Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 31 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Amboise : statue de Phoebus éclairant le monde
    Amboise : statue de Phoebus éclairant le monde Amboise - - rue du Clos des gardes - en ville
    Inscriptions & marques :
    Philippe Besnard / 1937 (dans un encadrement, sur le côté du rocher) - Alexis Rudier / Fondeur Paris (sur le côté du rocher).
    Représentations :
    Phoebus, nu, debout sur un rocher, tient le soleil dans sa main droite levé et tire sa chevelure de
    Titre courant :
    Amboise : statue de Phoebus éclairant le monde
    Illustration :
    Vue générale de face avec le socle. IVR24_20123701078NUC4A Marque de fondeur sur le côté du rocher : Alexis Rudier/ Fondeur Paris. IVR24_20123701080NUC4A Signature du sculpteur et date dans un encadrement, sur le côté du rocher : Philippe Besnard / 1937
  • Tours : esquisse pour le monument à Anatole France
    Tours : esquisse pour le monument à Anatole France Tours - 18 place François Sicard - en ville
    Historique :
    exposée dans le square de la préfecture à Tours. François Sicard avait exécuté des portraits du vivant de
    Titre courant :
    Tours : esquisse pour le monument à Anatole France
  • Richelieu : monument au cardinal de Richelieu
    Richelieu : monument au cardinal de Richelieu Richelieu - place du Cardinal - en ville
    Inscriptions & marques :
    le devant de la terrasse) - Inscription sur le parchemin : Fondation de l'académie française 1635 - P l'arrière) - L'INAUGURATION DU MONUMENT / A EU LIEU / LE 17 JUILLET 1932 (à l'arrière).
    Historique :
    18 février 1816, pour le pont Louis-XVI à Paris, au sein d'un programme de douze figures historiques , le socle en calcaire de Chauvigny est dessiné par l'architecte P. Boucheron et réalisé par les entrepreneurs Launay et Guillemot. La statue est placée sur le pont en 1828, deux ans avant le changement de 1931, année où elle est déposée par le château de Versailles à la ville de Richelieu pour orner la place du Cardinal (LP 1338). Le monumlent bénéficie d'une inauguration brillante le 17 juillet 1932 : le
    Référence documentaire :
    n.1506 Musée national du Château de Versailles. Les Sculptures, I. Le Musée. Paris : RMN, 1993. funérailles de M. Ramey père, le 7 juillet 1838. Paris, 1838.
    Représentations :
    . L'avant-bras droit est replié pour pointer du doigt le ciel. Les traits du visage ainsi que la barbe sont
    Description :
    Le monument est installé au centre de la place du cardinal face à l'avenue Pasteur : il occupe ainsi l'espace entre les murs de la ville et le parc du château. Sur un large emmarchement de pierre se dresse le socle en calcaire de Chauvigny d'un volume presque cubique. La statue est colossale (plus grande que nature). Le travail du marbre est soigné : fourrure sur les épaules, dentelle de bordure du
    États conservations :
    importants apparaissent sur le côté gauche du manteau.
    Annexe :
    . Petitot prononcé aux funérailles de M. Ramey père, le 7 juin 1838. "Messieurs, (...) Né à Dijon en 1754 peintre, et le célèbre statuaire Julien, considéraient comme la plus importante de France après celle de Paris. Ayant obtenu dans cette école d'honorables succès, Claude Ramey, entraîné par le désir de se le diriger dans ses études, et Claude Ramey ne tarda pas à se placer en première ligne parmi les enfin le grand prix de Rome, objet de ses constants efforts. Pendant son séjour en Italie, il prépara protecteur et juste appréciateur de ses talents. Il revint ensuite à Paris, où il commença le modèle d'une par le gouvernement, après les grands événements de 1789, il exécuta dès lors, et successivement, deux pendentifs pour le Panthéon national, une statue en marbre représentant Sapho, plusieurs bustes des grands hommes de l'Antiquité. Sous l'Empire, il fit pour le palais du Sénat une statue de Scipion l'Africain ami Cartellier. Il fit en outre, pour l'arc de triomphe du Carrousel, un bas-relief en marbre, dont le
    Texte libre :
    sculptées d'hommes illustres développées par le comte d'Angiviller à la fin du 18e siècle. La différence est sculpté : les principaux hommes de guerre de l'Empire seront représentés en pied, sur le même volume de 13 XVIII reprend le projet en modifiant la nature de l'hommage, dans un sens plus conforme à celui , marins, hommes de guerre), sans modifier le gabarit et reprenant les généraux déjà réalisés, en changeant père. Il sera l'un des derniers réalisés, mais sera quand même achevé pour être posé sur le Pont Louis temps que le Tourville de Marin est envoyé à Coutances (Manche), le duc de Trévise de Deseine (tête de Laitié) à Plessis-Trévise (Val-de-Marne), le Sully d'Espercieux à Rosny-sur-Seine, le Suger de Stouf à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), le Suffren de Lesueur à l’École navale de Brest, et le maréchal Jourdan de Debay père (tête de Laitié) et le Turenne de Gois au collège de Saint-Cyr. L'emplacement En emplacement qui répond à la taille gigantesque de la statue (4,25 m). Le socle créé en Touraine par P
