Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 32 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Autel secondaire de la Vierge (autel, tabernacle, retable, statue)
    Autel secondaire de la Vierge (autel, tabernacle, retable, statue) Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue de la Vierge est en plâtre peint et moulé. Les deux colonnes qui encadrent le retable , ainsi qu'un fronton semi-circulaire orné du monogramme de la Vierge fait des lettres A et M entrelacées desquelles partent des rayons dorés. Au centre, une niche contient une statue de Vierge à l'Enfant. Des
    Titre courant :
    Autel secondaire de la Vierge (autel, tabernacle, retable, statue)
    Appellations :
    de la Vierge
    Illustration :
    Vue générale de l'autel et de la chapelle latérale nord. IVR24_20084500988NUCA
  • Statue : saint Antoine de Padoue
    Statue : saint Antoine de Padoue Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Emplacement dans l'édifice :
    revers de la façade occidentale
    Titre courant :
    Statue : saint Antoine de Padoue
  • Statue : sainte Thérèse de Lisieux
    Statue : sainte Thérèse de Lisieux Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Représentations :
    sainte Thérèse de Lisieux
    Localisation :
    Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Titre courant :
    Statue : sainte Thérèse de Lisieux
    Dimension :
    h = 95 ; la = 33
  • Autel de saint Joseph (autel, retable, statue)
    Autel de saint Joseph (autel, retable, statue) Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Inscriptions & marques :
    Inscription sur la plinthe : St JOSEPH.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    une niche contenant une statue de Saint Joseph. L'autel porte à l'antependium un triangle trinitaire sculpté. L'ensemble est de style sulpicien.
    Titre courant :
    Autel de saint Joseph (autel, retable, statue)
    Appellations :
    de saint Joseph
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'autel, du retable et de la statue de saint Joseph. IVR24_20084501001NUCA
  • Statue : sainte Thérèse de l'Enfant Jésus
    Statue : sainte Thérèse de l'Enfant Jésus Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Inscriptions & marques :
    Sur la plinthe à gauche, marque rectangulaire : ROUILLARD STATUAIRE ANGERS. Sur la plinthe à
    Historique :
    Richomme, dit frère Marie-Bernard, trappiste et sculpteur à l´abbaye de Soligny-la-Trappe ; il porte le cachet de l´Office central de Lisieux (OST). La statue a été achetée chez Pierre Rouillard, marchand à Le modèle de cette statue de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus a été créé, en 1922, par Louis
    Titre courant :
    Statue : sainte Thérèse de l'Enfant Jésus
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la statue. IVR24_20084501002NUCA Détail : signature de Louis Richomme, dit frère Marie-Bernard et cachet OST. IVR24_20084501172NUCA
  • Autel secondaire (autel, retable, statue)
    Autel secondaire (autel, retable, statue) Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Historique :
    Le retable comportait initialement dans sa niche centrale une statue de saint Fiacre, dont la vie est évoquée par les peintures murales de cette chapelle. Mais il est apparu à la paroisse que depuis la destruction des fresques de Maillot dans l'incendie de 1912, plus rien, dans l'iconographie de 1960 et placée dans cette chapelle. Cela explique l'absence de cohérence entre le décor peint et la l'église n'évoquait son saint dédicataire. Une statue de saint Vincent a alors été réalisée dans les années dédicace de cet autel secondaire.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Retable du collatéral droit, du 18e siècle, en stuc. Il s'agit d'un retable à niche contenant la statue de saint Vincent, patron de cette paroisse, autrefois située à l'extérieur d'Orléans et entourée de vignes. Fronton semi-circulaire orné d'un triangle Trinitaire nimbé et irradié. Autel sculpté offrant à la vue des fidèles un agneau mystique comme motif décorant l'antependium.
    Appellations :
    de saint Vincent
    Illustration :
    Vue générale de l'autel secondaire. IVR24_20084500995NUCA
  • Statue : Curé d'Ars
    Statue : Curé d'Ars Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Inscriptions & marques :
    Sur la plinthe à gauche, signature : J. DECHIN Sur la plinthe à droite, marque : M. MARRON EDIT
    Emplacement dans l'édifice :
    revers de la façade occidentale
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la statue. IVR24_20084500998NUCA
  • Statuette : Vierge à l'Enfant
    Statuette : Vierge à l'Enfant Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Historique :
    -Martroi pour que l'objet, une fois restauré, soit installé à l'autel de la Vierge de cet édifice. La statue a été donnée à l’État en 1990 par Monsieur et Madame Lionet. Les donateurs ont demandé à ce que la statue soit affectée à la cathédrale Sainte-Croix, avec dépôt à l'église Saint-Pierre-du
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Dimension :
    h = 61 ; la = 29,5
    États conservations :
    . Exposée au gel, la partie basse a éclaté en plusieurs morceaux et a été recollée maladroitement.
