Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Port dit port de Bouteille
    Port dit port de Bouteille Guilly - Bouteille - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    la carte de l'ingénieur Collin. En 1863, suite à une demande du conseil municipal de Guilly de Le port de Bouteille est mentionné depuis le XVIIIe siècle sur la commune de Guilly. Une carte de Bouteille en 1818. En 1852 le port, situé à 50 m en amont du hameau de Bouteille, mesurait 50 mètres sur 30 mètres et présentait une surface de 15 ares. C'était un port privé et aucune indemnité n'était perçues pour le dépôt des marchandises. Ces dernières consistaient en charbon de bois, planches de chêne, bois de charpente et à brûler (marchandises embarquées) et à environ 350 hectolitres de houille et 40 hectolitres de plâtre par an (marchandises débarquées). Les trois cales actuelles sont mentionnées en 1858 sur construire une rampe au port de Bouteille, l'ingénieur Sainjon propose la réalisation d'une rampe de 4 mètres de large présentant une pente de 12 cm par mètre. Il semble que ce projet consistait à remplacer une rampe ancienne plus étroite (2 mètres) et plus pentue (20 cm par mètre). Il n'a pas été possible de
    Référence documentaire :
    Encre et aquarelle sur papier, Ech. 300 toises, 115 x 53, détail. (archives nationales, site de Encre sur papier, détail, 1848-1858. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2500e, section E, détail, 1809. (archives départementales du Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/5000e, détail, 1834. Par Navarre (ingénieur). (archives nationales, site de Paris, CP F 14 10066/1, dossier 1, pièce 1). (cf. illustration n° IVR24_20094500212NUCA).
    Précision dénomination :
    Port de levée
    Description :
    Situé rive gauche, ce port se compose de trois cales abreuvoirs simples et d'un perré comprenant des escaliers, une échelle de crues et un anneau d'amarrage en pierre.
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Titre courant :
    Port dit port de Bouteille
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Cours de la Loire, rive gauche, XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 Plan du cours de la Loire par l'ingénieur en chef du Loiret Navarre, 1834, détail. (archives , 25 mai 1858 : détail mentionnant les trois cales du port de Bouteille. (archives départementales du Extrait du cadastre napoléonien de 1809, détail sur les hameaux de Bouteille et de la Tuilerie . (archives départementales du Loiret, 3 P 164). IVR24_20094500213NUCA nationales, site de Paris, CP F 14 10066/1, dossier 1, pièce 1). IVR24_20094500212NUCA Carte de la Loire de Briare à Nantes par l'ingénieur Coumes (1848) annotée par l'ingénieur Collin
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Guilly (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Guilly (Loiret) Guilly
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    On trouve mention sur la commune de Guilly d'un port au lieudit Bouteille dès le XVIIIe siècle. Il y avait également un service de bac reliant Guilly à Saint-Benoît-sur-Loire. En 1851, ce bac eaux, le point d'abordage se trouvait au port de Bouteille (une cale du port est alors utilisée à cette fin). Le reste du temps, l'abordage s'effectue vis à vis du port de Saint-Benoît (c'est le talus du chantier qui sert de rampe d'abordage). On estime à cette date qu'il serait nécessaire d'élargir la cale du premier point et de construire une rampe d'abordage sur le second point. En outre, la commune conserve une
    Référence documentaire :
    (ingénieur). (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier 1, pièce 1). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur papier, Ech. 300 toises, 53 x 162, détail. (archives nationales, site de AD Loiret, liasse 30938. Demande du conseil municipal de Guilly de construire (ou reconstruire) une Encre sur papier, détail, 1848-1858. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives nationale de France, Cartes et Plans : GE DD 2987 n° 1219). (cf. illustration n° IVR24_20094500216NUCA). AD Loiret, 2 S 95. Tableau présentant les noms et fonctions de certains gardes-ports, 15 mars 1854. service spécial de la Loire par le conducteur principal, 30 novembre 1852 : mention du port de Bouteille. AD Loiret, 2 S 100. Renseignements sur les ports d'embarquement et de débarquement placés sur le littoral de la Loire, 3ème et 4ème subdivisions, 30 juillet 1852, rapport dressé par le conducteur. rives de la Loire (1er arrondissement, 3ème section), 26 mars 1851.
    Description :
    La commune de Guilly, établie sur la rive gauche du fleuve, présente un seul port situé vis à vis le hameau de Bouteille.
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Guilly (Loiret)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Carte de la Loire, rive gauche, XVIIIe siècle : détail sur le hameau de Bouteille. (archives . Détail sur Guilly et Bouteille. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier 1, pièce 1 port de Bouteille. (Archives départementales du Loiret : liasse 30936). IVR24_20094500224NUCA Carte du cours de la Loire depuis Briare jusqu'à Orléans, par Mathieu, vers 1709 : détail . (bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans : GE DD 2987 n° 1219). IVR24_20094500216NUCA nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/4, dossier 4, pièce 1). IVR24_20074500591NUCA Plan du cours de la Loire dans le département du Loiret par l'ingénieur Navarre, 11 février 1834 Carte de la Loire de Briare à Nantes par l'ingénieur Coumes (1848) annotée par l'ingénieur Collin , 25 mai 1858 : détail avec mention de l'emplacement du bac, de la croix Tibi et des trois cales du Aménagement de la berge en aval du hameau de Bouteille. IVR24_20094500220NUCA
  • Issoudun : buste de Léon Bonnenfant (disparu)
    Issoudun : buste de Léon Bonnenfant (disparu) Issoudun - square Champs-Elysées - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    LEON BONNENFANT / ARCHITECTE / AUTEUR DE CE JARDIN / 1887 (sur le piédestal).
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Issoudun : buste de Léon Bonnenfant (disparu)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Combier, imprimerie à Mâcon, Archives municipales d'Issoudun, Fi 00949_01). IVR24_20183600671NUCA
  • Paulnay (Indre) : église Saint-Étienne, 7 verrières de Jean Mauret
    Paulnay (Indre) : église Saint-Étienne, 7 verrières de Jean Mauret Paulnay - Place de l'Église - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    devis actualisé. Lors du Conseil municipal du 25 juin 2010, il est décidé de retenir le devis de Jean En juillet 2009, probablement à la demande de l'architecte des bâtiments de France, Jean Mauret propose un devis pour réaliser des vitraux de création dans six baies de la nef et dans la baie ouest (8 m ² au total) de l'église de Paulnay. Rien ne se fait dans l'immédiat et il faut attendre presque un an (juin 2010) pour que l'artiste soit de nouveau sollicité et envoie au maire des maquettes ainsi qu’un Mauret. Les travaux tardent à commencer et sont conduits de janvier à mai 2011 (d'après une attestation signée de l'architecte des bâtiments de France, Guy de Saint-Bonnet). Les nouveaux vitraux sont facturés
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives. Conservation régionale des Monuments historiques, DRAC Centre : archives. Dossier église Saint
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    pièce originale de vitrail
    Description :
    L'église de Paulnay présente des créations de Jean Mauret dans six baies de la nef (3, 5, 6, 7, 8 , 10) et dans la baie ouest (101). En juin 2010, lors de l'envoi de ses maquettes, il explique son projet : « la trame de ces vitraux est sobre et repose sur un principe qui me guide depuis des années pour dégager une harmonie de lumière dans l’édifice : la simplicité. Simplicité ne veut pas dire simplisme et la dynamique de ces verrières repose sur le léger décalage qui existe entre la verticalité des et leur transparence, avec une application ponctuelle de jaune à l’argent qui vient rehausser le dessin qui est entièrement calibré et non mécanique ; les pièces de couleur foncée qui ponctuent la surface permettent de visualiser le plan vertical de la baie et de préciser le rapport du vitrail à l’architecture". Les sept verrières présentent une composition analogue. Les bordures sont constituées de deux bandes, l'une extérieure fine en verre blanc opalescent est ponctuée de petits carrés de couleurs
    Localisation :
    Paulnay - Place de l'Église - en village
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Atelier de Jean Mauret Saint-Hilaire-en-Lignières
    Titre courant :
    Paulnay (Indre) : église Saint-Étienne, 7 verrières de Jean Mauret
    Illustration :
    Plan de situation des baies de l'église Saint-Etienne de Paulnay. En rouge, l'emplacement des cm, Ech. 1/20e. Maquettes conservées à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières divers, échelle 1/20e. Maquettes conservées à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières divers, échelle 1/20e. Maquettes conservées à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20143600103NUC2A . Carton conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20133601046NUC2A , échelle 1. Carton conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20133601045NUC2A Vue d'ensemble de la façade occidentale avec la baie 101. IVR24_20163601625NUCA Vue d'ensemble de la baie 3 (nef nord). IVR24_20163601622NUCA Vue d'ensemble de la baie 5 (nef nord). IVR24_20163601623NUCA
  • Lacs (Indre) : église Saint-Martin, 8 verrières de Jean Mauret
    Lacs (Indre) : église Saint-Martin, 8 verrières de Jean Mauret Lacs - rue Laisnel de Salle - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    l’inspecteur général Jacques Dupont et, en juin 1976, le conseil municipal sollicite une aide financière de , d'un chœur plus étroit et d'une abside semi-circulaire. A l’extérieur, celle-ci est ornée de modillons géométriques ou à têtes animales. On remarque également le réemploi, sous la corniche, de trois bas-reliefs gallo-romains figurant des divinités. Les vitraux : D'après l'architecte des Bâtiments de France Jacques Lamy, jusqu'en 1976 les baies de l’église sont fermées par du "verre cathédrale et quelques demandent à être remplacées. En janvier de cette même année, Jean Mauret propose un devis pour la réfection des 8 vitraux de l’église (surface de 6,20 m² au total). Les maquettes sont approuvées par l’État. Une subvention de 40 % est accordée et les 60 % restant sont financés par la famille du jeune curé de Lacs, Max Huot de Longchamps. Les nouveaux vitraux sont réalisés durant l'automne 1976 et facturés au mois de décembre suivant. Dans la nef est présentée, dans une boîte lumineuse, l'ancienne
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    dominante résultant de l'emploi du jaune d'argent. Le vitrail de la baie d'axe (0) diffère des sept autres . Il se compose de rectangles et de carrés irréguliers, parfois marqués d'une croix ou d'une diagonale foncé) et à la grisaille (hachures, aplats, effets plus ou moins opaques). Ces superpositions de teintes enrichissent le vitrail de tons jaunes, orangés, verts (bleu + jaune) et bruns. Les verres transparents plaqués partie centrale de rectangles marqués de croix irrégulières en plomb. Les verres sont transparents , parfois très légèrement teintés. Les bordures composées de rectangles transparents sont agrémentées de touches horizontales jaunes (jaune d’argent). La technique de la grisaille n'a pas été employée sur ces
    Localisation :
    Lacs - rue Laisnel de Salle - en village
    Titre courant :
    Lacs (Indre) : église Saint-Martin, 8 verrières de Jean Mauret
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Numérotation des baies de l'église Saint-Martin de Lacs. En rouge, l'emplacement des vitraux Vue d'ensemble du choeur et de la baie 0. IVR24_20163601412NUCA Vue d'ensemble de la baie 0 (choeur). IVR24_20163601403NUCA Vue d'ensemble de la baie 1 (choeur). IVR24_20163601405NUCA Vue d'ensemble de la baie 2 (choeur). IVR24_20163601404NUCA Vue d'ensemble de la baie 3 (nef nord). IVR24_20163601407NUCA Vue d'ensemble de la baie 4 (nef sud). IVR24_20163601406NUCA Vue d'ensemble de la baie 5 (nef nord). IVR24_20163601409NUCA Vue d'ensemble de la baie 6 (nef sud). IVR24_20163601408NUCA Vue d'ensemble de la baie ouest (101). IVR24_20163601410NUCA
  • Cluis (Indre) : église Saint-Étienne et Saint-Paxent, 2 verrières de Jean Mauret
    Cluis (Indre) : église Saint-Étienne et Saint-Paxent, 2 verrières de Jean Mauret Cluis - rue de l'Église - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscriptions concernant l'auteur et les dates de réalisation : "J. Mauret 1972" (baie 9) ; "J
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Historique :
    . En novembre 1971, une délibération du conseil municipal de Cluis demande l’autorisation de mettre en Conseil municipal émet un avis favorable au sujet de la maquette proposée par l'artiste en juillet 1975 flanquée de chapelles latérales élevées au 15e siècle. Le clocher, initialement élevé à la croisée du place un vitrail dans la chapelle abritant la statue de la Trinité. Jean Mauret rédige un devis et , l'architecte des Bâtiments de France, Jacques Lamy, exprime sa préférence pour la maquette n° 2 qui selon lui assombrira moins l'intérieur de la chapelle. Cependant, l'inspecteur principal des Monuments historiques, M . Feray, donne un avis défavorable au projet de Jean Mauret et demande à rencontrer ce dernier sur place pour la réalisation du vitrail de la baie 11, situé dans une autre chapelle nord de l'église. Le Commission d'Art Sacré de l'Indre en août suivant. Le vitrail est réalisé durant l'automne, et facturé en
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives. Conservation régionale des Monuments historiques, DRAC Centre : archives. Dossier église Saint
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    première (baie 9), à dominante bleue, est constituée de 12 éléments ovales (mandorles) ponctués de petits . La seconde baie (n° 11) présente des tonalités jaunes, blanches et bleues. Elle se compose de bandes horizontales de rectangles irréguliers placés verticalement. La bordure est traitée de manière identique . Beaucoup de verres sont travaillés à la grisaille et/ou au jaune d’argent. Le tympan ajouré, à dominante
    Localisation :
    Cluis - rue de l'Église - en village
    Titre courant :
    Cluis (Indre) : église Saint-Étienne et Saint-Paxent, 2 verrières de Jean Mauret
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Numérotation des baies de l'église Saint-Étienne et Saint-Paxent de Cluis. En rouge, l'emplacement Maquettes réalisées en 1972 (baie 9). Encre et gouache sur papier. Document conservé à l'atelier de Maquette réalisée en 1972 (baie 9). Encre et gouache sur papier. Document conservé à l'atelier de Maquette dessinée en 1975 pour la baie 11. Gouache sur papier, 20 x 31 cm. Atelier de Saint-Hilaire Vue d'ensemble de la baie 11. IVR24_20113600421NUC4A
    Structures :
    jour de réseau
  • Levroux : statue, Berger allongé (Berger couché sur le ventre)
    Levroux : statue, Berger allongé (Berger couché sur le ventre) Levroux - place de l'Hôtel-de-ville - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Signature (sur la terrasse au pied à dextre) : E. NIVET - Titre de l’œuvre (erroné) et inscription
    Historique :
    de Tours en 1923. Un exemplaire grandeur d'exécution en plâtre patiné est acheté par la ville de reçoit une médaille de 3e classe, deux ans après l'achat par l’État du Berger debout (jardin de la préfecture de l'Indre) ; une réduction en bronze au quart est acquise par l’État en 1917 et déposée au musée Châteauroux en 1907 (musée de Châteauroux). Cette transcription en pierre date de 1917-1923 et est exécutée pour le maire Me Bouillon qui la donne à la Ville ; elle est alors placée dans le jardin public de la
    Observation :
    : sculpteur Indrois né à Levroux, don du maire dans les années 1930, sujet représenté tiré des plaines de Champagne berrichonne toutes proches. - Représentativité de son époque d'exécution par sa catégorie (statue
    Référence documentaire :
    Archives nationales. F21/4166. Achat d'une statue "Berger couché" de Nivet (Dossier 75). "Les Salons de 1906" (reproduction du "Berger couché"). Le Mois littéraire et pittoresque, VIIIe LACOUR, Francesca. Sur les Pas d’Ernest Nivet dans l’Indre. Œuvres de plein air (1899-1947 p. 131-149 LACOUR, Lucien. Ernest NIvet : le temps des "Bergers". Revue de l'Académie du Centre
    Représentations :
    Le berger est représenté en habit simple avec un chapeau mou et un sabot glissant de son pied ; il
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    encore les traces de gradine large sur les parties non modelées à grands traits.
    Localisation :
    Levroux - place de l'Hôtel-de-ville - en ville
    États conservations :
    altération biologique de la matière
    Annexe :
    Archives nationales. F21/4166. Achat d'une statue "Berger couché" de Nivet (Dossier 75). Rapport quart en bronze (déposée au Musée de Tours). « Comme traduction définitive, le bronze de M. Ernest Nivet de l'Inspecteur des Beaux-Arts du 12 septembre 1917 sur l'opportunité de l'achat de la réduction au ne mérite que des éloges. De l'examen auquel, suivant vos instructions du 11 courant, j'ai procédé au me semble pas à la hauteur de l'exécution. Cette statue, ou mieux cette statuette, car le Berger couché est au « quart de nature » figure un jeune homme à plat ventre sur le sol, le visage à peine visible et n'offrant aux regards du public que les parties les moins expressives de son individu. Cette de sa province, car il est fixé à Châteauroux) a envoyé des spécimens plus ou moins réussis à nos derniers salons, mais comporte-t-elle le minimum d'intérêt indispensable pour recevoir, dans une de nos
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la statue avec la collégiale Saint-Sylvain et la mairie en arrière-plan Vue de trois quarts gauche de la statue. IVR24_20123600707NUC4A
  • Issoudun : monument à Balzac
    Issoudun : monument à Balzac Issoudun - rue de la Grande-Navette rue de la Petite-Navette - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Dédicace : ISSOUDUN / A / BALZAC / 1930 (sur la stèle) - de Balzac / David 1843 (sur le médaillon).
    Historique :
    Le monument en l'honneur d'Honoré de Balzac, don du docteur Moreau-Defarges, est inauguré le 29 sculpteur David d'Angers datée de 1843 (tirage posthume), échappe aux envois à la fonte pendant l'Occupation.
    Référence documentaire :
    BRUEL, André (édit.). Les Carnets de David d’Angers. Paris : Plon, 1958. CASO, Jacques de. David d’Angers : l’avenir de la mémoire. Paris : Flammarion, 1988.
    Représentations :
    homme de lettres
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Issoudun - rue de la Grande-Navette rue de la Petite-Navette - en ville
    Dimension :
    la 140.0 centimètre base de la stèle pr 140.0 centimètre base de la stèle
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    postale CIM, Jean Combier, imprimerie à Mâcon, Archives municipales d'Issoudun, Fi 00949_01 Vue générale du monument au centre de la place. IVR24_20123600681NUC4A Vue d'ensemble du monument de trois quarts arrière. IVR24_20123600685NUC4A Vue de face du monument. IVR24_20123600682NUC4A Le médaillon, avec la signature imitée de Balzac à gauche et la signature sous la tête : DAVID
  • Ciron : monument à  Sivel et Croce-Spinelli
    Ciron : monument à Sivel et Croce-Spinelli Ciron - rue de l'Église-Saint-Georges - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Dédicace (sur la face avant de l'obélisque) : [dans l'aérostat dessiné] "LE/ ZENITH" ; "A LA MEMOIRE DE/ TH. SIVEL ET CROCE-SPINELLI/ MORTS POUR LA SCIENCE/ DANS LES HAUTES REGIONS/ DE L'ATMOSPHERE
    Historique :
    monument commémoratif, qui emporte l'adhésion du conseil municipal de Ciron le 9 mai 1875. Le ministère de L'accident de l'aérostat "le Zénith", qui s'écrase à Ciron le 15 avril 1875, fait deux victimes forte à l'échelle nationale, se traduit localement par l'initiative du comte de Bondy d'ériger un l'Instruction publique (pour 300 francs) et la Société française de navigation aérienne participent au à la mort au cours de l'accident, est l'architecte qui dessine le projet dès 1875. Au cours du 20e siècle, le monument perd sa couronne de pierre. Une souscription publique et une subvention de la Ville de Paris permettent la commande en 1880 au sculpteur Dumilâtre de la tombe des deux aéronautes au
    Observation :
    locale d'une émotion nationale de 1875.
    Référence documentaire :
    Archives nationales. F21/4401 (Attributions d’œuvres d'art). Monument élevé aux victimes de la catastrophe du "Zénith" (tombeau de Sivel et Crocé-Spinelli).
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument est situé près du monument aux morts de la commune, sur un terre-plein. Un socle , prenant la forme d'un obèle supporte l'obélisque qui sert de support à une urne. Les formes de l'ensemble
    Localisation :
    Ciron - rue de l'Église-Saint-Georges - en ville
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'obélisque avec la grille d'entourage. IVR24_20123600841NUC4A Détail des inscriptions du corps de l'obélisque, avec le dessin d'un aérostat
1