Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 21 à 40 sur 136 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port au Bois ou port de la Saulaie
    Port dit port au Bois ou port de la Saulaie La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - Ile du Faubourg - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Les dénominations "port de la Saulaie" et "port au Bois" désignent des aménagements portuaires situés sur la partie aval de l'île de La Charité. Le premier est mentionné jusqu'au début des années 1840 tandis que le second apparaît au milieu des mêmes années 1840, ce qui pourrait signifier que la semble en effet que le port de la Saulaie occupait un espace moins grand et établi un peu plus à l'ouest que celui du port au Bois. Le plan de 1840 le situe sur la partie nord ouest de l'île tandis que le port au Bois occupe toute la partie nord (aval) de l'île (plans de 1846 et 1868). Un plan daté de la fin du XVIIIe siècle (vers 1787) figure déjà des berges maçonnées (perrés) sur la partie aval de l'île aux "perrés du port au Bois de marine de l'île de La Charité" que l'ingénieur Normand compare en 1789 également été réalisés à la même période, durant les années 1780. A La Charité, le cadastre napoléonien de 1818 mentionne sur l'île des ouvrages d'abordage sur la rive située du côté du bras gauche du fleuve
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800506NUCA). de la Nièvre, S 3064). (cf. illustration n° IVR24_20125800516NUCA). la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800292NUCA). Biard (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800190NUCA). départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800293NUCA).
    Canton :
    La Charité-sur-Loire
    Description :
    Situé sur l'île de La Charité, en aval des ponts, le port de la Saulaie ou port au Bois comprend
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - Ile du Faubourg - en ville
    Titre courant :
    Port dit port au Bois ou port de la Saulaie
    Illustration :
    Plan de la continuation de la levée d'Espagne vis à vis de la ville de la Charité, non daté (vers Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail sur La Charité. (archives départementales de la Nièvre, S 3064). IVR24_20125800516NUCA Plan de l'île de La Charité dressé par l'ingénieur de l'arrondissement de Sancerre Ducros, 8 novembre 1840. Mention du port de la Saulaie. (archives nationales, F 14 6550). IVR24_20125800302NUCA Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800506NUCA Extrait de la carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes en 1852 et complétée en 1911 . (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). IVR24_20125800293NUCA Plan général de la Loire, défense des rives entre le Bec d'Allier et Briare, 19 avril 1859
  • Port dit port de Saint-Cyr
    Port dit port de Saint-Cyr Tours - la Péraudière - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    le bac reliant Saint-Cyr et la Riche accostait vis à vis du bourg de Saint-Cyr en l'an 12 et en 1848 Saint-Martin et les religieux de la Clarté-Dieu (commune de Saint-Paterne Racan). On ne sait rien des construite en face de Saint-Cyr "pour la facilité du commerce" : l'ouvrage est dégradé et doit être réparé . Un passage sur la Loire est mentionné à Saint-Cyr depuis le début du XVIe siècle. Il appartenait (carte de Coumes). En 1789, suite à la chute de quatre arches du pont de Tours, un pont flottant a été épreuve et permettait de faire passer dix à douze voitures à la fois avec les chevaux. La traversée
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de Saint-Cyr est établi sur la rive droite, vis à vis du bourg de Saint-Cyr. Une seule cale
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Tours - la Péraudière - en ville
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Tours avec localisation des ports sur un fond de plan de 1880 Carte du tracé de la Loire de Briare à Nantes (étude relative à l'amélioration de la Loire), 1835 Extrait de la carte de Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. Détail sur Saint-Cyr
  • Port dit port de la Chapelle-aux-Naux
    Port dit port de la Chapelle-aux-Naux La Chapelle-aux-Naux - les Taboureaux - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port est cité sur les listes des ports de Loire de 1857 et 1862 sous le nom de "port de la
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Situé rive gauche, le port de la Chapelle-aux-Naux comprend deux cales abreuvoirs simples, une cale
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    La Chapelle-aux-Naux - les Taboureaux - en écart
    Titre courant :
    Port dit port de la Chapelle-aux-Naux
  • Port dit port de la Nièvre (quais de Nevers)