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la statuette. IVR24_20084501153NUCA Vue de trois quart. IVR24_20084501154NUCA
  • Statue : Isaac Jogues
    Statue : Isaac Jogues Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Historique :
    entraîné la réalisation de cette statue en 1938. C'est fort logiquement que Notre-Dame de Recouvrance ), administrateur de l'Hôpital général d'Orléans, et de son épouse Marie Sinson (morte en 1701), qui habitaient la maison située rue de Recouvrance, juste en face de l'église : la chapelle où se trouve la statue d'Isaac Jogues contient ainsi également la plaque commémorative des deux époux.
    Localisation :
    Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Dimension :
    h = 97 ; la = 33
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la statue. IVR24_20084500976NUCA
  • Statue : Jeanne d'Arc
    Statue : Jeanne d'Arc Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Localisation :
    Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Dimension :
    h = 144 ; la = 35
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la statue. IVR24_20084500973NUCA
  • Statue : Christ
    Statue : Christ Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Historique :
    Ce crucifix appartenait à un groupe représentant la Crucifixion comprenant les statues de la Vierge et de saint Jean-Baptiste. Il se trouvait dans l'église désaffectée de Saint-Pierre-le-Puellier.
    Statut :
    propriété de la commune
    Dimension :
    la 130.0 centimètre
  • Statue : saint Vincent
    Statue : saint Vincent Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Historique :
    Cette statue a été réalisée par le sculpteur amateur Souvigny, et placée dans la chapelle sud , jusque- dédiée à saint Fiacre. Son installation a été motivée par le fait que, depuis la disparition Vincent, pourtant dédicataire de l'édifice.
  • Saint-Jean-de-la-Ruelle, Lycée Maréchal Leclerc de Hauteclocque : statue
    Saint-Jean-de-la-Ruelle, Lycée Maréchal Leclerc de Hauteclocque : statue Saint-Jean-de-la-Ruelle - 85 avenue Georges-Clémenceau - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    Après avis favorable de la Commission nationales des travaux de décoration des édifices publics le est réalisée au début de l'année 1964, pour la somme de 25 000 nouveaux francs et pour prendre place devant la façade principale du Collège d'enseignement technique de Saint-Jean-de-la-Ruelle. 21 juin 1961, le projet de statue de Guy-Charles Revol est agréé par arrêté le 9 août 1961. L’œuvre
    Matériaux :
    calcaire taille directe
    Référence documentaire :
    technique de Saint-Jean-de-la-Ruelle. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    environ 2.35 mètre de haut. Elle représente un homme assis et nu regardant vers le ciel.
    Localisation :
    Saint-Jean-de-la-Ruelle - 85 avenue Georges-Clémenceau - en ville
    Titre courant :
    Saint-Jean-de-la-Ruelle, Lycée Maréchal Leclerc de Hauteclocque : statue
    États conservations :
    La tête a été recollée sur le corps.
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de situation. IVR24_20144500058NUCA Vue générale de profil. IVR24_20164500615NUCA Vue générale de revers. IVR24_20164500616NUCA Vue de détail : fissure au niveau du cou. IVR24_20164500618NUCA Vue de détail : signature. IVR24_20164500617NUCA
  • Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine
    Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine Orléans - 10 rue Pierre 1er de Serbie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    de leur volume et de la multitude des fragments). La traduction en marbre du couronnement de cette l'île de la Cité à Paris, à l'emplacement de l'ancienne morgue détruite. La commande des deux groupes de la fontaine est décomposée en 6 parties de 1914 à 1922, sans doute afin d'échelonner les acomptes dans la "zone", espace gagné sur les anciennes fortifications de Paris. A la fin de 1925, l'ensemble est intégré aux demandes de dépôts de l’État à la Ville d'Orléans pour les jardins, hôtel de ville , musée et École des beaux-arts de la ville, et figure officiellement dans l'arrêté de dépôt du 1er mars . Cette fontaine monumentale néo-baroque constitue l'élément fort de la scénographie du parc depuis son fontaine est commandée par l’État le 2 mai 1910 pour 17 000 Francs, alors que la fontaine est exposée au Salon. Le Sous-secrétaire d’État aux Beaux-arts envisage en 1912 d'installer ce groupe à l’extrémité de , pour une somme finale de 120 000 Francs : 1ère partie du 1er groupe (7 mai 1914), 2e partie du 1er
    Observation :
    Critères pour la protection au titre des Monuments historiques : - Œuvre décorative de volume exceptionnel, conforme à une certaine exagération néo-baroque de la sculpture du début du XXe siècle. La composition des groupes ne relève pas de l'académisme monumental de la IIIe République par le réalisme de détail et s'inscrit dans une veine plus subversive de la représentation de la femme en statuaire. - Œuvre qui est de fait quasiment indéplaçable et qui constitue un élément d'identité fort du parc Pasteur qui accueille ce dépôt de l’État depuis son ouverture.