    Illustration :
    Vue arrière avec le socle et la perspective de l'avenue Pasteur. IVR24_20123701334NUC4A
  • Tours, Lycée Grandmont : statue,
    Tours, Lycée Grandmont : statue, "La jeunesse" Tours - avenue de Sévigné - en ville
    Historique :
    l’œuvre de l'artiste Antoniucci Volti le 19 juin 1962 et l'arrêté est signé le 6 août 1962 par la Direction générale des Arts et des Lettres représentant le Ministère des affaires culturelles. La statue
    Représentations :
    corps de face couché sur le côté accoudé figure femme
    Description :
    , mesurant environ 2 mètres de long et 1 mètre de haut, représente une figure féminine couché sur le côté à demi-nue. La tête posée dans ses mains, elle s'appuie sur ses coudes. Le matériau utilisé est une
  • Tours : statue de Descartes
    Tours : statue de Descartes Tours - place Anatole France - en ville
    Inscriptions & marques :
    ...nieuwerkerke (s. sur le côté droit) - RENE / DESCARTES (sur le support, devant).
    Historique :
    Cette statue en marbre, destinée à la ville de Tours, est exécutée en 1847 par le comte de diffère légèrement par le traitement du manteau et des attributs. Un moulage de la maquette qui a servi de
    Référence documentaire :
    [Exposition. Compiègne, musée national du château, 2000-2001]. Le Comte de Nieuwerkerke, art et
  • Tours : maquette de Louis Albert-Lefeuvre pour la statue de Rabelais à Tours
    Tours : maquette de Louis Albert-Lefeuvre pour la statue de Rabelais à Tours Tours - 18 place François Sicard - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription d'anonymat pour le concours de 1878 : DIRE LA VERITE ET EVITER LE FAGOT (sur la plinthe
    Historique :
    Maquette au 1/5e exécutée par Louis Albert-Lefeuvre pour le monument à Rabelais, présentée au concours de 1878 organisé par la ville de Tours où elle remporte le troisième prix. La statue retenue , sculptée par Henri Dumaige, est inaugurée le 25 juillet 1880 sur la place de la Mairie (actuelle place
  • Tours : statue de Rabelais
    Tours : statue de Rabelais Tours - place Anatole France - en ville
    Inscriptions & marques :
    FRANCOIS / RABELAIS (sur le piédestal) - MIEULX EST DE RIS QUE DE LARMESESC...PRE / POUR CE QUE RIRE EST LE PROPRE DE L'HOMME (sur la plinthe à l'avant).
    Historique :
    Le 28 septembre 1878 est publié le règlement du concours national ouvert par la ville de Tours aux (actuelle place Anatole France). Il est stipulé que "le marbre fourni par la ville sera exécuté sous la surveillance du lauréat pour 5000 F maximum et avant le 1er août 1879". Henri Dumaige est le lauréat ; la statue exécutée en 1879 est inaugurée le 25 juillet 1880 après avoir figuré au Salon (n° 6290). Le modèle
    Représentations :
    Le livret du Salon de 1880 le décrit ainsi : il est debout drapé dans une large houppelande, le pied droit en avant, le bras croisé. Dans la main gauche il tient un papier, dans la droite une plume
  • Tours : maquette de la statue La Touraine couronnant ses enfants
    Tours : maquette de la statue La Touraine couronnant ses enfants Tours - 18 place François Sicard - en ville
    Historique :
    conservé au musée des Beaux-Arts (Inv. 911.201.1), constitue le dernier témoignage de la statue qui surmontait le monument élevé en 1887 dans le square de l'évêché à la gloire des médecins tourangeaux , Bretonneau, Velpeau et Trousseau. Le monument est détruit pendant l'Occupation et la statue envoyée à la
    Référence documentaire :
    Velpeau - Discours prononcé à Tours le 30 octobre 1887, par J.C. Félix Guyon, professeur à la
    Représentations :
    La Touraine est représentée assise, vêtue d'une toge antique, tenant une corne d'abondance dont le
  • Tours : statue de Michel Colombe
    Tours : statue de Michel Colombe Tours - square François Sicard - en ville
    Représentations :
    Le sculpteur Michel Colombe est représenté en pied, en appui sur un bloc de pierre en attente et
  • Tours : statue de Balzac (détruite)
    Tours : statue de Balzac (détruite) Tours - place Jean Jaurès - en ville
    Inscriptions & marques :