    Port dit port de la Nièvre (quais de Nevers) Nevers - boulevard Pierre de Coubertin - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de la Nièvre longeait les rives droites de la Nièvre et de la Loire. Une inscription gravée sur une pierre d'une maison située à l'angle de la rue Casse-Cou et du quai de Mantoue rappelle d'ailleurs la présence vis à vis de la Nièvre du "quay de Loire". Contrairement au port de Médine établi sur la rive gauche de la Nièvre et réservé aux dépôts des forges de la Chaussade, le port de la Nièvre cet emplacement sert de port. A la fin du XVIIIe siècle (voir plan de 1793-1794), il est bordé du côté de la ville par un mur de quai percé d'une rampe assurant une liaison entre le port et la ville -Nicolas » durant tout le XIXe siècle. Un escalier double, reliant également la Nièvre à la ville, est siècle le long de la Loire mais aucune preuve n'a pu être apportée à ce sujet. En 1813, les marchands de bois et négociants de la ville se plaignent de l'encombrement de ce port et du chemin de halage qui le l'attache des bateaux. Un arrêté préfectoral précise le 22 juillet 1813 que ce port appartient à la ville
    Hydrographies :
    la) ; Nièvre Loire
    Référence documentaire :
    départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800395NUCA). Photographie ancienne. (service du patrimoine de la ville de Nevers). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (service du patrimoine de la ville de Nevers). (cf. illustration n départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800435NUCA). ). (archives départementales de la Nièvre, S 633). (cf. illustration n° IVR24_20125800388NUCA). Photographie ancienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi Nevers 844). (cf. illustration départementales de la Nièvre, S 4823). (cf. illustration n° IVR24_20125800510NUCA). . Par Coinchon (ingénieur). (archives départementales de la Nièvre, S 634). (cf. illustration n Encre sur papier, 34,5 x 19,5 cm. (archives départementales de la Nièvre, S 7054). (cf Carte postale ancienne colorisée. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi Nevers 6992). (cf
    Description :
    Situé rive droite, à l'embouchure de la Nièvre dans la Loire, le Port de la Nièvre mesurait environ 270 mètres de long (depuis l'île des Pâtis jusqu'au pont de Loire). Le port était établi à la fois sur les rives de la Nièvre et de la Loire. Avec la construction du pont Mal Placé (1865), le port est recouvert par la déviation de la RN 7 entre 1958 et 1962.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Titre courant :
    Port dit port de la Nièvre (quais de Nevers)
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Nevers avec la localisation des ports reportés sur un fond de plan de Plan général des Ponts de Nevers sur la Loire avec les chemins, quais, ports, levées et autres ouvrages à leurs abords, 8 janvier 1812, ingénieur Coinchon. (archives départementales de la Nièvre, S 634 Plan général des abords de la levée du port de Nevers au coteau de Saint-Eloi présenté par l'ingénieur ordinaire Tibord le 4 février 1812. Détail sur l'embouchure de la Nièvre.. (archives départementales de la Nièvre, S 633). IVR24_20125800388NUCA Plan des quais de Loire, 8 août 1827. Détail sur la section située en amont du pont (port de Nièvre Plan du port de Médine, non daté (1er quart XIXe siècle). (archives départementales de la Nièvre départementales de la Nièvre, S 7054). IVR24_20125800486NUCA Plan général de la Loire aux abords de Nevers par l'ingénieur ordinaire Verdevoye, 23 janvier 1854
  • Port dit port refuge (ou gare) de la Nièvre
    Port dit port refuge (ou gare) de la Nièvre Nevers - quai de Médine - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'embouchure de la Nièvre à Nevers a probablement été utilisée comme abri à bateaux pendant des protégé des assauts du fleuve par la levée de Médine dont on ne connaît pas la date de construction et qui a été modifiée et exhaussée en 1862-1865 lors des travaux de défense de la ville puis écornée par l'implantation de la Maison de la Culture à la fin des années 1960. Au début du XIXe siècle, l'utilisation de la Nièvre comme refuge et port est bien établie et un arrêté préfectoral relatif à la police et à la navigation dans la gare de la Nièvre est prescrit le 6 octobre 1819. Ce document précise qu'il importe mariniers sont notamment tenus de réserver au milieu de la gare un passage commode pour la circulation et de laisser l'entrée du bassin libre d'accès. A cette date, seule la partie située en aval du Pont Madame est occupée et on projette d'augmenter les dimensions de la gare en la prolongeant vers l'amont. En 1822 , l'inspecteur général de la navigation déplore de nouveau l'encombrement de la gare et propose un arrêté
    Hydrographies :
    la) : Nièvre Loire
    Référence documentaire :
    Reproduction d'un dessin non daté (début XIXe siècle ?). (archives départementales de la Nièvre, 2 départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800395NUCA). Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n Orthophoto du Ministère de la Construction, mission 2087, 1954. (archives départementales de la Orthophoto du Ministère de la Construction, mission 6086, cliché 2057, année 1967. (archives départementales de la Nièvre, Fi vrac boite 6). (cf. illustration n° IVR24_20125800442NUCAB). Carte postale ancienne. (service du patrimoine de la ville de Nevers). (cf. illustration n départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800435NUCA). Photographie aérienne, non datée. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi Nevers 1572). (cf départementales de la Nièvre, 2 Fi Nevers 827. Fonds Belile n° 769). (cf. illustration n° IVR24_20125800446NUCAB).
