Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 37 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Raffinerie de sucre, actuellement école primaire Charles Pensée (36 rue du Bourdon-Blanc)
    Raffinerie de sucre, actuellement école primaire Charles Pensée (36 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 36 rue du Bourdon-Blanc 23bis, 25 rue des Pensées - en ville - Cadastre : 1823 B 1091 2012 BN 306
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cet édifice a sans doute été construit entre 1801 et 1822. La raffinerie de sucre Bussière y était en effet installée de 1804 à 1820 ou 1829 (selon les sources). Celle-ci aurait ensuite été louée à la ville et convertie en caserne. Les Frères des Ecoles chrétiennes également appelés Frères de la Doctrine chrétienne ou encore de Saint-Bonose, qui sont issus de l'institution fondée par saint Jean-Baptiste de La Salle au 17e siècle à Reims, quittent leur établissement de la rue Saint-Euverte en 1837, et s'installent dans l'ancienne raffinerie donnant rue du Bourdon-Blanc et rue de la Treille (actuelle partie nord de la rue des Pensées). Des transformations y sont opérées par l'architecte Pagot, une chapelle y châsse à l'italienne où étaient conservés les restes du martyr saint Bonose, extraits des catacombes de écoles communales fréquentées par 1500 enfants, ainsi qu'une classe d'adultes et l'école de détenus. En 1901, une source indique que le bâtiment est occupé par une école municipale de jeunes filles.
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série M : 11 M 251. Bâtiments municipaux. École des Frères de la doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Dénominations :
    raffinerie de sucre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cette école, ancienne raffinerie de sucre, a été édifiée sur une importante parcelle traversante en forme de L inversé. Les différents corps de bâtiment sont construits en maçonnerie enduite. L'accès un étage de comble, tandis que celui situé dans son prolongement vers le sud ne compte qu'un seul
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Raffinerie de sucre, actuellement école primaire Charles Pensée (36 rue du Bourdon-Blanc)
    Illustration :
    Vue de la façade antérieure depuis la cour de l'école. IVR24_20144500762NUC4A Vue de la façade antérieure depuis la cour de l'école. IVR24_20144500761NUC4A Vue de la partie droite de la façade antérieure depuis la cour de l'école. IVR24_20144500763NUC4A Vue d'ensemble de la façade postérieure donnant sur la rue des Pensées. IVR24_20144500745NUC4A
  • Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc)
    Maison, actuellement école Saint-Paul-Bourdon-Blanc (18 au 22 rue du Bourdon-Blanc) Orléans - 20, 22 rue du Bourdon-Blanc 39 rue Desfriches 15,17 rue des Pensées 18 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 1823 B 1100, 1104 2012 BN 292, 293, 294
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    En 1832, Mademoiselle Bonnet fonde une école primaire située rue de l'Oriflamme qui est ensuite installée rue des Pensées. En 1901, des sources mentionnent la présence d'un pensionnat de jeunes filles. Le pensionnat est désigné comme étant celui de Mesdemoiselles Méchein et Prudhomme sur des cartes postales du . Au n°20 et 20bis était situé un jeu de paume transformé en atelier de lingerie, mentionné dès 1921 jeu de paume aurait été édifié en 1535 et aurait reçu différentes appellations : Jeu de la croix (sans doute en raison de la croix de fer qui se trouvait à proximité), Jeu des Pensées, Jeu de Paumes de Durin , Jeu de Durin, Le Durin ou encore le Grand Durin. Du n°22 au n°28 étaient initialement situées des siècle et de la 2e moitié du 18e siècle (datés par travaux historiques). Le n°24 qui datait probablement a été supprimée, les baies modifiées et l'étage de comble rehaussé. Le n°26 a été détruit et
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Dénominations :
    jeu de paume
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    caractérise par une succession de façades pour la plupart en maçonnerie enduite. Les toitures sont en ardoise . Les élévations comprennent un étage carré et un étage de comble. Le n°22 a conservé une grille d'imposte en fer forgé à motifs de palmettes et d'arabesques. Les n°15 et 17 rue des Pensées correspondent à une construction probablement en béton à deux étages de la 2e moitié du 20e siècle (daté par travaux historiques). Une partie des bâtiments est construit sur un niveau de cave.