    Référence documentaire :
    dépôt des marbres offertes à la ville pour les jardins. 1er mars 1926.
    Représentations :
    Toutes les femmes sont nues, certaines ont les jambes couvertes d'un voile. Les femmes de la grotte , amusement). La figure isolée en hauteur porte sur la tête une urne se vidant sur son épaule gauche (symbolisant la source), et paraît plus apaisée malgré sa position (jambe droite repliée, main gauche portant l'urne au-dessus de sa tête, main droite sur son épaule) dénotant une date d’exécution bien antérieure
    Statut :
    propriété d'un établissement public de l'Etat dépôt du Centre national des arts plastiques-fonds
    Description :
    La fontaine monumentale est composée d'un massif rocheux artificiel et de sculptures en marbre de Carrare blanc, réparties en deux groupes de six figures féminines émergeant de la grotte et d'une figure
    Localisation :
    Orléans - 10 rue Pierre 1er de Serbie - en ville
    Titre courant :
    Orléans : fontaine monumentale, La Source humaine
    États conservations :
    fissures de petite taille parsèment toutes les parties en marbre. De nombreuses coulures apparaissent sur les deux groupes au contact de l'eau ; de nombreuses
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Détail de la statue de couronnement. IVR24_20174500009NUCA Vue d'ensemble de face. IVR24_20124500158NUC4A
  • Tours, Lycée Grandmont : statue,
    Tours, Lycée Grandmont : statue, "La jeunesse" Tours - avenue de Sévigné - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    La Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics donne son accord pour l’œuvre de l'artiste Antoniucci Volti le 19 juin 1962 et l'arrêté est signé le 6 août 1962 par la , ayant pour titre "La jeunesse", est réalisée et installée en 1962 pour un coût total de 45 000 NF. À dans l'eau. La Commission avait suggéré de placer la statue perpendiculairement au bassin pour qu'elle Direction générale des Arts et des Lettres représentant le Ministère des affaires culturelles. La statue travers cette œuvre, l'artiste a souhaité représenter la jeunesse et notamment la jeunesse féminine. À l'origine, la statue devait être placée sur un petit bassin et ainsi représenter la jeunesse se regardant
    Matériaux :
    pierre taillé
    Référence documentaire :
    Tours, Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961-1970. Archives nationales, 19880466 art.41. Projet de 1% artistique au lycée mixte, parc de Grandmont à
    Représentations :
    corps de face couché sur le côté accoudé figure femme
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    pierre blanche. L'artiste a inscrit sa signature en bas de la jupe près du pied gauche. , Greta et logements). Ce dernier, était à l'origine un internat de filles. Cette statue sur socle , mesurant environ 2 mètres de long et 1 mètre de haut, représente une figure féminine couché sur le côté à demi-nue. La tête posée dans ses mains, elle s'appuie sur ses coudes. Le matériau utilisé est une
    Localisation :
    Tours - avenue de Sévigné - en ville
    Titre courant :
    Tours, Lycée Grandmont : statue, "La jeunesse"
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan-Dessin de situation datant de 1962. Archives nationales : 19880466 art.41 Vue de situation. IVR24_20163700001NUCA Vue de situation : revers de l'oeuvre. IVR24_20163700006NUCA Vue générale de face. IVR24_20163700002NUCA Vue générale : revers de l'oeuvre. IVR24_20163700005NUCA Vue de détail. IVR24_20163700004NUCA Vue de détail : signature. IVR24_20163700003NUCA
  • Chinon : statue de Rabelais
    Chinon : statue de Rabelais Chinon - 2 rue Neuve de l'Hôtel de ville - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    arrière, dépourvue d'un relief rapporté, porte la date de 1880 (en chiffres romains), la dédicace, les A FRANCOIS RABELAIS / 1880 / 1882 et citations de Rabelais sur une banderole encadrant le cuir découpé (sur la face antérieure du piédestal) - EMILE-HÉBERT. Statuaire. 1880 / HIPPOCRATE / GALIEN (sur la face orientale du piédestal, sous le cuir découpé en bas à gauche) - 1880 EMILE-HEBERT. Statuaire / GARGANTUA / PANTAGRUEL (sur la face occidentale du piédestal, sous le cuir découpé en bas à droite). La face directement gravés dans la pierre.