'édifice n'est plus utilisé comme presbytère
    Référence documentaire :
    TRICOT, Louis. La commune de Reugny sous la Révolution. RANJARD, Robert. La Touraine archéologique, guide du touriste en Indre-et-Loire. Joseph Floch TRICOT, Louis. Saint-Médard de Reugny. Notes manuscrites, 48 pages.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La maison construite en pierre de taille présente un rez-de-chaussée surélevé surmonté d'un étage triangulaire. L'ensemble de l'édifice est couronné d'une corniche en pierre de taille. L'entrée de la cour est comble est éclairé par deux petites lucarnes à fronton cintré. La composition de la façade est symétrique fermée par un portail à deux vantaux surmonté d'une croix en fer, témoignant de la fonction d'origine de de comble. Le toit à longs pans et croupes en tuile plate forme un léger égout retroussé. L'étage de . Au centre, la porte en plein cintre s'inscrit dans un léger avant-corps surmonté d'un fronton
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Plan du presbytère et de ses dépendances, Beaumel, 1908. (Archives départementales d'Indre-et-Loire Détail de l'avant-corps. IVR24_20123700296NUC1A
  • Bourg : presbytère (14-16 place des Marronniers)
    Bourg : presbytère (14-16 place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - 14-16 place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 C 2, 3 1812 C 52, 53
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    de cette construction, Mélaine Guyonnet, curé de la paroisse Saint-Vincent de Néons de 1767 à 1809 remaniements au cours du 20e siècle et au début du 21e siècle, lors de sa dernière rénovation. La dépendance . Elle a été rénovée à la fin du 20e siècle. Un mur de clôture fermait, en 1900, la propriété du siècle (Lerat, 2002). Le four à pain à la fin des années 1990. Il provient de la ferme de la Petite Le presbytère de Néons a été bâti en 1783. L’inscription où figure cette date cite le commanditaire , prenant le surnom de Mathieu (Sécheresse, Jean, 2019, Plaux, 2013). L’édifice a subi de légers figure sur le plan cadastral de 1812. Sa construction pourrait être contemporaine de celle du presbytère presbytère (Archives municipales de Néons, 1 O). Il est encore visible sur une vue aérienne du milieu du 20e
    Référence documentaire :
    de la Brenne, Association touristique de Néons-sur-Creuse, 2013. Archives municipales de Néons-sur-Creuse. 1 O. Voirie-rues, chemins, routes. (24 dossiers). Archives municipales de Néons-sur-Creuse, 2 M (série M : Biens communaux, édifices). Église Collection privée. Histoire de Tournon-St-Martin et ses environs. SECHERESSE, Jean (dir.). Chroniques historiques de Saint-Vincent de Néons. Néons-sur-Creuse : Comité Municipal d'Animation de Néons-sur-Creuse, 1994 (seconde édition augmentée en 2019 par l'Association touristique de Néons-sur-Creuse).
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    -est). Sa toiture est à longs pans et à pignons couverts. Les ouvertures de l’édifice sont, pour la se trouve dans les jardins de la Cure. Le presbytère se compose de deux bâtiments accolés et orientés nord-ouest/sud-est. Ils sont partiellement enduits et couverts de tuile plate. Le bâtiment ouest est en rez-de-chaussée et à accès en mur plupart, cintrées et feuillurées. Celles du bâtiment ouest montrent des pleins-de-travée, en partie haute , appareillés. Une inscription en latin et une date figurent au dessus de l’entrée principale : SUMPTIBUS DOMINI / MELANII GUYONNET / RECTORIS DE NEON: ANNO / .1783. Au sud du presbytère, se dressent, alignés, une couvert. Les accès sont en mur gouttereau ; celle de l’étable est à jambages chanfreinés. Une pompe à eau
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Dates :
    1783 porte la date
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    (parcelles C 52 et 53), dans la droite de l'image. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137 Vue de la dépendance depuis le nord-est. IVR24_20153600219NUC2A Vue du four à pain (provenant le ferme de la Petite Couture). IVR24_20153600222NUC2A Vue du puits-pompe à eau du jardin de la Cure. IVR24_20153600152NUC2A Vue de la porte à encadrement chanfreiné de la dépendance. IVR24_20153600220NUC2A Vue de l'inscription en latin au dessus de la porte d'entrée du presbytère, et de la date portée Vue d'une ferme de la charpente du presbytère. IVR24_20153600230NUC2A Le presbytère et sa dépendance (sans le four à pain) est porté sur le plan cadastral de 1812 Le presbytère et son mur de clôture sont visibles sur cette vue aérienne du bourg de Néons-sur Vue du presbytère depuis la place des Marronniers. IVR24_20153600235NUC2A