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Vue de la cour des Lions du pensionnat de Mlles Méchein et Prudhomme. IVR24_19774500866XB Cour du pensionnat de Mlles Méchein et Prudhomme. IVR24_19774500867XB Façade du bâtiment sur la cour Saint-Anne du pensionnat de Mlles Méchein et Pruhomme Vue d'ensemble des bâtiments de l'école donnant sur la rue du Bourdon-Blanc. IVR24_20144500744NUC4A Vue d'une partie de l'école correspondant au 22 rue du Bourdon-Blanc, datant probablement de la
  • Maison (56 rue de Bourgogne)
    Maison (56 rue de Bourgogne) Orléans - 56 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 1823 B 1202 2012 BN 105
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Suite au ravalement des façades effectué vers 2010, le pan-de-bois de cette maison d'angle a été , le rez-de-chaussée ne semble plus avoir aucune vocation commerciale et l'ensemble de l'édifice a été
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 606. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue de Bourgogne
    Précision dénomination :
    maison de commerçant
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Cette maison d'angle donne à la fois sur les rues de Bourgogne et de l'Ételon. Elle est construite en pan de bois et comporte deux étages carrés et un étage de comble en surcroît à lucarnes. Le pan de bois à motif de grille est présent sur les deux étages de la façade de la rue de Bourgogne et au rez-de -chaussée de la façade de la rue de l'Ételon. Les étages supérieurs de cette dernière sont couverts d'un essentage d'ardoise. Le rez-de-chaussée, rue de Bourgogne, conserve une devanture en applique, trace d'une
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Orléans - 56 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 1823 B 1202 2012 BN 105
    Titre courant :
    Maison (56 rue de Bourgogne)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500786NUC4A Vue d'ensemble de la façade antérieure sur la rue de Bourgogne et de la façade latérale sur la rue de l'Ételon. IVR24_20144500787NUC4YY
  • Immeuble (20 rue de Bourgogne)
    Immeuble (20 rue de Bourgogne) Orléans - 20 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 2012 BN 61
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Le cadastre de 1823 montre, à l'emplacement de cet immeuble, un grand bâtiment organisé autour d'un article du Bulletin de la société archéologique et historique de l'Orléanais de 1914. Dans celui-ci, il est expliqué qu'un lieu d'enseignement administré par les Sœurs de la Sagesse est situé en face de Notre-Dame-du-Chemin que les historiens locaux ont coutume de situer au début de la rue de Bourgogne sur son côté sud. Une plaque toujours visible sur l'aile en retour donnant sur le jardin de l'actuel numéro 20 de la rue de Bourgogne porte, par ailleurs, une mention en latin évoquant la création d'une école de jeunes filles en 1779 par Mlle de Menou. Celle-ci a vraisemblablement été déplacée ou fermée d'une graineterie à cet emplacement en 1857. L'actuel immeuble date, en revanche, de 1880. Les sources dernier étant qualifié de "magasin" dans les fiches auxiliaires cadastrales, il est possible que le bâtiment correspondant au numéro 20 ait eu une activité industrielle, de commerce ou d'artisanat. Les mêmes
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 606. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue de Bourgogne
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Cet édifice est construit en pierre de taille et comporte deux étages carrés. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. Les cinq travées du rez-de-chaussée sont délimitées par des pilastres. Les baies du premier étage sont surmontées de corniches et l'ensemble des baies des premier et deuxième étages sont encadrées de chambranles à une fasce encadrée de moulures. Une frise à motifs de ornées de garde-corps en ferronnerie à motifs d'arabesques, de corbeilles de fruits et d'oiseaux. Un large jardin est situé derrière le bâtiment. Deux caves sont situées de part et d'autre de la porte d'entrée. Celle située sous la partie droite de la façade est à deux niveaux. Le plus profond est en maçonnerie de moellons avec deux arcs chanfreinés qui se joignent en tête pour dégager l'embrasure d'un
    Localisation :
    Orléans - 20 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 2012 BN 61
    Titre courant :
    Immeuble (20 rue de Bourgogne)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500812NUC4A
  • Maison, actuellement immeuble (52 rue de Bourgogne)
    Maison, actuellement immeuble (52 rue de Bourgogne) Orléans - 52 rue de Bourgogne 4 rue de l' Etelon - en ville - Cadastre : 2012 BN 327
