Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 60 sur 343 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : maison (41 rue du Coteau-de-la-Poultière)
    Bourg : maison (41 rue du Coteau-de-la-Poultière) Vernou-sur-Brenne - 41 rue du Coteau-de-la-Poultière - en ville - Cadastre : 1817 G 330 2009 AD 439
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Cette maison est présente sur le cadastre de 1817, la façade a dû être remaniée au 19e siècle
    Référence documentaire :
    VAGNINI, Hélène. Naissance d'un bourg ligérien au coeur de la Touraine, Vernou-sur-Brenne. Monts
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    C'est une maison en pierre de taille à un étage carré et étage de comble, décorée d'un cordon et d'une corniche. L'étage de comble est éclairé par une lucarne à fronton cintré. La façade sur la rue ne possède pas de porte, l'entrée se faisant du côté opposé en passant par la cour. Les dépendances sont en dans le coteau, à l'est de la cour. moellon enduit et brique, avec lambrequins de toit en bois. On trouve des caves troglodytiques creusées
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Vernou-sur-Brenne - 41 rue du Coteau-de-la-Poultière - en ville - Cadastre : 1817 G 330 2009 AD
    Titre courant :
    Bourg : maison (41 rue du Coteau-de-la-Poultière)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Bourg : maison (43-45 rue de la Mairie)
    Bourg : maison (43-45 rue de la Mairie) Tournon-Saint-Martin - Bourg - 43-45 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2013 AA 116
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Historique :
    La maison, dans sa morphologie actuelle, date de la première moitié du 20e siècle. Elle est postérieure aux environs de 1906, date à laquelle le bâtiment qui la précède, moins élevé et bâti en 1845 (comme la maison-boutique mitoyenne au nord, cf. dossier IA36007859), est porté sur une carte postale . Les caractères de sa façade sont inspirés de ceux de l’immeuble voisin, au sud (IA36007863).
    Référence documentaire :
    Vue de la limite immatérielle des deux départements Indre et Indre-et-Loire. Tournon-Saint-Martin blanc ; 9 x 14 cm (image). (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 8769).
    Murs :
    calcaire pierre de taille bossage
    Description :
    pierres de taille assemblées en bossage continu (possible plaquis). Les deux accès sont en mur gouttereau au premier étage ont des garde-corps, au second, des balconnets. Le rez-de-chaussée est, en partie
    Localisation :
    Tournon-Saint-Martin - Bourg - 43-45 rue de la Mairie - en village - Cadastre : 2013 AA 116
    Titre courant :
    Bourg : maison (43-45 rue de la Mairie)
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la maison depuis l'est. IVR24_20133600934NUC2A Le bâtiment précédent l'actuel est le deuxième à gauche sur cette carte postale des environs de 1906. (Archives départementales de l'Indre, 48 J 4 B 8769). IVR24_20133600359NUC2B
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "Bellevue" (34 rue de la République) Neuillé-le-Lierre - 34 rue de la République - en village - Cadastre : 2011 OD 32
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Maison construite en 1870 pour un courtier en vin dont la profession est rappelée par le décor (grappe de raisin). D'après les initiales présentes (A et P) sur les cheminées et le portail, il pourrait
    Représentations :
    centraux de l'encadrement des baies de l'étage. Grappe de raisins figurées sur les carreaux ciment.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    brique et la pierre de taille. Un cordon en pierre de taille et carreaux de ciment marque la séparation en carreaux de ciment. Une véranda édifiée devant la façade orientale est surmontée d'un toit plat en Cet édifice, de plan rectangulaire, est en rez-de-chaussée surélevé, étage et étage de comble. Les façades sont ordonnancées, il est construit en moellon crépi. L'originalité de cette maison réside dans sa toiture : l'édifice est couvert d'un toit à longs pans et croupes en ardoise flanqué aux angles de toits en pavillon très élancés. L'étage de comble est éclairé par deux lucarnes hautes (façades sud et nord ) et deux lucarnes hautes et oculus (façades est et ouest). Les chaînages harpés font alterner la entre le rez-de-chaussée surélevé et l'étage. Deux autres cordons plus minces en carreaux de ciment sont présents sur les façades du rez-de-chaussée et de l'étage. L'entablement est également composé d'une frise
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - 34 rue de la République - en village - Cadastre : 2011 OD 32
    Titre courant :
    Bourg : maison dite "Bellevue" (34 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la façade sud. IVR24_20133700328NUC2A Détail de la façade est. IVR24_20133700329NUC2A
  • Bourg : maison (4 place des Martyrs de la Résistance)
    Bourg : maison (4 place des Martyrs de la Résistance) Villedômer - 4 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 1835 D2 408 2012 D 459
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Un bâtiment, présent sur le plan cadastral napoléonien de 1835, est remplacé par une nouvelle
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    cintrés (4 côté nord et 2 côté ouest). La pierre de taille est utilisée pour les encadrements des baies taille sont également présents sur les façades en brique. Les baies de la façade nord sont dotées de L'édifice, à étage carré et étage de comble, est orienté directement sur rue mais son entrée est couvert d'un toit brisé en ardoise. L'étage de comble est éclairé par six lucarnes hautes à frontons , les chaînes d'angle et une corniche présents de chaque côté de l'édifice. Deux cordons en pierre de garde-corps en fer forgé. Les plates-bandes des baies de cette façade sont ornées de clefs saillantes et passantes (rez-de-chaussée). Les plates-bandes du premier étage sont ornées de motifs végétaux.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Villedômer - 4 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 1835 D2 408 2012 D
