Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 21 à 40 sur 40 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de 5 immeubles dit îlot Colbert (24 à 32 rue Colbert)
    Ensemble de 5 immeubles dit îlot Colbert (24 à 32 rue Colbert) Tours - Quartier sinistré nord - 24 à 32 rue Colbert - en ville - Cadastre : 2010 DY 206 à 210
    Historique :
    L'ensemble s'élève sur le côté sud de l'îlot V, en place d'immeubles partiellement sinistrés lors le plan de remembrement du quartier nord, qui distingue six parcelles à lotir en bordure de la rue l'établissement des plans définitifs en 1959. Le permis de construire est délivré cette même année. L'ensemble
    Référence documentaire :
    Calque : plan dressé le 17 juillet 1956. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé le 25 juillet 1958. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé le 8 mars 1956. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé le 8 mars 1956. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de
    Description :
    Édifiés en limite du périmètre de reconstruction le long d'un axe est-ouest, ces cinq immeubles composent en partie le côté sud de l'îlot V. Longeant la rue Colbert, ils forment un ensemble de plan Voltaire voisin, ces immeubles disposent d'un large bandeau d'attique, qui surmonte le second étage et masque une couverture en terrasse. Le gros-œuvre de l'ensemble combine une ossature en béton armé et ou d'un plaquis de pierre calcaire. Un long balcon filant en béton enduit surplombe le rez-de , répartis sur la longueur de l'ensemble. Côté jardin, le même plaquis de pierre calcaire revêt l'étage de soubassement et le rez-de-chaussée. Les deux étages supérieurs sont simplement enduits. Leur disposition en . Le bâtiment situé à l'extrémité ouest accueille les locaux de la Mission étudiante catholique.
  • Ensemble de 8 immeubles dit îlot rue du Commerce (3 à 25 rue du Commerce)
    Ensemble de 8 immeubles dit îlot rue du Commerce (3 à 25 rue du Commerce) Tours - Quartier sinistré nord - 3 à 25 rue du Commerce - en ville - Cadastre : 2010 DZ 30 à 38, 48
    Historique :
    Constituée de huit immeubles édifiés le long de la rue du Commerce, la quatrième unité de chantier de l'îlot ABC ne connaît un remembrement définitif qu'après le second modificatif du plan de de 1947. Propriété du Conseil général d'Indre-et-Loire, le monument a rouvert ses portes en 2010
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 12 mars 1952, rectifié les 15 décembre 1952, 7 et 15 juillet 1954. Par Tirage : plan dressé le 12 mars 1952, rectifié les 15 décembre 1952, 7 et 15 juillet 1954. Par p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.
    Description :
    Édifiés le long d'un axe longitudinal est-ouest, la rue du Commerce, et bordés au nord par le jardin François-1er, ces huit immeubles composent le côté sud de l'îlot ABC. L'ensemble adopte un plan situé le plus à l'est compte un étage-carré réservé à l'habitation. Les cinq immeubles suivants couverture en terrasse. Le gros-œuvre est constitué d'une ossature en béton armé et d'une maçonnerie de le rez-de-chaussée et le premier étage. Disposé en retrait, le deuxième étage-carré est simplement ouest, le portail de l'hôtel Gouïn est encadré par deux bâtiments à un étage-carré, ceinturé d'une Commerce à la voie de desserte qui entoure le cœur de l'îlot ABC.
    Illustration :
    Façades sur le jardin François-1er. IVR24_20113700769NUC2A Place de la Résistance dans l'axe de la rue des Fusillés, vue depuis le porche monumental
  • Ensemble de 2 immeubles (39 à 41 rue Marceau)
    Ensemble de 2 immeubles (39 à 41 rue Marceau) Tours - Quartier sinistré nord - 39 à 41 rue Marceau - en ville - Cadastre : 2010 DZ 214, 215
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 25 septembre 1950. Par Taté, Henri (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 25 septembre 1950. Par Taté, Henri (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 4 octobre 1950. Par Taté, Henri (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 4 octobre 1950. Par Taté, Henri (architecte). (archives municipales de
    Description :
    armé et une maçonnerie de moellons constituent le gros-œuvre. Les murs maçonnés présentent sur rues un revêtues d'un simple enduit ciment. Le premier immeuble, au 41 rue Marceau, compte trois travées en barre d'appui. Des persiennes en bois peint permettent d'occulter l'ensemble des baies. Le second immeuble, établi à l'angle de l'îlot dans le prolongement du premier, adopte le même principe de balcon cintré semblable à ceux rencontrés en façade est. Le rez-de-chaussée de l'ensemble est occupé par des boutiques, des arrière-boutiques, ainsi que deux remises à vélos et un garage donnant sur le
  • Immeuble (3 bis rue des Halles)
    Immeuble (3 bis rue des Halles) Tours - Quartier sinistré nord - 3 bis rue des Halles - en ville - Cadastre : 2010 DZ 110
    Historique :
    . Ses plans sont visés fin octobre par le Commissaire à la Reconstruction et le permis de construire est accordé en mars 1950. Le certificat de conformité est dressé en 1955.