  • Bourg : presbytère, actuellement Mairie (2 allée des Tilleuls)
    Bourg : presbytère, actuellement Mairie (2 allée des Tilleuls) Le Boulay - 2 Allée des Tilleuls - en village - Cadastre : 1835 A 104 2015 A 176
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    étage est terminé et la charpente en partie taillée en août de la même année. Les travaux sont des travaux de maçonnerie ; la rénovation de portes et fenêtres ; la réfection des carrelages de la salle, de cabinets, de la cuisine. Il prévoit également la restauration d'un petit bâtiment situé au et recevables". Le 16 messidor an IV, François Narcisse Lesuire, directeur de la poste aux lettres à Château-Renault acquiert le presbytère pour 3 000 francs. En 1837, il fait réaliser des réparations de la charmille, aux héritiers Lesuire, pour la somme de 3 800 francs. Un extrait du registre des délibérations de midi et au nord, ses faces latérales ou de pignon à l’est et à l’ouest. La longueur des façades sera de 10,60 m, la largeur de 8,30 m et la hauteur 7,90 m. Le rez-de-chaussée contiendra un salon, une salle à arriver au premier étage, et un office éclairé au nord ayant aussi son entrée de ce côté. Dans la cuisine , puis à la Princesse de Sarsina, née la Rochefoucauld, pour trois ans à partir de décembre 1912.
    Référence documentaire :
    Le Boulay, projet de construction d'un presbytère. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 o Archives départementales d'Indre-et-Loire. 2 O 030 29. Bâtiments école de filles Dame Marie.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    , et couvert d'un toit à longs pans en ardoise à pignons découverts. La pierre de taille est utilisée L'édifice est à un étage carré et étage de comble, construit en moellon enduit et pierre de taille pour les chaînes d'angles, l'encadrement des baies, le cordon marquant la séparation entre les rez-de -chaussée et l'étage, la corniche, la lucarne haute et les rampants des pignons.
    Étages :
    étage de comble
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Ambrogi Pierre
    Annexe :
    sur la cour, fourneau à trois réchauds, banc d'évier à côté, deux portes de communication, l'une dans pouces ; l'aire de la dite cuisine et partie en carreau de six pouces partie en carreau de quatre, le ; cheminée en pierre de taille avec chambranle, tablettes, cadre, pilastres et corniches, armoire en placard égouts, couverte en tuile. Dans la saille de la masse du four, et au midi d'icelui est un toit à porc pignon oriental de la grange et en retour d'équerre sur icelle se trouve "un hangar de sept toises de longueur sur quinze pieds de largeur vis-à-vis la grange et vingt un pieds de largeur vis-à-vis la cour. La contrevents, en dehors, à l'aspect du levant, l'aire en carreau de six pouces de la tuilerie du Boulay. Le plancher en soliveaux et bousillage sur poutrelle, au dessus de la dite chambre et un grenier carrelé garnies de crèches et râteaux, chacun de ces vaisseaux ayant sa porte d'entrée au levant sur la cour ; au au midi par un mur d’appui entre la chambre neuve et les écuries, dans le dit mur, une porte de
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Projet de construction d'un presbytère. Plan de situation, dressé par Raphaël Sauger, le 20 mai Projet de construction d'un presbytère. Plans, élévation et coupe, dressés par Raphaël Sauger, le Projet de construction d'un presbytère. Plans, élévation et coupes, dressés par Raphaël Sauger, le
  • Ville :  presbytère (2 rue Martin Gardien)
    Ville : presbytère (2 rue Martin Gardien) Château-Renault - 2 rue Martin Gardien - en ville - Cadastre : 1835 B 576 2014 AN 67
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    ), pour agrandir la partie utilisée par le curé. En novembre de la même année, le conseil municipal L'édifice semble remonter au 17e siècle. En avril 1891, le conseil de fabrique fait établir un devis et plan par Guérin, prévoyant l'augmentation d'un étage sur une partie de l'édifice (corps central revendique la propriété, s'oppose aux travaux projetés et propose que le vicaire quitte le presbytère et que le curé récupère la partie laissée vide pour agrandir son logement. Le presbytère est vendu au curé Dubois le 26 février 1923, pour un montant de 10 000 francs.