    Description :
    Située à l'embouchure de la rivière de la Nièvre (rive droite), la gare d'eau mesurait environ 35 ) suivant les deux bras principaux de la rivière. Sur les berges de la gare étaient établis deux ports : le port de Médine (rive gauche) et le port de la Nièvre (rive droite). Ces deux ports ont été étudiés individuellement. La gare n'existe plus aujourd'hui.
    Titre courant :
    Port dit port refuge (ou gare) de la Nièvre
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Nevers avec la localisation des ports reportés sur un fond de plan de Nevers en 1566 par Amédée Jullien (d'après un dessin conservé à la Bibliothèque Nationales Plan général des abords de la levée du port de Neversau coteau de Saint-Eloi, 4 février 1812 , ingénieur ordinaire Tibord. Détail sur l'embouchure de la Nièvre. (archives départementales de la Nièvre, S départementales de la Nièvre, 10 J 98). IVR24_20125800435NUCA Dessin représentant la gare de la Nièvre vue depuis le pont sur la Loire, non daté (début XIXe siècle ?), non signé. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi Nevers 2688). IVR24_20125800386NUCA Voyage aérien sur la Loire et ses bords par Guesdon, 1848-1849. Détail. (médiathèque de Nevers Plan général de la Loire aux abords de Nevers par l'ingénieur ordinaire Verdevoye, 23 janvier 1854 . Détail. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). IVR24_20125800395NUCA
  • Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe) La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'île de La Charité, et particulièrement sa partie amont, a toujours été sujette aux assauts endroit. Un plan de la fin du XVIIIe siècle (vers 1787) apporte quelques précisions à ce sujet en figurant des berges maçonnées (perrés) sur quasiment tout le pourtour de l'île (excepté la rive située en aval du pont côté bras gauche du fleuve). Durant la débâcle de janvier 1789, l'éperon construit en pierre de taille à la pointe de l'île et qui partage les eaux des deux bras de la Loire est fortement (3,25 m). Il est urgent de le faire réparer pour éviter que l'île ne soit emportée. La partie amont de l'île de La Charité bénéficiait de plusieurs sites d'embarquement et de débarquement de marchandises marchandises destinés à la navigation" (côté bras droit du fleuve). Il mentionne également une cale abreuvoir de ces sites correspond à ce que les documents anciens dénomment "port de la tête de l'Ours" même si l'activité paraît se concentrer du côté du bras droit du fleuve, en face de la ville. En l'an 13 (1805), un
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800507NUCA). départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800506NUCA). de la Nièvre, S 3064). (cf. illustration n° IVR24_20125800516NUCA). Encre sur papier, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 O 26). (cf la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800292NUCA).
    Canton :
    La Charité-sur-Loire
    Description :
    Situé sur l'île de La Charité, en amont des ponts, le port de la tête de l'Ours est relié par sa pointe (éperon) à la chevrette de La Charité. Malgré la présence attestée au milieu du XIXe siècle de . Il s'agit d'un ouvrage complètement recouvert par la végétation situé en amont du pont, côté bras droit du fleuve (ouvrage non repéré par la Diren). Quelques organeaux restent également visibles.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    La Charité-sur-Loire - Ile du Faubourg - quai Léopold Sédar-Senghor - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de la Tête de l'Ours (ou de l'Ourthe)
    Illustration :
    Plan du port de la tête de l'Ours, XVIIIe siècle. (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail sur La Charité. (archives départementales de la Nièvre, S 3064). IVR24_20125800516NUCA Plan de l'île de La Charité dressé par l'ingénieur de l'arrondissement de Sancerre Ducros, 8 Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800506NUCA Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. Détail sur l'île : port aux marchandises destinées à la navigation. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800507NUCA Plan de l'île de La Charité, 6 avril 1868, détail. Mention de trois cales abreuvoirs simples et du
  • Port dit port du Poids de Fer
    Port dit port du Poids de Fer Jouet-sur-l'Aubois - le Poids de Fer - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port du Poids de Fer est mentionné durant la seconde moitié du XVIIIe siècle (1745, 1790) et passage. Comme son nom l'indique, l'activité de ce port est étroitement liée à la métallurgie (minerai de semble que l'endroit était également réputé pour la construction de certains bateaux, notamment des que le port du Poids de Fer sert de lieu d'embarquement aux produits importants des usines de la vallée de l'Aubois. Il précise que le nombre et le chargement de voitures qui parcourent journellement la levée ont rendu indispensable la construction d'un pavé en blocage en pierre de Fourchambault. Ce pavé et de le prolonger de 360 mètres vers l'amont. Ce prolongement correspondent, d'après lui, à la soulève plusieurs questions. La longueur de 1560 m ou 1920 m ne peut correspondre à celle du port du Poids de Fer. S'agit-il de la levée située en amont du port ? Des ports d'Aubigny, de Conscience et du part les deux premières cales, ces ouvrages sont également représentés sur la carte de la Loire dressée