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    A la fin de 1878 ou au début de l'année suivante, la ville de Chinon organise à l'École des Beaux selon un programme iconographique basé sur le mémoire biographique "Simples notes sur la vie de François la création des quais de la Vienne à l'ancien emplacement des fortifications et de l'aménagement des espaces publics de la ville. 55 candidats présentent un projet et c'est Emile Hébert, sculpteur parisien 1882, par chemin de fer. Au préalable, la statue a figuré au Salon (n° 4470). Le monument est inauguré le 2 juillet suivant. Deux répliques en terre cuite, exécutées à partir de la maquette en plâtre sont conservées, l'une au musée d'art et d'histoire de Chinon (Inv. 2014.0.1125) et l'autre au musée Rabelais-La -Arts de Paris, par souscription nationale, un concours pour un monument rendant hommage à Rabelais réaliser une statue colossale de Rabelais assis et représenté en médecin, un piédestal et une "inscription en bronze appliquée sur sa face antérieure". L'installation du monument est prévue dans le cadre de
    Matériaux :
    pierre taillé
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Chinon. 1M7-9. Érection de la statue de Rabelais. LACROIX, Paul dit Bibliophile Jacob. Simples notes sur la vie de François Rabelais, publiées par les soins du comité pour l'érection d'une statue à Rabelais dans la ville de Chinon. Paris : Librairie SUZANNE, Joseph-Jacques. La Statue de Rabelais d’Émile Hébert. Relation des fêtes données à Chinon les 1er, 2 et 3 juillet 1882 à l’occasion de l’inauguration du monument par E-H Tourlet. Chinon : Société archéologique de Touraine, 1894.
    Représentations :
    dans le règlement du concours, coiffé de la barrette et assis dans un fauteuil. Les faces latérales du homme de lettres piédestal sont ornées de personnages inscrits dans des cuirs découpés : Hippocrate, Galien et Rabelais
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue en bronze est placée sur un haut piédestal de plan carré en pierre de Chauvigny, orné de
    Localisation :
    Chinon - 2 rue Neuve de l'Hôtel de ville - en ville
    Titre courant :
    Chinon : statue de Rabelais
    Dimension :
    h 250.0 centimètre hauteur de la statue seule
    Dates :
    1880 porte la date 1882 porte la date
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    de la statue de Rabelais", coupe transversale et vue du dessus, 13 juin 1881. (Archives de la statue de Rabelais", coupe longitudinale, 13 juin 1881. (Archives départementales d'Indre-et Concours pour la statue de Rabelais à Chinon (L'Illustration, n° 1928, 7 février 1880, p. 100 Récépissé de la compagnie des Chemins de fer d'Orléans pour le transport de la statue et de deux Caricature pour l'inauguration du monument à Rabelais de Chinon, par B. Moloch (couverture de La Vue générale du débouché de la rue Neuve de l'Hôtel de ville sur le quai Jeanne d'Arc Vue générale du débouché de la rue Neuve de l'Hôtel de ville sur le quai Jeanne d'Arc Relief ornant la face occidentale du piédestal : représentations de Gargantua et Pantagruel et Plan présentant les aménagements des quais de Vienne : "plan des travaux à faire pour l'emplacement Plan présentant les aménagements des quais de Vienne : "plan des travaux à faire pour l'emplacement
  • Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : statue,
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : statue, "L’éveil" Bourges - 50 rue de Vauvert - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Signature gravée sur la base de l’œuvre : M. GILI
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    L’œuvre de Marcel Gili a été réalisée dans la cadre du programme décoratif que l'architecte Jacques Barge a conçu lors de la construction de l'internat en 1950. La statue a été offerte par la Ville de
    Matériaux :
    calcaire taille directe
    Référence documentaire :
    le lycée de jeunes filles de Bourges, Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture
    Statut :
    propriété de la région
    Localisation :
    Bourges - 50 rue de Vauvert - en ville
    Titre courant :
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : statue, "L’éveil"
    Dimension :
    Base : la = 82 x 166 cm. Socle : h = 1 m.