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    observer sur le cadastre napoléonien. L'origine des fondations de la maison remonte donc probablement à l'époque moderne, voire à la fin du Moyen Age, compte tenu du caractère laniéré de cette parcelle . Néanmoins, la façade de la rue de Bourgogne a été frappée d'alignement et rebâtie, probablement à la fin du
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 606. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue de Bourgogne
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Cette maison forme, avec celle du 4 rue de l'Ételon à laquelle elle a été réunie à une époque , côté rue de Bourgogne, est construite en brique sur une assise en pierre de taille, alors qu'elle est en maçonnerie enduite sur le côté donnant sur la rue de l'Ételon. Elle possède un étage carré et un étage de comble en surcroît éclairé par une lucarne à ferme débordante. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. Le décor de la façade sur la rue de Bourgogne est très développé grâce au jeu des différents matériaux, brique rouge, jaune, pierre de taille, cabochons émaillés. Les plates -bandes, à clé passante et pendante au rez-de-chaussée, et la frise sous la corniche ont également été exécutés avec attention. Un soupirail sur la façade permet de supposer la présence d'une cave.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Orléans - 52 rue de Bourgogne 4 rue de l' Etelon - en ville - Cadastre : 2012 BN 327
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (52 rue de Bourgogne)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure donnant sur la rue de Bourgogne. IVR24_20144500738NUC4A
  • Maison, actuellement immeuble (106 rue de Bourgogne)
    Maison, actuellement immeuble (106 rue de Bourgogne) Orléans - 106 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 1823 B 1175 2012 BN 268
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    sur l'emplacement de l'ancienne église paroissiale Saint-Victor. Il est déjà visible sur le cadastre napoléonien de 1823. L'édifice religieux a été supprimé par la Révolution et détruit peu après. Sur la façade de la rue des Pensées, les vestiges d'un piédroit de l'ancienne église sont encore visibles. Les fiches auxiliaires cadastrales indiquent qu'en 1909, la maison abrite un débit de boisson avec salle de
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 606. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue de Bourgogne p.44 GAILLARD, Louis (abbé), DEBAL, Jacques. Les lieux de culte à Orléans de l´antiquité au XXe siècle. Bulletin de la Société archéologique et historique de l´Orléanais, 1987, n° hors-série. 72 p.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    pan de bois calcaire pierre de taille
    Description :
    Cet édifice d'angle est situé au carrefour des rues de Bourgogne et des Pensées. Rue de Bourgogne , l'édifice est construit en pan de bois à grille à deux étages carrés. Le rez-de-chaussée conserve un ancien local commercial, non occupé lors de l'étude de 2014. La parcelle se poursuit rue des Pensées où la façade est pour une partie en pan de bois à motif de grille, et pour le reste en maçonnerie enduite. La latérale permet d'avancer l'hypothèse de la présence d'une cave en sous-sol.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Orléans - 106 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 1823 B 1175 2012 BN 268
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (106 rue de Bourgogne)
    Illustration :
    Vue de détail de la façade latérale au niveau du rez-de-chaussée. Trace d'une ancienne maçonnerie en pierre de taille pouvant correspondre à l'église Saint-Victor détruite vers 1800
  • Chocolaterie Saintoin, actuellement maison de quartier dite maison Bourgogne (108 rue de Bourgogne)
    Chocolaterie Saintoin, actuellement maison de quartier dite maison Bourgogne (108 rue de Bourgogne) Orléans - 2 rue du Bourdon-Blanc 108 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 2012 BN 273, 274
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    En 1823, le cadastre napoléonien montre que cet îlot est encore composé de 15 parcelles. En 1839 , une savonnerie, appartenant à la famille Saintoin, est installée du côté de la rue des Ormes-Saint -Victor. Jean Saintoin, vinaigrier, avait fondé un commerce de distillerie et de confiserie (confitures de rapatriés, puis par un établissement de formation professionnelle dont les travaux sont terminés en 1967. En 1989, lors de l'étude du quartier Saint-Euverte, le site est toujours un centre de formation. Lors de la seconde étude du quartier Saint-Euverte menée en 2013-14, le bâtiment est alors nommé le "108" ou la "Maison Bourgogne". Il abrite de nombreuses associations culturelles.