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    , subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n
    Canton :
    La Guerche-sur-l'Aubois
    Description :
    Situé rive gauche, entre la Loire et le canal latéral à la Loire, le port du Poids de Fer était
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le Poix de Fer. (école Plan d'une partie du port du Poids de Fer dressé en 1771 suite à la réclamation d'indemnités de la Plan d'alignement du Poids de Fer, 15 mai 1845, ingénieur en chef Mutrécy-Maréchal. Détail sur la Plan d'alignement du Poids de Fer, 15 mai 1845, ingénieur en chef Mutrécy-Maréchal. Détail sur la cale située la plus en aval. (archives nationales, F 14 6550). IVR24_20121800764NUCA Carte de la Loire, plan géométrique dressé par Auguste Grenier sous la direction de M. Zeiller
  • Port dit port des quais Neuf et Vieux
    Port dit port des quais Neuf et Vieux La Charité-sur-Loire - quai Georges Clémenceau quai Maréchal Foch - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Un port est attesté sur la rive droite de la Loire à La Charité dès le milieu du XVIIIe siècle mais en 1744, il n'est rien d'autre qu'un "chantier naturel de la rivière » sujet à être dégradé par les crues et les glaces. Il faut attendre les années 1780 pour que la ville soit enfin équipée d'un port siècle et le port de la rive droite est désormais connu sous le nom de "quai Vieux" et quai "Neuf". Afin de faciliter la lecture des données historiques qui suivent, les quais Vieux (amont du pont) et Neuf (aval du pont) ont été dissociés pour ce qui concerne les travaux de la fin du XVIIIe siècle (ils ont en effet été réalisés à la même période pour les deux sites mais suivant des devis indépendants). Pour le ) Le "quai amont servant de port" de La Charité est construit à partir de 1778 par l'entrepreneur travaux sont effectués suivant un projet rédigé par Normand, ingénieur en chef des Turcies et levées de la , l'ingénieur Normand propose d'augmenter le devis initial, notamment par la pose de 17 boucles destinées à
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi La Charité n° 2). (cf départementales de la Nièvre, S 10994). (cf. illustration n° IVR24_20125800506NUCA). Photographie ancienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi La Charité n° 230). (cf Photographie aérienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi La Charité 163). (cf départementales de la Nièvre, S 10944). (cf. illustration n° IVR24_20125800502NUCA). départementales de la Nièvre, S 10944). (cf. illustration n° IVR24_20125800501NUCA). départementales de la Nièvre, S 10944). (cf. illustration n° IVR24_20125800503NUCA). Dubois (géomètre) ; Moisy (géomètre). (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 G 2). (cf Dubois (géomètre) ; Moisy (géomètre). (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 G 2). (cf
    Canton :
    La Charité-sur-Loire
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    La Charité-sur-Loire - quai Georges Clémenceau quai Maréchal Foch - en ville
    Illustration :
    Plan de la continuation de la levée d'Espagne vis à vis de la ville de la Charité, non daté (vers Extrait du cadastre napoléonien de 1818 révisé en 1837. (archives municipales de La Charité-sur Extrait du cadastre napoléonien de 1818 révisé en 1837. (archives municipales de La Charité-sur pont. (archives départementales de la Nièvre, S 10944). IVR24_20125800501NUCA pont. (archives départementales de la Nièvre, S 10944). IVR24_20125800502NUCA quai, 12 février 1839, ingénieur ordinaire Joncoumont. (archives départementales de la Nièvre, S 10944 Plan d'ensemble des quais de La Charité dressé le 18 juin 1846 par l'ingénieur en chef Mutrécy -Maréchal. (archives départementales de la Nièvre, S 10994). IVR24_20125800506NUCA Le pont sur la Loire et la rive droite. Carte postale ancienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi La Charité n° 2). IVR24_20125800462NUCAB
  • Port dit port du Bec d'Allier
    Port dit port du Bec d'Allier Cuffy - Bec d'Allier - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    On trouve les premières mentions du port du Bec d'Allier sous la forme de "portus de Conflant " (port du confluent) en 1356, 1506 et 1540. Sur ce site appellé aussi "port de Bédaillet" à la fin du XVIIe siècle, on chargeait notamment du fer en provenance de la forge de Fontbardais située à Germigny vicinaux rendait difficile la communication de la forge au port (plus de 15 kilomètres à parcourir entre l'embarquement. La municipalité se plaint des voituriers qui refusent de décharger ces gueuses sur la grève au transitant au port du Bec d'Allier, notamment ceux provenant de la rivière d'Allier. Ceux-ci étaient charbons de terre, vins et fruits d'Auvergne. Lorsqu'ils rentraient dans la Loire à Cuffy, les marchandises notamment au transport de la fonte, du fer, de la pierre et du bois sur la rivière d'Allier (ports du Veurdre, de Mornay, d'Apremont) et sur la Loire entre Nevers et Pouilly. Un projet d'alignement du port été délaissé au cours de la seconde moitié du XIXe siècle suite à l'ouverture du canal latéral à la
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800771NUCA).
