Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Montargis : statue, Joueur de cymbales
    Montargis : statue, Joueur de cymbales Montargis - 2 rue du Faubourg de la Chaussée - en ville
    Historique :
    Durzy. En 1999, elle est rentrée dans les réserves du musée.
    Représentations :
    Un jeune garçon souriant debout, les pieds croisés et adossé à un tronc d'arbre, joue des cymbales.
    États conservations :
    Les deux avant-bras sont brisés.
  • Vendôme : statue de Rochambeau
    Vendôme : statue de Rochambeau Vendôme - place Saint-Martin - en ville
    Inscriptions & marques :
    et les donateurs du monument (sur la face arrière du socle, en-dessous des armoiries de Rochambeau
    Historique :
    à 25 400 Francs en 1901, couvert pour 18 050 Francs par les souscriptions françaises et américaines confiée à Eugène Gruet. L'architecture du socle est l’œuvre de Ernest Boué, architecte à Tours et ancien
    Annexe :
    Marseillaise, écoutés debout par toute l'assistance. (...) Au dehors, la musique municipale joue les deux siècle, 1900. « II. Les Fêtes de Vendôme : Inauguration du Monument du Maréchal de Rochambeau Si les et une intensité dignes de porter les meilleurs fruits. Il y a à peine trois ans que s'était fondé à de l'Indépendance américaine, envoya mille dollars. Bref, les vingt-cinq mille francs nécessaires à général de Butler et l'amiral Bayle de Jessé, représentant les ministres de la Guerre et de la Marine , G. de Sahune de Lafayette, le colonel Chaillé-Long, le commandant H. A. Huntington, les docteurs municipale, la fanfare du 20e chasseurs à cheval, les pompiers ayant à leur tête les autorités font accueil aux invités. L'air vibre des hymnes officiels, les vivats éclatent sous le soleil ardent, les landaus se garnissent d'après les règles du protocole et défilent sous les acclamations des Vendômois. Quel bord du Loir, toutes les rues, avenues et places publiques sont décorées, fleuries, pavoisées
  • Levroux : statue, Berger allongé (Berger couché sur le ventre)
    Levroux : statue, Berger allongé (Berger couché sur le ventre) Levroux - place de l'Hôtel-de-ville - en ville
    Historique :
    de Tours en 1923. Un exemplaire grandeur d'exécution en plâtre patiné est acheté par la ville de
    Observation :
    : sculpteur Indrois né à Levroux, don du maire dans les années 1930, sujet représenté tiré des plaines de
    Référence documentaire :
    "Les Salons de 1906" (reproduction du "Berger couché"). Le Mois littéraire et pittoresque, VIIIe LACOUR, Francesca. Sur les Pas d’Ernest Nivet dans l’Indre. Œuvres de plein air (1899-1947
    Représentations :
    est couché sur le ventre, les mains sous le menton, en pleine rêverie.
    Description :
    encore les traces de gradine large sur les parties non modelées à grands traits.
    Annexe :
    quart en bronze (déposée au Musée de Tours). « Comme traduction définitive, le bronze de M. Ernest Nivet , les reprises délicatement traitées ; la patine est chaude et vibrante. Le sujet, malheureusement, ne visible et n'offrant aux regards du public que les parties les moins expressives de son individu. Cette
  • Tours : monument, La Touraine couronnant ses enfants, Bretonneau, Velpeau, Trousseau (détruit)
    Tours : monument, La Touraine couronnant ses enfants, Bretonneau, Velpeau, Trousseau (détruit) Tours - place François Sicard - en ville
    Inscriptions & marques :
    F Sicard 86 (sur le médaillon de Trousseau). Noms des médecins sur les médaillons.
    Historique :
    En 1886, l'Association des médecins d'Indre-et-Loire demande à la ville de Tours d'ériger un La Touraine fondue. Les trois médaillons représentant les médecins, à l'origine scellés sur le piédestal, sont enlevés, ils sont conservés actuellement dans le hall de la faculté de médecine de Tours.
