Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 60 sur 692 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Écart, puis quartier Sainte-Anne
    Écart, puis quartier Sainte-Anne La Riche - - Sainte-Anne - en ville
    Référence documentaire :
    Remonter le temps : les prises de vues aériennes. Environs de Tours de 1919 à 2015. Géoportail [base de Remonter le temps : les prises de vues aériennes. Environs de Tours de 1919 à 2015. Géoportail [base de Route d'Espagne par Tours...par Montbazon, Souvigny, Sainte-Maure, de Tours à Port-de-Piles : détail, la Ville de Tours. Extrait de l'Atlas Trudaine, vers 1750. (AN F14 8505/267 f°16) Route de Paris à Tours par Blois : La Loire, Ville de Tours... Extrait de Atlas Trudaine. Plume et Plan général de la ville de Tours et de ses environs (détail), publié par Guilland-Verger, éditeur à Tours, s.d. [vers 1856-1861]. (Bibliothèque municipale de Tours) Carte particulière de Tours avecq le paisage mis en relief, faict par R. Siette le quinzième jour La fort ancienne et noble ville de Tours appelée Jardin de la France. Gravure sur cuivre de C Carte de la ville de Tours et de ses environs, dressée par Mr Gayard géomètre en chef du cadastre
    Texte libre :
    asséché et comblé. Il forme avec les équipements utiles à la ville de Tours une sorte d'écran entre les administratives. La question de la porosité de la délimitation entre les communes de Tours, ville-centre, et de La les cartes anciennes joue comme un "marqueur" de l'entrée de ville au même titre que les octrois. Le marquera la délimitation avec la ville de Tours qui, entre 1836 et 1842, y installera l'octroi Sainte-Anne sur les plans de Auguste Guérin architecte de la ville. (Cf le dossier IA00071363 Bureaux d'octroi de Tours sur la base de données nationale Architecture & Patrimoine) La délimitation communale entre Tours et La Riche : modification et perméabilité L'octroi Sainte-Anne est l'unique point de contact avec la ville de Tours : il créé une "porte" située au nord-est de la commune ; cette situation perdure deux communes. Une carte sur la délimitation de la ville de Tours (1832) met en évidence la particularité de la situation de la frontière administrative entre La Riche et Tours par rapport aux autres
    Illustration :
    Ville de Tours, quartier ouest : extrait de l'Atlas Trudaine, vers 1745 (Archives nationales, F14 Atlas Trudaine, vers 1750 : l'écart de Sainte-Anne à l'ouest de la ville de Tours (Archives Plan de la délimitation de la ville de TOurs en 1832. (Archives municipales de Tours. 3 D 13 Projet d'une place et d'une barrière pour Sainte-Anne (côté Tours). Gustave Guérin.1836. (Archives . Signé par Gustave Guérin et daté de 1835? (Archives municipales de Tours. 1 0 116 Plan de la ville de Tours, extrait des parties Nord et Ouest (vers 1860) IVR24_19733700001Z Le "carrefour", la "place Sainte-Anne" : des appellations diverses sur les cartes postales Ecole Teissier dans les années 1920, aujourd'hui détruite. IVR24_20153700086NUC4A Le quartier Sainte-Anne en 1938 (Archives municipales de Tours, 2Fi 32) IVR24_20153700021NUC Vue aérienne verticale prise en 1955 : les destructions du bâti place Sainte-Anne (IGN - Géoportail
  • Château du Plessis-lès-Tours
    Château du Plessis-lès-Tours La Riche - Plessis (le) - Rue du Plessis - en ville
    Référence documentaire :
    Plan général du château du Plessis les Tours. Plan à l'encre et lavis, 18e siècle (AD37 H 680).
    Dossier :
    -lès-Tours
  • Ville de la Riche
    Ville de la Riche La Riche
    Référence documentaire :
    Briau & Cie, à Tours (Indre-e-Loire) ; vue de l'usine et des magasins de Plessis-les-Tours. Carte
    Dossier :
    Atelier de constructions au Plessis dans les années 1920 (Archives départementales d'Indre-et
  • Château du Plessis-lès-Tours
    Château du Plessis-lès-Tours La Riche - Plessis (le) - Rue du Plessis - en ville
    Référence documentaire :
    Plan du château du Plessis les Tours au 25 juillet 1786. Plan à l'encre et lavis. (AD37 C 314/13)
    Dossier :
    du Plessis-lès-Tours
  • Ville de la Riche
    Ville de la Riche La Riche
    Référence documentaire :
    Plan général du château du Plessis les Tours. Plan à l'encre et lavis, 18e siècle (AD37 H 680).
