Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 61 à 80 sur 794 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : château de Néons et ferme (5 place des Marronniers)
    Bourg : château de Néons et ferme (5 place des Marronniers) Néons-sur-Creuse - Bourg - 5 place des Marronniers - en village - Cadastre : 2015 B 109, 110 1812 B 563 à 570
    Historique :
    Le château de Néons était le siège d’une seigneurie d’obédience poitevine, qui reléve sous l’Ancien est repris par les Français aux Anglais. Charles V le confisque alors à Huguet d’Aloigny et le cède à Pierre Boucher (Bourderioux 1969 ; Bascher 1991 ; Boué 1992). Le château reste en possession des Boucher jusqu’au début du 17e siècle. Il passe ensuite à la famille du Trochet qui le conserve jusqu’à la entourant le château sont alors en grande partie comblés. L'un d'eux est encore visible à l’est de l’édifice sur le plan cadastral de 1812. Le même document montre des communs et une ferme dont l’implantation (1878) est portée sur le four et toit à porcs au nord-est de l’écurie-remise.
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de Le château de Néons. [s.d.]. carte postale. (Collection privée). BOUE, Stéphanie. Le château de Néons-sur-Creuse. Mémoire dactylographié, 1992, 75 p. p. 78 LERAT, Stéphane. Tournon-Saint-Martin et ses environs, d'Azay-le-Ferron à Mérigny. Alan
    Description :
    . Le portail fermant la propriété au sud-est est encadré d’un ancien four à pain (banal selon la du logement. La seconde cour, au nord-ouest, est encadrée par le château et ses communs : un bâtiment dit vinicole et une écurie-remise. Le château, de plan carré, est flanqué de quatre tours. Son plan d’inspiration classique (fin 17e-18e siècle). Le château est entouré d’un vaste jardin d’agrément disposant d’un bassin d’irrigation. Le bâtiment vinicole possède une toiture à croupes. Deux houteaux éclairent les -arbalétriers, "pannes" et jambes-de-force. Le bâtiment qui lui fait face, au nord-est, est une écurie-remise porcs associé à un four. Le portail de la propriété est composé d’une porte cochère et d’une porte ) se trouve sur le palier de l'escalier extérieur menant aux combles du bâtiment vinicole. Des travaux
    Annexe :
    Marronniers, Néons-sur-Creuse). Archéolabs. 2016. ARC 16/R4137D1. Présentation générale : Le bâtiment étudié cinq fermes numérotées arbitrairement depuis le sud. Les poutres du plafond de l’étage sont les sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm), le 28 janvier 2013. Datations : éch. 1 Charpente
    Illustration :
    Un pennon, symbole d'une gentilhommière, est visible dans le bourg sur la carte de Cassini (vers Le château et une partie de ses dépendances et de sa ferme sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles B 563 à 570), dans le haut de l'image. IVR24_20153600028NUC2A Le château de Néons sur une carte postale de la première moitié du 20e siècle (Lerat 2002 Vue du château depuis le sud-est IVR24_20183600648NUCA Vue de la cour des communs et de la cour de la ferme (arrière-plan) depuis le nord (étage du Vue du "bâtiment vinicole" (chai et grenier) depuis le nord-est IVR24_20183600643NUCA Vue des communs est (écuries, remise, logement de cocher) depuis le sud-ouest Vue de la grange sud-ouest depuis le nord-est IVR24_20153600314NUC2A Vue de la grange-étable au sud-ouest de la cour, depuis le nord IVR24_20153600360NUC2A
  • Champagne : écart
    Champagne : écart Néons-sur-Creuse - Champagne - en écart
    Historique :
    Le lieu-dit (Campania) est mentionné plusieurs fois au 13e siècle dans le cartulaire de l'abbaye
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de
    Illustration :
    L'écart de Champagne sur le plan cadastral de 1812 (section A) IVR24_20153600031NUC2A
  • Maison, actuellement immeuble (94 rue Gouverneur)
    Maison, actuellement immeuble (94 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 94 rue Gouverneur - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    , utilisation du bossage et arcs surbaissés) entre le 17e et le 18e siècle.
    Référence documentaire :
    DPLG). 1990. Plan. (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou). Fol 26 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 94 rue Gouverneur - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 26 v° [...] Item dix deniers de cens par deux partyes au jour sainct troys petitz jardins derriere contenant chacun d’iceux jardins environ une perche le tout en un tenant joignant par le devant a ladicte rue doree ayant sur icelle soixante huict piedz et demy de longueur susdicte tenue et d’autre part a la tenue cy apres declaree a laquelle et a la tenue cy dessus joint le
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Gouverneur à une cinquantaine de mètres du carrefour entre la rue susnommée, la rue Bourg-le-Comte et la rue . Le premier, de plan rectangulaire et accessible depuis la rue, a son grand côté parallèle à cette plein-cintre. L’étage est composé d’un volume unique. Le second, en arrière du premier, est doté d’un escalier en vis distribuant l’édifice de cave (bâtiment 1 et 2) en comble (bâtiment 1). Le troisième est rectangulaire partagé par des cloisons et de deux niveaux d’élévation sous comble. Distribution Le bâtiment 1 est accessible depuis la rue, par une porte suivie d’un couloir. Celui-ci dessert le volume central du bâtiment 1 ainsi que le bâtiment 2 et la cour arrière. L’escalier en vis situé dans le bâtiment 2 est dans -œuvre, il s’ouvre à chaque niveau, par une porte sur le bâtiment 1, et par un escalier droit sur le une ouverture située sous l’escalier en vis. Celle-ci donne sur l’escalier précédemment mentionné. Le bâtiment 3 communique avec la cour, avec le bâtiment 1 au rez-de-chaussée et avec les bâtiments 1 et 2 au
    Illustration :
    Plans du sous-sol (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801512NUCA Plans du rez-de-chaussée (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990 Plan du premier étage (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801514NUCA Plan du comble (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801515NUCA Coupe transversale (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801516NUCA Elévation, face sud (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801518NUCA Elévation, face nord (Archives de l'office HLM de Nogent-le-Rotrou, 1990). IVR24_20162801517NUCA
  • Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust)
    Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust) Nogent-le-Rotrou - 1 rue Giroust - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    L’édifice est connu sous le nom de l’hôtel du Soleil d’Or depuis le 20e siècle. Il aurait pris ce des cheminées, laissent penser que l'appellation de cet hôtel a varié dans le temps. Néanmoins travaux. En effet, un bail de 1578 le mentionne déjà. Un autre bail de 1648 mentionne Louis-Julien Dupin considérablement modifiées lors de la réalisation d'un alignement en 1953. Le corps de bâtiment ouest est amputé de
    Référence documentaire :
    Fol 5 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le à Nogent-le-Rotrou. 1599. Feuille A1. Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Département d'Eure-et-Loir, Nogent-le-Rotrou et ses environs / Goubert (architecte). 1906. Relevés p.238 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 27. SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'édifice est situé au nord du centre-ville de Nogent-le-Rotrou. Il adopte un plan en U. Des sud-ouest. Côté ouest, la façade est composée de deux bâtiments. Le premier, au nord, possède un passage d’entrée carrossable, il est doté de deux niveaux d'élévation et de deux travées. Le second, au . En 2013, lors de la réalisation de la campagne photographique, le bâtiment est accessible par une ouverture de boutique sur le pignon nord du bâtiment ouest et depuis sa cour. Il comprend toujours trois
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue Giroust - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 5°v. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 5°v. Item la directe justice et jurisdiction tant sur ladicte rue des ruysseaux tirant vers les val rottiers le tout assis es parroisses dudict margon et sainct
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    HISTORIQUE L’édifice est connu sous l’appellation de l’hôtel du Soleil d’Or depuis le 20e siècle , remet en cause le nom actuellement porté par l’hôtel. Cette hypothèse est confirmée par un cartouche d’une campagne de travaux, elle ne peut servir à identifier l’année de construction de l’édifice. Le de Margon, mais relevant de la baronnie de Nogent-le-Rotrou. En 1648, l’édifice est cité dans un bail opposant le Baron de Nogent, François de Béthune, à l’Abbaye des Clairets quant à la perception des droits l’inventaire sommaire des archives départementales d’Eure-et-Loir. Julien Dupin, le père présumé de Louis -Julien, est ainsi mentionné dans une sentence prononcée contre lui à propos d’un trou réalisé sur le postes et possède comme ses aïeux des terres à Margon. L’édifice est figuré sur le cadastre de 1811. Il est composée de deux bâtiments. Le premier, au nord, possède un passage d’entrée carrossable, il est doté de deux niveaux et de deux travées. Le second, au sud, possède trois niveaux et deux travées. Un
  • Église paroissiale Saint-Laurent
    Église paroissiale Saint-Laurent Nogent-le-Rotrou - - 11 rue du Pressoir - en ville - Cadastre : 1990 BP 32
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    vaisseau central, du bas-côté sud et de l’abside du chœur entre la fin du 15e siècle et le début du 16e siècle. Le bas-côté nord et la sacristie, dont la porte est construite selon un modèle de Sebastiano Serlio, datent de la seconde moitié du 16e siècle. Le décor sculpté développé sur le clocher permet de locaux. La dernière travée du collatéral nord est alors annexée à la sacristie, tandis que le plan du
    Référence documentaire :
    AC Nogent-le-Rotrou. Hospice des malades, Série B : article 2862. Déclaration des terres de l'Hôtel -Dieu de Nogent-le-Rotrou. 1402. 1860. Huile sur toile. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). Saint-Laurent à Nogent-le-Rotrou. Lithographie. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine Charte CIV (1236). DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes p. 101 DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916. p. 192 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 33-34 SUREAU, Séverine. Les églises de Nogent-le-Rotrou et les cimetières. In LECUYER-CHAMPAGNE , Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée p .13 POCHON, Jean. La mise au tombeau de Saint-Laurent de Nogent-le-Rotrou. Cahiers percherons
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Représentations :
    d'un chien et d'un hippogriffe sculptés. Le bandeau soulignant le dernier niveau présente des têtes la frise du clocher, les métopes sont décorées de bucranes et de feuilles. Sur le pan sud du chevet
    Description :
    compose de sept travées, de plan barlong dans le vaisseau central, et proches du carré dans les collatéraux. Le bas-côté nord supporte le clocher dans sa première travée et mène à la sacristie par son extrémité est. Le chœur se compose d’une abside à cinq pans à l’intérieur alors que seuls quatre sont visibles depuis l’extérieur. Le vaisseau central et le chœur sont couverts par des fausses voûtes d’ogives coupole. La nef et le chœur sont abrités par une toiture à deux pans s’achevant sur une croupe polygonale au niveau de l’abside. Le clocher est couvert par un dôme carré. L’édifice est construit en moyen
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - - 11 rue du Pressoir - en ville - Cadastre : 1990 BP 32
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    indirectement de la présence de l’église Saint-Laurent par le biais de son prêtre Lucas. La tradition locale . L’information, bien que recevable, n’est pas attestée par les textes. Le pouillé chartrain confirme l’existence paroissiens, elle est placée sous l’autorité du prieuré Saint-Denis, dont le doyen détient les droits de la nef. En 1854, le vaisseau central est décrit comme voûté d’un lambris en bois. Ce dernier fut est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 9 juillet 1927. Entre porte située dans la première travée du collatéral sud après avoir passé le passage d’entrée du monastère. L’édifice donne à l’ouest sur un large espace trapézoïdale clos, anciennement occupé par le globale de 783 m² (murs compris). Le massif antérieur s’étend sur une travée, il est composé : d'une tour de plan carré abritant le clocher, flanquée par une tour hexagonale hors-œuvre contenant un collatéraux sont constitués de six travées couvertes par des voûtes d’ogives en plâtre pour le vaisseau
    Illustration :
