Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Amboise : quai des Violettes
    Amboise : quai des Violettes Amboise - quai des Violettes - en ville
    Historique :
    Le quai des Violettes a conservé son nom d'origine. Avant la Révolution, il s'étendait, en
    Référence documentaire :
    Amboise, plan d'alignement 1835, le quai des Violettes. (Archives communales de la ville d'Amboise
    Description :
    Violettes. En revanche, le coteau est creusé de nombreuses caves qui ont pu approvisionner occasionnellement
    Illustration :
    Plan d'alignement 1835, le quai des Violettes. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210
  • Amboise : quai du Général de Gaulle
    Amboise : quai du Général de Gaulle Amboise - 1 à 14 quai du Général-de-Gaulle - en ville
    Historique :
    À la fin du Moyen Âge, le bord de Loire n'avait toujours pas de levées et les flots de la Loire venaient baigner le pied des murailles de la ville. On ne connaît pas l'état de la fortification de la Bernard Vitry dans les années 1960, subsiste enserrée dans le bâti urbain. Elle correspond à la tour appelée Cormeray dans les comptes de la ville. Le mur aurait ainsi été reconstruit entre la tour Féalen et la tour Cormeray durant quatre mois de mai à août 1457. Le cliché de la tour nous montre un édifice murs de la ville et la route de Tours commençait là. Sur le plan cadastral dit napoléonien, le mail
    Annexe :
    Le quai dans les archives d'Amboise Les murs devaient non seulement protéger la ville de la Loire
    Illustration :
    Carte postale : vue ancienne du quai du Général de Gaulle où se tenait le mail. IVR24_19783701346XB
  • Amboise : quai des Marais
    Amboise : quai des Marais Amboise - quai des Marais - en ville
    Historique :
    Le quai des Marais s'est toujours nommé ainsi. Il s'agit d'une rue extérieure aux murs de la ville interdites et la plupart était installée hors les murs. Le quai des Marais se trouvait donc bordé de tanneries. D'après le registre terrier de la Baronnie d'Amboise, en 1523, les tanneurs étaient installés jusqu'aux abords de la place du Grand Marché. Sur le plan cadastral dit napoléonien, il apparaît comme l'un plans d'alignements issus de la seconde campagne d'urbanisme de 1884, le métier des propriétaires est
    Description :
    L'étude des cadastres révèle un parcellaire assez lâche, qui semble bien indiquer que le lieu ne de résidence agréable. D'ailleurs, aucune maison ancienne n'a été retrouvée le long de ce quai . Aujourd'hui le quai couvre le cours de la Masse. Il serait particulièrement intéressant de savoir comment les berges de la Masse avaient été stabilisées et quel était réellement le type d'accès dont disposaient les
  • Quai dit quais de Tours
    Quai dit quais de Tours Tours - avenue André Malraux place Anatole France quai du Pont-Neuf quai du Port-Bretagne - en ville
    Historique :
    terre probablement) sont construites le long des quais de la ville de Tours pour lutter contre les crues efficace puisqu'elle évite la catastrophe : la Loire ne s'est pas déversée dans la ville. Le mois suivant constitué d'un mur vertical et d'un parapet en pierre bordé d'un large trottoir depuis la place Foire le Roi largeur que le parapet et le trottoir serait établie entre la Foire le Roi et l'entrée du canal de jonction et depuis la rue Bonaparte jusqu'au bureau d'octroi de l'abattoir. Le maire de Tours propose . Cette requête est entendue puisqu'en 1847, l'Administration arrête le principe d'exhausser les quais en d'établir les nouveaux ouvrages en avancée sur le fleuve. Cette solution permet de régler le problème d'insalubrité des quartiers longeant la Loire. Le plan dressé par Cormier montre un état des quais de Tours taille. Cette solution ne permet d'élargir le quai que de 60 cm. Après la crue de 1856, l'urgence de approuvé par le ministre des Travaux publics le 20 juin 1857. Il comprend trois volets : - Exhaussement