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    de taille (encadrement des baies, chaines d'angles), couvert de toits à longs pans et croupes en L'édifice est en rez-de-chaussée surélevé et étage de comble, construit en moellon enduit et pierre ardoise. Il est composé d'un corps de bâtiment central légèrement en saillie par rapport aux ailes
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Bourg : presbytère (chemin du Vieux-Puits)
    Bourg : presbytère (chemin du Vieux-Puits) La Gaudaine - Bourg - chemin du Vieux-Puits - en village - Cadastre : 1811 A 97 1987 A1 123
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Pour sa partie la plus ancienne (corps de bâtiment en rez-de-chaussée), l'édifice remonte de La Gaudaine est rattachée à celle de Brunelles, le presbytère est vendu à M. Virlouvet, qui y fait travaux qui intervient la même année (ajout d'un corps de bâtiment à usage de bûcher, d'écurie et de probablement au 16e ou 17e siècle, comme en témoignent ses caves voûtées. En 1801, date à laquelle la paroisse des travaux en 1826 (date portée sur le pignon nord). La commune le lui rachète en 1849, pour rétablir Joseph Valet en 1849, n'est pas respecté : en remplacement, un corps de bâtiment à un étage carré est accolé au sud du bâtiment préexistant. En 1854, Valet dresse un nouveau plan pour une autre campagne de latrines). Le mur qui clôt le jardin est reconstruit à la même époque.
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien de 1811, commune de la Gaudaine, section A. (Archives départementales d'Eure Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4432 à 3 P 4437. Plans cadastraux de 1811. (par M
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    taille de calcaire et de grès. Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate. Le presbytère se situe à l'est de l'église paroissiale. Il comprend deux corps de bâtiment juxtaposés : le premier, au sud, s'élève sur un étage carré, le second, au nord, est en rez-de-chaussée : sous ce dernier, deux caves voûtées sont percées sur leurs murs longitudinaux de trois ouvertures en arc brisé. La première donne accès à la première cave, la seconde sépare les deux caves et la troisième sert de placard mural, compartimenté par deux piédroits. Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit. Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont en pierre de
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    La Gaudaine - Bourg - chemin du Vieux-Puits - en village - Cadastre : 1811 A 97 1987 A1 123
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Dates :
    1826 porte la date daté par source
    Illustration :
    Intérieur, voûte de la cave. IVR24_20082800886NUCA Extrait du plan cadastral de 1811, section A. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4433 Intérieur, escalier d'accès à la cave. IVR24_20082800885NUCA
  • Bourg : presbytère actuellement maison
    Bourg : presbytère actuellement maison Céré-la-Ronde - Bourg - place Saint-Martin - en village - Cadastre : 2009 OC 122
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    temps que la nef de l'église a été reconstruite. Cependant, la présence d'un petit appareil en moellon Accolé perpendiculairement au sud de l'église et construit à l’origine de manière à pouvoir
    Référence documentaire :
    RANJARD, Robert. La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire. Mayenne : Joseph Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 46/39. Projet de réparations au presbytère en date
    Représentations :
    La porte de la tour d'escalier est encadrée de pilastres à chapiteaux finement sculptés ; la clé de la plate-bande ornée d'une couronne armoriée. Un fronton sculpté orné d'une coquille surmontée de crochets et d'un gâble couronne l’ensemble. A l'intérieur deux grandes cheminées en pierre de taille ont
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    l'édifice en pierre de taille de moyen appareil. Cette différence signale une reprise de la construction. Au travées de la nef. Il comprend un étage carré, surmonté d'un haut comble dont le toit à longs pans est nord, la charpente entre en pénétration dans celle de l’église ; la façade sud, à pignon découvert longs pans en tuile plate dépassent deux hautes souches de cheminée en pierre de taille. couvert en tuile plate. Le rez-de-chaussée est bâti en petit appareil de moellon calcaire, et le reste de vis qui dessert les différents niveaux. La tour est coiffée d'un toit polygonal en ardoise. Du toit à