    Catégories :
    taille de pierre
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de trois-quarts. IVR24_20141800554NUC4A Vue de détail. IVR24_20141800553NUC4A
  • Vendôme : statue de Rochambeau
    Vendôme : statue de Rochambeau Vendôme - place Saint-Martin - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    d'azur couronné, et un chef de gueules) : "ROCHAMBEAU" ; inscription concernant l'iconographie, la date et les donateurs du monument (sur la face arrière du socle, en-dessous des armoiries de Rochambeau -d'azur, au chevron d'or, accompagné de 3 molettes d'éperon, d'argent, 2 ; 1 avec la devise "VIVRE EN haut de la face arrière du socle) : 'E. BOUE ARCH./ P. PORTEL MARB." ; inscription concernant le OFFERTE/ A LA VILLE DE VENDÔME/ PAR LA SOCIETE DES CINCINNATI/ LE 5 JUIN 1974." marque de fondeur sur l'oeuvre gravé Signature, date et marque de fondeur (plinthe dextre) : "F. HAMAR 1933/ BLANCHET FONDEUR " ; inscription concernant l'iconographie (sur la face avant du socle, au-dessus des armoiries -d'argent, au lion PREUX, Y MOURIR") : "1900/ JEAN-BAPTISTE DONATIEN DE VIMEUR/ MARQUIS DE ROCHAMBEAU/ MARÉCHAL DE FRANCE concernant l’iconographie (face gauche du socle) "1807/ COMMANDANT EN CHEF/ DE L’ARMÉE FRANÇAISE EN/ AMÉRIQUE
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Fourdrinoy et de Saint-Venant, qui induise une certaine méfiance de la préfecture en 1899 concernant le novembre 1899 de 28 700 Francs se décompose comme suit : piédestal 1 540 ; taille, mouluration et sculpture (la Ville de Philadelphie offre ainsi 1 000 Dollars). L'exécution de la statue est confiée à Fernand réalise d'abord la maquette en plâtre (musée de Vendôme) qui porte la mise aux points. La fonte est élève des Beaux-Arts de Paris, et la première pierre est posée le 27 mars 1900. L'inauguration a lieu le (inauguration de la statue de Washington par Daniel C. French place d'Iéna le lendemain). L'ambassadeur des augmente en 1902 sa statue d'un tiers et lui adjoint une grande figure de la Liberté pour le piédestal ). Deux autres statues selon le modèle vendômois et à la même taille sont exécutées au début des années 1974, prise par Blanchet sur le bronze de la place d'Iéna épargné sous l'Occupation, ce qui explique la date de 1933 visible sur la plinthe.
    Observation :
    futur monument du Lafayette Square de Washington (D.C., États-Unis), envoi à la fonte sous l'Occupation et prestigieuse : inauguration en présence de l'ambassadeur américain Horace Porter, modèle réduit du et nouveau bronze offert par la Société des Cincinnati. - Représentativité du modèle statue en pied sur socle pour un grand homme dans une sous-préfecture dans la période faste pour la statuaire
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne : le monument à Rochambeau sur la place Saint-Martin de Vendôme. (collection Archives départementales du Loir-et-Cher. 10T/4. Vendôme : érection d'une statue au Mal de MICHEL, Jules. Album et livre d'or des fêtes franco-américaines de 1900. Paris : Tablettes du XXe Carte postale ancienne : le monument à Rochambeau de Vendôme avec sa grille d'entourage
    Représentations :
    sur chaque face de cartouches néo-Renaissance, des armoiries de la ville de Vendôme (sur la face avant ) et de la famille de Rochambeau (sur la face arrière). Jean-Baptiste Donatien de Vimeur, marquis de Rochambeau, maréchal de France (1725-1807) est représenté debout, en costume de lieutenant-général, tendant le bras droit vers l'horizon et tenant une carte de Yorktown. A ses pieds, est posée une culasse de mortier recouverte de laurier. Le piédestal est orné d'une ceinture en partie haute faite de feuilles d'acanthe, de chêne et de laurier et traversée
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument est situé au nord-est de la place Saint-Martin, sur un axe légèrement décalé au nord par rapport à la tour Saint-Martin. La statue en bronze est posée sur un piédestal de plan carré en forme de gaine renversée en pierre du Poitou.