    Titre courant :
    Bourg : maison (4 place des Martyrs de la Résistance)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Maison dite de la Salamandre (50 rue Denis Papin)
    Maison dite de la Salamandre (50 rue Denis Papin) Blois - 50 rue Denis Papin - en ville - Cadastre : 1980 DN 90 REVOIR
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Deuxième quart 16e siècle : ensemble de la construction antérieure à 1547, moulurations première Renaissance de la façade sur cour ; 17e siècle : reprise des fenêtres de la façade sur rue ; Quatrième quart
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Maison dite de la Salamandre (50 rue Denis Papin)
    Appellations :
    dite Maison de la Salamandre
  • Bourg : maison de notable dite de La Bourbonnaise (7 rue de l'Église)
    Bourg : maison de notable dite de La Bourbonnaise (7 rue de l'Église) Margon - Bourg - 7 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 75 1990 AB 44, 46
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Cette maison de notable dite de La Bourbonnaise est construite en 1858 pour Jean Sortais, maire de la commune, à l'emplacement d'un ancien manoir disparu. Des pierres sont d'ailleurs remployées , notamment dans la dépendance juxtaposée à la maison (porte à encadrement chanfreiné surmontée d'un linteau à
    Référence documentaire :
    Manoir de La Bourbonnaise, gravure. Par Moulin. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, BR art 26 Manoir de La Bourbonnaise, gravure. Par Moulin. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, BR art 26 FAUQUET, George. La fin d'une légende percheronne. La Bourbonnaise de Margon, Nogent-le-Rotrou MORIN, Alain. La légende de la Bourbonnaise d'après le manuscrit de la comtesse de Pizieux. Cahiers Plan cadastral napoléonien, commune de Margon, section C. 1811. (Archives départementales d'Eure-et
    Description :
    chaînages d'angle et la corniche sont en pierre de taille de calcaire. Le toit est à longs pans et à croupes La maison dite de la Bourbonnaise présente d'une façade ordonnancée à trois travées. La travée centrale comprend une porte surmontée d'une baie dont les chambranles sont identiques. La porte d'entrée possède une corniche moulurée sur modillons à glyphes. Une dépendance (fonction indéterminée) de probablement en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein. Les encadrements des baies, les
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Typologies :
    maison de notable
    Localisation :
    Margon - Bourg - 7 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1811 C 75 1990 AB 44, 46
    Titre courant :
    Bourg : maison de notable dite de La Bourbonnaise (7 rue de l'Église)
    Annexe :
    La Bourbonnaise de Margon. Texte extrait de FAUQUET, George. La fin d'une légende percheronne. La qu'était le manoir de la Bourbonnaise avant sa démolition. M. Dallier nous a appris qu'il avait été cette époque il faisait partie du domaine de La Galaisière, probablement depuis sa construction . Jusqu'au moment de sa démolition, la maison de La Bourbonnaise s'appelait le Pavillon ; mais antérieurement "qui va de la Capéterie au Cruchet et ailleurs", dit un acte de 1783. Cet immeuble fut édifié en 1851 Bourbonnaise de Margon, Nogent-le-Rotrou. 1902, p.1-6 ; 65-70 : « Aucun écrivain ne nous a renseigné sur ce construit en 1617 et que cette date était gravée au fronton du bâtiment ; mais nul ne parle de ses possesseurs ni de ses habitants. M. Lucien Devaux en a donné deux bonnes reproductions, dessinées d'après nature par Moulin, un artiste nogentais. M. Malgrange a bien voulu nous communiquer des anciens titres de propriété qui nous permettent de retrouver les possesseurs du manoir jusqu'aux années 1750 et au dessus ; à
    Illustration :
    Vue de détail de la porte en accolade (remploi). IVR24_20082800055NUCA Extrait du cadastre de 1811, section C. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4766 Gravure du Manoir des seigneurs de Margon, vue de situation, par Moulin, première moitié 19e siècle Gravure du Manoir des seigneures de Margon, vue générale sud, par Moulin, première moitié 19e Vue de situation depuis le sud-est, carte postale ancienne, début 20e siècle. (Archives
  • Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône)
    Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône) Nogent-le-Rotrou - 17 rue de Rhône - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    . En 1613, la maison appartient au seigneur de la Chenelière. Différents marqueurs stylistiques (porte remonter à la seconde moitié du 13e siècle ou au 14e siècle. Néanmoins, l'édifice a fait l'objet de L’édifice est identifié par les historiens percherons comme la "Tour d’Ardenay". Il aurait appartenu au seigneur du même nom, un vassal des comtes du Perche ou des seigneurs de Nogent selon les comtes du Perche, et donc antérieure à 1226. L’auteur précise que la maison est alors augmentée en cens et rente. Pour l’abbé Fret, l’implantation du seigneur d’Ardenay prend place à la fin du 15e siècle
    Référence documentaire :
    p. 92. BART DES BOULAIS, Léonard. Recueil des Antiquités du Perche, comtes et seigneurs de la dite -similé de l'édition de Mortagne, 1613). d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838).