    Localisation :
    Céré-la-Ronde - Bourg - place Saint-Martin - en village - Cadastre : 2009 OC 122
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Détail du mur gouttereau es, appareillé en moellons au rez-de-chaussée et en pierre de taille à Pignon sud : détail de l'appreil en moellons au rez-de-chaussée et en pierre de taille à l'étage avec appui de la fenêtre. IVR24_20193700028NUCA Vue du pignon et de la tour d'escalier à l'est. IVR24_20093700248NUCA Vue d'ensemble de la façade sur cour. IVR24_20083700514NUCA Porte d'entrée de la tour polygonale, et son fronton circulaire orné d'une coquille et surmonté Détail du décor ornant la partie supérieure de la porte d'entrée de la tour d'escalier hors-oeuvre Détail du chapeau de triomphe ornant le linteau de la porte d'entrée de la tour d'escalier hors Projet de réparations au presbytère. Plans du rez-de-chaussée et de l'étage. Par P. Bachelier, 10 Mur est : détail de l'appareil en petit moellon avec lits de briques intercalés
  • Bourg : presbytère
    Bourg : presbytère Argenvilliers - Bourg - 8 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 46 1992 G 52
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La commune ne possède pas de presbytère jusqu'à l'acquisition d'une maison située à proximité de l'église paroissiale, en 1842. En 1846, des premiers devis pour la restauration de l'édifice sont dressés . Mais ce n'est qu'en 1860 que le conseil municipal choisit l'entrepreneur François-Boniface Boudet, de Beaumont-les-Autels, pour la réalisation des travaux. En 1921, M. Frard, maire d'Argenvilliers et M. Moisy signent un bail pour la location du presbytère. Ce dernier est décrit comme comprenant une cuisine avec nord, se trouvent la cour, la cave, le bûcher, l'écurie, et un jardin au sud, ainsi qu'un vieux bâtiment nommé "le pressoir". La commune a vendu le presbytère en 2008.
    Référence documentaire :
    Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, assemblage des sections H1 et G. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron
    Description :
    étage carré, accolé d'un appentis à usage de dépendance. La façade sud présente quatre travées. Les murs sont majoritairement en pierre de taille de calcaire. Les toits sont à longs pans couverts en tuile Situé à proximité de l'église paroissiale, le presbytère comprend deux bâtiments disjoints organisés perpendiculairement. Le bâtiment principal se compose du logis, en rez-de-chaussée surmonté d'un gouttereaux sont couronnés par une corniche en brique. Le second bâtiment, en rez-de-chaussée surmonté d'un comble, comprend des étables et écuries. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - 8 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 46 1992
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1811, assemblage des sections H1 et G. (Archives départementales Vue de situation depuis le sud-est. IVR24_20092800058NUCA Vue de trois-quarts, depuis le sud-ouest. IVR24_20092800022NUCA
  • Bourg : presbytère
    Bourg : presbytère Luzillé - Bourg - en village - Cadastre : 2009 OH 1322 OU 172 A VERIFIER
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    1863. Jusqu'en 1906, le curé de la paroisse de Luzillé logeait dans le presbytère situé rue de bâtiment revient à la commune. En 1909 le doyen de la paroisse, curé de Bléré, achète un autre bâtiment diocésaine. De 1980 à 1992 les Frères missionnaires des campagnes y établissent un prieuré. En 1996, la En 1849, le conseil municipal envisage la construction d'un nouveau presbytère pour remplacer l'ancien qui menace ruine. Un devis est réalisé par Boutier, agent-voyer, le 31 mars 1849. Il prévoit la construction d'une bâtiment de 5,40 m sur 5 m rue de Chenonceaux. Ce bâtiment n'est pas construit, et il faut commune rachète le bâtiment à l'association diocésaine de Tours qui, après travaux, devient l'actuelle
    Référence documentaire :
    p.164-168 DEROUET, James. Luzillé, village de Touraine. s.l. : s.d. [ouvrage édité à compte Procès-verbal de réception définitive des travaux du presbytère, signé par Auguste Alizon
