Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 21 à 40 sur 604 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Îlot L
    Îlot L Tours - Quartier sinistré nord - rue du Maréchal-Foch place de la Résistance rue des Déportés rue des Halles rue Marceau - en ville - Cadastre : 2010 DZ 121 à 144
    Historique :
    Deuxième ensemble d'immeubles reconstruits dans le secteur de la place de la Résistance, l'îlot L est également le deuxième îlot édifié dans le quartier nord. André Le Roy, qui supervise déjà la , quelques semaines avant l'établissement du plan de remembrement de l'ensemble. Le permis de construire est déposé en février 1949, immédiatement suivi de la réalisation des fondations. Le chantier est partagé en place de la Résistance. En avril 1949, un tragique accident provoque le décès de trois ouvriers général des mesures de sécurité sur les chantiers de reconstruction. Le gros-œuvre de l'îlot est achevé à
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 27 octobre 1948. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 25 août 1948. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 27 octobre 1948. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 1er décembre 1948. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 17 Tirage : plan dressé le 22 mars 1951. Par Lebugle, Cl. (dessinateur). (archives municipales de Îlot L. Association syndicale reconstruction Tours Nord / André Le Roy. 1:200. 25 août, 27 octobre : reportage pour l'architecte André Le Roy). Pour le quartier nord... La Nouvelle République, 8 septembre 1950. p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.
    Description :
    transformateur et trois rangées de garages et d'arrière-boutiques s'alignent en cœur d'îlot. Le gros-œuvre de ornent le barreaudage des garde-corps et les portes d'entrée de plusieurs immeubles.
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1949/n°91) Le numéro entre
    Illustration :
    Elévations et coupes de l'îlot L, A. Le Roy arch., 25 août 1948. (archives municipales de Tours Plan des étages, A. Le Roy arch., 27 octobre 1948. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du rez-de-chaussée, A. Le Roy arch., 27 octobre 1948. (archives municipales de Tours, Permis Plan du sous-sol, A. Le Roy arch., 1er décembre 1948. (archives municipales de Tours, Permis de
  • Joué-lès-Tours, Lycée Jean Monnet : sculpture,
    Joué-lès-Tours, Lycée Jean Monnet : sculpture, "Melodic European Parliament" Joué-lès-Tours - 45 rue de la Gitonnière - en ville
    Historique :
    L’œuvre de Cécile Le Talec a été réalisée en 2009 au titre du 1% artistique dans le cadre de
    Auteur :
    [créateur] Le Talec Cécile
  • Faye-la-Vineuse (Indre-et-Loire) : collégiale Saint-Georges, 8 verrières de Jean Mauret
    Faye-la-Vineuse (Indre-et-Loire) : collégiale Saint-Georges, 8 verrières de Jean Mauret Faye-la-Vineuse - Place de l'Église - en village
    Historique :
    , est assez médiocre et fragile". Selon lui, "le vitrail de l’oculus de la croisée au-dessus de l’arc du très médiocre. Les vitraux de la nef composés de grands panneaux de verre industriel blancs avec un dessin d’esprit cistercien peint" sont également en mauvais état mais hors projet. Le marché mis en ligne crypte (losanges bleus/verts/blancs) est également prévue. En réponse à ce marché, Jean Mauret propose un (tranche conditionnelle). La réception du lot vitrail a lieu le 31 mars 2008.
    Observation :
    Eglise classée au titre des Monuments historiques depuis le 3 décembre 1931.