    Représentations :
    La voûte de l'escalier droit en pierre située dans la maçonnerie du mur pignon sud est décorée d'un enduit peint composée de fleurs quintefeuilles rouges et de fleurs noires en forme de clochette.
    Description :
    les ouvertures sur rue sont encadrées de pierre de taille, tandis que la façade postérieure compte L’édifice est implanté le long de la rue de Rhône sur une parcelle qui adopte un plan en L d’un plan rectangulaire. Le second bâtiment est implanté en retrait de la rue, il est postérieur à 1811 étage de comble (en surcroit pour la partie sud). Le rez-de-chaussée sur rue de la première maison au nord est entièrement enduit en ciment, tandis que son étage est construit en pierre de taille, sa par un escalier intérieur droit en bois. La deuxième entité au sud possède des maçonneries de moellons tournant en bois, l'autre droit en pierre prend place au sein de la maçonnerie du mur pignon sud. Ce irrégulier. Il compte deux bâtiments. Le premier prend place entre la rue et une cour arrière. Il est doté de deux entités pourvues de systèmes de distribution propres. Chacune comprend deux niveaux sous un façade sur cour en moellons et son toit couvert en ardoise. Les étages de cette partie sont distribués
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 17 rue de Rhône - en ville
    Titre courant :
    Maison dite La Tour d'Ardenay (17 rue de Rhône)
    Appellations :
    La Tour d'Ardenay
    Texte libre :
    d’un chaînage en pierre de taille grise. Celui-ci contraste avec la chaîne d’angle observée au sud la salle 1.5, éclairée par une petite fenêtre en pierre de taille (O-1412), percée sous un arc piédroits sont réalisés en pierre de taille et en brique. La porte O-1414 communique avec le couloir 1.2 surmontée par un arc en plein-cintre en pierre de taille à moitié bûché. La fenêtre O-1415 éclaire la salle surmonte prend appui sur un bandeau en pierre de taille. L’ouverture O-1421 a été bûchée lors de la mise d’une plate-bande et d’un encadrement en pierre de taille. Son seuil est placé sur la même ligne que le bandeau. La fenêtre O-1424 éclaire la salle 1.8. Elle est percée sous une plate-bande en pierre de taille sud. Les traces de taille layées et brettelées obliques viennent confirment la datation stylistique seigneur de la Chenelière. Les archives du baillage de Nogent-le-Rotrou mentionnent à plusieurs reprises la seigneurie de la Chenelière. Celle-ci appartient à Gui de Dampierre en 1554-1555, puis à Louis de Dampierre
    Illustration :
    Vue intérieure, rez-de-chaussée, détail de la porte en plein-cintre de la salle 1.6 Vue intérieure, détail de la voûte de l'escalier du pignon sud. IVR24_20132800085NUC4A Vue intérieure, premier étage, détail de la voûte de l'escalier du mur pignon sud Vue intérieure, premier étage, détail d'une porte de la salle 1.12 et d'une fenêtre de l'escalier Vue intérieure, premier étage, détail de la fenêtre de l'escalier du mur pignon sud Plan du rez-de-chaussée. IVR24_20162801280NUDA Face ouest, vue de l'ouest. IVR24_20132800177NUC4A Face est, vue de l'est. IVR24_20132800075NUC4A Vue intérieure, rez-de-chaussée, salle 1.5. IVR24_20132800077NUC4A Vue intérieure, rez-de-chaussée, salles 1.5 et 1.7. IVR24_20132800079NUC4A
  • Ensemble de deux maisons : cave (44-46 rue de la Concorde)
    Ensemble de deux maisons : cave (44-46 rue de la Concorde) Amboise - 44-46 rue de la Concorde - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    caves sont assez modifiées, en raison de l'installation des stocks du bar et du salon de coiffure à qui
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    berceau, en pierre de taille de tuffeau. Aujourd'hui la cave se compose deux vaisseaux murés, qui devaient Au 44, on accède à la cave par un escalier droit d'une dizaine de marches. La cave est voûtée en à l'origine se prolonger du côté de la rue de la Concorde et du côté de la Loire. Les structures présentant un aspect médiéval sont l'arc de décharge qui ouvre sur la descente de cave, qui doit bien dans la rue de la Concorde, il semble qu'elle date sans doute de l'époque médiévale. correspondre à l'accès d'origine, et une niche installée dans l'un des murs. Au 46, la cave du 44 se poursuit . Sans pouvoir proposer de datation précise pour cette cave, qui est proche de celles déjà rencontrées
    Localisation :
    Amboise - 44-46 rue de la Concorde - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de deux maisons : cave (44-46 rue de la Concorde)
    Illustration :