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    façade antérieure est en pierre de taille, les autres en moellons enduits. Les baies du rez-de-chaussée Le bâtiment est orienté est-ouest, avec la façade antérieure au sud. Il mesure 11,30 mètres sur 8 et comprend un étage carré. Le toit à longs pans et pignons découverts est couvert en ardoise. La sont cintrées et surmontées de larmiers moulurés en arc segmentaire, tandis que les baies de l’étage sont surmontées de larmiers rectilignes à retour. Les cheminées sont adossées aux deux pignons. Le rez -de-chaussée comprend quatre pièces distribuées par un corridor central au fond duquel se trouve
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis la rue de Chenonceaux. IVR24_20093700574NUC1A
  • Bourg : presbytère, actuellement maison
    Bourg : presbytère, actuellement maison Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Bourg - en village - Cadastre : 1811 B 68 2019 B 284
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    La partie la plus ancienne du presbytère, partie est de l'aile sud, remonte très certainement au 16e siècle. Témoignent de cette campagne de construction la structure, la charpente, les deux murale en partie supérieure du mur nord côté est. Représentant la scène de la descente de la croix, cette fresque dont il ne subsiste que la partie basse (échelle, fût de la croix et sol) ornait la chambre du chambre au-dessus (aile nord-est), réfection du plancher d'une chambre de l'aile sud, raccommodage de la des menuiseries pour la somme de 1 526,40 fr. Les travaux sont réalisés dans les années qui suivent , probablement en 1842, conformément au devis à l'exception de la reconstruction de la chambre du curé et signé (probablement des années 1830), l'aile nord-est détruite par la suite apparaît bien, ainsi qu'un petit bâti indépendant au nord-ouest. Une délibération du conseil de Fabrique de l'église paroissiale Saint-Martin datée du 18 avril 1841 décrit l'état de vétusté de l'édifice. Le 1er mai 1841, Louis
    Observation :
    Le presbytère de Trizay conserve des éléments significatifs du 16e siècle tels que la charpente à que les vestiges d'une fresque (Descente de la Croix) rares dans un presbytère rural qui lui confèrent
    Référence documentaire :
    Archives départementales d’Eure-et-Loir, 4 Z 175. Église de Trizay, ancien cimetière de Saint-Serge
    Représentations :
    Descente de Croix
    Description :
    à l'est. Au nord-est de la cour, une porte donne accès à la sacristie. L'aile sud est en rez-de d'une chambre par une cloison en pan de bois (mortaises visibles dans la poutre maîtresse). L'aile en l'étage, se trouvent une chambre de domestique et la chambre du curé. Les murs sont en moellons de Le presbytère de Trizay se situe directement au sud de l'église paroissiale Saint-Martin. Il comprend deux bâtiments en L, aménageant une cour fermée par le mur sud de l'église et un muret de clôture -chaussée surélevé partiellement sur un étage de soubassement (deux caves, l'une voûtée et l'autre non -voûtée). Le rez-de-chaussée surélevé est accessible de plain-pied au sud, via un perron et un escalier extérieur au nord. Les deux portes donnent sur un vestibule distribuant à l'ouest la cuisine (cheminée et four à pain) et la laverie au fond, à l'est deux pièces à feu : une petite salle anciennement séparée retour au nord comprend au rez-de-chaussée un cellier et une étable qu'un corps de passage sépare. A
    Annexe :
    Extrait de la délibération du conseil de Fabrique de l'église paroissiale Saint-Martin - 18 avril 1841 : demande de secours auprès du conseil communal pour la restauration du presbytère (Archives planchers menacent de s’affaisser dans plusieurs endroits et une partie de celui de la chambre voisine de la plusieurs manquent de verrous et même de clefs. Les fenêtres pour la plupart tombent en poussière ainsi que part dans les greniers et occasionne la ruine des pièces de bois qu’elle pourrit, des planchers et surtout des murs qu’elles dégradent sensiblement. 3 – Le perron de la basse-cour qui conduit à l’église obligés d’y passer à toutes les heures du jour et durent même la nuit. 4 – les murs de clôture, les portes de la basse-cour sont dans un l’état le plus pitoyable ; aussi toutes personnes peuvent-elles départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 3460). "[...] l’état (du presbytère) est vraiment déplorable. [...] 1 – la chambre de monsieur le Desservant ne peut de l’aveu de tout le monde et surtout des hommes de l’art être