    Peinture, clocher et face nord, vue du nord-ouest (vers 1860). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le
  • Portail de l'Hôtel-Dieu
    Portail de l'Hôtel-Dieu Nogent-le-Rotrou - 1 rue Sully - en ville - Cadastre : 1990 BH 265
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Le première mention du portail remonte à l'année 1643, date d'un acte réalisé à la demande de
    Référence documentaire :
    AC Nogent-le-Rotrou. Série B ; section 1 : art 4 à 6. Acte. 1654. FAUQUET, G. Le tombeau de Sully. Bulletin Percheron de la Société d'Histoire de d'Archéologie, 1934 p .40 GUILLEMIN, Laëtitia. Le mausolée de Sully et de Rachel de Cochefilet. In LECUYER-CHAMPAGNE , Françoise. Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la veille de la Révolution. Nogent-le-Rotrou : éd p. 7 GOUVERNEUR, Aristide. Le Tombeau de Sully. Bulletin Percheron, Société d’Histoire et planche n°3 JUBAULT, A. Album Percheron. Nogent-le-Rotrou : G. Fauquet, 1926. planche XLI. LE MUET, Pierre. Règles des cinq ordres d'architecture de Vignolle. Paris : chez p. 14 PROUST, Stanislas. Inventaire sommaire des Archives des hospices de Nogent-le-Rotrou depuis leur fondation jusqu'à 1790. Nogent-le-Rotrou : Impr. A. Gouverneur, 1869.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le portail de Sully donne accès à la cour de l’Hôtel-Dieu. Il se situe au n°1 de la rue de Sully
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue Sully - en ville - Cadastre : 1990 BH 265
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Historique Le portail de Sully Dans un acte datant de 1643 , Rachel de Cochefilet, veuve de Sully « rebâtir le petit logis qui sera démoli par la ruine du portail qui sera faite pour rebâtir un autre portail à l'entrée de la grande cour du dit Hôtel-Dieu ». Le nouveau portail supplante un accès antérieur , manifestement moins monumental. Le couronnement du portail porte le nom de «LHOSTEL DIEU» sur la table de l’édicule et les armes de Maximilien de Béthune sculptées sur le fronton. Altérations et patrimonialisation Les armes de Sully ont été bûchées à la Révolution française. Le couronnement, les piédestaux et la en fer tandis que les piédestaux sont constitués d’une pierre plus claire que le grès d’Authou dans lesquels ils figurent actuellement. Le portail de Sully est inscrit à la liste complémentaire des Monuments historiques depuis le 7 novembre 1990. Description Le portail de l’Hôtel-Dieu est situé au n°1 de la rue Sully. C’est l’unique accès depuis la rue Sully vers la cour de l’Hôtel-Dieu. Le portail est
    Illustration :
    Porte de la vigne du révérendissime patriarche Grimani, dans LE MUET, Pierre. Règles des cinq
  • Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent)
    Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, actuellement collège Arsène Meunier (47 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 47 rue Saint-Laurent - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    maison du Bailli est achetée par la mairie de Nogent-le-Rotrou entre 1922 et 1926 pour agrandir le
    Référence documentaire :
    AC Nogent-le-Rotrou. Série N : 1N11, pièce n° ?. Acte de vente. 1596. AC Nogent-Le-Rotrou. Série N : 1N11, pièce n°4. Acte de vente. 1591. Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou. Coustumes du Grand Perche, Ad caufidicos Perticeos Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Département d'Eure-et-Loir, Nogent-le-Rotrou et ses environs / Goubert (architecte). 1906. Relevés 47 rue Saint-Laurent / A. J[ubault]. 1872. Lithographie. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le Monuments Nogentais / G. Massiot, vers 1950. Aquarelles. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le . Paris : de l'imprimerie de Pierre Le-Mur, 1620. pp. 2-14. CARRÉ, Gaël, PAYRAUD, Nicolas. L’abbaye de Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, Histoire et SUREAU, Séverine. La maison du Bailli et le Grand-Perrin à Nogent. Cahiers Percherons, 2003, n
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    La Maison du Bailli est située à l'alignement le long de la rue Saint-Laurent et au nord de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 47 rue Saint-Laurent - en ville
    Annexe :
    AM Nogent-Le-Rotrou. 1N11, pièce n°4. Acte de vente (1591). AM Nogent-Le-Rotrou. 1N11, pièce n°4 . Acte de vente (1591). Fol 1 recto le 14 janiver 1591. Vente faicte par Maryse Durand a Jacqueline Du dudit Nogent. En laquelle est le présent demeurent noble homme maitre Jehan le Sueur es la pour le Roy joignant dun coste a une maison jardin appartenance qui a apatenu a deffunct m[onsieur] Rene le Moine Bouthommiller par le devant ala grande rue tendant du bour le comte dud[it] Nogent au pont de boys et du bout appellé le grand perrin et size en la paroisse de Saint-Laurent et tout de l'autre coste de ladite maison appartenance ayant appartenu a deffunct Jehan Loyson Boucher par le devant a la grande rue tendant dud[it]bourg le comte dud[it] nogent au pont de boys et a[lautte] aval partie aune noe [autre] appartenant a [Bastien] Hubert [Berthrand de le Seouble] […][…] le tout appartient a ladicte Vendaresse a cause de la AM Nogent-le-Rotrou, 1N11, pièce n° ?, Acte de vente, le 11 novembre 1596. AM Nogent-le-Rotrou
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Chesneliere. Celle-ci était alors occupée pour le Roi par Jean Le Sueur. L’édifice est composé de "chambres et à l’est sont alors dédiés aux communs, tandis le logis est implanté dans les bâtiments situés à achetée par la mairie entre 1922 et 1926 pour agrandir le collège de Nogent-le-Rotrou. Ses façades sont aujourd’hui le collège Arsène Meunier. DESCRIPTION Situation L'édifice est assis sur une parcelle large (34 m par la rue Saint-Laurent reliant le Bourg-le-Comte au Pont-de-bois traversant l'Huisne. Côté sud d’accéder depuis la rue Saint-Laurent à la cour n°1. Celle-ci dessert le rez-de-chaussée des bâtiments 1, 2 , tous deux situés dans le bâtiment 7. Le bâtiment 1 est visible depuis la rue et situé le plus à l’est 2 et 3 auxquels le bâtiment est accolé. L'étage est distribué par un escalier situé dans la salle communiquant avec la cour. Seules les pièces sur cour et sur rue sont dotées de fenêtres. L'étage et le comble n'ont pas pu être visités, en conséquence, ils n’ont pas été étudiés. Le bâtiment 2 n’est pas visible
  • Maison Jean Pallu (11 rue du Paty)