    Référence documentaire :
    Velpeau - Discours prononcé à Tours le 30 octobre 1887, par J.C. Félix Guyon, professeur à la faculté de médecine de Paris, à l'inauguration du monument élevé par les soins de l'association médicale
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    de Lussac-les-Châteaux (Vienne) orné de trois médaillons en bronze, dont deux fondus ensemble.
    Localisation :
    Tours - place François Sicard - en ville
    Titre courant :
    Tours : monument, La Touraine couronnant ses enfants, Bretonneau, Velpeau, Trousseau (détruit)
    Dimension :
    d 109.0 centimètre les deux médaillons reliés
    États conservations :
    Médaillons : altération chromatique de la matière, traces d'oxydation sur les parties abritées.
    Illustration :
    Les trois médaillons. IVR24_20123701353NUC4A
  • Tours : maquette de la statue La Touraine couronnant ses enfants
    Tours : maquette de la statue La Touraine couronnant ses enfants Tours - 18 place François Sicard - en ville
    Historique :
    Ce plâtre à échelle d'exécution, daté de 1886, donné par François Sicard à la ville de Tours et
    Référence documentaire :
    Velpeau - Discours prononcé à Tours le 30 octobre 1887, par J.C. Félix Guyon, professeur à la faculté de médecine de Paris, à l'inauguration du monument élevé par les soins de l'association médicale
    Localisation :
    Tours - 18 place François Sicard - en ville
    Titre courant :
    Tours : maquette de la statue La Touraine couronnant ses enfants
  • Orléans : statue équestre de Jeanne d'Arc
    Orléans : statue équestre de Jeanne d'Arc Orléans - place du Martroi - en ville
    Inscriptions & marques :
    ETANT PREFET DU LOIRET/ M. GENTEUR MAIRE DE LA VILLE." "LE VIII MAI MDCCCLKI/ LES RELIEFS DU PIEDESTAL
    Historique :
    et trop guerrier. La Ville émet dans les années 1840 le souhait de voir un grand monument équestre honorer la Pucelle, et les contacts noués avec le sculpteur Denis Foyatier lui font obtenir en 1846 la commande du monument dans son ensemble (statue, reliefs et socle) dont il achève les modèles en 1850. La souscription est lancée par la suite, mais ne permet pas de couvrir tous les frais. Après un certain retard pris pendant les évènements de 1848, la statue est finalement fondue par les fonderies de Saint-Denis provisoire exécuté par Jumelin en 1855, pendant les fêtes johanniques et à l'occasion d'un grand défilé en costumes. Il faut attendre la loterie exceptionnelle autorisée cette même année pour que les sommes reçues excèdent les dépenses (hors construction du socle définitif et des reliefs). Un procès s'ensuit entre Foyatier et la Ville, le premier jugeant que la Ville n'a pas respecté les termes du contrat quant à son dédommagement pour les reliefs : ce procès (au terme duquel Foyatier est soldé de 30 000 francs) occupe toute la
    Observation :
    d'Orléans, commande ancienne et à l'histoire fort riche (liens avec trois fêtes johanniques pour les
    Référence documentaire :
    Les fêtes de Jeanne d'Arc à Orléans les 7, 8 et 9 mai. in L'Illustration : journal universel, 12 Les bas-reliefs de la statue de Jeanne d'Arc. in L'Illustration : journal universel. Mai 1861, p KLINKA-BALLESTEROS, Isabelle (et alii). Jeanne d’Arc dans les collections des musées d’Orléans [Exposition. Tours, musée des beaux-arts, avril-mai 1979]. Jeanne d’Arc et sa légende. Tours : musée des beaux-arts de Tours, 1979.