    Titre courant :
    Vendôme : statue de Rochambeau
    Dimension :
    h 570.0 centimètre hauteur de l'ensemble
    Dates :
    1900 porte la date 1933 porte la date 1974 porte la date
    Annexe :
    accompagné à Vendôme le dévoilement de la statue de Rochambeau ont eu, dans cet ordre d'idées, une éloquence Vendôme un « Comité pour l'érection de la statue du Maréchal de Rochambeau », Comité dont le bureau d'honneur : M. Le Myre de Vilers (G.O. *), député de la Cochinchine. Président : M. De Sachy de Fourdrinoy première nouvelle de son ouverture, la ville de Philadelphie, le sanctuaire, le tabernacle des traditions l'érection du monument furent couverts rapidement. L'inauguration avait été fixée au 4 juin, lundi de la général de Butler et l'amiral Bayle de Jessé, représentant les ministres de la Guerre et de la Marine Michaels et Deering, M; et Mme Rosengarten, de Philadelphie, Stickney, trésorier de la section de Paris des Fils de la Révolution américaine et Stanton, délégué de la Presse américaine de Paris, et de nombreux invités de l'ambassade des États-Unis. (...) A onze heures quarante,arrêt en gare de Vendôme, la musique aspect inoubliable de la sympathique patrie de Ronsard ! De la gare à la vieille mairie gothique jusqu'au
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Fernand Hamar travaillant à l'aggrandissement de la statue de Rochambeau de Vendôme pour Washington Photographie de l'enlèvement le 27 janvier 1942 de la statue en bronze (Images et sons en Vendômois Photographie de l'enlèvement le 27 janvier 1942 de la statue en bronze (Images et sons en Vendômois Détail de la signature sur la plinthe. IVR24_20124100818NUC4A Photographie de l'inauguration en juin 1900 (Images et sons en Vendômois). IVR24_20144100126NUC4AB Photographie de l'inauguration en juin 1900 : le départ des officiels, avec l'ambassadeur Porter Carte postale ancienne du début du XXe siècle : le monument sur la place Saint-Martin. (collection Vue de trois quarts gauche. IVR24_20124100817NUC4A Vue de trois quarts arrière. IVR24_20124100815NUC4A Vue de face. IVR24_20124100813NUC4A
  • Orléans : statue de Jeanne d'Arc
    Orléans : statue de Jeanne d'Arc Orléans - quai du Fort des Tourelles - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant le marbrier (à la base d'un angle coupé du socle) : "VARELLE A SERVANCE (Hte
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    région. Le monument historique de la Pucelle qui consistait en un calvaire au pied duquel Jeanne d'Arc . Il est déposé en 1745 puis placé à l'angle de la Royale et de la rue de la Vieille-Poterie en 1771 , et enfin détruit en 1792, afin de fondre des munitions avec les bronzes des statues de la Vierge de Pitié, de Charles VII et de Jeanne d'Arc. A la fois souhait de la Ville d'Orléans de rétablir l'hommage sculpté à Jeanne d'Arc et du Premier Consul, sans doute sensible à l'image de la guerrière repoussant les l'Intérieur souscrit lui-même pour 5 000 Francs le 13 pluviôse an XI (02/02/1803). La statue de Jeanne d'Arc , proposée par Edme-Étienne-François Gois au Salon de 1803, s'inscrit dans la redécouverte de la figure romantique de la Pucelle, avec notamment le drame de Schiller (1801). Le monument prend une forme qui est mai 1804 sur la place du Martroy (petite place disparue située au nord-est de l'actuelle place du Martroi). Rapidement jugée trop modeste par la taille et anachronique par son costume et sa coiffure, elle
    Observation :
    plus ancien de la Région, Jeanne d'Arc (et l'un des plus anciens de France) sous la forme qui s'est conservé tous ses bronzes (reliefs au musée des Beaux-Arts d'Orléans) et remploi du piédestal de la statue de la République fondue sous l'Occupation. -Ancrage local du monument extrêmement fort : en remplacement du monument de la Pucelle fondue sous la Révolution, sur la place principale de la ville
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Dossier documentaire sur la statue de Jeanne d'Arc. Réalisé par HERLUISON, H. et LEROY, P. Le sculpteur Gois fils et sa statue de Jeanne d'Arc. Mémoires de la Archives municipales d'Orléans. 8M/17 (Statues et monuments commémoratifs, généralités). Statue de Archives départementales du Loiret. 10T ; 42. Orléans, monument à la Pucelle par Gois - projets an Jeanne d'Arc, Notice historique servant d'explication aux bas-reliefs du Monument élevé sur la l'honneur de Jeanne d'Arc. Orléans, 1855. Société Archéologique et Historique de l'Orléanais, tome 29, 1905, pp. 513-544. LAMI, Stanislas. Dictionnaire des sculpteurs de l'école française au dix-neuvième siècle. Paris MICHAUD-FRÉJAVILLE, Françoise. Jeanne aux panaches romantiques. Cahiers de recherches médiévales et
    Représentations :
