Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chambre des métiers d'Indre-et-Loire, actuellement Centre de soins spécialisés pour toxicomanes Port-Bretagne (26 rue Richelieu)
    Chambre des métiers d'Indre-et-Loire, actuellement Centre de soins spécialisés pour toxicomanes Port-Bretagne (26 rue Richelieu) Tours - Quartier sinistré nord - 26 rue Richelieu - en ville - Cadastre : 2010 DZ 230
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    provisoirement installés rue Berthelot, en attendant la reconstruction d'un immeuble à l'usage exclusif de l'établissement. Le plan de remembrement de 1948 attribue à celui-ci une parcelle de l'îlot T, à l'angle de la rue de Jérusalem et de la nouvelle rue Richelieu. La conception de l'immeuble revient à l'architecte chantier est marqué par la visite de Jean-Paul Chapel, préfet d'Indre-et-Loire, venu le 4 février 1952 poser la première pierre du futur établissement. Les locaux de la Chambre des métiers sont inaugurés en 1954. En 1986, la structure transfère ses bureaux au sud de Tours, de l'autre côté du Cher, au sein Instituée par décret le 5 octobre 1931, la Chambre des métiers d'Indre-et-Loire occupait depuis 1937 l'ancien hôtel Baudry au 7 rue de Lucé. Sinistrés en juin 1940, ses bureaux se retrouvent Jacques Boille, qui signe en octobre 1950 les plans annexés au permis de construire. Débuté fin 1951, le l'Office public d'aménagement et de construction d'Indre-et-Loire (OPAC 37). Il est occupé depuis 2005 par
    Référence documentaire :
    Dans "l'îlot T" M. Chapel a posé la première pierre de la Chambre des Métiers qui célébrait en même Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1951/n°539). (cf. illustration n° IVR24_20113700673NUC2A). Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1951/n°539). (cf. illustration n° IVR24_20113700672NUC2A). Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1951/n°539). (cf. illustration n° IVR24_20113700651NUC2A). Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1951/n°539). (cf. illustration n° IVR24_20113700650NUC2A). AC Tours. Permis de construire 1951/n°539. Reconstruction de l'îlot T, parcelles 282 à 287, 1951
    Dénominations :
    immeuble de bureaux
    Murs :
    pierre de taille plaquis
    Description :
    ciment. De la pierre de taille est disposée en assises régulières sur les deux façades sur rue. On -ouest de l'îlot T. Sa construction a nécessité la réalisation de fondations spéciales, composées de , un angle rentrant de deux travées. L'une d'elle, éclairant la cage de l'escalier intérieur, est une L'immeuble de bureaux est situé au croisement des rues de Jérusalem et Richelieu, à l'angle nord pieux de béton fichés à plusieurs mètres de profondeur. Une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons constituent le gros-œuvre. L'édifice comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée, deux étages -carrés et un étage de comble. Il adopte un plan régulier qui ménage sur cour, à partir du premier étage bande verticale ininterrompue de pavés de verre. Les façades sur rue sont couvertes d'un simple enduit dénombre quatre travées rue Richelieu et cinq travées rue de Jérusalem, soulignées chacune par des encadrements verticaux en pierre qui regroupent les baies des deux étages-carrés. Le niveau de soubassement
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Typologies :
    façade en pierre de taille immeuble de bureaux
    Titre courant :
    Chambre des métiers d'Indre-et-Loire, actuellement Centre de soins spécialisés pour toxicomanes
    Appellations :
    office public d'aménagement et de construction d'Indre-et-Loire centre de soins spécialisés pour toxicomanes Port-Bretagne
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Elévation de la façade rue de Richelieu, Jacques Boille arch., 14 octobre 1950. (archives Elévation de la façade rue de Jérusalem, Jacques Boille arch., 14 octobre 1950. (archives Plan de situation. IVR24_20113701270NUDA Plan du rez-de-chaussée, Jacques Boille arch., 14 octobre 1950. (archives municipales de Tours , Permis de construire 1951/n°539). IVR24_20113700672NUC2A Coupe, Jacques Boille arch., 14 octobre 1950. (archives municipales de Tours, Permis de construire municipales de Tours, Permis de construire 1951/n°539). IVR24_20113700650NUC2A municipales de Tours, Permis de construire 1951/n°539). IVR24_20113700651NUC2A Vue générale à l'angle des rues Richelieu et de Jérusalem. IVR24_20103701011NUC2A
  • Hôtel dit Maison du Chapitre, groupe scolaire dit institution Delfeuille, actuellement maison dite l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte)
    Hôtel dit Maison du Chapitre, groupe scolaire dit institution Delfeuille, actuellement maison dite l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte) Nogent-le-Rotrou - 2 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    D'après les historiens percherons, la maison du Chapitre tiendrait son nom de la proximité de propriétaires de l'édifice. Ainsi, la première tenue aurait appartenu au Sieur de Soullars et à sa femme . La deuxième tenue était en possession de Giles Gouasbin. En 1601, Denys Hubert en est propriétaire , puis sa fille, Louise Hubert, en 1648. Néanmoins, les origines de l'édifice remontent à la deuxième moitié du 15e siècle ou à la première moitié du 16e siècle comme l'indiquent, par exemple, la présence de . L'aveu de 1648 mentionne également le fait que la tenue, anciennement séparée en deux, a été reconstituée carrossable de la cour ayant alors été construits. Enfin, de nouvelles modifications sont apportées au cours confirme qu'un collège de chanoines ait pu occuper les lieux. L'aveu de 1648 mentionne différents , Marguerite de Gaubert, avant d'être transmise à leur fille, Marie Lefranc, et son mari, François de Fegues croisées moulurées d'un décor de baguettes (façade sud) ou encore l'escalier en vis à noyau circulaire
    Référence documentaire :
    p. 223. BART DES BOULAIS, Léonard. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite p. 115 HOFFSUMMER, Patrick. Les charpentes du XIe au XIXe siècle, Grand Ouest de la France Fol 28 °r. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent AD Eure-et-Loir. Série B : 2498. Lettres d'Henri de Bourbon. 1571. AD Eure-et-Loir. Série B : 2516. Assemblée des habitants de Vicheres. 1587. Feuille A1 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). -similé de l'édition de Mortagne, 1613). d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838).