    Représentations :
    cheval est à l'arrêt, animé d'une certaine tension, la tête baissée et les jambes avant droit et arrière
    Description :
    point de mire de toutes les rues qui y aboutissent. La statue équestre en bronze est placée sur le socle en granite de dimensions colossales et de forme très simple, permettant d'encadrer les dix reliefs faces nord et sud ; deux séries de trois reliefs en résine sur les bases nord et sud, séparées par les armes de Jeanne d'Arc ; deux reliefs en résine de dimensions moyennes sur les bases des faces avant et arrière. Les reliefs en résine ont remplacé les originaux en bronze maintenant déposés au musée des Beaux
    Annexe :
    équestres qui rappellent une victoire et représentent les souverains ou les grands capitaines ; car il statue est confiée à Monsieur Foyatier. Art.8 – Il sera tenu de terminer son travail dans les trois ans .10 – Si dans l'année la souscription ne s'élève pas à 100 000, les fonds versés seront rendus aux souscripteurs, et toutes les parties déliées de leurs engagements réciproques. Art.11 – Les subventions du gouvernement seront comptées dans cette souscription. Art.13 – Sur les cent mille francs obtenus, quatre vingt dix mille seront alloués à M. Foyatier pour ses déboursés et honoraires, le surplus sera pour les 42300 Les préoccupations politiques ont ralenti ou plutôt suspendu ces débuts, aux quels on pourra plus meilleurs. Les 30000 f qui manqueraient pour compléter la somme portée dans la délibération serait prélevée soumettre à l'avance à toutes les décisions que l'administration dans son intégrité croirait devoir prendre lui. Art.2 – Les sommes ou valeurs mises pour le moment à disposition de M. Foyatier ne seront que de
    Illustration :
    Lettre de Foyatier au maire du 12 octobre 1855 faisant état du différend concernant les sommes dues Affiche de la loterie Jeanne d'Arc de 1855 destinée à couvrir les frais du monument. (Archives monument à Jeanne d'Arc pendant les fêtes Johanniques de 1855. 12 mai 1855, p. 296 et 297. (Bibliothèques Gravures du journal l'Illustration représentant les quatre reliefs de Vital-Dubray inaugurés le 7
  • Tours : fontaine dite monument François Sicard (partiellement détruite)
    Tours : fontaine dite monument François Sicard (partiellement détruite) Tours - 26 boulevard Heurteloup - en ville - Cadastre : 2012 DW 601
    Historique :
    au premier étage de l'hôtel de ville de Tours (palier Anatole France), Apollon et les médaillons au sa famille, choisissent les modèles au tiers de la fontaine Archibald de Sydney (1932), augmentés de . L'ensemble, produit par la famille, les amis, une souscription et deux subventions successives (1936 et 1938 ) du Conseil municipal de Tours et du Conseil général, est inauguré en juillet 1938 dans le jardin de la Préfecture de Tours (angle nord-est). Il constitue l'un des rares ensembles à ne pas être touché par la mobilisation des métaux non ferreux sous l'Occupation. Il est l'objet d'un vol dans les années 1980, mais le groupe disparu est récupéré. Il est ensuite démantelé : les groupes sculptés sont déposés musée des Beaux-Arts, et les pierres du bassin dans les ateliers municipaux.
    Référence documentaire :
    Fontaine Sicard. Photographie ancienne. (Archives municipales de Tours, 117 Fi-Album 14).
    Représentations :
    central d'où rayonnaient les trois groupes de Diane, Pan et Thésée et le Minotaure, posés sur des socles moulurés monumentaux séparant les trois lobes du bassin. Sur le pylône central étaient disposés trois
    Description :
    Archibald de Sydney. De plus modestes dimensions à Tours (au tiers), elle présentait également des
    Localisation :
    Tours - 26 boulevard Heurteloup - en ville - Cadastre : 2012 DW 601
    Titre courant :
    Tours : fontaine dite monument François Sicard (partiellement détruite)
    Origine :
    lieu de provenance jardin de la Préfecture de Tours
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la fontaine dans le jardin de la Préfecture à Tours. Photographie ancienne (Archives municipales, Tours). IVR24_20173700288NUCB
1