    Dossier :
    Le Plessis au 18e siècle. En couleur les bâtiments conservés en élévation. Ville de la Riche
  • Croix de guerre 1939-1945
    Croix de guerre 1939-1945 Tours - place Saint-Eloi - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Inscriptions & marques :
    Tours (trois tours surmontées de trois lys) ; le dessin des armes est l’œuvre du bibliothécaire Georges
    Historique :
    La croix de guerre 1939-1945 a été décernée à la Ville de Tours le 14 août 1948. Sa citation à , Vincent Auriol a remis l'insigne honorifique à Marcel Tribut, maire de Tours, lors d'une grande cérémonie semaine commerciale de 1949. L'ensemble est aujourd'hui conservé aux archives municipales de Tours.
    Observation :
    -loi du 26 septembre 1939 qui a fixé sa forme et les couleurs de son ruban. Plus de 1500 villes françaises, dont Blois, Orléans et Tours, ont reçu cette distinction.
    Référence documentaire :
    Photogr. pos. n. et b., 7 mai 1949. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 101 Fi 4. 3 municipales de Tours, 3 D Décorations). (cf. illustration n° IVR24_20103701804NUC2A). AC Tours. 3 D Décorations. Diplôme de la Croix de guerre décerné à la Ville de Tours le 14 août AC Tours. 392 W 3. Croix de guerre, 1949. AC Tours. Fonds Jean Meunier 5 Z 20. Citation de la Croix de Guerre avec Etoile de Vermeil à la Ville de Tours, 1948-1949. (AC Tours. 3 D Décorations). [Le maire de Tours Marcel Tribut brandissant la Croix de guerre remise par le président de la République Vincent Auriol] / Auteur inconnu. [7 mai 1949]. 1 photogr. pos. : n. et b. (AC Tours 101 Fi 4.3). M. Vincent Auriol remet aujourd'hui la Croix de Guerre à Tours et Saint-Pierre-des-Corps. La
    Canton :
    Tours-Centre
    Représentations :
    Armoiries de la ville de Tours : de sable aux trois tours crénelées d'argent, essorées et
    Description :
    coussin de présentation. Réalisé en velours uni rose, ce coussin affiche les armoiries de la ville de Tours au sein d'un écusson richement brodé. L'ensemble s'accompagne d'un diplôme avec citation.
    Auteur :
    [personnage célèbre] Tribut Marcel, maire de Tours
    Localisation :
    Tours - place Saint-Eloi - en ville
    Annexe :
    Tours le 14 août 1948) : "Durant les opérations de Juin 1940, hébergeant et ravitaillant en menant / une lutte active sur les arrières de l'ennemi. Supportant avec stoïcisme les sévères bombardements / aériens de 1943-1944, qui isolaient les actions de débarquement en Normandie, a été à nouveau
    Illustration :
    Diplôme accompagnant la Croix de guerre, 1948. (archives municipales de Tours, 3 D Décorations Le maire de Tours Marcel Tribut brandissant la Croix de guerre que le président Vincent Auriol (au second plan) vient de lui remettre, 7 mai 1949. Auteur inconnu (archives municipales de Tours, 101 Fi 4
  • Présentation de l'étude régionale : les aménagements portuaires de la Loire
    Présentation de l'étude régionale : les aménagements portuaires de la Loire
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Référence documentaire :
    AD Indre-et-Loire, C 271. Mémoire sur les turcies et levées en la généralité de Tours, vers 1785 , 1994, CLD Ed., Chambray-les-Tours Auclerc (Philippe), Les nouveaux usages et les aménagements en rives de Loire sur le devant de la scène, in : Loire et terroirs, automne 2013, n° 86, p. 30-37. Auclerc (Philippe), Les nouveaux usages et les aménagements en rives de Loire sur le devant de la scène, in : Loire et terroirs, automne 2013 Babics (Florence), Les perrés de la Loire, Direction départementale du Loiret, novembre 1996 AN, F 14 1269. Enquête nationale sur les moyens de transport par le ministère de l'Intérieur en recherche (DEA) sous la direction de Serge Thibault, Université de Tours, 1991 AN, F 14 6613. Pétition du 9 mars 1827 signée par les habitants du village de Bertignolles et les AN, F 14 6613. Mémoire sur la navigation de la Loire et sur les moyens de l'améliorer, 31 mars 1834