    Description :
    d'amarrage). Le chemin maçonné de circulation, entre le perré et le mur de quai, est légèrement incliné vers le fleuve et mesure trois mètres de large. Une quinzaine d'escaliers droits (simples ou doubles ) assurent la liaison entre la ville et le fleuve. Un demi tore orne le haut du mur de quai sur toute sa
    Illustration :
    -Pierre-des-Corps jusqu'au pont Sainte-Anne, vers 1775, détail : cale au niveau de la place Foire le Roi Rive gauche, les quais situés entre le pont de pierre et le pont Saint-Symphorien, vue prise vers Plan des quais de Tours dressé le 16 juillet 1866 par les ingénieurs ordinaires Descombes et de Plan des quais de Tours dressé le 16 juillet 1866 par les ingénieurs ordinaires Descombes et de Plan des quais de Tours dressé le 16 juillet 1866 par les ingénieurs ordinaires Descombes et de Plan des quais de Tours dressé le 16 juillet 1866 par les ingénieurs ordinaires Descombes et de Plan des quais de Tours dressé le 16 juillet 1866 par les ingénieurs ordinaires Descombes et de Le perré situé rive gauche en amont du pont de pierre, vue prise vers l'aval. Carte postale Rive gauche, immédiatement en aval de l'entrée du canal de jonction, perré longeant le quai. Vue Rive gauche, immédiatement en amont du pont Mirabeau, perré longeant le quai. Vue prise vers
  • Amboise : quai Charles Guinot
    Amboise : quai Charles Guinot Amboise - 34 à 50 quai Charles-Guinot - en ville
    Historique :
    la rive gauche de la Loire était sujette aux inondations et la circulation se répartissait entre le coteau et le bord de Loire. La voie fluviale était toujours privilégiée car moins coûteuse, plus rapide
    Description :
    Aujourd'hui le coteau est creusé de nombreuses cavités troglodytiques. Ce sont des structures totalement indatables mais qui pourraient relever de l'époque médiévale. Le couvent des Minimes fut construit
  • Amboise : quai Charles Guinot (1 à 33 quai Charles-Guinot)
    Amboise : quai Charles Guinot (1 à 33 quai Charles-Guinot) Amboise - 1 à 33 quai Charles-Guinot - en ville
    Historique :
    Nous avons divisé le quai Charles Guinot en deux : la partie dans l'enceinte et la partie hors de l'enceinte. Nous étudions ici la zone comprise dans les murs. Le quai Charles Guinot était appelé jusqu'au XXe siècle le quai des violettes. Aujourd'hui ce nom n'est resté que pour la partie la plus orientale l'île) qui vont petit à petit se spécialiser. Aujourd'hui le bord de Loire est longé par le quai du Général de Gaulle qui est relayé, un peu avant l'église Notre-Dame et-Saint-Florentin, par le quai Charles exemple d'un port. Les façades sur Loire, pour le quai Charles Guinot comme pour le quai du Général de
    Description :
    La numérotation du quai remonte le cours de la Loire. Avant l'église Notre-Dame-et-Saint-Florentin , aucun vestige significatif des XVe et XVIe siècles n'a été mis au jour. Seul le vocable de l'église nous . Le niveau du quai médiéval nous était donné par une sorte de fossé qui longeait, avant les travaux avait en effet retrouvé à côté de son mur gouttereau, qui donne sur la rue François Ier, le pavé du quai médiéval, environ 1,50 mètres plus bas que le niveau actuel de la rue. À partir de l'hôtel Morin, les qui ont un accès du côté de la rue de la Concorde et un autre du côté de la Loire. Le 19 quai Charles dernier tiers du XIIIe siècle) bien conservées malgré le peu de soin qu'on leur a apporté. Les murs des avaient bien dès le XVe siècle un accès qui donnait sur le quai. Il nous semble toutefois que cela aurait été assez risqué face au fleuve sauvage qu'est la Loire. Malgré le peu d'éléments dont nous disposons , trois hypothèses se présentent à nous : - ou le petit fort disposait d'une turcie à l'aplomb duquel se
1