    Description :
    sera réalisée dans le même esprit". Les 7 baies du chœur sont placées très haut et ne sont pas visibles en totalité depuis le sol de l'édifice. Elles présentent toutes une composition identique : partie verre blanc opalescent (parties droites) et verres plaqués gravés et travaillés au jaune d'argent (angles bas et partie cintrée). Des motifs colorés (feuilles) animent le haut et le bas des bordures. Dans le tympan des baies, une croix à branches égales est obtenue par gravure. La composition de l'oculus nord reprend le même principe et les mêmes motifs que ceux des baies hautes du chœur. L'artiste a joué sur la largeur des bandes horizontales (blanc opalescent ou transparent) suivant un axe vertical. Les verres transparents et blancs opalescent, les mêmes motifs de feuilles et les mêmes croix à branches
    Illustration :
    Les baies hautes 201 et 200 dans le choeur. IVR24_20163703086NUCA Les baies 206 et 204, vue prise depuis le déambulatoire. IVR24_20163703085NUCA La baie 206, vue prise depuis le déambulatoire. IVR24_20163703084NUCA
  • Véretz : monument à Paul Louis Courier
    Véretz : monument à Paul Louis Courier Véretz - place Paul-Louis-Courier - en ville
    Inscriptions & marques :
    VIOLLET LE DUC / ARCHITECTE (sur la face arrière) - A PAUL LOUIS / COURIER / CHAMPION DU BON SENS / ET DE LA LIBERTE / HOMMAGE DE RECONNAISSANCE (sur la plaque apposée sous le profil) - Noms des
    Historique :
    Le monument élevé par souscription publique à la mémoire du pamphlétaire Paul-Louis Courier (1772 -1825), est conçu par l'architecte Eugène Viollet-le-Duc. Il est inauguré le 28 juillet 1878 par une
    Représentations :
    ornée, sous le cartouche portant l'inscription, d'un ornement végétal et floral devant et d'une couronne
    Description :
    , la forme d'un chapeau dans lequel est enchâssé le médaillon portant le profil sculpté en réserve de
    Auteur :
    [architecte] Viollet-le-Duc Eugène
    Illustration :
    Fêtes d'inauguration du monument à Paul Louis Courier à Véretz : la salle de banquet devant le Vue générale du monument devant le Cher. IVR24_20123700999NUC4A
  • Luminaire d'applique (ensemble de 4)
    Luminaire d'applique (ensemble de 4) Tours - Quartier sinistré nord - en ville
    Historique :
    Le contexte exact de la commande et de la réalisation de ces quatre luminaires reste inconnu. Ces . Pour chaque applique, ce panneau a été remplacé par deux plaques de verre opale qui dissimulent le
    Description :
    Un ensemble de quatre luminaires d'applique éclaire le hall monumental du premier étage de la exemplaires sont situés sur le mur nord, de part et d'autre de la porte centrale de la section Étude. Chaque
    Emplacement dans l'édifice :
    installés dans le grand hall du premier étage
    Illustration :
    Luminaire accroché sur le mur est du hall monumental. IVR24_20103701137NUC2A
  • Ensemble de 12 immeubles (3 à 25 place Anatole-France)
    Ensemble de 12 immeubles (3 à 25 place Anatole-France) Tours - Quartier sinistré nord - 3 à 25 place Anatole-France - en ville - Cadastre : 2010 DZ 8 à 18
    Historique :
    -guerre. Il est composé de douze immeubles préfinancés par le ministère de la Reconstruction, et destinés au relogement de familles touchées par le sinistre du quartier en 1940 et en 1944. L'architecte chef de groupe André Le Roy est l'auteur des plans généraux dressés en août 1953 sous le contrôle de habitations, puis le lancement d'une première tranche de huit immeubles au début de l'année 1954. Ceux-ci
    Observation :
    Ces immeubles constituent un important front bâti cernant le sud-ouest de la place Anatole-France . Leur composition est à rapprocher de celle des immeubles édifiés au sud-est de la place, qui forment le
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 26 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 26 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 26 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 5 octobre 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Ministère de la Reconstruction. Ville de Tours. Îlot ABC / André Le Roy. 1:50 et 1:20. 20 août, 26 [Vue de l'ensemble d'immeubles depuis le pont Wilson] / Robert Arsicaud. [1959]. 1 photogr. pos [Vue de l'ensemble d'immeubles depuis le pont Wilson] / Ministère de la Reconstruction et de
    Description :
    desservir des emplacements de stationnement, à découvert ou aménagés dans le soubassement des immeubles. On comble et un sous-sol, ce niveau inférieur étant ouvert sur le cœur d'îlot. En raison de la proximité du pieux de béton fichés à plusieurs mètres de profondeur. Le gros-œœuvre associe par ailleurs une ossature , leurs façades postérieures reprennent en soubassement et en rez-de-chaussée le parement de pierre et en retrait des trois étages-carrés. Le dernier étage, ménagé dans les combles, présente une
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Illustration :