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 31 mai 1949. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de
    Description :
    cheminées en brique. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. La
  • Immeuble (7 rue de Jérusalem)
    Immeuble (7 rue de Jérusalem) Tours - Quartier sinistré nord - 7 rue de Jérusalem - en ville - Cadastre : 2010 DZ 254
    Historique :
    plan est remanié avant le lancement des travaux de gros-œuvre fin avril 1950, et l'enduit est remplacé depuis connu aucune intervention majeure, hormis le remplacement des menuiseries d'origine par des
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 20 octobre 1949. Par Boille, Pierre (architecte). (archives municipales de
    Description :
    Situé rue de Jérusalem sur le côté est de l'îlot S, l'immeuble est élevé à front de rue sur une qu'un étage de comble donnant exclusivement sur le cœur d'îlot. L'édifice est réservé à l'habitation et ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons constituent le gros-œuvre. À l'instar des deux plans généraux de l'îlot mentionnent au rez-de-chaussée le départ d'un escalier tournant à retours, face neuf carreaux, bien visibles depuis le cœur d'îlot. Chaque palier d'étage dessert un appartement de
  • Immeuble (18 rue Marceau)
    Immeuble (18 rue Marceau) Tours - Quartier sinistré nord - 18 rue Marceau - en ville - Cadastre : 2010 DZ 134
    Historique :
    abandonnée au profit d'un parement en moellons rappelant le style Art déco de certaines constructions d'avant -guerre. En 1952, Devernois aménage également les deux boutiques situées au rez-de-chaussée. Le certificat
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 17 octobre 1948. Par Devernois, Eugène (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 17 octobre 1948. Par Devernois, Eugène (architecte). (archives municipales Le Roy).
    Description :
    petite cour jardin sont rejetés en fond de parcelle, dans le cœur d'îlot. Le gros-œuvre de l'immeuble
  • Immeuble dit bâtiment 2 (1 à 7 avenue Saint-Lazare)
    Immeuble dit bâtiment 2 (1 à 7 avenue Saint-Lazare) Tours - Quartier du Sanitas - 1, 3, 5, 7 avenue Saint-Lazare - en ville - Cadastre : 2010 CV 505
    Historique :
    Faisant partie de la seconde tranche opérationnelle du Sanitas, le bâtiment 2 apparaît pour la d'implantation d'immeubles que dans le premier plan-masse de janvier 1955. Celui-ci ne prévoyait toutefois pas la tranche du Sanitas, le bâtiment 2 voit son permis de construire accordé le 20 avril 1959. Sa construction plans d'assemblages et le catalogue des façades permettent, notamment à partir des plans du bâtiment R
    Description :
    première et deuxième tranches du secteur urbain du Sanitas, le bâtiment 2 est l'édifice situé le plus à celui comptant le plus de logements. Le bâtiment n°2 joue un rôle de signal d'entrée et de sortie du du bâtiment R, elle-même très proche des deux autres immeubles en R+10 conçus dans le cadre de la première tranche (voir le dossier correspondant). Le bâtiment n°2 ajoute au modèle du bâtiment R une cage logements, sont utilisés pour les 10 niveaux au-dessus du rez-de-chaussée : le premier est commun aux étages 1, 3 et 9, le deuxième aux étages 2, 8 et 10, le troisième aux étages 4 et 6 et le quatrième aux
  • Immeuble dit bâtiment 20 (8-10 avenue du Général-de-Gaulle)
    Immeuble dit bâtiment 20 (8-10 avenue du Général-de-Gaulle) Tours - Quartier du Sanitas - 8, 10 avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2010 CR 318
    Historique :