    Titre courant :
    Présentation de l'étude régionale : les aménagements portuaires de la Loire
    Texte libre :
    d'un kilomètre en moyenne (270 mètres à Tours en 1852). Les différences importantes s'expliquent en de localiser quelques vestiges de structures portuaires, en particulier pour les villes de Tours et ), rive droite à Tours -les ports de la Foire le Roi, de l'Ecouerie, et de Bretagne (XIVe siècle) côté Chaumont-sur-Loire, d'Amboise, de Tours, de Chouzé-sur-Loire). Les nouvelles implantations sont faciliter les manœuvres des charrettes (demi-tours, chargements et déchargements). Le XIXe siècle est La direction de l'inventaire du patrimoine (Région Centre) a mené l'étude sur les aménagements l'Inventaire porte sur le tracé de la Loire de Nevers à Candes-Saint-Martin, dans les quatre départements compléter les données du recensement de la DIREN, notamment sur des aspects historiques (fin XVIIIe à début XXe) et iconographiques, par des recherches effectuées dans les fonds d'archives. La Loire est le -totalité, sur la Loire Moyenne. Seuls les sept kilomètres séparant le Bec d'Allier de Nevers appartiennent
    Illustration :
    Carte présentant les communes concernées par l'étude sur les aménagements portuaires de la Loire plaques en fonte pour les distances et les cotes de nivellements, vers 1850. (école nationale des Ponts-et sur les culées des ponts ou sur des bâtiments attenants aux ports, vers 1850. (école nationale des
  • Château du Plessis-lès-Tours
    Château du Plessis-lès-Tours La Riche - Plessis (le) - Rue du Plessis - en ville
    Référence documentaire :
    Plan du château de Plessis-les-Tours... établi le dépôt des Mandians, rez-de-chaussée. Plan à
    Dossier :
    d'Indre-et-Loire C 314/11) Château du Plessis-lès-Tours
  • 4 verrières figurant Saint Michel ; saint Jean-Baptiste ; saint André ; saint Jacques
    4 verrières figurant Saint Michel ; saint Jean-Baptiste ; saint André ; saint Jacques Velles - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur (sur les quatre verrières) : "J.-P. Florence & Cie, Tours, 1903".
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Église paroissiale Saint-Étienne : Entièrement reconstruite dans les années 1860, l’église de style néo-gothique flamboyant, est voûté d’ogives. Les vitraux : Cet ensemble a été créé pour la nef de l'église en 1903 par l'atelier de J.-P. Florence, successeur de Lobin à Tours.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Tours
  • Port dit port Boulet
    Port dit port Boulet Chouzé-sur-Loire - Port Boulet - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    ligne Tours / Saumur ouverte en 1848 a peut être joué un rôle dans le développement de l'activité Le port Boulet était le lieu d'abordage d'un bac reliant les communes de Chouzé et Avoine depuis le l'abordage du bac. Port Boulet figure encore sur les listes de ports de Loire de 1857 et 1862 ce qui laisse
    Description :
    Conseil général d'Indre-et-Loire sur les ports).
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
  • Manoir (La Rabaterie)
    Manoir (La Rabaterie) La Riche - Rabaterie (la) - Rue Saint-François - en ville
    Référence documentaire :
    11. PLESSIS-LES-TOURS (Indre-et-Loire). Habitation d'Olivier-le-Daim, Barbier de Louis XI. Carte
  • Ecole primaire dit Groupe Scolaire Paul Bert
    Ecole primaire dit Groupe Scolaire Paul Bert La Riche - Rue des Hautes-Marches - en ville
    Référence documentaire :
    : "Evolution du fait urbain, dans les communes voisines de Tours depuis la fin du siècle dernier." THAUMIAUX J . Mémoire DES : géographie : Université de Tours, 1960.
  • Ville de la Riche
    Ville de la Riche La Riche
    Référence documentaire :
    les communes voisines de Tours depuis la fin du siècle dernier." THAUMIAUX J. Mémoire DES : géographie , Université de Tours, 1960.
  • Immeuble (7 rue de Jérusalem)
    Immeuble (7 rue de Jérusalem) Tours - Quartier sinistré nord - 7 rue de Jérusalem - en ville - Cadastre : 2010 DZ 254
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Observation :
    au 19e siècle dans les quartiers résidentiels, notamment par les quelques marches conduisant à la l'Urbanisme de 1945 à 1955. Un professeur de l’École des beaux-arts de Tours portait toutefois un patronyme
    Référence documentaire :
    Tours, Permis de construire 1949/n°647). (cf. illustration n° IVR24_20113700657NUC2A). AC Tours. Permis de construire 1949/n°647. Reconstruction de l'îlot S, 1949-1955. Tours. Îlot S. Parcelle 262. Monsieur Dinzart / Pierre Boille. 1/50. 20 octobre 1949. 1 tirage : élévation de la façade principale (AC Tours. Permis de construire 1949/n°647).
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    ne comporte donc pas de commerce en rez-de-chaussée comme les autres immeubles de l'îlot. Une régulières. L'encadrement des baies, la corniche et les souches de cheminée sont en béton. La façade sur cour cintrés surmontent cette entrée aux premier et deuxième étages : les mêmes motifs géométriques en fer plat ornent la porte d'entrée et les garde-corps. Les deux autres travées sont composées de fenêtres de forme carrée, à trois vantaux et imposte. Celles du deuxième étage présentent une barre d'appui en fer. Les
    Localisation :
    Tours - Quartier sinistré nord - 7 rue de Jérusalem - en ville - Cadastre : 2010 DZ 254
    Illustration :
    Tours, Permis de construire 1949/n°647). IVR24_20113700657NUC2A
  • Verrière représentant saint Paul
    Verrière représentant saint Paul Ménétréols-sous-Vatan - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant les auteurs : "Lobin & Florence - Tours 1892".
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Tours
  • 4 verrières ornementales
    4 verrières ornementales Ménétréols-sous-Vatan - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant les auteurs : "Lobin & Florence - Tours 1892".
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    travées est séparée d'un choeur profond par un mur diaphragme. Les vitraux : Ensemble de verrières
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Tours
  • Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Saint-Jean-Pierre-Fixte - le Bourg - en village - Cadastre : 1811 B 200 2018 B 78
    Historique :
    Les parties les plus anciennes de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, la nef et le choeur paroisse dépend de l'abbaye bénédictine de Saint-Denis de Nogent. D'après les travaux historiques effectués conseil municipal dans les étages de la tour-clocher (le presbytère avait été vendu comme bien national en datées et signées. Réalisées en 1896 par les ateliers Hubert et Martineau de Paris, elles évoquent les
    Observation :
    Insolite, cette petite église de campagne a abrité dans les étages de son clocher le logement du tours-clochers de france qui ait connu un tel destin.
