Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Amboise : secteur urbain de l'ancienne enceinte urbaine
    Amboise : secteur urbain de l'ancienne enceinte urbaine Amboise
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Tours des « (...) lettres closes portant mention qu'il a sceu que les anglais sont à Vendosme, brulent ; la Masse servait alors de douves aux fortifications. Mais le tracé du bras appelé couramment par les une création bien antérieure à la fin du XIVe siècle. De fait, les deux bras permettaient, d'une part d'Amboise et les édiles travaillaient à la fortification de la ville, mais ces travaux d'entretien des murs les fauxbourgs et que leur intention est de passer la Loire à Beaugenci, Blois ou Amboise (...) » pour guerre de Cent Ans, puis par les guerres de Louis XI en Normandie, en Picardie, en Catalogne et en Bretagne, tendit vers une diffusion plus ou moins rapide des nouvelles technologies que constituèrent les qu'en témoignent les lettres patentes d'octroi de l'apetissement du vin, au sein de l'architecture et de et la tour de l'Horloge constituent les seuls vestiges encore visibles ; la tour Cormeray, quant à provient des archives de la ville. Parmi ces dernières se trouvent les registres de comptes, les registres
    Référence documentaire :
    d'eau en Touraine du Moyen Âge à l'époque subcontemporaine. Tours : Université de Tours : thèse de SALAMAGNE, Alain. Les villes fortes au Moyen Âge. Paris : éditions Gisserot, 2002, 128 p. (Gisserot
    Description :
    siècle. Les murs mesuraient 6 m de haut pour 1,50 m d'épaisseur à la base. Un chemin de ronde équipé de correspondait au cours de la Masse plus ou moins aménagé. L'enceinte était fermée de dix portes : les portes des de bois fermant la porte. Les portes étaient précédées de garde-porte et barrière permettant aux gardes de contrôler l'identité des personnes allant et venant dans la ville. Cinq tours étaient réparties le long des remparst marquant les angles de l'enceinte : Boileau, Boulacre, Féalan, Cormeray et Argot. Ces tours circulaires devaient mesurer une quinzaine de mètres de haut pour 6 m de diamètre. En
    Annexe :
    médiévale. Aussi est-il difficile de se détacher de ce modèle pour imaginer les tours qui ne sont pas qui lui a fait perdre 2 m à 3 m de hauteur. Elle est mentionnée plus fréquemment que les autres tours nom du cornouiller ou sorbier, dont les fruits sont appelés cormes. Le premier bras de la Masse l'église Saint-Florentin. Dès le milieu du Moyen Âge, les bouchers, s'étant installés à proximité de ce : -Archives communales d'Amboise, CC 75, f°2r° : « (...) une eschelle de pierre a monter sur les meurs de la l'édifice. Cette tour, comme la tour Féalan, servait régulièrement à entreposer les matériaux récupérés par -ouest de l'enceinte qui était marqué par la tour Boulacre. Les déblais provenant des travaux du château - lesquels produisirent en deux ans un volume de 6 480 charretées - furent versés dans les marais qui devait permettre, dans un premier temps, de venir vider les tombereaux puis, dans un second temps, d'en les egoutz de ladicte rue ». Elle reçut des doubles vantaux et, plus tard, un pont dormant enjambant
  • Amboise : secteur urbain du faubourg Saint-François
    Amboise : secteur urbain du faubourg Saint-François Amboise
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    route de Tours, par la rive gauche, apparaît parfois dans les comptabilités. Les cordeliers (parcelles biens des Cordeliers (2 registres sur les revenus, rentes et chasubles), établi durant la période révolutionnaire, - quelques mentions de dons dans les comptes royaux, - quelques mentions de travaux de voirie dans les comptes de la ville. Au sein du quartier des Cordeliers s'élevait le logis des Sages ou la à l'extrémité orientale. Étaient visibles sur les murs nord et ouest, des peintures murales mutilées et des baies. Les données archéologiques du bâti que l'abbé Bosseboeuf décrit ne sont toutefois pas consultables sur la base Mémoire. Dans les comptes de la ville, la Madeleine est très rarement citée. Le terme léproserie apparaît dans les archives dès le XIIIe siècle sous le nom de Domus S. Lazari ou de léproserie de : « Sur le bord de la route d'Amboise à Tours, le mur septentrional de la nef, en appareil régulier, avec -Denis d'où son nom de Madeleine. La barrière qui marquait l'entrée dans les faubourgs de la ville sur la