    Maison Jean Pallu (11 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 11 rue du Paty - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648. A3 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    cave à cellules creusée dans le coteau du plateau Saint-Jean. Le bâtiment visible depuis la rue . Un escalier droit permet d'accéder à la cave à cellules depuis ce niveau. Le premier étage est quant à lui accessible par un escalier droit extérieur. Le troisième niveau qui n'a pu être visité est distribué par un escalier dans-œuvre en vis en bois. Le bâtiment est construit pour partie en moellons de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 11 rue du Paty - en ville
    Annexe :
    AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 34 r°. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 34 r°. Item six deniers de cens et deux sols de rente par chacun audict nogent en la parroisse de nostredame en la rue doree pres le bourg le conte allant a la grande seullement une perche ou environ, le tout en un tenant joignant par le devant a ladicte rue doree ayant de
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    appartenu à Jean Pallu. Sur le cadastre de 1811, l’édifice est composé d’un bâtiment sur rue, accolé à un du plateau Saint-Jean. La rue du Paty est un des tronçons qui compose l’axe principal de Nogent-le -Rotrou. Au nord elle permet de rejoindre Chartres, tandis qu’au sud elle permet de gagner Le Mans. Les bâtiments étudiés sont au nombre de trois. Le bâtiment 1 prend place entre une cour avant et une cour cour postérieure communique avec le premier niveau du bâtiment 3, celui est disposée à la suite du bâtiment 1, son rez-de-chaussée correspond à l’étage du bâtiment 1. Le bâtiment 2 prend place le long de la cour avant. Il est implanté dans le prolongement d’un bâtiment situé sur une parcelle voisine, au n°13 de la rue du Paty. Structure Le premier niveau du bâtiment 1 est composé de deux salles accessibles . Elle s’ouvrait sur un bâtiment situé au n°9 de la rue du Paty. Le mur pignon est est construit en d’incisions réalisées pour guider le geste du peintre. Le mur séparant la salle 1.1 de la salle 1.2, très
    Illustration :
    Vue intérieure, rez-de-chaussée, bâtiment 1, salle 1.1, porte bouchée sur le mur nord
  • Château Saint-Jean
    Château Saint-Jean Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Le terminus ante quem du château Saint-Jean est fixé à 1031 par les textes. Le site est alors aux mains de Geoffroy III. Le donjon et l’enceinte circulaire (au moins en partie) lui sont attribués. Ses . D’abord dans le donjon (fenêtres, cheminées, etc...), puis par l’ajout d’un porche d’entrée et d’un bâtiment le long de la courtine nord. Celles-ci sont dotées de sept tours semi-circulaires durant la fils Thomas Ier. Le château Saint-Jean est démoli en 1357, son donjon est incendié entre 1428 et 1449 , Charles IV d’Anjou engage la reconstruction du site. Un logis est ainsi installé sur le porche et le châtelet d’entrée. Les charpentes de ce dernier sont achevées entre 1460 et 1470. Sully est le dernier
    Référence documentaire :
    Flandre, comtesse de Bar et dame de Cassel, relatives à la remise du château de Nogent-le-Rotrou entre les des châteaux de Nogent-le--Rotrou, Montigny, Vitray et Villebon, au nom de Maximilien de Béthune, duc Archives du Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou. Inventaire. 1607. Archives du Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou. État des réparations. 1688. DECAENS, Joseph. La construction du comté du Perche. In : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais, des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée municipal du château Charte 5 DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye p. 338-366. DUBOSC, Guy. Le mariage de Charles d’Anjou, comte du Maine, et le comté de Guise (1431 p. 189. FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 4-15, 113. JOUSSET DE BELLÊME, Georges. Le château féodal de Saint-Jean. Mamers : Impr. Fleury
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le château se développe selon un plan circulaire irrégulier, d’environ 90 m de diamètre. Il est maîtresse rectangulaire et de sept tours semi-circulaires, dont deux forment le châtelet d’entrée. Les flanquements sont limités à la partie est, le flanc ouest étant uniquement défendu par des courtines. L’entrée d’enceinte. La basse-cour, située 5 m en contrebas, est bordée au nord par le « pavillon Louis XIII ». Il se
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Historique Le centre du pouvoir de la maison Rotrou. Un château seigneurial La charte de fondation édifié à Nogent. Le château (castrum) appartient à Geoffroy III (? - 1040), vicomte de Châteaudun datée de 1080 vient confirmer l’existence du château et de son propriétaire pendant le premier tiers du 11ème siècle. En 1080, le site dispose de deux chapelles sous les vocables de Saint-Jean et Saint -Étienne. Le château comtal Le château accueille le palais comtal, le lieu de résidence de la famille et séances plénières . Le tribunal est assorti d’une prison attestée en 1112 lors de l’enfermement de de chanoines dans l’église Saint-Étienne . Le château Philippien En 1194, le chapitre Saint-Jean est fondé sous l’initiative du comte Geoffroy IV (1191-1202). Le chapitre de Saint-Etienne est alors réuni à point d’intérêt stratégique entre le royaume de France et les terres navarraises en Normandie. En 1357 assauts et occupations successives opérées sur le plateau du même nom. Le Traité de Brétigny (1360) signe
    Illustration :
    Le châtelet d'entrée et le donjon. IVR24_20132800048NUC4A
  • Couvent d'ursulines, actuellement établissement pour les handicapés physiques André Beulé
    Couvent d'ursulines, actuellement établissement pour les handicapés physiques André Beulé Nogent-le-Rotrou - 86 rue Gouverneur - en ville - Cadastre :
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Le couvent d’Ursulines est fondé par Maximilien de Béthune le 27 juillet 1631. L’installation des conservés en élévation confirment le développement de la communauté sur la rue Dorée au cours du 17e siècle . Ils attestent également les travaux réalisés sur les façades sur cour durant le 18e siècle, époque de l’apogée de la communauté. Le couvent est supprimé en mars 1791, puis vendu comme bien national. Ce dernier l'ouest. L’établissement existe encore aujourd’hui sous le nom de l’Institut André Beulé.