    Illustration :
    1830 pour la cession projetée d'une portion de terrain afin d'y établir un bâtiment d'école (non Aile sud, partie central, pierre de taille du piédroit commun aux deux anciennes ouvertures Aile sud, partie est, vue d'ensemble de la charpente. IVR24_20192800246NUCA Extrait du plan cadastral de Trizay 1811, section A. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 3 P Plan du presbytère et de ses dépendances (non daté, non signé), probablement dressé dans les années Aile sud, partie est, façade nord, vestiges du décor peint (scène probable d'une descente de croix ) de l'ancienne chambre du curé (aile détruite vers 1842). IVR24_20192800238NUCA Aile sud, partie centrale, élévation nord, vestiges de deux ouvertures obstruées à décor chanfreiné Aile sud, élévation nord, escalier extérieur et porte d'accès à la cour. IVR24_20192800242NUCA Aile nord, élévation est, vue de détail d'une niche à saint sculptée. IVR24_20192800244NUCA
  • Gardais : presbytère, actuellement maison
    Gardais : presbytère, actuellement maison Thiron-Gardais - Gardais - en écart - Cadastre : 1814 B3 318 2014 ZB 91
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    (pierre de taille provenant des carrières de Giraumont à Saint-Denis-d'Authou), la chaux de Souancé, le En 1702, Jacques de Calbris, curé de la paroisse de Gardais, fait reconstruire le presbytère par ). À la Révolution, la paroisse de Gardais est réunie à celle de Thiron, l'église paroissiale est presbytère ainsi que de la reconstruction de la grange au nord de l'ensemble - puis entre celles de Louis Jean Debray, maître tailleur de pierre à Saint-Denis-d'Authou, et René Malherbe, maître charpentier à Chassant. Les matériaux à mettre en œuvre sont précisés : le grès de Saint-Denis pour les fondations bois de charpente des Ferreries (Saint-Denis-d'Authou), des Échumeaux et de Morissure (Thiron-Gardais détruite et le presbytère vendu comme bien public à la famille Guiot. Au milieu du 19e siècle, il passe entre les mains de François Vallée - probable commanditaire de l’extension au nord-ouest de l'ancien Lebrun en 1882. L'ensemble a été transformé dans la seconde moitié du 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Plan géométrique de la seigneurie de Gardais par Canuël en 1759. (Archives départementales d’Eure Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 7824. Plan du cadastre de 1814.
    Murs :
    terre pan de bois enduit
    Description :
    taille calcaire. - Au nord-est de l'ensemble, se trouve la grange. Sa charpente repose sur des poteaux en suspendu à retours en bois, d'origine de la construction, dessert les trois niveaux. La fonction des pièces de chambre : présence d'une cheminée) qui fait la jonction entre le logis et les dépendances (écurie terre (partie supérieure). Les chaînages d'angle et le soubassement sont en pierre de taille de grès . Les encadrements des baies peuvent être en pierre de taille de grès, de calcaire ou en brique (dans ce cas, surmontées d'un arc segmentaire). La corniche moulurée de la façade sud-ouest est en pierre de bois (sur socle en pierre de taille de grès) pris dans une maçonnerie en moellons de silex et de grès L'ancien presbytère de Gardais se situe à l'est de l'emplacement de l'ancienne église paroissiale cour ouverte : - De plan en "L", le bâtiment principal comprend le logis (aile sud) et une dépendance servant d'écurie et de remise (aile nord). Le logis s'élève sur trois niveaux : un rez-de-chaussée et un
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] De Calbris Jacques [tailleur de pierre] Debray Jean
    Illustration :
    Extrait du plan géométrique des seigneuries de la paroisse de Gardais dressé par Canüel en 1759 Extrait du plan cadastral de 1814, section B3. IVR24_20142800358NUC2A Presbytère, vue de détail de l'escalier (palier de l'étage). IVR24_20142800362NUC2A Presbytère, vue de détail de l'escalier (palier du comble). IVR24_20142800363NUC2A
  • Bourg : presbytère, école, mairie