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série J : VJ 141. Rue de Bourgogne.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    la façade nord et une partie de la façade orientale. Le bâtiment comporte deux étages carrés, trois étages carrés au niveau de deux travées sur la rue des Pensées et un étage de comble à lucarnes pour les de plaques de cuivre sur la partie sud-est du bâtiment. Le reste de la toiture est en ardoise. Les bâtiments sont organisés autour d'une cour intérieure depuis laquelle est visible la cheminée de l'ancienne , d'un motif sculpté en pierre représentant deux lions debout entourant un médaillon aux chiffres SF. De
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Orléans - 2 rue du Bourdon-Blanc 108 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 2012 BN 273, 274
    Titre courant :
    Chocolaterie Saintoin, actuellement maison de quartier dite maison Bourgogne (108 rue de Bourgogne)
    Destinations :
    maison de quartier
    Illustration :
    Papier à en-tête de la maison Saintoin Frères (après 1900). IVR24_20064500641NUCA Papier à en-tête de la maison Saintoin Frères (sans date). IVR24_20064500644NUCA Vue d'ensemble de la façade antérieure donnant sur la rue de Bourgogne et de la façade latérale Vue d'ensemble de la façade antérieure donnant sur la rue de Bourgogne. IVR24_20064501723NUCA Vue de la partie de la façade antérieure située à l'angle des rues de Bourgogne et des Pensées Vue d'ensemble de la façade postérieure sur la rue des Ormes-Saint-Victor. IVR24_20144500808NUC4A Vue de la façade postérieure donnant sur la rue des Ormes-Saint-Victor. IVR24_20064501721NUCA Vue de la porte cochère située rue du Bourdon-Blanc et portant les initiales SF, pour Saintoin Frères, du nom de la famille ayant fondé la chocolaterie. IVR24_20144500809NUC4A Vue de la cour intérieure avec la cheminée en brique (prise depuis l'ouest). IVR24_20064500968NUCA
  • Maison, actuellement immeuble (42 rue de Bourgogne)
    Maison, actuellement immeuble (42 rue de Bourgogne) Orléans - 42 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 1823 B 1400 2012 BN 412, 413
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cette maison pourrait dater du 17e siècle. Lors de l'inventaire mené en 1989 par Pascale Pouvreau , le rez-de-chaussée était un commerce qui a depuis été transformé en habitation. Les fiches auxiliaires cadastrales nous apprennent qu'en 1902, cette maison accueillait un commerce de papiers peints avec ses ateliers. L'édifice en fond de parcelle qui apparaissait encore sur le cadastre de 2010, a été
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 606. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue de Bourgogne
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    -de-chaussée en pierre de taille ouvert de deux arcades en plein cintre. Celle de gauche porte un d'une ancienne ouverture rectangulaire, probablement de type porte-cochère. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. La destruction récente du bâtiment de fond de parcelle permet aujourd'hui d'observer une cage d'escalier hors-œuvre en pan de bois.
    Localisation :
    Orléans - 42 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 1823 B 1400 2012 BN 412, 413
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (42 rue de Bourgogne)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500737NUC4A
  • Maison, actuellement immeuble (86 rue de Bourgogne)
    Maison, actuellement immeuble (86 rue de Bourgogne) Orléans - 86 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 2012 BN 377, 378
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cet édifice a été construit en 1860, comme l'indique la date portée sur le claveau de la baie située dans la travée centrale du premier étage. Il est très caractéristique des constructions de cette la rue de Bourgogne : en sous-sol, une cave, au rez-de-chaussée, deux chambres, un cabinet, une
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 606. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue de Bourgogne
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Cet édifice est construit en maçonnerie enduite avec une assise en pierre de taille à la base du dispose pas de porte piétonne mais d'une porte cochère latérale.
    Localisation :
    Orléans - 86 rue de Bourgogne - en ville - Cadastre : 2012 BN 377, 378
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble (86 rue de Bourgogne)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500784NUC4A Vue de détail de la fenêtre de la travée centrale au premier étage. La plate-bande porte la date de
  • Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc)
    Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc) Orléans - 48 rue du Bourdon-Blanc - en ville - Cadastre : 2012 BN 2
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cette maison date probablement pour ses parties les plus anciennes de la fin de l'époque moderne cadastre actuel montre une modification du périmètre de la maison. Les fiches auxiliaires cadastrales évoquent l'organisation intérieure de la maison en 1908. On trouvait au fond de la cour, derrière la porte cochère, une remise et des écuries surmontées d'un grenier. Au rez-de-chaussée, une salle à manger et un vestibule sont mentionnés. Au premier, accessible par un escalier de service et un grand escalier (tous deux et un cabinet. Au-dessus, une lingerie, deux mansardes et un grenier prenaient place. Lors de l'étude , la maison abrite les bureaux de l'entreprise gérant la résidence étudiante située au 50 rue du Bourdon-Blanc. Les personnes y travaillant indiquent que la maison était celle du directeur de l'hôpital
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    maçonnerie enduite, la base des murs est en pierre de taille. Elle possède un étage carré et deux étages de une cour. Un préau se situe au fond de cette dernière. Deux escaliers sont conservés dans le bâtiment charpente visible par endroit est à panne. Le premier étage de comble est orné, sur la façade donnant sur la rue du Bourdon-Blanc, de trois lucarnes en pierre au décor galbé atypique.