    Référence documentaire :
    Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou Nouveau plan géométral de la ville de Nogent-le-Rotrou / Alexis Manceau. 1884. (AD Eure-et-Loir Nogent-le-Rotrou, communauté des sœurs de l'Immaculée Conception. Impr. photoméc. Carte postale Nogent-le-Rotrou, l'Immaculée Conception. Impr. photoméc. (carte postale). (Bibliothèque municipale Institut André Beulé. Photographie. (Mairie de Nogent-le-Rotrou, services techniques, photographies). p.161 DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916. p.220-221 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 55 GOUVERNEUR, Aristide et DAUPELEY, Gustave. Documents sur Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou p. 66 JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le couvent est articulé autour d’une cour bordée par quatre corps de bâtiments. L’aile est est située le long de la rue Gouverneur au contact entre cette dernière et la cour du couvent. On accède à visible et accessible de cette dernière, ainsi que de la cour du couvent dont elle barre le flanc sud un vaisseau unique accoté à l’est par une abside semi-circulaire. Le couvent est redoublé à l'ouest matériaux mis en œuvre sur les façades sur rue contrastent avec ceux sur cour où le parement de pierre de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 86 rue Gouverneur - en ville - Cadastre :
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Le champ chronologique de l'étude topographique engagée à Nogent-le-Rotrou s’arrêtant à la fin du 18e siècle, aucune des constructions postérieures à cette date n'a été étudiée dans le cadre de cette monographie. Historique Les sœurs de Sainte-Ursule Le couvent des Ursulines est fondé par Maximilien de Béthune le 27 juillet 1631. L’établissement des sœurs dans la rue Dorée n’est attesté qu’à partir de 1633 d’une sous prieure. Situé dans le bourg de Nogent, le couvent doit hommage à son seigneur. Néanmoins, à de Saint-Denis. Les sœurs sont tenues de déclarer leurs biens immeubles. Le couvent est implanté dans la partie sud de la rue Dorée à proximité des marches Saint-Jean et de la rue Bourg-le-Comte. Il bâtiment construit en 1639. A cette première tenue s’ajoute : une chapelle (non attestée) et le jardin de et le premier quart du 18e siècle, témoigne de la pérennité du couvent. Entre 1720 et 1726, le nombre patrimoine foncier de la ville. Le développement du couvent contraste avec sa rente annuelle seulement fixée
    Illustration :
    Nouveau plan géométral de Nogent-le-Rotrou (1884). Archives départementales d'Eure-et-Loir Aile nord, et chapelle, vues de l'est (vers 1970). Document Mairie de Nogent-le-Rotrou
  • Bourg : château de Lureuil puis demeure, actuellement maison (2 rue du Pigeonnier)
    Bourg : château de Lureuil puis demeure, actuellement maison (2 rue du Pigeonnier) Lureuil - Bourg - 2 rue du Pigeonnier - en village - Cadastre : 2015 B 340, 561, 563, 564, 614 1812 B 866 à 871
    Historique :
    Le “chastel” ou "chasteau dudit Lureuilh" (et "ses fousses") de la commanderie de l'ordre de Saint ). L'établissement hospitalier a certainement été fondé au milieu du 12e siècle. “Le château de Lureuil” est accompagné d’une croix de Malte sur la carte de Cassini (vers 1760). Le plan cadastral de 1812 montre un l’Ancien Régime permettent d’en avoir une idée plus précise. Ainsi, vers 1736, le terrier de Lureuil cite le château et principal manoir (…) avec les aisances, apartenances d’ycelle cour au-dedans de du costé du couchant, une remize de carosse, un grenier desus tirant sur le midy, un jardin avec un le château qui est flanqué de quatre tours, et y sommes entrés par la porte, appelée de Vauclin, qui il y a plusieurs arbres fruitiers en espaliers et une autre partie plantée en verger, le reste en terres labourables.” (Aude et al. 2015). Le château de la commanderie aurait été démoli par son propriétaire, le baron de Limbert, pour construire à son emplacement, entre 1835 et 1850, un manoir et des
    Référence documentaire :
    Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc], par César-François Cassini de LA TREMBLAIS, M. de, LA VILLEGILLE, M. de, VORYS, J. de. Esquisses pittoresques sur le département LERAT, Stéphane. Tournon-Saint-Martin et ses environs, d'Azay-le-Ferron à Mérigny. Alan Sutton ), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (AD 36, 48 J 4 B 6071). ), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (AD 36, 48 J 4 B 6072). photomécanique (carte postale), noir et blanc ; 9 x 14 cm (image). (AD 36, 48 J 4 B 6079). blanc ; 9 x 14 cm (image). (AD 36, 48 J 4 B 6075). Mission photographique C1926-0071_1951_CDP763_0001. Prise de vue le 06/06/1951, échelle 1/12597
    Description :
    toitures à croupes, en tuile plate. Le bâtiment, au nord, abritait des étables, celui à l’est, des écuries un trou d’envol et reposoir a été aménagé dans le haut de l’extrémité sud-ouest (élévation est) du
    Illustration :
    Le "château de Lureuil" est indiqué (accompagné d'une croix de Malte) sur la carte de Cassini (vers L'ancien château et ses dépendances (détruits) sont portés sur le plan cadastral de 1812 (parcelles B 866 à 871), dans le haut-droit de l'image. (Archives départementales de l'Indre
  • Maison dite la Croix d'or, prieuré de bénédictines Notre-Dame de Nazareth, auberge de Nazareth, actuellement ensemble de 6 maisons (rue Sully)
    Maison dite la Croix d'or, prieuré de bénédictines Notre-Dame de Nazareth, auberge de Nazareth, actuellement ensemble de 6 maisons (rue Sully) Nogent-le-Rotrou - 22, 24, 26, 28, 30, 32, 34 rue Sully - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Le prieuré est fondé par Jehan de Loubes, Baron de Saulce et par sa femme, Barbe du Bellay entre première partie du 17e siècle, elle accueille alors 30 sœurs. En 1717, le prieuré est décrit comme doté d'être de nouveau reconvertis en maisons. Le site a entièrement été rénové en 1991.
