Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 81 à 100 sur 166 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : maison (2 rue Aristide-Briand)
    Bourg : maison (2 rue Aristide-Briand) Vernou-sur-Brenne - 2 rue Aristide-Briand - en ville - Cadastre : 1817 F 205, 206 2009 AN 129
    Description :
    façade en pierre de taille possède des chaînes d'angles, un cordon marquant la séparation entre le rez-de -chaussée et le premier étage, et une corniche à modillons. Les lucarnes hautes possèdent des toitures en
  • Bourg : maison n°2 (2 rue de Bléré)
    Bourg : maison n°2 (2 rue de Bléré) Cigogné - 2 rue de Bléré - en village - Cadastre : 1823 D1 28 2010 D01 84
    Description :
    Le logis est de plan rectangulaire, il est édifié en moellons de tufeau, et comprend une pièce à ouverture en façade. Le toit à longs pans est couvert en tuile plate.
  • Maison (40 rue Victor Hugo)
    Maison (40 rue Victor Hugo) Amboise - 40 rue Victor-Hugo - en ville
    Historique :
    Le 40 rue Victor Hugo a été inventorié pour sa façade construite en encorbellement, en retrait de
    Description :
    -devant. La structure du premier étage repose sur des aisseliers qui soutiennent son encorbellement. Le peu qui en est visible depuis la rue laisse penser que le premier étage est occupé par un escalier la plus haute que l'on puisse proposer soit le milieu du XVIe siècle.
  • Bourg : école primaire, actuellement maison (13 rue des Écoles)
    Bourg : école primaire, actuellement maison (13 rue des Écoles) Chançay - 13 rue des Écoles - en village - Cadastre : 1816 A2 1722 2009 AD 219
    Historique :
    En 1833, le conseil municipal décide d'acquérir une portion de maison appartenant à Pierre Fillet pour la somme de 1 600 francs, afin d'y établir une école primaire et le logement de l'instituteur. Des Lebègue, maître maçon à Vernou, pour la somme de 3 275,52 francs. Le rez-de-chaussée est alors divisé en permettant à l'instituteur de surveiller les deux classes. Le premier étage est construit pour accueillir le départementale. En 1877, le conseil municipal propose de transférer l'habitation de l'instituteur (qui est secrétaire de mairie) et la classe des garçons dans le local occupé par l'école des filles et inversement , car le local affecté à la maison commune est situé sous la salle de classe de l'école des filles utilisée comme logement de fonction pour les instituteurs. Le bâtiment sert d'ALSH (centre de loisirs
    Description :
    à la façade. Un escalier extérieur en pierre permet d'accéder au jardin depuis le rez-de-chaussée.
  • Bourg : maison (4 place des Martyrs de la Résistance)
    Bourg : maison (4 place des Martyrs de la Résistance) Villedômer - 4 place des Martyrs-de-la-Résistance - en village - Cadastre : 1835 D2 408 2012 D 459
    Historique :
    Un bâtiment, présent sur le plan cadastral napoléonien de 1835, est remplacé par une nouvelle
    Description :
    placée dans le mur pignon ouest précédé d'une cour. Il est construit en moellon enduit (façade sud et
  • Maison (11 place Richelieu)
    Maison (11 place Richelieu) Amboise - 11 place Richelieu - en ville
    Description :
    : le premier étage et le niveau de mur du comble à surcroît ainsi que le pignon tourné sur la rue Joyeuse. Le pan-de-bois à grille, sans ornement, présente des caractéristiques déjà citées pour les écharpes. L'essence des bois employés est le chêne, sous forme de bois de brin et plus rarement de ne prend pas en compte le niveau de potelets du surcroît semblant plus récents - mais leur largeur est bien supérieure avec quelques 15,20 cm. Le pignon donnant sur la rue Joyeuse présente des dispositions particulières : le premier étage se trouvait en encorbellement sur le rez-de-chaussée au moyen de solives de plancher débordantes. Au premier étage, une petite baie perce le mur. La moitié gauche du
  • Maison (1 rue Joyeuse)
    Maison (1 rue Joyeuse) Amboise - 1 rue Joyeuse - en ville
    Description :