    Étages :
    2 étages de comble
    Titre courant :
    Maison, actuellement immeuble de bureaux (48 rue du Bourdon Blanc)
    Destinations :
    immeuble de bureaux
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500755NUC4A Vue de détail des lucarnes décorées de la façade antérieure. IVR24_20144500756NUC4A
  • Ensemble de 2 maisons (8-10 rue des Pensées)
    Ensemble de 2 maisons (8-10 rue des Pensées) Orléans - 8, 10 rue des Pensées - en ville - Cadastre : 1823 B 1169, 1170 2012 BN 240, 241
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    faire l'objet d'un programme de construction commun. Les fiches auxiliaires cadastrales nous donnent différentes pièces en rez-de-chaussée : un vestibule, un salon sur rue, une salle à manger sur cour, une cuisine au rez-de-chaussée et deux chambres accompagnées d'un cabinet au premier étage et sous les combles . Lors de l'étude de Pascale Pouvreau en 1989, celle-ci mentionne un escalier avec rampe en fer forgé et
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Répertoire des caves de l'agglomération établi par les services de
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    de taille à un étage carré et un étage de comble à lucarnes. La couverture est à longs pans brisés et ornée de motifs en arabesques. Les deux maisons possèdent des caves, dont l'une, celle du numéro 8, est recensée par les services de la défense passive au moment de la Seconde Guerre mondiale.
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Ensemble de 2 maisons (8-10 rue des Pensées)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure du 10 rue des Pensées. IVR24_20144500804NUC4A
  • Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte)
    Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte) Orléans - 7, 9, 11 rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 2012 BN 170, 171, 414, 415
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    bâtiment est visible sur certains plans des 17e et 18e siècles, et le cadastre napoléonien de 1823 montre office de salle de bal, puis de brasserie. La fonderie Sautelet y aurait également été installée dans le caractère relativement uniforme en matière de décor permet d'avancer l'hypothèse qu'elles ont fait l'objet d'une opération commune de lotissement, à l'époque où l'ancienne grande maison visible sur le parcellaire de 1823 a été détruite ou fortement modifiée pour être divisée. Le propriétaire du n°11 rue Saint -Euverte avait d'ailleurs indiqué, lors de l'étude de 1989, que la maison avait été construite en 1863 . Cette dernière aurait par ailleurs été occupée par des Ursulines de 1906 à 1924. La maison du 9 rue Saint-Euverte a fait l'objet de travaux de surélévation en 1945. Les fiches auxiliaires cadastrales nous apprennent que les n°7 et 9 possédaient 4 pièces au rez-de-chaussée et au premier étage, ainsi que deux
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Répertoire des caves de l'agglomération établi par les services de p.531 VERGNAUD-ROMAGNESI, Charles François. Histoire de la ville d'Orléans, de ses édifices , monumens, établissemens publics etc., avec plans et lithographies. Orléans : imprimerie de Rouzeau-Montant , 1830 (deuxième édition de l'Indicateur orléanais, augmentée d'un précis sur l'histoire de l'Orléanais ). Orléans : Les Éditions de la Tour Gile, 1996. 693 p. ISBN 2-87802-282-3. Tome IV, p.337 BIMBENET, Eugène. Histoire de la ville d'Orléans. Orléans : Imprimerie Georges p.67 GAILLARD, Louis (abbé), DEBAL, Jacques. Les lieux de culte à Orléans de l´antiquité au XXe siècle. Bulletin de la Société archéologique et historique de l´Orléanais, 1987, n° hors-série. 72 p.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Les trois maisons sont construites en maçonnerie enduite. La mise en œuvre de l'enduit diffère en revanche pour le n°7 : celui-ci imite un appareil de pierre de taille. Les trois maisons possèdent un étage carré, un étage de comble et une couverture à longs pans recouverts d'ardoise. Le n°9 a fait l'objet d'une surélévation. Le n°11 possède une cave mentionnée dans l'inventaire établi par le Service de défense passive, tandis que des soupiraux indiquant la présence de caves sont visibles sur les façades des est en pan de bois à grille et possède un étage de comble à surcroît. Il existe manifestement un ou encore l'assise du mur en pierre de taille sont continus et au même niveau sur les trois façades
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte)
    Illustration :
    Vue des façades antérieures des trois maisons et de la façade latérale du 11 rue Saint-Euverte
  • Ensemble de 2 immeubles (1-3 rue des Bouteilles)
    Ensemble de 2 immeubles (1-3 rue des Bouteilles) Orléans - 1, 3 rue des bouteilles - en ville - Cadastre : 2012 BN 418, 419, 422, 423
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cet ensemble de deux immeubles a été construit en 1897, comme l'indique la date portée sur le chapiteau du pilastre droit de la porte du n°3. Dans les années 1960, ces immeubles hébergent un centre médical psycho-pédagogique, nommé "La sauvegarde de l'enfance".