    Elévation des façades antérieures du côté ouest de l'ensemble, A. Le Roy arch., 26 août 1953 . Le Roy arch., 26 août 1953. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1953/n°432 Elévation des façades postérieures du côté ouest de l'ensemble, A. Le Roy arch., 26 août 1953 Coupe transversale sur le porche et la chaufferie, A. Le Roy arch., 20 août 1953. (archives Plans du rez-de-chaussé et de l'entresol du corps de passage à l'ouest de l'ensemble, A. Le Roy Plans des premier et deuxième étages du corps de passage à l'ouest de l'ensemble, A. Le Roy arch Détails du hall d'entrée d'un immeuble et coupe sur la galerie des canalisations, A. Le Roy arch Vue générale de l'ensemble depuis le pont Wilson, [1959]. (archives départementales d'Indre-et Vue de l'ensemble achevé depuis le pont Wilson, août 1965. (ministère de l'écologie, du Vue générale de l'ensemble depuis le débouché du pont Wilson. IVR24_20113701670NUCA
  • Bueil-en-Touraine (Indre-et-Loire) : collégiale Saint-Michel et Saint-Pierre-ès-Liens, projet de Jean Mauret pour 4 verrières
    Bueil-en-Touraine (Indre-et-Loire) : collégiale Saint-Michel et Saint-Pierre-ès-Liens, projet de Jean Mauret pour 4 verrières Bueil-en-Touraine - Place Jean de Bueil - en village
    Historique :
    cohérence avec le décor intérieur". Il propose une consultation auprès de plusieurs maitres-verriers (4 ou 5 ), retenus pour leurs références et leurs compétences. Le marché pour la restauration générale et la mise en valeur de la collégiale paraît en décembre 2004. Le lot "vitraux" consiste en la création de vitraux neufs (28 m²). Le mois suivant, Jean Mauret envoie à la DRAC Centre un ensemble de maquettes avec
    Observation :
    Eglise classée au titre des Monuments historiques depuis le 31 octobre 1912.
    Description :
    nette avec l’orthogonalité, la place importante accordée aux blancs et le choix très varié de verres de trames décalées qui servent de support à la couleur qui intervient ponctuellement et définit le l’intérieur des « blancs » grâce à des contrastes de valeur, mais aussi des passages plus souples". Les véritablement le dessin du vitrail et apportent une dynamique à l'ensemble.
  • Îlot E
    Îlot E Tours - Quartier sinistré nord - rue du Commerce rue Nationale rue du Maréchal-Foch place de la Résistance rue des Fusillés - en ville - Cadastre : 2010 DZ 77 à 99, 357, 358
    Historique :
    décembre 1948, l'architecte André Le Roy dresse en juillet 1950 les plans généraux de l'îlot. Son confrère
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 20 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 16 Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 23 mars 1951. Par Lebugle, Cl. (dessinateur). (archives municipales de Association syndicale de reconstruction Tours-Nord. Îlot E / Pierre Patout et André Le Roy. 1:200 Association syndicale de reconstruction Tours-Nord. Îlot E / Pierre Patout et André Le Roy. 1:200
    Description :
    assurée par la chaufferie de l'îlot M, et un transformateur commun situé en œcœur d'îlot régule le courant d'eau, d'électricité, de gaz et de téléphone. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une particulière de l'îlot entre la place de la Résistance et le haut de la rue Nationale. Les immeubles bordant étages-carrés d'habitation dont aucun n'est en retrait par rapport à la rue Nationale. Par ailleurs, le
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1950/n°534 et 1951/n°723) Le
    Illustration :
    Plan masse, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du sous-sol, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Tours, 149 Plan du rez-de-chaussée, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Plan des étages, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Tours, 149 Elévation des façades rues du Commerce et Nationale, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950 Elévation des façades place de la Résistance et rue du Maréchal-Foch, P. Patout et A. Le Roy arch
  • Ensemble de 6 immeubles dit îlot Constantine (2 à 16 rue Constantine)
    Ensemble de 6 immeubles dit îlot Constantine (2 à 16 rue Constantine) Tours - Quartier sinistré nord - 2 à 16 rue Constantine - en ville - Cadastre : 2010 DZ 42 à 48
    Historique :
    en juin 1940. Constituant le côté ouest de l'îlot ABC, l'îlot Constantine n'adopte son implantation définitive qu'en 1950, après le nouveau remembrement induit par le second modificatif du plan de s'interroge longuement sur le gabarit des immeubles et leur insertion au sein de l'entrée nord recomposée. Les plans définitifs de l'ensemble sont dressés sous sa direction en février 1954 par André Le Roy, nommé
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 20 mars 1952, rectifié les 20 juillet 1952, 30 juillet et 30 août 1953. Par Tirage : plan dressé le 20 mars 1952, rectifié les 20 juillet 1952, 30 juillet et 30 août 1953. Par Tirage : plan dressé le 18 février 1954. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Le Roy. 1:100. 18 février 1954. 1 tirage : plans du sous-sol et du rez-de-chaussée. (AC Tours. Permis p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.