    Jeanne d'Arc est représentée debout, en guerrière représentative des sentiments de la République guerre de Cent Ans envers le Royaume-Uni avant la Paix d'Amiens (1802), foulant aux pieds les armoiries anglaises (trois léopards). Elle est vêtue d'une robe en drapé-mouillé sous une armure de style Henri II et le casque empanaché inspiré du portrait dit des échevins d'Orléans, marchant au combat en tenant son épée dans la main droite et serrant le drapeau qu'elle vient de prendre à l'ennemi. Son visage est sans doute inspiré d'un
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument est situé quai du Fort des Tourelles, au niveau de l'ancien site du fort. La statue en bronze représentant Jeanne d'Arc guerrière est placée sur un piédestal de grand format de granite rose (après les prises de vue de ce dossier), des répliques des reliefs d'origine. Le square est entouré d'une
    Titre courant :
    Orléans : statue de Jeanne d'Arc
    Dimension :
    h 425.0 centimètre hauteur totale depuis le haut de l'emmarchement h 200.0 centimètre hauteur du socle depuis le haut de l'emmarchement la 125.0 centimètre socle la 28.0 centimètre largeur d'une plate-bande la 28.0 centimètre largeur d'une plate-bande
    Annexe :
    Réédification du monument de Jeanne d'Arc dans la ville d'Orléans..., 1801. Réédification du monument de Jeanne d'Arc dans la ville d'Orléans par le citoyen Gois, FIls, artiste-statuaire, ancien pensionnaire de l'Académie de France, à Rome, membre de l'Athénée des Arts, et de la Société des Sciences , Lettres et Arts de Paris ; Sous le Consulat de Bonaparte, la Préfecture de J.P. Maret, et la mairie de précieux par son antiquité [le monument disparu sous la Révolution], M. Gois, fils, Artiste-statuaire de en ce genre, nous dédommage bien aujourd'hui de cette perte. Aussi la reconnaissance s'est-elle -neveux. M. Gois a saisi dans la vie de Jeanne d'Arc l'action la plus glorieuse et la plus décisive ; le léopards, et défiant en quelque sorte l'armée Anglaise. Cette Statue, de 8 pieds de hauteur, est de la plus . Le soc et les emmarchements sont également en marbre. La variété de ces marbres sur lesquels l’œil se couchant, La Pucelle reçoit l'épée des mains de Charles VII ; Au Levant, on voit la face du Roi dans
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Proposition de démolition du monument de la Pucelle (monument à Charles VII) - recto de la lettre Proposition de démolition du monument de la Pucelle (monument à Charles VII) - verso de la lettre Procès-verbal de la fonte du monument de la Pucelle (monument à Chalres VII) 29 août 1792 Bulletin de souscription d'un membre du Sénat conservateur pour le monument à la Pucelle, du 1er Prospectus de la souscription pour la réédification d'un monument à Jeanne d'Arc. (Archives Gravure de la statue de Gois fils par C. Normand accompagnant le prospectus de souscription Dessin de la grille d'entourage en fer projetée en l'an XII. (Archives municipales d'Orléans Plan de la modification du terre-plein de la statue de Jeanne d'Arc de l'avenue Dauphine, début du Dessin non signé pour l'installation de la statue et des reliefs de Gois fils sur le piédestal de la statue de la République fondue sous l'Occupation, du 28 janvier 1955. (Archives municipales
  • Richelieu : monument au cardinal de Richelieu
    Richelieu : monument au cardinal de Richelieu Richelieu - place du Cardinal - en ville
    Historique :
    La statue du cardinal de Richelieu est commandée par ordonnance royale de Louis XVIII, en date du illustrant les Grands Hommes de la France royale. L'exécution de la statue est confiée à Claude Ramey Père entrepreneurs Launay et Guillemot. La statue est placée sur le pont en 1828, deux ans avant le changement de vocable en pont de la Concorde. En 1836, Louis-Philippe déplace la statue dans la cour d'honneur du 1931, année où elle est déposée par le château de Versailles à la ville de Richelieu pour orner la président de la République Lebrun et Gabriel Hanoteaux, secrétaire perpétuel de l'Académie française , viennent honorer la mémoire du fondateur de l'Académie. L'évènement fait la une ainsi qu'une double page de 18 février 1816, pour le pont Louis-XVI à Paris, au sein d'un programme de douze figures historiques , le socle en calcaire de Chauvigny est dessiné par l'architecte P. Boucheron et réalisé par les château de Versailles, peu avant l'inauguration du musée de l'histoire de France. Elle y reste jusqu'en
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Référence documentaire :
    Description des statues du pont de la Concorde, commençant par ces mots : Côté occidental, venant p. 391 Inauguration de la statue de Richelieu. L'Illustration, n°4664, juillet 1932. n.1506 Musée national du Château de Versailles. Les Sculptures, I. Le Musée. Paris : RMN, 1993. Institut Royal de France. Funérailles de M. Ramey père - Discours de M. Petitot prononcé aux funérailles de M. Ramey père, le 7 juillet 1838. Paris, 1838. n°313 Notice historique des peintures et des sculptures du Palais de Versailles. 4e partie, Tables de bronze et sculptures, Paris, 1839.