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    parements de briques polychromes et de pierre de taille. La couverture est à longs pans et le toit est en ardoise. Les chapiteaux des pilastres encadrant les deux portes d'entrée sont décorés de sculptures de feuillages, de cornes d'abondance ou de poissons, ainsi que de têtes d'homme et de femme. Des caves sont
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Ensemble de 2 immeubles (1-3 rue des Bouteilles)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade latérale orientale de l'immeuble du 1 rue des Bouteilles donnant sur le Vue des façades postérieure et latérale occidentale de l'immeuble situé au 3 rue des Bouteilles Vue de détail des chapiteaux de la porte d'entrée de l'immeuble du 1 rue des Bouteilles Vue de détail des chapiteaux de la porte d'entrée de l'immeuble du 3 rue des Bouteilles Vue de détail du chapiteau de droite de la porte d'entrée de l'immeuble du 3 rue des Bouteilles
  • Ensemble de 2 maisons (18-20 rue Saint-Euverte)
    Ensemble de 2 maisons (18-20 rue Saint-Euverte) Orléans - 18, 20 rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 2012 BN 31, 32
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    En octobre 1740, les Frères des Écoles chrétiennes, également connus sous le nom des Frères de la doctrine chrétienne, sont appelés à Orléans par l'évêque Nicolas Joseph de Pâris. La même année, ils actuels n°18 et 20 de la rue Saint-Euverte. En effet, un plan daté de 1773 dressé par P. Perdoux et un second plan daté de 1777 attestent de la présence de l'établissement à cet emplacement. Les Frères ont ensuite été chassés lors de la Révolution. Ils s'installent à nouveau rue Saint-Euverte lors du Concordat du Bourdon-Blanc et de la Treille (actuelle partie nord de la rue des Pensées) et correspondant napoléonien de 1823 indique une seule et longue parcelle correspondant à l'actuel emplacement des maisons plus tard, au moment du déménagement des Frères des Écoles chrétiennes en 1837, ce bâtiment de la rue Saint-Euverte comprenait une chapelle, 4 cellules et une chambre commune de trois lits au premier étage chrétiennes en 1837. Les deux maisons actuelles datent donc vraisemblablement de cette époque, même s'il est
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Série M : 11 M 251. Bâtiments municipaux. École des Frères de la doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823. Plan de la ville d'Orléans par Perdoux, gravé sur cuivre, 1778, feuille quinzième. (Archives
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Titre courant :
    Ensemble de 2 maisons (18-20 rue Saint-Euverte)
    Illustration :
    A gauche de l'abbaye Saint-Euverte sur le plan, un carré noir indique l'emplacement de l'Ecole des Vue d'ensemble des façades antérieures des maisons donnant sur la rue Saint-Euverte et de la façade
  • Ensemble de 2 immeubles (2-4 rue du Dévidet)
    Ensemble de 2 immeubles (2-4 rue du Dévidet) Orléans - 2, 4 rue du Dévidet - en ville - Cadastre : 2012 BN 89, 90
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    d'un vinaigrier du nom de Mignon-Marteau se situaient à cet emplacement. D'après les fiches auxiliaires cadastrales, l'appartement du rez-de-chaussée du n°2 était composé d'une cuisine, d'une salle à manger, d'une
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    (bandeaux, corniches, chaînes d'angle). Ce matériau est utilisé pour apporter un élément de décor à la en ardoise. Des soupiraux semblent indiquer la présence de caves.