    Vue générale des 44 (au premier plan) et 46 (au deuxième plan), rue de la Concorde Vue des 44 et 46 rue de la Concorde depuis l'ouest, à côté du n°42 situé à droite de la photographie, présentant une façade en pan-de-bois. IVR24_20083700555NUCA
  • Bourg : maison (16-18 rue de la République)
    Bourg : maison (16-18 rue de la République) Neuillé-le-Lierre - 16-18 rue de la République - en village - Cadastre : 1819 D1 225 2011 OD 375
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    monument aux morts indiquent un remaniement (reconstruction ?) dans les années 1920 de la façade sur rue. L'édifice est partiellement présent sur le plan cadastral napoléonien de 1819, ayant fait l'objet accueillait des commerces. Les éléments de décor (carreaux en ciment), ressemblant à ceux présents sur le
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Neuillé-le-Lierre. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi
    Représentations :
    La façade est ornée de carreaux en ciment figurant des formes géométriques et des motifs végétaux.
    Description :
    ouest et longs pans du bâtiment en retour d'équerre à l'ouest). La pierre de taille est utilisée pour les chaînes d'angle, l'encadrement des baies, les cordons, la corniche et des tables en pointe de diamant. L'étage de comble est éclairé par quatre lucarnes hautes à toit à deux pans en ardoise. La partie L'édifice possède un plan en L, il est en rez-de-chaussée et étage de comble, construit en moellon recouvert de crépi et couvert d'un toit à longs pans et une croupe en ardoise (pan est) et tuile plate (pan en retour d'équerre a conservé sa pente de toit d'origine.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Neuillé-le-Lierre - 16-18 rue de la République - en village - Cadastre : 1819 D1 225 2011 OD 375
    Titre courant :
    Bourg : maison (16-18 rue de la République)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail du décor de la façade. IVR24_20123700600NUC2A Détail du décor de la façade réalisé avec 3 carreaux en ciment. IVR24_20123700601NUC2A
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "Domaine de la Touche" (74 route de Château-Renault) Vernou-sur-Brenne - 74 route de Château-Renault - en ville - Cadastre : 1817 F 369 2009 AN 63
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Ancienne closerie de la Touche également appelée Les Cadortyères. La maison actuelle date de 1719 . Les maisons situées au numéros 70 et 72 de la route de Château-Renault sont dites "les pavillons de la
    Référence documentaire :
    VAGNINI, Hélène. Naissance d'un bourg ligérien au coeur de la Touraine, Vernou-sur-Brenne. Monts JEANSON, Denis. Sites et monuments du Val de Loire. vol. 1. Tours : chez l'auteur, 1977.
    Description :
    corniche en pierre de taille. Le comble est éclairé par trois lucarnes, dont deux à fronton cintré. La taille. Il existe un accès côté cour, et un côté jardin. La façade sud est ornée d'un cordon et d'une troglodytiques creusées dans le coteau à l'ouest de la cour. Il s'agit d'une maison à pignon sur rue en moellon enduit, avec chaînes d'angles en pierre de lucarne centrale possède un fronton triangulaire portant la date "1719". On trouve des caves
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Vernou-sur-Brenne - 74 route de Château-Renault - en ville - Cadastre : 1817 F 369 2009 AN 63
    Titre courant :
    Bourg : maison dite "Domaine de la Touche" (74 route de Château-Renault)
    Dates :
    1719 porte la date
    Appellations :
    Domaine de la Touche
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Maisons et fermes de la commune d'Épeigné-les-Bois
    Maisons et fermes de la commune d'Épeigné-les-Bois Épeigné-les-Bois
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Description :
    Si les maisons du bourg (rues Saint-Vincent, de la Fontaine, du Prieuré, des Rosiers) correspondent pierre de taille, le plus souvent harpés. L'alignement s'effectue gouttereau sur rue. Deux maisons taille. L'association brique et pierre en décor (encadrements) est présente dans deux édifices et date de pour l’essentiel à l'emprise médiévale du bourg, la quasi totalité des maisons actuelles ont été moellon de calcaire avec enduit, les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont toujours en croupes. Les lucarnes sont rares. Les couvertures en tuile plate côtoient les couvertures en ardoise. La creusé de nombreuses caves avec corridors d'accès voûtés en moellons et porte en arc brisé en pierre de la fin du 19e siècle. La brique n'est pas employée pour le gros œuvre.