    . Le hourdis en brique est mis en valeur par un essentage d'ardoises clouées sur les colombes dont la recouvert le bois plutôt que de l'enduire, comme il était courant de le faire au XVIIIe siècle. Cet essentage masquant les bois complique l'analyse du bâti. Le pignon de la maison est tourné sur le quai des Marais, la rive donnant sur la rue Joyeuse. Les bois employés à la ferme débordante qui couvre le pignon . Les ouvertures - si elles sont en place - ont perdu leur caractère originel. Dans le comble, la principale a été renforcé par une poutre posée au sol, qui gêne le passage. Trois tirants en fer mécanique lient le renfort à l'entrait originel qui porte les solives du plafond du premier étage. La maison a porte charretière en pierre de taille date de cette époque. Dans le jardin et la cour arrière ont été
  • Abri troglodytique ; maison (31 rue Victor-Hugo)
    Abri troglodytique ; maison (31 rue Victor-Hugo) Amboise - 31 rue Victor-Hugo - en ville
    Historique :
    L'habitat troglodytique est le type de résidence le plus ancien d'Amboise. Comme dans tous les
    Description :
    Le 31 rue Victor Hugo présente pour particularité d'avoir une entrée de cave devancée d'une arcade premier étage. Le rez-de-chaussée est occupé par une cave dont le sol demeure en terre battue et le plafond est constitué de solives qui forment le plancher de l'étage supérieur. On accède à l'étage par une . Il y avait donc de petites carrières exploitées dans le promontoire du château. Ici les parois de
  • Bourg : maison (45 rue du Coteau-de-la-Poultière)
    Bourg : maison (45 rue du Coteau-de-la-Poultière) Vernou-sur-Brenne - 45 rue du Coteau-de-la-Poultière - en ville - Cadastre : 1817 G 328 2009 AD 443
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR24_20103700467NUC2A
  • Maison de maître (la Grande Maison)
    Maison de maître (la Grande Maison) La Riche - Grande Maison (la) - isolé
    Illustration :
    La "Grand Maison" sur le cadastre de 1808 IVR24_20153700477NUCA
  • Bourg : maison (2 rue des Rosiers)
    Bourg : maison (2 rue des Rosiers) Épeigné-les-Bois - 2 rue des Rosiers - en village - Cadastre : 1826 A 729 2009 OA 2364
    Historique :
    Le cadastre ancien témoigne de la présence d'un long corps de bâtiment orienté est-ouest, qui a été réduit de moitié dans le sens de la largeur, à une date inconnue, comme le fait clairement apparaître la comparaison avec le cadastre actuel. Ceci explique le débord du toit, qui rappelle le volume initial de la apportées au bâtiment, la datation n'est pas certaine. Le linteau en accolade a probablement été déplacé et l'époque médiévale. Le pignon ouest date de la fin du 16e siècle ou du premier quart du 17e siècle. Une
    Description :
    date de la seconde moitié du 19e siècle et n'est pas étudiée. Ancienne maison : le pignon ouest, dont d'un amortissement en forme de sphère. Le passage couvert abrite les vestiges du four à pain. La cave
  • Maison (14-16 rue Newton)
    Maison (14-16 rue Newton) Amboise - 14-16 rue Newton - en ville
    Historique :
    , et que la Masse coulait sous le jardin. Un bassin y a d'ailleurs été créé grâce à une résurgence du ruisseau. À l'ouest, le mur de clôture a été construit autour du pont de pierre qui enjambait autrefois la Masse. Sur le plan d'alignement de 1884, la dérivation du bras secondaire du cours d'eau se fait précisément à cet endroit et le pont est en effet dessiné. Alors que la maison du 14 demeure dans un état de cloison, une toile peinte marouflée. La façade en pierre qui donne sur le jardin indique également
    Description :
    Le 14 rue Newton Comme au 12 rue Newton, le rez-de-chaussée est édifié en moellon tandis que le premier étage et le surcroît sont en pan de bois. La maison présente sa façade de rive sur la chaussée qui Âge. Le pan de bois à grille des étages prend place légèrement en encorbellement d'un soubassement en moellon dans lequel s'ouvre une porte surmontée d'un oculus. Le hourdis est à présent caché sous un enduit . Une petite baie éclaire le premier étage et une autre le grenier. Le niveau de potelets correspond au suppression due à son mauvais état. À l'intérieur, le rez-de-chaussée a conservé un aspect ancien avec les aménagements d'une écurie. Une porte donnant sur le jardin permet de mesurer l'épaisseur du mur de 1,7 m congés amortissent les angles. Des aisseliers courbes reposant de chaque côté de l'abaque qui surmonte le chapiteau, le lient à la sablière de dessus. Son aspect général est proche de celui des colonnettes de parallèles à la rue, réparties de part et d'autre d'une poutre, dont l'about dépasse en façade. Le comble est
    Illustration :
    Vue de la façade sur jardin du XVIIIe siècle, dont la terrasse repose sur le mur de la première
  • Maison (9 rue Malebranche, 5 rue Corneille)
    Maison (9 rue Malebranche, 5 rue Corneille) Amboise - 9 rue Malebranche 5 rue Corneille - en ville
    Historique :
    Cette maison se situe dans le secteur de l'ancienne enceinte urbaine. Nous ne connaissons rien de son histoire, mais la tradition orale la date du XVIe siècle. Elle aurait été une étable. Le n°5 de la
    Description :
    cette dernière. Le rez-de-chaussée construit en pierre de taille est récent mais il est possible qu'il étage, le pan-de-bois est à grille, avec un hourdis de briques. De longues écharpes rigidifient la dimensions. Il y aurait donc une croisée sur le pignon et deux quarts de croisée sur le mur gouttereau. Le comble aujourd'hui aménagé est éclairé par une baie récemment créée. Le hourdis y est enduit. À et nous laisse envisager une construction en pan-de-bois et brique. Le rez-de-chaussée présente une
  • Maison (92 rue Victor Hugo)
    Maison (92 rue Victor Hugo) Amboise - 92 rue Victor-Hugo - en ville
    Historique :
    Cette maison a été construite le long de l'ancienne rue de Montrichard, dans sa partie hors les maison, qui a fait l'objet de relevés, oriente la datation vers le XVIe siècle.
    Description :
    La maison est construite sur quatre niveaux dont un niveau de caves - qui est en réalité le rez-de l'ancienne façade pour compenser la faiblesse des sablières. Une baie et une porte ouvrent le rez-de-chaussée poteaux corniers élargis. Aujourd'hui, seul demeure le poteau à droite de la porte d'entrée. Aucune moulure n'apparaît sur les sablières en partie masquées. À l'aplomb de la sablière de chambrée, le pan-de baie du rez-de-chaussée et de celle du comble. De petits jours sont percés à droite comme à gauche. Le surcroît. Les deux potelets des extrémités sont légèrement inclinés vers le centre de la façade jouant le rôle de décharges. La ferme prise dans le pignon avec son entrait, diffère de la ferme centrale. Ici dernier lie le faîtage à l'entrait et porte de chaque côté une section du faux-entrait. Enfin, l'ensemble . Une baie éclaire ce comble, dont le poinçon joue le rôle de montant à droite. Le mur gouttereau portion du mur en moellon signale l'emplacement du conduit de cheminée d'origine. Le mur gouttereau ouest
  • Maison (23 rue de la Concorde)
    Maison (23 rue de la Concorde) Amboise - 23 rue de la Concorde - en ville
    Historique :
    Cette maison a largement été remaniée. Nous avons fait le choix de la répertorier pour la cheminée datant du XVe siècle chauffant le premier étage, qui est en place. Cette cheminée à hotte en pierre
    Description :
    En façade, notons que le premier étage présente un pan-de-bois à grille, contreventé d'écharpes
  • Maison (2 rue Joyeuse)
    Maison (2 rue Joyeuse) Amboise - 2 rue Joyeuse - en ville
    Historique :
    Comme tous les édifices de la rue Joyeuse, cette maison ne peut avoir été construite avant le à ce que l'on peut observer sur les vues anciennes. Nous n'avons pas pu visiter le bâtiment qui
    Description :
    et un toit à deux pans couvert de tuiles plates. En revanche, le poteau central reste une disposition passe sous l'actuel quai des Marais rend le secteur particulièrement humide. La porte surmontée de son traverses. Enfin, la ferme prise dans le pignon indique une charpente à fermes et à pannes avec poinçon -faîtage dont la cohésion est assuré par des liens. Le décor de la façade tient dans son ordonnance symétrique, dans le jeu polychromique de la brique rouge et du bois brun, dans l'alternance de lignes verticales et horizontales et dans le choix d'un décor d'inspiration gothique géométrisée. Aux colombes et
  • Maison (52 rue Rabelais ; 1 rue Destouches)
    Maison (52 rue Rabelais ; 1 rue Destouches) Amboise - 52 rue Rabelais 1 rue Destouches - en ville
    Historique :
    possible de visiter le comble.
    Description :
    l'ensemble de l'édifice, des caves au grenier. Le pignon est construit en pierre de taille et brique. Si le rez-de-chaussée présente un moyen appareil qui pourrait être médiéval, le pan de mur construit à son aplomb est constitué de pierres dont le module parfaitement calibré laisse supposer un travail de ossature bois ; ainsi une sablière serait venue s'assembler dans le poteau cornier qui fait l'angle des rues Rabelais et Beaubrun comme nous le suggère une encoche, aujourd'hui maçonnée, se trouvant au de deux autres. Le sommet du pignon élevé en brique montre un aspect neuf et les dispositions de la charpente y sont peu lisibles. Il doit s'agir d'une charpente à fermes et à pannes. La ferme prise dans le pignon présente un poinçon liant le faîte à l'entrait. La façade du mur gouttereau donnant sur la rue Rabelais est plus authentique. Le rez-de-chaussée est encore en partie enduit. Un poteau central divise la superposées. On remarque d'ailleurs que les colonnettes reposent sur une pierre. Le secteur des Marais étant
  • Maison (34 rue Nationale)
    Maison (34 rue Nationale) Amboise - 34 rue Nationale - en ville
    Historique :
    correspondre à celles de la fin du Moyen Âge. Il reste cependant délicat de déterminer le statut de maison ou
    Description :
    venelle ménagée entre le 32 et le 34 rue Nationale. La cour est enfermée entre le bâtiment donnant sur la rue Nationale et celui en arrière-cour. Le long de la venelle, un mur supporte une galerie liant les
    Illustration :
    Vue de la galerie du 34 rue Nationale permettant de jondre le bâtiment sur rue au bâtiment en fond Vue de la galerie du 34 rue Nationale permettant de jondre le bâtiment sur rue au bâtiment en fond
  • Ensemble de trois maisons (46 rue Victor Hugo)
    Ensemble de trois maisons (46 rue Victor Hugo) Amboise - 46 rue Victor-Hugo - en ville
    Historique :
    Le 46 rue Victor Hugo regroupe trois maisons sous un seul numéro. Les plans d'alignement du XIXe
    Description :
    tuffeau sur les deux premiers niveaux, puis le pignon est édifié en pan-de-bois. Le rez-de-chaussée bien là les dispositions d'origine, le chaînage en pierre de taille à droite de l'ouverture semble Debré. Enfin, le pignon en pan-de-bois présente à l'ouest une surélévation récente du toit. Une baie mesure 4,70 m de large pour 10,60 m de haut. Le soubassement de la maison est bâti en moellons de tuffeau premier étage, une large sablière porte le départ des écharpes du pan-de-bois et les décharges en allège de la baie centrale. Le niveau du comble à surcroît est marqué par les abouts des solives de plancher Saint-André forment le niveau du surcroît. Les dispositions de la charpente à fermes et à pannes sont en parties lisibles. L'entrait est relié au faîtage par un poinçon formant le meneau d'une baie. Le faux visibles sont à tenon-mortaise. Le mur gouttereau occidental reçoit un hourdis de moellons sans ornement dont les abouts apparaissent en façade, porte le colombage. Les colombes montent jusqu'à hauteur d'une
  • Maison (5 rue de l'Entrepont)
    Maison (5 rue de l'Entrepont) Amboise - 5 rue de l'Entrepont - en ville
    Historique :
    s'il y eut des alignements ils furent réalisés à son aplomb. Avec le 46 place Michel Debré, sa façade
    Description :
    Le pignon oriental donnant sur la rue, construit en pan de bois, s'élève sur trois niveaux dont un celle d'autres maisons dont le hourdis secondaire demeure apparent. L'encorbellement des étages sur le l'encadrement est constitué du poteau droit de la façade et d'un autre poteau sans ornement. Le décor se concentre sur le poteau cornier droit et sur les sablières moulurées. Le premier, sculpté d'un pilastre de . À l'étage, une unique baie (0,97 m x 1,89 m) est source de lumière. Dans le comble aménagé, une demi débordante, qui est similaire à celle du 46 place Michel Debré. Toutefois, le soutien des blochets repose ici . Les chevrons montent depuis le blochet jusqu'à un petit poinçon redescendant sur le faux-entrait