Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 21 à 40 sur 13075 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours
    Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours La Riche - Saint-François - en écart
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    . Chapelle inachevée construite d'après les plans de Charles et Gustave Guérin dans la 2e moitié du 19e
    Référence documentaire :
    Riche (Indre-et-Loire). Bulletin de la Société Archéologique de Touraine. Tours : Société archéologique La Riche, plan cadastral napoléonien. 1808. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 GUIOT, Thibaut, CREUSILLET, Marie-France. Résultats des fouilles de la "Z.A.C. des Minimes" à La p. 554 RANJARD, Robert. La Touraine archéologique ; Guide du touriste en Indre et Loire. Mayenne Doudan (?), [1699], dessin de la collection de Gaignières. Accès Internet : Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail de Tours et de la ville de Tours. Bruxelles : Éditions Culture et Civilisation, 1976. (Réédition du texte de 1873
    Précisions sur la protection :
    La chapelle néo-gothique édifiée au-dessus du tombeau de Saint-François de Paule ; le bâtiment conventuel du 17e siècle ; la tour octogonale en pierre, du 17e siècle, située au bord de la voie communale
    Localisation :
    La Riche - Saint-François - en écart
    Aires d'études :
    La Riche
    Illustration :
    L'enclos des Minimes depuis le parking du centre commercial la Riche Soleil IVR24_20153700052NUCA Les Minimes depuis le parking du centre commercial la Riche Soleil IVR24_20153700063NUCA
  • Ferme (rue du Plessis)
    Ferme (rue du Plessis) La Riche - 99-101 rue du Plessis - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Référence documentaire :
    La Riche, plan cadastral napoléonien. 1808. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3
    Localisation :
    La Riche - 99-101 rue du Plessis - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
    Illustration :
    Vue d'une ferme depuis la rue du Plessis. IVR24_20153700484NUCA Ferme de la rue du Plessis sur le cadastre napoléonien de 1808 (parc. 524). IVR24_20153700091NUCA
  • Ferme (rue du Plessis)
    Ferme (rue du Plessis) La Riche - 110 rue du Plessis - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    la section A1 Sainte-Anne). Remaniements au 20e siècle.
    Référence documentaire :
    La Riche, plan cadastral napoléonien. 1808. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3
    Localisation :
    La Riche - 110 rue du Plessis - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
  • Maison de notable (Doyenné)
    Maison de notable (Doyenné) La Riche - 19 rue du Doyenné - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Référence documentaire :
    La Riche, plan cadastral napoléonien. 1808. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3
    Localisation :
    La Riche - 19 rue du Doyenné - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
  • Maison de maître (Port Cordon)
    Maison de maître (Port Cordon) La Riche - Port Cordon - en écart
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    Demeure de la deuxième moitié du 17e siècle composée d'un logement isolé au nord de la propriété (parcelle 659 sur le cadastre napoléonien) et d'une ferme s'élevant dans la partie sud en bordure du Cher . L'une des granges (parcelle 664) date possiblement du 17e siècle, la seconde avec une toiture en carène (parcelle 663) peut avoir été construite en 1844 à la suite d'une démolition au même emplacement (matrice du cadastre napoléonien). La demeure qui a fait l'objet d'une rénovation complète au début du 21e siècle (exhaussement, transformation de la toiture, percements de façade...) a perdu son intégrité originelle.
    Observation :
    Cher, sur la commune de Ballan-Miré au lieu-dit Les Granges. (Étude souhaitable).