    Canton :
    La Guerche-sur-l'Aubois
    Description :
    Situé rive gauche, à la confluence de l'Allier et de la Loire, le port du Bec d'Allier était équipé orientées vers l'aval (mentionnées sur le cadastre de 1828 et sur la carte de Coumes de 1852 mais non
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Plan du Bec d'Allier, 1869. Détail. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800771NUCA
  • Port dit port de Givry
    Port dit port de Givry Cours-les-Barres - Givry - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La première mention connue d'un port à Givry date de 1178. Deux cartes de la Loire du XVIIIe siècle l'actuel pont sur la Loire). En outre, un arrêt du Conseil d'Etat confirme en 1730 le sieur Marion dans des droits de péage et de bac sur la Loire au port de Givry. Le site portuaire est également mentionné en 1813, les ports du Bec d'Allier, des Bouillots à Cuffy et de Givry sont confiés à la garde d'un même marchandises. Il semble que le site perde ses fonctions portuaires à partir de la fin des années 1830 et du début des années 1840. C'est en effet à cet endroit et à cette période qu'un pont suspendu sur la Loire également l'abandon du bac devenu inutile depuis la réalisation du pont. La fonction commerciale du port -ci était, en 1897, le deuxième grand port du canal latéral à la Loire par importance de tonnage : 90 de ces ouvrages réalisés lors de la construction du pont sont détruits en 1843 lors de l'alignement du chemin de halage de part et d'autre de l'ouvrage d'art. Seule la cale située immédiatement en aval
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Encre sur papier, Ech. 1/2000e, 1839, détail. (direction départementale de l'équipement de la la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800692NUCA).
    Canton :
    La Guerche-sur-l'Aubois
    Description :
    Situé rive gauche, à l'emplacement de l'actuel pont sur la Loire, le port de Givry n'existe plus
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le port de Givry et Carte de la Loire, XVIIIe siècle. Détail sur le port de Givry. (archives nationales, CP F 14 100 66 Projet d'aligner la berge et le chemin de halage aux abords du pont sur la Loire à Givry (suite à une demande des mariniers), 15 août 1839. Détail. (direction départementale de l'équipement de la Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre
  • Port dit port de Médine
    Port dit port de Médine Nevers - quai de Médine - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    rivières de Loire et de Nièvre » est concédé par le duc de Nevers à Pierre Babaud de La Chaussade qui décide d'y établir un port. Nous n'avons pas connaissance de la nature des aménagements du site portuaire durant les premières décennies d'utilisation. On sait seulement que la levée de Médine est construite de La Chaussade situées à Guérigny à une douzaine de kilomètres en amont de Nevers. Ce port était donc à l'origine un port privé réservé à un usage privé. Le 8 mars 1781, Pierre Babaud de La Chaussade vend au roi les forges de La Chaussade ainsi que "le fief de Médine (...) consistant en une maison et considérable sur la Nièvre, près la Loire". Les plans de 1793-1794, de 1812 et de 1865 mentionnent une corderie immédiatement en amont du port de Médine. Actuellement, la présence d'une "rue des Corderies" à cet emplacement rapporte que le port de Médine appartient à la Marine Nationale, qu'il sert de magasin découvert et de port l'embouchure de la Nièvre sur la rive droite de la rivière du côté de la ville. Plusieurs plans dressés en
    Hydrographies :
    la) ; Nièvre Loire
    Référence documentaire :
    départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800435NUCA). ). (archives départementales de la Nièvre, S 633). (cf. illustration n° IVR24_20125800388NUCA). (ingénieur). (archives départementales de la Nièvre, S 634). (cf. illustration n° IVR24_20125800391NUCA).