    Titre courant :
    Ensemble de 2 immeubles (2-4 rue du Dévidet)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure du 4 rue du Dévidet. IVR24_20144500796NUC4A
  • Maison, actuellement siège de l'association Maison Saint-Euverte (19 rue Saint-Euverte)
    Maison, actuellement siège de l'association Maison Saint-Euverte (19 rue Saint-Euverte) Orléans - 19 rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 1823 B 1322 2012 BN 181
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    , comme peut le laisser supposer l'emplacement de la souche de cheminée centrale en milieu de toiture. Une source rapporte qu'une communauté des dames de la visitation occupait cet édifice durant le Premier composée au rez-de-chaussée d'un grand et d'un petit vestibule, d'une cuisine, d'une salle à manger, d'un salle de billard, des chambres de bonne et un grenier. La maison est aujourd'hui propriété de l’Évêché
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    La maison est construite en maçonnerie enduite à un étage carré et un étage de comble à lucarnes
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Maison, actuellement siège de l'association Maison Saint-Euverte (19 rue Saint-Euverte)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500806NUC4A
  • Édifice religieux non chrétien de culte antoiniste (7 rue des Juifs)
    Édifice religieux non chrétien de culte antoiniste (7 rue des Juifs) Orléans - 7 rue des Juifs 14 rue du Petit-Saint-Loup - en ville - Cadastre : 2012 BN 153
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Cet édifice religieux non chrétien dédié au culte Antoiniste a été édifié en 1957 par l'Union de l'association cultuelle antoiniste de France. Il s'agit d'un mouvement guérisseur et d'inspiration chrétienne
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    béton et en brique. La façade de la rue des Juifs est rythmée par cinq lancettes assorties d'un parement Petit-Saint-Loup est enduite, les chaînes d'angle recevant des parements de briques. L'entrée s'effectue par la rue des Juifs. Elle donne accès à un hall qui conduit à gauche vers la salle de culte et à
    Titre courant :
    Édifice religieux non chrétien de culte antoiniste (7 rue des Juifs)
    Illustration :
    Vue de la façade antérieure (rue des Juifs) et du plan coupé à l'angle de la parcelle Vue d'ensemble des façades sur rue du temple antoiniste situé à l'angle de la rue des Juifs et de
  • Ensemble de 2 maisons (22-22bis rue des Ormes-Saint-Victor)
    Ensemble de 2 maisons (22-22bis rue des Ormes-Saint-Victor) Orléans - 22, 22bis rue des Ormes-Saint-Victor - en ville - Cadastre : 1823 B 1215 2012 BN 249, 251
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    Les petites portes en arc en plein cintre et le gabarit de ces deux petites maisons permettent l'origine ces deux maisons n'aient comporté qu'un rez-de-chaussée et un étage de comble.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    soupiraux sur la façade indiquent la présence de caves.
    Titre courant :
    Ensemble de 2 maisons (22-22bis rue des Ormes-Saint-Victor)
  • Quartier Saint-Euverte
    Quartier Saint-Euverte Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    gallo-romaine. Au Moyen Age, il s’agit d’un faubourg situé à l’est de la ville fortifiée. On sait que la rue de Bourgogne, ancien decumanus, est déjà développée, comme d’autres axes historiques du quartier : la rue Saint-Euverte en lien avec le développement de l’abbaye du même nom (édifice étudié) et la rue de l’Ételon. La guerre de Cent Ans a d’importantes conséquences puisqu’en préparation des sièges, les siècles, ce quartier au caractère faubourien bien conservé accueille de multiples activités commerciales
    Référence documentaire :
    principaux comptes de commune, forteresse, chaussées, turcies et levées de la ville d'Orléans, de 1256 à 1789 Bibliothèque municipale d'Orléans, Ms 1526. Inventaire analytique des chartes de l'abbaye de Saint Archives municipales d'Orléans. Série F : 1 F 8. Population. Recensement de 1841, liste nominative Archives municipales d'Orléans. Série M : 10M4. 12 rue des Ormes-Saint-Victor (asile de nuit). 1903 Archives municipales d'Orléans. Série M : 11 M 251. Bâtiments municipaux. École des Frères de la doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823. , dossiers par rue. Rue de l'Ételon. 1805-1959. , dossiers par rue. Rue de Bourgogne. 1805-1959. principaux comptes de commune, forteresse, chaussées, turcies et levées de la ville d'Orléans, de 1256 à 1789 Bibliothèque municipale d'Orléans, Ms 1526. Inventaire analytique des chartes de l'abbaye de Saint
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    Le quartier Saint-Euverte correspond à la section BN du cadastre. Il est localisé entre les rues de premières rues sont des axes historiques de ce secteur urbain. En effet, après l’insertion de celui-ci dans les murs de la ville à la fin du 15e siècle, elles se développent, pour l’une (rue du Bourdon-Blanc ), à la faveur de la destruction des anciens murs et, pour l’autre, dans le contexte de sécurité disparition des remparts au 19e siècle et en lien avec le développement de nouvelles voies en marge du centre général et technologique Sainte-Croix-Saint-Euverte comprend le seul monument emblématique de ce secteur urbain : l’église Saint-Euverte et les anciens bâtiments de l’abbaye (édifice étudié). De manière établissements religieux, mais aussi de jeux de paume. En 2014, il est majoritairement résidentiel.