    Bourg : presbytère, école, mairie Cigogné - - 1 place de la Mairie - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Ce bâtiment construit au cours de la seconde moitié du 19e siècle a d'abord servi de presbytère clôture percé d'un portail à deux piliers en pierre de taille. Ensuite l'école publique de filles y a été s'élevait alors en face, du côté de l'église, perpendiculairement à la façade sud, le long du mur de séparation avec la propriété voisine, a été démolie vers 1970-1975. Dans l'alignement de cette ancienne ; un prêtre y a habité jusqu'en 1933. Un jardin était accolé au presbytère, le tout ceint d'un mur de installée, avec une salle de classe unique qui pouvait accueillir 50 élèves. L'ancienne mairie, qui
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    taille et les encadrements des baies sont harpés. La porte et les baies du rez-de-chaussée sont en plein cordon; La façade antérieure est divisée en trois travées. Tous les angles sont chaînés en pierre de cintre tandis que celles de l'étage sont à plate-bande rectiligne. Un escalier intérieur en charpente
    Localisation :
    Cigogné - - 1 place de la Mairie - en village
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Plan, coupe et élévation d'un projet de mairie pour la commune de Cigogné. Par Gustave Guérin Vue d'ensemble de la mairie au sud-est. Le mur qui entourait le bâtiment et son jardin a été Plan du centre bourg avec l'emplacement de l'ancien cimetière, de l'ancienne mairie et du Le presbytère avec son mur de clôture, transformé ensuite en école de filles puis en mairie. (Carte
  • Bourg : école, presbytère, mairie
    Bourg : école, presbytère, mairie Sublaines - Bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    correspond à l'actuelle sacristie. En 1854, la commune signe le procès-verbal de réception définitive des travaux exécutés pour la construction de l'école et du presbytère, d'après les plans de L. Guérin se compose d'un logement à un étage carré et deux pièces attenantes en rez-de-chaussée : à l'est, la salle qui abrite l'actuelle mairie et à l'ouest, la salle de classe conçue pour accueillir une trentaine d'élèves. Le plan initial a été modifié en 1853 avec la proposition de supprimer la cuisine (pièce est) et surmontées de frontons triangulaires et la porte principale au rez-de-chaussée d'une croix. Les archives ; les archives consultées ne permettent pas de savoir où logeait l'instituteur. A partir de 1861, la séparées, et afin "de faire cesser la nomination provisoire de l'institutrice", probablement due à l'église, décide alors de s'y installer. Cependant, la partie des locaux occupée est celle située à l'est du logement, qui correspond à l'entrée de l'actuelle mairie, et non la salle ouest qui constituait la
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Maison construite en moellon enduit avec chaînage en pierre de taille harpé aux angles. Le logis d'un toit à longs pans en ardoise. Le décor de la façade est constitué de deux cordons, l'un au-dessus correspondant à l'emplacement de l'escalier. Une pièce en rez-de-chaussée couverte d'un toit à croupe en ardoise prolonge le logis de chaque côté, à l'est et à l'ouest, dans l'alignement de celui-ci. Le logis est couvert des baies du rez-de-chaussée, l'autre soulignant les appuis des fenêtres de l'étage, surmontées de
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Plan de situation du terrain à acquérir pour la construction d'une maison d'école. Par Guérin Plan joint au devis estimatif pour la construction d'une école communale. Plan de situation par L Plan joint au devis estimatif pour la construction d'une école communale. Plan de situation par L . Guérin, architecte agent-voyer, le 8 novembre 1852 : détail de l'école, de la cour et du jardin Projet de maison d'école : modification apportées au plan du 14 novembre 1852 (suppression de la . Guérin, architecte agent-voyer, le 8 novembre 1852. (Noter que ce plan indique également l'emplacement de la première mairie). IVR24_20103702051NUCA Projet de maison d'école : plans, coupe, élévation par L. Guérin, architecte agent voyer ; le 14 cuisine et remplacement du pignon par un appentis sur la classe). L. Guérin, architecte agent voyer, le 8 Projet de maison d'école, détail : coupe sur le logis par L. Guérin, architecte agent voyer ; le 14
1