    Référence documentaire :
    Plan cadastral parcellaire de la commune de la Riche, section B2 dite de Port Cordon du cadastre Commune de la Riche, matrice des propriétés foncières, 1823-1914 (Archives départementales d'Indre Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail de Tours et de Plan terrier des fiefs de la Madeleine et Port Cordon, relevant du duché de Luynes. Paroisse de la Riche-Extra, plan numéroté 99, n.d. [18e siècle] , n.s. (AD37 E 369 : Port Cordon)
    Localisation :
    La Riche - Port Cordon - en écart
    Aires d'études :
    La Riche
    Illustration :
    Port Cordon sur un plan terrier de la fin du 18e siècle (Archives départementales d'Indre-et-loire Port Cordon sur le cadastre de 1808 : la demeure parcelle 659, la plus ancienne grange 664 Vue partielle nord de la demeure (1974) IVR24_19743700058Z Vue partielle est de la demeure (1974) IVR24_19743700059Z
  • Eglise paroissiale Sainte-Anne
    Eglise paroissiale Sainte-Anne La Riche - 98 rue de la mairie - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    de Notre-Dame-la-Riche à Tours. En 1854, Gustave Guérin, architecte diocésain de Tours dresse, avec La commune, créée en 1793, a été longtemps sans avoir d’église. Elle faisait partie de la paroisse Plailly, les plans de église, à la demande du maire et de ses habitants et après une donation faite à la commune par la veuve de Simon Vauquier. Son premier projet est légèrement modifié par le conseil des
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    que d’un court transept. L'ensemble de l'édifice est couvert de toits à longs pans en ardoise. La jumelée en arc brisé, qui éclaire la tribune intérieure. Enfin, un dernier niveau décoré d'une baie aveugle en plein cintre supporte un clocher hexagonal et la flèche polygonale. Le décor extérieur est d'une grande simplicité. La nef est éclairée par trois hautes baies jumelées, semblables à celle du second niveau de la façade ouest et est couverte de voûtes quadripartites en ogive. Un monument commémoratif sous la forme d’une plaque est adossé au flanc nord de l’église pour commémorer les bombardements meurtriers de juin 1944. Inscription gravée sur la façade occidentale de l'église: PREMIERE PIERRE 17 AVRIL 1855 / ERECTION DE LA PAROISSE 16 FEVRIER 1856 / CONSECRATION DE L'EGLISE 20 FEVRIER 1856 Autre
    Localisation :
    La Riche - 98 rue de la mairie - en ville
    Dates :
    1855 porte la date
    Aires d'études :
    La Riche
    Illustration :
    Vue de l'abside de l'église et de la mairie (carte postale, collection particulière dans les communes voisines de Tours depuis la fin du siècle dernier", THAUMIAUX J Vue de la façade nord IVR24_20143704338NUC4A Vue de la façade ouest IVR24_20143704332NUC4A Vue intérieure depuis la nef IVR24_20143704318NUC4A
  • Prieuré de chanoines réguliers de Saint Augustin, église Sainte-Anne
    Prieuré de chanoines réguliers de Saint Augustin, église Sainte-Anne La Riche - - Place Sainte-Anne - en ville - Cadastre : 1972 EL 7
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    communes : le choeur à Tours, la nef à La Riche.