    Description :
    Situé rive droite, entre la rivière de la Nièvre et la Loire (près de l'embouchure de la Nièvre d'environ 40 mètres. Aujourd'hui, seules la cale simple et une partie de la levée qui formait sa limite côté
    Auteur :
    [propriétaire] Babaud de La Chaussade, Pierre
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Nevers avec la localisation des ports reportés sur un fond de plan de Plan général des abords de la levée du port de Nevers au coteau de Saint-Eloi présenté par l'ingénieur ordinaire Tibord le 4 février 1812. Détail sur le port de Médine. (archives départementales de la Plan général des ponts de Nevers sur la Loire avec les chemins, quais, ports, levées et autres départementales de la Nièvre, S 634). IVR24_20125800391NUCA Plan du port de Médine, non daté (1er quart XIXe siècle). (archives départementales de la Nièvre
  • Port dit port de Cosne
    Port dit port de Cosne Cosne-Cours-sur-Loire - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'histoire du port de Cosne est étroitement liée aux Forges de La Chaussade fondées en 1735 par Pierre Babaud de La Chaussade (1706-1792) et rachetées par l'Etat en mars 1781. L'établissement est spécialisé dans la fabrication d'ancres et d'objets destinés à la Marine royale. L'activité décline à partir 4 août 1746 (signature illisible), il est précisé que la forge de Cosne « où se fabriquent les eaux de la Loire qui depuis quelques années ont enlevé plus de 150 toises de terrain du côté de la faubourg Saint-Agnan qui protège la forge (l'église Saint-Agnan est située immédiatement en amont des forges). On ne connaît pas la date exacte de la décision de faire construire un quai maçonné vis-à-vis de Cosne mais on sait que le roi a ordonné la construction d'un quai "quelques temps avant de faire l'acquisition des forges" (le 8 mars 1781). On sait également qu'en décembre 1776, le roi concède à la ville une butte artificielle de terre et pierres dite « tour Froide » et qu'en décembre 1781 les notables de la
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n (lithographe). (archives départementales de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20045800207NUCA). Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf ). (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). (cf. illustration n° IVR24_20125800349NUCA).
    Description :
    Situé rive droite, de part et d'autre du pont, le port de Cosne-Cours-sur-Loire est établi à la confluence de la rivière du Nohain et de la Loire. Le port est composé des éléments suivants, de l'amont Port de la Madeleine ou Port aux Ancres (en amont du pont, vis à vis des Forges) - une plateforme tard) située à l'emplacement de l'ancien port de la Pêcherie (en aval du pont).
    Auteur :
    [propriétaire] Babaud de La Chaussade, Pierre
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Plan des forges royales de Cosne et dépendances, 1785. Détail sur le port de la Madeleine Plan géométrique de l'état actuel de la grande route de Paris à Lyon traversant la ville de Cosne Plan de l'état actuel de la grande route traversant la ville de Cosne levé en 1787. Détail (quai , port de la Madeleine et place du port de la Pêcherie). (archives municipales de Cosne-Cours-sur-Loire Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers Plan d'alignement levé en exécution de la loi du 16 septembre 1807 par Perrin géomètre à Nevers , non daté (probablement vers 1810). Détail sur le port aux Ancres ou de la Madeleine. (archives . Détail sur le port aux Ancres. (archives départementales de la Nièvre, 10 J 98). IVR24_20125800349NUCA départementales de la Nièvre). IVR24_20045800207NUCA . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la
  • Port dit port des Trois Volets
    Port dit port des Trois Volets La Chapelle-sur-Loire - les Trois Volets - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La carte des levées de Tours à Langeais du milieu du XVIIIe siècle signale trois cales d'abordages reliant la Chapelle-sur-Loire à Huismes. Le port des Trois Volets est cité sur les listes de ports de Loire de 1857 et 1862. On observe en outre sur le cadastre napoléonien de 1831 la présence d'un second lieudit "Port des Trois Volets" situé sur la rive opposé de la Loire (commune de Huismes). Cette mention qu'en 1831, un territoire en bord de Loire de la rive gauche est distrait de la commune de la Chapelle
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base Diren : 37058-7.
    Description :
    Situé sur la rive droite, le port des Trois Volets comprenait aux XVIIIe et XIXe siècle au moins
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    La Chapelle-sur-Loire - les Trois Volets - en écart
    Illustration :
    Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), rive droite Plan des rives de la Loire par l'ingénieur topographe Jarre, 1922. Détail. (direction Port des Trois Volets, vue d'ensemble vers l'amont. On aperçoit la Loire au fond à droite Port des Trois Volets, vue d'ensemble vers l'amont. On aperçoit la Loire au fond à droite
  • Port dit port d'Ablevois
    Port dit port d'Ablevois La Chapelle-sur-Loire - le Port d'Ablevois - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    alors décrit comme un port relativement important situé sur la voie reliant l'abbaye de Bourgueil et la carte des levées de Tours à Langeais du milieu du siècle, la carte de Cassini et, en 1747, un arrêt du tenir un bac sur la rivière de Loire au port d'Ablevois. Au cours du XIXe siècle, le port semble être les listes de ports de Loire de 1857 et 1862. La dénomination du port varie suivant les documents : Ablevoir (milieu XVIIIe siècle), l'Abreuvoir (1825), la Belle Voie (milieu XIXe siècle), l'Ablevois
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro des ouvrages dans la base Diren : 37058-9 et 37058-10.