    Description :
    Ces six immeubles sont édifiés en bordure du périmètre de reconstruction, le long d'un axe nord-sud . Ils composent le côté ouest de l'îlot ABC. L'ensemble adopte un plan rectangulaire régulier, flanqué et un bandeau horizontal surmontant le rez-de-chaussée. Le soubassement des immeubles à logements . Quatre balcons en béton, regroupant au premier étage deux travées, animent le bâti sur rue suivant un rythme régulier. Côté jardin, un plaquis de pierre calcaire revêt le rez-de-chaussée et le premier étage . Disposé en retrait, le deuxième étage-carré est simplement enduit et s'ouvre sur une terrasse filante
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Illustration :
    Plans du sous-sol et du rez-de-chaussée, A. Le Roy arch., 18 février 1954. (archives municipales de
  • Buste à l'antique de Pierre Patout
    Buste à l'antique de Pierre Patout Tours - Quartier sinistré nord - 2bis avenue André-Malraux - en ville
    Historique :
    Ce buste de Pierre Patout a été exécuté par le sculpteur parisien Alfred-Auguste Janniot (1889-1969 technique nettement moins monumentale, le portrait de Pierre Patout reflète un autre pan important et tout décès en 1965, le buste a été offert à la Bibliothèque de Tours il y a plus d'une vingtaine d'années.
    Emplacement dans l'édifice :
    surmonte la première pierre dans le hall monumental du premier étage de la bibliothèque
    Dimension :
    h = 40 Dimensions du buste sans le socle en bois.
  • Port dit port de Tours
    Port dit port de Tours Tours - place Anatole France - en ville
    Historique :
    port est alors équipée d'une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval. Il semble que le port de , l'ingénieur Jégou estime que, de tous les ports d'Indre-et-Loire, celui de Tours est « le plus important et le , l'ingénieur Jégou réaffirme que le port de Tours est dans un très mauvais état. Il déplore que la ville ne existants. Cependant un nouveau projet est rédigé (on ne connaît malheureusement pas l'auteur) le 13 août 1845. On envisage alors de terminer le port côté fleuve par un quai incliné ("une murette d'un fruit gêner le service, le projet prévoit des escaliers pratiqués dans le massif de la maçonnerie de la doivent servir à amarrer les bateaux. En amont et en aval, le port doit se terminer par de vastes abreuvoirs. La surface du port doit être pavée sur dix mètres de large, le reste sera empierré. Rien ne se terminent par des cales de descente à la rivière. Aucun de ces ports ne satisfait à sa destination. Le partie supérieure sert de dépôt de bois. Le second est plus convenable sous le rapport de l'étendue, de
    Référence documentaire :
    Photographie aérienne noir et blanc. Fonds IGN : A 231.7. (archives municipales de Tours, 102 Fi 10 Photographie aérienne noir et blanc. (archives municipales de Tours, Fonds Meunier, sous série 105
    Description :
    Situé rive gauche, de part et d'autre du pont Wilson, le port de Tours mesure environ 500 mètres
    Typologies :
    port urbain : dans les grandes agglomérations, le caractère urbain prime sur l'impantation
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire à Tours, destiné à faire connaître le système d'après lequel la navigation de cette rivière pourrait être améliorée, 12 mars 1822, ingénieur en chef Cormier. Détail sur le Le port de Tours, vue prise depuis l'extrémité du pont de pierre côté rive droite, vers 1820 partie du fleuve, dressé par l'ingénieur Cormier le 15 juillet 1837. Détail. (archives nationales, F 14 Plan général du projet des nouvelles terrasses, 25 octobre 1848. En rouge le projet conçu par l'administration municipale, en bleu le projet conforme au plan de l'ingénieur en chef du 13 mai 1848. Plan dressé Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), détail sur le (présence du pont suspendu de Saint--Symphorien) et 1849 (le nouveau port n'est pas encore construit Plan du port de Tours avant les travaux de 1849, dressé par l'ingénieur Cormier le 12 décembre 1854 Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire (Service spécial de la Loire), détail sur le
  • Imprimerie Mame, actuellement École des beaux-arts (49 boulevard Preuilly)
    Imprimerie Mame, actuellement École des beaux-arts (49 boulevard Preuilly) Tours - Quartier sinistré nord - 49 boulevard Preuilly - en ville - Cadastre : 2010 EL 33
    Historique :
    aluminium devant couvrir les ateliers. Le gros-œuvre est achevé en 1952, date à laquelle la couverture des ateliers est mise en œuvre sur le chantier même. Ceux-ci reçoivent également un décor peint conçu par Edgard Pillet, artiste affilié au groupe Espace. Il intervient également dans le hall d'entrée. En lien partie des bâtiments accueille l’École supérieure des beaux-arts Tours Angers Le Mans.