    Statut :
    propriété d'un établissement public de l'Etat
    Annexe :
    , Claude Ramey montra de très bonne heure une vocation prononcée pour les arts ; il étudia d'abord sous la peintre, et le célèbre statuaire Julien, considéraient comme la plus importante de France après celle de statue de soldat mourant, ouvrage qu'il destinait à sa présentation à l'Académie, mais que la marche des , une autre du général Kléber, et la belle statue en marbre de l'empereur Napoléon, qui fait aujourd'hui partie de la collection des galeries historiques de Versailles, où l'on voit également de lui la statue encore une naïade pour la fontaine Médicis au Luxembourg, la statue de la Prudence, placée au-dessus de la porte d'entrée de la Banque de France et faisant pendant à celle de la Justice, exécutée par son sujet est l'entrevue des deux empereurs à Austerlitz ; la statue colossale du cardinal de Richelieu , placée aujourd'hui dans la grande cour du Palais de Versailles, les bustes de la famille de Praslin, et enfin la statue en marbre de Pascal, dont le mérite fut généralement apprécié à l'exposition de 1824
    Texte libre :
    emplacement qui répond à la taille gigantesque de la statue (4,25 m). Le socle créé en Touraine par P pieds, pour être placés sur les piles du pont de la Concorde. Douze sculpteurs reçoivent les commandes et sont installés dans des baraquements à l'arrière des Invalides. A la chute de l'Empire, seules XVIII reprend le projet en modifiant la nature de l'hommage, dans un sens plus conforme à celui d'Angiviller : il s'agit désormais d'honorer les grands hommes de la France, quatre par domaine (hommes d’État -XVI en 1828 (vocable du pont de la Concorde jusqu'en 1830). Louis-Philippe donne l'ensemble des gloires de la France. Les envois de Versailles en 1931 Installée pendant presque un siècle dans la cour d'honneur du château de Versailles, la statue est déposée en 1931 auprès de la ville de Richelieu, en même plaçant la statue à l'extérieur des murs de la ville, à la jonction avec les vestiges du château et au débouché de la longue avenue Pasteur qui ceinture la ville au sud, les architectes ont trouvé un
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Signature et date : C. Ramey. père. / de dijon. 1828 (sur la terrasse, à gauche) - RICHELIEU (sur le devant de la terrasse) - Inscription sur le parchemin : Fondation de l'académie française 1635 - P
    Observation :
    Statue issue d'une commande prestigieuse et importante pour l'histoire de la statuaire publique
    Représentations :
    tête. Il tient dans la main gauche retenant son manteau, l'acte de fondation de l'Académie française Portrait d'Armand-Jean du Plessis, cardinal de Richelieu, revêtu du manteau cardinalice qui déborde sur la terrasse à gauche et dont dépassent ses deux pieds, sa main gauche, son avant-bras droit et sa . L'avant-bras droit est replié pour pointer du doigt le ciel. Les traits du visage ainsi que la barbe sont inspirés des portraits du Cardinal, en particulier ceux de Philippe de Champaigne. Socle, ornementation classique (fronton brisé portant les armes du cardinal sur la face avant ; chaînes d'angle en bossage aux
    Description :
    Le monument est installé au centre de la place du cardinal face à l'avenue Pasteur : il occupe ainsi l'espace entre les murs de la ville et le parc du château. Sur un large emmarchement de pierre se dresse le socle en calcaire de Chauvigny d'un volume presque cubique. La statue est colossale (plus grande que nature). Le travail du marbre est soigné : fourrure sur les épaules, dentelle de bordure du surplis au genou et sur les manchettes, croix du Saint-Esprit sur la poitrine.
    Titre courant :
    Richelieu : monument au cardinal de Richelieu
    États conservations :
    Une fissure se fait jour de l'épaule droite jusqu'à la plinthe, et d'autres désordres moins
    Dimension :
    h 425.0 centimètre hauteur de la statue seule
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Inauguration du monument (couverture de la revue L'Illustration, n° 4664, 23 juillet 1932 Vue générale du monument de profil avec la ville de Richelieu en arrière-plan Vue générale de la statue de profil avec l'entrée du parc du château de Richelieu en arrière-plan Vue arrière avec le socle et la perspective de l'avenue Pasteur. IVR24_20123701334NUC4A Vue de la statue de face. IVR24_20123701336NUC4A Vue de la statue de profil. IVR24_20123701332NUC4A Détail de la plinthe côté droit : signature du sculpteur et date. IVR24_20123701333NUC4A , Bibliothèque municipale de Blois - Agglopolys). IVR24_20143703803NUC4A Face arrière du piédestal, avec les signatures et la date d'érection du socle