    Titre courant :
    Maisons et fermes de la commune d'Épeigné-les-Bois
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Grange, rue de la Fontaine. Façade antérieure. IVR24_20093700552NUCA Grange, rue de la Fontaine. Façade latérale avec porte charretière murée. IVR24_20093700553NUCA Grange en pierre de taille et moellon. Vue d'ensemble. IVR24_20093700555NUCA Grange : mur goutterot avec assise en pierre de taille et élévation en moellons Maison, rue de la Fontaine. Entrée de cave desservie par un corridor voûté. IVR24_20093700554NUCA 11 rue de la Fontaine. Maison élevée sur une cave voûtée en partie creusée dans la roche (jouxte l'escalier d'accès à la source Saint-Aignan). Vue de volume. IVR24_20093700492NUCA Rue de la Fontaine. Maison située au-dessus de la grotte de Saint-Aignan. IVR24_20093700535NUCA 4 rue de la Fontaine. Maison (ancien bureau de poste) accolée à l'ancien prieuré Rue du Prieuré. Maison à un étage carré : détail de la porte avec menuiseries au rez-de-chaussée
  • Les maisons et les fermes de La Gaudaine
    Les maisons et les fermes de La Gaudaine La Gaudaine
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Localisation :
    La Gaudaine
    Titre courant :
    Les maisons et les fermes de La Gaudaine
    Texte libre :
    -Chéron-lès-Chartres ou de la seigneurie de La Soublière. Ces fermes ont toutes été vendues comme biens d'entre elles). Suivant la configuration du bourg, à même la pente sur un versant de la vallée d'Arcisses encadrements des baies sont majoritairement en pierre de taille de calcaire. Les toits sont à longs pans (plus couverts d'un enduit. Le matériau de couverture le plus répandu est la tuile plate. Décompte des édifices selon la typologie des bâtiments : Maison en rez-de-chaussée (8) ; maison en rez-de-chaussée les 13 maisons repérées, sept sont présentes en plan sur le cadastre de 1811. Pour autant, elles ont été partiellement ou entièrement reconstruites dans la seconde moitié du 19e siècle en remployant (ou en conservant) plusieurs éléments bâtis plus anciens tels que des linteaux de cheminée, des caves , certaines sont attestées dès les 16e et 17e siècles comme propriétés des abbayes de Thiron et de Saint siècle. Si 17 fermes sont présentes en plan sur le cadastre de 1811, quatre ont été construites ex nihilo
    Illustration :
    Tableau synthétique des édifices sélectionnés dans la commune de La Gaudaine. (Parc naturel Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de La Gaudaine (1 sur 2). (Parc naturel Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de La Gaudaine (2 sur 2). (Parc naturel Chemin du Vieux Puits, maison n°2, à étage de soubassement (étudiée). IVR24_20082800749NUCA Chemin du Vieux Puits, maison n°1, en rez-de-chaussée surélevé (étudiée). IVR24_20082800750NUCA La Grande Chesnaie, ferme en 'L' (repérée, non étudiée). IVR24_20082800865NUCA
  • Les maisons et fermes de la commune de Néons-sur-Creuse
    Les maisons et fermes de la commune de Néons-sur-Creuse Néons-sur-Creuse
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Titre courant :
    Les maisons et fermes de la commune de Néons-sur-Creuse
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Texte libre :
    Parmi les 189 édifices inventoriés dans la commune de Néons-sur-Creuse, l'analyse typologique a trop peu représenté pour justifier un traitement individuel (au sein de l’ancien canton, seule la fermes sont avant tout localisées sur les anciennes terrasses de la vallée de la Creuse et de la Gartempe , c’est à dire principalement dans l’ouest, le nord et l’est de la commune ; les plateaux de l’interfluve semblant moins attractifs. Elles sont le plus souvent installées dans les écarts de taille variable (Thais cadastral de Lureuil en 1812 (du moins leur état antérieur car la plupart des édifices a été modifiée). Au logis de ferme du 15e siècle aurait été fortifié au 16e siècle. A la Lochetterie, à la Grève et à Mallet (1740-1743), la demeure du Plessis ou une partie des fermes de Grand-Roche. L’Époque contemporaine est siècle ou de la première moitié du 20e siècle. Durant cette période, les maisons et fermes connaissent reconstruites ou remaniées. C’est à partir du milieu du 19e siècle que sont construites la demeure de la
    Illustration :
    Logis de la ferme de la Bonnelière (15e-16e siècles). IVR24_20183600674NUCA Logement secondaire avec accès en pignon de la ferme de la Grève (daté par dendrochronologie de Ferme de la Lochetterie, dont une partie du logement a été datée par dendrochronologie de 1482-1486 Ferme à cour ouverte de la Grande Couture (début du 20e siècle). IVR24_20163600605NUC2A Grange-étable à accès en mur-pignon de la ferme de la Rairie (19e siècle). IVR24_20153600307NUC2A Bâtiment "vinicole" du château de Néons, daté par dendrochronologie de 1743. IVR24_20153600322NUC2A Maison de l'écart de Thais (18e siècle). Le mur-pignon de cette maison présente un plein-de-travée appareillé en pierre taillée (influence tourangelle). IVR24_20183600694NUCA La demeure du Plessis (17-18e siècles). IVR24_20163600736NUC2A Ferme de type bloc-à-terre à Champagne (19e siècle). IVR24_20163600492NUC2A
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "Les Osiers" (22 rue de la Grange-aux-Dîmes) Reugny - 22 rue de la Grange-aux-dîmes - en village - Cadastre : 2009 G 1374
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    ) propriétaires de la Manufacture Tourangelle de Vannerie. Maison, dite "les Osiers", construite en 1905. Les lettres "S" et "M" entrelacées figurant sur la
    Référence documentaire :
    Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194).