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    L'édifice, en forme de H irrégulier, est implanté en partie à l'alignement sur la rue du Bourg-le -Comte, l'un des axes majeurs de Nogent-le-Rotrou reliant le château Saint-Jean à l'abbaye Saint-Denis . Il possède une cour avant et une cour arrière. Il est constitué de neuf bâtiments et de quatre niveaux, dont l'un est en partie enterré. La tour polygonale abritant l'escalier en vis qui dessert tous les niveaux disposent d'un cinquième niveau. L'édifice est bâti en petits moellons de calcaire enduits à pierre vue et en brique, les toits étant couverts de tuiles plates.
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Auteur :
    [propriétaire] Sieur de Soullars [propriétaire] Gaubert de Marguerite [propriétaire] Fegues de François
    Annexe :
    et feste sainct remy sur la maison et tenue qui fut a feu me denys hubert bailly dudict nogent et de longueur soixante piedz sur icelle, d’autre par derriere en tournant a la rue de malaffre sur laquelle est basty un logis et un jardin appartenant a la damoyselle de geroussien d’un coste la susdicte maison et tenue françoys michelet sieur de la bigotterye de present a ses enfans et d’autre coste au cymetiere de leglise de nostredame en partye et autre partye a la maison et jardin dediez pour le predicateur de Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. [...] Item deux trezains de cens par chacun an audict jour present a damoyselle louyse hubert sa fille veufve du feu sieur de villeroussien escuyer assize en ladicte rue du bourg le conte parroisse nostre dame dudict nogent, ce concistant en une tenue de logis de separee neantmoings que ce n’en fust qu’une l’une qui appartenoit au feu sieur de soullars et damoyselle
    Texte libre :
    moellons de calcaire et de silex. La pierre de taille est réservée aux ouvertures et aux éléments porteurs pans et pignons découverts, dont les rampants à crossettes sont montés en pierre de taille. La façade crossettes sont en pierre de taille. Le bâtiment 2 possède deux niveaux d’élévation et deux travées. La l’absence de preuves confirmant l’existence d’un collège de chanoines et de la localisation de son chapitre dans l’édifice étudié, l’appellation utilisée n’a pu être confirmée. L’aveu de 1648 comporte la déclaration d’une "maison et tenue" située à l’emplacement de l’édifice étudié. La tenue est composée de . DESCRIPTION Situation La parcelle qui accueille l’édifice est implantée le long de la rue du Bourg-le-Comte . Celle-ci est située dans le prolongement de la rue Saint-Laurent. Les deux rues forment un des axes plan de la parcelle forme un rectangle irrégulier de 518 m² dont 361 m² sont construits. Elle est de 536 m² et faisant partie de la propriété acquise par l’association des dames institutrices
    Illustration :
    Dessin de la façade sud, vue du sud, vers 1950. (Musée-Château Saint-Jean, fonds Massiot Aquarelle de la façade nord, vue du nord, vers 1950. (Musée-Château Saint-Jean, fonds Massiot Vue intérieure, niveau 1, détail de la cheminée, salle 2.1. IVR24_20132800160NUC4A Vue intérieure, niveau 3, détail de l'escalier de la tourelle du bâtiment 3. IVR24_20132800158NUC4A Plans de situation. IVR24_20162801244NUDA Plan du premier niveau avec hypothèses de datation. IVR24_20172800140NUDA Plan du premier niveau avec hypothèses (2) de datation. IVR24_20172800141NUDA Façade ouest, vue de l'ouest. IVR24_20132800166NUC4A Vue intérieure, niveau 1, détail de l'escalier du bâtiment 3. IVR24_20162801255NUCA Vue intérieure, niveau 4, détail de cheminée du bâtiment 3. IVR24_20132800159NUC4A
1