    Référence documentaire :
    Plan d'alignement 1835, route de Tours à Amboise et chemin de halage. (Archives communales de la sur les revenus, rentes et chasubles]. 1790. Tombeau du duc de Choiseul. Lithographie, n.s., n.d. (Bibliothèque municipale de Tours : L. A . (Bibliothèque municipale de Tours : L. A. Amboise : Église des Cordeliers ; R. 1 et R. 2, Ic. 794 et 796). . (Bibliothèque municipale de Tours : L. A. Amboise : Logis des sages, R. 1, Ic. 1121). . (Bibliothèque municipale de Tours : L. A. Amboise : Logis des sages ; R. 2, Ic. 3761). . (Bibliothèque municipale de Tours : L. B. Amboise : Logis des Sages ; est. 1, Ic. 2367). sur le manoir dit « Le Sauvage » (1947) ; dossier sur les vieilles maisons en pan de bois : 11,13 et BOSSEBOEUF, Louis-Auguste. Amboise, le château, la ville et le canton. Tours : Société
    Description :
    Définir la limite entre les faubourgs Saint-François et Saint-Denis n'est pas chose aisée. Ce bien lisible, est immense. Il semble que les parcelles situées devant le couvent, le long de la Loire , relevaient bien de ce faubourg. Les parcelles sont très laniérées, mais leur situation en bord de Loire est
    Annexe :
    Le faubourg Saint-François dans les comptabilités amboisiennes Les comptabilités amboisiennes , entre les mois d'octobre 1494 et de janvier 1495 : « [...] Demy cent de clou palastrerez pour couvrir le couvent apparaît dans les testaments de Charlotte de Savoie et de Léonard de Vinci pour des messes données la ville, notamment le chemin venant de Tours par le faubourg Saint-François : - Archives communales
    Illustration :
    Plan d'alignement 1835, route de Tours à Amboise et chemin de halage. (Archives Communales de la Plan d'alignement 1835, route de Tours à Amboise. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210
  • Amboise : secteur urbain de l'île
    Amboise : secteur urbain de l'île Amboise
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    . L'île aurait matérialisée la frontière entre les territoires francs et wisigoths. S'il reste impossible aussi d'attirer les gens de passage, qui pouvaient traverser la Loire à Amboise. À la fin du Moyen Âge l'existence d'une île pour installer un pont et en tirer profit : Tours, Saumur, Nantes... À Tours ou à Orléans, les îles ne sont toutefois pas habitées, mais servent bien à appuyer le pont. Il semble
    Référence documentaire :
    des beaux arts de Tours).
    Illustration :
    des beaux arts de Tours). IVR24_19923700288X
  • Amboise : secteur urbain du faubourg du Bout-des-Ponts
    Amboise : secteur urbain du faubourg du Bout-des-Ponts Amboise
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    maîtrisée tardivement, n'a pas favorisée son développement. Jacqueline Melet-Samson écrit, d'après les Ordonnances de la IIIe race, que « les habitants du Val de Cisse bénéficient d'exemption fiscales, compte tenu de l'obligation qu'ils ont d'entretenir les turcies ». Mais ces levées ou turcies ne furent n'empêchaient que péniblement les inondations. Si le faubourg du Bout-des-Ponts se développa plus lentement que fin du XVe siècle. Il était de tradition amboisienne de placer les auberges et autres hôtelleries aux
    Référence documentaire :
    Plan d'alignement de 1835, route Royale de Paris à Tours. (Archives communales de la ville Atlas topographique dans la vallée de la Loire, présentant les études de chemins de fer de Nantes à
    Description :
    abandonna Amboise pour Tours, n'y traversant plus la Loire. Jacqueline Melet-Samson souligne d'ailleurs
    Annexe :