    Texte libre :
    Situé au nord-est de la ville d’Orléans, le quartier Saint-Euverte est encadré par les rues des Bouteilles, du Bourdon-Blanc et de Bourgogne et par les boulevards Saint-Euverte et Aristide Briand. Bien qu’inclus dans la deuxième accrue de l’enceinte à la fin du 15e siècle (1466-1480), il a toujours conservé , tant dans ses formes que dans ses activités, un caractère faubourien. A l’exception de l’ancienne , ayant été épargné par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, il témoigne à travers son tissu -est et est de la ville, qui correspondent à une partie du quartier Saint-Euverte et à sa zone périphérique, ont fait l’objet de nombreuses campagnes de fouilles au cours des 19e et 20e siècles. Celles réalisées en 1989 et 1996 dans l’enceinte de l’actuel lycée d'enseignement général et technologique Sainte -Croix-Saint-Euverte, ont été conduites par le service régional de l’archéologie du Centre (Direction des affaires culturelles du Centre). Le rapport de 1996 fournit un plan de localisation des fouilles exécutées
    Illustration :
    Carte représentant les périodes de construction principales (supposées ou attestées) des édifices Carte recensant l'emplacement supposé des jeux de paume du quartier Saint-Euverte Projet d'alignement des boulevards Saint-Euverte, de Madame (actuel boulevard Aristide Briand) et de Monsieur (actuel boulevard Alexandre-Martin), 18e siècle. IVR24_19794500351P Plan d'alignement du boulevard de Madame (actuel boulevard Aristide Briand) situé au nord du Carte de la Ville d'Orléans pendant le Haut-Empire romain. IVR24_20074500351A3 Carte de la ville d'Orléans au Haut Moyen Age, avec le quartier Saint-Euverte à droite Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 14e siècle, avec le quartier Saint Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 15e siècle, avec le quartier Saint Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 16e siècle, avec le quartier Saint
  • Maison, actuellement établissement administratif (1bis rue Saint-Euverte)
    Maison, actuellement établissement administratif (1bis rue Saint-Euverte) Orléans - 1bis rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 2012 BN 407, 408, 409, 166
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    identifiée en tant que place Saint-Euverte, elle apparaît déjà bien délimitée sur le plan de Fleury de 1640 . En 1839, M. Brossard de Nogent, alors propriétaire des n° 1 et 3 rue Saint-Euverte, demande et obtient que la Ville d'Orléans lui concède une partie du terrain de la place située devant les deux maisons qu'il possède. Par superposition du cadastre actuel avec le cadastre napoléonien de 1823, on se rend compte que l'emprise au sol de l'édifice actuel correspond grossièrement avec le périmètre de deux probablement été construit entre 1839 (et l'acquisition d'une partie des terrains de la place par M. Brossard de Nogent) et les années 1870. Les sources indiquent qu'en 1877 la maison appartenait à M. Brossard de Corbigny et qu'en 1879 elle disposait d'un jardin, d'écuries et d'une remise. Une partie d'une ferme de la charpente est visible au niveau du mur de la façade orientale, ainsi qu'une maçonnerie de brique. Les Pères et Frères Montfortains (Compagnie de Marie) auraient habité dans ce bâtiment de 1920 à
    Référence documentaire :
    Archives municipales d'Orléans. Répertoire des caves de l'agglomération établi par les services de Figure de la ville d'Orléans / Jean Fleury. 1640. (Bibliothèque municipale d'Orléans, Rés ZHOO34).
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Ce vaste édifice est construit en maçonnerie de moellons enduite à un étage carré et un étage de la travée la plus à l'est a disparu, du fait de leur construction. Du côté de la rue Saint-Euverte étant traversante, l'arrière de la maison est également accessible depuis la rue Desfriches. L'ensemble ordonnancées sur les façades antérieures et postérieures et à l'alternance de lucarnes et d'oeils-de-boeuf au niveau de l'étage de comble. Sur la façade nord, la porte centrale comporte un encadrement architecturé . Deux pilastres à chapiteaux ioniques supportent une corniche dotée de frises à motifs de feuilles et de palmettes. Les fenêtres des deux façades sont en outre agrémentées de chambranles moulurés. La façade initialement être présentes au rez-de-chaussé, mais qu'elles ont été transformées en fenêtres. Inversement, la porte aujourd'hui visible devait faire office de fenêtre à l'origine. Deux cages d'escalier sont en outre visibles de l'extérieur, de part et d'autre de la travée centrale. Une cave à double niveau a par
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    A droite, devant l'Abbaye Saint-Euverte, la place Saint-Euverte figurée sur le plan de Fleury, 1640 Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR24_20144500799NUC4A Vue d'ensemble de la façade postérieure prise depuis la rue Desfriches. IVR24_20144500810NUC4A