    Référence documentaire :
    AD Eure-et-Loir. Série H : 5055-5119. Prieuré de Nazareth de Nogent-le-Rotrou. Fol 10 r° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le Feuille A2. Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). -Jean, Nogent-le-Rotrou). p. 162. DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916. p. 2-4. DE SOUANCE, Hector Guillier. Le monastère de Notre-Dame de Nazareth à Nogent-le-Rotrou -CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la veille de la Révolution. Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 22, 24, 26, 28, 30, 32, 34 rue Sully - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 10 r°. [...] Item troys deniers de cens et vingt deux sols six ayant sur icelle trente troys piedz de longueur et dautre par le derriere au champ du noyer et a la tenue de la teste noyre et aux tenues du dauphin, le porc espy, de sainct jacques et autres, d’un costé
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Historique Une fondation percheronne Le 11 juillet 1632, l’assemblée des habitants de Nogent-le Nazareth. Le 22 avril 1635, le vicaire général de l’évêque de Chartres effectue une visite préalable à relève de la baronnie de Nogent-le-Rotrou auquel il doit hommage, la fondation est de fait approuvée par Maximilien de Béthune (1559-1641), Duc de Sully et marquis de Nogent-le-Rotrou. Les fondateurs ont et sa femme placèrent également trois de leurs filles au sein du prieuré. Le prieuré est placé sous mention d’une chapelle rattachée au prieuré. Son existence est néanmoins confirmée par le litige créé par d’attester de son existence en 1660 d’autre part. Selon le comte de Souancé, un cimetière était ouvert près détenues par le prieuré, créant ainsi une véritable enclave au pied du château Saint-Jean. Rien n’indique cependant qu’elles soient toutes occupées par les sœurs. Le développement d'une seigneurie ecclésiastique Le développement de la communauté bénédictine est particulièrement manifeste sous Sillan de Creully
  • Hôtel dit des Trois Maillets, actuellement immeuble (20 rue Sully)
    Hôtel dit des Trois Maillets, actuellement immeuble (20 rue Sully) Nogent-le-Rotrou - 20 rue Sully - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    remonter à la deuxième moitié du 16e siècle (tour carrée, ouvertures en plein-cintre). Il apparaît sur le
    Référence documentaire :
    Fol 10 r° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le Feuille A1 Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    L'Hôtel des Trois Maillets est implanté en face de l'hôtel-Dieu, le long de la rue Sully, seule voie carrossable donnant accès au château Saint-Jean depuis le centre-ville. Adoptant un plan en L, il niveaux de cave en sous-sol et un étage carré disposé sous un étage de comble. Le premier niveau de cave taille pour les chaînes d'angle et l'encadrement des ouvertures. Le toit à longs pans du bâtiment sur rue
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 20 rue Sully - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 10 r°. [...] Item deux deniers de cens et cinq sols de rente au jour pasquiere herin veufve andre collas et ses enfans et florent buguet le vivier et marguerite fareau sa femme a cause d’elle, le tout joignant pardevant a ladicte rue gloriette ayant sur icelle soixante huict piedz de longueur, dautre par le derriere le jeu de paulme de la tenue de limage sainct jacques cy sur le tout, un peu à côté duquel il y a une porte à boucher, une grande cour à la suite dans laquelle il y a quatre petits bâtiment greniers dessus il y a deux portes de communication avec le grand
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    occupées par Pasquiere Herin, veuve d’André Collas et ses enfants, ainsi que par Florent Buguet Le Vivier Trois Maillets. La maison apparaît dans une quittance (1678-1704) relative à son acquisition par le écuries, de latrines, avec un grenier sur le tout. Enfin, une troisième cour, plus grande, est bordée de figure sur le cadastre de 1811, ses bâtiments sont articulés selon un plan en U autour d’une cour à l’est. Le cadastre actuel (1990) atteste de la destruction de l’ensemble des bâtiments situés au pour 45 m de long, située au n°20 de la rue de Sully. Celle-ci prend place le long de la pente du plateau Saint-Jean, c’est la seule voie carrossable qui permet de relier directement le château Saint-Jean l’entrée de l’ancien emplacement du prieuré de Nazareth. Structure Le bâtiment 1 est composé d’un plan ce dernier sont chauffées par des cheminées et éclairées depuis la rue. Le second bâtiment est disposé à la suite du premier, une partie de son rez-de-chaussée est occupée par le couloir central, il
  • Hôtel de Turin (40-42 rue Saint-Laurent)
    Hôtel de Turin (40-42 rue Saint-Laurent) Nogent-le-Rotrou - 40-42 rue Saint-Laurent - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    carrossables) permettent de dater l’édifice entre le 17e et le 18e siècle. Le type de charpente observé dans le la famille de Turin et fut divisé en deux parcelles au cours du 19e siècle. Ceci explique le redoublement de la distribution verticale et le recours à des escaliers tournants suspendus en bois et métal.
    Référence documentaire :
    288 - Nogent-le-Rotrou (E. et L.) Rue Saint-Laurent et carrefour de la rue du Général Huet. Début p. 100. JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Représentations :
    profil traités à l’antique prenant place devant un disque rehaussé d’oves. Le dernier représente un homme barbu de profil. Le disque sur lequel il prend place n’est pas sculpté mais comporte des
    Description :
    (bâtiments 1 et 5) sont identifiables à l’est et à l’ouest. Le premier prend place sous un arc surbaissé dont pilastres surmontés de pinacles pyramidaux à boules. Le second (dont le passage a été bouché et remplacé par arcs surbaissés à l’étage. Le bâtiment est doté de deux murs de refend. Il est desservi depuis la rue vers le nord, il est possible d’identifier une charpente à fermes et pannes avec poinçons, contrefiches , entraits et faux-entraits, contre-ventée avec sous-faitières et croix de Saint-André. Le volume central
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 40-42 rue Saint-Laurent - en ville
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Demeure (6 rue Saint-Lazare)
    Demeure (6 rue Saint-Lazare) Nogent-le-Rotrou - 6 rue Saint-Lazare - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    seconde moitié du 16e siècle et la première moitié du 17e siècle. La charpente utilisée dans le comble du maisons nouvellement édifiées ». Le bâtiment 3, dont la fonction agricole est attestée par ses ouvertures vocation agricole) et le logis accessible depuis la tour hors-œuvre. Cette hypothèse tend ainsi à restituer en L. Le bâtiment 4 ainsi que les autres constructions se trouvant en fond de cour sont tous postérieurs à 1811. La forge, dont le foyer est en brique, et les ouvertures sur rue des bâtiments 1 et 2 appartiennent à des phases de construction plus tardives, bornées entre le 19e et le 20e siècle.