    Référence documentaire :
    AD37 : Q 633, n° 77-7. Procès verbal de la vente du prieuré comme bien national, daté du 5 août détail La fort ancienne et noble ville de Tours appelée Jardin de la France. Gravure sur cuivre de C. Visscher, non datée (vers 1625). (Musée de la société archéologique de Touraine). p. 552-553 RANJARD, Robert. La Touraine archéologique ; Guide du touriste en Indre et Loire p. 171-175 LEVEEL, Pierre. L'ancien prieuré Sainte-Anne près de Tours. Bulletin de la Société
    Localisation :
    La Riche - - Place Sainte-Anne - en ville - Cadastre : 1972 EL 7
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Tours
    Aires d'études :
    La Riche
    Illustration :
    Ancienne église du prieuré. Vue du chevet et d'une partie de la nef prise du nord-est en 1974 Vue de la nef de l'ancienne église prise de l'ouest. Le mur visible sur la photo de 1974 sépare la
  • Voie navigable (détruite), dite canal Louis XI, canal de Sainte-Anne et ruau Sainte-Anne
    Voie navigable (détruite), dite canal Louis XI, canal de Sainte-Anne et ruau Sainte-Anne La Riche - - Rue Saint-François - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    Voie de communication naturelle entre le Cher et la Loire, aménagée au XVe siècle et supprimée dans
    Référence documentaire :
    Plan général du canal de jonction de la Loire au Cher à l'amon de la ville de Tour. Encre et interrompu par la chute de deux arches pendant la crue du 4 décembre 1755. Elévation et plan, n.s. et n. d la Loire avec le Cher. Projet non réalisé, Lemarié, 7 février 1789, papier, plume, encre et lavis Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail de Tours et de p. 25-26 RATOUIS de LIMAY, Francis, CUENIN, Micheline. Les Ponts et Chaussées au XVIIIe siècle : la
    Description :
    Voie de navigation établie dans un chenal naturel de près de 2km de long entre la Loire et le Cher
    Localisation :
    La Riche - - Rue Saint-François - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
    Texte libre :
    Le ruau (ou un chenal) a d'abord constitué une communication naturelle entre le Cher et la Loire . L'ouvrage a été comblé en 1971 (voir le canal de navigation dit Canal de jonction de la Loire au Cher (canal de Berry) sur la base de données nationales Architecture & Patrimoine ; voir aussi la voie navigable
    Illustration :
    Le ruau Sainte-Anne sur une carte du cours de la Loire vers 1755 (Bibliothèque nationale de France La jonction entre Loire (en bas) et Cher (en haut) vers 1770 (Archives municipales d'Amboise, II
  • Ecole primaire dit Groupe Scolaire Paul Bert
    Ecole primaire dit Groupe Scolaire Paul Bert La Riche - Rue des Hautes-Marches - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Édifié sur un terrain au sud de la rue de la Mairie, le bâtiment central, de forme rectangulaire est construit en retrait de la rue des Hautes-Marches et délimité par une clôture (aujourd'hui au nord ainsi que de services communs dans l'axe central. La façade principale strictement redents) et ornemental (bas-reliefs et inscriptions indiquant la fonction de l'édifice). Les classes sont
    Localisation :
    La Riche - Rue des Hautes-Marches - en ville
    Dates :
    1933 porte la date
    Aires d'études :
    La Riche
  • Pont de chemin de fer de Saint-Cosme
    Pont de chemin de fer de Saint-Cosme La Riche - Saint-Cosme - en écart
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    Le pont de chemin de fer de Saint-Cosme est construit en 1856. Il aboutit rive droite de la Loire dans la proximité du pont routier de la Motte en limite de Saint-Cyr-sur-Loire et de Fondettes, ce qui lui voudra de prendre improprement l'appellation du pont de la Motte. Profondément endommagé durant la
    Référence documentaire :
    Pont de La Motte. Imprimé sur papier 0.94*0.35 m. G. Potet, del. gravé sur pierre par J Sédille , rue Montmartre, 78. Extrait de "Plan des chantiers et échafaudages pendant la construction. A gauche : Chemin de fer d'Orléans, ligne de Tours au Mans. Plan des chantiers présentant en même temps la situation des travaux au 17 août 1856. A droite : Construction des voûtes, vue prise sur la tête amont, au mois de septembre 1856". (Archives de la SNCF, division de l'équipement, Tours) pp. 281-289 LARGEAUD, Jonathan. Se souvenir de Tours sous les bombes. La Crèche (79) : Geste Plan de la rampe de la Chevrette à construire et emplacement des trois cales détruite en 1858 lors FONDETTES-St-CYR (I.-et-L.). Le pont de chemin de fer sur la Loire et sur la route de Tours à