    Description :
    Ablevois comprend une cale abreuvoir simple. On observe en outre sur ce port la présence de deux ruelles perpendiculaires à la Loire et débouchant directement sur le dessus de la levée. L'accès à cette dernière s'effectue au moyen d'une sorte de rampe disposée dans le prolongement de la ruelle. Côté fleuve, il n'y a à la navigation ni, comme le propose le recensement de la DIREN de 2006, désigner ces ouvrages de "cale ruelle". Tout au plus pourrait-on leurs attribuer la dénommination de "rampe ruelle". Ces deux
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    La Chapelle-sur-Loire - le Port d'Ablevois - en écart
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de La Chapelle-sur-Loire, 1831 : le Port d'Ablevois. (archives Extrait du cadastre napoléonien de La Chapelle-sur-Loire, 1831. (archives départementales d'Indre Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial d'Indre-et-Loire), milieu XIXe siècle : le port de la Belle Voie. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial d'Indre-et-Loire), milieu XIXe siècle : le port de la Belle Voie. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28 Port d'Ablevois, vue prise depuis la levée avec la Loire à droite. Une ruelle perpendiculaire à la Vue d'ensemble de la rampe établie dans le prolongement d'une ruelle perpendiculaire à la Loire Depuis la levée, vue d'ensemble de la rampe établie dans le prolongement d'une ruelle perpendiculaire à la Loire (ruelle aval). IVR24_20113702724NUCA
  • Port dit port de Mosnes
    Port dit port de Mosnes Mosnes - la Poterie - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    un plan de la Loire daté de 1812. La carte de Coumes (1848) et les deux cartes de la Loire du milieu
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base Diren : 37161-1 (perré de rive).
    Description :
    Etabli sur la rive gauche, le port de Mosnes comprenait deux cales abreuvoirs simples orientées vers l'aval reliées par des perrés au lieuditt "la Poterie". Aujourd'hui, seuls des vestiges de perrés
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Localisation :
    Mosnes - la Poterie - en écart
    Illustration :
    Plan de la Loire par l'ingénieur Cabaille, 2 mai 1812. Détail sur le port de Mosnes. (archives Carte de la Loire non datée (vers 1850). Détail. (archives départementales du Loir-et-Cher, 116 Fi Carte de la Loire, non datée (vers 1860) : détail du lieudit la Poterie à Mosnes. (archives
  • Port dit port des Vallées
    Port dit port des Vallées Couargues - les Vallées - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le hameau des Vallées était situé sur l'ancien chemin reliant la Charité à Sancerre. Les plans du XVIIIe siècle (Atlas de Trudaine et carte de la Loire par Matthieu) montrent que le village était alors protégé des crues de la Loire par des épis déflecteurs qui déviaient l'eau du fleuve. Un port est attesté garde-port pour la surveillance des ports de Pouilly, Tracy, Saint-Thibault, les Vallées et les Barreaux . Le port des Vallées figure également sur la liste des ports établie en 1839 par Henri Chevalleau , garde-port de Neuvy-sur-Loire. Enfin, en 1845, l'ingénieur en chef du Service spécial de la Loire , 1823 (cadastre napoléonien), 1843 et 1898. En 1903, on projette de réparer la rampe d'accès à la Loire contradictoires avec l'évolution du lit de la Loire vis à vis des Vallées. En effet, l'accumulation des sables à plus lié directement au fleuve : le cadastre napoléonien (1823) et la carte de Coumes (1852) figurent un éloignement respectif d'environ 450 mètres et 250 mètres. La carte IGN actuelle mentionne une
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Aucun ouvrage repéré par la Diren sur la commune de Couargues.
    Référence documentaire :
    Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800707NUCA). la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800708NUCA).
    Description :
    Située sur la rive gauche, le port des Vallées était établi vis à vis du village du même nom. Il
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Vichy, levée entre 1727 et 1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le village des Vallées Extrait du plan terrier de la seigneurie de Saint-Bouize, vers 1770. Détail sur le village des Plan des bords de la Loire depuis les Vallées jusqu'à Couargues et d'un projet de levée avec passes Plan général de la Loire à l'état d'étiage, 1824. Détail sur le village des Vallées (mention d'une cale). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800726NUCA . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Plan du village des Vallée mentionnant une cale sur le ruisseau de la Boère, 12 août 1896 Carte de la Loire entre Pouilly et Couargues (les Vallées), 24 octobre 1898. Mention du passage du bac. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires
  • Port dit port de Passy
    Port dit port de Passy La Chapelle-Montlinard - Passy - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Au milieu du XVIIIe siècle (atlas de Trudaine), des épis déflecteurs protégeaient la rive gauche de la Loire vis à vis de Passy. Les berges étaient également renforcées à cet endroit mais il est difficile de préciser la nature de ces ouvrages (maçonnerie et/ou bois). La présence d'un lieu d'abordage à Passy est indiquée sur le plan de la Loire de 1824 (deux cales), sur le cadastre napoléonien de 1829 plan relatif à la défense de la levée de la Charité mentionne en 1847 deux cales vis à vis du village
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration Document imprimé, Ech. 1/20 000e, détail, 1852. Par Coumes (ingénieur). (site Internet de la DREAL
    Description :
    Située rive gauche, à environ deux kilomètres en amont du pont de La Charité, le port de Passy
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    La Chapelle-Montlinard - Passy - en écart
    Illustration :
    Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Planche 34 : Passy (la Chapelle-Montlinard) et la Charité. (bibliothèque nationale, Cartes et Plans : GeFF 17578 (res Redressement du lit de la Loire depuis le pont de la Charité jusqu'à la tête des ouvrages de Passy Plan général de la Loire à l'état d'étiage, 1824. Détail sur le village de Passy. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre la cale aval. (archives nationales, F 14 6549). IVR24_20121800765NUCA la cale amont. (archives nationales, F 14 6549). IVR24_20121800766NUCA Défense de la levée de la Charité sur 1575 mètres. Plan dressé par l'ingénieur ordinaire Ducros le Carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes, édition de 1852 : détail sur Passy-les-Patouillas . (site Internet de la DREAL Centre). IVR24_20121800716NUCA
  • Port dit port de l'Orme
    Port dit port de l'Orme Argenvières - le Gué-au-Roi - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    également la présence d'une triple rampe permettant la descente depuis la levée vers le village d'Argenvières. Au milieu du XIXe siècle, la cale ne propose plus un accès direct au fleuve en raison des ensablements accumulés le long de la levée. Actuellement, environ 700 mètres séparent l'emplacement de la cale d'un barrage en tête de l'île de La Marche, projeté en 1845, non signalé sur la carte de Coumes de 1852
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Aucun ouvrage repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n (ingénieur) ; Zeiller (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800727NUCA).
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Carte de la Loire dressée par Auguste Grenier en 1851 sous la direction de Seiller ingénieur en Projet de reconstruire une rampe supprimée après la crue de 1856 (à gauche) et mention d'une cale Plan général de la Loire, défense des rives entre le Bec d'Allier et Briare dressé le 19 avril 1859 par l'ingénieur ordinaire Biard. Mention d'un barrage en tête de l'île de La Marche (Nièvre . (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la
  • Port dit port du Haut Chantier
    Port dit port du Haut Chantier Limeray - le Haut Chantier - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Au milieu du XVIIIe siècle, des travaux (consolidation de la levée, maçonneries de perrés) sont . En 1782, un document listant les ouvrages à faire sur la Loire cite une "rampe de Lamproye" et une ouvrages apparaissent durant les décennies suivantes puisque la carte de l'ingénieur Coumes (1848) et les deux cartes de la Loire du milieu du XIXe siècle mentionnent cinq cales à cet endroit : une au lieudit "la Lamproie", deux en face du "Haut Chantier", une à "la Pillaudière" et une à "la Rivière". La port a probablement pris de l'importance suite à l'ouverture de la ligne de chemin de fer Tours
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Pas d'ouvrage repéré par la Diren sur la commune de Limeray.
    Description :
    Sur la rive droite, le port du Haut Chantier comprenait cinq cales abreuvoirs simples orientées vers l'aval qui permettaient de descendre directement de la levée au fleuve. Ces ouvrages sont
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Carte des levées de la Loire de Bois au bec de Cisse, non daté (milieu XVIIIe siècle). Détail sur Plan d'une partie de la levée de la Loire au-dessous de Veuves, non daté (XVIIIe siècle). Détail sur la rampe de la Lamproie à Limeray. Mention du relais de Poste du Haut Chantier. (archives Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin en 1858 Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (service spécial de la Loire), non daté Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur la cale de la Lamproie. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). IVR24_20113701787NUCA Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur une Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur une Plan de la rive droite de la Loire en Indre-et-Loire, non daté (milieu XIXe siècle). Détail sur la
  • Port dit port au bois
    Port dit port au bois Sully-sur-Loire - rue des Guerres - en agglomération
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    du XVIIIe siècle sans que l'on puisse préciser la nature exacte de cette structure. En 1852, le d'occupation aux mariniers. En 1884, le conseil municipal demande à l'administration la suppression des neuf
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré par la DIREN.
    Description :
    Le port au bois est situé rive gauche, en aval du port de Saint-Germain, à l'ouest de la rue actuelle du Port au bois. Il est aujourd'hui dissimulé sous la végétation. Une cale abreuvoir simple située à l'extrémité amont de ce port, au bout de la rue du Port au bois, est signalée jusqu'au milieu du 1885 représente neuf rampes placées perpendiculairement au cours de la Loire. Il semble que ces rampes
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Illustration :
    Carte de la Loire, rive gauche, XVIIIe siècle. Détail sur Sully avec l'emplacement du port au bois