    Le faubourg du Bout-des-Ponts dans les comptabilités amboisiennes À l'extrémité nord des ponts de bois, s'étend le faubourg du Bout-des-Ponts. Les travaux mentionnés dans les comptabilités à propos de d'une place en particulier. Certaines mentions concernent les habitants du bout des ponts : - Archives pont sur la Cisse emporté par les eaux et enclavant le faubourg : - Archives communales d'Amboise, CC de 10 l. t. pour : « [...] Luy aider a paier les fraiz, mises et despences qu'il a faictes pour denrees, ne marchandises ». Les mentions de travaux se déroulant à l'extrémité des ponts de bois sont peu fréquentes en raison de l'absence de fortification, les dernières portes se trouvant au niveau de l'emprise des ponts de bois sur l'île. Au début de l'année 1506, il fallut reprendre les fondations du parapet compter de boys de chesne par luy baillé et livré pour servir a faire pilotys soubz les fondements du pan du XVIe siècle, comme tous les endroits de passage intense à Amboise : - Archives Communales
    Illustration :
    Plan d'alignement de 1835, route Royale de Paris à Tours. (Archives communales de la ville Plan d'alignement de 1835, route de Paris à Tours. (Archives communales de la ville d'Amboise, O
  • Amboise : secteur urbain de la porte Saint-Denis et du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs
    Amboise : secteur urbain de la porte Saint-Denis et du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs Amboise
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    d'octobre 1482, donnée au Plessys du Parc lez Tours, et conservée dans les archives de la ville mentionne s'agit de l'un des principaux pôles d'urbanisation de la ville. Les textes livrent davantage d'informations à son sujet que pour les autres faubourgs. Son étude aborde plusieurs problématiques : - du point rien. - du point de vue religieux, Saint-Denis-hors-les-Murs est l'une des deux paroisses de la ville et les hôtelleries s'y implantent. - enfin, du point de vue défensif, dès Louis XI (1461-1483), il aborderons donc ces quatre thèmes intimement liés les uns aux autres au fil des dossiers de ce secteur. En ce disposant de dépendances pour loger aussi les chevaux. D'autre part, le climat national était assez tendu. À , Bretagne. Les recommandations de Louis XI étaient fermes. Tout d'abord les amboisiens devaient clore les baies (« pertuys ») pratiquées dans les murs de la ville, contre lesquels certains habitants avaient cheval n'est passé par ladicte ville ». On peut alors se demander où passait la route d'Espagne. Les
    Description :
    Les travaux du XXe siècle ont été particulièrement dévastateurs pour ce secteur de la ville, ce qui départementales d'Indre-et-Loire présente le parcellaire du quartier contenu entre les rues Saint-Denis, des Trois volets et des Moulines. Les noms des propriétaires sont mentionnés ; les fonctions le sont aussi. Sur le également mentionnées plusieurs autres écuries dépendant de simples maisons. D'une manière générale, les des Trois Volets. En son centre, l'îlot est suffisamment vaste pour que les parcelles s'élargissent
    Titre courant :
    Amboise : secteur urbain de la porte Saint-Denis et du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs
    Annexe :
    Le boulevard de la porte Galaffre (Saint-Denis) dans les comptabilités amboisiennes Le boulevard de la porte Galaffre dans les comptabilités amboisiennes Dès le 2 novembre 1467, il est question les entrées concernées par ces nouvelles défenses, la porte Saint Denis, qui est indifféremment porte Hurtault et oultre que l'on rempare la ville et les murs d'icelle ». Une autre mention plus plaisir du roy est qu'on face des boulvars aux portes de ceste ville et une bastille sur les ponts et que le creusement des fossés et l'érection d'une bastille sur les ponts et de trois boulevards à 80 à 100 accesible et arpentable en tout lieu. Il entendait bien que la ville soit duement gardée par les et gens de la ville qu'ilz feissent fortiffier les murs de ladicte ville et que on feist faire des manteaux aux creneaux desdits murs et que les portes et boulvars de ladicte ville feussent habilléz et que les gentilz hommes de Touraine qui de present y sont pour la garde de mondit seigneur. A esté
    Illustration :
    Vue générale du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs, prenant place autour de l'église Saint-Denis
1