    Représentations :
    La façade sur rue, associant moellon, pierre de taille et brique, joue sur l'alternance de ces , et une frise de marguerites, également en terre cuite, ornent la façade sur cour. trois matériaux et sur la présence d'éléments décoratifs en terre cuite : masque féminin et deux cornes d'abondance (conduit de cheminée), vase et feuilles de chêne (allèges des baies du premier étage). Deux écus , avec les lettres S et M entrelacées, surmontés d'une tête de lion, accompagnés de fruits et de fleurs
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    sur la présence d'éléments en terre cuite. Trois cordons en pierre de taille marquent la séparation s'agit de la seule maison à deux étages repérée dans la commune. L'édifice, couvert d'un toit à longs les quatre chaînes d'angle sont en pierre. Le pignon sud, sur rue, associant moellon, pierre de taille pans et croupes en tuile, est majoritairement construit en moellon recouvert de crépi (gouttereaux) et et brique a fait l'objet d'un décor particulier, jouant sur les alternances de ces trois matériaux et entre le rez-de-chaussée et les étages. Le pignon sud et le gouttereau est reposent sur des compositions symétriques. Deux vérandas superposées sont accolées au mur gouttereau est, au niveau du rez-de-chaussée et du
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Reugny - 22 rue de la Grange-aux-dîmes - en village - Cadastre : 2009 G 1374
    Titre courant :
    Bourg : maison dite "Les Osiers" (22 rue de la Grange-aux-Dîmes)
    Dates :
    1905 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Détail de la date et inscription sur le pignon sud. IVR24_20163702559NUCA Détail du décor sur la façade est : tête de lion et écu aux lettres entrelacées Détail du décor sur le pignon sud : vase et feuilles de chêne. IVR24_20163702561NUCA
  • Maison : cave (24 rue de la Concorde ; 22 quai Charles Guinot)
    Maison : cave (24 rue de la Concorde ; 22 quai Charles Guinot) Amboise - 24 rue de la Concorde 22 quai Charles-Guinot - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    , datant probablement de la fin du Moyen Âge. Pour cette maison édifiée dans un style néo-gothique, notre étude ne s'est attachée qu'à la cave
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La cave se trouve au niveau -1 du côté de la rue de la Concorde qui correspond au niveau du quai Charles Guinot, côté Loire. La cave ne présente aucun élément vraiment datant. Couverte d'un plafond, les soutenir l'une des poutres du plafond. Cette colonne monolithe a été taillée dans un calcaire coquillier quart-de-rond est séparé du fût par un petit tore.
    Localisation :
    Amboise - 24 rue de la Concorde 22 quai Charles-Guinot - en ville
    Titre courant :
    Maison : cave (24 rue de la Concorde ; 22 quai Charles Guinot)
    Illustration :
    Vue générale du 24 rue de la Concorde. IVR24_20093701011NUCA Vue du mur de la cave : le mur intérieur montre l'alignement du mur d'enceinte du Petit Fort, le Vue de la colonne remployée dans la cave. IVR24_20073700996NUCA longeant la Loire. IVR24_20073700997NUCA
  • Maison, actuellement immeuble (86 rue de Bourgogne)
    Maison, actuellement immeuble (86 rue de Bourgogne) Orléans - 86 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 2012 BN 377, 378
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cet édifice a été construit en 1860, comme l'indique la date portée sur le claveau de la baie située dans la travée centrale du premier étage. Il est très caractéristique des constructions de cette la rue de Bourgogne : en sous-sol, une cave, au rez-de-chaussée, deux chambres, un cabinet, une indiquent, qu'en 1912, le bâtiment a déjà été transformé en immeuble. Il comprend dans la partie donnant sur grenier. Au fond, dans la cour, on trouvait alors une boulangerie.
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 606. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue de Bourgogne
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Datation principale :
    3e quart 19e siècle porte la date
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Cet édifice est construit en maçonnerie enduite avec une assise en pierre de taille à la base du mur. Il a deux étages carrés. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. L'édifice ne dispose pas de porte piétonne mais d'une porte cochère latérale.
    Localisation :
    Orléans - 86 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 2012 BN 377, 378
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (86 rue de Bourgogne)
    Dates :
    1860 porte la date
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500784NUC4A Vue de détail de la fenêtre de la travée centrale au premier étage. La plate-bande porte la date de
  • Bourg : maison de maître dite
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40 1992 G 24, 502
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    (agrandissement ou création de nouvelles ouvertures, emploi de la brique). Le domaine a ensuite été séparé en deux Cet ancien domaine, présent en plan sur le cadastre de 1811, semble remonter au 18e siècle comme le ferme). La ferme est agrandie d'une grange (n°5 sur le plan) en 1834 (date portée). Le logis semble avoir été repris au 19e siècle (toit en pavillon couvert en ardoise). Dans la seconde moitié du 19e propriétés. Devenue habitation, la ferme a été très remaniée dans la seconde moitié du 20e siècle (percement de nouvelles ouvertures).
    Référence documentaire :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine. Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, assemblage des sections H1 et G. (Archives
    Précision dénomination :
    maison de notable
    Description :
    et aile sud-est de la ferme). Les encadrements des baies sont en majorité en pierre de taille de Situé en continuité du bourg au nord-ouest, le domaine se compose de deux entités. - La maison de maître est accessible par un portail encadré de piliers en pierre de taille de grès (dit "roussard"). Le neuf et huit travées. - La ferme est également accessible par un portail encadré de piliers en brique . La première aile, à l'ouest, comprend deux écuries, le logis et une grange-étable. Elle est en rez-de charretière (qui porte la date de 1834). Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit plein (maison de notable), en partie disparu (aile ouest de la ferme) ou à pierre vue (aile nord calcaire, tout comme les chaînages d'angle et les jambes harpées (aile sud-est de la ferme). Les toits sont à longs pans et à croupe (maison de maître, aile nord de la ferme) couverts en tuile plate à l'exception du pavillon sud de la maison de maître, couvert en ardoise.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Typologies :
    maison de notable
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 37, 39, 40
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Titre courant :
    Bourg : maison de maître dite "la Grande Maison" et ferme du domaine
    Dates :
    1834 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine (fond : plan Portail d'accès et maison de maître, vue depuis la voie publique au nord-est. IVR24_20092800047NUCA Portail d'accès de l'ancienne ferme, vue depuis la voie publique au nord-est. IVR24_20092800049NUCA Aile ouest, façade postérieure du logis de ferme et de la grange-étable. IVR24_20092800144NUCA Aile ouest, façade postérieure de l'ancienne ferme, détail de la porte. IVR24_20092800145NUCA Aile sud-est de l'ancienne ferme (grange), détail de la date portée sur le claveau central de la cadastral de 1992, section G). IVR24_20122800174NUDA Extrait du plan cadastral de 1811, assemblage des sections H1 et G. (Archives départementales Maison de maître, vue générale depuis le sud. IVR24_20092800048NUCA Puits de plan circulaire. IVR24_20092800140NUCA
  • Hôtel dit Méréglise, maison dite la Grande Maison (9, rue de Rhône)
    Hôtel dit Méréglise, maison dite la Grande Maison (9, rue de Rhône) Nogent-le-Rotrou - 9 rue de Rhône - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    bâtiment principal, la taille de sa parcelle, le recours à la pierre de taille et à un décor sculpté En l'absence de sources écrites, la datation de l'édifice est fondé sur son décor sculpté (croisées [à 30 km à l'ouest de Nogent], une maison appelée la tour de Mereglise, avec cens et rente». Cette d'inspiration antique invitent à proposer une datation du second quart du 16e siècle. La largeur sur rue du permettent d'identifier l'édifice comme une construction élitaire. La séparation avec la rue, marquée par un portail et la progression des espaces publics (rue, cour,) vers ceux plus privés du logis (grandes salles et chambres) répondent au type de l'hôtel particulier. L'appellation de l'édifice et son attribution au seigneur de Méréglise proviennent d'une citation (1613) de Bart des Boulais : «Lorsque les dicts , firent bastir des maisons au dict Nogent où ils se logèrent. Entr'autres [...] Le seigneur de Mereglise