    Référence documentaire :
    Fol n°37. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    de large pour 46,5 m de long. Le bâtiment 1 est composé d’un seul niveau couronné par une corniche en percées sous des plates-bandes aux chambranles formant bandeau. Le bâtiment 2 possède quatre travées et un toit à deux pans. Sa porte est ménagée sous un arc surbaissé mouluré en quart-de-rond. Le bâtiment du rez-de-chaussée est occupée par une forge. L’étage et le comble sont desservis par un escalier en -ventée par une sous-faitière et des décharges. Le bâtiment 3 n’a pu être étudié, on peut toutefois
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 6 rue Saint-Lazare - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°37. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°37. Item treize deniers obole de cens au jour et feste de noel sur une tenue de maisons jardins et noue sciz en lisle d’entre la riviere de ronne et le ruisseau de maisons auquel verger y a maisons nouvellement ediffyees le tout ensemble contenant par le devant et sur
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Bâtiments sur cour (dont le bâtiment 3), vue de l'est. IVR24_20162801911NUCA
  • Couvent de Capucins
    Couvent de Capucins Nogent-le-Rotrou - rue de la Touche - en ville - Cadastre : 1990 BS 120
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Le couvent des Capucins est fondé en 1601. Plusieurs personnalités proches du pouvoir royal l’église des capucins sous l’office de l’évêque de Meaux, le 15 octobre 1606. Les frères sont chassés et le
    Référence documentaire :
    Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). p.153 DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916. p. 222 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre p. 31 MALCOR, Bernard. Le protestantisme à Nogent-le-Rotrou. In : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la veille de la Révolution. Nogent-le-Rotrou : éd. Musée
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Seul le niveau de cave d'une partie du bâtiment sud-est est conservé. Construit selon un plan -cintre. Le niveau de cave est accessible au nord par un escalier droit ménagé sous un arc en plein-cintre
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue de la Touche - en ville - Cadastre : 1990 BS 120
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Historique Le couvent des Capucins est fondé en 1601. Les frères mineurs capucins font partie du premier ordre de la famille franciscaine. Ils vivent sous la règle de saint François d’Assise. Le nombre de frères, comme leur organisation hiérarchique, sont inconnus à Nogent-le-Rotrou. La fondation fait suite à une décision prise par l’assemblée des habitants de Nogent-le-Rotrou qui, dans un vœu pieux -le-Rotrou (Enghien-le-François), qui donne une pièce de terre pour la construction du couvent et pose la première pierre des travaux le 18 juin 1601 ; ou de Charles de Bourbon (1566-1612), comte de consécration de l’église des Capucins effectué par Jean de Vieuxpont, évêque de Meaux (Seine-et-Marne), le 15 octobre 1606. Les capucins reçoivent également le soutien d’établissements religieux, à l’image de l’abbaye des Clairets (Mâle, Eure-et-Loir) qui offre le bois nécessaire à la construction des bâtiments du couvent. L’aveu de la seigneurie de Saint-Denis mentionne en 1690 le couvent dans les limites du bourg
  • Maison Saint-Étienne (détruite, 2 rue du Paty)
    Maison Saint-Étienne (détruite, 2 rue du Paty) Nogent-le-Rotrou - 2 rue du Paty - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    à l’actuel numéro 2 de la rue du Paty, elle est représentée sur des cartes postales dès le début du 20e siècle. Le bâtiment faisant l’angle est alors occupé par un café. La maison est inscrite à entre la rue Bourg le Comte et la rue Dorée (actuellement gouverneur). Elle est alors dotée de avecques petittes courts au derriere et autres aysances et comoditez ». Son propriétaire n’est pas cité. Le des Monuments historiques. En 1952, la municipalité de Nogent-le-Rotrou décide de détruire la maison Saint-Étienne afin d’éviter la déviation de la route nationale passant par Nogent-le-Rotrou. L’édifice est détruit sans avoir été préalablement acquis par la mairie et sans dédommager le propriétaire. Le . Les vestiges observés permettent de dater le rez-de-chaussée de l’édifice entre la seconde moitié du l’escalier dans-oeuvre accessible depuis la façade, et situé à l’interface entre les deux bâtiments. Le mode cependant attestée qu’à partir du 17e siècle. Le mode d’assemblage des pans de bois observés au second et au
    Référence documentaire :
    fol° 29 Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). p.64 JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions p.15 SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    d’élévation sous grenier et disposent d’escaliers séparés. Le rez-de-chaussée du bâtiment nord est composé d’une seule pièce, un escalier en vis en bois à cage circulaire distribue l’étage et le comble. Celui-ci est à cheval entre les deux constructions. Le rez-de-chaussée du bâtiment sud est partagé en plusieurs sont figurées sur un cliché pris avant 1927. Le rez-de-chaussée se compose de quatre travées sur la rue du Paty contre deux sur la rue Bourg-le-Comte. Les travées sont circonscrites par des poteaux à sur des consoles. Le poteau cornier à l’angle des rues Bourg-le-comte et du Paty est sculpté de trois les deux autres se trouvant sur la rue Bourg-le-Comte sont surmontées d’un étage de pan de bois , constitué d’une armature en losange sous un toit à deux versants et croupes. Le reste de l’édifice comporte
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 2 rue du Paty - en ville
    Annexe :
    . Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). fol °29 […] Item neuf deniers de cens par chacun an au jour et feste de noel sur une tenue faisant le coing du hault de ladicte rue du bourg leconte rentrant parroisse de nostre dame dudict nogent sur lesdictes deux rues doree et bourg le conte contenant quattre petites courts au derriere et autres aysances et comoditez le tout en un tenant joignant d’une part a ladicte rue du bourg le conte ayant sur icelle la quantité de vingt piedz de longueur d’autre a ladicte inférieure, le groupe important placé à l'angle de la maison représente la lapidation de Saint-Étienne qui agenouillé le manipule au bras est accablé de pierre par deux hommes debout, les autres sculptures montrent , chef du bureau des monuments historiques, le 28 Mars 1930. J'ai l'honneur de vous faire connaître que et de la rue Bourg-le-Comte à Nogent le Rotrou. […] Lettre de M.Herpe inspecteur général des Beaux -Arts, le 1er octobre 1951. La maison Saint-Étienne est édifiée à l'angle de deux rues et comprend un
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Plans de localisation, sur le cadastre ancien et cadastre actuel. IVR24_20172800717NUDA
  • Mairie (détruite, 2 Place du Général Saint-Pol)
    Mairie (détruite, 2 Place du Général Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 2 place Général Saint-Pol - en ville - Cadastre : 1990 CE 61
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    La mairie de Nogent-le-Rotrou est installée dans une maison située sur la place Saint-Paul,entre la voûtée du 14e siècle. La tenue du Saint-Esprit est attestée dès 1648, le statut de son propriétaire à Nogent-le-Rotrou à partir de la fin du 17e siècle. Pierre Parceval est ainsi en 1693 le premier maire cité par les textes. Il obtient la perpétuité du titre en 1699. La mairie de Nogent-le-Rotrou n’est fondée que 50 ans plus tard, sous le mandat de René Pesseau. Ainsi, en 1748, la communauté des habitants de Nogent-le-Rotrou achète une maison appelée la tenue du Saint-Esprit pour l’établissement sur le cadastre ancien. La construction de la nouvelle mairie en 1858 entraîne la désaffection puis revers de cette dernière, invite à la restituer à la suite de la cave à cellule, comme c’est le cas au 3
    Référence documentaire :
    Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). Ancienne mairie de Nogent-le-Rotrou/Jubault, A. Nogent-le-Rotrou : 1926. (Album Percheron, pl. 1). Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916. JUBAULT, A. Album Percheron. Nogent-le-Rotrou : G. Fauquet, 1926.