    Les études pour le bâtiment 20 débutent à l'été 1960, quelques mois avant le lancement des études cité universitaire, le bâtiment devait alors accueillir des chambres d'étudiants, bien qu'étant réalisé diminution du programme alloué par le ministère de l’Éducation à la cité universitaire conduisit l'Office à faire reprendre le projet par Labourdette courant 1961. Seuls 48 logements HLM de petites dimensions sont encore prévus afin de pouvoir accueillir malgré tout une population étudiante. Le côté ouest du différenciation d'usage était soulignée par l'emploi de murs-rideaux sur une façade pleine. Le permis de construire fut accordé le 2 février 1963. Le projet ne fut toutefois pas réalisé, car les usines Billard , occupant pour partie le site d'implantation, tardait à déménager en raison de difficultés financières. De nouveaux plans furent établis en 1965, dans le cadre de la quatrième tranche du Sanitas. Le bâtiment fut qu'après l'obtention du permis de construire définitif, le 2 septembre 1965. La construction s'acheva en
    Description :
    Le bâtiment 20 constitue un exemplaire unique au sein de la seconde génération des bâtiments du aucun autre immeuble en R+4 (quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée). Cette originalité dans le type que son esthétique spécifique accentue. Accolé au centre d'action sociale de la tour U, le bâtiment 20 forme le contrepoint horizontal de cette dernière. L'ensemble formé avec le bâtiment 19, au sud de vertical de creux et de pleins avec le reste de la façade uniquement formé de fenêtres à persienne aux
  • Immeuble dit opération Blaise Pascal (place Neuve)
    Immeuble dit opération Blaise Pascal (place Neuve) Tours - Quartier du Sanitas - place Neuve - en ville - Cadastre : 2010 CR 351 2010 CR 352
    Historique :
    , partiellement détruit dans un incendie le 21 avril 1991. Un concours d'architecture sur un programme mixte construction), qui souhaitaient faire de la nouvelle opération, dénommée Blaise-Pascal, le point de départ d'une impulsion donnée à l'ensemble du quartier. Le Sanitas entrait alors, par le biais du Développement Social de Quartier (DSP), dans sa première phase de réhabilitation. Cette opération symbolisait ainsi le formes et ses matériaux, à son environnement. Le projet de l'équipe Alea Jacta, formée du tourangeau faculté de droit) fut retenu à l'été 1994. La première pierre des nouveaux bâtiments fut posée le 18 s'installant l'année suivante. Le bâtiment en R+10 était, à son achèvement, le plus haut immeuble construit à
    Illustration :
    Vue depuis le jardin Theuriet en direction du Nord-Ouest. IVR24_20103701539NUC2A
  • Immeuble dit bâtiment 1 ter (20-22 avenue du Général-de-Gaulle)
    Immeuble dit bâtiment 1 ter (20-22 avenue du Général-de-Gaulle) Tours - Quartier du Sanitas - 20, 22 avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2010 CR 71 2010 CR 341
    Historique :
    Le premier projet pour le bâtiment 1 ter, alors étudié par Jacques Henri-Labourdette, remonte à 1965. L'architecte en chef du Sanitas conçut, dans le cadre de la quatrième tranche, un immeuble destiné à combler le vide laissé depuis 1963 entre les deux tronçons du bâtiment 1, réalisés dans le cadre d'une voie routière, l'allée de Luynes, permettant l'accès au cœur de l'îlot aux automobiles : le rôle bâtiment 20, également planifié dans le cadre de la quatrième tranche du Sanitas, en prévoyant une façade Loyer Normal), d'un standing supérieur aux HLM. Le permis de construire du bâtiment fut accordé le 2 septembre 1965 ; sa réalisation ne débuta toutefois pas, le ministère de la Construction n'ayant jamais , avant le démarrage du chantier, d'augmenter encore la hauteur du bâtiment de trois étages. La construction s'acheva en 1978. Bien que rénové en 1998, le bâtiment 1 ter est resté dans son état d'origine.
