Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • La ville d'Amboise
    La ville d'Amboise Amboise
    Historique :
    itinérante rythme la vie de la ville qui doit la nourrir. Charles VIII entreprend des travaux importants au L'occupation du site d'Amboise est attestée au néolithique. Dès l'Antiquité les voies de communication entourant Amboise furent développées, la rencontre de la Loire et des voies terrestres favorisa le développement du site. Dès le Haut Moyen Âge, la population se répartit en deux pôles : l'un autour de l'oppidum et l'autre, de l'autre côté de la Masse, autour de la colline de l'actuelle église Saint-Denis. Dès le XIe siècle, l'histoire de la ville est liée à celle des seigneurs de la place. L'occupation du est mentionnée dans les textes (menia) dès le XIe siècle. En 1044, l'évêque de Tours consacre détruite en 1806). La ville s'avère suffisamment prospère pour que dès 1115, Hugues Ier d'Amboise fasse siècle. Au XIVe siècle, l'une des entrées de la ville est la porte des Moulins, actuelle tour de Charles VIII (1483-1498), la menace guerrière s'apaise. La mise en place d'une cour nombreuse et
    Référence documentaire :
    Amboise. Prix des terrains cédés à la voie publique. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O Amboise. Élargissement du Quai des Marais...(Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210). Amboise. Quai des Marais. Projet de redressement...(Archives Communales de la ville d'Amboise, O Archives communales d'Amboise. CC 189 à CC 288 (1443 à 1507). État des dépenses, mandats de 345. Lettres de Charles VII du 11 janvier 1446 en faveur de l'église Saint-Florentin du château. 10 autres concernant des modifications ponctuelles, 12 planches de légendes. 1834-1888. Vüe du château royal d'Amboise et Autre vüe du château royal d'Amboise du côté des champs/Jacques . Rapports des restaurations de la tour de l'Horloge (1937 et 1983) ; dossier sur le manoir de La Menaudière (1947) ; dossier sur le Logis des Pages (1947) ; dossier sur la maison du Grenier à sel (1947) ; dossier , aménagement du parvis du château et des abords de l'église Saint-Florentin. 1993.
    Description :
    Loire et 127 m sur les hauteurs. La richesse géologique des sols alentours favorisa sans doute la construction dès les temps les plus anciens. Dans le Sud du département, aux abords de la Vienne, se trouvent était donné pour 5000 feux). Au XVe siècle, d'après le nombre de jacquets que la ville doit fournir à les quartiers médiévaux qui se situent le long des axes principaux de la ville, à savoir le long de la . Les archives notariales de la fin du Moyen Âge, qui auraient pu fournir nombre de renseignements prédominant. Dans l'état actuel des recherches, l'architecture urbaine d'Amboise ne présente aucune identité façades peuvent être orientées pignon ou rive sur rue pour l'une comme pour l'autre des catégories. Les façades installées rive sur rue, qui ne sont pas situées à l'angle d'une rue, sont réservées à des plusieurs parcelles. La largeur des façades est donc très variables allant de 25 m pour l'hôtel Joyeuse (6
    Annexe :
    temporel. Le premier se limite aux frontières de la commune, avec une forte concentration des vestiges dans : - le secteur de l'ancienne enceinte de ville, - le secteur de l'ancien grand marché, - le secteur des entre la date à laquelle la ville est confisquée par Charles VII (1422-1461) à la famille d'Amboise, et reconnaître les édifices construits durant cette période. Le recours à l'analyse stylistique des décors nous a des XIIIe et XIVe siècles. Il semble donc qu'il y ait bien eu un renouveau important du bâti aux XVe des bâtiments dénaturés qui avaient conservés quelques éléments datants, ou d'autres, situés dans un mentionnant les édifices majeurs disparus. Ainsi nous souhaitons présenter un inventaire des édifices
    Texte libre :
    . Charles VIII entreprend d'importants travaux au château. Les « terriers » provenant des fondations et des . Ainsi, le site des Châtelliers, préservé des crues, permet de dominer le paysage. De la période site des Châtelliers et dans la forêt d'Amboise. Dès l'Antiquité, les voies de communication entourant d'Orléans à Tours, passant sur la rive gauche. La rencontre de la Loire et des voies terrestres favorisa J.-C.) se situait sur le site des Châtelliers en amont de la langue de tuffeau. L'oppidum d'Amboise fut abandonné pendant la période de paix qui précéda celle des grandes migrations des IVe et Ve siècles durant laquelle il fut à nouveau investi et fortifié. Amboise au Moyen Âge Dès le Haut Moyen Âge Masse, autour de la colline de l'actuelle église Saint-Denis. Des sarcophages qualifiés de mérovingiens lors de leur découverte en 1896, et des tuiles plates à rebord y furent retrouvés lors de fouilles . Dès le XIe siècle, l'histoire de la ville est liée à celle des seigneurs de la place. Au tournant de
    Illustration :
    Plan schématique de la ville et localisation des secteurs. IVR24_20123702050NUDA Localisation des maisons et hotels dans la ville. IVR24_20093701234NUDA Localisaion des types de façades des hôtels dans la ville. IVR24_20123702051NUDA Localisaion des types de façades des maisons dans la ville. IVR24_20123702057NUDA Localisation des types de vis dans la ville. IVR24_20123702052NUDA Localisation des types de caves dans la ville. IVR24_20123702062NUDA
  • Ville de Blois
    Ville de Blois Blois - en ville - Cadastre : 1980 DN DO
    Historique :
    siècle : fondation de l' abbaye Saint-Lomer au faubourg du Foix ; 11e siècle : constitution du réseau des paroisses, construction du pont, création des faubourgs ; 12e siècle : reconstruction des églises abbatiales en place de la trame urbaine, églises paroissiales et cimetières, édifices publics, réseau des rues , premières fortifications, implantation des couvents d' ordres mendiants ; 14e siècle : reconstruction des de Louis II d' Orléans, afflux de population, reconstruction des demeures, aménagement du port neuf atteintes aux fortifications ; 1717, 1724 : reconstruction du pont ; de 1730 à 1760 : aménagement des quais aménagement de places ; 1815, 1830 : plans d' alignement et de nivellement des rues ; 1835, 1850 : extension Papin-escalier monumental ; 1880, 1890 : création des boulevards extérieurs, élargissement de la rue
    Référence documentaire :
    Plan de Blois ; extrait de la carte des bords de la Loire. [s.n., s.d.], vers 1750. A.N. : F 14 Plan de la rue qui conduit du Pont à la Porte-Côté et des rues adjacentes. (projet d'alignement ). A.D. Loir-et-Cher : Fonds des gravures. Vue de Blois prise de la Croix des pêcheurs en Vienne, par Lecomte, [s.d.], vers 1840 Vue de Blois depuis le quartier des Basses Granges, par Etienne-Daniel Dupuis, [s.d.], fin XIXe Archives départementales de Loir-et-Cher. Série H : Titres de Saint-Lomer : 11 H 4. Journal des Archives départementales de Loir-et-Cher. Série H : Titres de Saint-Lomer : 11 H 3. Livre des Blois. Connaissance des Arts. Numéro spécial hors-série : 39. 1993 p. 172. BABONAUX, Yves. L'extension des années soixante et soixante-dix. In : Blois, un éloges de ses comtes et les vies des hommes illustres qui sont nez au païs blésois, avec les noms et les
    Annexe :
    Documentation figurée Archives départementales de Loir-et-Cher : Fonds des cartes et plans : outre saisis à la Révolution et sur les bâtiments publics des XIXe et XXe siècles, dont une grande partie des dessins et relevés des architectes A. Pinault et J. de La Morandière. Fonds photographique : en . Fonds Paul Robert-Haudin : relevés et desins effectués par Paul Robert-Houdin, architecte ordinaire des la Société d'excursions artistiques de Loir-et-Cher. Fonds des dessins, gravures et photographies notariales: principales études consultées dans les dépôts des notaires de Blois Etudes : 8, 10, 11, 19, 27 -Solenne : G 1053 à 1124 Série H : Titres de Saint-Lomer : 11 H 1 à il h 6 11 H 3 : Livre des choses  : Journal des choses remarquables, rédigé par frère Didier Brillon (1696-1706) Actes capitulaires (1604-1775 ) : 11 H 7 à 11 H 14 Titres de Bourgmoyen : 3 H 1 à 3 H 83 Titres des Cordeliers : 31 H 1 et 31 H 2 Titres des Jacobins : 29 H 1 à 29 H 14 Les séries G et H ont fait l'objet d'un dépouillement et d'un
    Illustration :
    Délimitation des quartiers sinistrés en 1940. IVR24_20064100041NUDA Plan des fortifications de la ville au début du XVe siècle (hypothèse de restitution d'après F. de Plan de la ville avec la localisation des degrés et des rues à pente rapide. IVR24_20064100042NUDA Plan de la ville en 1937 (d'après un plan des services techniques de la ville de Blois Plan des aménagements des abords du château entre 1850 et 1880. IVR24_20064100039NUDA Le quartier des Basses-Granges au milieu du 19e siècle IVR24_19924100249XA Vue aérienne des quartiers de la ville basse avant les bombardements de 1940. IVR24_19924100745XB Quartiers sinistrés en 1940. Rue des Orfèvres et du Commerce. IVR24_19874100095XB vue sur la ville depuis le pont Charles de Gaulle IVR24_19914100336XA vue sur la ville depuis le pont Charles de Gaulle IVR24_19914100333XA
1