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    La tenue du Saint-Esprit est attestée dès 1648, le statut de son propriétaire, prévôt du Perche disposition de l’édifice semble similaire en 1748, le premier niveau étant certainement composé d’une petite cuisine basse et d’une salle voûtée tandis que le second niveau devait accueillir les chambres hautes et le cabinet. C’est probablement à l’étage que furent installés l’hôtel de ville, le bureau général et de la recette des droits de tarif. En 1811, la mairie figure sur le cadastre ancien. Elle est . Le procès-verbal de 1857 invite à situer au second niveau le cabinet, la bibliothèque et la salle de triangulaire dont le tympan est occupé par une horloge. A droite, la façade possède une porte percée sous un -Pol et la rue Massiot. Si le bâtiment susnommé comporte un niveau de cave composé de deux salles
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 2 place Général Saint-Pol - en ville - Cadastre : 1990 CE 61
    Annexe :
    Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 9 v°. […] Item six deniers de cens au jour sainct denys sur la tenue nommee escuryes court devant jardin derriere sur la place du marché clos de murs joignant dune part par le devant bas dargent […] AM Nogent-le-Rotrou. 1 M 47 : Acquêt de l’hôtel de Ville (1748). […] Furent présente Nogent-le-Rotrou, à la stipulation et acceptation de messieurs René Pesseau, avocat en parlement -côté à l’entrée de la cour, chambre basse vis-à-vis sous la chambre haute du sieur Tabourier ; le tout du dit Nogent, et sur le derrière à la grande place du marché, d’un côté à la maison du sieur terrain commun vu ide par-dessus lequel l’on passe pour aller par la dite ruelle commune avec le dit autrefois de palis, donnant par le bout d’en-haut au ruisseau qui descend du moulin d’à-bace dans la rivière d’huine […] AD 28. 2O2521. Procès-verbal (1857). […] le corps de bâtiment servant de mairie est composée délibérations se trouve un vaste local servant de bûcher dont le plafond est clos par une voûte et dans lequel
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Illustration :
    Photographie, avant 1862 (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou) ; lithographie extraite de
  • Hôtel, magasin de commerce (8 rue Gouverneur)
    Hôtel, magasin de commerce (8 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 8 rue Gouverneur - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    entre le seconde moitié du 15e siècle et la première moitié du 16e siècle. La datation est confirmée par le modèle de charpente utilisé, celui-ci étant en usage à la même époque. Le type de la cave à cellules (terre-plein du bâtiment 1) est borné entre le 13e et le 15e siècle, cette dernière serait donc construction des bâtiments 1, 2 et 3. La présence d’un mur de refend dans le bâtiment 2, ainsi que la
    Référence documentaire :
    Fol. 23. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    pu être visités et étudiés. Le bâtiment 1 est composé d’un plan rectangulaire ayant son grand côté sont délardées. Les bâtiments 2 et 3 sont dotés d’un plan rectangulaire perpendiculaire à la rue. Le (visible dans le bâtiment 3) est à fermes et pannes avec un seul faux-entrait, un demi-poinçon et un entrait retroussé. Ce dernier semble néanmoins avoir été remonté tandis que le poinçon semble amputé de la
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 8 rue Gouverneur - en ville
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°23. AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol n°23. Item la jurisdiction sur une tenue de troys creux de maisons tenues par pasques germond fourbisseur jehan jouy bourcier nicollas liziard esperonnier et par le sieur environ le tout en un tenant joignant par le devant a ladicte rue doree d’autre par le bas au grand pre le
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
  • Demeure dite Fief de la Fuye Bizeul (89 rue du Château)
    Demeure dite Fief de la Fuye Bizeul (89 rue du Château) Nogent-le-Rotrou - 89 rue du Château - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Les marqueurs stylistiques observés sur le bâtiment 1 ne permettent pas de situer précisément sa pannes dont le type est peu usité après 1700, invitent à le dater entre le 17e siècle et le 18e siècle . Si la porte du bâtiment 4 appelle à le dater du 17e siècle, sa charpente à chevrons formant ferme appartenant au fief de la Fuye Bizeul. Le fief dont la première mention remonte à 1467, est alors tenu par le tuile, avec hébergement et appartenances assises devant le château. Ces derniers pourraient ainsi correspondre aux bâtiments 1, 2 et 3. Les bâtiments figurent tous sur le cadastre de 1811. Le bâtiment 2 est
    Référence documentaire :
    fol. 73. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    château. Seuls les bâtiments 1 et 4 ont pu être étudiés. Le bâtiment 1 est doté d’un niveau d’élévation -entrait, un poinçon et des jambettes. Le contreventement est assuré par une sous-faitière et des décharges régulière, alterne plates-bandes et arc surbaissé. Le bâtiment 4 (pigeonnier) est composé de deux niveaux calcaire et de silex. Le bâtiment est accessible depuis une porte à plate-bande surmontée d’un oculus en intégralement recouverts de trous de boulins en pierre de taille. Le bâtiment est doté d’une charpente à poinçon et de jambettes. Les entraits des deux fermes principales sont assemblés à mi-bois tandis que le
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 89 rue du Château - en ville
    Annexe :
    derrière assise devant le chastel dudit Nogent, ainsie due tout se poursuit et comporte joignant d'un coté église de Saint-Jehan au bourg le comte[...]". Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 73. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 73. le fief de la fuye bizeul avecq les places [du] hebergement et appatgenances assis devant Le chasteau dudict nogent tenu par noble françois gouyn escuyer sieur des chapizeaux appartennances le tout ensemble contenant un arpent ou environ et est le tout en la directe juridiction demadicte barronnye de Nogent le Rotrou.
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou