Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 174 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres
    Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1985 AB 23
    Auteur :
    [sculpteur] Berruer Pierre-François
    Annexe :
    Notre-Dame du Pilier. Mobilier monumental Stèle. Pierre, percée de deux petites cavités, cassée à la de saint Louis, saint François d'Assise, la Vierge Marie Reine du Ciel, le Christ aux outrages et et tabernacle, pierre, milieu 20e siècle, chapelle Saint-Joseph (anciennement Saint-Julien). Autel ., chapelle du Sacré-Cœur (chapelle axiale). Chapelle entièrement décorée en 1867. Autel secondaire, pierre secondaire, tabernacle, gradin d’autel, style néo-gothique, pierre polychrome, 19e siècle, chapelle de Vendôme. Autel, crypte, chapelle de Notre-Dame de Sous-Terre. Autel secondaire, pierre polychrome et dorée . OCT. MDCCCLX./AB.EP. TORONTINO, crypte, première chapelle rayonnante sud. Autel secondaire, pierre surmontés de chapiteaux, croix et chrismes, crypte, chapelle Saint-Clément. Autel, pierre polychrome et . BLESENI., crypte Saint-Lubin. Autel, pierre polychrome et dorée, 1860, style néo-roman. Inscription sur le . Autel secondaire, pierre, 1860, style néo-gothique. Inscription sur le côté gauche : C.D. XXIV. OCT
    Texte libre :
    passée avec le sculpteur Pierre-François Berruer prévoit, à la partie supérieure, deux scènes bibliques pierre. Cet ensemble devrait être prochainement présenté dans le Trésor rénové. Le labyrinthe Au sol pierre, rappelant une façade d’église avec sa succession de portails couronnés de gâbles du côté de la restent offerts à la convoitise des habitants qui peuvent se procurer librement fers et pierres clôture de choeur monumentale en pierre est prise dans la première décennie du 16e siècle : cliquez ici , exécute plus d’une centaine de stalles en chêne des Vosges et de Hollande et Pierre-Louis Salez sculpte en vente. Elle se trouve depuis 1871 dans la basilique Saint-Pierre de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône accostée de massifs en pierre de Tonnerre, pierre fine et blanche, ornés de hauts-reliefs. La commande . Goudji fait don des pierres ornementales et de son travail. Pour réaliser son œuvre, il utilise l’or deux peintres chartrains, Philippe Delaronce et Pierre Pauvert, et à un peintre parisien, Antoine
    Illustration :
    "L'Annonce aux bergers", bas-relief provenant du jubé médiéval (13e siècle, pierre pierres précieuses et semi-précieuses). IVR24_19972800052XA
  • Tableau : saint Pierre
    Tableau : saint Pierre Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Représentations :
    saint Pierre
    Localisation :
    Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Titre courant :
    Tableau : saint Pierre
  • Statuette : saint Pierre
    Statuette : saint Pierre Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Référence documentaire :
    1999]. A l'Ombre des rois Le Grand Siècle d'Orléans, Hôtel-Dieu et hôpitaux, Saint Pierre. Orléans
    Représentations :
    saint Pierre, en pied, livre
    Titre courant :
    Statuette : saint Pierre
  • Église Saint-Pierre-du-Martroi
    Église Saint-Pierre-du-Martroi Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi - en ville
    Historique :
    L'église Saint-Pierre du Martroi doit son nom actuel à sa proximité immédiate avec la place du Martroi. Elle est primitivement connue sous le vocable de Saint-Pierre-Ensentelée, vocable qui perdura autre église, appelée Saint-Pierre, aurait donné naissance au vocable saint-Pierre Ensentelée Il correspondrait à « Saint-Pierre et Sainte-Lée » ou à « Saint-Pierre dans Sainte-Lée ». Mais une charte de ), locution d'où proviendrait le vocable de Saint-Pierre Ensentelée. L'église restera longtemps une chapelle est établi à l'emplacement des ruines. Remise en état de 1501 à 1504, grâce à l'assistance de Pierre : saint François de Sales y prêche plusieurs fois en 1619. Elle profite également de la transformation du quartier (ouverture de la rue d'Escures, construction d'hôtels particuliers) suscitée par le maire Pierre Fougueu d'Escures. Ce dernier, paroissien de Saint-Pierre, laisse à sa mort en 1621 une importante alors les sépultures et on en arrache les épitaphes. Celle de Pierre Fougueu d'Escures se trouve
    Référence documentaire :
    [Exposition]. Rouen, Musée des Beaux-Arts de Rouen.1970. Jean Restout (1692-1768). Réd. Pierre et l'ancienne église Saint-Pierre-Ensentelée. Bulletin de la Société archéologique et historique de Restaurations de l'église St Pierre du Martroi. Annales religieuse du diocèse d'Orléans samedi 20
    Description :
    L'église Saint-Pierre du Martroi est la seule église d'Orléans construite en briques. La façade ogivales, placées dans des encadrements de pierres, qui se détachent sur le mur de briques. Elles sont séparées par de minces contreforts en pierres. Le bas-côté nord n'a pas de fenêtres. La porte qui s'ouvre
    Localisation :
    Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi - en ville
    Titre courant :
    Église Saint-Pierre-du-Martroi
    Vocables :
    Saint-Pierre-du-Martroi
    Illustration :
    Dessin ancien de la place du Martroi, avec le pignon de Saint-Pierre du Martroi à l'arrière plan Saint-Pierre du Martroi, lithographie 19e : façade. (collection particulière). IVR24_19784501898X
  • Tableau : Apparition de la Vierge à saint François
    Tableau : Apparition de la Vierge à saint François Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Historique :
    Ce tableau décorait la chapelle de l'Officialité : il a été transféré dans l'église Saint-Pierre-du
    Représentations :
    Apparition de la Vierge à l'Enfant à saint François d'Assise
    Localisation :
    Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Titre courant :
    Tableau : Apparition de la Vierge à saint François
  • Tableau : saint François de Paule ressuscitant un enfant
    Tableau : saint François de Paule ressuscitant un enfant Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Historique :
    Saint François de Paule (1416-1507) fut le fondateur de l'ordre des Minimes en 1435. Le tableau est François Tortebat et Jean Boulanger datée de 1655 d'après un tableau disparu de Simon Vouet peint pour le
    Représentations :
    saint François de Paule, miracle, enfant, femme, ange, draperie
    Titre courant :
    Tableau : saint François de Paule ressuscitant un enfant
  • Ensemble de 3 tableaux : saint Pierre recevant les Clés, saint Pierre guérissant un infirme, saint Pierre délivré par un ange
    Ensemble de 3 tableaux : saint Pierre recevant les Clés, saint Pierre guérissant un infirme, saint Pierre délivré par un ange Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Inscriptions & marques :
    En bas à gauche du panneau central et de l'Institution de Saint Pierre : RESTOUT. Angle inférieur droit de Saint Pierre guérisant un boîteux : RESTOUT.
    Historique :
    , inventoriés la même année. Transférés en 1803 au Jardin des Plantes d'Orléans. Rendus à Saint-Pierre-du 1960, le panneau de gauche et celui de droite furent intervertis. Saint Pierre guérissant le boîteux
    Référence documentaire :
    [Exposition]. Rouen, Musée des Beaux-Arts de Rouen.1970. Jean Restout (1692-1768). Réd. Pierre
    Représentations :
    saint Pierre Saint Pierre et celui de la guérison du boîteux ont une composition semblable : Pierre est agenouillé répondent donc par la forme et s'éclairent mutuellement : le miracle opéré par saint Pierre est ainsi mis en
    Localisation :
    Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Titre courant :
    Ensemble de 3 tableaux : saint Pierre recevant les Clés, saint Pierre guérissant un infirme, saint Pierre délivré par un ange
    Illustration :
    Panneau central : saint Pierre délivré de prison. IVR24_19824500242XE Panneau latéral : l'Institution de saint Pierre. IVR24_19824500243XE Panneau latéral : saint Pierre guérissant un boîteux. IVR24_19824500245XE L'institution de Saint Pierre : détail de la signature, Restout. IVR24_19824500244X
  • Présentation du mobilier de l'église Saint-Pierre du Martroi
    Présentation du mobilier de l'église Saint-Pierre du Martroi Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Historique :
    l'Officialité, et replacés ensuite dans l'église Saint-Pierre-du Martroi quand cette chapelle a été désaffectée Jérôme, de l'Apparition de la Vierge à saint François et de saint Vincent de Paul. Une sixième toile , l'Adoration des Mages, attribuée à C. Hallé, qui appartient également à Saint-Pierre du Martroi, a été déposée transférés à la même époque à Saint-Pierre-du-Martroi, en provenance de l’évêché d'Orléans.
    Localisation :
    Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Titre courant :
    Présentation du mobilier de l'église Saint-Pierre du Martroi
    Annexe :
    ). Bénitier, pierre, marbre veiné (noir, blanc, rouge). (Fig. 4). Ensemble de sept éléments de stalles, chêne quart du 19e siècle. (Fig. 8). Ensemble de cinq plaques funéraires, pierre, marbre, 2e moitié du 17e
  • Retable et autel de saint Pierre ; tabernacle ; degré d'autel
    Retable et autel de saint Pierre ; tabernacle ; degré d'autel Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Localisation :
    Orléans - rue Saint-Pierre du Martroi
    Titre courant :
    Retable et autel de saint Pierre ; tabernacle ; degré d'autel
  • Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours
    Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours La Riche - Saint-François - en écart
    Historique :
    Fondé en 1489 par Saint-François-de-Paul, avec l'aide de Louis XI et de son fils Charles VIII sur siècle. Saint-François-de-Paul fondateur de l'ordre mendiant des Minimes est décédé au couvent du
    Précisions sur la protection :
    La chapelle néo-gothique édifiée au-dessus du tombeau de Saint-François de Paule ; le bâtiment conventuel du 17e siècle ; la tour octogonale en pierre, du 17e siècle, située au bord de la voie communale compris ce mur (cad. AS 85, 86, 141, 240, lieudit Saint-François) : inscription par arrêté du 30 mai 2007.
    Auteur :
    [personnage célèbre, habitant célèbre] Saint-François-de-Paule
    Localisation :
    La Riche - Saint-François - en écart
  • Hôtel-Dieu
    Hôtel-Dieu Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    l'extrémité sud-ouest de la ville fut dressé par l’architecte François Narcisse Pagot (1780-1844) mais le nouvel hôtel-Dieu. L'élaboration des plans fut confiée à nouveau à l'architecte François Narcisse Pagot qui venait d'achever la construction de l'hospice d'aliénés (hospice Caroline), et à Pierre-Charles pierre posée le 30 août 1841 par le député-maire d'Orléans, Aimé Sevin-Mareau (1786-1868). Jean-Victor serait d'abord construit que trois". Le 30 août suivant, la première pierre fut posée et une brochure
    Référence documentaire :
    administrative des Hospices civils d'Orléans, dont pose de la première pierre de l'hôtel-Dieu (30 août 1841 GAILLARD, Louis (abbé). François Narcisse Pagot, architecte orléanais (1780-1844). Bulletin de la p. 134-135, 190-192 LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude. L'hôpital en France, Histoire et SEVIN-MAREAU, Aimé. Discours prononcé à l'occasion de la pose de la première pierre du nouvel Hôtel
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    cour d'honneur sont construites en pierres de taille provenant des carrières de Malvaux (Nièvre) et soubassements, encadrements des ouvertures, pilastres et entablements sont en pierres de taille. Les marches des escaliers de distribution sont en pierre de Château-Landon, les menuiseries en chêne. Le bâtiment bas qui
    Auteur :
    [architecte] Thuillier Pierre-Charles [architecte] Pagot François Narcisse
    Annexe :
    , matériaux). Pierre-Charles Thuillier fut nommé architecte des Hospices civils le 17 mai 1828. Il fut le d'architecte honoraire. L'hôtel-Dieu fut la dernière construction de François-Narcisse Pagot (1780-1844) ; il
    Illustration :
    Texte de commémoration de la pose de la première pierre de l'hôtel-Dieu (CHR d'Orléans
  • Ensemble de 3 fourchettes et 9 cuillers
    Ensemble de 3 fourchettes et 9 cuillers Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    Poinçon de l'orfèvre orléanais Pierre Castéra : lettres PC couronnées, de part et d'autre d'un Antoine François X Hanappier : lettres A F H séparées par un coeur de lis couronné entre deux points . Poinçon de l'orfèvre orléanais Benoît François XII Hanappier : lettres B F H sous une fleur de lis du fabricant parisien François-Joseph Bertrand-Paraud : losange vertical portant les lettres FJ et B
    Historique :
    orléanais Pierre Castéra (1693-1750) reçu en 1727, deux cuillers entre 1768 et 1774 par le maître orléanais Antoine François X Hanappier (1712-1774), fourchette par un maître orfèvre orléanais non identifié portant orléanais Benoît François XII Hanappier (1753-après 1793), quatre cuillers exécutées à Orléans entre 1798 et ) et cuiller par le fabricant parisien François-Joseph Bertrand-Paraud exécutée en 1819.
    Observation :
    été fondues par des maîtres ou fabricants orléanais : Pierre Castéra (1693-1750), Antoine François X Hanappier (1712-1774), Benoît François XII Hanappier (1753-après 1793), Jacques Luc Isidore Champigneau de
    Auteur :
    [orfèvre] Castéra Pierre [orfèvre] Hanappier Benoît François XII [orfèvre] Bertrand-Paraud François-Joseph [orfèvre] Hanappier Antoine François X
    Illustration :
    Fourchette exécutée par le maître orfèvre orléanais Pierre Castéra. Poinçons et lettres P R.E Fourchette exécutée par Pierre Castéra (détail) : poinçons de maître, de jurande d'Orléans pour la Première cuiller exécutée par le maître orléanais Antoine François X Hanappier. Poinçons et lettres Seconde cuiller exécutée par le maître orléanais Antoine François X Hanappier. Lettres P T Seconde cuiller exécutée par Antoine François X Hanappier (détail) : poinçon de charge d'Orléans Cuiller exécutée par le maître orléanais Benoît François XII Hanappier. Poinçons et lettres P.R E Cuiller exécutée par Benoît François XII Hanappier (détail) :poinçon non identifié, poinçons de Cuiller exécutée par le fabricant parisien François-Joseph Bertrand-Paraud. IVR24_20124500305NUC4A Cuiller exécutée par François-Joseph Bertrand-Paraud (détail) : poinçons de fabricant, de 1er titre
  • Hôpital général
    Hôpital général Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    ministère de l'Intérieur en 1827, furent édifiés par François Narcisse Pagot (1780-1844), architecte de la ville, et Pierre-Charles Thuillier, architecte des Hospices civils, au sud-est de l'hôpital général
    Référence documentaire :
    p. 17-21 DUNOD, Pierre-Joseph. Projet de la Charité de la ville de Dôle. Dôle, 1698. p. 51-70 LAGET, Pierre-Louis. Naissance et évolution du plan pavillonnaire dans les asiles
    Murs :
    brique et pierre pierre de taille
    Description :
    un étage de combles, en moellons et briques enduits et encadrements de pierres de taille pour les
    Auteur :
    [architecte] Pagot François Narcisse [architecte] Thuillier Pierre-Charles
    Annexe :
    direction des architectes François Narcisse Pagot et Pierre-Charles Thuillier, ainsi que partagé en aux aliénés. Hospice Caroline Le projet fut approuvé en novembre 1827 et la première pierre de section sud de la rue Saint-Jacques-le-Brûlé. L'architecte en fut François Narcisse Pagot et
    Illustration :
    Texte de commémoration de la pose de la première pierre de l'hospice Caroline, en 1828 (CHR Salle Saint-Pierre, salle d'hommes située au deuxième étage du bâtiment principal (bâtiment D6 Anciennes pièces de service de la salle Saint-Pierre. IVR24_20124500558NUC4A Ancienne cuisine de la salle Saint-Pierre. IVR24_20124500559NUC4A Au fond, passerelle communiquant entre la salle Saint-Pierre et la salle dite le mouroir (bâtiment Comble de la salle Saint-Pierre servant de dortoir à la communauté desservant l'hôpital général Partie basse de la charpente du comble de la salle Saint-Pierre. IVR24_20124500563NUC4A Charpente de la croupe du comble de la salle Saint-Pierre. IVR24_20124500560NUC4A Charpente du comble de la salle Saint-Pierre. IVR24_20124500561NUC4A Charpente située à la jonction des combles de la salle Saint-Pierre et de la salle dite le mouroir
  • Portail (n°1)
    Portail (n°1) Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Matériaux :
    pierre
  • Portail de la façade occidentale n°2
    Portail de la façade occidentale n°2 Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Matériaux :
    pierre
  • Ciboire
    Ciboire Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Représentations :
    saint Pierre, saint François d'Assise, Christ souffrant Sur la fausse coupe : saint Pierre, saint François d'Assise et le Christ aux liens dans des
  • Plat à quêter
    Plat à quêter Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    Poinçon de l'orfèvre orléanais Benoît François II Hanappier, partiellement effacé : lettres B F H
    Historique :
    Ce plat à quêter fut exécuté par Benoît François XII Hanappier, orfèvre orléanais né en 1753, reçu
    Observation :
    Plat à quêter exécuté par Benoît François XII Hanappier, orfèvre orléanais (1753-après 1793).
    Auteur :
    [orfèvre] Hanappier Benoît Francois XII
  • Clôture de choeur ou Tour du choeur
    Clôture de choeur ou Tour du choeur Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville
    Historique :
    La décision de construire une clôture de choeur monumentale en pierre est prise dans la première Jehan Soulas, puis en 1542-1544 ceux de François Marchand. Les groupes ultérieurs par Thomas Boudin , Jean Dedieu, Pierre 1er Legros, Jean-Baptiste II Tuby et Simon Mazière sont installés progressivement
    Description :
    , François marchand, Pierre Legros, Jean-Baptiste Tuby et Simon Mazière), en pierre de Saint-Aignan (Loiret Le Tour du chœur constitue une véritable muraille de pierre sculptée. Il se dresse à plus de six groupes sculptés. A la partie supérieure, les dais d'architecture, véritable dentelle de pierre habitée de craie de Vernon (Eure), fine et blanche, pour les parties basses et la pierre de Saint-Leu (Oise), plus jaune, pour les parties hautes. Les groupes sont en pierre de Tonnerre (Yonne) (groupes de Jehan Soulas ). La pierre choisie pour l'exécution des premiers groupes du côté nord n'est pas identifiée. La différentes teintes de pierre. Aspect d'origine Le Tour du chœur a été conçu pour être traversé et éclairé par base de pierre, mortier et brique rouge.
    Auteur :
    [sculpteur] Marchand François [sculpteur] Legros Pierre Ier
    États conservations :
    , brisures, éclats, innombrables graffitis) et par endroits, désagrégation de la pierre ; ce qui a permis de
    Annexe :
    se sont efforcés de respecter les principes de la conception initiale. Le marché passé avec François naissance. Ces quatre groupes sont exécutés par Jehan Soulas en pierre de Tonnerre. Le contrat passé le 2 travée. Le sculpteur François Marchand en a reçu la commande le 12 septembre 1542 ; l'exécution est sculptés en pierre de Saint-Aignan par Thomas Boudin en 1611-1612. Il est le seul sculpteur à travailler Pierre Ier Legros, Chartrain de naissance. La scène de l'Entrée du Christ à Jérusalem par Jean-Baptiste médiévale. Elles furent de fait les premières sculptées, probablement par l’un des tailleurs de pierre ayant les influences rapportées d'Italie par Louis XII et François Ier. Dans le projet initial de la Chartres. Ms 1016, détruit en 1944 (registres capitulaires). Notes prises par Léger François Brillon . ALIBERT, Sophie. François Marchand et la sculpture à Chartres et à Orléans dans la première moitié du XVIe siècle. Tours : Maîtrise d'histoire de l'art, Université François-Rabelais, Centre d'Études Supérieures
    Texte libre :
    1514, les travaux sont bien avancés : François Dugué, tailleur de pierre qui a travaillé au clocher gardiens. Le 7 octobre 1482, Pierre Patin, un peintre, est mentionné, qui s'engage à en parfaire la prise de construire une clôture en pierre par les soins d'un maître-d'œuvre ; quelques mois plus tard , deux groupes sculptés par François Marchand, la Présentation de Jésus au Temple et le Massacre des Boudin. En 1678-1679, Jean Dedieu, puis en 1681-1683 Pierre Ier Legros réalisent les groupes de la Femme
    Illustration :
    Présentation au Temple (François Marchand, 1542-1543). IVR24_19992800166V
  • Église Saint-Vincent
    Église Saint-Vincent Orléans - rue de l'Église Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    mouvement général. Sur une pierre encastrée, à l'entrée de l'église, dans le premier pilier à gauche, se lit sanctuaire dont la réalisation et la décoration sont confiées à l'architecte François-Narcisse Pagot (1780
    Référence documentaire :
    GAILLARD, Louis (abbé). François Narcisse Pagot, architecte orléanais (1780-1844). Bulletin de la
    Description :
    arcs sont carrés et massifs. Sur celui de la première arcade de gauche, on trouve une pierre plus
    Auteur :
    [architecte] Pagot François Narcisse
  • Ensemble du portail central et de ses vantaux
    Ensemble du portail central et de ses vantaux Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Matériaux :
    pierre
1 2 3 4 9 Suivant