    Description :
    niche. De petites ouvertures de type lancettes éclairent les salles des étages. Le mur séparant la nef couverts d'une fausse voûte lambrissée laissant apparaître les poinçons et entraits des fermes principales (dans la nef), ou enduite et peinte (dans le choeur). Les murs sont en moellons de calcaire et de silex , partiellement couverts d'un enduit à pierre vue. Les encadrements de baies, les corniches (en quart-de-rond pour le choeur et la sacristie, en doucine pour la tour-clocher) sont en pierre de taille calcaire. Les
  • La ville d'Amboise
    La ville d'Amboise Amboise
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    est mentionnée dans les textes (menia) dès le XIe siècle. En 1044, l'évêque de Tours consacre L'occupation du site d'Amboise est attestée au néolithique. Dès l'Antiquité les voies de remplacer les vieux ponts par un pont de pierre. Saint-Denis est également reconstruite au début du XIIe l'Horloge rehaussée vers 1495. Les XVe et XVIe siècles constituent la période de développement de la ville à Blois. Cependant les comptes révèlent une santé financière de la ville satisfaisante. Dans la entraîne ensuite un changement fondamental pour le château et la ville. Les destructions du château (1806 -1808) précèdent les campagnes de dégagement du rempart castral, contre lequel prenaient appui de nombreuses maisons et celles d'alignement des rues (1835 et 1886-1887). Les façades sont détruites et reconstruites dans le style du XIXe siècle, quelques mètres en retrait. Dans les années 1960, Amboise perd définitivement son visage médiéval. Des travaux d'assainissement sont entrepris ; les couvents et autres
    Référence documentaire :
    des techniques en architecture. In les Actes des colloques tenus à Tours en 1983-1984, Les chantiers FLATTOT, Isabelle. Inventaire de la série 3B Amboise. Baillage et duché-pairie. Tours : 1999 Archives départementales d'Indre-et-Loire, 1 Q 2. Inventaire chez les dames hospitalières. 11 mars Rigaud, lithographie, v. 1730. (Bibliothèque municipale de Tours : L.C. Amboise : Est. 7, Ic. Auv. 451). Amboise/ O. Rousseau, dessin à l'encre. 1963-1964. (Bibliothèque municipale de Tours : L. A Rue d'Amboise. dessin à la mine, n.s., n.d. (Bibliothèque municipale de Tours; L. A. Amboise Amboise. Dessin à la mine, n.s., n.d. (Bibliothèque municipale de Tours : L. A. Amboise : Hôtel de sur le manoir dit « Le Sauvage » (1947) ; dossier sur les vieilles maisons en pan de bois : 11,13 et Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, 1991/025/0007. Rapports sur les restaurations Ier, tour Garçonnet, logis sur Loire (1955-1970) ; rapport sur les restaurations des façades de la
    Description :
    son Mémoire sur la généralité de Tours, l'intendant Miromesnil avance le nombre de 800 feux pour les Le plateau d'Amboise se situe en bord de Loire, à 23 km de Tours et à 35 km de Blois. Détaché du Loire et 127 m sur les hauteurs. La richesse géologique des sols alentours favorisa sans doute la construction dès les temps les plus anciens. Dans le Sud du département, aux abords de la Vienne, se trouvent Turonien. À proximité immédiate d'Amboise, les gisements sont moins étendus mais bordent néanmoins toute les vallées de la Loire, de la Masse et du Cher ; les pierres sont ainsi d'autant plus faciles à l'agglomération compte un peu plus de 13 000 habitants. Les estimations les plus anciennes remontent à 1698. Dans les quartiers médiévaux qui se situent le long des axes principaux de la ville, à savoir le long de la Nationale, ainsi que dans les petites rues partant de ces axes et situées dans l'ancienne enceinte urbaine . Les archives notariales de la fin du Moyen Âge, qui auraient pu fournir nombre de renseignements
    Annexe :
    reconnaître les édifices construits durant cette période. Le recours à l'analyse stylistique des décors nous a la même valeur : l'architecture castrale, l'architecture de pierre (les édifices publics, religieux et les hôtels) et l'architecture de bois (les maisons). En ce qui concerne l'architecture castrale de la cour royale de France. C'est pourquoi, ponctuellement nous avons répertorié parmi les édifices mentionnant les édifices majeurs disparus. Ainsi nous souhaitons présenter un inventaire des édifices remarquables d'Amboise, établir ses principaux secteurs d'urbanisation et trouver les caractéristiques de
    Texte libre :