    H. DE BALZAC / LA VILLE DE TOURS (sur le piédestal).
    Historique :
    conservé aux musées d'Angers) est inaugurée le 7 décembre 1889 sur la place du Palais-de-Justice (actuelle
    Référence documentaire :
    Statue de Balzac à ériger à Tours, proposition de M. le Maire. Tours : Mazereau, [s.d., 1885].
  • Tours : statue d'Anatole France
    Tours : statue d'Anatole France Tours - square de la Préfecture - en ville
    Inscriptions & marques :
    F. Sicard (s. sur le bronze, à droite) - CIRE PERDUE / L. GATTI / FONDEUR (marque de fondeur, à gauche) - FRANCOIS SICARD 1934 et MONUMENT ERIGE LE 12 OCT 1949 (sur le côté gauche du socle) - ANATOLE FRANCE / PARIS 1844 / LA BECHELLERIE 1924 (sur le socle en pierre, devant).
    Historique :
    France, poète, écrivain et critique littéraire (1844-1924). Le sculpteur réalise plusieurs esquisses et raison des évènements de la Seconde Guerre mondiale. Il sera finalement inauguré le 12 octobre 1949
    Illustration :
    Inscription sur le socle. IVR24_20123700990NUC4A Détail, signature du sculpteur sur le côté gauche : F. Sicard. IVR24_20123700989NUC4A Détail : marque de fondeur sur le côté droit du bronze. IVR24_20123700988NUC4A
  • Seuilly : maquette d'Hubert Louis-Noël pour la statue de Rabelais à Tours
    Seuilly : maquette d'Hubert Louis-Noël pour la statue de Rabelais à Tours Seuilly - 4 rue de la Devinière - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription d'anonymat pour le concours de 1878 : VERITAS (sur la plinthe, de face).
    Historique :
    Maquette refusée exécutée par Hubert Louis-Noël, pour le concours de 1878 du monument à Rabelais organisé par la ville de Tours. La statue retenue, exécutée par Henri Dumaige, est inaugurée le 25 juillet
  • Sainte-Catherine-de-Fierbois : statue de Jeanne d'Arc
    Sainte-Catherine-de-Fierbois : statue de Jeanne d'Arc Sainte-Catherine-de-Fierbois - place Jeanne-d'Arc - en ville
    Inscriptions & marques :
    / le 5 Mars 1429 (sur le côté droit du piédestal) - LE 23 AVRIL 1429 / JEANNE D'ARC / ENVOYA QUERIR ICI SON EPEE (sur le côté gauche du piédestal) - Armoiries de Sainte-Catherine-de-Fierbois (sur le
    Historique :
    Statue exécutée par Félix Charpentier, inaugurée le 23 mars 1895, constituant l'une des dernières
  • Tours : maquette de Jean-Paul Aubé pour la statue de Rabelais à Tours
    Tours : maquette de Jean-Paul Aubé pour la statue de Rabelais à Tours Tours - 18 place François Sicard - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription d'anonymat pour le concours de 1878 disparue : La parole est donnée à tous / Mais a peu
    Historique :
    Maquette au 1/5e exécutée par Jean-Paul Aubé pour le monument à Rabelais, présentée au concours de 1878 organisé par la ville de Tours où elle remporte le deuxième prix. La statue retenue, sculptée par Henri Dumaige, est inaugurée le 25 juillet 1880 place de la Mairie (actuelle place Anatole France) à
    Représentations :
    Rabelais est représenté en pied, en curé de Meudon, vêtu d'une soutane et coiffé d'une calotte, le
  • Tours : fontaine dite monument François Sicard (partiellement détruite)
    Tours : fontaine dite monument François Sicard (partiellement détruite) Tours - 26 boulevard Heurteloup - en ville - Cadastre : 2012 DW 601
    Historique :
    forte et le projet voit le jour à peine deux ans après la mort de l'artiste : ses amis, en accord avec médaillons en bronze exécutés par Marcel Gaumont, élève de Sicard. Le piédestal-bassin des groupes est ) du Conseil municipal de Tours et du Conseil général, est inauguré en juillet 1938 dans le jardin de 1980, mais le groupe disparu est récupéré. Il est ensuite démantelé : les groupes sculptés sont déposés
    Représentations :
    central d'où rayonnaient les trois groupes de Diane, Pan et Thésée et le Minotaure, posés sur des socles moulurés monumentaux séparant les trois lobes du bassin. Sur le pylône central étaient disposés trois
    Description :
    La fontaine, connue par des plans et des photographies, est exécutée sur le modèle de la fontaine
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la fontaine dans le jardin de la Préfecture à Tours. Photographie ancienne
  • Tours : maquette d'Henri Dumaige pour la statue de Rabelais à Tours
    Tours : maquette d'Henri Dumaige pour la statue de Rabelais à Tours Tours - 18 place François Sicard - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription d'anonymat pour le concours de 1878 (sur la plinthe avant) : trois étoiles - Castigat
    Historique :
    Maquette au 1/5e exécutée par Henri Dumaige (lauréat) pour le concours du monument à Rabelais
    Représentations :
    , vêtu de la soutane et coiffé d'une calotte, le visage souriant et les pommettes saillantes.
  • Tours : modèle aux deux tiers d'Henri Dumaige pour la statue de Rabelais à Tours
    Tours : modèle aux deux tiers d'Henri Dumaige pour la statue de Rabelais à Tours Tours - - 18 place François Sicard - en ville
    Historique :
    Tours le 25 juillet 1880 place de la Mairie (actuellement place Anatole France). Ce modèle, signé et
    Représentations :
    ,vêtu d'une soutane et coiffé d'une calotte, le visage souriant et les pommettes saillantes.
  • Amboise : statue de Léonard de Vinci
    Amboise : statue de Léonard de Vinci Amboise - Ile d'Or - en ville
    Représentations :
    Léonard de Vinci est représenté nu, avec le corps musculeux d'un héros antique (Persée), en partie
  • Tours : monument, La Touraine couronnant ses enfants, Bretonneau, Velpeau, Trousseau (détruit)
    Tours : monument, La Touraine couronnant ses enfants, Bretonneau, Velpeau, Trousseau (détruit) Tours - place François Sicard - en ville
    Inscriptions & marques :
    F Sicard 86 (sur le médaillon de Trousseau). Noms des médecins sur les médaillons.
    Historique :
    monument à la gloire des médecins Bretonneau, Velpeau et Trousseau. Le monument, élevé par souscription nationale, est inauguré le 30 octobre 1887 place de l'archevêché (actuelle place François-Sicard). Victor Laloux en est l'architecte, François Sicard, le sculpteur de la statue allégorique de La Touraine et des médaillons, H. Fusil l'exécutant du piédestal. Le monument est démantelé pendant l'Occupation et la statue de La Touraine fondue. Les trois médaillons représentant les médecins, à l'origine scellés sur le piédestal, sont enlevés, ils sont conservés actuellement dans le hall de la faculté de médecine de Tours.
    Référence documentaire :
    Velpeau - Discours prononcé à Tours le 30 octobre 1887, par J.C. Félix Guyon, professeur à la
    Description :
    Le monument était constitué d'une statue monumentale en bronze sur un imposant piédestal en pierre
    Illustration :
    Vue d'ensemble du monument, carte postale ancienne. (édition le Grand Bazar, GB 118
  • Loches : statue d'Alfred de Vigny
    Loches : statue d'Alfred de Vigny Loches - place du marché-aux-fleurs
    Inscriptions & marques :
    Signature : F. SICARD (à gauche, sur le rocher) - JABOEUF ET ROUARD Fondeurs (à droite, sur la terrasse) - Dédicace : AU POETE ALFRED DE VIGNY SES ADMIRATEURS 1797-1863 (sur le dé, de face).
    Historique :
    par la Ville de Loches et inaugurée le 15 août 1909, place du palais de Justice. Elle est ensuite