    Observation :
    regrouper, après d'importants travaux de restructuration, l'école régionale des beaux-arts, le département , seule l'école supérieure des beaux-arts a rejoint le site en 2014.
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 30 septembre 1949. Par Zehrfuss, Bernard (architecte) ; Drieu la Rochelle Tirage : plan dressé le 26 novembre 1997. Par Le Bihan, Hervé (architecte). (archives privées du Tirage : plan dressé le 30 septembre 1949. Par Zehrfuss, Bernard (architecte) ; Drieu la Rochelle Tirage : plan dressé le 30 septembre 1949. Par Zehrfuss, Bernard (architecte) ; Drieu la Rochelle Tirage : plan dressé le 30 septembre 1949. Par Zehrfuss, Bernard (architecte) ; Drieu la Rochelle Tirage : plan dressé le 30 septembre 1949. Par Zehrfuss, Bernard (architecte) ; Drieu la Rochelle Tirage : plan dressé le 30 septembre 1949. Par Zehrfuss, Bernard (architecte) ; Drieu la Rochelle Tirage : plan dressé le 30 septembre 1949. Par Zehrfuss, Bernard (architecte) ; Drieu la Rochelle Tirage : plan dressé le 30 septembre 1949. Par Zehrfuss, Bernard (architecte) ; Drieu la Rochelle Tirage : plan dressé le 30 septembre 1949. Par Zehrfuss, Bernard (architecte) ; Drieu la Rochelle
    Description :
    -chaussée situé à l'entrée du site, le long du boulevard Preuilly. Elle se divise en deux espaces : les plan sensiblement carré. Le dernier niveau est traité de manière particulière, réunissant quatre petits pavillons préfabriqués en aluminium sur le toit-terrasse du deuxième étage. Le hall monumental du rez-de
    Appellations :
    Ecole supérieure des beaux-arts Tours Angers Le Mans
    Texte libre :
    Les destructions de 1940 Institution tourangelle renommée, l'imprimerie Mame occupait depuis le matériel mécanique, des stocks d'encre et de papier. Alors que les bureaux de l'administration occupent le architectes de la Maison Mame, Roger et Jean Marconnet, le dossier de dommages de guerre est directement traité par le ministère de la Reconstruction, qui soutient le rétablissement de l'imprimerie en dirigeants de Mame, le ministère et la Ville de Tours, sur le choix d'un site propice à la reconstruction de . La Reconstruction Afin d'édifier une nouvelle usine à la pointe de la modernité, Alfred Mame, le place et le suivi du chantier. Les plans qu'ils dressent en septembre 1949 témoignent d'une grande fonctionnalité qui distingue nettement les ateliers de production des espaces de bureaux. Fin décembre 1949, le , immédiatement suivi par le démarrage du chantier. L'intervention de Jean Prouvé en 1950 va cependant bouleverser , usinés dans les ateliers Prouvé de Maxéville, acheminés à Tours et assemblés directement sur le chantier
    Illustration :
    Façade sud du bâtiment administratif vue depuis le toit des ateliers. IVR24_20103702596NUCA Façade est du bâtiment administratif vue depuis le toit des ateliers. IVR24_20103702597NUCA
  • Ensemble de 20 classeurs à fiches, dits fichiers rotatifs Sipan
    Ensemble de 20 classeurs à fiches, dits fichiers rotatifs Sipan Tours - Quartier sinistré nord - 2bis avenue André-Malraux - en ville
    Historique :
    Ville de Tours. Il mentionne l'achat de 10 fichiers rotatifs supplémentaires pour le compte de la fichiers sont actuellement alignés le long du mur nord de la salle, de part et d'autre des bureaux de la
    Emplacement dans l'édifice :
    le long du mur nord de la section Etude
    Illustration :
    Vue d'une partie des fichiers rotatifs placés le long du mur nord de la section Etude
  • Chançay : parc et jardins d'agrément du château de Valmer
    Chançay : parc et jardins d'agrément du château de Valmer Chançay - Valmer - Château de Valmer - isolé - Cadastre : 2018 B 143 à 164 ; 166 ; 168 à 184 ; 703 à 707 ; 712 à 714
    Historique :
    Coustely, maire de Tours et président de la Chambre des Comptes, est le nouveau seigneur de Valmer en 1562 . Le 23 mai 1640, Thomas Bonneau, conseiller d’État et secrétaire du roi, en acquiert la propriété : il agrandit le château et le domaine en rachetant des parcelles avoisinantes. Il est à l’origine de la et aménage le grand canal et le parc. Un plan daté de 1695 présente le domaine de Valmer dont la du 20e siècle, est aujourd'hui conservée au Metropolitan Museum of art de New York. Le vase dit "vase installées sur la Haute terrasse et dans le parc au 19e siècle. Deux fabriques ornent le parc : le "vide -bouteille" est représenté dans le cadastre ancien (1816). Le "belvédère" du parc est érigé au 19e siècle Fontaines florentines qui surplombent les douves sont probablement plantés entre la fin du 18e et le début du 19e siècle. Le grand cèdre, situé au nord de l’ancien château, semble avoir été planté au début du végétation, des vignes puis des pelouses sont présentes sur la terrasse de Léda. Le renouveau des jardins
    Observation :
    Le domaine de Valmer possède le label « Jardin remarquable » depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. Entre 2006 et 2015, les gourdes (Lagenaria) de la pergola ont obtenu la
    Référence documentaire :
    SAINT VENANT, Alix de, MATHIAS, Xavier. Le potager d'Alix de Saint Venant au château de Valmer
    Précisions sur la protection :
    Le chandelier-vase décoratif de jardin (vase-flambeau dit vase lorrain) est classé monument historique au titre des objets depuis le 14 mars 1997.
    Description :
    Les jardins et le parc de Valmer, respectivement de 5ha (dont 1ha de potager) et 60ha de parc, sont Sophora japonica 'Pendula', dont les branches atteignent le fond des douves, encadrent la vue et opèrent d'angelot agrémente le centre de ces deux parterres. La terrasse des Fontaines florentines permet d’accéder entre l’ancien château et le petit Valmer. Au nord, des allées bordées de pelouse et agrémentées de terrasse, les communs, la ferme, les vignes, le grand canal et la vallée de la Brenne. La terrasse du Vase des Fontaines florentines à l'escalier qui mène à la terrasse de Léda. Le centre de chacun de ces parterres est agrémenté d’une sculpture bordée de vivaces dont celle, au sud, représente un putto tenant le taillés en boule sont disposés le long de la terrasse à l’ouest. Deux sculptures de lions encadrent montés en espalier et contre-espalier contre les murs du potager. Le mur d'enceinte à l'ouest est flanqué verger dont le tracé géométrique s’organise en quatre parcelles fleuries autour d’une plate-bande
    Illustration :
    La terrasse des Fontaines florentines depuis le sud-est. IVR24_20173701135NUCA Terrasse des devants : le portail d'accès aux jardins. IVR24_20163702836NUCA Vue d'ensemble du potager depuis le sud-ouest. IVR24_20163703017NUCA Colonne provenant des jardins de Chanteloup dans le parc du château. IVR24_20163703023NUCA Le vide-bouteille. IVR24_20163703020NUCA Le Belvédère. IVR24_20163703022NUCA Le "grand canal" situé en dehors de l'enceinte du domaine. IVR24_20173700081NUCA
  • Îlot ABC
    Îlot ABC Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France rue Nationale rue du Commerce rue Constantine - en ville - Cadastre : 2010 DZ 8 à 21, 23 à 38, 40 à 48, 366, 368
    Historique :
    bibliothèque municipale), le vaste parcellaire sur lequel s'établit l'îlot ABC est fortement sinistré et ruiné laquelle est établi en 1948 le premier plan de remembrement du quartier. Deux ans plus tard toutefois de la rue Nationale. Le nouvel ensemble monumental définit ainsi, autour de la place Anatole-France , la nouvelle entrée nord de Tours. Entièrement préfinancés par le ministère de la Reconstruction , les immeubles et magasins qui forment le pourtour de l'îlot ABC sont découpés en grandes unités de nouveau jardin, le cœur d'îlot va permettre la reconstruction de l'école des beaux-arts, confiée à Maurice
    Référence documentaire :
    [Plan d'indexation des îlots publié par le quotidien La Nouvelle République] / Auteur inconnu. 23 p. 17 (ill.), 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet
    Description :
    d'immeubles pouvant constituer eux-mêmes des îlots. Cette forme résulte des projets successifs, depuis le plan voies desservant notamment des garages individuels logés dans le soubassement des immeubles, le cœur
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Texte libre :
    Lefèvre établit un projet de reconstruction qui conserve le tracé viaire existant mais crée un nouvel axe . Le lancement d'un second modificatif du projet de reconstruction de l'entrée nord en janvier 1950 difficulté un nouveau plan répondant aux exigences du ministère de le Reconstruction, du service des le ministère de la Reconstruction, les immeubles et magasins qui forment le pourtour de l'îlot ABC unité. En 1955 démarre la construction de la quatrième unité, le long de la rue du Commerce, et les
    Illustration :
    Vue aérienne de l'entrée nord (à gauche, le terrain réservé à la reconstruction des îlots A, B et C Façades principales des immeubles de la place Anatole-France, vues depuis le débouché du pont Façades postérieures des immeubles de la rue du Commerce, vues depuis le coeur d'îlot
  • Îlot H
    Îlot H Tours - Quartier sinistré nord - rue Berthelot rue Jules-Favre rue de la Scellerie rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 169 à 184
    Historique :
    du mois de décembre. La chaufferie est le premier élément mis en chantier, afin d'alimenter rapidement l'îlot I. Déposé en mars 1954, le permis de construire atteste de l'engagement des travaux pour construction des immeubles de la rue Nationale. L'architecte André le Roy est chargé de concevoir la chaufferie
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 13 juillet 1953 (dernières modifications le 5 novembre 1953). Par Boille Tirage : plan, [1953]. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan dressé le 28 mai 1952. Par Braulard (dessinateur). (archives municipales de Tours Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 20 Calque : plan dressé le 27 avril 1953. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 13 juillet 1953 (dernières modifications le 5 novembre 1953). Par Boille Tirage : plan dressé le 20 janvier 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Association syndicale de reconstruction Tours-Nord. Chaufferie H-I-G / André Le Roy. 1:100. 20 Trois îlots seraient commencés en 1952, sur le côté Est de la rue Nationale. La Nouvelle République Sous le signe de la reconstruction. La Nouvelle République, 2 et 3 janvier 1954.
    Description :
    immeubles alignés à front de rues, complétés sur cour par des garages à toit-terrasse disposés le long des de pierre blanche. Le dernier étage est coiffé d'un toit à longs pans couvert d'ardoise et ponctué de retrait : le balcon de son premier étage, à garde-corps en ferronnerie, forme donc saillie sur la rue Nationale. Le second corps de bâtiment, de plan rectangulaire, comporte seulement un rez-de-chaussée et traditionnelle, dont les façades en moellons équarris apparents font figure d'exception dans le quartier reconstruit. Les éléments de décor résident dans le barreaudage des garde-corps des fenêtres et portes
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1954/n°147) Le numéro entre ) - Lacape et Lemaure : DY 182 (114b) ; DY 183 (115) ; DY 184 (114) - Le Roy : DY 172 (112) - Marconnet : DY
    Illustration :
    Plans et coupe de la chaufferie commune (avant-projet), A. Le Roy arch., 20 janvier 1953. (archives Plans et coupe de la chaufferie commune, A. Le Roy arch., [1953]. (archives municipales de Tours
  • Cale dite cale abreuvoir simple
    Cale dite cale abreuvoir simple Rigny-Ussé - le Saut - isolé
    Historique :
    Le 8 mai 1846, le conseil municipal de Rigny délibère au sujet de l'exécution d'une cale au lieudit le Saut afin d'établir une communication entre la levée et le fleuve. Le maire présente un projet de
    Canton :
    Azay-le-Rideau
    Localisation :
    Rigny-Ussé - le Saut - isolé
    Illustration :
    Projet de cale présenté par le Maire de Rigny au conseil municipal, lieudit le Sault, 1845 : plan
  • Ensemble de 5 immeubles d’État (16 à 24 rue du Commerce )
    Ensemble de 5 immeubles d’État (16 à 24 rue du Commerce ) Tours - Quartier sinistré nord - 16 à 24 rue du Commerce - en ville - Cadastre : 2010 DZ 70 à 74
    Historique :
    Ces cinq immeubles marquent le commencement de la reconstruction du quartier sinistré nord. Formant la première unité de chantier de l'îlot D, ils constituent le tout premier essai de reconstruction planchers, les charpentes, les façades et les encadrements de baies montre également le volonté de diminuer les prix de revient. Le procédé consistant à grouper deux immeubles autour d'un escalier commun et Lépingle, placés sous la houlette d'André Le Roy, architecte conseil de l'Association syndicale de remembrement. Les fondations débutent au printemps 1947, un an après le terrassement du terrain. En avril premières pierres de l'ensemble. En septembre 1947, la maçonnerie atteint le niveau des charpentes. Le gros -œuvre est achevé en 1948, peu avant le dépôt du permis de construire des immeubles restants de l'îlot
    Observation :
    l’État dans le quartier sinistré nord.
    Référence documentaire :
    Extrait de tirage : plan dressé le 10 juin 1947. Par Le Roy, André (architecte). (archives Extrait de tirage : plan dressé le 10 juin 1947. Par Le Roy, André (architecte). (archives Ville de Tours. Îlot D / André Le Roy. 1:200. 10 juin 1947. 2 tirages : plans, coupes et élévations [Vue de l'ensemble d'immeubles réalisé, depuis le cloître de l'abbaye Saint-Julien] / Bernard Vitry André Le Roy). Enfin ! La reconstruction commence dans le quartier Nord de Tours. La Nouvelle République, 21 mars
    Description :
    Alignés sur la rue du Commerce, les cinq immeubles forment majoritairement le côté nord de l'îlot D front bâti très homogène où les mêmes caractéristiques formelles se répètent. Le gros-œuvre est constitué d'une ossature porteuse en béton armé et d'une maçonnerie de moellons. Le rez-de-chaussée taille couronne ce niveau. Les façades postérieures donnant sur le cœur d'îlot sont revêtues d'un simple
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée (extrait), André Le Roy arch., 10 juin 1947. (archives départementales Plan des étages (extrait), André Le Roy arch., 10 juin 1947. (archives départementales d'Indre-et Elévation des façades rue du Commerce (extrait), André Le Roy arch., 10 juin 1947. (archives Elévation des façades postérieures (extrait), André Le Roy arch., 10 juin 1947. (archives Vue de l'ensemble réalisé (au second plan), depuis le cloître de l'abbaye Saint-Julien, [1948
  • Tours, Salle de sports Caméo du Lycée Balzac : revêtement de sol,
    Tours, Salle de sports Caméo du Lycée Balzac : revêtement de sol, "Pixel" Tours - rue Charles-Gilles - en ville
    Historique :
    carreaux blancs sur le fond noir suggère à la fois les lignes d'un terrain de sport et les perforations L’œuvre de l'artiste Wilson Trouvé est réalisée en 2008 dans le cadre du 1% artistique lié à entre l'ancien et le nouvel usage du bâtiment : du cinéma à la salle de sport. La disposition des
    Description :
    Trafic Sol PU) et dans laquelle ont été incrusté des carreaux de grès blanc (10x10 cm).
    Illustration :
    Le contexte de l'oeuvre : la grande salle du dernier niveau du gymnase. IVR24_20163701019NUCA Le contexte de l'oeuvre : vue extérieure du gymnase. IVR24_20163701021NUCA
  • Tours, Lycée Paul-Louis Courier : sculpture
    Tours, Lycée Paul-Louis Courier : sculpture Tours - 2 place Grégoire-de-Tours - en ville
    Historique :
    Barthélémy en 1976, Monique Moreau, est désignée pour réaliser une sculpture dans le cadre du 1% artistique . En raison d'avis divergents recueillis sur le projet, ce dernier est soumis à la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics en appel. Le 11 novembre 1976, le projet reçoit un avis , l'insertion de l’œuvre dans le cadre architectural. Toutefois, le projet reçoit le 4 octobre 1976 un avis favorable du Conseil municipal et le 20 octobre un avis très favorable la conseillère artistique régionale qui déclare l'emplacement et le voisinage de la cathédrale pertinent et positif, permettant observe que sur le plan plastique, l’œuvre ne manque pas de qualité mais que l'emplacement doit faire Commission donne le 12 janvier 1977, sous réserve du choix de son emplacement, un avis favorable à la réalisation. Le coût de cette œuvre s'élève à 20 456 Francs.
    Référence documentaire :
    Archives nationales,19880466 art. 122. Projet Moreau pour le lycée P. L. Courier de Tours
    Description :
    3 mètre de circonférence. Le matériau utilisé est une pierre calcaire, probablement de la pierre de Chauvigny. De plus, la sculpture est recouverte d'un matériau blanc, possiblement une peinture, altérée