    Localisation :
    La Riche - Saint-Cosme - en écart
    Aires d'études :
    La Riche
    Illustration :
    Le Pont dit de la Motte en 1856 IVR24_19783701567XB Au début du 20e siècle, le pont de chemin de fer de Saint-Cosme et le pont dit de la Motte au 1er Le pont après les destructions de la guerre 39-45. IVR24_19753704975X Le pont après les destructions de la guerre 39-45 IVR24_19753704942X
  • Château du Plessis-lès-Tours
    Château du Plessis-lès-Tours La Riche - Plessis (le) - Rue du Plessis - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    Le Plessis-lès-Tours fut la première résidence royale en Val-de-Loire. Elle s'élève en un lieu 1464. Importantes destructions avant et après la Période Révolutionnaire. Restaurations aux 19e siècle
    Référence documentaire :
    La Riche, plan cadastral napoléonien. 1808. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 p. 161-172 LEVEEL, Pierre. Les Montils-lès-Tours en la varenne de La Riche du Xe au XVe siècle Veüe de l'entrée du chasteau de Plessis Lez Tours, avec la chapelle St Jean. [dessin par Louis Veüe du chasteau du Plessis lez Tours, dessiné du dedans de la court, 1699. [Dessin de Louis Boudan Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail de Tours et de . Tours : Université François-Rabelais, 2014-2015. Mémoire de licence 3 d'histoire de l'art sous la . Bulletin de la Société archéologique de Touraine. Tome XLVI, année 2000. p. 553 RANJARD, Robert. La Touraine archéologique ; Guide du touriste en Indre et Loire. Mayenne . Bulletin de la Société archéologique de Touraine. Tome LX, année 2014, p. 173-184. VIRARD, Sophie. Le château du Plessis-les-Tours. Tours : Centre d'Etudes Supérieures de la
    Description :
    vis polygonale hors-d’œuvre sur la façade ouest.
    Localisation :
    La Riche - Plessis (le) - Rue du Plessis - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
    Illustration :
    Plan du Plessis à la fin du 18e siècle (Archives départementales d'Indre-et-Loire C 314/13 Plan du Château avant la Révolution (copie du 19e siècle) IVR24_19743701279V La fontaine provenant du couvent des Minimes IVR24_20143704330NUC4A
  • Maisons en série (rue Martineau)
    Maisons en série (rue Martineau) La Riche - 6-10 rue Martineau
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Localisation :
    La Riche - 6-10 rue Martineau
    Aires d'études :
    La Riche
  • Ferme (Hautes-Marches)
    Ferme (Hautes-Marches) La Riche - 65-67 rue des Hautes-Marches - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Observation :
    L'ensemble se distingue par sa rareté dans la commune. La ferme est en effet très peu remaniée à
    Localisation :
    La Riche - 65-67 rue des Hautes-Marches - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
  • Maison (Sainte-Anne)
    Maison (Sainte-Anne) La Riche - 16 place Sainte-Anne - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    La maison date de 1930 selon le témoignage d'une habitante (la petite fille du commanditaire , marchand de chevaux). La famille fait ensuite construire une extension dans les années 1950 (le n°18) et
    Description :
    Carreaux de ciment décorant la façade principale de la maison disposés sous forme de bandeaux.
    Localisation :
    La Riche - 16 place Sainte-Anne - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
  • Maison de notable (Doyenné)
    Maison de notable (Doyenné) La Riche - 17 rue du Doyenné - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    La maison a été construite au début ou au milieu du 19e siècle. Une partie du terrain a été
    Description :
    La façade principale de la maison fait face à un parc arboré. Une partie du terrain a été aliéné.
    Localisation :
    La Riche - 17 rue du Doyenné - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
  • Maisons en série (Doyenné)
    Maisons en série (Doyenné) La Riche - 3-15 Rue du Doyenné - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    Les maisons sont possiblement des logements de rapport, associés à la demeure bourgeoise située au 17-19 rue du Doyenné, Elles s'inscrivent en effet dans la stricte continuité du parc.
    Description :
    l'emploi de la brique dans la corniche et aux allèges. Les maisons sont composées d'un jardin modeste et les sépare de la rue est en moellon, ponctué de piliers de briques polychromes.
    Localisation :
    La Riche - 3-15 Rue du Doyenné - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
  • Maison (rue du Plessis)
    Maison (rue du Plessis) La Riche - 80 Rue du Plessis - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    La maison est présente dans le cadastre ancien de 1808 (Section Sainte-Anne, parcelle 706).
    Description :
    Malgré des repercements au 20e siècle, la maison présente un volume et une pente de toiture qui
    Localisation :
    La Riche - 80 Rue du Plessis - en ville
    Aires d'études :
    La Riche
  • Pont Sainte-Anne (détruit)
    Pont Sainte-Anne (détruit) La Riche - Sainte-Anne - Place Sainte-Anne - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle La Riche
    Historique :
    entreprend la construction (ou reconstruction) du pont en pierre ; 1493 : Jehan 2 durant, maître des oeuvres : Lydoire Sainctier, maître maçon sculpteur, pose les armoiries du maire et de la ville sur un pilier du
    Référence documentaire :
    la Loire avec le Cher. Projet non réalisé, Lemarié, 7 février 1789, papier, plume, encre et lavis interrompu par la chute de deux arches pendant la crue du 4 décembre 1755. Elévation et plan, n.s. et n. d Vue du front de Loire de l'hospice de la Madeleine au prieuré Sainte-Anne. Planche 19 d'un album de La fort ancienne et noble ville de Tours appelée Jardin de la France. Gravure sur cuivre de C . Visscher, non datée (vers 1625). (Musée de la société archéologique de Touraine).
    Localisation :
    La Riche - Sainte-Anne - Place Sainte-Anne - en ville
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Tours
    Aires d'études :
    La Riche
  • La ville d'Amboise
    La ville d'Amboise Amboise
    Historique :
    communication entourant Amboise furent développées, la rencontre de la Loire et des voies terrestres favorisa le développement du site. Dès le Haut Moyen Âge, la population se répartit en deux pôles : l'un autour de l'oppidum et l'autre, de l'autre côté de la Masse, autour de la colline de l'actuelle église Saint-Denis. Dès le XIe siècle, l'histoire de la ville est liée à celle des seigneurs de la place. L'occupation du promontoire du château entraîne l'installation progressive de la population au pied de ce dernier. L'enceinte détruite en 1806). La ville s'avère suffisamment prospère pour que dès 1115, Hugues Ier d'Amboise fasse siècle. Au XIVe siècle, l'une des entrées de la ville est la porte des Moulins, actuelle tour de l'Horloge rehaussée vers 1495. Les XVe et XVIe siècles constituent la période de développement de la ville d'Amboise. Amboise devient ville royale en 1434. Durant un siècle environ, l'évolution de la ville est étroitement liée à celle du château. Sous Louis XI (1461-1483), la ville se développe en parallèle du château
    Référence documentaire :
    Élargissement de la ruelle... (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210). Ville d'Amboise, rue Belle Poule, projet d'élargissement.(Archives Communales de la ville d'Amboise Ville d'Amboise. Alignement de la rue du Gazomètre. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O Amboise. Prix des terrains cédés à la voie publique. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O Amboise. Élargissement de la ruelle allant de la rue du Gaz... (Archives Communales de la ville Ville d'Amboise. Alignement de la rue du Gazomètre. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O Amboise. Élargissement du Quai des Marais...(Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210). Amboise. Alignement de la rue Montebello. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210). Amboise. Projet de redressement. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210). Amboise. Ordonnance du Roi Louis Philippe. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210).
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    coteau de Loire par le lit de la rivière du Cher, coulant à une dizaine de kilomètres au Sud, il se Loire et 127 m sur les hauteurs. La richesse géologique des sols alentours favorisa sans doute la construction dès les temps les plus anciens. Dans le Sud du département, aux abords de la Vienne, se trouvent de riches gisements où affleure le tuffeau, pierre calcaire issue de la formation secondaire au les vallées de la Loire, de la Masse et du Cher ; les pierres sont ainsi d'autant plus faciles à son Mémoire sur la généralité de Tours, l'intendant Miromesnil avance le nombre de 800 feux pour les était donné pour 5000 feux). Au XVe siècle, d'après le nombre de jacquets que la ville doit fournir à l'armée royale (à raison d'un jacquet pour 50 feux), la ville aurait compté un minimum - puisque certaines personnes sont exemptées de cette taille - de 600 feux, soit 2400 habitants. La ville primitive s'est développée sur la rive gauche, du côté du coteau, au Sud de la petite rivière de la Masse qui se jette dans
    Titre courant :
    La ville d'Amboise
    Annexe :
    La définition du cadre géographique de l'étude est aussi complexe à établir que celle du cadre temporel. Le premier se limite aux frontières de la commune, avec une forte concentration des vestiges dans marais asséchés vers 1494-1495. Le second se limite, théoriquement, à la période 1434-1525, c'est-à-dire entre la date à laquelle la ville est confisquée par Charles VII (1422-1461) à la famille d'Amboise, et le départ de la cour du roi François Ier (1515-1547). Le problème qui s'est posé à nous était de la même valeur : l'architecture castrale, l'architecture de pierre (les édifices publics, religieux , le passage du Moyen Âge à la Renaissance a eu lieu durant la période 1485-1530. Il s'agit par ailleurs de la période la plus florissante pour le développement du château d'Amboise, ce qui provoqua la croissance économique de la ville. Aussi, nous nous sommes attachés à définir l'état architectural de la ville lorsqu'elle devient ville royale et l'évolution qu'elle va suivre sous l'influence de la présence
    Texte libre :
    . Ainsi, le site des Châtelliers, préservé des crues, permet de dominer le paysage. De la période site des Châtelliers et dans la forêt d'Amboise. Dès l'Antiquité, les voies de communication entourant Amboise furent développées, à savoir : en premier lieu la Loire, favorisant les échangent commerciaux ; puis, la route de la Loire rencontrant à Nazelles la route d'Autricum (Chartres) ; enfin, la route d'Orléans à Tours, passant sur la rive gauche. La rencontre de la Loire et des voies terrestres favorisa facilitée par l'île d'Or et l'île Saint-Jean (à présent rassemblées) et par la largeur de la Loire (700 m aujourd'hui) qui se réduit au niveau d'Amboise. Au Moyen Âge, la route d'Espagne, prenant de plus en plus d'importance dans le commerce national, traverse la Loire à Amboise puis la ville, empruntant l'actuelle rue de la Concorde (ancienne rue blésienne), puis la rue Nationale (ancienne grande rue Saint-Denis). Grâce à la vallée de la Masse et à la langue de tuffeau, le site se présente idéalement pour asseoir une
    Illustration :
    Plan schématique de la ville et localisation des secteurs. IVR24_20123702050NUDA Localisation des maisons et hotels dans la ville. IVR24_20093701234NUDA Localisaion des types de façades des hôtels dans la ville. IVR24_20123702051NUDA Localisaion des types de façades des maisons dans la ville. IVR24_20123702057NUDA Localisation des types de vis dans la ville. IVR24_20123702052NUDA Localisation de l'escalier dans la demeure (1). IVR24_20123702054NUD Localisation de l'escalier dans la demeure (2). IVR24_20123702055NUD Localisation de l'escalier dans la demeure (3). IVR24_20123702056NUD Localisation des types de caves dans la ville. IVR24_20123702062NUDA Légende du plan d'alignement (1). (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210
  • Verrière représentant sainte Anne et la Vierge
    Verrière représentant sainte Anne et la Vierge Saint-Chartier - en village
    Canton :
    La Châtre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cette verrière représente sainte Anne et la Vierge, en pied dans chacune des lancettes de la baie , sur un fond damassé et au sein d'un riche décor d'architecture.
    Titre courant :
    Verrière représentant sainte Anne et la Vierge
    Illustration :
    Saint-Chartier, église Saint-Chartier, baie 5 : sainte Anne et la Vierge. IVR24_20093604618NUCA