    Référence documentaire :
    Hôtel de Méréglise / Auteur inconnu. [s.d.]. Aquarelle. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). Hôtel de Méréglise. 20e siècle. Impr. photoméc., carte postale. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent
    Description :
    L'hôtel est situé au pied du château Saint-Jean, à l'angle formé par la rue de Rhône et la rue du Croc. La largeur de se parcelle est de 21,50 m sur la rue de Rhône. L'édifice est composé de trois ) ferment le côté ouest de la cour. Le bâtiment principal est disposé sur rue, ses murs gouttereaux, d'une longueur de 18,60 m, sont parallèles à la rue. L'entrée s'effectue par l'intermédiaire d'un portail cocher corniches, les chaînages et les rampants sont en pierre de taille calcaire. Ce matériau est également utilisé sur la façade antérieure du bâtiment principal. Le parement de celle-ci est composé de pierre ouvertures et aux éléments de couronnement. Il met en valeur la progression imposée par le système de cour). Les élévations sont couronnées par des corniches et des rampants en pierre de taille. Ces de la porte de la tour hors oeuvre porte un décor de plis de serviette, tandis que la base du noyau d’angelots pour les secondes. La cheminée du rez-de-chaussée est composée d’une hotte droite à plate-bande
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 9 rue de Rhône - en ville
    Titre courant :
    Hôtel dit Méréglise, maison dite la Grande Maison (9, rue de Rhône)
    Appellations :
    La Grande Maison
    Illustration :
    Face est, détail de la porte du rez-de-chaussée. IVR24_20132800185NUC4A Face est, rez-de-chaussée, détail des consoles de la porte . Face Ouest, détail d'une consoel de la porte du Rdc Vue intérieure, rez-de-chaussée, détail des trompes sculptées de la tour d'escalier Vue intérieure, rez-de-chaussée, cheminée de la cuisine. IVR24_20132800169NUC4A Vue intérieure, rez-de-chaussée, détail de l'évier de la cuisine. IVR24_20132800170NUC4A Plans de situation. IVR24_20162801936NUDA Plan du rez-de-chaussée. IVR24_20132801207NUDA Aquarelle, rue de Rhône, vue du sud-ouest (vers 1950). IVR24_20162801270NUCA Aquarelle, faces est et sud, vue de l'est, date inconnue. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "La Brifauderie" (18 rue Neuve) Vernou-sur-Brenne - 18 rue Neuve - en ville - Cadastre : 1817 G 493, 496 2009 AM 41
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    Cet ancien domaine faisait partie du fief de Quincampoix. Le nom proviendrait d'un sieur Briffault . Cette construction a été augmentée en 1876. Elle est aujourd'hui occupée par une maison de retraite de la congrégation des Dominicaines du Rosaire. Dans la cour, une ancienne dépendance en moellon enduit et brique recouverte de tuile plate date probablement du 18e siècle.
    Référence documentaire :
    JEANSON, Denis. Sites et monuments du Val de Loire. vol. 1. Tours : chez l'auteur, 1977.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    construite en pierre de taille. La pierre de taille a également été utilisée pour les chaînes d'angles, le Maison comprenant un étage carré en moellon enduit, à l'exception de la façade ouest sur le jardin cordon et la corniche.
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Bourg : maison dite "La Brifauderie" (18 rue Neuve)
    Appellations :
    la Brifauderie
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    Vue de la façade ouest et extension 20e siècle. IVR24_20103700494NUC2A Vue de l'ancienne dépendance. IVR24_20103700495NUC2A
  • Bourg : maison dite
    Bourg : maison dite "La Pêcherie" (9 rue des Carnaux) Azay-sur-Cher - La Pecherie - 9 rue des Carnaux - en village - Cadastre : 2019 AC 79
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    C'est une maison construite au cours du 16e siècle et modifiée au 19e siècle, notamment pour la toiture et les lucarnes. Le toponyme "la Pescherie" fait référence à la rivière du Cher, toute proche.
    Référence documentaire :
    Azay-sur-Cher, plan cadastral de 1826./exécuté par Jean-Baptiste Louis Lecoy, géomètre, sous la direction de M. Paumier, directeur des contributions et de M. Fanost, géomètre en chef. (Archives
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La maison est construite en pierre de taille de tufeau, moyen appareil. Élevée d'un rez-de-chaussée et à pignons découverts en pierre de taille. La souche de cheminée située à droite lorsqu'on regarde premier pignon devenu mur de refend avec la construction d'une extension. L'intérieur n'ait pas été vu lors de l'enquête. Cette maison est l'une des rares dans le bourg construite en pierre de taille. et d'un étage de comble éclairé par deux lucarnes, elle a conservé son toit à longs pans en ardoise la façade antérieure présente une base en brique et pierre. Elle signale possiblement la limite du
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Azay-sur-Cher - La Pecherie - 9 rue des Carnaux - en village - Cadastre : 2019 AC 79
    Titre courant :
    Bourg : maison dite "La Pêcherie" (9 rue des Carnaux)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré