Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 121 à 136 sur 136 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port de Chouzé
    Port dit port de Chouzé Chouzé-sur-Loire - le Bourg - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    napoléonien de 1830. En 1832, les habitants de Chouzé se plaignent des ensablements installés vis à vis de la partie dus à la présence des épis établis à proximité de Chouzé en 1825. Ils demandent que ces épis d'établir de nouveaux ouvrages dans le lit de la Loire. Les digues complétentaires sont terminées en 1841 . La même année, l'ingénieur Cormier expose que les deux cales du port de Chouzé ne suffisent pas aux besoins de la localité (embarquement de vins de Bourgueil, grains, bois) et propose un projet de nouveau 300 mètres de la voie navigable en été et qu'il se trouve, grâce aux travaux d'endiguements qui y ont équipé de "moyens d'accessions à la rivière pour le chargement et l'exportation des produits". En 1843 , les habitants sollicitent la continuation du port en aval mais aucun projet n'a été retrouvé. La carte de Coumes (1848) figure cependant une section maçonnée en aval de la cale en tablier. Il est bac, en amont de la cale située au niveau de l'église. Cet ouvrage n'est finalement pas réalisé. La
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Situé sur la rive droite, vis à vis du bourg (en amont), le port de Chouzé comprend une cale en
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Extrait de la carte de Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Collin. (archives Le port de Chouzé depuis la Loire, début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (collection
  • Port dit port au Vin
    Port dit port au Vin Avaray - Le Port au Vin - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    décrochement de la rive figurent sur le plan. La première mention de la cale actuelle date de 1848 (carte de
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Situé rive droite, le Port au Vin d'Avaray est établi un peu en aval de l'embouchure de la rivière
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin le 22 mai 1858
  • Port dit port de Myennes
    Port dit port de Myennes Myennes - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Cosne et de Myennes sont tenus par le sieur Soubleau. On sait également que la chaussée du port est en durant la seconde moitié du XIXe siècle sur le port de Myennes : réparation d'une rampe d'abordage en 1856, travaux d'empierrement suite aux dégats causés par la crue du 27 septembre 1866, réfection complète des perrés de la partie centrale du port en 1887-1888. En outre, le registre des déclarations de provenance de Myennes sont souvent chargés de carreaux. On note en effet la présence d'une "tuilerie Gauthier " à Myennes au XIXe siècle (mentions sur le cadastre napoléonien de 1835 et sur la carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes en 1852). A la fin du XIXe siècle, il y avait huit tuileries et briquetteries sur la commune.
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Plan de l'isle de Cosne et de la Loire depuis l'extrémité de cette isle au château de Myennes, 10 mars 1836. Détail sur Myennes. B : anciens perrés pour protéger la berge de la Loire. C : perrés
  • Port dit port d'Ousson
    Port dit port d'Ousson Ousson-sur-Loire - quai Albert-Bouin - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1837, l'ingénieur Navarre expose que le port d'Ousson a toujours eu la double destination de essentiellement) reçoit ou expédie par le fleuve. A cette date, le port d'Ousson formant saillie sur la Loire est réclamé l'exécution des travaux nécessaires à la réfection du port. Le projet proposé par M. Roguet consiste à régulariser les rives du fleuve, à les renforcer de perrés et à prendre la largeur du chemin de
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve (bourrelet alluvial
  • Port dit port de Charenton
    Port dit port de Charenton Pouilly-sur-Loire - Charenton - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de Charenton est mentionné à partir de la fin du XVIIIe siècle : en 1789, on y embarque jusqu'au port de Charenton et de , par eau, jusqu'à Cosne. L'embarquement de pierres de Malvaux est expose que par suite de la corrosion exercée par les eaux et du défaut de défense des berges, le halage la navigation et pour la décharge des matériaux (pierres des carrières de Malvaux, Bulcy et Narcy ) dont cette partie de rive est toujours encombrée. Selon lui, depuis les dégâts causés par la crue de équipée de deux cales de 25 m x 5 m. La longueur de 150 mètres est suffisante pour assurer le chargement document d'archive n'atteste la réalisation effective de ces travaux et aucun ouvrage n'a été repéré sur le
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Carte de la Loire (entre Marseilles-les-Aubigny et Sancerre) avec mention des bacs, dressée le 11 Extrait du cadastre napoléonien de 1839 : le lieudit Charenton, la tuilerie de Charenton et mention
  • Port dit port au bois
    Port dit port au bois Gien - quai de Nice - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1844, on envisage d'établir un port au bois sur la rive droite en amont du pont à Gien. Entre 1846 et 1852, des remblais de terre sont placés au sud de la route nationale (Briare Angers) et moment des basses eaux. En 1853, alors que la somme offerte par la ville pour contribuer à la dépense est trop faible, la proposition de construction d'un port sur la rive droite est ajournée par le ministre soumis à un arrêté réglementaire de police à partir du 14 août 1863. La surveillance et la police du port domiciles des déposants, le numéro et la catégorie de l'emplacement qui leur est concédé, la nature et la quantité des marchandises déposées, la date des dépôts et celle des enlèvements, le montant des droits déposées doivent toujours être placées au moins à 6 m de la crête du talus perreyé afin de laisser cette port commence à décliner dès la fin des années 1860 avec l'arrivée du chemin de fer entre Paris et Gien en 1864. En 1880, le port est abandonné et des arbres sont plantés sur la plateforme en 1891. La
    Hydrographies :
    la Loire
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la rive opposée. IVR24_20064500862NUCA Plan général de la Loire pour servir au projet d'établissement de deux ports aux bois (charpente et Projet de construire une banquette sur le quai de la rive droite de Gien pour préserver la ville
  • Port dit port du Colombier
    Port dit port du Colombier Saint-Martin-sur-Ocre - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    ) et 1860 (achèvement du nouveau port au Bois de Gien sur la rive droite). Lorsque le port des Capucins -Martin-sur-Ocre). En 1844, l'ingénieur ordinaire Delaitre propose de construire sur la rive gauche et sur la commune de Saint-Martin-sur-Ocre) mais le projet n'aboutit pas. Malgré les habitudes du essentiellement de la rive gauche du fleuve), le nouveau port au Bois est réalisé entre 1855 et 1860 à Gien sur la
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    la commune de Gien. Il est d'ailleurs difficile de fixer une limite physique entre les deux ports. En port des Capucins lorsque ce derrnier est détruit. Pour faciliter la compréhension, le site du port du -sur-Ocre. Les ouvrages situés en aval sur la commune de Gien ont été rattachés au port des Capucins compose de deux parties, l'une située entre la levée et la Loire d'une superficie de 75 ares sert de dépôt l'approvisionnement de la ville de Gien telles que plâtre, pierre, brique, tuiles La deuxième partie du port, en arrière de la levée, sert de dépôt pour les bois de chauffage, son étendue est d'un hectare environ.
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée
  • Port refuge dit gare du Lien
    Port refuge dit gare du Lien Avaray - Le Port au Vin - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le premier projet d'établir une gare à l'embouchure de la rivière du Lien date de 1828. Un plan aménagement de la rivière. Il explique dans son rapport que le Lien sert déjà de gare et que le vaste bassin parfaitement à l'abri du choc des glaces et des corps flottants mais l'entrée de la gare est difficile voire impratricable quand la Loire est basse. Il propose de construire un barrage à poutrelles pour opérer des chasses sur les sables déposés par le fleuve à l'embouchure de la rivière. Selon lui, cette gare serait d'une grande utilité car elle est située à l'amont d'une grande courbe du fleuve où la navigation est souvent
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    La gare du Lien est située rive droite, à l'embouchure de la rivière du Lien. L'entrée de la gare est située sur la commune d'Avaray mais le bassin occupé par les bateaux devait se poursuivre sur la
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher avec projet d'améliorer le fleuve, par
  • Port dit port refuge ou gare d'eau de l'embouchure de l'Indre
    Port dit port refuge ou gare d'eau de l'embouchure de l'Indre Avoine - le Néman - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1819, l'ingénieur en chef Cormier estime que la gare d'eau de l'embouchure de l'Indre sauve annuellement un assez grand nombre de bateaux qui naviguent sur la Loire. Il souligne l'accès facile à cette , profondeur de deux mètres à l'étiage. Enfin, il évoque la nécessité de détruire un banc de sable qui empêche le passage des bateaux. Selon lui, après ces travaux, la gare pourrait accueillir 130 bateaux . Mentionnée de nouveau en 1835-1836 et en 1843, la gare d'eau est encore utilisée en 1873. Un arrêté préfectoral daté du 5 mars 1874 précise que le bras de la Loire compris entre l'île des Buteaux et la rive
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port refuge était situé entre la rive gauche du fleuve et l'île des Buteaux, près de l'embouchure de la rivière de l'Indre.
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de la Chapelle-sur-Loire, 1831. (archives départementales d'Indre Extrait de la carte de la Loire par l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par l'ingénieur Embouchure de l'Indre, vue prise vers l'aval depuis la rive gauche de l'Indre. A droite, l'île des Embouchure de l'Indre, vue prise vers l'aval depuis la rive gauche de l'Indre. A droite, l'île des Embouchure de l'Indre, vue prise vers l'aval depuis la rive gauche de l'Indre. A droite, l'île de Embouchure de l'Indre, vue prise vers l'aval depuis la rive gauche de l'Indre. A droite, l'île de Embouchure de l'Indre, vue prise vers l'aval depuis la rive gauche de l'Indre. A droite, l'île de
  • Port dit port refuge du Bec du Cher
    Port dit port refuge du Bec du Cher Villandry - Bec du Cher - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    plutôt à un petit cours d'eau dit "ruisseau des Bois" (carte de la Loire du milieu du XIXe siècle) ou fossé Sainte-Anne (carte IGN) qui débouche dans le Cher à la confluence du Cher et de la Loire refuge pour les bateaux qui fréquentent la Loire. L'idée est également reprise en 1821 dans un courrier réalisés pour faciliter la mise à l'abri des bateaux. On peut penser que la rivière Cher a, quoi qu'il en
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port refuge du Bec du Cher était situé près de l'embouchure de la rivière du Cher.
    Illustration :
    Plan de la Loire dans le département d'Indre-et-Loire, Service spécial de la Loire, milieu XIXe
  • Port dit port refuge ou gare de l'Ile Bourdon
    Port dit port refuge ou gare de l'Ile Bourdon Chouzé-sur-Loire - l' Ile Bourdon - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'emplacement de la gare naturelle de l'île Bourdon est bien identifié sur la carte de Cassini (levée entre 1756 et 1789) : à cette période, l'île existe encore et l'espace entre celle-ci et la rive droite offre aux bateaux la possibilité de se réfugier lorsque le temps est mauvais. Suivant une enquête , l'ingénieur ordinaire Dubrac propose trois projets pour améliorer la gare : - construire une levée insubmersible offrant un abri assuré aux bateaux - rectifier et approfondir la gare - entretenir la gare au , côté rive gauche). Il semble que la gare est abandonnée suite à la seconde campagne de travaux des épis de Chouzé (1836-1841), ces ouvrages rendant difficile l'accès à l'entrée de la gare.
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    n'existe plus aujourd'hui en raison du comblement de l'espace situé entre l'île et la rive droite.
    Illustration :
    Extrait de la carte de Cassini levée entre 1756 et 1789. L'île Bourdon existe encore à cette Plan de la gare de l'Ile Bourdon à Chouzé avec projet d'une levée d'entourage de cette gare dressé Profil de la gare de l'Ile Bourdon à Chouzé avec projet d'une levée d'entourage de cette gare
  • Port dit port Saint-Jean
    Port dit port Saint-Jean Blois - Promenade Pierre Mendes-France - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    semble que la demande n'aboutisse pas dans l'immédiat mais à partir de 1770 la grève est enfin 1790, les commissionnaires et mariniers de la ville de Blois demandent à ce que les trois boucles d'amarrage du glacis du bourg Saint-Jean emportées par la débâcle soient remplacées, qu'il en soit ajoutées -Jean pour garantir le faubourg et la ville basse des inondations. L'ingénieur en chef reprend cette besoins du commerce et la ville a l'intention de réduire sa longueur en prolongeant le terre plein du Mail dans les travaux de défense contre les inondations à Blois. L'ingénieur expose que la ville est partout terrasse (tablier) surplombant la partie basse appelée "bas-port". En outre, on établirait une double rampe 1849, lorsque les ingénieurs du Service Spécial de la Loire présentent un projet de défense contre les inondations au conseil municipal, ils exposent le danger que les crues de la Loire pénètrent dans la ville par atteint par la Loire en 1846 tandis que les autres quais dominent ce niveau d'environ 50 cm. Les
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port Saint-Jean est situé sur la rive droite en amont du Mail. Il se compose d'une cale à toute sa longueur (du même type que celui de la culée du pont Jacques Gabriel).
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Blois avec localisation des ports sur un fond de plan de 1845 et 1870 Vue de la ville de Blois et de la Loire, en amont du pont, rive droite, non datée (entre 1730 et Plan dit de Boyer, non daté, entre 1730 et 1770. Détail sur la rive droite en amont du pont Plan de Blois au XVIIIe (avant 1770 : le port Saint-Jean n'est pas aménagé). Détail du plan de la Plan de la Loire dans la traversée du département du Loir-et-Cher, 2 mai 1812, ingénieur Cabaille . Détail sur la ville de Blois. (archives nationales, F 14 608/1). IVR24_20104100699NUCA Extrait du plan de la ville de Blois, 9 juillet 1828 par l'ingénieur en chef. Détail. (archives Vue de Blois au XIXe siècle (vers 1830), par E. Burges. Vue prise depuis le port de la Creusille Plan de la jonction entre le port Saint-Jean et le Mail, 1832. (archives municipales de Blois, 1 O Plan de la jonction entre le port Saint-Jean et le Mail, 16 septembre 1832, ingénieur en chef
  • Port dit port de Recouvrance
    Port dit port de Recouvrance Orléans - quai Barentin quai Cypierre - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    , intendant des Turcies et Levées de la Généralité. En 1730, un arrêt du Conseil d'Etat ordonne à la municipalité le nivellement et le pavage du quai du port depuis la porte Saint-Laurent jusqu'au Châtelet. Ce de leur port, délaissé jusque . Des projets témoignant de ces nouvelles préoccupations voient le jour. Ainsi, Desroches, ingénieur du roi, dresse en 1738 un plan depuis la porte de Recouvrance jusqu'à la tour Saint-Laurent avec projet d'établir à ce dernier emplacement un grand abreuvoir et un port au Vin. En 1748, l'intendant Charles Barentin projette la réalisation d'un nouveau quai de 190 toises de long (environ 370 mètres) en aval de la porte de Recouvrance. Ces travaux nécessitent la démolition de la tour Rose et de celle de Recouvrance. Contrairement au projet de Desroches, celui de Barentin aboutit. Au milieu du XVIIIe siècle, la construction d'un nouveau pont, en remplacement de celui des fait construire, à partir de 1768, un quai qui a conservé son nom entre le pont Royal et la porte
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    Le port de Recouvrance est situé sur la rive droite en aval du pont Royal. Il mesure 700 mètres de
    Illustration :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Orléans (Loiret) - Les principaux aménagements Plan de la ville avec fortifications et aménagements portuaires, XVIIIe siècle (1630-1636 Plan de la Loire, non daté (XVIIIe siècle). Détail. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 Plan de la ville d'Orléans par Perdoux, 1773. Détail. (musée historique et archéologique de Plan d'une partie du cours de la Loire au-dessus et en dessous d'Orléans, 10 novembre 1806, par Vue du port de Recouvrance depuis la rive gauche (les Capucins), 1807, par Salmon. (collection Vue de la ville d'Orléans prise de l'Ile Arrault, 1807, lithographie d'après Salmon. (collection Plan pittoresque de la ville représentant en perspective les édifices publics, par Charles Pensée Le port de Recouvrance, aquarelle de Charles Pensée vers 1840. Présence d'une grue. (musée de la Entrée de la rue Royale et quai de Recouvrance, gravure d'après un dessin de Charles Pensée, non
  • Port dit port du Petit Pré
    Port dit port du Petit Pré Blois - levée des Tuileries - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    général des travaux à exécuter pour la défense de la ville de Blois, d'améliorer la partie aval du port ouvrages sont finalement réalisés (ils sont encore visibles aujourd'hui). La même année, l'ingénieur en 1873) pour le service d'élévation des eaux de la Loire au milieu du port du Petit Pré.
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    jusqu'à la levée des Tillières sur environ 620 mètres de long. Il est aujourd'hui équipé de deux petites
    Illustration :
    La traversée de la Loire à Blois avec localisation des ports sur un fond de plan de 1845 et 1870 Carte de la Loire non datée (entre 1844 et 1858), détail. (archives départementales du Loiret Plan des diverses parties du port de Blois à joindre au projet de règlement sur la police de la Carte de la Loire dans la traversée du Loir-et-Cher, non datée (vers 1850). Détail. (archives Plan de la ville de Blois dressé par les soins de l'administration municipale, Bressler géomètre voyer de la ville, 1855. Détail sur le port du Petit Pré. (archives nationales, CP F 14 10216/4, pièce 2 Nouveau plan de la ville de Blois avec les agrandissements et les nouvelles voies projetées, par J . Bressler géomètre voyer de la ville, publié en 1857. Détail. (bibliothèque Abbé Grégoire, Blois, RLV 351 Plan général des travaux à exécuter pour la défense de la ville de Blois contre les inondations par Défense de la ville de Blois contre les inondations de la Loire, 27 avril 1860, ingénieur ordinaire
  • Port dit port refuge de l'Aubois
    Port dit port refuge de l'Aubois Marseilles-lès-Aubigny - le Bourg - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    A Marseilles-les-Aubigny, la rivière de l'Aubois débouche dans le fleuve perpendiculairement. Elle servait autrefois d'abri pour les bateaux lors des débâcles et des crues. La carte de la Loire levée en étaient alors aménagés (présence d'épis). En 1820 l'ingénieur ordinaire Dumas fait observer que la existant. L'entrée de la gare doit être resserrée par deux musoirs demi coniques pour empêcher les glaces 1820 par le Conseil général des ponts-et-Chaussées mais en 1821, à la demande du même Conseil, il est décidé de ne réaliser qu'un seul des deux bassins (celui qui communique avec la Loire). Le nouveau projet réalisés, peut-être en raison du début des travaux du canal latéral à la Loire en 1822. Le plan Grenier la construction du pont-canal franchissant l'Aubois.
    Hydrographies :
    la) ; Aubois Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    , subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n
    Description :
    à l'embouchure de la rivière de l'Aubois.
    Illustration :
    Carte de la Loire, plan géométrique dressé par Auguste Grenier sous la direction de M. Zeiller , 1851. Détail sur Marseilles-les-Aubigny. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800733NUCA
  • Port dit port refuge du Vivier
    Port dit port refuge du Vivier Cour-sur-Loire - le Vivier - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le lit de la Tronne semble avoir été utilisé très tôt par la navigation : en 1516, un texte mentionne sur cette rivière un "port de Nuzaye" près du pont de Fleury (actuellement lieudit "la Nuzée" à loin du bourg de Suèvres, confirme cet usage. L'utilisation de l'embouchure de la Tronne comme refuge d'améliorer la gare depuis son embouchure jusqu'au lieu appelé "le grand port" par l'arrachage des arbres et état descriptif de la dépense est rédigé l'année suivante par l'ingénieur Cabaille qui propose de l'ingénieur Duffaud : il propose de créer une gare de 20 mètres de large entre le pont de Fleury et la Loire , moins ambitieux, est approuvé en 1842 et réalisé en 1844-1845 par l'Etat. Le lit de la Tronne est alors . Le 10 novembre 1845, un règlement de police est mis en place pour organiser le stationnent et la circulation des bateaux dans la gare : ceux-ci doivent notamment se ranger le long de la rive droite, sur deux files et suivant leur ordre d'arrivée. La rive gauche est réservée au halage. La gare a, semble-t-il
    Hydrographies :
    la) ; Tronne Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n
    Description :
    Le port refuge du Vivier est situé rive droite, à l'embouchure de la rivière de la Tronne (à environ 9 kilomètres en amont de Blois). L'embouchure de la rivière a tendance à se déplacer vers l'aval
    Illustration :
    Cours de la Loire au XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, CP F 14 100 66/3, pièce 3 Extrait de la carte de Trudaine, entre 1745 et 1780. (archives nationales, CP F 14 bis 8493 Plan du cours de la Loire dans le Loir-et-Cher, 15 mars 1834. Détail. (archives nationales, F 14 Plan de la gare du Vivier par l'ingénieur Delaitre, 13 août 1852. (archives départementales du Loir Plan de la gare du Vivier, 8 janvier 1881, par l'ingénieur ordinaire Heude. (archives Plan de la gare du Vivier par l'ingénieur ordinaire Humbert, 19 février 1886. (archives L'embouchure de la Tronne au début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie La rivière de la Tronne au Vivier au début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (musée de la La rivière de la Tronne au Vivier au début du XXe siècle. Carte postale ancienne. (musée de la Embouchure de la Tronne, vers 1900. Carte postale ancienne. (archives départementales du Loir-et