    Description :
    Le bâtiment 1 ter marque par son gabarit une rupture nette dans le front bâti nord de l'avenue du Général-de-Gaulle, tant par sa hauteur (28 mètres, soit le double des immeubles adjacents) que par sa béton, les façades porteuses, également en béton, recevant un placage en pierre de taille. Le dessin des attribués pour la construction de logements en norme PLR étant inférieurs à ceux des HLM. Le plan du
  • Immeuble dit bâtiment 19 (21 à 35 avenue du Général-de-Gaulle)
    Immeuble dit bâtiment 19 (21 à 35 avenue du Général-de-Gaulle) Tours - Quartier du Sanitas - 21, 23, 25, 27, 29, 31, 33, 35 avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2010 CV 464
    Historique :
    Le bâtiment 19 apparaît pour la première fois au plan-masse du quartier du Sanitas du 27 août 1958 , six mois après le lancement des travaux de la première tranche du secteur industrialisé. Ce plan-masse encore déménagé à Saint-Pierre-des-Corps. Le fabricant d'autorails Billard occupait alors encore près de le bâtiment 19 le second centre commercial du quartier et le centre administratif, finalement respectivement réalisés dans le bâtiment 17 et près de la chaufferie. Un premier projet pour un immeuble en R+4 Normal), vit son permis de construire délivré le 2 février 1963. Un portique était alors prévu pour du terrain Billard conduisit l'Office à reporter le projet, resté inchangé, dans la quatrième tranche désormais prévus dans le bâtiment 19, porté à R+6. Le permis de construire fut accordé le 30 novembre 1966
    Description :
    Le bâtiment 19 compte huit cages d'escalier. Sa structure consiste en une ossature dalle et murs-de sud, des balcons filants scandent le bâtiment sur toute sa largeur ; cinq sections ajourées permettent l'aération et la ventilation du sous-sol, le rez-de-chaussée comporte pour chaque cage un logement d'une pièce et un logement de trois pièces. Le local pour voitures d'enfants, présent dans le bâtiment 18, est ici absent, permettant l'ajout pour le logement d'une pièce d'une grande cuisine, ainsi dissociée du des logements reste la même aux étages, le logement d'une pièce passant à deux pièces grâce à l'adjonction d'une chambre. Le séjour est systématiquement orienté au sud, ouvrant sur les balcons, les
  • Immeuble (3 rue des Déportés)
    Immeuble (3 rue des Déportés) Tours - Quartier sinistré nord - 3 rue des Déportés - en ville - Cadastre : 2010 DZ 121
    Historique :
    reconstruction de la parcelle attenante. Le certificat de conformité est délivré en janvier 1957.
    Description :
    Jouxtant le passage d'accès au cœur de l'îlot L, ce petit immeuble est composé d'un sous-sol, d'un rez-de-chaussée commercial, de deux étages-carrés et d'un étage de comble destinés au logement. Le que par un bandeau à denticules situé au-dessus de chaque paire de fenêtres. Le toit à longs pans commerciale occupe tout le rez-de-chaussée de la façade principale. La double-porte centrale de la boutique couronne le tout, donnant l'illusion d'un fronton cintré au tympan vitré. Un claveau central en maçonnerie supporte l'enseigne en fer forgé. L'accès à l'immeuble s'effectue par une porte en bois reportée sous le
  • Immeuble à logements dit bâtiment 17 (place Saint-Paul)
    Immeuble à logements dit bâtiment 17 (place Saint-Paul) Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 462
    Historique :
    Le bâtiment 17 apparut pour la première fois au plan-masse du quartier du Sanitas de Jacques Henri couvert. Le bâtiment 17 fut ensuite, en septembre 1961, retenu pour accueillir le second centre commercial installées en rez-de-chaussée d'un immeuble d'habitation, permettant une économie financière conséquente. Le qu'en 1966, le planning ayant été dépassé de plus d'un an suite au retard pris par les établissements Billard pour quitter les lieux. Le nord du rez-de-chaussée du bâtiment fut remanié en 1969, afin de -Gaulle. Le bâtiment 17 fut rénové en 1997, sans toutefois altérer son esthétique.
    Description :
    Le bâtiment 17 constitue une exception dans le quartier du Sanitas, étant le seul immeuble de , répétant à six reprises le module générique, commun aux autres immeubles de la troisième tranche, et formé troisième chambre du type 4 dispose d'un balcon ouvert sur la place Saint-Paul. La structure reprend le réduits, suivant le principe de maximisation des surfaces vitrées. Seuls les séchoirs, sur la façade est
  • Immeuble dit bâtiment 18 (place Saint-Paul)
    Immeuble dit bâtiment 18 (place Saint-Paul) Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 462
    Historique :
    Le bâtiment 18 apparaît pour la première fois au plan-masse du quartier du Sanitas du 27 août 1958 , six mois après le lancement des travaux de la première tranche du secteur industrialisé. Ce plan-masse celui du bâtiment 5, ramenant le bâtiment 18 à une longueur de 112 mètres. Son implantation n'évolua obtinrent de ramener le volume de l'édifice à R+6. Le bâtiment 18 est le premier immeuble du Sanitas à posséder six étages et à offrir des balcons filants. Le permis de construire fut délivré le 2 février, sa
    Description :
    Le bâtiment 18, premier immeuble en R+6 (six étages au-dessus du rez-de-chaussée) construit au jonction avec le bâtiment 17, contigu au bâtiment 18. Ces façades libres autorisent un remplissage intégral le pignon ouest intégralement aveugle, et en parement des parois porteuses de la cage d'escalier orientale. Le pignon est, enfin, est ouvert à partir du premier étage par un balcon filant sur toute sa l'aération et la ventilation du sous-sol, le rez-de-chaussée comporte pour chaque cage, à l'est, un logement retours et un ascenseur. La distribution des logements reste la même, le logement d'une pièce devenant un
  • Immeuble de type ECONOR (ensemble de 6)
    Immeuble de type ECONOR (ensemble de 6) Tours - Quartier du Sanitas - 4, 6, 8, 10, 12, 14 allée de la Bourdaisière 2, 4, 6, 8 allée de Cheverny 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14 allée de Luynes 4, 6, 8 allée du Plessis - en ville
    Historique :
    , également dénommés LEN (Logements Économiques Normalisés). Voulus par le ministère de la Reconstruction , ils se distinguaient des HLM par des normes légèrement inférieures, notamment sur le dimensionnement immeubles à exposition est-ouest, le ministère refusant la réalisation de logements exclusivement exposés au , selon le plan-masse du 30 novembre 1955, 38 bâtiments aux normes ECONOR devaient être réalisés, contre l'ensemble de l'opération à recevoir leurs habitants. Le principe de la reconduction des normes ECONOR pour adjointes au bâtiment N en 1966 dans le cadre de la troisième tranche, à la suite du déplacement de la voie
    Référence documentaire :
    Archives communales de Tours. Série W : 1257 W 1. Négociations entre la Ville et le ministère sur
    Description :
    Le système constructif des immeubles ECONOR - dénommés B, F, H, J, M et N - est identique à celui des HLM à cinq niveaux réalisés dans le cadre de la première tranche. Il est formé par une ossature uns par rapport aux autres. Le niveau de rez-de-chaussée reprend la même structure, les parois , desservant chacune quatre logements. Ceux-ci, non traversants, sont organisés le long d'un mur de refend
  • Bourg : maison (113 rue de la République)
    Bourg : maison (113 rue de la République) Château-Renault - 113 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 709 2015 AO 246
    Historique :
    La maison présente sur le plan cadastral napoléonien est détruite en 1887. L'édifice actuel est
  • Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 20)
    Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 20) Tours - Quartier du Sanitas - allée de l' Adjudant-Foiny allée de la Belle-Fille allée de Cangé allée de la Charparaie allée de Chaumont allée de Cheverny allée de la Devinière avenue du Général-de-Gaulle allée de Montrésor rue Nioche - en ville
    Historique :
    réalisés dans le cadre de la première tranche, dont deux partiellement, offrant un total de 173 logements à retenir la seule norme HLM pour les immeubles restant à construire dans le cadre de la deuxième treize nouveaux bâtiments en R+4, ainsi que dans le bâtiment L dont une première tranche avait été la tranche II bis de l'opération du Sanitas, venant en reconduction de la deuxième tranche. Le bâtiment C, terminé en 1960, fut en 1983 le premier immeuble du Sanitas à faire l'objet d'une rénovation P, Q1, 1 et 12, implantés le long des deux axes structurants du quartier, et qui firent l'objet
    Référence documentaire :
    Archives communales de Tours. Série W : 1257 W 1. Négociations entre la Ville et le ministère sur
    Description :
    Le système constructif des immeubles HLM en R+4 des première et deuxième tranches - dénommés C, G aux autres. Le niveau de rez-de-chaussée reprend la même structure, les parois extérieures étant par la cage d'escalier et le séchoir, les type 2 (logements de deux pièces) étant groupés autour de cuisines, alignées le long des coursives, sont juxtaposées aux salles de bain, en cœur de construction. Les chutes et conduits de ventilation sont dans les deux cas accolés aux structures porteuses. Le séjour et réalisés dans le cadre de la seconde tranche diffèrent peu de ceux de la première, la surface des chambres
  • Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 5)
    Immeuble de norme HLM en R+4 (ensemble de 5) Tours - Quartier du Sanitas - rue Jean-Aubry rue Maurice-Bedel rue Jules-Guesde - en ville
    Historique :
    construit dans le cadre de l'opération Pasteur. Prenant place au sud des deuxième, troisième et quatrième et 12 furent in fine réalisés, laissant une importante emprise libre au sud de ceux-ci. Le lancement portiques sur le modèle des bâtiments 21 à 25. L'opération fut totalement reprise à l'hiver 1967, suite à l'extension vers le nord de son périmètre. Le nombre de bâtiments en R+4 prévus passa à treize, la moitié programme du collège Pasteur, à l'été 1967, bouleversa une fois de plus, dans sa partie sud, le plan-masse l'année 1969 dans le cadre de la première tranche de l'opération Pasteur. La réalisation de la deuxième
    Description :
    Les cinq immeubles en R+4 (quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée) réalisés dans le cadre de de refend en béton, ils offrent une façade presque entièrement libre, le seul élément porteur conséquent un total de 140 logements. Les façades du rez-de-chaussée, encadrant le hall d'entrée, sont des troisième et quatrième tranches du Sanitas. Aux quatre niveaux d'étages, le hall d'entrée est premier étage étant remplacé par une porte-fenêtre. Les façades arrières reprennent la même typologie, le trumeau encore existant sur le modèle de la troisième et de la quatrième tranche disparaissant. Seuls les filantes. Les pignons présentent une plus grande variété d'ouvertures que sur le modèle antérieur, offrant
  • Immeuble (2 rue des Fusillés)
    Immeuble (2 rue des Fusillés) Tours - Quartier sinistré nord - 2 rue des Fusillés - en ville - Cadastre : 2010 DZ 77
    Historique :
    chantier de l'îlot E. Le certificat de conformité est rédigé en mai 1955.
    Description :
    du Commerce et des Fusillés. Le traitement particulier de ses façades l'individualise nettement des comble. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. De la pierre de simple enduit ciment est apposé sur les façades sur cour. Coiffant l'étage de comble, le toit à longs
  • Immeuble de norme HLM en R+6 (ensemble de 3)
    Immeuble de norme HLM en R+6 (ensemble de 3) Tours - Quartier du Sanitas - rue Maurice-Bedel rue Jules-Guesde rue Théophane-Vénien - en ville
    Historique :
    Le principe d'une échelle intermédiaire entre les bâtiments bas, en R+4, et les tours, en R+15 rues, éloigné des grandes compositions aux tracés peu perceptibles depuis le sol. Les bâtiments 18 et +6, permettant de conjuguer l'obligation de densité, nécessaire au regard du prix du foncier, avec le d'orientation est-ouest en R+6. Le principe en fut pourtant provisoirement abandonné dans la première étude de , prévoyait quatre immeubles en R+6 ; l'un d'entre eux, le bâtiment g, étant déjà à son emplacement final . L'implantation définitive des bâtiments j et m fut elle fixée au début de l'année 1968. Premier lancé, le bâtiment g fut achevé en 1970, et les deux autres l'année suivante. Le bâtiment c, enfin, prévu à
    Description :
    Les trois immeubles en R+6 réalisés dans le cadre de l'opération Pasteur sont conçus sur un modèle le reste de l'opération Pasteur, parées de carreaux de grès-cérame gris-bleu. Les murs pignons, parés