    Occupation ancienne Sur le coteau de Loire s'implantèrent les premières peuplades néolithiques site des Châtelliers et dans la forêt d'Amboise. Dès l'Antiquité, les voies de communication entourant Amboise furent développées, à savoir : en premier lieu la Loire, favorisant les échangent commerciaux d'Orléans à Tours, passant sur la rive gauche. La rencontre de la Loire et des voies terrestres favorisa l'an Mil, durant la lutte du comté d'Anjou contre le comté de Blois, Amboise joue un rôle prépondérant , constituant une enclave angevine dans le territoire de la Touraine appartenant au comte blésois. Si les promontoire rocheux de l'actuel château. Les trois seigneurs d'Amboise se partagent la place en trois fiefs pierre sur les bords de la Masse. L'occupation du promontoire du château entraîne l'installation progressive de la population au pied de ce dernier. L'enceinte est mentionnée dans les textes (menia) dès le XIe siècle. Elle suit le bras principal de la Masse qui sert de douves. En 1044, l'évêque de Tours
  • Oursières : château
    Oursières : château Argenvilliers - Oursières - isolé - Cadastre : 1811 H1 22 à 25 1987 ZV 23
    Historique :
    1620, les Mauduison, famille de conseillers du roi, entreprennent la construction d'un château à (contre 17 aujourd'hui), et compte cinq fermes. Les chroniques paroissiales mentionnent "la bénédiction d ´une nouvelle chapelle au lieu d´Oursières, fondée de 200 livres de rente sur les religieuses d , les Mauduison développent un élevage de chevaux et le château se dote d´une jumenterie. De la même période date également le pavillon accolé au sud du château en retour d'équerre. A la Révolution, les héritiers émigrent, et l´on confisque les biens de Nicolas Charles de Mauduison. Sa femme, Marie-Antoinette de Meaussé, restée en France, rachète le château aux enchères. Lui succèdent les Mondésir en 1810 , puis les Marchandon au troisième quart du 19e siècle, dont un des membres, Jules, est responsable en . Les Montéage héritent ensuite du domaine et enfin les Morgan. Inscrit au titre des Monuments
    Observation :
    monuments historiques. Son originalité ainsi que l'ensemble qu'il constitue avec la jumenterie, les tours et
    Référence documentaire :
    , La Verronière et Les Boulais. 1680. p. 73-78 JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le Perche
    Description :
    , trois tours (deux rondes, une carrée), une orangerie, une jumenterie, ainsi que la ferme du château façade nord-ouest comprise dans un avant corps couvert d'un toit en bâtière, l'autre au sud-est. Les l'ancienne volière, convertie par la suite en orangerie. Les boulins sont situés à l'extérieur du colombier . - Plusieurs tours, dont deux de plan circulaire et une de plan carré, délimitent la propriété. Ceint de est ornée des initiales entrelacées de l'un des commanditaires (PDM). Les murs sont en moellons de . Le soubassement du château est en pierre de taille de grès. Les chaînages d'angle, les encadrements des baies, les corniches (moulurées ou en doucine) sont en pierre de taille de calcaire. Les toits (château) ou en tuile plate (pour les autres bâtiments).
  • Les aménagements portuaires de la Loire dans le département du Loiret
    Les aménagements portuaires de la Loire dans le département du Loiret
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Référence documentaire :
    Cayla, Philippe, "Les ports de la Loire en Anjou", in : l'Archéologie industrielle en France, n° 12 AN Paris, F 14 6613. Mémoire sur la navigation de la Loire et sur les moyens de l'améliorer, 31 Mauret-Cribellier Valerie, "Les gares d'eau sur la Loire dans le département du Loiret première Miéjac, Emmanuelle, "Passer la Loire : les lieux de franchissement de la Loire de Cosne-sur-Loire à Ratouis de Limay, Francis et Cuénin, Micheline, "Les Ponts-et-Chaussées au XVIIIe siècle, la AD Loiret, 2 S 95. Compte-rendu de l'inspection générale, 1871, ingénieur ordinaire Sainjon : les
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire dans le département du Loiret
    Texte libre :
    ) joue également un rôle important dans le choix des sites. Les ports du XVIIIe siècle proposent des s'adoucissent et les cales s'élargissent pour faciliter les manoeuvres des charrois (demi-tours, chargements et Tours / Orléans en 1846 puis Gien / Orléans en 1873) et les nouvelles exigences de régularité et de produits du Bourbonnais vers Tours joue également en défaveur du trafic ligérien en instaurant de nouvelles joué un rôle essentiel dans l'implantation de vignes sur ce secteur. Les communes de Saint-Denis-de ), la Cheuille, l'Aquiaulne, la Bonnée, la Bionne et la Mauve. La Loire a, de tous temps, présenté les plus grandes difficultés à la navigation. Le manque d'eau, les crues soudaines et dévastatrices, les glaces brisant les bateaux, les tempêtes, les vents contraires et les brouillards imposent de nombreux construire et entretenir les digues qui bordent la Loire, une administration des Turcies et Levées est créée par d'autres jusqu'au troisième quart du XVIIe siècle où Colbert les remplace peu à peu par des
    Illustration :
    Les communes du Loiret riveraines de la Loire. IVR24_20104500004NUDA Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Orléans (Loiret) - Les principaux aménagements